Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Gilbertine
Neoprof expérimenté

Poèmes sur la perte de l'être aimé

par Gilbertine le Ven 22 Avr 2016 - 17:15
Je recherche des poèmes de deuil pour réaliser une anthologie funéraire, dirons-nous. Ce n'est pas destiné à mes élèves, mais je n'ai pas les idées très claires pour choisir un poème de Pétrarque, de Dante, ou encore de Roubaud.

Les textes que j'envisage de mettre dans cette anthologie :
Auden, Funeral blues
Vlado Gotovac, Crna jedra (il faut que je traduise le texte)
Hugo
Je cherche encore pour Desnos et Eluard.

Je suis au point mort, merci d'avance de votre aide.

_________________
"votre mystère étant resté là où est mort mon silence"
avatar
Isidoria
Doyen

Re: Poèmes sur la perte de l'être aimé

par Isidoria le Ven 22 Avr 2016 - 17:19
Eluard "notre vie".
avatar
Gilbertine
Neoprof expérimenté

Re: Poèmes sur la perte de l'être aimé

par Gilbertine le Ven 22 Avr 2016 - 17:21
Merci Isi, tu as raison.

_________________
"votre mystère étant resté là où est mort mon silence"
avatar
Isidoria
Doyen

Re: Poèmes sur la perte de l'être aimé

par Isidoria le Ven 22 Avr 2016 - 17:26
Sinon "el desdichado" de Nerval s'approche de cette thématique aussi.
avatar
superpedro
Niveau 6

Re: Poèmes sur la perte de l'être aimé

par superpedro le Ven 22 Avr 2016 - 17:30
Les textes de Michaux après la mort de sa femme...

_________________

  • "Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." Merci Van Damme.
avatar
superpedro
Niveau 6

Re: Poèmes sur la perte de l'être aimé

par superpedro le Ven 22 Avr 2016 - 17:31
Nous deux encore, je viens de vérifier

_________________

  • "Si tu travailles avec un marteau-piqueur pendant un tremblement de terre, désynchronise-toi, sinon tu travailles pour rien." Merci Van Damme.
avatar
Gilbertine
Neoprof expérimenté

Re: Poèmes sur la perte de l'être aimé

par Gilbertine le Ven 22 Avr 2016 - 17:36
Merci. Vous êtes plus inspirés que moi.

_________________
"votre mystère étant resté là où est mort mon silence"
Izambard
Neoprof expérimenté

Re: Poèmes sur la perte de l'être aimé

par Izambard le Ven 22 Avr 2016 - 17:39
L'éternité à lourmarin, de René Char
Invité El
Expert spécialisé

Re: Poèmes sur la perte de l'être aimé

par Invité El le Ven 22 Avr 2016 - 18:02
Gilbertine, sur ce thème, je donne ceux-ci par exemple: 

Comme on voit sur la branche au mois de Mai la rose
En sa belle jeunesse, en sa premiere fleur
Rendre le ciel jaloux de sa vive couleur,
Quand l'Aube de ses pleurs au point du jour l'arrose:

La grace dans sa feuille, et l'amour se repose,
Embaumant les jardins et les arbres d'odeur:
Mais battue ou de pluie, ou d'excessive ardeur,
Languissante elle meurt feuille à feuille déclose:

Ainsi en ta premiere et jeune nouveauté,
Quand la terre et le ciel honoroient ta beauté,
La Parque t'a tuée, et cendre tu reposes.

Pour obseques reçois mes larmes et mes pleurs,
Ce vase plein de lait, ce panier plein de fleurs,
Afin que vif, et mort, ton corps ne soit que roses.

Ronsard, 2d livre des Amours




A vous qui construisez la nouvelle maison

Quand tu relèveras tes murs – 
Ton âtre, ta couche, table et chaise – 
Tes larmes sur ceux qui s’en sont allés,
Qui n’habiteront plus avec toi,
Tes larmes,
Point ne les appends à la pierre
Point au bois – 
Des pleurs sinon tomberaient dans ton sommeil, 
Ce court sommeil qu’il te faut encore faire. 

Ne soupire pas quand tu mettras les draps à ton lit
Tes rêves sinon se mêleraient
A la sueur des morts. 

Ah, murs et objets familiers sont
Telles les harpes éoliennes, réceptifs,
Et tel un cham où pousse la souffrance,
Et sentent toute trace en toi d’alliance à la poussière. 

Construis quand s’écoule le sablier
Mais ne pleure pas les minutes en allées
Ensemble avec la poussière
Qui recouvre la lumière. 

Nelly Sachs 
Spoiler:
Wenn du dir deine Wände neu aufrichtest – 
Deinen Herd, Schlafstatt, Tisch und Stuhl –
Hänge nicht deine Tränen um sie, die dahingegangen, 
Die nicht mehr mit dir wohnen werden 
An den Stein 
Nicht an das Holz – 
Es weint sonst in deinen Schlaf hinein,
Den kurzen, den du noch tun mußt.
Seufze nicht, wenn du dein Laken bettest, 
Es mischen sich sonst deine Träume 
Mit dem Schweiß der Toten.
Ach, es sind die Wände und die Geräte 
Wie die Windharfen empfänglich 
Und wie ein Acker, darin dein Leid wächst, 
Und spüren das Staubverwandte in dir.
Baue, wenn die Stundenuhr rieselt,
Aber weine nicht die Minuten fort
Mit dem Staub zusammen, 
Der das Licht verdeckt.



Le poème 65 de Catulle (... Numquam ego te uita frater amabilior/Aspiciam posthac; at certe semper amabo...)
avatar
Gilbertine
Neoprof expérimenté

Re: Poèmes sur la perte de l'être aimé

par Gilbertine le Ven 22 Avr 2016 - 18:04
Merci Izambard et Elpenor.

_________________
"votre mystère étant resté là où est mort mon silence"
avatar
Zazk
Fidèle du forum

Re: Poèmes sur la perte de l'être aimé

par Zazk le Ven 22 Avr 2016 - 18:12
Et un sourire… (1951)

La nuit n’est jamais complète
Il y a toujours, puisque je le dis
Puisque je l’affirme
Au bout du chagrin
Une fenêtre ouverte
Une fenêtre éclairée
Il y a toujours un rêve qui veille
Désir à combler, faim à satisfaire
Un cœur généreux
Une main tendue, une main ouverte
Des yeux attentifs
Une vie, la vie à se partager…


Paul Éluard
Invité El
Expert spécialisé

Re: Poèmes sur la perte de l'être aimé

par Invité El le Ven 22 Avr 2016 - 18:12
Ah, et puis il y a des perles dans les épigrammes funéraires de l'Anthologie Palatine. Par exemple: 

Ναυηγοῦ τάφος εἰμι· σὺ δὲ πλέε· καὶ γὰρ ὅθ’ἡμεῖς
ὠλλύμεθ’, αἱ λοιπαὶ νῆες ἐποντοπόρουν.

Je suis la tombe d'un naufragé ; mais toi, continue ta route ; car lorsque nous avons sombré, les autres navires voguaient à pleines voiles.


Anthologie Palatine, VII, 282

Tu peux mettre ça sur la couverture (?) de ton anthologie éventuellement: 

avatar
Gilbertine
Neoprof expérimenté

Re: Poèmes sur la perte de l'être aimé

par Gilbertine le Ven 22 Avr 2016 - 18:17
Merci à tous.

Elpenor, en échange, j'ai déposé une autre fiche de bricolage. Wink

_________________
"votre mystère étant resté là où est mort mon silence"
Invité El
Expert spécialisé

Re: Poèmes sur la perte de l'être aimé

par Invité El le Ven 22 Avr 2016 - 18:17
Merci Gilbertine 
avatar
nuages
Doyen

Re: Poèmes sur la perte de l'être aimé

par nuages le Ven 22 Avr 2016 - 18:50
Plus largement tout le recueil Le Temps déborde d'Eluard est consacré à la mort de Nusch (voir en particulier le très beau poème "Ma morte vivante") . Il y a aussi les poèmes de Jaccottet sur la mort de Louis Haesler , son beau-père admiré,  qui figurent dans Leçons et A la lumière d'hiver.
avatar
Isidoria
Doyen

Re: Poèmes sur la perte de l'être aimé

par Isidoria le Ven 22 Avr 2016 - 18:53
Oui, j'y avais pensé en effet au départ, mais je n'avais pas de titre en tête.
avatar
Al-qalam
Grand sage

Re: Poèmes sur la perte de l'être aimé

par Al-qalam le Ven 22 Avr 2016 - 19:01
Desnos, Dernier poème (écrit dans un camp de concentration, peu avant sa mort). Mis en musique par Poulenc.
(ici, à 1'42 : https://www.youtube.com/watch?v=ODOCDsrOrm8)

J'ai rêvé tellement fort de toi,
J'ai tellement marché, tellement parlé,
Tellement aimé ton ombre,
Qu'il ne me reste plus rien de toi.
Il me reste d'être l'ombre parmi les ombres
D'être cent fois plus ombre que l'ombre
D'être l'ombre qui viendra et reviendra
dans ta vie ensoleillée.
avatar
Al-qalam
Grand sage

Re: Poèmes sur la perte de l'être aimé

par Al-qalam le Ven 22 Avr 2016 - 19:28
Je ne sais pas si tu cherches aussi du côté de la poésie étrangère, mais il y a ce poème arabe de Majnun à Layla

Ô tombe de Layla, je les entends d'ici
Les femmes de la Perse et celles d'Arabie
Pousser, en te voyant, les longs cris du malheurs
Ô tombe de Layla, abrite dans l'honneur
Celle qui répandra les grâce sur nos vies !
Ô tombe de Layla, la voici étrangère :
Ni oncle ni cousin ne partagent sa terre
Jamais auparavant, tombe, tu n'abritas
Une femme aussi noble et pure que Layla.
Ô tombe de Layla, ils sont loin aujourd'hui,
Mère, tant et tous ceux qui étaient son abri.
avatar
cannelle21
Grand Maître

Re: Poèmes sur la perte de l'être aimé

par cannelle21 le Ven 22 Avr 2016 - 19:44
La source est à vérifier, mais ce poème m'a beaucoup aidée.

La mort n'est rien
La mort n'est rien,
je suis seulement passé, dans la pièce à côté.

Je suis moi. Vous êtes vous.
Ce que j'étais pour vous, je le suis toujours.

Donnez-moi le nom que vous m'avez toujours donné,
parlez-moi comme vous l'avez toujours fait.
N'employez pas un ton différent,
ne prenez pas un air solennel ou triste.
Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.

Priez, souriez,
pensez à moi,
priez pour moi.

Que mon nom soit prononcé à la maison
comme il l'a toujours été,
sans emphase d'aucune sorte,
sans une trace d'ombre.

La vie signifie tout ce qu'elle a toujours été.
Le fil n'est pas coupé.
Pourquoi serais-je hors de vos pensées,
simplement parce que je suis hors de votre vue ?
Je ne suis pas loin, juste de l'autre côté du chemin.

Canon Henry Scott-Holland (1847-1918), traduction d'un extrait de "The King of Terrors", sermon sur la mort 1910
Quelquefois attribué à Charles Péguy, d'après un texte de Saint Augustin

_________________
Il y a des gens si bêtes que si une idée apparaissait à la surface de leur cerveau, elle se suiciderait, terrifiée de solitude.
avatar
Gilbertine
Neoprof expérimenté

Re: Poèmes sur la perte de l'être aimé

par Gilbertine le Ven 22 Avr 2016 - 19:46
Merci, vos propositions sont très intéressantes. veneration

_________________
"votre mystère étant resté là où est mort mon silence"
avatar
Nadejda
Monarque

Re: Poèmes sur la perte de l'être aimé

par Nadejda le Ven 22 Avr 2016 - 19:50
Paul Celan

Flocons noirs

La neige est tombée, éteinte. Voici une lune,
voire deux, que l’automne dans sa bure de moine
m’a apporté à moi aussi un message, une feuille des terrils d’Ukraine :

« Songe qu’ici aussi il fait hiver, pour la millième fois
dans le pays où coule le plus large des fleuves :
sang céleste de Jacob, béni par des haches…
Ô glace d’un rouge étranger à ce monde – son hetman le passe à gué avec toute sa
troupe vers des soleils qui s’enténèbrent… Enfant, ah ! un linge
dans lequel me draper quand les casques rutilent,
quand le bloc de glace, rosissant, se fend, quand les os de ton père
poudroient comme neige, se repent sous les sabots
le chant du cèdre…
Un linge, rien qu’un mouchoir, afin que j’y garde,
maintenant que tu apprends à pleurer, près de moi
l’exiguïté du monde qui jamais ne verdoie, mon enfant, pour ton enfant ! »

Que n’a-t-il saigné, mère, l’automne en filant entre mes mains, que ne m’a-t-elle brûlé la neige :
que n’ai-je cherché mon cœur, pour qu’il pleure, que n’ai-je trouvé le souffle, ah ! celui de l’été,
il était comme toi.
M’est venue la larme. Ai tissé le linge.

Spoiler:
Schwarze Flocken

Schnee ist gefallen, lichtlos. Ein Mond
ist es schon oder zwei, dass der Herbst unter mönchischer Kutte
Botschaft brachte auch mir, ein Blatt aus ukrainischen Halden:

‘Denk, dass es wintert auch hier, zum tausendstenmal nun
im Land, wo der breiteste Strom fliesst:
Jaakobs himmlisches Blut, benedeiet von Äxten…
O Eis von unirdischer Röte – es watet ihr Hetman mit allem
Tross in die finsternden Sonnen… Kind, ach ein Tuch,
mich zu hüllen darein, wenn es blinket von Helmen,
wenn die Scholle, die rosige, birst, wenn schneeig stäubt das Gebein
deines Vaters, unter den Hufen zerknirscht
das Lied von der Zeder…
Ein Tuch, ein Tüchlein nur schmal, dass ich wahre
nun, da zu weinen du lernst, mir zur Seite
die Enge der Welt, die nie grünt, mein Kind, deinem Kinde!’

Blutete, Mutter, der Herbst mir hinweg, brannte der Schnee mich:
sucht ich mein Herz, dass es weine, fand ich den Hauch, ach des Sommers,
war er wie du.
Kam mir die Träne. Webt ich das Tüchlein.

Le tremble (Espenbaum)

(Tremble, blanches sont tes feuilles dans la nuit
Les cheveux de ma mère ne sont jamais devenus blancs.

Dent-de-lion, si verte est la plaine d’Ukraine
Ma blonde mère n’est pas rentrée chez nous.

Nuage de pluie, tardes-tu, à l’approche des puits ?
Ma douce mère pleure pour tous.

Étoile ronde, tu enroules la traîne d’or.
Le cœur de ma mère a été blessé par le plomb.

Porte de chêne, qui t’a soulevée hors des gonds ?
Ma tendre mère ne peut pas venir).

Spoiler:
Espenbaum, dein Laub blickt weiss ins Dunkel.
Meiner Mutter Haar ward nimmer weiss.

Löwenzahn, so grün ist die Ukraine.
Meine blonde Mutter kam nicht heim.

Regenwolke, säumst du an den Brunnen?
Meine leise Mutter weint für alle.

Runder Stern, du schlingst die goldne Schleife.
Meiner Mutter Herz ward wund von Blei.

Eichne Tür, wer hob dich aus den Angeln?
Meine sanfte Mutter kann nicht kommen.
avatar
Al-qalam
Grand sage

Re: Poèmes sur la perte de l'être aimé

par Al-qalam le Ven 22 Avr 2016 - 19:54
On trouve aussi cela chez Khayyam, mais je ne sais pas si ça rentre dans ton thème

Nos amis nous ont quittés, qui partageaient notre coeur
L'un après l'autre écrasés sous le talon de la Mort?
Au banquet de la vie tous ayant le même vin bu
L’ivresse les a vaincus quelques tournées avant nous.

Formée la coupe précieuse, ses courbes assujetties
L'ivrogne en sa fureur n'ose en détruire l'harmonie
Mais les membres délicats de tant d'êtres de beauté,
Quel amour les a créés, quelle rage anéantis ?

Le décret fatal d'En-Haut ne laisse une rose naître
Qu'il ne la brise bientôt et ne la livre à la terre
Si la poussière du sol comme l'eau s'évaporait,
Eternellement pleuvrait le sang des personnes chères
avatar
Nadejda
Monarque

Re: Poèmes sur la perte de l'être aimé

par Nadejda le Ven 22 Avr 2016 - 19:55
Avrom Sutzkever :


Sur la chaussée du ghetto en bringuebalant
Est passée une charrette remplie de chaussures
Encore chaude des pieds qui les avaient portées
Cadeau effroyable des exterminés et j’ai
Reconnu de ma mère la chaussure éculée
A la bouche béante ourlée de lèvres ensanglantées.

Courant derrière le convoi j’ai crié
Je veux être offrande à ton amour
Tomber à genoux et baiser
La poussière de ta chaussure frémissante
Et la sacrer phylactère sur mon front
En prononçant ton nom
Toutes les chaussures dans le brouillard des larmes
Sont devenues chaussures de ma mère.
Et ma main tendue est retombée inerte
Se refermant comme sur le vide du rêve.
Depuis ma conscience est une chaussure tordue.

Juillet 1943, ghetto de Vilnius
avatar
cannelle21
Grand Maître

Re: Poèmes sur la perte de l'être aimé

par cannelle21 le Ven 22 Avr 2016 - 19:56
@Nadejda a écrit:Avrom Sutzkever :


   Sur la chaussée du ghetto en bringuebalant
   Est passée une charrette remplie de chaussures
   Encore chaude des pieds qui les avaient portées
   Cadeau effroyable des exterminés et j’ai
   Reconnu de ma mère la chaussure éculée
   A la bouche béante ourlée de lèvres ensanglantées.

   Courant derrière le convoi j’ai crié
   Je veux être offrande à ton amour
   Tomber à genoux et baiser
   La poussière de ta chaussure frémissante
   Et la sacrer phylactère sur mon front
   En prononçant ton nom
   Toutes les chaussures dans le brouillard des larmes
   Sont devenues chaussures de ma mère.
   Et ma main tendue est retombée inerte
   Se refermant comme sur le vide du rêve.
   Depuis ma conscience est une chaussure tordue.

Juillet 1943, ghetto de Vilnius

Quel poème émouvant !

_________________
Il y a des gens si bêtes que si une idée apparaissait à la surface de leur cerveau, elle se suiciderait, terrifiée de solitude.
avatar
Gilbertine
Neoprof expérimenté

Re: Poèmes sur la perte de l'être aimé

par Gilbertine le Ven 22 Avr 2016 - 20:11
Merci Nadejda.

Al qalam, quel traducteur retiens-tu pour Omar Khayyam ?

_________________
"votre mystère étant resté là où est mort mon silence"
Contenu sponsorisé

Re: Poèmes sur la perte de l'être aimé

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum