[Libération]«Dans les collèges et lycées, les chefs d'établissement n'en peuvent plus»

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Libération]«Dans les collèges et lycées, les chefs d'établissement n'en peuvent plus»

Message par trompettemarine le Mer 30 Mar 2016 - 5:27

Libération 23 mars 2016 a écrit:

Par Marie Piquemal
«Dans les collèges et lycées, les chefs d'établissement n'en peuvent plus»

Il a envoyé mardi matin un communiqué pour alerter la presse, passé inaperçu avec les attentats à Bruxelles. Philippe Tournier, le secrétaire général du SNPDEN, le syndicat majoritaire des chefs d’établissement du secondaire, lance «une alerte sociale». Une façon d’exprimer l’exaspération des personnels de direction dans les collèges et lycées. De deux choses l’une, prévient-il : «Soit le ministère entend nos revendications, soit nous descendrons dans la rue comme nous l’avions fait en 2006, et attention, 40% des chefs d’établissement avaient manifesté.»

Qu’est ce qui ne va pas ?
Ce n’est pas une mesure en particulier mais plutôt une protestation contre un entassement… Une accumulation continuelle de dysfonctionnements. Cela ne date pas d’aujourd’hui, ni même de ces derniers mois, mais rien ne s’améliore, bien au contraire. Plutôt que de nous aider, dans un contexte déjà compliqué, le ministère perturbe encore plus notre travail.

En faisant quoi ?
Le ministère fait sans cesse de nouvelles annonces, sans qu’en amont, personne ne se demande par qui et comment ces nouvelles mesures vont être mises en œuvre. Pour nous inonder de circulaires, ça, ils savent faire ! Mais pour nous dire qui fait quoi et comment, là, rien n’est prévu. Les chefs d’établissement doivent se débrouiller. Je vous donne des exemples.

La suite : http://www.liberation.fr/france/2016/03/23/dans-les-colleges-et-lycees-les-chefs-d-etablissement-n-en-peuvent-plus_1441309

trompettemarine
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Libération]«Dans les collèges et lycées, les chefs d'établissement n'en peuvent plus»

Message par Blan6ine le Mer 30 Mar 2016 - 6:25

Il est évident que la précipitation, qui caractérise la plupart des décisions de ce gouvernement, qui permet d'attirer un moment la lumières des projecteurs et de cacher le manque de réflexion, est ingérable pour les chefs d'établissements.

Un autre exemple ici :
France Info a écrit:Après les attentats du 13 novembre à Paris et à Saint-Denis, des responsables des lycées ont préféré organiser un secteur pour les fumeurs dans la cour des établissements plutôt que de maintenir des attroupements devant les établissements.
A Lyon, [une mère d'élève] dont le fils fréquente le lycée Saint E., a porté plainte "contre les autorités qui n’obéissent pas à la loi, les proviseurs et le rectorat". "Mon sang n’a fait qu’un tour" précise cette mère de famille qui est pneumologue. "Je pensais mon fils protégé des méfaits du tabac dans l’enceinte de l’établissement et on ne m’a pas avertie, en tant que parent, qu’il était sujet au tabagisme passif'.
Suite ici .

Blan6ine
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum