Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
JPhMM
Demi-dieu

[Jeu transdisciplinaire] Qui a jeté de la peinture dans son livre ? :o)

par JPhMM le Ven 18 Mar 2016 - 17:29
A vous de deviner.

Qui est donc l'auteur, et quel est le titre du livre d'où est extrait ce texte ?

Il termina son verre, nous resservit et se tut. Le Bouguereau au-dessus de la cheminée représentait cinq femmes dans un jardin — les unes vêtues de tuniques blanches, les autres à peu près nues — entourant un enfant nu, aux cheveux bouclés. L'une des femmes nues cachait ses seins de ses mains ; l'autre ne pouvait pas, elle tenait un bouquet de fleurs des champs. Elle avait de jolis seins, et l'artiste réussissait parfaitement ses drapés. Ça datait d'un peu plus d'un siècle et ça me paraissait si loin, la première réaction était de rester interdit devant cet objet incompréhensible. Lentement, progressivement, on pouvait essayer de se mettre dans la peau d'un de ces bourgeois du XIXe siècle, d'un de ces notables en redingote pour lesquels avait été peint ce tableau ; on pouvait, comme eux, éprouver les prémices d'un émoi érotique devant ces nudités grecques ; mais c'était une remontée dans le temps laborieuse, difficile. Maupassant, Zola, même Huysmans étaient d'un accès beaucoup plus immédiat.



Admiration, 1897.

Spoiler:
PS :

A l'inverse de l'auteur, Bouguereau m'est un peintre accessible, pour une tout autre raison. Il m'est comme un simple ami, un humain parmi d'autres avec ses vices et ses lueurs, sans génie pur, capable d’œuvres dégoulinantes jusqu'au grotesque, et de chef d’œuvres d'une subtilité qui nous donnent à toucher la vérité d'un être d'une manière aussi intime que l'est le sentiment amoureux, la vérité d'un être humain, banal jusqu'à la monstruosité au regard des sens, mais qui par ce tableau et par le sentiment de ceux qui l'ont aimé devient dans sa nudité Éros devant Psyché et devant elle seule.



Éros (celui de l'Admiration ?) c'est elle, c'est vous, c'est moi, mis à nus par le sentiment amoureux, quand les sens ne discernent que l'illusion d'une image sans lumière.  Et voir un être, voir cette beauté-là, est un bouleversement jusqu'aux larmes. William Bouguereau ne cesse de vouloir dire cette beauté, cet être qu'il voit et qu'il ne sait dire pourtant, qu'il veut nous montrer sans en être capable. La tâche qu'il s'est donnée n'est pas humaine, il le sait, mais il la poursuit sans relâche. Elle n'est pas humaine, et pourtant, et pourtant, il est possible de pleurer en regardant le visage de cette jeune femme, et en réalisant que ce n'est pas son visage que l'on voit, que c'est elle, dévoilée par le peintre, comme le ferait le bouleversement amoureux. Éros, parfois, c'est Bouguereau, quand ce trait nous traverse jusqu'à la stupéfaction.

Alors oui, William a souvent été maladroit, souvent été nacré comme une publicité éthérée de parfum, mais comme il a souvent pleuré de bouleversement esthétique amoureux ! Ce qui m'en fait un ami avec qui je peux discuter. Il est sincère. Jusqu'à l'impossible.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
arcenciel
Grand Maître

Re: [Jeu transdisciplinaire] Qui a jeté de la peinture dans son livre ? :o)

par arcenciel le Ven 18 Mar 2016 - 17:53
Houellebecq
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: [Jeu transdisciplinaire] Qui a jeté de la peinture dans son livre ? :o)

par JPhMM le Ven 18 Mar 2016 - 17:57
yesyes yesyes

À qui veut la proposition suivante Very Happy

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
Babelle
Niveau 10

Re: [Jeu transdisciplinaire] Qui a jeté de la peinture dans son livre ? :o)

par Babelle le Ven 18 Mar 2016 - 17:59
"Soumission" de Michel Houellebecq ?

Zut suis pas la 1ère
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: [Jeu transdisciplinaire] Qui a jeté de la peinture dans son livre ? :o)

par JPhMM le Ven 18 Mar 2016 - 18:02
Oui, c'est bien ça.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
Nita
Empereur

Re: [Jeu transdisciplinaire] Qui a jeté de la peinture dans son livre ? :o)

par Nita le Ven 18 Mar 2016 - 19:16
Pffffffffff.

La jeune femme qui ne cache pas ses seins a les mains posées sur les genoux, celle qui tient un bouquet est celle qui a une robe blanche.


(Il m'agace, il m'agace....)

_________________
A clean house is a sign of a broken computer.
avatar
pamplemousses4
Expert

Re: [Jeu transdisciplinaire] Qui a jeté de la peinture dans son livre ? :o)

par pamplemousses4 le Ven 18 Mar 2016 - 19:36
Etonnant, JPhMM, de lire ton spoiler, par contraste, tant la féminité et la séduction que raconte Bouguereau me hérissent: c'est le seul peintre qui suscite chez moi une réelle et profonde détestation.
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: [Jeu transdisciplinaire] Qui a jeté de la peinture dans son livre ? :o)

par JPhMM le Ven 18 Mar 2016 - 19:44
@pamplemousses4 a écrit:Etonnant, JPhMM, de lire ton spoiler, par contraste, tant la féminité et la séduction que raconte Bouguereau me hérissent: c'est le seul peintre qui suscite chez moi une réelle et profonde détestation.
Oh mais je comprends absolument.
Peut-être ai-je de Bouguereau une lecture trop jungienne, ne percevant chez Bouguereau que la féminité de Bouguereau lui-même. Il ne peint jamais ce qui se donne à voir, mais seulement l'émotion qui le prend, avec laquelle il est si souvent maladroit (qui ne le serait pas ?) et est parfois génial.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: [Jeu transdisciplinaire] Qui a jeté de la peinture dans son livre ? :o)

par JPhMM le Ven 18 Mar 2016 - 19:46
@Nita a écrit:Pffffffffff.

La jeune femme qui ne cache pas ses seins a les mains posées sur les genoux, celle qui tient un bouquet est celle qui a une robe blanche.


(Il m'agace, il m'agace....)
Ah ah ! c'est pas faux.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
Nita
Empereur

Re: [Jeu transdisciplinaire] Qui a jeté de la peinture dans son livre ? :o)

par Nita le Ven 18 Mar 2016 - 19:50
@JPhMM a écrit:
@Nita a écrit:Pffffffffff.

La jeune femme qui ne cache pas ses seins a les mains posées sur les genoux, celle qui tient un bouquet est celle qui a une robe blanche.


(Il m'agace, il m'agace....)
Ah ah ! c'est pas faux.

C'est "seins" que tu n'as pas compris, ou genoux ? Razz Razz

_________________
A clean house is a sign of a broken computer.
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: [Jeu transdisciplinaire] Qui a jeté de la peinture dans son livre ? :o)

par JPhMM le Ven 18 Mar 2016 - 19:57
@Nita a écrit:
@JPhMM a écrit:
@Nita a écrit:Pffffffffff.

La jeune femme qui ne cache pas ses seins a les mains posées sur les genoux, celle qui tient un bouquet est celle qui a une robe blanche.


(Il m'agace, il m'agace....)
Ah ah ! c'est pas faux.

C'est "seins" que tu n'as pas compris, ou genoux ? Razz Razz
Laughing

Il y aura toujours quelque chose d'incognoscible dans les seins, leur capacité de production d'une émotion — et je ne crois pas que Bouguereau me contredirait, ni une grande majorité de peintres pré-abstraction.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
Nita
Empereur

Re: [Jeu transdisciplinaire] Qui a jeté de la peinture dans son livre ? :o)

par Nita le Ven 18 Mar 2016 - 20:06
Une émotion... c'est comme cela que tu appelles ça .... :gratte:

_________________
A clean house is a sign of a broken computer.
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: [Jeu transdisciplinaire] Qui a jeté de la peinture dans son livre ? :o)

par JPhMM le Ven 18 Mar 2016 - 20:11
Laughing

Ce sont parfois des troubles, parfois des émotions. Le portrait de cette jeune femme me semble provenir d'une émotion, oui.

J'ai bien dit "Il est sincère. Jusqu'à l'impossible". J'aurais pu ajouter "jusqu'à l'impudeur absolue, jusqu'à l'impolitesse". Rares sont les peintres aussi nus. Ce n'est pas toujours très correct, mais la peinture ici n'en est pas la cause, seulement la nature humaine. Les profondeurs remuées de la nature humaine sont rarement polies, rarement correctes, rarement exprimables. Les exprimer aussi dévoilées demande un courage que nous mesurons mal, je crois.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
Nita
Empereur

Re: [Jeu transdisciplinaire] Qui a jeté de la peinture dans son livre ? :o)

par Nita le Ven 18 Mar 2016 - 20:14
Ou de l'inconscience...
(J'aime t'écouter parler de Bouguereau, malgré mes blagues à deux balles.)

_________________
A clean house is a sign of a broken computer.
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: [Jeu transdisciplinaire] Qui a jeté de la peinture dans son livre ? :o)

par JPhMM le Ven 18 Mar 2016 - 20:24
@Nita a écrit:Ou de l'inconscience...
(J'aime t'écouter parler de Bouguereau, malgré mes blagues à deux balles.)
J'ai failli écrire "ou de la folie", oui Razz

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: [Jeu transdisciplinaire] Qui a jeté de la peinture dans son livre ? :o)

par JPhMM le Ven 18 Mar 2016 - 20:59
Je constate, dit-il, que même dans l'exécution de ce travail ingrat et fatigant tu as tenu compte de la perspective qui est la règle d'or de toute peinture. Le dessin également est bon, de même que ta manière d'étaler les couleurs. Enfin, ce qui est également louable, tu as représenté les personnages de telle sorte que leur attitude laisse aisément deviner leurs dispositions d'esprit. Ce mercenaire-ci veut boire, et rien d'autre, il n'est venu à la noce que pour se jeter dans le tourbillon de l'ivresse. Et le père de la fiancée est un honnête homme, il est évident pour chacun que sa bouche ne prononcera que des paroles honnêtes, aussi tiendra-t-il ce qu'il a promis au fiancé. Quant au maître du repas, on remarque à sa mine combien il lui tient à cœur de contenter tous ses hôtes.
— Et ce Christ ? demanda d'Oggiono qui ne lassait pas de s'entendre louer.
— Tu lui as donné de nobles traits, et la madone a elle aussi beaucoup de grâce et de suavité. Mais ce chemin qui monte la colline ne me dit rien, avec ces peupliers qui ne parviennent pas à donner de l'ombre. Si tu te sens incertain dans la représentation du paysage, interroge la nature et la vie dans sa vivante expression.



Marco d'Oggiono, la Cène.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
géohistoire
Niveau 10

Re: [Jeu transdisciplinaire] Qui a jeté de la peinture dans son livre ? :o)

par géohistoire le Dim 20 Mar 2016 - 15:41
Tu es sûr d'avoir mis le bon tableau?
La description semble plutôt être celle des Noces de Cana que celle de la Cène.
https://www.flickr.com/photos/btempel/8202682222
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: [Jeu transdisciplinaire] Qui a jeté de la peinture dans son livre ? :o)

par JPhMM le Dim 20 Mar 2016 - 16:09
Oui oui bien sûr. Tu as raison. Sans parler du comment, je ne sais même pas pourquoi j'ai fait l'erreur, j'avais bien les Noces de Cana en favori Je ne devais pas être très frais ce soir-là. J'avais même pas bu. Laughing

Mea culpa. Et merci.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
Contenu sponsorisé

Re: [Jeu transdisciplinaire] Qui a jeté de la peinture dans son livre ? :o)

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum