Vapotage en salle des profs

Page 13 sur 16 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15, 16  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Vapotage en salle des profs

Message par Babsie le Dim 1 Mai 2016 - 1:40

@Shere Khan a écrit:Allez, pour relever le niveau :
Le Parfum : Histoire díun meurtrier - Patrick Süskind (1985)


Au XVIII° siècle vécut en France un homme qui compta parmi les personnages les plus géniaux et les plus abominables de cette époque qui pourtant ne manqua pas de génies abominables. Cíest son histoire quíil síagit de raconter ici. Il síappelait Jean-Baptiste Grenouille et si son nom, à la différence de ceux díautres scélérats de génie comme par exemple Sade, Saint-Just, Fouché, Bonaparte, etc., est aujourdíhui tombé dans líoubli, ce níest assurément pas que Grenouille fût moins bouffi díorgueil, moins ennemi de líhumanité, moins immoral, en un mot moins impie que ces malfaiteurs plus illustres, mais cíest que son génie et son unique ambition se bornèrent à un domaine qui ne laisse point de traces dans líhistoire : au royaume évanescent des odeurs.
A líépoque dont nous parlons, il régnait dans les villes une puanteur à peine imaginable pour les modernes que nous sommes. Les rues puaient le fumier, les arrière-cours puaient líurine, les cages díescalier puaient le bois moisi et la crotte de rat, les cuisines le chou pourri et la graisse de mouton; les pièces díhabitation mal aérées puaient la poussière renfermée, les chambres à coucher puaient les draps graisseux, les courtepointes moites et le remugle âcre des pots de chambre. Les cheminées crachaient une puanteur de soufre, les tanneries la puanteur de leurs bains corrosifs, et les abattoirs la puanteur du sang caillé. Les gens puaient la sueur et les vêtements non lavés; leurs bouches puaient les dents gâtées, leurs estomacs puaient le jus díoignons, et leurs corps, dès quíils níétaient plus tout jeunes, puaient le vieux fromage et le lait aigre et les tumeurs éruptives. Les rivières puaient, les places puaient, les églises puaient, cela puait sous les ponts et dans les palais. Le paysan puait comme le prêtre, le compagnon tout comme líépouse de son maître artisan, la noblesse puait du haut jusquíen bas, et le roi lui-même puait, il puait comme un fauve, et la reine comme une vieille chèvre, été comme hiver. Car en ce XVIII° siècle, líactivité délétère des bactéries ne rencontrait encore aucune limite, aussi níy avait-il aucune activité humaine, quíelle fût constructive ou destructive, aucune manifestation de la vie en germe ou bien à son déclin, qui ne fût accompagnée de puanteur.
Et cíest naturellement à Paris que la puanteur était la plus grande, car Paris était la plus grande ville de France. Et au sein de la capitale il était un endroit où la puanteur régnait de façon particulièrement infernale, entre la rue aux Fers et la rue de la Ferronnerie, cíétait le cimetière des Innocents. Pendant huit cents ans, on avait transporté là les morts de líHôtel-Dieu et des paroisses circonvoisines, pendant huit cents ans on y avait jour après jour charroyé les cadavres par douzaines et on les y avait déversés dans de longues fosses, pendant huit cents ans on avait rempli par couches successives charniers et ossuaires. Ce níest que plus tard, à la veille de la Révolution, quand certaines de ces fosses communes se furent dangereusement effondrées et que la puanteur de ce cimetière débordant déclencha chez les riverains non plus de simples protestations, mais de véritables émeutes, quíon finit par le fermer et par líéventrer, et quíon pelleta des millions díossements et de crânes en direction des catacombes de Montmartre, et quíon édifia sur les lieux une place de marché.

Il faut aussi signaler Le miasme et la jonquille de Alain Corbin, une histoire des odeurs à Paris.

"Hygiénisme": encore une excuse, il est normal de chercher à vivre dans un environnement le plus sain possible. sinon, je jette mes papiers dans la rue, par peur d'être une vilaine hygiéniste-curé obsédée.

Babsie
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vapotage en salle des profs

Message par Babsie le Dim 1 Mai 2016 - 1:41

@Rendash a écrit:
@Babsie a écrit:
@Rendash a écrit:
@Babsie a écrit:

Vous avez évacué le sujet, pas moi, j'y tiens: la clope ça pue horriblement. Bien plus intensément que n'importe quel parfum que j'ai pu sentir, et bien plus loin que toutes les aisselles suant que j'ai pu croiser. On sue naturellement, on ne clope pas naturellement.

Eurk. Mais, fort bien : si l'odeur a une importance, tous les nez doivent être pris en compte. L'odeur de la vapote (puisque c'est de ça qu'il s'agit et non de cigarette) est quant à elle nettement moins persistante que celle des aisselles ou des pieds, mais libre à chacun d'avoir sa préférence. La sueur et la crasse pour toi, la clope et la vapote pour moi Laughing

L'odeur de la vapote ne me dérange pas, c'est le contenu de ce que j'inhale qui m'intéresserait en revanche. Par contre la clope, ça pue, vraiment. C'est même à vomir quand il y a une imprégnation un peu forte des vêtements. Je préfère largement les aisselles, ça sent moins loin et moins fort. Et surtout, je croise beaucoup moins de gens qui sentent des aisselles que de gens qui sentent de la clope.

Oui, la clope, ça pue, mais je ne comprends pas bien le rapport avec le sujet, en fait. On ne fume pas en salle des profs, pour ce que j'en sais, si?
L'interdiction de la vapote ne repose que sur du vent, le fait est là. D'aucuns appellent ce vent principe de précaution, et développent une litanie ( Laughing ) pour essayer de le justifier, mais le fait est que ça ne repose que sur du vent. Tout est là.

Le fait est que les affirmations que la vapote est inoffensive reposent sur du vent aussi.

Babsie
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vapotage en salle des profs

Message par Rendash le Dim 1 Mai 2016 - 1:42

@Babsie a écrit:
@Rendash a écrit:
@Babsie a écrit:
@Rendash a écrit:

Eurk. Mais, fort bien : si l'odeur a une importance, tous les nez doivent être pris en compte. L'odeur de la vapote (puisque c'est de ça qu'il s'agit et non de cigarette) est quant à elle nettement moins persistante que celle des aisselles ou des pieds, mais libre à chacun d'avoir sa préférence. La sueur et la crasse pour toi, la clope et la vapote pour moi Laughing

L'odeur de la vapote ne me dérange pas, c'est le contenu de ce que j'inhale qui m'intéresserait en revanche. Par contre la clope, ça pue, vraiment. C'est même à vomir quand il y a une imprégnation un peu forte des vêtements. Je préfère largement les aisselles, ça sent moins loin et moins fort. Et surtout, je croise beaucoup moins de gens qui sentent des aisselles que de gens qui sentent de la clope.

Oui, la clope, ça pue, mais je ne comprends pas bien le rapport avec le sujet, en fait. On ne fume pas en salle des profs, pour ce que j'en sais, si?
L'interdiction de la vapote ne repose que sur du vent, le fait est là. D'aucuns appellent ce vent principe de précaution, et développent une litanie ( Laughing ) pour essayer de le justifier, mais le fait est que ça ne repose que sur du vent. Tout est là.

Le fait est que les affirmations que la vapote est inoffensive reposent sur du vent aussi.

Je ne l'ai lu nulle part Smile

Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vapotage en salle des profs

Message par Shere Khan le Dim 1 Mai 2016 - 1:43

A ce niveau-là, si, c'est de l'hygiénisme, et on en crève, à force.

_________________
Les socialistes, ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnaît.. Twisted Evil
Un éléphant (républicain…) ça Trump énormément (celle-là, j'en suis très fier) yesyes

Shere Khan
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vapotage en salle des profs

Message par Dinaaa le Dim 1 Mai 2016 - 1:46

@Babsie a écrit:

Si vous lisez Marc Levy à côté de moi, je ne lis pas en même temps que vous. C'est tout. C'est pourtant simple.
Se cacher aussi derrière la légalité est un peu faible. Beaucoup de choses sont légales et pourtant mauvaises dans l'absolu.

C'est fou, encore une fois, je suis parfaitement d'accord avec ça ! Very Happy

Marc Levy est mauvais pour la santé intellectuelle, si vous consommez du Marc Levy à outrance vous aurez ensuite une conversation pourrie qu'il me faudra subir poliment si nous sommes collègues (ceci est une aimable boutade, inutile d'y accorder trop d'importance).

Quant à la loi... il est évident que certaines choses sont légales et pourtant mauvaises... mais la loi est tout de même la garantie que personne ne va s'ériger en petit chef et imposer son petit point de vue aux autres... n'est-ce pas ? Ceci n'est pas une aimable boutade, c'est une vraie conviction : si "la légalité est un peu faible" (ok, la citation est tronquée), alors je me demande quel cadre devrait organiser la vie en société.

Dinaaa
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vapotage en salle des profs

Message par Rendash le Dim 1 Mai 2016 - 1:47

@Dinaaa a écrit:

Marc Levy est mauvais pour la santé intellectuelle, si vous consommez du Marc Levy à outrance vous aurez ensuite une conversation pourrie qu'il me faudra subir poliment si nous sommes collègues

veneration Laughing



Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vapotage en salle des profs

Message par Babsie le Dim 1 Mai 2016 - 1:48

@Rendash a écrit:
@Babsie a écrit:
@Rendash a écrit:
@Babsie a écrit:

L'odeur de la vapote ne me dérange pas, c'est le contenu de ce que j'inhale qui m'intéresserait en revanche. Par contre la clope, ça pue, vraiment. C'est même à vomir quand il y a une imprégnation un peu forte des vêtements. Je préfère largement les aisselles, ça sent moins loin et moins fort. Et surtout, je croise beaucoup moins de gens qui sentent des aisselles que de gens qui sentent de la clope.

Oui, la clope, ça pue, mais je ne comprends pas bien le rapport avec le sujet, en fait. On ne fume pas en salle des profs, pour ce que j'en sais, si?
L'interdiction de la vapote ne repose que sur du vent, le fait est là. D'aucuns appellent ce vent principe de précaution, et développent une litanie ( Laughing ) pour essayer de le justifier, mais le fait est que ça ne repose que sur du vent. Tout est là.

Le fait est que les affirmations que la vapote est inoffensive reposent sur du vent aussi.

Je ne l'ai lu nulle part Smile

Si tu as le courage de bien relire bien le fil, tu verras que c'est la thèse qui ressort en creux des interventions: on se concentre au début sur l'odeur de la vapeur en évacuant l'aspect contenu chimique (parce qu'apparemment ce n'est même pas envisagé), puis quand ce sujet est abordé, on affirme que c'est moins beaucoup moins nuisible que la cigarette. Le mot "inoffensif" n'est pas employé, mais il résume toutes les paraphrases qui vont dans ce sens.

Babsie
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vapotage en salle des profs

Message par Shere Khan le Dim 1 Mai 2016 - 1:50

Il peut être aussi utile de lire le compte-rendu du professeur Dautzenberg.

_________________
Les socialistes, ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnaît.. Twisted Evil
Un éléphant (républicain…) ça Trump énormément (celle-là, j'en suis très fier) yesyes

Shere Khan
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vapotage en salle des profs

Message par Enaeco le Dim 1 Mai 2016 - 1:51

Même si je suis sensible à l'argument des odeurs, attention a ne pas trop en abuser car la comparaison entre odeur de cigarette et odeur corporelle a tout de même ses limites.
Si les préférences d'odeurs ne se discutent pas, les composés responsables n'ont pas tous les mêmes propriétés.
La cigarette dégage des composés très volatils et dont le seuil de detection est extrêmement faible.
Le pouvoir de nuisance d'une cigarette est tellement supérieur aux autres exemples en terme de volume d'air pollué.

Pour la vapoteuse, je n'en sais rien mais les nuisances olfactives me paraissent incomparables à la cigarette.

Enaeco
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vapotage en salle des profs

Message par Rendash le Dim 1 Mai 2016 - 1:52

@Babsie a écrit:
Si tu as le courage de bien relire bien le fil, tu verras que c'est la thèse qui ressort en creux des interventions: on se concentre au début sur l'odeur de la vapeur en évacuant l'aspect contenu chimique (parce qu'apparemment ce n'est même pas envisagé), puis quand ce sujet est abordé, on affirme que c'est moins beaucoup moins nuisible que la cigarette. Le mot "inoffensif" n'est pas employé, mais il résume toutes les paraphrases qui vont dans ce sens.

Ha, non, certainement pas. Entre affirmer que c'est moins nuisible que la cigarette, et prétendre que c'est inoffensif, il y a une marge, que personne ici n'a franchie (ou alors tu me cites le propos exact, qui m'a échappé).

L'odeur de la vapeur est un non argument ; la nocivité, n'étant pas démontrée, est un non argument ; il ne reste pas grand-chose en faveur d'une interdiction totale de la chose. C'est tout ce que je dis, moi.

Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vapotage en salle des profs

Message par Babsie le Dim 1 Mai 2016 - 1:58

@Dinaaa a écrit:
@Babsie a écrit:

Si vous lisez Marc Levy à côté de moi, je ne lis pas en même temps que vous. C'est tout. C'est pourtant simple.
Se cacher aussi derrière la légalité est un peu faible. Beaucoup de choses sont légales et pourtant mauvaises dans l'absolu.

C'est fou, encore une fois, je suis parfaitement d'accord avec ça !  Very Happy

Marc Levy est mauvais pour la santé intellectuelle, si vous consommez du Marc Levy à outrance vous aurez ensuite une conversation pourrie qu'il me faudra subir poliment si nous sommes collègues (ceci est une aimable boutade, inutile d'y accorder trop d'importance).

Quant à la loi... il est évident que certaines choses sont légales et pourtant mauvaises... mais la loi est tout de même la garantie que personne ne va s'ériger en petit chef et imposer son petit point de vue aux autres... n'est-ce pas ? Ceci n'est pas une aimable boutade, c'est une vraie conviction : si "la légalité est un peu faible" (ok, la citation est tronquée), alors je me demande quel cadre devrait organiser la vie en société.

La loi écrite, c'est comme la démocratie selon Aristote (ou Platon?): c'est le moindre mal, mais loin d'être ce qu'il faudrait que ce soit... c'est à dire que cela ne soit même pas. Cependant, je crois que certaines personnes ont, sur certains points, tout simplement raison. Facilement peut-être, parce qu'elles n'ont pas trébuché sur ce point et ont donc un point de vue moins biaisé. Je crois que c'est mon cas avec la cigarette. j'ai al chance de ne pas l'avoir trouvée attractive. De ce fait, dans ce domaine, je ne pollue pas, et je suis incommodée, au minimum, quand je dois rester à côté d'un fumeur qui me fait mal à la gorge. Fumeur qui pourrait ne pas exister, en tant que fumeur, s'il n'avait pas cédé à une faiblesse un jour. C'est juste que la loi est obligée de composer comme elle peut avec les dysfonctionnements sociaux, les défauts qu'elle ne peut décidément pas éradiquer totalement.
Bon, je m'exprime mal, je suis crevée.


Dernière édition par Babsie le Dim 1 Mai 2016 - 2:01, édité 1 fois

Babsie
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vapotage en salle des profs

Message par User5899 le Dim 1 Mai 2016 - 1:59

@Rendash a écrit:Cripure, vous êtes tranquille, vous. L'odeur de la loutre couvre celle de la clope Laughing

Enfin, j'imagine que tout dépend de ce que contient là l'outre Suspect
Bah tiens !
La cuidance, ouatelse ? Le quiévrain, j'aime pô.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vapotage en salle des profs

Message par Dinaaa le Dim 1 Mai 2016 - 2:04

@Babsie a écrit:
@Dinaaa a écrit:
@Babsie a écrit:

Si vous lisez Marc Levy à côté de moi, je ne lis pas en même temps que vous. C'est tout. C'est pourtant simple.
Se cacher aussi derrière la légalité est un peu faible. Beaucoup de choses sont légales et pourtant mauvaises dans l'absolu.

C'est fou, encore une fois, je suis parfaitement d'accord avec ça !  Very Happy

Marc Levy est mauvais pour la santé intellectuelle, si vous consommez du Marc Levy à outrance vous aurez ensuite une conversation pourrie qu'il me faudra subir poliment si nous sommes collègues (ceci est une aimable boutade, inutile d'y accorder trop d'importance).

Quant à la loi... il est évident que certaines choses sont légales et pourtant mauvaises... mais la loi est tout de même la garantie que personne ne va s'ériger en petit chef et imposer son petit point de vue aux autres... n'est-ce pas ? Ceci n'est pas une aimable boutade, c'est une vraie conviction : si "la légalité est un peu faible" (ok, la citation est tronquée), alors je me demande quel cadre devrait organiser la vie en société.

La loi écrite, c'est comme la démocratie selon Aristote (ou Platon?): c'est le moindre mal, mais loin d'être ce qu'il faudrait que ce soit... c'est à dire que cela ne soit même pas. Cependant, je crois que certaines personnes ont, sur certains points, tout simplement raison. Facilement peut-être, parce qu'elles n'ont pas trébuché sur ce point et ont donc un point de vue moins biaisé. Je crois que c'est mon cas avec la cigarette. j'ai al chance de ne pas l'avoir trouvée attractive. De ce fait, dans ce domaine, je ne pollue pas, et je suis incommodée, au minimum, quand je dois rester à côté d'un fumeur qui me fait mal à la gorge. Fumeur qui pourrait ne pas exister, en tant que fumeur, s'il n'avait pas cédé à une faiblesse un jour. C'est juste que la loi est obligée de composer comme elle peut avec les dysfonctionnements sociaux, les défauts qu'elle ne peut décidément pas éradiquer totalement.
Bon, je m'exprime mal, je suis crevée.

Mais pourquoi jugez-vous que la cigarette est une "faiblesse" et pas seulement un plaisir de la vie aussi légitime que le vin, le sexe ou la lecture ? Je n'arrive pas à comprendre.

Dinaaa
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vapotage en salle des profs

Message par Babsie le Dim 1 Mai 2016 - 2:07

@Rendash a écrit:
@Babsie a écrit:
Si tu as le courage de bien relire bien le fil, tu verras que c'est la thèse qui ressort en creux des interventions: on se concentre au début sur l'odeur de la vapeur en évacuant l'aspect contenu chimique (parce qu'apparemment ce n'est même pas envisagé), puis quand ce sujet est abordé, on affirme que c'est moins beaucoup moins nuisible que la cigarette. Le mot "inoffensif" n'est pas employé, mais il résume toutes les paraphrases qui vont dans ce sens.

Ha, non, certainement pas. Entre affirmer que c'est moins nuisible que la cigarette, et prétendre que c'est inoffensif, il y a une marge, que personne ici n'a franchie (ou alors tu me cites le propos exact, qui m'a échappé).

L'odeur de la vapeur est un non argument ; la nocivité, n'étant pas démontrée, est un non argument ; il ne reste pas grand-chose en faveur d'une interdiction totale de la chose. C'est tout ce que je dis, moi.

Trop crevée!

Pour le reste, je me répète, c'est imprudent et irresponsable vis-à-vis surtout des personnes de l'entourage qui n'ont d'autres choix que subir. Limiter aux espaces publics serait pas mal.

Babsie
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vapotage en salle des profs

Message par Rendash le Dim 1 Mai 2016 - 2:07

@Dinaaa a écrit:

Mais pourquoi jugez-vous que la cigarette est une "faiblesse" et pas seulement un plaisir de la vie aussi légitime que le vin, le sexe ou la lecture ? Je n'arrive pas à comprendre.

Le mieux, c'est de les mélanger yesyes
Dans un certain ordre, c'est un aperçu du Paradis, pour rester dans la tonalité biblique.

Outre-tombe, quoi Razz

Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vapotage en salle des profs

Message par User5899 le Dim 1 Mai 2016 - 2:09

Il y a un point sur lequel personne ne me donne à lire, c'est que le fumeur rejette de la fumée quand le vapoteur rejette de la vapeur d'eau. Quand une casserole bout, la vapeur contient-elle les poireaux, les carottes et le boeuf des Anglais ? Ce point serait à éclaircir.

Un autre point, différent, que Babsie a passé sous silence parce qu'elle a choisi, ça l'arrange, de prendre ça pour une attaque gratuite. Mais nous sommes quelques uns à trouver glaçante la compagnie de ceux qui s’enivrent de vertu. Quand je lis quelqu'un qui se félicite de n'avoir jamais commencé le tabac, j'ai envie de lui dire qu'avec mon tabac, sur Neo, je ne la pollue pas, mais que son propos hygiéniste et moralisateur me pollue au point que je vais devoir l'ignorer, ce qui me navre. Bien sûr, c'est relativiste. Mais les gens parfaits sont effrayants. Surtout quand ils ne le sont pas.

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vapotage en salle des profs

Message par Babsie le Dim 1 Mai 2016 - 2:11

@Dinaaa a écrit:
@Babsie a écrit:
@Dinaaa a écrit:
@Babsie a écrit:

Si vous lisez Marc Levy à côté de moi, je ne lis pas en même temps que vous. C'est tout. C'est pourtant simple.
Se cacher aussi derrière la légalité est un peu faible. Beaucoup de choses sont légales et pourtant mauvaises dans l'absolu.

C'est fou, encore une fois, je suis parfaitement d'accord avec ça !  Very Happy

Marc Levy est mauvais pour la santé intellectuelle, si vous consommez du Marc Levy à outrance vous aurez ensuite une conversation pourrie qu'il me faudra subir poliment si nous sommes collègues (ceci est une aimable boutade, inutile d'y accorder trop d'importance).

Quant à la loi... il est évident que certaines choses sont légales et pourtant mauvaises... mais la loi est tout de même la garantie que personne ne va s'ériger en petit chef et imposer son petit point de vue aux autres... n'est-ce pas ? Ceci n'est pas une aimable boutade, c'est une vraie conviction : si "la légalité est un peu faible" (ok, la citation est tronquée), alors je me demande quel cadre devrait organiser la vie en société.

La loi écrite, c'est comme la démocratie selon Aristote (ou Platon?): c'est le moindre mal, mais loin d'être ce qu'il faudrait que ce soit... c'est à dire que cela ne soit même pas. Cependant, je crois que certaines personnes ont, sur certains points, tout simplement raison. Facilement peut-être, parce qu'elles n'ont pas trébuché sur ce point et ont donc un point de vue moins biaisé. Je crois que c'est mon cas avec la cigarette. j'ai al chance de ne pas l'avoir trouvée attractive. De ce fait, dans ce domaine, je ne pollue pas, et je suis incommodée, au minimum, quand je dois rester à côté d'un fumeur qui me fait mal à la gorge. Fumeur qui pourrait ne pas exister, en tant que fumeur, s'il n'avait pas cédé à une faiblesse un jour. C'est juste que la loi est obligée de composer comme elle peut avec les dysfonctionnements sociaux, les défauts qu'elle ne peut décidément pas éradiquer totalement.
Bon, je m'exprime mal, je suis crevée.

Mais pourquoi jugez-vous que la cigarette est une "faiblesse" et pas seulement un plaisir de la vie aussi légitime que le vin, le sexe ou la lecture ? Je n'arrive pas à comprendre.

Parce que bien souvent je vois les gens suivre la cigarette sans plus de plaisir que ça plus qu'ils ne la font les suivre... Bon, je suis claquée, je n'arrive plus rédiger, j'vais me coucher, bonne nuit.

Babsie
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vapotage en salle des profs

Message par Shere Khan le Dim 1 Mai 2016 - 2:12

- Docteur, à votre avis, est-ce que vais vivre longtemps ?
- Hm, ça dépend de vous. Vous buvez ?
- Jamais. De l'eau, et c'est tout.
- Vous mangez beaucoup ?
- Oh, non, moi, c'est régime spartiate, vous savez.
- Vous faites la nouba ?
- Et puis quoi, encore ???
- Vous vous couchez tard ?
- Ah ! non, par exemple ! Au lit, comme les poules.
- Vous avez une vie sexuelle intense ?
- Je vis comme un moine.
- Vous fumez ?
- Vous plaisantez ! Ça ne me viendrait même pas à l'idée !
- Vous vapotez, peut-être ?
- Certainement pas.
- Ben alors, si vous avez une vie pareille, quel est l'intérêt de vivre longtemps ?




Ok, je sors.


Dernière édition par Shere Khan le Dim 1 Mai 2016 - 2:14, édité 1 fois

_________________
Les socialistes, ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnaît.. Twisted Evil
Un éléphant (républicain…) ça Trump énormément (celle-là, j'en suis très fier) yesyes

Shere Khan
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vapotage en salle des profs

Message par User5899 le Dim 1 Mai 2016 - 2:13

@Babsie a écrit:
@Dinaaa a écrit:
@Babsie a écrit:
@Dinaaa a écrit:

C'est fou, encore une fois, je suis parfaitement d'accord avec ça !  Very Happy

Marc Levy est mauvais pour la santé intellectuelle, si vous consommez du Marc Levy à outrance vous aurez ensuite une conversation pourrie qu'il me faudra subir poliment si nous sommes collègues (ceci est une aimable boutade, inutile d'y accorder trop d'importance).

Quant à la loi... il est évident que certaines choses sont légales et pourtant mauvaises... mais la loi est tout de même la garantie que personne ne va s'ériger en petit chef et imposer son petit point de vue aux autres... n'est-ce pas ? Ceci n'est pas une aimable boutade, c'est une vraie conviction : si "la légalité est un peu faible" (ok, la citation est tronquée), alors je me demande quel cadre devrait organiser la vie en société.

La loi écrite, c'est comme la démocratie selon Aristote (ou Platon?): c'est le moindre mal, mais loin d'être ce qu'il faudrait que ce soit... c'est à dire que cela ne soit même pas. Cependant, je crois que certaines personnes ont, sur certains points, tout simplement raison. Facilement peut-être, parce qu'elles n'ont pas trébuché sur ce point et ont donc un point de vue moins biaisé. Je crois que c'est mon cas avec la cigarette. j'ai al chance de ne pas l'avoir trouvée attractive. De ce fait, dans ce domaine, je ne pollue pas, et je suis incommodée, au minimum, quand je dois rester à côté d'un fumeur qui me fait mal à la gorge. Fumeur qui pourrait ne pas exister, en tant que fumeur, s'il n'avait pas cédé à une faiblesse un jour. C'est juste que la loi est obligée de composer comme elle peut avec les dysfonctionnements sociaux, les défauts qu'elle ne peut décidément pas éradiquer totalement.
Bon, je m'exprime mal, je suis crevée.

Mais pourquoi jugez-vous que la cigarette est une "faiblesse" et pas seulement un plaisir de la vie aussi légitime que le vin, le sexe ou la lecture ? Je n'arrive pas à comprendre.

Parce que bien souvent je vois les gens suivre la cigarette sans plus de plaisir que ça plus qu'ils ne la font les suivre... Bon, je suis claquée, je n'arrive plus rédiger, j'vais me coucher, bonne nuit.
Elle est complètement beurrée affraid
Comme c'est triste ! Alors qu'il suffisait de ne pas commencer !

_________________
Zu End' ewiges Wissen !
Der Welt melden
Weise nichts mehr !

En cas de ban, ne pas utiliser les MP ! Passer par l'icône du mail  Razz

User5899
Dieu de l'Olympe


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vapotage en salle des profs

Message par amour le Dim 1 Mai 2016 - 2:18

Cripure a écrit:
@Babsie a écrit:
@Dinaaa a écrit:
@Babsie a écrit:

La loi écrite, c'est comme la démocratie selon Aristote (ou Platon?): c'est le moindre mal, mais loin d'être ce qu'il faudrait que ce soit... c'est à dire que cela ne soit même pas. Cependant, je crois que certaines personnes ont, sur certains points, tout simplement raison. Facilement peut-être, parce qu'elles n'ont pas trébuché sur ce point et ont donc un point de vue moins biaisé. Je crois que c'est mon cas avec la cigarette. j'ai al chance de ne pas l'avoir trouvée attractive. De ce fait, dans ce domaine, je ne pollue pas, et je suis incommodée, au minimum, quand je dois rester à côté d'un fumeur qui me fait mal à la gorge. Fumeur qui pourrait ne pas exister, en tant que fumeur, s'il n'avait pas cédé à une faiblesse un jour. C'est juste que la loi est obligée de composer comme elle peut avec les dysfonctionnements sociaux, les défauts qu'elle ne peut décidément pas éradiquer totalement.
Bon, je m'exprime mal, je suis crevée.

Mais pourquoi jugez-vous que la cigarette est une "faiblesse" et pas seulement un plaisir de la vie aussi légitime que le vin, le sexe ou la lecture ? Je n'arrive pas à comprendre.

Parce que bien souvent je vois les gens suivre la cigarette sans plus de plaisir que ça plus qu'ils ne la font les suivre... Bon, je suis claquée, je n'arrive plus rédiger, j'vais me coucher, bonne nuit.
Elle est complètement beurrée affraid
Comme c'est triste ! Alors qu'il suffisait de ne pas commencer !

amour
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vapotage en salle des profs

Message par Shere Khan le Dim 1 Mai 2016 - 2:21

Je viens de la comprendre, celle-là ! alatienne veneration lol!

_________________
Les socialistes, ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnaît.. Twisted Evil
Un éléphant (républicain…) ça Trump énormément (celle-là, j'en suis très fier) yesyes

Shere Khan
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vapotage en salle des profs

Message par Babsie le Dim 1 Mai 2016 - 2:21

Cripure a écrit:Il y a un point sur lequel personne ne me donne à lire, c'est que le fumeur rejette de la fumée quand le vapoteur rejette de la vapeur d'eau. Quand une casserole bout, la vapeur contient-elle les poireaux, les carottes et le boeuf des Anglais ? Ce point serait à éclaircir.

Un autre point, différent, que Babsie a passé sous silence parce qu'elle a choisi, ça l'arrange, de prendre ça pour une attaque gratuite. Mais nous sommes quelques uns à trouver glaçante la compagnie de ceux qui s’enivrent de vertu. Quand je lis quelqu'un qui se félicite de n'avoir jamais commencé le tabac, j'ai envie de lui dire qu'avec mon tabac, sur Neo, je ne la pollue pas, mais que son propos hygiéniste et moralisateur me pollue au point que je vais devoir l'ignorer, ce qui me navre. Bien sûr, c'est relativiste. Mais les gens parfaits sont effrayants. Surtout quand ils ne le sont pas.

Avant le dodo: qu'est-ce qui vous gêne dans le fait que je suis contente de ne pas avoir de soucis avec le tabac? Vous auriez préféré que je m'empoisonne parce que ça fait mieux? Je ne comprends pas. Je déplore simplement qu'une habitude dangereuse le soit aussi facilement (fumé volatile oblige) pour l'entourage et trouve encore tant de partisans en 2016. Je ne suis pas plus vertueuse que la moyenne, j'ai juste la chance d'être et d'avoir été moins influençable.
Forcément, face à l'extension du phénomène tabac, moindre maintenant il est vrai depuis les années 90, mais encore présent, et surtout face à un certain déni général, je ne peux que me montrer glaçante. Tant pis si cela vous fâche. Moi, je ne me fâche jamais, même quand on me traite de curé hygiéniste sainte-nitouche.

Babsie
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vapotage en salle des profs

Message par Shere Khan le Dim 1 Mai 2016 - 2:22

Perso, ça ne me gêne pas que tu n'aimes pas le tabac.

_________________
Les socialistes, ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnaît.. Twisted Evil
Un éléphant (républicain…) ça Trump énormément (celle-là, j'en suis très fier) yesyes

Shere Khan
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vapotage en salle des profs

Message par Babsie le Dim 1 Mai 2016 - 2:23

Cripure a écrit:
@Babsie a écrit:
@Dinaaa a écrit:
@Babsie a écrit:

La loi écrite, c'est comme la démocratie selon Aristote (ou Platon?): c'est le moindre mal, mais loin d'être ce qu'il faudrait que ce soit... c'est à dire que cela ne soit même pas. Cependant, je crois que certaines personnes ont, sur certains points, tout simplement raison. Facilement peut-être, parce qu'elles n'ont pas trébuché sur ce point et ont donc un point de vue moins biaisé. Je crois que c'est mon cas avec la cigarette. j'ai al chance de ne pas l'avoir trouvée attractive. De ce fait, dans ce domaine, je ne pollue pas, et je suis incommodée, au minimum, quand je dois rester à côté d'un fumeur qui me fait mal à la gorge. Fumeur qui pourrait ne pas exister, en tant que fumeur, s'il n'avait pas cédé à une faiblesse un jour. C'est juste que la loi est obligée de composer comme elle peut avec les dysfonctionnements sociaux, les défauts qu'elle ne peut décidément pas éradiquer totalement.
Bon, je m'exprime mal, je suis crevée.

Mais pourquoi jugez-vous que la cigarette est une "faiblesse" et pas seulement un plaisir de la vie aussi légitime que le vin, le sexe ou la lecture ? Je n'arrive pas à comprendre.

Parce que bien souvent je vois les gens suivre la cigarette sans plus de plaisir que ça plus qu'ils ne la font les suivre... Bon, je suis claquée, je n'arrive plus rédiger, j'vais me coucher, bonne nuit.
Elle est complètement beurrée affraid
Comme c'est triste ! Alors qu'il suffisait de ne pas commencer !
J'ai bien sommeil, surtout. Je ne bois pas non plus. Pas même le samedi soir. En revanche, j'avais prévu un film coquin mais j'ai pas eu le temps de le visionner.

Babsie
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vapotage en salle des profs

Message par Rendash le Dim 1 Mai 2016 - 2:24

@Shere Khan a écrit:Perso, ça ne me gêne pas que tu n'aimes pas le tabac.

Tu n'as pas le cœur percé à l'idée de te voir ainsi rejeté? Sad

On doit être plus tolérant, nous autres fumeurs, c'est sans doute ça. Grâce à nos personnalités accueillantes, séduisantes et chaleureuses succes

Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vapotage en salle des profs

Message par Shere Khan le Dim 1 Mai 2016 - 2:24

C'est d'un triste, ta soirée ! Moi, je picole une bière en vapotant. La faiblesse, y a que ça d'vrai ! Very Happy

_________________
Les socialistes, ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnaît.. Twisted Evil
Un éléphant (républicain…) ça Trump énormément (celle-là, j'en suis très fier) yesyes

Shere Khan
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Page 13 sur 16 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15, 16  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum