Pourquoi faut-il réformer ?

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Pourquoi faut-il réformer ?

Message par henriette le Lun 18 Avr 2016 - 19:21

@frigo a écrit:
@philbog a écrit:
Dire que certains se battent pour conserver notes, classement, redoublement, stigmatisation des élèves en difficulté en les comparants sans cesse aux bons élèves etc... L'école à l'ancienne du "c'était mieux avant"... On n'est pas près d'avancer!

Propos totalement stupide. J'ai redoublé au Lycée, et en aucun cas je ne me suis senti stigmatisé, au contraire cela a été une formidable chance pour moi. J'ai pu repartir de bon pied, avoir un bac solide et réussir mes études universitaires ( enfin tout est relatif, je ne suis que certifié Very Happy ).
Et j'ai mille exemples semblables autour de moi ...
Oui, mais ça, c'était avant, va-t-on te dire...
(moi aussi, j'ai plein d'exemples similaires au tien autour de moi et dans ma famille)

henriette
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi faut-il réformer ?

Message par Rendash le Lun 18 Avr 2016 - 19:37

@henriette a écrit:
@frigo a écrit:
@philbog a écrit:
Dire que certains se battent pour conserver notes, classement, redoublement, stigmatisation des élèves en difficulté en les comparants sans cesse aux bons élèves etc... L'école à l'ancienne du "c'était mieux avant"... On n'est pas près d'avancer!

Propos totalement stupide. J'ai redoublé au Lycée, et en aucun cas je ne me suis senti stigmatisé, au contraire cela a été une formidable chance pour moi. J'ai pu repartir de bon pied, avoir un bac solide et réussir mes études universitaires ( enfin tout est relatif, je ne suis que certifié Very Happy ).
Et j'ai mille exemples semblables autour de moi ...
Oui, mais ça, c'était avant, va-t-on te dire...
(moi aussi, j'ai plein d'exemples similaires au tien autour de moi et dans ma famille)

ET puis, on ne peut pas comprendre, on est d'anciens bons élèves. Conclusion : frigo n'est pas prof, évidemment! Tout s'explique! yesyes

(philbog non plus, dans ce cas Twisted Evil )

Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi faut-il réformer ?

Message par Fires of Pompeii le Lun 18 Avr 2016 - 19:41

C'est comme l'inclusion de tous les dys et élèves handicapés dans les classes : ah oui c'est beau le discours "on ne veut pas les stigmatiser en les mettant dans des classes à part", mais en attendant c'est juste une excuse pour réduire les coûts et supprimer les dispositifs qui aidaient vraiment ces élèves qui ont des besoins précis et différents. Accepter la différence ce n'est pas stigmatiser, et dire à un élève "toi tu as besoin de plus de temps pour apprendre" ça ne l'est pas non plus.

Edit : oh et puis qu'est-ce qu'il m'énerve ce mot "stigmatiser" !!!

Fires of Pompeii
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi faut-il réformer ?

Message par prof2maths le Mar 19 Avr 2016 - 11:11

@egomet a écrit:
@Cath a écrit:Le but de cette réforme étant de faire des économies, je ne vois pas comment elle pourrait donner l'impression d'autre chose...
Je trouve agaçant ce procès d'intention systématique.
Très peu de réformes,  en France du moins, et surtout chez les socialistes,  on comme objectif principal de faire des économies.
Mais toutes les réformes doivent traiter la question des moyens.  Il y a donc toujours des réajustements budgétaires à faire. Si un poste vous paraît sacrifié,  c'est parce qu'on a voulu lancer un nouveau projet coûteux,  et souvent inutile.  D'ailleurs,  quand on a simplement réussi à diminuer un déficit,  on s'empresse de présenter ça comme une cagnotte.  Pas vraiment une politique d'économies.
Il s'ensuit qu'aucune réforme n'a effectivement réalisé des économies.

Pourtant...

Si on se réfère à la mission d’audit de modernisation du collège de 2006 et au rapport de la cour des comptes de 2013, il y a bien une volonté de mieux rentabiliser les enseignants. Ils sont la seule variable d’ajustement dans un système à budget constant. Ces deux rapports expliquent en détail que la multiplicité des disciplines, la monovalence et les options ont un coût trop important, et donc préconisent clairement l'allégement de l’horaire hebdomadaire, la déstructuration progressive mais certaine de la rigidité des disciplines (via l'interdisciplinarité par exemple), le développement de la polyvalence au collège, la suppression des options, l’adaptabilité des emplois du temps et du contenu des programmes. N'est-ce pas là exactement ce que prévoit cette réforme? De plus, ces deux rapports - qui recommandent de faire les choses petit-à-petit - affichent clairement les buts visés, à savoir, je cite : « Sur le plan budgétaire, cette réforme représente un puissant outil d’économies structurelles. »

prof2maths
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi faut-il réformer ?

Message par Lefteris le Mar 19 Avr 2016 - 12:34

@prof2maths a écrit:
@egomet a écrit:
@Cath a écrit:Le but de cette réforme étant de faire des économies, je ne vois pas comment elle pourrait donner l'impression d'autre chose...
Je trouve agaçant ce procès d'intention systématique.
Très peu de réformes,  en France du moins, et surtout chez les socialistes,  on comme objectif principal de faire des économies.
Mais toutes les réformes doivent traiter la question des moyens.  Il y a donc toujours des réajustements budgétaires à faire. Si un poste vous paraît sacrifié,  c'est parce qu'on a voulu lancer un nouveau projet coûteux,  et souvent inutile.  D'ailleurs,  quand on a simplement réussi à diminuer un déficit,  on s'empresse de présenter ça comme une cagnotte.  Pas vraiment une politique d'économies.
Il s'ensuit qu'aucune réforme n'a effectivement réalisé des économies.

Pourtant...

Si on se réfère à la mission d’audit de modernisation du collège de 2006 et au rapport de la cour des comptes de 2013, il y a bien une volonté de mieux rentabiliser les enseignants. Ils sont la seule variable d’ajustement dans un système à budget constant. Ces deux rapports expliquent en détail que la multiplicité des disciplines, la monovalence et les options ont un coût trop important, et donc préconisent clairement l'allégement de l’horaire hebdomadaire, la déstructuration progressive mais certaine de la rigidité des disciplines (via l'interdisciplinarité par exemple), le développement de la polyvalence au collège, la suppression des options, l’adaptabilité des emplois du temps et du contenu des programmes. N'est-ce pas là exactement ce que prévoit cette réforme? De plus, ces deux rapports - qui recommandent de faire les choses petit-à-petit - affichent clairement les buts visés, à savoir, je cite : « Sur le plan budgétaire, cette réforme représente un puissant outil d’économies structurelles. »
Bien sûr, la destruction progressive des statuts et des disciplines accompagne systématiquement les réformes présentées comme pseudo-pédagogiques. Hasard ?
Il faudrait être aveugle et ne lire aucun rapport inspiré de l'OCDE (celui de la Cour des Comptes en fait partie) pour ne pas le comprendre. Les seuls à faire semblant d'y croire sont les pédagogistes, sortes de parasites n'enseignant pas ou ayant des fromages à conserver, qui sont à la fois les initiateurs et les suiveurs de ce genre de réformes. Qui n'applaudirait pas à des sentences telles que : "le nombre d'heures n'est pas important ?" . Ceux qui suivent un peu se souviennent d'ailleurs comment le Marchand de Shampoing reprenait ça ad nauseam pour supprimer des postes. Tout est à l'avenant.
Comment croire une seconde que supprimer le latin ou l'allemand à X va améliorer les résultats de Y par effet mécanique ? Comment croire que baisser le volume horaire des cours permet d'apprendre plus ?
La seule vérité, c'est que les ordres reçus sont de rogner sur les dépenses publiques, que de toute manière 90 % des emplois à pourvoir dans "l'économie de demain" devront être peu qualifiés et flexibles, dans les services, et que l'EN se trouve ne première ligne pur assurer ces deux objectifs : réduire les dépenses, en tant que première administration numériquement, et se mettre au service de l'économie voulue par l'OCDE, l'UE et consorts.


_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi faut-il réformer ?

Message par Carnyx le Mar 19 Avr 2016 - 12:47

@Lefteris a écrit:
La seule vérité, c'est que les ordres reçus sont de rogner sur les dépenses publiques, que  de toute manière 90 % des emplois à pourvoir dans "l'économie de demain" devront être peu qualifiés et flexibles, dans les services, et que l'EN se trouve ne première ligne pur assurer ces deux objectifs : réduire les dépenses, en tant que première administration numériquement, et se mettre au service de l'économie voulue par l'OCDE, l'UE et consorts.
Il faut uberiser l'Éducation nationale !
Le rêve des pédagos et des gestionnaires !

_________________
Of all tyrannies, a tyranny sincerely exercised for the good of its victims may be the most oppressive. It would be better to live under robber barons than under omnipotent moral busybodies. The robber baron’s cruelty may sometimes sleep, his cupidity may at some point be satiated; but those who torment us for our own good will torment us without end for they do so with the approval of their own conscience.

Carnyx
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi faut-il réformer ?

Message par MUTIS le Mar 19 Avr 2016 - 13:10

@Lefteris a écrit:
@prof2maths a écrit:
@egomet a écrit:
@Cath a écrit:Le but de cette réforme étant de faire des économies, je ne vois pas comment elle pourrait donner l'impression d'autre chose...
Je trouve agaçant ce procès d'intention systématique.
Très peu de réformes,  en France du moins, et surtout chez les socialistes,  on comme objectif principal de faire des économies.
Mais toutes les réformes doivent traiter la question des moyens.  Il y a donc toujours des réajustements budgétaires à faire. Si un poste vous paraît sacrifié,  c'est parce qu'on a voulu lancer un nouveau projet coûteux,  et souvent inutile.  D'ailleurs,  quand on a simplement réussi à diminuer un déficit,  on s'empresse de présenter ça comme une cagnotte.  Pas vraiment une politique d'économies.
Il s'ensuit qu'aucune réforme n'a effectivement réalisé des économies.

Pourtant...

Si on se réfère à la mission d’audit de modernisation du collège de 2006 et au rapport de la cour des comptes de 2013, il y a bien une volonté de mieux rentabiliser les enseignants. Ils sont la seule variable d’ajustement dans un système à budget constant. Ces deux rapports expliquent en détail que la multiplicité des disciplines, la monovalence et les options ont un coût trop important, et donc préconisent clairement l'allégement de l’horaire hebdomadaire, la déstructuration progressive mais certaine de la rigidité des disciplines (via l'interdisciplinarité par exemple), le développement de la polyvalence au collège, la suppression des options, l’adaptabilité des emplois du temps et du contenu des programmes. N'est-ce pas là exactement ce que prévoit cette réforme? De plus, ces deux rapports - qui recommandent de faire les choses petit-à-petit - affichent clairement les buts visés, à savoir, je cite : « Sur le plan budgétaire, cette réforme représente un puissant outil d’économies structurelles. »
Bien sûr, la destruction progressive des statuts et des disciplines accompagne systématiquement  les réformes présentées comme pseudo-pédagogiques. Hasard ?
Il faudrait être aveugle et ne lire aucun rapport inspiré de l'OCDE (celui de la Cour des Comptes en fait partie) pour ne pas le comprendre. Les seuls à faire semblant d'y croire sont les pédagogistes, sortes de parasites n'enseignant pas ou ayant des fromages à conserver, qui sont à la fois les initiateurs et les suiveurs de ce genre de réformes. Qui n'applaudirait pas à des sentences telles que  : "le nombre d'heures n'est pas important ?" . Ceux qui suivent un peu  se souviennent d'ailleurs comment le Marchand de Shampoing  reprenait  ça ad nauseam pour supprimer des postes. Tout est à l'avenant.
Comment croire une seconde que supprimer le latin ou l'allemand à X va améliorer les résultats de Y par effet mécanique ? Comment croire que baisser le volume horaire des cours permet d'apprendre plus ?
La seule vérité, c'est que les ordres reçus sont de rogner sur les dépenses publiques, que  de toute manière 90 % des emplois à pourvoir dans "l'économie de demain" devront être peu qualifiés et flexibles, dans les services, et que l'EN se trouve ne première ligne pur assurer ces deux objectifs : réduire les dépenses, en tant que première administration numériquement, et se mettre au service de l'économie voulue par l'OCDE, l'UE et consorts.


yesyes yesyes yesyes topela

_________________
"Heureux soient les fêlés car ils laissent passer la lumière" (Audiard)
"Ce n'est pas l'excès d'autorité qui est dangereux, c'est l'excès d'obéissance" (Primo Levi)
"La littérature, quelque passion que nous mettions à le nier, permet de sauver de l'oubli tout ce sur quoi le regard contemporain, de plus en plus immoral, prétend glisser dans l'indifférence absolue" (Enrique Vila-Matas)

MUTIS
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi faut-il réformer ?

Message par Zenxya le Mar 19 Avr 2016 - 15:07

"le nombre d'heures n'est pas important ?"

Rappelez-vous l'argument massue servit à l'occasion du passage à 3 ans du bac pro : "l'égale dignité des voies de formation".
Qui aurait cru que la dignité se cachait là !

Zenxya
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum