Osons dire "non" aux conditions de travail qui se dégradent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Osons dire "non" aux conditions de travail qui se dégradent.

Message par Tessa103 le Mer 18 Mai 2016 - 15:19

Un message comme une bouteille à la mer qui, je l'espère incitera quelques  professeurs à dire "non". Je sens d'ailleurs un vent de contestation et de révolte qui doit être non pas une brise mais un vrai souffle pour la suite.

   En ce moment, l'idée de notre gouvernement, c'est aussi de diviser pour mieux régner ... Par exemple en essayant de monter les PE contre les PLC ou agrégés. Revaloriser les salaires des uns... médire un peu sur les autres.

  En revanche revendiquer nos conditions de travail, dire stop aux réunions en tout genre, recentrer nos travail sur l'enseignement et non sur l'orientation (nécessaire mais nous ne sommes qu'un petit maillon de la chaîne et le passage en seconde générale pour trop d'élèves, la réflexion sur les filières, le droit à l'excellence, le manque de conseillers doivent être corrigés), la discipline (faire le travail du chef, du CPE) paraît m'être plus important. Faire en sorte que les sanctions soient plus fortes serait ESSENTIEL. Jouer du droit de retrait dès que nécessaire. Dans tous les corps, il faut oser imposer, ne pas avoir peur de ne pas être de bons petits soldats.
Notre travail est d'enseigner, de transmettre (quel vilain mot apparemment) des savoirs et je suis devenue professeur parce que j'aime transmettre.
Chacun à notre échelle, nous devons mettre des limites aux réunions inutiles (non payées non plus dans le secondaire, hein ?), aux heures qui s'additionnent pour tout et n'importe quoi.
Nous avons un travail à faire et pour bien le faire, les conditions ne doivent pas à ce point se détériorer.

  Alors, debout à notre façon, nous devons l'être pour reprendre les idées du moment...  Smile

N'hésitez pas à passer cette "bouteille" au sein de vos établissements. Soyons professionnels mais pas de bons "petits fonctionnaires" avec cette connotation péjorative que l'expression peut avoir.

 Soyons libres et heureux d'enseigner. cheers


Dernière édition par Tessa103 le Mer 18 Mai 2016 - 17:18, édité 2 fois

Tessa103
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Osons dire "non" aux conditions de travail qui se dégradent.

Message par Décalage-C le Mer 18 Mai 2016 - 15:31

@Tessa103 a écrit:    On n'a pas le même concours, et du coup, un métier différent, un traitement différent. Il est très légitime que les PE aient l'ISAE mais je ne cautionne pas le débat qui souhaiterait mettre sur le même pied PE et PLC. J'ai été PE donc je suis bien placée pour savoir de quoi je parle.

Qu'on n'ait pas le même concours d'accord, mais le métier est-il pour autant si différent que cela ? Pourquoi ne devraient-ils pas être sur un même pied d'égalité ?
N'est-il pas contradictoire de dire d'un côté qu'il ne faut pas s'opposer pour ensuite mettre en valeur les différences, de travail et de salaire, entre primaire et secondaire ?
Pour prendre le message au pied de la lettre : pourquoi devrais-je être solidaire avec les camarades du secondaire si je suis si différent que ça ?
Je précise bien sûr que c'est de l'ironie.

Décalage-C
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: Osons dire "non" aux conditions de travail qui se dégradent.

Message par Tessa103 le Mer 18 Mai 2016 - 15:45

Je ne souhaite pas activer les clivages souhaités.
J'ai fait les deux métiers. J'en connais les différences et les similitudes. Ils se doivent d'être différents d'ailleurs.

Je pense juste que la différence (légère) de salaire est comme entre un PLC et un agrégé, et qu'il est normal qu'un agrégé soit payé plus, le concours n'étant pas le même, d'une exigence autre. Le métier entre agrégé et certifié est pourtant, lui, exactement le même.
Nos métiers de PE et PLC sont similaires et différents à la fois notamment dans le rapport aux classes, aux enseignements.

Je n'oblige en rien les PE à être solidaires par ailleurs mais libres à vous de continuer à jouer les bons petits soldats... J'ai d'ailleurs passé le CAPES pour me libérer d'une forme d'obéissance exagérée.

Après, tout cela peut se discuter des heures mais je souhaiterais juste que l'on se mobilise plus sur les conditions de travail.



Tessa103
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Osons dire "non" aux conditions de travail qui se dégradent.

Message par Décalage-C le Mer 18 Mai 2016 - 15:55

Je suis le contraire même du "bon petit soldat".
Je m'interroge juste sur cette "normalité" qui s'appuie sur peu d'éléments objectifs.

Décalage-C
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: Osons dire "non" aux conditions de travail qui se dégradent.

Message par Tessa103 le Mer 18 Mai 2016 - 15:59

Tant mieux alors si vous n'êtes pas ce "bon petit soldat" attendu...  Smile

Bon objectivement, je ne pense pas qu'il faille des preuves pour qualifier de plus ardus les CAPES que le CRPE. Le CRPE est plus général certes mais moins exigent dans le contenu. Il s'agit plus de bachotage et en maths, notamment, il est d'un niveau DNB (d'ailleurs des exercices sont repris d'anciens DNB).

Tessa103
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Osons dire "non" aux conditions de travail qui se dégradent.

Message par Miew le Mer 18 Mai 2016 - 16:20

@Tessa103 a écrit:Tant mieux alors si vous n'êtes pas ce "bon petit soldat" attendu...  Smile

Bon objectivement, je ne pense pas qu'il faille des preuves pour qualifier de plus ardus les CAPES que le CRPE. Le CRPE est plus général certes mais moins exigent dans le contenu. Il s'agit plus de bachotage et en maths, notamment, il est d'un niveau DNB (d'ailleurs des exercices sont repris d'anciens DNB).

Bonjour,

J'étais très douée en maths au collège mais lorsque j'ai vu le niveau demandé au CRPE de Maths, je n'ai pas trouvé cela si facile... au contraire, je pense que si j'avais passé le CRPE, ça ne l'aurait pas fait à cause des maths justement ! Ou alors ce sont les exigences en maths qui ont évolué au DNB ?

Vous dites que le gouvernement cherche à monter les profs les uns contre les autres, mais avec ce que vous écrivez, j'ai l'impression que cela ne va rien arranger...

En revanche, je suis d'accord sur le reste, mais ce qui concerne, notamment, l'orientation, fait partie de nos compétences d'enseignant, et donc de nos obligations en tant que fonctionnaires de l'Etat. Il faudrait donc changer les textes...

Pour les réunions "inutiles", en effet, elles ne sont pas payées, enfin... si, selon le Recteur de mon Académie : les réunions feraient partie de nos 1000h et des poussières annuelles pour lesquelles nous sommes payés.
(sauf qu'au regard des textes officiels, rien ne nous oblige à aller à ces réunions...)

_________________
“Le premier symptôme de l'amour vrai chez un jeune homme, c'est la timidité, chez une jeune fille, c'est la hardiesse.”
Victor Hugo, Les Misérables.

Miew
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Osons dire "non" aux conditions de travail qui se dégradent.

Message par Décalage-C le Mer 18 Mai 2016 - 16:26

Vous parlez des écrits là, qui déjà demandent une polyvalence que tout le monde n'a pas. La sélection se fait vraiment sur l'oral, qui mobilise encore cette polyvalence puisqu'elle fait appel à d'autres matière (EPS notamment).
Pas certain que ce soit plus facile que certains CAPES, notamment ceux où l'on a du mal à recruter.
Le seul élément vraiment objectif à mon sens c'est la différence de niveau de diplôme. Différence qui n'est plus actuelle puisqu'on recrute désormais au niveau MASTER, qu'on soit PE ou PLC.
Niveau heures de travail c'est également assez similaire.
L'explication de différence de traitement relève en vérité d'une norme bien ancrée, qui veut que plus on enseigne à des élèves âgés plus le métier est gratifiant. Ce qui se perçoit également lorsqu'on s'intéresse à la féminisation de métier : +90% de femmes qui enseignent en maternelle, 80% en élémentaire, 50% en collège, moins de 40% dans le supérieur.
Il y a de plus en plus une condescendance pour ce métier de PE, "métier d'appoint pour femmes", dont vous vous faites, malheureusement, un peu le relaie et qui n'est pas objectivement justifiée.
Je ne jette la pierre à personne, les enseignants ne sont pas responsables du système dont ils héritent, mais il faut faire attention avec ce genre de discours, pouvant être perçu comme condescendant.

Décalage-C
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: Osons dire "non" aux conditions de travail qui se dégradent.

Message par folevaluna le Mer 18 Mai 2016 - 16:33

topela


folevaluna
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Osons dire "non" aux conditions de travail qui se dégradent.

Message par Tessa103 le Mer 18 Mai 2016 - 16:42

@Décalage-C a écrit:Vous parlez des écrits là, qui déjà demandent une polyvalence que tout le monde n'a pas. La sélection se fait vraiment sur l'oral, qui mobilise encore cette polyvalence puisqu'elle fait appel à d'autres matière (EPS notamment).
Pas certain que ce soit plus facile que certains CAPES, notamment ceux où l'on a du mal à recruter.
Le seul élément vraiment objectif à mon sens c'est la différence de niveau de diplôme. Différence qui n'est plus actuelle puisqu'on recrute désormais au niveau MASTER, qu'on soit PE ou PLC.
Niveau heures de travail c'est également assez similaire.
L'explication de différence de traitement relève en vérité d'une norme bien ancrée, qui veut que plus on enseigne à des élèves âgés plus le métier est gratifiant. Ce qui se perçoit également lorsqu'on s'intéresse à la féminisation de métier : +90% de femmes qui enseignent en maternelle, 80% en élémentaire, 50% en collège, moins de 40% dans le supérieur.
Il y a de plus en plus une condescendance pour ce métier de PE, "métier d'appoint pour femmes", dont vous vous faites, malheureusement, un peu le relaie et qui n'est pas objectivement justifiée.
Je ne jette la pierre à personne, les enseignants ne sont pas responsables du système dont ils héritent, mais il faut faire attention avec ce genre de discours, pouvant être perçu comme condescendant.

Je ne souhaite pas l'être. J'ai passé le CRPE et ne dénigre pas le métier, pas plus facile dans un cas que dans l'autre. Les oraux des deux concours sont différents également, mais ils m'ont semblé bien plus pointus notamment dans la longueur du temps de parole pour le CAPES. En anglais aussi, plus ardus en lettres modernes que pour le CRPE alors je ne l'enseigne pas comme PLC (il n'y a plus de langue à l'oral du CAPES maintenant).
En effet, si l'on veut rester purement objectif, c'est le niveau d'études qu'il faut regarder (bon, dans ce cas, agrégé ne devrait pas exister...). La réforme de la MASTERISATION ayant été une ineptie, on ne pourra plus changer cela.

Je ne pense pas d'ailleurs pas que le métier soit plus gratifiant aujourd'hui (d'ailleurs en effet si l'on regarde les taux de réussite, certains CAPES sont très accessibles, ce qui ne rend pas les épreuves plus faciles en tant que telles mais plus accessibles à avoir même avec 4/20).

Enfin, je pense du coup retirer cette partie de mon post initial et ne conserver que la partie qui veut inciter à conserver certaines conditions de travail... le reste finalement étant un débat plus vaste et un avis personnel également. Je ne cherche pas à convaincre qui que ce soit (une de mes collègues PE était par ailleurs d'accord avec moi, mais cela reste de l'ordre de l'opinion).


Tessa103
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Osons dire "non" aux conditions de travail qui se dégradent.

Message par Tessa103 le Mer 18 Mai 2016 - 16:51

@Miew a écrit:
@Tessa103 a écrit:Tant mieux alors si vous n'êtes pas ce "bon petit soldat" attendu...  Smile

Bon objectivement, je ne pense pas qu'il faille des preuves pour qualifier de plus ardus les CAPES que le CRPE. Le CRPE est plus général certes mais moins exigent dans le contenu. Il s'agit plus de bachotage et en maths, notamment, il est d'un niveau DNB (d'ailleurs des exercices sont repris d'anciens DNB).

Bonjour,

J'étais très douée en maths au collège mais lorsque j'ai vu le niveau demandé au CRPE de Maths, je n'ai pas trouvé cela si facile... au contraire, je pense que si j'avais passé le CRPE, ça ne l'aurait pas fait à cause des maths justement !  Ou alors ce sont les exigences en maths qui ont évolué au DNB ?

Vous dites que le gouvernement cherche à monter les profs les uns contre les autres, mais avec ce que vous écrivez, j'ai l'impression que cela ne va rien arranger...

En revanche, je suis d'accord sur le reste, mais ce qui concerne, notamment, l'orientation, fait partie de nos compétences d'enseignant, et donc de nos obligations en tant que fonctionnaires de l'Etat. Il faudrait donc changer les textes...

Pour les réunions "inutiles", en effet, elles ne sont pas payées, enfin... si, selon le Recteur de mon Académie : les réunions feraient partie de nos 1000h et des poussières annuelles pour lesquelles nous sommes payés.
(sauf qu'au regard des textes officiels, rien ne nous oblige à aller à ces réunions...)


J'aurais dû écrire d'un "très bon niveau DNB". Je n'ai que le niveau seconde en maths ayant fait une filière littéraire.
Il est normal aussi que le niveau ne soit pas au-delà puisque c'est la polyvalence qui prime. Chose qui n'est pas simple non plus.
Les maths et le français (orthographe, grammaire) sont les bases fondamentales des PE.

Je parlais de l'orientation dans le sens où certes, il est normal que l'on s'en occupe en partie, mais que finalement nous ne pouvons que rarement donner un avis objectif car tout élève fait finalement ce qu'il veut en dépit de son travail et son sérieux. Et puis, les conseillers d'orientation sont de moins en moins nombreux.
Je remarque à quel point il est difficile d'aiguiller beaucoup d'élèves perdus, voulant absolument aller en général car ils sont trop immatures (pas dans un sens négatif) pour se diriger ailleurs.

Quant au clivage, non que je veuille le réactiver mais je suis lasse de lire partout sur les réseaux sociaux à quel point il y a des différences entre les deux corps... même d'anciens collègues PE croient que nos réunions de parents sont payées en plus. J'en viens donc à me dire que c'est un parti pris politique. Dans tous les cas, les deux métiers sont de beaux métiers, avec des différences et des points communs et qui n'attirent pas le même profil. Enseigner en maternelle attirera moins d'hommes, et moins d'étudiants spécialistes de la littérature du XVIème siècle (par exemple), c'est un fait, pas quelque chose de négatif.

Tessa103
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Osons dire "non" aux conditions de travail qui se dégradent.

Message par Décalage-C le Mer 18 Mai 2016 - 16:59

@Tessa103 a écrit: Je ne pense pas d'ailleurs pas que le métier soit plus gratifiant aujourd'hui (d'ailleurs en effet si l'on regarde les taux de réussite, certains CAPES sont très accessibles,  ce qui ne rend pas les épreuves plus faciles en tant que telles mais plus accessibles à avoir même avec 4/20).

C'est là où je veux en venir, oui justement c'est plus où moins facile selon le nombre de candidats car cela modifie le niveau pour avoir le concours. Il est évidemment plus facile d'avoir un 5/20 au CAPES de maths qu'un 10/20. Au fond la difficulté de l'épreuve en elle-même a peu d'importance, c'est le niveau de sélectivité qui joue.
Le niveau varie également au CRPE selon l'académie, il sera plus facile d'avoir son CRPE à Créteil, où l'on recrute à 7/20 qu'à Montpellier où l'on recrute plutôt à 13/20.
Doit-on pour autant payer mieux un PE de Montpellier "Parce que le concours était plus difficile" ? Je ne pense pas.
Puis bon déjà qu'ils ont du mal à trouver des PE sur Créteil, si en plus ils les payent au lance-pierres... Razz

Décalage-C
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: Osons dire "non" aux conditions de travail qui se dégradent.

Message par Tessa103 le Mer 18 Mai 2016 - 17:02

C'est sûr qu'aujourd'hui l'attractivité est moindre dans certaines académies et disciplines... d'où mon incitation à vouloir conserver le droit de "bien enseigner"pour inciter certains étudiants à devenir professeurs (et avoir de bons professeurs).
Nous sommes d'accord sur ce point et le principal est là.  Smile

Tessa103
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Osons dire "non" aux conditions de travail qui se dégradent.

Message par Tessa103 le Mer 18 Mai 2016 - 17:09

D'ailleurs, c'est aussi la succession des réformes (celle des rythmes scolaires ou du collège) qui nous épuise tous et, pour ma part, anéantit mes idéaux et mon temps de travail...

Tessa103
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Osons dire "non" aux conditions de travail qui se dégradent.

Message par Thalia de G le Mer 18 Mai 2016 - 17:15

Tessa, pourrais-tu préciser ton titre s'il te plaît . Osons dire "non" à quoi ?

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Osons dire "non" aux conditions de travail qui se dégradent.

Message par Tessa103 le Mer 18 Mai 2016 - 17:17

Oui, je vais préciser. Smile

Tessa103
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Osons dire "non" aux conditions de travail qui se dégradent.

Message par Tessa103 le Mer 18 Mai 2016 - 17:20

C'est fait... pas facile de trouver un titre. Surtout que comme je le disais, je lance un peu une bouteille à la mer, après 9 ans passés dans l'EN à trouver que chaque année qui passe est une année où nos conditions se dégradent et où je trouve l'inertie parfois "démobilisante".

Tessa103
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Osons dire "non" aux conditions de travail qui se dégradent.

Message par Décalage-C le Mer 18 Mai 2016 - 17:29

@Tessa103 a écrit: Enseigner en maternelle attirera moins d'hommes, et moins d'étudiants spécialistes de la littérature du XVIème siècle (par exemple), c'est un fait, pas quelque chose de négatif.

L'attractivité de l'enseignement en maternelle pour les hommes relève plus de la tendance que du fait brut et arrêté. J'enseigne en maternelle et c'est tellement peu la norme d'y voir un homme que les gens s'étonnaient de ma présence. A l'ESPE certains formateurs ont écarquillé les yeux quand je leur ai dit que j'enseignais en petite section.
Les gens ne l'envisagent même plus, c'est devenu un métier de femmes : très difficile donc qu'un garçon se dise "Quand je serai grand, je serai prof à la maternelle". Ce n'est même plus une question d'attrait à ce niveau là, on n'y pense même pas, le concept "PE homme maternelle" est devenu quasi-surréaliste.

Décalage-C
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: Osons dire "non" aux conditions de travail qui se dégradent.

Message par Tessa103 le Mer 18 Mai 2016 - 17:32

Oui, ce n'est pas faux; il existe une part d'endoctrinement ou du moins de cliché là-dessus. Il faudrait pouvoir réaliser une étude à ce sujet. Ce serait intéressant. QU'est-ce qui relève de l'inné et de l'acquis dans le choix du travail ? Une grande part est sociale c'est sûr.
L'oncle de mon conjoint (87 ans) aurait adoré enseigner en maternelle mais je suppose qu'à son époque, c'était encore plus compliqué... et pourtant aujourd'hui, c'est un homme assez bourru et en effet, la plupart de ceux qui le connaissent mal ont du mal à le concevoir faire ce métier.

Tessa103
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Osons dire "non" aux conditions de travail qui se dégradent.

Message par Décalage-C le Mer 18 Mai 2016 - 17:59

Il y a le cliché traditionnel, qui veut que plus l'enfant est jeune plus c'est à une femme de s'en occuper, qui joue beaucoup. La société a évolué là dessus, sauf que les soupçons de pédophilie ont rendu le métier rebutant pour les hommes.
http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article183
Le soupçon est tellement fort qu'il est anticipé. J'ai ainsi eu pour consigne dans l'école, en début d'année, de ne jamais toucher les élèves en dessous de la ceinture (pour les aider à se boutonner) et de ne jamais entrer aux WC avec eux. Ambiance...

Décalage-C
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: Osons dire "non" aux conditions de travail qui se dégradent.

Message par Tessa103 le Mer 18 Mai 2016 - 18:00

Crying or Very sad

Tessa103
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Osons dire "non" aux conditions de travail qui se dégradent.

Message par kumran le Mer 18 Mai 2016 - 19:19

@Décalage-C a écrit:Il y a le cliché traditionnel, qui veut que plus l'enfant est jeune plus c'est à une femme de s'en occuper, qui joue beaucoup. La société a évolué là dessus, sauf que les soupçons de pédophilie ont rendu le métier rebutant pour les hommes.
http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article183
Le soupçon est tellement fort qu'il est anticipé. J'ai ainsi eu pour consigne dans l'école, en début d'année, de ne jamais toucher les élèves en dessous de la ceinture (pour les aider à se boutonner) et de ne jamais entrer aux WC avec eux. Ambiance...

Ce serait presque suffisant pour porter plainte pour sexisme Evil or Very Mad

_________________
- “Soit A un succès dans la vie. Alors A = x + y + z, où x = travailler, y = s'amuser, z = se taire.” Albert E.

- « Vouloir corriger ses erreurs est le début du pardon. Vouloir obtenir le pardon est le début de l’erreur ! »

kumran
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum