Discussions-digressions autour des retours sur les formations à la réforme du collège

Page 42 sur 43 Précédent  1 ... 22 ... 41, 42, 43  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Discussions-digressions autour des retours sur les formations à la réforme du collège

Message par Moonchild le Mar 14 Mar 2017 - 23:20

@bernardo a écrit:Tu as honte pour lui ??? T'es vraiment un gars généreux alors !
Moi j'aurais plutôt pitié.
S'agissant d'un IPR ou d'un formateur agréé IUFM/ESPE, je trouve qu'avoir pitié c'est déjà faire preuve d'une empathie déraisonnable. diable

Moonchild
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Discussions-digressions autour des retours sur les formations à la réforme du collège

Message par gauvain31 le Mar 14 Mar 2017 - 23:21

@Moonchild a écrit:
@bernardo a écrit:Tu as honte pour lui ??? T'es vraiment un gars généreux alors !
Moi j'aurais plutôt pitié.
S'agissant d'un IPR ou d'un formateur agréé IUFM/ESPE, je trouve qu'avoir pitié c'est déjà faire preuve d'une empathie déraisonnable. diable

+100000 topela
avatar
gauvain31
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Discussions-digressions autour des retours sur les formations à la réforme du collège

Message par bernardo le Mar 14 Mar 2017 - 23:25

On dit beaucoup en ce moment qu'il y a une rupture entre le "peuple" et les "élites". Il y a ça aussi entre les professeurs et les IPR et autres "formateurs". On ne les écoute pas ; on se méfie ; on sait déjà ce qu'ils vont dire et eux pensent savoir ce que les professeurs pensent ; bref : c'est Babel.
Il faudrait dire la vérité, comme on peut dire à un ami : mais monsieur c'est sans doute un peu vrai qu'un cours magistral, ça peut dans certains cas être assommant. Mais ça peut aussi être passionnant, par exemple quand un professeur maîtrise son sujet et a des tas de connaissances à transmettre. Et puis souvent, il y a quelques élèves qui posent des questions, et ça relance le professeur, ça lui permet d'infléchir son exposé, même si c'était un exposé carré avec un plan en béton.
Ce qui est triste, ce n'est pas la démotivation, c'est que ça devient rare un bon cours magistral parce que ça devient rare les professeurs savants.
Et pour la démotivation, il y a aussi le problème du sommeil : quand mes élèves de 3e se couchent tous (ou presque) systématiquement après 23h30 et qu'ils dorment à moitié en cours, même si mon cours magistral est magistral, ils ne s'en rendent pas compte parce qu'ils sont dans la brume. Hein ? Monsieur l'IPR ? Est-ce que vous le savez ça ?
Bon, à part ça, les formations j'y vais pas non plus, je n'ai pas d'heures de cours à perdre depuis qu'on m'a sucré des heures en 6e et en 3e.

_________________
Quand les blés sont sous la grêle
Fou qui fait le délicat

Spoiler:
avatar
bernardo
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Discussions-digressions autour des retours sur les formations à la réforme du collège

Message par LemmyK le Mar 14 Mar 2017 - 23:28

@William Foster a écrit:
ce cours en amphi, pendant 2 longues heures d'IUFM, où un gars assis nous a expliqué avec une voix monocorde les méfaits des cours magistraux sur la motivation d'un auditoire.
Honte encore. Et ça m'arrive trop souvent.
C'était fait exprès pour montrer l'inefficacité d'une telle pratique pédagogique! Razz
Le problème est que lorsque nos formateurs nous parlent des bienfaits de la réforme, ils sont également très ennuyeux. Sleep
avatar
LemmyK
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Discussions-digressions autour des retours sur les formations à la réforme du collège

Message par gauvain31 le Mar 14 Mar 2017 - 23:30

Excellent Bernado   Very Happy Depuis la perte d'heures en SVT (surtout en 2nde et 1ère ES et 1ère S); je ne vais plus du tout aux formations du PAF (je me forme ailleurs); et je l'ai dit à mon IPR lors de ma précédente inspection
avatar
gauvain31
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Discussions-digressions autour des retours sur les formations à la réforme du collège

Message par LemmyK le Mar 14 Mar 2017 - 23:43

@bernardo a écrit:On dit beaucoup en ce moment qu'il y a une rupture entre le "peuple" et les "élites". Il y a ça aussi entre les professeurs et les IPR et autres "formateurs". On ne les écoute pas ; on se méfie ; on sait déjà ce qu'ils vont dire et eux pensent savoir ce que les professeurs pensent.
Oui, il y a rupture entre les IPR(ou les formateurs) et les professeurs.
@bernardo a écrit:Il faudrait dire la vérité, comme on peut dire à un ami : mais monsieur c'est sans doute un peu vrai qu'un cours magistral, ça peut dans certains cas être assommant. Mais ça peut aussi être passionnant,
UN IPR ne l'admettra jamais. Un cours magistral, c'est le mal absolu. C'est le professeur qui se protège, dixit un IPR de maths.
@bernardo a écrit:Et pour la démotivation, il y a aussi le problème du sommeil : quand mes élèves de 3e se couchent tous (ou presque) systématiquement après 23h30 et qu'ils dorment à moitié en cours, même si mon cours magistral est magistral, ils ne s'en rendent pas compte parce qu'ils sont dans la brume. Hein ? Monsieur l'IPR ? Est-ce que vous le savez ça ?
Essaye d'être innovant pour les sortir de leur torpeur. Si tu les mettais en îlot, la fraîcheur  de cette méthode pourrait les sortir de la brume.
avatar
LemmyK
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Discussions-digressions autour des retours sur les formations à la réforme du collège

Message par bernardo le Mer 15 Mar 2017 - 7:48

C'est sûr qu'une île ça peut être pas mal pour la fraîcheur (le matin). En même temps, l'île me fait penser immanquablement à Sa majesté des mouches : les enfants sont entre eux mais ce n'est pas le pied. Aucun rapport logique, of course, mais bon.

Problème de l'îlot : la salle de classe n'est pas une mer (et je ne suis pas leur mère/mer) ou un océan. Et je ne vois pas pourquoi les élèves qui se noient en cours s'y noieraient moins. En gros : les bons font le travail pour les autres, ça bavarde, on perd du temps ; beaucoup de bruit pour rien. Je préfère quand c'est moi qui cause. Je crois plus à l'élève qui travaille seul, en classe et à la maison, qui fait, refait, re-refait, jusqu'à ce que ça rentre. Pédagogie répétition qui s'inscrit dans la durée : il faut du temps (donc des heures) pour apprendre. L'îlot n'est pas une méthode pédagogique, c'est une mode, une illusion, un leurre, une erreur ; ça masque les "difficultés" des élèves au lieu de les prendre à bras le corps. Prendre à bras le corps, c'est répéter, c'est mettre chaque élève au travail, mettre en jeu sa propre conscience face à une difficulté, sa propre autonomie. Le débat est intéressant, mais seulement au moment où la question vient, en son temps. Alors la réponse du professeur (ou pourquoi pas celle d'un camarade bien informé) scelle une étape de l'apprentissage.
avatar
bernardo
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Discussions-digressions autour des retours sur les formations à la réforme du collège

Message par VanGogh59 le Mer 15 Mar 2017 - 13:58

@bernardo a écrit:C'est sûr qu'une île ça peut être pas mal pour la fraîcheur (le matin). En même temps, l'île me fait penser immanquablement à Sa majesté des mouches : les enfants sont entre eux mais ce n'est pas le pied. Aucun rapport logique, of course, mais bon.
Il y a l'île de battle royale aussi si on veut instaurer un rapport de force plus sanglant  diable

_________________
"Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles" Oscar Wilde
avatar
VanGogh59
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Discussions-digressions autour des retours sur les formations à la réforme du collège

Message par archeboc le Lun 20 Mar 2017 - 23:02

@Félicité75 a écrit:Bonsoir,
Je vous épargnerai le récit détaillé d'un récent stage de formation en lettres, qui aurait pu servir de "détour pédagogique" pour introduire la thématique de l'absurde. Le discours de l'IPR était tellement abscons que, sans rire, aucun de nous, pauvres participants, n'avons compris le sens de ses paroles : abstractions, phrases inachevées, jargon didactisant, pas un exemple concret sur la manière de procéder en classe. J'étais venue pour comprendre, enfin, ce que nous sommes supposés faire pour faire cours sans faire de cours magistral, pour construire l'interprétation d'un texte sans utiliser de questionnaire, pour appréhender des notions grammaticales et acquérir une orthographe décente sans faire de "leçon" de grammaire ni d'exercices "débilitants" d'application. Bref, pour comprendre ce qui est désormais attendu d'un prof de lettres. Nous avons été mis en "ateliers", comme cela semble être le cas dans toutes les formations désormais ; et comme personne n'a compris la "consigne" donnée par les formateurs / IPR, les collègues les plus courageuses ont développé oralement leurs "impressions de lecture" sur des corpus plus ou moins riches. Je ne m'étends pas davantage sur cette aberration qu'est devenue la formation en lettres. Ce que je me demande, c'est : QUE FAIT-ON ? Il me semble que le problème dépasse largement la réforme. Allons-nous encore longtemps faire le dos rond et accepter que l'on nous dise qu'enseigner, c'est cela ? Je m'inquiète fort pour mes enfants en âge scolaire, qui, s'ils restent dans un tel système, ne pourront se nourrir intellectuellement que de cette pauvre bouillie qu'on prétend leur donner. Et moi, je refuse d''enseigner ainsi. Alors, quoi ? Quand nous révolterons-nous ?

L'IPR, manifestement, s'est révolté. Dans la limite des libertés que lui accorde l'institution, il a fait ce qu'il pouvait pour montrer l'absurdité de la réforme : il a saboté cette formation. Bravo à lui.

_________________
Pour des raisons de commodité nous utilisons dans nos analyses un classement des élèves en « bons », « moyens » et « faibles » qui n'est valable qu'à l'intérieur de chaque classe ou dans des classes de même type. En fait, les élèves que nous appelons « bons » sont plutôt des élèves moyens, les « moyens » des élèves plutôt faibles et les « faibles » des élèves en grande difficulté.
van Zanten Agnès. Le quartier ou l'école ? Déviance et sociabilité adolescente dans un collège de banlieue . In: Déviance et société. 2000 - Vol. 24 - N°4. Les désordres urbains : regards sociologiques. pp. 377-401. note 3



archeboc
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Discussions-digressions autour des retours sur les formations à la réforme du collège

Message par Jane le Ven 24 Mar 2017 - 12:34

@bernardo a écrit:C'est sûr qu'une île ça peut être pas mal pour la fraîcheur (le matin). En même temps, l'île me fait penser immanquablement à Sa majesté des mouches : les enfants sont entre eux mais ce n'est pas le pied. Aucun rapport logique, of course, mais bon.

Problème de l'îlot : la salle de classe n'est pas une mer (et je ne suis pas leur mère/mer) ou un océan. Et je ne vois pas pourquoi les élèves qui se noient en cours s'y noieraient moins. En gros : les bons font le travail pour les autres, ça bavarde, on perd du temps ; beaucoup de bruit pour rien. Je préfère quand c'est moi qui cause. Je crois plus à l'élève qui travaille seul, en classe et à la maison, qui fait, refait, re-refait, jusqu'à ce que ça rentre. Pédagogie répétition qui s'inscrit dans la durée : il faut du temps (donc des heures) pour apprendre. L'îlot n'est pas une méthode pédagogique, c'est une mode, une illusion, un leurre, une erreur ; ça masque les "difficultés" des élèves au lieu de les prendre à bras le corps. Prendre à bras le corps, c'est répéter, c'est mettre chaque élève au travail, mettre en jeu sa propre conscience face à une difficulté, sa propre autonomie. Le débat est intéressant, mais seulement au moment où la question vient, en son temps. Alors la réponse du professeur (ou pourquoi pas celle d'un camarade bien informé) scelle une étape de l'apprentissage.

Ah! qu'en termes galants ces choses-là sont mises!
Merci Bernardo

_________________
We are such stuff as dreams are made on, and our little life, is rounded with a sleep (Shakespeare)
avatar
Jane
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Discussions-digressions autour des retours sur les formations à la réforme du collège

Message par Jane le Sam 25 Mar 2017 - 8:20

Vous avez eu des exemples de bulletins "idéaux" ? On vous a mis en ateliers ? Nous, rien. On nous a juste imprimé le bulletin du 2e trimestre d'un de nos élèves au format nouveau bulletin après avoir passé 2h45 à nous montrer combien nous étions des vilains-méchants-pabo-qui-traumatisent-légentizélèves avec nos notes.

_________________
We are such stuff as dreams are made on, and our little life, is rounded with a sleep (Shakespeare)
avatar
Jane
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Discussions-digressions autour des retours sur les formations à la réforme du collège

Message par Thalie le Sam 25 Mar 2017 - 8:26

Pas d'ateliers ! Ô joie !
Elle a confronté des disciplines dans des bulletins, c'était fallacieux. Un collègue de Maths qui met 4 alors que le gamin a 15 en Techno. Genre il y a un problème. Puis, cela a été comparé à quelques appréciations dans un collège qui a déjà appliqué la novlangue avec des appréciations à rallonge comme on en a vu sur Néo les semaines précédentes. Ils veulent des appréciations qui collent aux éléments du programme travaillés notés dans la case à côté.
avatar
Thalie
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Discussions-digressions autour des retours sur les formations à la réforme du collège

Message par Jane le Sam 25 Mar 2017 - 10:29

En effet, il y a de quoi être content de ne pas avoir été mis en atelier... Tout cela augure des chouettes parties de plaisir pour le T3.

_________________
We are such stuff as dreams are made on, and our little life, is rounded with a sleep (Shakespeare)
avatar
Jane
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Discussions-digressions autour des retours sur les formations à la réforme du collège

Message par zouz le Sam 25 Mar 2017 - 10:41

Mais c'est pour quand ces livrets LSU ?
avatar
zouz
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Discussions-digressions autour des retours sur les formations à la réforme du collège

Message par Pointàlaligne le Sam 25 Mar 2017 - 10:48

Oui, merci Bernardo.
veneration

Un collègue qui vient d'être inspecté a écopé de reproches pour ses élèves rangés "comme des oignons" et pour leur avoir transmis des connaissances "inutiles"... puisqu'ils n'en avaient pas besoin dans l'immédiat. Ce qu'il fallait faire apparemment, c'est les mettre en îlots et les laisser ramer.

Toute la salle des profs a déprimé avec le collègue.
avatar
Pointàlaligne
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Discussions-digressions autour des retours sur les formations à la réforme du collège

Message par V.Marchais le Sam 25 Mar 2017 - 10:49

Et il n'a rien répondu ?

_________________
visitez le site http://www.reformeducollege.fr/
avatar
V.Marchais
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Hors-sujet digressions

Message par Jane le Sam 25 Mar 2017 - 11:09

3e trimestre 2017 affraid ... obligatoires pour le DNB d'après la formation que nous avons eue...

_________________
We are such stuff as dreams are made on, and our little life, is rounded with a sleep (Shakespeare)
avatar
Jane
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Discussions-digressions autour des retours sur les formations à la réforme du collège

Message par William Foster le Sam 25 Mar 2017 - 11:11

@Pointàlaligne a écrit:Un collègue qui vient d'être inspecté a écopé de reproches pour ses élèves rangés "comme des oignons" et pour leur avoir transmis des connaissances "inutiles"... puisqu'ils n'en avaient pas besoin dans l'immédiat. Ce qu'il fallait faire apparemment, c'est les mettre en îlots et les laisser ramer.

Et l'IPR lui a-t-il dit ça frontalement ? Ou a-t-il mis ton collègue en îlot de 1 pour le laisser préalablement ramer ?

_________________
Tout le monde me dit que je ne peux pas faire l'unanimité.
"Il ne faut pas voir le mal partout où il est." Marie-Martine Schyns, ministre belge de l'enseignement obligatoire
Vérificateur de miroir est un métier que je me verrais bien faire, un jour.
avatar
William Foster
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Discussions-digressions autour des retours sur les formations à la réforme du collège

Message par Sphinx le Sam 25 Mar 2017 - 11:22

Ça fait deux fois, rien que depuis hier soir, que je suis obligée d'enlever de l'autre fil des séries de messages qui ne sont pas des témoignages à proprement parler. Et je dois faire ça pour ainsi dire à chaque fois que quelqu'un poste un témoignage (ce n'est pas comme si c'était écrit en vert et gras dans tous les messages de Luigi, hein Rolling Eyes) Encore pour la discussion d'aujourd'hui, il y avait un petit peu d'infos dedans, donc je la mets ici, mais les simples commentaires, je ne m'embête plus, je les supprime.

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather

avatar
Sphinx
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Discussions-digressions autour des retours sur les formations à la réforme du collège

Message par zouz le Sam 25 Mar 2017 - 11:25

@Jane a écrit:3e trimestre 2017 affraid ... obligatoires pour le DNB d'après la formation que nous avons eue...

Merci Jane. Une réunion chez nous à la fin du 1er trimestre. On nous a réunis pour nous dire qu'on ne savait rien (la réunion a duré une heure, je me suis déplacée exprès Neutral ). Depuis, je ne m'en préoccupe plus.
avatar
zouz
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Discussions-digressions autour des retours sur les formations à la réforme du collège

Message par V.Marchais le Sam 25 Mar 2017 - 11:26

En même temps, c'est normal qu'on réagisse aux témoignages dans la foulée, non ? Cette scission est très artificielle et ne peut que générer ce que tu déplores, Sphinx.

_________________
visitez le site http://www.reformeducollege.fr/
avatar
V.Marchais
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Discussions-digressions autour des retours sur les formations à la réforme du collège

Message par Sphinx le Sam 25 Mar 2017 - 11:30

Sauf que c'était en concertation avec Luigi pour garder le fil des témoignages lisible et utilisable (par la presse par exemple), ce n'est pas juste pour embêter le monde ! Là il suffit de copier pour réagir dans le fil d'à côté, ça ne me semble tout de même pas bien difficile.

_________________
An education was a bit like a communicable sexual disease. It made you unsuitable for a lot of jobs and then you had the urge to pass it on. - Terry Pratchett, Hogfather

avatar
Sphinx
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Discussions-digressions autour des retours sur les formations à la réforme du collège

Message par V.Marchais le Sam 25 Mar 2017 - 11:39

Ce n'est pas une question de difficulté, mais d'usage spontané de la discussion.
Enfin, bon courage, parce qu'avec la meilleure volonté du monde, je pense que tu n'es pas au bout de tes peines.

_________________
visitez le site http://www.reformeducollege.fr/
avatar
V.Marchais
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Discussions-digressions autour des retours sur les formations à la réforme du collège

Message par archeboc le Dim 26 Mar 2017 - 22:57

Il faudrait ajouter "réservé aux témoignages - ne pas répondre" dans le titre du fil de recension. Le titre, c'est la seule chose qui reste quand on fait "répondre".

_________________
Pour des raisons de commodité nous utilisons dans nos analyses un classement des élèves en « bons », « moyens » et « faibles » qui n'est valable qu'à l'intérieur de chaque classe ou dans des classes de même type. En fait, les élèves que nous appelons « bons » sont plutôt des élèves moyens, les « moyens » des élèves plutôt faibles et les « faibles » des élèves en grande difficulté.
van Zanten Agnès. Le quartier ou l'école ? Déviance et sociabilité adolescente dans un collège de banlieue . In: Déviance et société. 2000 - Vol. 24 - N°4. Les désordres urbains : regards sociologiques. pp. 377-401. note 3



archeboc
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Discussions-digressions autour des retours sur les formations à la réforme du collège

Message par Fantômette le Lun 27 Mar 2017 - 14:24

Formation lettres aujourd'hui dans l'académie de Versailles, sur la langue et l'évaluation.
La dictée : non une évaluation mais une dévaluation, un contre-exemple à ne pas suivre.
En étude de textes : si on demande une réponse rédigée, on n'évalue pas la lecture mais l'écriture.
En expression écrite, ne pas chercher à faire d'évaluation exhaustive. Si on a travaillé les constructions syntaxiques, on n'évalue que celles-ci, pas l'orthographe par exemple.

_________________
"La dictature s'épanouit sur le terreau de l'ignorance." G.Orwell
avatar
Fantômette
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Discussions-digressions autour des retours sur les formations à la réforme du collège

Message par Fantômette le Lun 27 Mar 2017 - 14:35

Je rapporte: il faut éviter de faire trop de contrôles de connaissance car ils gonflent les moyennes de Français. Après, cela fausse les affectations sur Affelnet et surtout, les élèves perdent 3 à 4 points quand ils arrivent en Seconde.

_________________
"La dictature s'épanouit sur le terreau de l'ignorance." G.Orwell
avatar
Fantômette
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Page 42 sur 43 Précédent  1 ... 22 ... 41, 42, 43  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum