Quelle serait la fin réaliste de la réforme contre le collège ?

Page 3 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Quelle serait la fin réaliste de la réforme contre le collège ?

Message par lisette83 le Dim 22 Mai 2016 - 9:35

@Elyas a écrit:
@gauvain31 a écrit:
@Elyas a écrit:
@gauvain31 a écrit:

Mon IPR nous a même dit en formation (il tenait ça de l'IG) qu'à terme il n'y aurait plus d'EPI ou d'AP fléché, ces dispositifs s'intégrant naturellement dans l'EDT

Ce qui est dit par beaucoup de formateurs et d'IA-IPR depuis le début. Ce sont les cde qui voulaient que ce soit fléché pour faire de l'affichage. D'ailleurs, de nombreux cde abandonnent le fléchage en se rendant compte du problème de création des emplois du temps. Chez moi, le dernier fléchage voulu s'est écroulé mercredi, c'était pour les EPI.

Le pragmatisme commence à prendre le pas....

Les cde voulaient que ce soit visible pour montrer qu'ils faisaient la réforme. Ce genre d'affichage est inutile. L'important est ce qui est réellement fait en classe et pour la formation intellectuelle des élèves. D'ailleurs, on note que beaucoup de collègues de certaines disciplines expliquent que les EPI et l'AP ne sont que la continuité de ce qui se fait dans leur discipline depuis des années.
En revanche, ceux qui ne le faisaient pas ne le feront pas plus sauf comme affichage sur le cahier de textes, la logique n'est donc dans les faits qu'économique.

lisette83
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle serait la fin réaliste de la réforme contre le collège ?

Message par lisette83 le Dim 22 Mai 2016 - 9:37

Je "compatis" tout de même avec tous les formateurs auxquels on a fait croire qu'une nouvelle ère pédagogique allait naître alors qu'ils ont été des instruments d'une réforme comptable.

lisette83
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle serait la fin réaliste de la réforme contre le collège ?

Message par Chocolat le Dim 22 Mai 2016 - 9:44

Ce qui me dérange le plus c'est que l'on nos présente une partie de nous pratiques comme étant des "nouveautés" de cette réforme, alors que la seule "innovation" est de nous demander de faire mieux avec moins tout en ouvrant la porte à tout et n'importe quoi au niveau des contenus  Suspect scratch


Dernière édition par Chocolat le Dim 22 Mai 2016 - 9:58, édité 1 fois

_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/

Chocolat
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle serait la fin réaliste de la réforme contre le collège ?

Message par pailleauquebec le Dim 22 Mai 2016 - 9:51

Cette réforme planifie l'avenir pour les 10 ans qui viennent au collège.
Elle est un plan d'économies à long terme à elle seule.
Une érosion de la marge de 10% par an sur les 10 ans à venir est prévue.
Soit grosso modo 1% de productivité par an tous les ans, 10% en 10 ans.
Suppression de la marge dans 10 ans (sauf dans les ZEP j'imagine).

A plus brève échéance, l'AP et les EPI vont rapidement capoter dans pas mal d'établissements. On fera semblant de faire, comme d'habitude.

Les établissements vont s'organiser de plus en plus localement. A public égal, les écarts vont se creuser entre ceux où l'équipe est sérieuse et compétente, et ceux qui vendront du vent pédagogique.

Les nouveaux programmes, et leurs baisses d'exigences, seront appliqués par des enseignants de moins en moins compétents, crise du recrutement oblige.

Tout le monde sera content, les profs (moins d'exigence, pas besoin de se fouler), les parents (bons résultats de leurs enfants sur du vent), et les élèves (peu d'efforts à fournir, moins d'heures de cours).

Le hic c'est que nos résultats seront mauvais dans une compétition internationale féroce. De plus nous formerons peu de citoyens capables de penser librement. Les premiers à subir sans pouvoir compenser pour leurs enfants seront les personnes d'origine sociale modeste.
Ce système cynique amplifiera le scepticisme social et viendra grossir les rangs des extrêmes.

Il est temps d'entrer en résistance.

_________________
La réforme du collège en clair :
www.reformeducollege.fr

La Réforme du Collège en Clair a aussi sa page Facebook !

Labor omnia vincit improbus.

pailleauquebec
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle serait la fin réaliste de la réforme contre le collège ?

Message par Chocolat le Dim 22 Mai 2016 - 10:07

Te lire avec un discours plus musclé me fait très plaisir, Paille.

(même si je te trouve bien optimiste au sujet de la marge ; au mieux, je table sur une disparition progressive étalée sur deux ans et au pire sur une disparition complète pour la rentrée 2017)

_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/

Chocolat
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle serait la fin réaliste de la réforme contre le collège ?

Message par Elyas le Dim 22 Mai 2016 - 10:10

@pailleauquebec a écrit:Cette réforme planifie l'avenir pour les 10 ans qui viennent au collège.
Elle est un plan d'économies à long terme à elle seule.
Une érosion de la marge de 10% par an sur les 10 ans à venir est prévue.
Soit grosso modo 1% de productivité par an tous les ans, 10% en 10 ans.
Suppression de la marge dans 10 ans (sauf dans les ZEP j'imagine).

A plus brève échéance, l'AP et les EPI vont rapidement capoter dans pas mal d'établissements. On fera semblant de faire, comme d'habitude.

Les établissements vont s'organiser de plus en plus localement. A public égal, les écarts vont se creuser entre ceux où l'équipe est sérieuse et compétente, et ceux qui vendront du vent pédagogique.

Les nouveaux programmes, et leurs baisses d'exigences, seront appliqués par des enseignants de moins en moins compétents, crise du recrutement oblige.

Tout le monde sera content, les profs (moins d'exigence, pas besoin de se fouler), les parents (bons résultats de leurs enfants sur du vent), et les élèves (peu d'efforts à fournir, moins d'heures de cours).

Le hic c'est que nos résultats seront mauvais dans une compétition internationale féroce. De plus nous formerons peu de citoyens capables de penser librement. Les premiers à subir sans pouvoir compenser pour leurs enfants seront les personnes d'origine sociale modeste.
Ce système cynique amplifiera le scepticisme social et viendra grossir les rangs des extrêmes.

Il est temps d'entrer en résistance.

Peut-être que la solution est de pratiquer la différenciation pédagogique au service des savoirs et des savoir-faire et de faire des EPI au service de l'émergence de nouvelles connaissances.

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle serait la fin réaliste de la réforme contre le collège ?

Message par Professeur Harry le Dim 22 Mai 2016 - 10:12

@pailleauquebec a écrit:Il est temps d'entrer en résistance.

il y en a qui n'ont pas peur d'utiliser des expressions un poil excessives... on a déjà subit l'instit qui s'autoproclamait « institutrice clandestine » à peine [sortie] (modéré) de son passage en IUFM, maintenant c'est la résistance.

Et quand est-ce que vous accuserez le gouvernement de vouloir déporter les «résistants» ?

Professeur Harry
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle serait la fin réaliste de la réforme contre le collège ?

Message par Vididi le Dim 22 Mai 2016 - 10:13

@VicomteDeValmont a écrit:De toute façon, il paraît de plus en plus évident qu'il faut en finir avec le collège unique et le tout inclusion et mettre en place quelque chose comme en Allemagne avec trois types de collèges différents.
Ca permettrait enfin de revaloriser la voie professionnelle et de remettre en marche l'ascenseur social.

ça permettra surtout de créer (officialiser?) un système à plusieurs vitesses comme cela existait avant 1976, ça ne revalorisera absolument pas la voie professionnelle, simplement la relégation se fera plus tôt, comme elle se faisait avant.
Mais je pense que ce qui se dessine c'est plutôt un système à l'espagnole, avec 100% de réussite au bac et des examens d'entrée pour accéder aux "bonnes" facs.

@dami1kd a écrit:

Si vous raisonnez en heures-postes, alors il faut aussi compter la marge, les quelques bi-langues maintenues et les heures données pour terminer l'Euro en 3e (pour ceux qui avaient commencé).  Avec les postes ouverts aux concours cette année, il y aurait du avoir plus d'enseignants à la rentrée 2016 qu'à la rentrée 2015 (mais les premiers résultats aux concours montrent que tous ces postes ne seront pas pourvus).

Euh... Chez nous la section euro c'est fini. Les 4ème de la section euro actuelle seront logés à la même enseigne que les autres en 3ème. Aucun dispositif de substitution n'est prévu, malgré la ténacité des parents d'élèves (Le CDE les appelle les "harpies de l'euro"), et aucune heure n'a été donnée pour la continuité en 3ème. Ils vont se retrouver avec des élèves qui auront eu 25% d'heures de LV2 de moins qu'eux la première année...

Vididi
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle serait la fin réaliste de la réforme contre le collège ?

Message par Dulcinea del Toboso le Dim 22 Mai 2016 - 10:16


La réponse chez moi est visuelle...

Dulcinea del Toboso
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle serait la fin réaliste de la réforme contre le collège ?

Message par JPhMM le Dim 22 Mai 2016 - 10:20

Je partage cette impression.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle serait la fin réaliste de la réforme contre le collège ?

Message par DesolationRow le Dim 22 Mai 2016 - 10:20

@Elyas a écrit:
@pailleauquebec a écrit:Cette réforme planifie l'avenir pour les 10 ans qui viennent au collège.
Elle est un plan d'économies à long terme à elle seule.
Une érosion de la marge de 10% par an sur les 10 ans à venir est prévue.
Soit grosso modo 1% de productivité par an tous les ans, 10% en 10 ans.
Suppression de la marge dans 10 ans (sauf dans les ZEP j'imagine).

A plus brève échéance, l'AP et les EPI vont rapidement capoter dans pas mal d'établissements. On fera semblant de faire, comme d'habitude.

Les établissements vont s'organiser de plus en plus localement. A public égal, les écarts vont se creuser entre ceux où l'équipe est sérieuse et compétente, et ceux qui vendront du vent pédagogique.

Les nouveaux programmes, et leurs baisses d'exigences, seront appliqués par des enseignants de moins en moins compétents, crise du recrutement oblige.

Tout le monde sera content, les profs (moins d'exigence, pas besoin de se fouler), les parents (bons résultats de leurs enfants sur du vent), et les élèves (peu d'efforts à fournir, moins d'heures de cours).

Le hic c'est que nos résultats seront mauvais dans une compétition internationale féroce. De plus nous formerons peu de citoyens capables de penser librement. Les premiers à subir sans pouvoir compenser pour leurs enfants seront les personnes d'origine sociale modeste.
Ce système cynique amplifiera le scepticisme social et viendra grossir les rangs des extrêmes.

Il est temps d'entrer en résistance.

Peut-être que la solution est de pratiquer la différenciation pédagogique au service des savoirs et des savoir-faire et de faire des EPI au service de l'émergence de nouvelles connaissances.

J'espère vraiment que tu finiras au ministère. Tant d'efforts méritent d'être récompensés.

DesolationRow
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle serait la fin réaliste de la réforme contre le collège ?

Message par Lefteris le Dim 22 Mai 2016 - 10:20

@lisette83 a écrit:Je "compatis" tout de même avec tous les formateurs auxquels on a fait croire qu'une nouvelle ère pédagogique allait naître alors qu'ils ont été des instruments d'une réforme comptable.
Moi, je ne compatis pas du tout : s'ils y croient, c'est qu'ils sont vraiment très bêtes, mais la vérité est qu'ils agissent par intérêt ( ça va de l'intérêt matériel jusqu'à la simple vanité, l'idée aberrante selon laquelle ils peuvent distiller LA vérité à leurs collègues), qu'ils ont choisi le camp qui gagne actuellement. J'ai appris que des formateurs avaient été un peu malmenés dans une réunion sur site (j'étais absent), que les collègues futurs victimes de la réforme les ont apostrophés de manière assez acerbe, et je crois que c'est cette attitude qu'il faut adopter, leur rendre la vie pénible, ne pas participer déjà à leurs "ateliers", et de temps en temps leur montrer le mépris dont on les arrose. La réforme s'appuie sur eux, ils sont donc tout aussi coupables que les concepteurs.

_________________
Δεν ελπίζω τίποτα, δεν φοβάμαι τίποτα, είμαι λεύθερος ("je n'espère rien, je ne crains rien, je suis libre") (Ν. Kazantzakis)

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle serait la fin réaliste de la réforme contre le collège ?

Message par JPhMM le Dim 22 Mai 2016 - 10:23

@DesolationRow a écrit:
@Elyas a écrit:
@pailleauquebec a écrit:Cette réforme planifie l'avenir pour les 10 ans qui viennent au collège.
Elle est un plan d'économies à long terme à elle seule.
Une érosion de la marge de 10% par an sur les 10 ans à venir est prévue.
Soit grosso modo 1% de productivité par an tous les ans, 10% en 10 ans.
Suppression de la marge dans 10 ans (sauf dans les ZEP j'imagine).

A plus brève échéance, l'AP et les EPI vont rapidement capoter dans pas mal d'établissements. On fera semblant de faire, comme d'habitude.

Les établissements vont s'organiser de plus en plus localement. A public égal, les écarts vont se creuser entre ceux où l'équipe est sérieuse et compétente, et ceux qui vendront du vent pédagogique.

Les nouveaux programmes, et leurs baisses d'exigences, seront appliqués par des enseignants de moins en moins compétents, crise du recrutement oblige.

Tout le monde sera content, les profs (moins d'exigence, pas besoin de se fouler), les parents (bons résultats de leurs enfants sur du vent), et les élèves (peu d'efforts à fournir, moins d'heures de cours).

Le hic c'est que nos résultats seront mauvais dans une compétition internationale féroce. De plus nous formerons peu de citoyens capables de penser librement. Les premiers à subir sans pouvoir compenser pour leurs enfants seront les personnes d'origine sociale modeste.
Ce système cynique amplifiera le scepticisme social et viendra grossir les rangs des extrêmes.

Il est temps d'entrer en résistance.

Peut-être que la solution est de pratiquer la différenciation pédagogique au service des savoirs et des savoir-faire et de faire des EPI au service de l'émergence de nouvelles connaissances.

J'espère vraiment que tu finiras au ministère. Tant d'efforts méritent d'être récompensés.
L'inverse serait cruauté, en effet.

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle serait la fin réaliste de la réforme contre le collège ?

Message par gauvain31 le Dim 22 Mai 2016 - 10:28

@Lefteris a écrit:
@lisette83 a écrit:Je "compatis" tout de même avec tous les formateurs auxquels on a fait croire qu'une nouvelle ère pédagogique allait naître alors qu'ils ont été des instruments d'une réforme comptable.
Moi, je ne compatis pas du tout : s'ils y croient, c'est qu'ils  sont vraiment très bêtes,  mais la vérité est qu'ils agissent par intérêt ( ça va de l'intérêt matériel jusqu'à la simple vanité, l'idée aberrante selon laquelle ils peuvent distiller LA vérité à leurs collègues), qu'ils ont choisi le camp  qui gagne actuellement. J'ai appris que des formateurs avaient été un peu malmenés dans une réunion sur site (j'étais absent), que les collègues futurs victimes de la réforme les ont apostrophés de manière assez acerbe,  et je crois que c'est cette attitude qu'il faut adopter, leur rendre la vie pénible, ne pas participer déjà à leurs "ateliers", et de temps en temps leur montrer le mépris dont on les arrose. La réforme s'appuie sur eux, ils sont donc tout aussi coupables que les concepteurs.

Certains Lefteris sont je crois sincèrement naïfs (et d'autres doivent avoir la peur de la disgrâce et donc montrent l'exemple); j'ai d'ailleurs interrogé une formatrice qui va mettre en place l'EPI dans son collège "Peut-on vivre sur la Planète Mars ". je lui ai demandé :
-"Mais qu'allez-vous faire des élèves qui viendront en cours d'année ils seront perturbés?
-Cela sera comme avant" m'a-t-elle répondu
-"Mais actuellement quand un élève vient en cours d'année vous ne le prenez pas à part pour lui faire en autonomie ce qu'il n'a pas fait ?
-Non, au contraire je m'appuie sur ce qu'a appris dans son autre établissement pour faire avancer le cours"
- Shocked


Dernière édition par gauvain31 le Dim 22 Mai 2016 - 10:34, édité 1 fois

gauvain31
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle serait la fin réaliste de la réforme contre le collège ?

Message par InvitéTNW le Dim 22 Mai 2016 - 10:29

@pailleauquebec a écrit:Cette réforme planifie l'avenir pour les 10 ans qui viennent au collège.
Elle est un plan d'économies à long terme à elle seule.
Une érosion de la marge de 10% par an sur les 10 ans à venir est prévue.
Soit grosso modo 1% de productivité par an tous les ans, 10% en 10 ans.
Suppression de la marge dans 10 ans (sauf dans les ZEP j'imagine).

A plus brève échéance, l'AP et les EPI vont rapidement capoter dans pas mal d'établissements. On fera semblant de faire, comme d'habitude.

Les établissements vont s'organiser de plus en plus localement. A public égal, les écarts vont se creuser entre ceux où l'équipe est sérieuse et compétente, et ceux qui vendront du vent pédagogique.

Les nouveaux programmes, et leurs baisses d'exigences, seront appliqués par des enseignants de moins en moins compétents, crise du recrutement oblige.

Tout le monde sera content, les profs (moins d'exigence, pas besoin de se fouler), les parents (bons résultats de leurs enfants sur du vent), et les élèves (peu d'efforts à fournir, moins d'heures de cours).

Le hic c'est que nos résultats seront mauvais dans une compétition internationale féroce. De plus nous formerons peu de citoyens capables de penser librement. Les premiers à subir sans pouvoir compenser pour leurs enfants seront les personnes d'origine sociale modeste.
Ce système cynique amplifiera le scepticisme social et viendra grossir les rangs des extrêmes.

Il est temps d'entrer en résistance.

Il serait sérieusement temps que vous arrêtiez votre délire complotiste ! Si vous n'êtes pas content(e) avec la politique menée par le gouvernement en 2016, tant pis. Ces politiques ont été élus...
Mais de là à parler de résistance : je ne peux vous conseiller qu'une chose qui, je suis certain, va soulever des foudres de messages, de posts et de réaction : si vous ne partagez pas les idées de notre gouvernement sur l'éducation, si vous enseignez des choses à contre-coeur, eh bien tant pis, faites autre chose ou allez enseigner dans un établissement qui n'est pas sous contrat avec l'état. Vous y serez plus libre (quoique - votre CDE vous dira ce que vous devrez faire et vous exécuterez pour conserver votre poste).

Voilà, un message de ras-le-bol avec ces personnes qui pensent qu'un fonctionnaire a le droit de tout, qu'un fonctionnaire peut tout se permettre, qu'un fonctionnaire peut faire ce qu'il veut, qu'il faut sans-cesse être contre parce que les méchants capitalistes veulent du mal, du mal, que du mal. Ras-le-bol de ces pseudo intellos qui croient détenir la vérité que le bonheur du monde et sur la meilleure manière d'éduquer les enfants. J'en ai marre d'entendre et de lire de plus en plus de personnes qui se prennent pour des sauveurs du monde.
Autre exemple qui a fait monter chez moi la colère:DE QUEL DROIT un syndicat se permet-il de "réécrire" des programmes ou d'en proposer un découpage annuel ? Je pense au SNALC. Qui, en France, se permet de "réécrire" une loi - les programmes sont dans la loi. RAS LE BOL.

nb : désolé, mais je ne répondrai d'aucun post, d'aucun mp... pailleauquebec a pourri ma journée --- je retourne à mes copies.


InvitéTNW
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle serait la fin réaliste de la réforme contre le collège ?

Message par Fires of Pompeii le Dim 22 Mai 2016 - 10:30

thenastywizard a écrit:
@pailleauquebec a écrit:Cette réforme planifie l'avenir pour les 10 ans qui viennent au collège.
Elle est un plan d'économies à long terme à elle seule.
Une érosion de la marge de 10% par an sur les 10 ans à venir est prévue.
Soit grosso modo 1% de productivité par an tous les ans, 10% en 10 ans.
Suppression de la marge dans 10 ans (sauf dans les ZEP j'imagine).

A plus brève échéance, l'AP et les EPI vont rapidement capoter dans pas mal d'établissements. On fera semblant de faire, comme d'habitude.

Les établissements vont s'organiser de plus en plus localement. A public égal, les écarts vont se creuser entre ceux où l'équipe est sérieuse et compétente, et ceux qui vendront du vent pédagogique.

Les nouveaux programmes, et leurs baisses d'exigences, seront appliqués par des enseignants de moins en moins compétents, crise du recrutement oblige.

Tout le monde sera content, les profs (moins d'exigence, pas besoin de se fouler), les parents (bons résultats de leurs enfants sur du vent), et les élèves (peu d'efforts à fournir, moins d'heures de cours).

Le hic c'est que nos résultats seront mauvais dans une compétition internationale féroce. De plus nous formerons peu de citoyens capables de penser librement. Les premiers à subir sans pouvoir compenser pour leurs enfants seront les personnes d'origine sociale modeste.
Ce système cynique amplifiera le scepticisme social et viendra grossir les rangs des extrêmes.

Il est temps d'entrer en résistance.

Il serait sérieusement temps que vous arrêtiez votre délire complotiste ! Si vous n'êtes pas content(e) avec la politique menée par le gouvernement en 2016, tant pis. Ces politiques ont été élus...
Mais de là à parler de résistance : je ne peux vous conseiller qu'une chose qui, je suis certain, va soulever des foudres de messages, de posts et de réaction : si vous ne partagez pas les idées de notre gouvernement sur l'éducation, si vous enseignez des choses à contre-coeur, eh bien tant pis, faites autre chose ou allez enseigner dans un établissement qui n'est pas sous contrat avec l'état. Vous y serez plus libre (quoique - votre CDE vous dira ce que vous devrez faire et vous exécuterez pour conserver votre poste).

Voilà, un message de ras-le-bol avec ces personnes qui pensent qu'un fonctionnaire a le droit de tout, qu'un fonctionnaire peut tout se permettre, qu'un fonctionnaire peut faire ce qu'il veut, qu'il faut sans-cesse être contre parce que les méchants capitalistes veulent du mal, du mal, que du mal. Ras-le-bol de ces pseudo intellos qui croient détenir la vérité que le bonheur du monde et sur la meilleure manière d'éduquer les enfants. J'en ai marre d'entendre et de lire de plus en plus de personnes qui se prennent pour des sauveurs du monde.
Autre exemple qui a fait monter chez moi la colère:DE QUEL DROIT un syndicat se permet-il de "réécrire" des programmes ou d'en proposer un découpage annuel ? Je pense au SNALC. Qui, en France, se permet de "réécrire" une loi - les programmes sont dans la loi. RAS LE BOL.

nb : désolé, mais je ne répondrai d'aucun post, d'aucun mp... pailleauquebec a pourri ma journée --- je retourne à mes copies.


Ah bah tiens ça faisait longtemps ! Fichez lui la paix, au SNALC...

_________________
Je ne dirai qu'une chose : stulo plyme.

Fires of Pompeii
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle serait la fin réaliste de la réforme contre le collège ?

Message par Ergo le Dim 22 Mai 2016 - 10:32

Toi-même, FoP, espèce de pseudo intello.

_________________
After all we've been through---it can't be for nothing. ---Ellie

No matter. Try again. Fail again. Fail better.---Beckett
Les stulos-plyme des neos. Illustration de la devise de Ronin: "Cède, cède, cède, je le veux !"

Ergo
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle serait la fin réaliste de la réforme contre le collège ?

Message par gauvain31 le Dim 22 Mai 2016 - 10:33

Dulcinée a écrit:La réponse chez moi est visuelle...

Moi j'ai une autre impression visuelle:


gauvain31
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle serait la fin réaliste de la réforme contre le collège ?

Message par Professeur Harry le Dim 22 Mai 2016 - 10:33

@Lefteris a écrit:J'ai appris que des formateurs avaient été un peu malmenés dans une réunion sur site (j'étais absent), que les collègues futurs victimes de la réforme les ont apostrophés de manière assez acerbe,  et je crois que c'est cette attitude qu'il faut adopter, leur rendre la vie pénible, ne pas participer déjà à leurs "ateliers", et de temps en temps leur montrer le mépris dont on les arrose. La réforme s'appuie sur eux, ils sont donc tout aussi coupables que les concepteurs.

(j'étais absent) donc tu imagine/crois/invente/accepte d'éventuelles fabulations

J'ai aussi vu des formations (chiantes il faut le reconnaître) où les quelques «opposants» ont été sifflés tellement ils étaient ridicules.

À part ça tu fais quoi quand des élèves essayent de te pourrir la vie ? Tu fais autant la grande gueule ?

Professeur Harry
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle serait la fin réaliste de la réforme contre le collège ?

Message par Marcel Khrouchtchev le Dim 22 Mai 2016 - 10:34

@Elyas a écrit:Peut-être que la solution est de pratiquer la différenciation pédagogique au service des savoirs et des savoir-faire et de faire des EPI au service de l'émergence de nouvelles connaissances.

Et en français ça donne quoi?
On a l'impression que tu as écrit cette phrase avec un générateur automatique.

Marcel Khrouchtchev
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle serait la fin réaliste de la réforme contre le collège ?

Message par Fires of Pompeii le Dim 22 Mai 2016 - 10:35

Bon et sinon, Elyas, je ne sais pas quoi dire devant un tel amas de grands mots vides. "Peut-être que la solution est de pratiquer la différenciation pédagogique au service des savoirs et des savoir-faire et de faire des EPI au service de l'émergence de nouvelles connaissances."

Tu confonds la fin et les moyens, comme tous ceux qui nous ont pondu cette réforme.

Et avoir un discours si tranché (malgré ton "peut-être" qui ne rend pas ta phrase plus humble) est quand même incroyable, si j'avais su qu'il y avait une recette miracle pour que mes élèves apprennent à lire, à écrire et à penser, je t'aurais demandé avant... oh wait... encore eût-il fallu que je pusse la comprendre, cette recette, parce que là...

Mais quand est-ce qu'on va arrêter de nous dire comment faire notre travail, bon sang de bois ??


Dernière édition par Fires of Pompeii le Dim 22 Mai 2016 - 10:37, édité 1 fois

_________________
Je ne dirai qu'une chose : stulo plyme.

Fires of Pompeii
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle serait la fin réaliste de la réforme contre le collège ?

Message par Fires of Pompeii le Dim 22 Mai 2016 - 10:35

@Marcel Khrouchtchev a écrit:
@Elyas a écrit:Peut-être que la solution est de pratiquer la différenciation pédagogique au service des savoirs et des savoir-faire et de faire des EPI au service de l'émergence de nouvelles connaissances.

Et en français ça donne quoi?
On a l'impression que tu as écrit cette phrase avec un générateur automatique.

J'allais le dire Laughing

_________________
Je ne dirai qu'une chose : stulo plyme.

Fires of Pompeii
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle serait la fin réaliste de la réforme contre le collège ?

Message par JPhMM le Dim 22 Mai 2016 - 10:35

Quand on lit ce que le message cité dit un peu plus haut, cette histoire de Méchant Snalc, c'est peanuts.

PS : thenastywizard, c'est NVB ? Simple question...

_________________
Labyrinthe où l'admiration des ignorants et des idiots qui prennent pour savoir profond tout ce qu'ils n'entendent pas, les a retenus, bon gré malgré qu'ils en eussent. D'ailleurs, il n'y a point de meilleur moyen pour mettre en vogue ou pour défendre des doctrines étranges et absurdes, que de les munir d'une légion de mots obscurs, douteux , et indéterminés. Ce qui pourtant rend ces retraites bien plus semblables à des cavernes de brigands ou à des tanières de renards qu'à des forteresses de généreux guerriers. Que s'il est malaisé d'en chasser ceux qui s'y réfugient, ce n'est pas à cause de la force de ces lieux-là, mais à cause des ronces, des épines et de l'obscurité des buissons dont ils sont environnés. Car la fausseté étant par elle-même incompatible avec l'esprit de l'homme, il n'y a que l'obscurité qui puisse servir de défense à ce qui est absurde. — John Locke

JPhMM
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle serait la fin réaliste de la réforme contre le collège ?

Message par Fires of Pompeii le Dim 22 Mai 2016 - 10:35

@Ergo a écrit:Toi-même, FoP, espèce de pseudo intello.

Laughing t'as oublié "de droite".

_________________
Je ne dirai qu'une chose : stulo plyme.

Fires of Pompeii
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle serait la fin réaliste de la réforme contre le collège ?

Message par Chocolat le Dim 22 Mai 2016 - 10:36

@Elyas a écrit:

Peut-être que la solution est de pratiquer la différenciation pédagogique au service des savoirs et des savoir-faire et de faire des EPI au service de l'émergence de nouvelles connaissances.

Elyas, soyons réalistes : la différenciation et la pédagogie de projet ne peuvent pas compenser toutes les erreurs des politiques éducatives.

Le collège unique a été une erreur au moins aussi monumentale que la dévalorisation des filières professionnelles.

Les méthodes farfelues d'apprentissage de la lecture aussi, tout comme le massacre de l'enseignement de la grammaire et l'invention de la séquence pédagogique en français, dérives qui ont donné sur le terrain des salades composées indigestes avec littérature et langue détournées et rendues absurdes et rédhibitoires.

Puis très franchement, l'AP ou les EPI à 27 ou à 30 dans les classes... c'est du foutage de gueule érigé en injonctions officielles.

Et tu sais bien que les inégalités en termes d'offre de formation initiale et continue des enseignants, que ce soit pour la différenciation ou la pédagogie de projet, n'arrangent pas les choses.
Dans mon académie par exemple, à deux ou trois exceptions près, c'est le néant absolu au niveau de la formation, autrement que sur papier, et je plains très sincèrement les collègues qui débutent dans de telles conditions...


_________________

La réforme du collège décryptée sur un site indépendant et apolitique :
http://www.reformeducollege.fr/

Chocolat
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelle serait la fin réaliste de la réforme contre le collège ?

Message par RogerMartin le Dim 22 Mai 2016 - 10:36

@Fires of Pompeii a écrit:
@Ergo a écrit:Toi-même, FoP, espèce de pseudo intello.

Laughing t'as oublié "de droite".

Attends, je résume : "latiniste, va !" I love you

_________________
Pardon, je n'ai plus moyen d'accéder à l'accent circonflexe sur mon clavier  Embarassed

Yo, salut ma bande ! disait toujours le Samouraï.
I I love you User5899.

Rome n'est plus dans Rome, elle est toute où je suis.
Strange how paranoia can link up with reality now and then.

RogerMartin
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum