investie mais doutant de moi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

investie mais doutant de moi

Message par athénavictrix le Mar 5 Avr 2016 - 22:14

Bonjour,

J'ai commencé à faire quelques vacations à 22 ans, mal formée, peu confiante en moi et irrégulièrement investie: elles se sont très mal passées et mes doutes ont été confirmés lorsque j'ai fait mon stage de M2, durant lequel j'ai rencontré des problèmes de gestion de classe.
J'avais un pincement au coeur finalement: j'avais commencé à attraper le virus et à aimer ce que je faisais. Certains élèves bons et peu perturbateurs appréciaient mes cours, et je le savais. Je me rappelais mon expérience comme assistante de langue en Angleterre, très fructueuse et des cours particuliers que j'avais donné à un adulte voulant apprendre le français qui m'avait quittée avec ce commentaire "you're a natural born teacher"
Complexée par ce que je voyais comme de l'incompétence, j'ai fait une pause dans l'enseignement pour devenir animatrice pour enfant, afin de perfectionner mes techniques de gestion de groupe et de me libérer un peu de l'angoisse de passer le capes. (je ne m'en sentais ni digne ni prête)
Après un an de break j'ai repris une vacation dans une REP+, expérience passablement houleuse. J'eus une fois de plus des problèmes de gestion de classe, fut confrontée à une hostilité très violente de la part de certains élèves (insolence voir début d'agression physique). Très investie dans mon nouveau métier, j'étais blessée à chaque incident (le virus avait repris de plus belle!). Encore une fois, je reçus tout de même des retours positifs d'élèves me disant apprécier mes cours (y compris certains perturbateurs!) et je tins le coup de novembre à mars, non sans mal. Je veux enseigner j'aime ça mais je ne sais pas si je suis faite pour ça.
J'enseigne le français et le latin, je suis passionnée par ces deux matières (je connais presque tous les empereurs romains par coeur et je lis plusieurs livres par mois pour le plaisir). J'ai beaucoup de tendresse pour les collégiens malgré leur sale caractère et une très grande envie de leur transmettre des connaissances ou tout du moins de leur permettre de vivre leur scolarité de manière paisible et valorisante. Je ne crois pas être stupide ou dépourvue d'intelligence émotionnelle: j'ai ceci dit un grand manque de confiance en moi, un malaise à occuper une position d'autorité (même si j'essaie de me faire à l'idée) et une tendance à réagir aux choses de manière émotive (plusieurs crises de larmes suite à des remarques blessantes des collégiens, qu'ils n'ont pas vues mais dont ils ont été mis au courant et qui m'ont empêché d'assurer des heures de cours, du reste facilement déstabilisable). De plus, je ne suis pas organisée et pas structurée: ni dans ma tête, ni dans mes cours, ni dans ma manière de parler, ce qui peut stresser les collégiens ou entraver leur compréhension. J'ai récemment pris conscience de ce dernier défaut et de son impact cruciale sur ma gestion de classe et je fais de mon mieux pour me corriger.
La principale adjointe du collège où je travaille m'a dit qu'elle pensait que quelqu'un comme moi prendrait plus de temps à apprendre les bases de l'enseignement qu'une autre. Cela ne me dérange pas de ronger mon frein et d'essuyer quelques échecs en attendant de pallier à mes défauts mais je n'ai aucun désir de rester toute ma carrière une enseignante médiocre, même si j'aime ce métier. J'aimerais bien pouvoir croire que la gestion de classe repose sur l'acquisition plus ou moins rapide de trucs, astuces et réflexes et non sur la possession d'un certain type de personnalité ou d'une "autorité naturelle" dont de toute évidence je suis dépourvue. Perfectionniste, j'aspire à devenir une bonne voire une très bonne prof car quelque chose en moi me dit que j'en suis capable. Pourtant j'ai peur de me fourvoyer.
Je ne souhaite toujours pas passer le capes, et me contente de vacations car quelque chose en moi a peur de s'engager dans une carrière dans laquelle je ne pourrais peut être pas être compétente.
Y a-t-il des enseignants qui connaissent ou ont connu ce type de situation? Auriez vous des conseils à me donner?
Je vous en remercie par avance.
Athéna.

athénavictrix
Je viens de m'inscrire !


Revenir en haut Aller en bas

Re: investie mais doutant de moi

Message par verdurin le Mar 5 Avr 2016 - 22:34

J'ai connu ce genre de situations. C'était, certes, une autre époque.
Si j'osais te donner un conseil, ce serait de ne pas t'impliquer émotionnellement avec tes élèves.
Et de te dire que c'est toi le chef. Ce qui n'a pas été évident pour moi.

Mais je crois, en te lisant, que tu es capable de réussir.

_________________
Contre la bêtise, les dieux eux mêmes luttent en vain.
Ni centidieux, ni centimètres.

verdurin
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: investie mais doutant de moi

Message par Rendash le Mar 5 Avr 2016 - 22:41

Tu aimes ce que tu fais, tu lis, et tu as envie de t'améliorer : tu seras bien moins médiocre que les incultes autosatisfaits qui sont à l'origine de la réforme Razz

L'autorité naturelle, c'est une connerie. On peut avoir, ou ne pas avoir, un certain charisme qui peut aider au début et tenir lieu d'autorité ; mais dans l'ensemble, l'autorité du professeur, à mon avis, repose plutôt sur sa maîtrise disciplinaire et didactique, et sur la posture professionnelle qu'il se construit petit à petit. Pour ça, le meilleur moyen est l'échange avec des collègues plus expérimentés, qui auront tous à un moment été confrontés aux mêmes difficultés que toi, et auront tous proposé un type de réponse ; tu n'as plus qu'à piocher là-dedans pour te construire ta propre autorité.

La première chose à faire est de bâtir des cours béton. Y compris dans la structure : ça facilite considérablement les choses, et ça permet, au moins, de régler les soucis de contenu et de se focaliser sur la gestion de classe ensuite. Disons que ça permet de pallier les insuffisances disciplinaires dont on souffre au début (parole de néotit' Wink ). Ensuite, échange avec les collègues : Néoprofs est un excellent moyen pour ça, précieux entre tous parce qu'il te permettra d'avoir des dizaines de dizaines d'avis et d'expériences différents, parmi lesquels tu n'auras plus qu'à piocher pour te construire ta propre façon de faire.

Etape par étape : tu es confrontée à un problème, que tu identifies ; tu testes une façon de le régler, puis une autre, jusqu'à ce que tu aies l'impression que ça fonctionne. Puis tu passes au suivant, usw.

Bon courage fleurs

Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: investie mais doutant de moi

Message par Awott le Jeu 7 Avr 2016 - 17:25

Il y a je trouve une tendance à associer maîtrise disciplinaire et capacité d'organiser l'apprentissage. Un manque d'organisation et/ou un manque de structure dans les cours n'est pas forcément le reflet de manque disciplinaire ( manque de didactique et/ou pedagogie à la rigueur ... )/

Après, il faut aussi faire attention dans ton ambition. Il est possible d'aimer transmettre, d'être pédagogue et d'avoir de bon retour dans ce domaine sans pour autant "avoir de quoi" être enseignant. Passer le CAPES et devenir enseignant c'est accepter l'éducation nationale, c'est accepter les réformes, les réunions, les équipes pédagogiques, les ministres et leurs réformes, les inspecteurs et leurs idées. Bref, autant de trucs qui pourraient te poser des problèmes que tu n'as pas encore forcément imaginé.
Il serait donc aussi raisonnable d'envisager une situation différente ( FLE par exemple ? ).

Awott
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: investie mais doutant de moi

Message par Ignatius Reilly le Jeu 7 Avr 2016 - 21:06

Bonjour,
tu as déjà conscience de ce que tu peux ou veux changer, car tu t'analyses beaucoup, mais penser à ses pratiques est important, et tu essaies dès lors tenter d' améliorer les choses.
La façon dont on parle aux gamins est très importante tu as raison. Et je me reconnais dans ce que tu dis. J'ai mauvais caractère, ne suis pas patient, et je préfère ma matière à la pédagogie. Je suis donc rude. Nous nous sommes peut- être plantés d'époque, car pour moi un gosse se tait, travaille et écoute. La démocratie dans la classe, très peu pour moi.

Ignatius Reilly
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: investie mais doutant de moi

Message par Jenny le Jeu 7 Avr 2016 - 21:21

Il faut prendre confiance en toi, les élèves sentent quand on manque d'assurance et en profitent. L'autorité, ça se travaille. Il faut que tu appliques ce que tu dis. Ne menace pas en l'air, punis si nécessaire.
Le conseil de Rendash est bon aussi.

Jenny
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: investie mais doutant de moi

Message par Fesseur Pro le Jeu 7 Avr 2016 - 22:59

Peut-être devrais tu passer le capes pour justement avoir un "vrai" statut et ainsi avoir enfin confiance en toi.

_________________
Pourvu que ça dure... professeur

Fesseur Pro
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: investie mais doutant de moi

Message par Eleven le Ven 8 Avr 2016 - 0:19

Passer le capes n'est pas la solution à tout. On peut être remplaçant et avoir confiance en soi. De plus, quand on est remplaçant, on est souvent dans des établissements difficiles et justement cela forge le caractère. Avoir une bonne équipe autour de soi, ça aide beaucoup ...

_________________
2015-2016 : Première année contractuelle : trois classes de cinquièmes, trois classes de sixièmes.
2016-2017 : Deuxième année contractuelle : deux classes de troisièmes, une classe de quatrièmes, trois classes de cinquièmes.

Eleven
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: investie mais doutant de moi

Message par POLINA le Ven 8 Avr 2016 - 17:13

@Ignatius Reilly a écrit:Bonjour,
tu as déjà conscience de ce que tu peux ou veux changer, car tu t'analyses beaucoup, mais penser à ses pratiques est important, et tu essaies dès lors tenter d' améliorer les choses.
La façon dont on parle aux gamins est très importante tu as raison. Et je me reconnais dans ce que tu dis. J'ai mauvais caractère, ne suis pas patient, et je préfère ma matière à la pédagogie. Je suis donc rude. Nous nous sommes peut- être plantés d'époque, car pour moi un gosse se tait, travaille et écoute. La démocratie dans la classe, très peu pour moi.
Malheureusement, c'est devenu une denrée rare.Faire taire un élève , oilà une mission quasi impossible aujourdh'ui.
J'ai également du mal à gérer mes classes surtout dans une matière comme les maths où les séances sont essentiellement basées sur des exercices que font les élèves. Ils ont alors une certaine liberté et en profitent pour bavarder.

POLINA
Je viens de m'inscrire !


Revenir en haut Aller en bas

Re: investie mais doutant de moi

Message par Anne-Blanchett le Ven 8 Avr 2016 - 20:15

@Fesseur Pro a écrit:Peut-être devrais tu passer le capes pour justement avoir un "vrai" statut et ainsi avoir enfin confiance en toi.

Oui, car c'est un concours pas toujours évident, surtout en externe.
Je me retrouve un peu dans les propos d'Athéna, mais aujourd'hui, je suis usée autant sur le plan physique qu'intellectuel/moral/mental quant au fait d'enseigner (et la préparation que cela suscite en amont).
Il y a certes cette question de légitimité mais, et j'en reste persuadée même si ça ne fait pas tout, un manque de formation, de suivi et de soutien. Sans compter que oui, les jeunes ne sont plus pareils, c'est attristant, il faut alors se concentrer sur les élèves intéressés, attentifs, travailleurs et polis.

Anne-Blanchett
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum