Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Angel18
Niveau 4

Qui pour me scanner ces quelques textes/manuels ?

par Angel18 le Sam 4 Juin 2016 - 17:52
Bonjour,

quelle bonne âme accepterait de me scanner les textes suivants proposés dans le manuel Français, 1ère (Nathan, Collection Calliopée) que je n'ai pas en ma possession ?

- Montaigne, I, 26, "De l'institution des enfants" (manuel p. 151)
- La Rochefoucauld, Maximes, II, "De la société" (manuel p. 165)
- Voltaire, "Le Mondain" (manuel p. 190).

Merci beaucoup !
avatar
Hélips
Modérateur

Re: Qui pour me scanner ces quelques textes/manuels ?

par Hélips le Sam 4 Juin 2016 - 18:14
Ces textes sont dans le domaine public, tu dois pouvoir les trouver facilement avec ton moteur de recherche habituel.

_________________
Amis via FB ? oui oui avec plaisir, un petit MP avec les bonnes infos et je fais le nécessaire.
avatar
Ponocrates
Habitué du forum

Re: Qui pour me scanner ces quelques textes/manuels ?

par Ponocrates le Sam 4 Juin 2016 - 18:33
Voici les textes
http://www.cndp.fr/archive-musagora/agedor/textes/francais/Voltaire.pdf
http://burmat.free.fr/Textes/Montaigne_InstitEnfants.pdf
II.De la société de La Rochefoucauld
Mon dessein n'est pas de parler de l'amitié en parlant de la société; bien qu'elles aient quelque rapport, elles sont néanmoins très différentes: la première a plus d'élévation et de dignité, et le plus grand mérite de l'autre, c'est de lui ressembler. Je ne parlerai donc présentement que du commerce particulier que les honnêtes gens doivent avoir ensemble.

Il serait inutile de dire combien la société est nécessaire aux hommes: tous la désirent et tous la cherchent, mais peu se servent des moyens de la rendre agréable et de la faire durer. Chacun veut trouver son plaisir et ses avantages aux dépens des autres; on se préfère toujours à ceux avec qui on se propose de vivre, et on leur fait presque toujours sentir cette préférence; c'est ce qui trouble et qui détruit la société. Il faudrait du moins savoir cacher ce désir de préférence, puisqu'il est trop naturel en nous pour nous en pouvoir défaire; il faudrait faire son plaisir et celui des autres, ménager leur amour-propre, et ne le blesser jamais.

L'esprit a beaucoup de part à un si grand ouvrage, mais il ne suffit pas seul pour nous conduire dans les divers chemins qu'il faut tenir. Le rapport qui se rencontre entre les esprits ne maintiendrait pas longtemps la société, si elle n'était réglée et soutenue par le bon sens, par l'humeur, et par des égards qui doivent être entre les personnes qui veulent vivre ensemble. S'il arrive quelquefois que des gens opposés d'humeur et d'esprit paraissent unis, ils tiennent sans doute par des liaisons étrangères, qui ne durent pas longtemps. On peut être aussi en société avec des personnes sur qui nous avons de la supériorité par la naissance ou par des qualités personnelles; mais ceux qui ont cet avantage n'en doivent pas abuser; ils doivent rarement le faire sentir, et ne s'en servir que pour instruire les autres; ils doivent les faire apercevoir qu'ils ont besoin d'être conduits, et le mener par raison, en s'accommodant autant qu'il est possible à leurs sentiments et à leurs intérêts.

Pour rendre la société commode, il faut que chacun conserve sa liberté: il faut se voir, ou ne se voir point, sans sujétion, se divertir ensemble, et même s'ennuyer ensemble; il faut se pouvoir séparer, sans que cette séparation apporte de changement; il faut se pouvoir passer les uns des autres, si on ne veut pas s'exposer à embarrasser quelquefois, et on doit se souvenir qu'on incommode souvent, quand on croit ne pouvoir jamais incommoder. Il faut contribuer, autant qu'on le peut, au divertissement des personnes avec qui on veut vivre; mais il ne faut pas être toujours chargé du soin d'y contribuer. La complaisance est nécessaire dans la société, mais elle doit avoir des bornes: elle devient une servitude quand elle est excessive; il faut du moins qu'elle paraisse libre, et qu'en suivant le sentiment de nos amis, ils soient persuadés que c'est le nôtre aussi que nous suivons.
Mais j'imagine que c'est pour l' EAF et qu'il vous faut les limites, en particulier pour Montaigne et Voltaire ?


_________________
"If you think education is too expensive, try ignorance ! "/ "As-tu donc oublié que ton libérateur,
C'est le livre ? Le livre est là sur la hauteur;
Il luit; parce qu'il brille et qu'il les illumine,
Il détruit l'échafaud, la guerre, la famine
Il parle, plus d'esclave et plus de paria"
avatar
Angel18
Niveau 4

Re: Qui pour me scanner ces quelques textes/manuels ?

par Angel18 le Sam 4 Juin 2016 - 19:19
Bonsoir,

merci pour vos réponses. Bien évidemment, je peux trouver les textes sur Internet. Mais ce sont les délimitations présentes dans le manuel (voir mon 1er post) qui m'intéressent ! Merci quand même Smile
avatar
mrl
Niveau 7

Re: Qui pour me scanner ces quelques textes/manuels ?

par mrl le Dim 5 Juin 2016 - 7:36
- Montaigne, I, 26, "De l'institution des enfants" (manuel p. 151)
De "Il se tire une merveilleuse clarté" à "les choses selon leur juste grandeur"

- La Rochefoucauld, Maximes, II, "De la société" (manuel p. 165)

pp. 164-165. De "Mon dessein n'est pas de parler" à "persuadés que c'est le nôtre aussi que nous suivons"

- Voltaire, "Le Mondain" (manuel p. 190).

pp. 190-191. De "Regrettera qui veut le bon vieux temps" à "Travaillerais-tu pour ce sot genre humain?"
avatar
Angel18
Niveau 4

Re: Qui pour me scanner ces quelques textes/manuels ?

par Angel18 le Dim 5 Juin 2016 - 10:02
C'est parfait ! Tu m'es d'une grande aide, je te remercie ! veneration
Contenu sponsorisé

Re: Qui pour me scanner ces quelques textes/manuels ?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum