Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
ycombe
Modérateur

Faire des classes de niveaux n'est peut-être pas si inefficace.

par ycombe le Dim 20 Mar 2016 - 20:15
http://www.nber.org/papers/w18848.pdf

Extrait de la conclusion a écrit:We find strong evidence that sorting students into more homogeneous groups is beneficial, particularly for sorting by previous testing score. Interestingly, when allowing for heterogeneity in the sorting effect across a distribution of students, we find positive and significant results for both high scoring and low scoring students, suggesting that both groups benefit from sorted classes. This is consistent with the hypothesis that dividing students into more homogeneous groups allows teachers to direct their focus to a more narrow range of students and meet the needs of their particular classroom more efficiently.

Cité par ce blog, qui contient un historique de la pratique (pour les USA):
http://www.theatlantic.com/national/archive/2013/03/lets-go-back-to-grouping-students-by-ability/274362/


_________________
Assurbanipal: "Passant, mange, bois, divertis-toi ; tout le reste n’est rien".

Franck Ramus : "Les sciences de l'éducation à la française se font fort de produire un discours savant sur l'éducation, mais ce serait visiblement trop leur demander que de mettre leur discours à l'épreuve des faits".
avatar
wanax
Fidèle du forum

Re: Faire des classes de niveaux n'est peut-être pas si inefficace.

par wanax le Dim 20 Mar 2016 - 20:26
La semaine prochaine, une étude américaine sera publiée qui mettra en évidence le fait que l'eau, ça mouille ( à deux sigmas près. )
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Faire des classes de niveaux n'est peut-être pas si inefficace.

par JPhMM le Dim 20 Mar 2016 - 20:28
@wanax a écrit:La semaine prochaine, une étude américaine sera publiée qui mettra en évidence le fait que l'eau, ça mouille ( à deux sigmas près. )
Laughing

Des recherches seront nécessaires en laboratoire de physique des particules pour atteindre les 5 sigmas attendus.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
ycombe
Modérateur

Re: Faire des classes de niveaux n'est peut-être pas si inefficace.

par ycombe le Dim 20 Mar 2016 - 20:39
L'eau ne mouille pas chez nous:
http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/elitisme-republicain-55243 a écrit:
- Ce que certains appellent le théorème de Duru-Bellat est vérifié par les comparaisons internationales : la pratique des groupes de niveau fait globalement moins progresser leurs élèves que la pratique de l’hétérogénéité.

http://www.icem34.fr/index.php/ressources/billets-d-humeur/304-point-d-elitisme-vive-l-excellence a écrit:
Que serait alors une pédagogie de l’excellence ?
D’abord, une pédagogie qui admet le théorème de Duru, du nom des travaux de Marie Duru-Bellat s’intéressant aux effets de la composition des groupes sur les acquissions scolaires : les classes homogènes creusent les inégalités entre les élèves, les classes hétérogènes peuvent, sous certaines conditions, prétendre à de l’équité scolaire.

Baptiser théorème le résultat d'une étude sociologique revient à vouloir l'imposer comme vérité d'évangile. Les sciences de l'éducation, en France, fonctionnent comme une secte. J'ai entendu IPRs et Perdirs citer cette vérité comme indiscutable car prouvée.

On peut lire l'article de Mme Duru-Bellat et de M. Mingat ici:
http://www.persee.fr/docAsPDF/rfsoc_0035-2969_1997_num_38_4_4667.pdf

_________________
Assurbanipal: "Passant, mange, bois, divertis-toi ; tout le reste n’est rien".

Franck Ramus : "Les sciences de l'éducation à la française se font fort de produire un discours savant sur l'éducation, mais ce serait visiblement trop leur demander que de mettre leur discours à l'épreuve des faits".
avatar
JPhMM
Demi-dieu

Re: Faire des classes de niveaux n'est peut-être pas si inefficace.

par JPhMM le Dim 20 Mar 2016 - 20:43
Forcément, en France on fait une étude sur le mercure, et on étend les résultats à l'eau. Façon alchimie. Ou Sciencéduc.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

Je crois que je ne crois en rien. Mais j'ai des doutes. — Jacques Goimard
avatar
Dalva
Doyen

Re: Faire des classes de niveaux n'est peut-être pas si inefficace.

par Dalva le Dim 20 Mar 2016 - 21:38
Et "acquission", c'est vraiment un mot ?
Genre "acquisition" ça ne suffit plus, ça fait pas assez pro ?
avatar
Spinoza1670
Esprit éclairé

Re: Faire des classes de niveaux n'est peut-être pas si inefficace.

par Spinoza1670 le Lun 21 Mar 2016 - 14:02
@Dalva a écrit:Et "acquission", c'est vraiment un mot ?
Genre "acquisition" ça ne suffit plus, ça fait pas assez pro ?
Toi, si tu continues à la ramener, tu vas avoir droit à une inspession. Laughing

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)

Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.
avatar
Spinoza1670
Esprit éclairé

Re: Faire des classes de niveaux n'est peut-être pas si inefficace.

par Spinoza1670 le Lun 21 Mar 2016 - 14:33
@ycombe a écrit:L'eau ne mouille pas chez nous:
http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/elitisme-republicain-55243 a écrit:
- Ce que certains appellent le théorème de Duru-Bellat est vérifié par les comparaisons internationales : la pratique des groupes de niveau fait globalement moins progresser leurs élèves que la pratique de l’hétérogénéité.

http://www.icem34.fr/index.php/ressources/billets-d-humeur/304-point-d-elitisme-vive-l-excellence a écrit:
Que serait alors une pédagogie de l’excellence ?
D’abord, une pédagogie qui admet le théorème de Duru, du nom des travaux de Marie Duru-Bellat s’intéressant aux effets de la composition des groupes sur les acquissions scolaires : les classes homogènes creusent les inégalités entre les élèves, les classes hétérogènes peuvent, sous certaines conditions, prétendre à de l’équité scolaire.

Baptiser théorème le résultat d'une étude sociologique revient à vouloir l'imposer comme vérité d'évangile. Les sciences de l'éducation, en France, fonctionnent comme une secte. J'ai entendu IPRs et Perdirs citer cette vérité comme indiscutable car prouvée.

On peut lire l'article de Mme Duru-Bellat et de M. Mingat ici:
http://www.persee.fr/docAsPDF/rfsoc_0035-2969_1997_num_38_4_4667.pdf

Donnons un coup de pouce aux sciences de l'éducation.
Quelle expérimentation, par exemple concernant l'enseignement des maths en 6e, permettrait de trancher, de "montrer", de la manière la plus objective possible, la supériorité des classes homogènes ou celle des classes hétérogènes ?
Je ne m'y connais pas assez en biologie, médecine ou autres sciences utilisant des expérimentations avec groupes témoins, statistiques, etc. pour concevoir moi-même un tel dispositif sas faire de grosses bourdes.

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)

Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.
avatar
klaus2
Niveau 10

Re: Faire des classes de niveaux n'est peut-être pas si inefficace.

par klaus2 le Lun 21 Mar 2016 - 15:24
classes de niveaux : plusieurs fois tenté. le groupe des bons marche, les autres ne bougent pas. L'homogénéité semble une bonne idée, mais (pour ce que j'ai vu) ça ne fonctionne pas.

_________________
Unendlich ist der Raum, unbegreiflich die Wesen,
Die zu uns kommen still mit sanftem Flügleschlag
Und göttlichen Balsam, wunderbar für die Seelen
Auf die Wunde legen, die jeden schmerzen mag
(Eichendorff)
avatar
Jane
Guide spirituel

Re: Faire des classes de niveaux n'est peut-être pas si inefficace.

par Jane le Lun 21 Mar 2016 - 15:42
Je n'ai jamais eu de classe de niveau en tant qu'enseignante (mais j'ai eu d'excellentes classes avec quelques Jessyfer et autres Kévinou histoire de...). En revanche, j'ai bénéficié, en tant qu'élève, d'un enseignement dans une classe homogène (germanistes + latinistes), et franchement, quel bonheur !

_________________
We are such stuff as dreams are made on, and our little life, is rounded with a sleep (Shakespeare)
avatar
superpedro
Niveau 6

Re: Faire des classes de niveaux n'est peut-être pas si inefficace.

par superpedro le Lun 21 Mar 2016 - 17:27
J'ai eu trois ans de suite des classes de niveau, forte et faible. Il se créait tout de même une certaine émulation chez les plus en difficulté mais sans retournement spectaculaire dès qu'ils réintégraient une formule classique.

_________________

  • "Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." Merci Van Damme.
Bouboule
Esprit éclairé

Re: Faire des classes de niveaux n'est peut-être pas si inefficace.

par Bouboule le Lun 21 Mar 2016 - 22:15
@klaus2 a écrit:classes de niveaux : plusieurs fois tenté. le groupe des bons marche, les autres ne bougent pas. L'homogénéité semble une bonne idée, mais (pour ce que j'ai vu) ça ne fonctionne pas.

Comment tu différenciais ce que tu faisais dans les deux groupes ?
avatar
klaus2
Niveau 10

Re: Faire des classes de niveaux n'est peut-être pas si inefficace.

par klaus2 le Lun 21 Mar 2016 - 22:28
Par exemple, série d'affiches allemandes sur la 1ère guerre mondiale : vocabulaire (donné sur feuille bilingue) plus simple pour les moins forts, même idée de commenter-analyser-décrire à l'oral et écrit. Les uns comprennent et acceptent les remarques, les autres ne comprennent pas tout à fait et ont moins d'intérêt. Un groupe heterogen réagit mieux, on demande le plus facile aux moins forts, le plus dur aux plus forts...

_________________
Unendlich ist der Raum, unbegreiflich die Wesen,
Die zu uns kommen still mit sanftem Flügleschlag
Und göttlichen Balsam, wunderbar für die Seelen
Auf die Wunde legen, die jeden schmerzen mag
(Eichendorff)
avatar
Dalva
Doyen

Re: Faire des classes de niveaux n'est peut-être pas si inefficace.

par Dalva le Lun 21 Mar 2016 - 22:47
L'homogénéité a ses limites, notamment si est créé un groupe de très très faibles, dans lequel se retrouvent souvent les élèves faibles parce qu'ascolaires et donc très peu motivés. Dans ce cas, peu d'émulation, et les élèves en difficulté mais ayant habituellement envie de fournir des efforts pour progresser se laissent tirer vers le bas par une majorité passive voire paresseuse voire bordélisante. Parce que ce n'est pas facile de lutter contre un tel poids.
Une petite hétérogénéité est donc nécessaire pour créer de l'émulation et aussi pour permettre la motivation, l'exemple, tout ça.

D'un autre côté, l'hétérogénéité poussée à l'extrême, comme ce à quoi nous sommes confrontés aujourd'hui avant le lycée (et je trouve que la classe dans laquelle c'est le plus terrible, c'est la 3e), est néfaste. Les niveaux sont tellement disparates qu'il devient impossible de s'adresser à aucun moment au groupe. Il n'est même pas possible, dans ma matière, de travailler sur les mêmes supports (donc sur les mêmes textes) si l'on veut que tous les élèves puissent réellement faire quelque chose. Cette année, en 3e, j'ai des élèves qui vont du niveau CE2/CM1 environ, à du niveau 2nde, avec toutes sortes de profils différents. Ils sont 28. Trois sont en DPA et ne préparent donc pas le brevet général mais le professionnel + le CFG. Un n'a même pas leur niveau mais n'est pas DPA parce qu'il a déjà trouvé son apprentissage, il sera donc inscrit au brevet général. Une ou deux pourraient sans problème être en seconde cette année, la 3e ne leur apporte strictement rien en français puisqu'on ne peut rien faire qui les pousse un peu. D'autres ont un niveau 3e normal (de moyen à bon).
Je ne peux m'adresser ni aux uns ni autres. Il faudrait que je prépare 4 à 7 cours (= supports) différents pour chaque heure, selon le point à traiter. C'est évidemment impossible dans la mesure où je n'ai pas qu'une seule classe.
L'ambiance de travail est inexistante puisque ceux qui savent déjà s'ennuient, ceux qui ne comprennent pas s'ennuient, ceux qui pourraient avec un petit effort n'essaient pas, etc.
Cette hétérogénéité totale est une catastrophe. On ne rend service à personne. C'est seulement le principe de la colonie de vacances ou du service militaire : on leur apprend à être ensemble bien que tous si différents intellectuellement, socialement, physiquement, etc.
Alors c'est sûr, ils s'entendent plutôt bien (pour fiche le boxon). Pour ça, c'est une réussite.
Bouboule
Esprit éclairé

Re: Faire des classes de niveaux n'est peut-être pas si inefficace.

par Bouboule le Lun 21 Mar 2016 - 22:54
@klaus2 a écrit:Par exemple, série d'affiches allemandes sur la 1ère guerre mondiale : vocabulaire (donné sur feuille bilingue) plus simple pour les moins forts, même idée de commenter-analyser-décrire à l'oral et écrit. Les uns comprennent et acceptent les remarques, les autres ne comprennent pas tout à fait et ont moins d'intérêt. Un groupe heterogen réagit mieux, on demande le plus facile aux moins forts, le plus dur aux plus forts...

Ok.
Effectivement je pense que les groupes de niveaux doivent conserver des éléments motivés, ce qui veut dire qu'il ne faut pas séparer que sur le niveau.
avatar
totoro
Guide spirituel

Re: Faire des classes de niveaux n'est peut-être pas si inefficace.

par totoro le Mar 22 Mar 2016 - 18:00
J'ai déjà eu une classe à profil avec des élèves faibles : j'ai pu avancer avec eux en faisant la même chose que dans une classe "normale" parce que j'avais une heure de plus avec eux (je pouvais prendre plus de temps pour certaines notions) et qu'ils n'étaient que 20 (je pouvais corriger beaucoup de choses en classe avec eux en direct).
Je ne sais pas si j'ai fait des miracles (en fait si, je sais Wink ), mais j'ai avancé tranquillement sans me dire que certains s'ennuyaient, sans larguer ceux qui avaient besoin de plus de temps.

Cette année, j'ai une TRES bonne classe de 6e. Ils sont 28 sans que ça pose de problèmes, ils sont très efficaces...

_________________
avatar
madu
Niveau 6

Re: Faire des classes de niveaux n'est peut-être pas si inefficace.

par madu le Mar 22 Mar 2016 - 18:57
@totoro a écrit:J'ai déjà eu une classe à profil avec des élèves faibles : j'ai pu avancer avec eux en faisant la même chose que dans une classe "normale" parce que j'avais une heure de plus avec eux (je pouvais prendre plus de temps pour certaines notions) et qu'ils n'étaient que 20 (je pouvais corriger beaucoup de choses en classe avec eux en direct).
Je ne sais pas si j'ai fait des miracles (en fait si, je sais Wink ), mais j'ai avancé tranquillement sans me dire que certains s'ennuyaient, sans larguer ceux qui avaient besoin de plus de temps.

Cette année, j'ai une TRES bonne classe de 6e. Ils sont 28 sans que ça pose de problèmes, ils sont très efficaces...
J'ai la même expérience : une classe de bons à 30, compréhension rapide, bases grammaticales correctes, ce qui me permet d'aller plus loin dans l'étude des textes et d'approfondir la grammaire sans tout reprendre au début. 
J'ai aussi une classe d'élèves en difficulté (même niveau). Avec eux je travaille plus le vocabulaire, la compréhension littérale des textes, et je passe beeeeaaaaauuuuucoup de temps à re-re-revoir les natures, la ponctuation, l'orthographe ( affraid ). Ils sont moins nombreux, ça aide, et je ne culpabilise pas pour de bons élèves qui perdraient leur temps dans cette classe. Ils avancent peu à peu. 
J'ai une troisième classe dans le niveau, des très faibles cette fois, et là je rejoins Dalva, c'est très difficile d'obtenir quoi que ce soit de leur part tant leurs problèmes sont présents (agitation permanente, voca proche de zéro...) et les quelques sérieux sont noyés dans le groupe, perdent l'envie et se laissent aller, à quoi bon ? De toute façon on passe tout notre temps à tenter de les calmer...
avatar
Dalva
Doyen

Re: Faire des classes de niveaux n'est peut-être pas si inefficace.

par Dalva le Mar 22 Mar 2016 - 21:13
En revanche, j'ai eu une année un groupe de 5e sortis de leurs classes respectives uniquement pour le français. Je les avais cinq heures au lieu de quatre, ils étaient 10 maximum, et j'ai vraiment pu travailler pour eux. Seulement, le contrat de départ était clair : c'était un dispositif destiné à les empêcher de décrocher totalement. Je n'avais donc que des élèves considérés comme en situation de décrochage. Le but n'était pas de les amener à rattraper totalement un niveau de 5e, mais de leur permettre d'intégrer une 4e sans qu'ils y causent trop de dommage, voire en y réussissant à peu près. Cela n'a pas marché pour tous, mais je dirais pour la moitié, ce qui est quand même carrément satisfaisant.
On n'a quasiment pas fait de réelle étude de texte de l'année. Il a fallu apprendre à écrire à certains, ou presque. Rien que se concentrer 10 minutes a été un rude effort. Distinguer voyelles et consonnes, utiliser la majuscule et le point, etc.
Les rédactions, c'étaient pour certains un paragraphe de 5 lignes qu'on reprenait encore et encore jusqu'à ce qu'il veuille dire quelque chose de précis.
Bref...
Mais au moins, on a travaillé.
avatar
Dalva
Doyen

Re: Faire des classes de niveaux n'est peut-être pas si inefficace.

par Dalva le Mar 22 Mar 2016 - 21:15
Je me souviens qu'au début, le défi était de les avoir tous en cours à l'heure. On m'avait judicieusement donné 4 salles différentes à 4 endroits différents du collège, pile pour ces élèves sautant sur le moindre prétexte pour ne pas trouver une salle de classe et arriver en retard...
(On s'est bien amusé...)
Contenu sponsorisé

Re: Faire des classes de niveaux n'est peut-être pas si inefficace.

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum