Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
nitescence
Érudit

A quoi ça sert d'étudier la littérature ?

par nitescence le Lun 18 Juil 2016 - 0:03
Je crois que j'ai enfin trouvé comment répondre à la sempiternelle question posée par les élèves : à quoi ça sert d'étudier la littérature ? C'est un petit texte très court et je me propose d'en garder toujours quelques exemplaires sur moi en classe. Comme ça passe par un récit, c'est probablement plus facile d'accès : il s'agit d'un texte qui s'intitule Un général dans la bibliothèque de Calvino et qui est disponible ici : http://colleges.ac-rouen.fr/bourg-achard/spip/IMG/pdf/texte.pdf. Dîtes-moi ce que vous en pensez : est-ce susceptible de leur parler ?

_________________
Mordre. Mordre d'abord. Mordre ensuite. Mordre en souriant et sourire en mordant. (avec l'aimable autorisation de Cripure, notre dieu à tous)
avatar
288
Niveau 10

Re: A quoi ça sert d'étudier la littérature ?

par 288 le Lun 18 Juil 2016 - 8:54
Le lien ne fonctionne pas chez moi.
avatar
Blan6ine
Expert

Re: A quoi ça sert d'étudier la littérature ?

par Blan6ine le Lun 18 Juil 2016 - 9:19
Il faut enlever le point à la fin de l'adresse donnée :
>> http://colleges.ac-rouen.fr/bourg-achard/spip/IMG/pdf/texte.pdf
avatar
Fabienne
Niveau 10

Re: A quoi ça sert d'étudier la littérature ?

par Fabienne le Lun 18 Juil 2016 - 9:45
A cette question, je réponds généralement: à rien, comme toutes les choses essentielles. Smile
avatar
Alexlafée
Niveau 6

Re: A quoi ça sert d'étudier la littérature ?

par Alexlafée le Lun 18 Juil 2016 - 9:47
@nitescence a écrit:Je crois que j'ai enfin trouvé comment répondre à la sempiternelle question posée par les élèves : à quoi ça sert d'étudier la littérature ?

Je crois qu'il n'y a pas que les élèves qui se posent la question.... :abd:
avatar
288
Niveau 10

Re: A quoi ça sert d'étudier la littérature ?

par 288 le Lun 18 Juil 2016 - 9:50
@Blan6ine a écrit:Il faut enlever le point à la fin de l'adresse donnée :
>> http://colleges.ac-rouen.fr/bourg-achard/spip/IMG/pdf/texte.pdf

Ah en effet, merci. Je suis bon pour repasser mon B2i Embarassed
Cléio
Niveau 2

Re: A quoi ça sert d'étudier la littérature ?

par Cléio le Lun 18 Juil 2016 - 10:27
Merci pour ce texte Smile !
A partir de quel niveau peut-on faire lire ou lire ce texte à des élèves ?
avatar
nitescence
Érudit

Re: A quoi ça sert d'étudier la littérature ?

par nitescence le Lun 18 Juil 2016 - 10:30
il s'agit d'une ressource pour le collège, mais je compte l'utiliser aussi avec mes élèves de lycée (qui parfois ressemblent beaucoup à des élèves de collège, tant par le niveau que par le comportement, mais c'est une autre histoire)...

_________________
Mordre. Mordre d'abord. Mordre ensuite. Mordre en souriant et sourire en mordant. (avec l'aimable autorisation de Cripure, notre dieu à tous)
avatar
Sylvain de Saint-Sylvain
Érudit

Re: A quoi ça sert d'étudier la littérature ?

par Sylvain de Saint-Sylvain le Lun 18 Juil 2016 - 10:56
Merci Nitescence ! Smile

@Fabienne a écrit:A cette question, je réponds généralement: à rien, comme toutes les choses essentielles.

Lycéen, je trouvais cette réponse bien décevante : cette question, on ne la pose pas forcément pour trouver une "utilité" à l'étude de la littérature qui soit du même genre que celle, par exemple, de savoir conduire une voiture ou compter sur ses doigts.
En quoi est-ce essentiel ?
avatar
288
Niveau 10

Re: A quoi ça sert d'étudier la littérature ?

par 288 le Lun 18 Juil 2016 - 11:48
Merci pour ce texte. Je me vois bien le travailler en AP.
avatar
maldoror1
Neoprof expérimenté

Re: A quoi ça sert d'étudier la littérature ?

par maldoror1 le Lun 18 Juil 2016 - 20:57
@Sylvain de Saint-Sylvain a écrit:Merci Nitescence ! Smile

@Fabienne a écrit:A cette question, je réponds généralement: à rien, comme toutes les choses essentielles.

En quoi est-ce essentiel ?

C'est essentiel car cela aide à vivre et à être plus heureux.

Et merci beaucoup pour ce lien Nitescence!

_________________
" Le monde a commencé sans l'homme et finira sans lui". Lévi-Strauss

"L'humanité se divise en deux catégories: ceux qui lisent et les cochons". Cioran

"Ever tried. Ever failed. No matter. Try again. Fail again. Fail better". Beckett
thrasybule
Oracle

Re: A quoi ça sert d'étudier la littérature ?

par thrasybule le Lun 18 Juil 2016 - 20:58
@maldoror1 a écrit:
@Sylvain de Saint-Sylvain a écrit:Merci Nitescence ! Smile

@Fabienne a écrit:A cette question, je réponds généralement: à rien, comme toutes les choses essentielles.

En quoi est-ce essentiel ?

C'est essentiel car cela aide à vivre et à être plus heureux.
Tu crois vraiment?

_________________
Mon blog cinéma: http://ombreserrantes.com/
avatar
maldoror1
Neoprof expérimenté

Re: A quoi ça sert d'étudier la littérature ?

par maldoror1 le Lun 18 Juil 2016 - 20:59
@thrasybule a écrit:
@maldoror1 a écrit:
@Sylvain de Saint-Sylvain a écrit:Merci Nitescence ! Smile

@Fabienne a écrit:A cette question, je réponds généralement: à rien, comme toutes les choses essentielles.

En quoi est-ce essentiel ?

C'est essentiel car cela aide à vivre et à être plus heureux.
Tu crois vraiment?

Je ne crois pas, je suis sûre. Je parle pour moi, bien entendu, mais je crois que le monde tournerait mieux si les gens lisaient davantage.

_________________
" Le monde a commencé sans l'homme et finira sans lui". Lévi-Strauss

"L'humanité se divise en deux catégories: ceux qui lisent et les cochons". Cioran

"Ever tried. Ever failed. No matter. Try again. Fail again. Fail better". Beckett
avatar
Marc S.
Niveau 4

Re: A quoi ça sert d'étudier la littérature ?

par Marc S. le Sam 23 Juil 2016 - 22:06
Il me semble qu'il y a deux questions différentes même si liées:

- à quoi ça sert, la littérature? ( par rapport à des trucs directement "utiles")
- à quoi ça sert, de l'étudier? (au lieu de la lire, tout simplement).

Pour la première, c'est assez simple de répondre. Face à une vision complètement utilitariste, on peut justifier sans mal l'importance de l'art et de la culture.
Il m'est arrivé de répondre de manière un peu abrupte (quand l'intonation de la question manifeste une condamnation méprisante de la littérature) : "eh bien, s'intéresser à la littérature aide à ne pas devenir un gros bourrin".
Sinon, même chose que Maldoror1: les grandes oeuvres, celles qui nous touchent, nous bouleversent, nous font réfléchir ou nous bousculent (et qui ne seront pas forcément les mêmes pour tout le monde) peuvent être de véritables boussoles dans la vie. J'ai, comme tout le monde ici sans doute, des personnages-repères qui m'accompagnent et m'aident à comprendre les gens, les événements, mes propres contradictions. Beaucoup de jeunes peuvent comprendre ça; sans être de grands lecteurs, il y a souvent un livre qui a déjà pu les marquer. On peut aussi transposer la phrase de Camus: "si tu veux être philosophe, écris des romans". Il parlait de création, mais ça marche aussi bien avec la lecture et l'interprétation: une prise sur la vie, pas par concepts et théories, mais par des situations fictives élaborées et puissantes. Du reste, même en se plaçant dans une perspective plus ou moins utilitariste, la littérature se défend très bien - cf l'enquête américaine récente qui montre que lire beaucoup accroît nos capacités d'empathie - bref, lire, c'est bon pour le vivre-ensemble, et par les temps qui courent... Sans parler de choses évidentes comme l'enrichissement de notre univers intérieur grâce aux styles singuliers de chaque écrivain (ce que ne permettront pas les textes strictement informatifs) etc.

Pour la deuxième question, la réponse va de soi mais est nettement plus limitée. A part dire que l'étude d'une oeuvre constitue une invitation à approfondir la "simple" lecture, à en retirer la substantifique moelle...
avatar
Symphonie
Niveau 5

Re: A quoi ça sert d'étudier la littérature ?

par Symphonie le Mar 26 Juil 2016 - 15:05
Pour moi, il est essentiel d'étudier la littérature car celle-ci parle de nous, les hommes, et cela depuis l'Antiquité même.
On peut étudier un texte antique et en apprendre sur la société de l'époque tout en en apprenant sur notre société moderne.
La littérature n'est pas une science exacte, c'est sans doute pour cela qu'elle paraît si peu utile aux yeux de bon nombre de personnes, mais elle permet seulement de s'interroger sur sa propre identité, sur le regard que l'on porte sur les autres.
En lisant, on se lit généralement soi-même, qu'importe le type de lecture, il y a toujours à apprendre sur chacun de nous.
C'est en tout cas ce que je pense de l'étude de la littérature et c'est ce que je dis aux élèves qui me posent la question.
avatar
Sylvain de Saint-Sylvain
Érudit

Re: A quoi ça sert d'étudier la littérature ?

par Sylvain de Saint-Sylvain le Mar 26 Juil 2016 - 15:12
@maldoror1 a écrit:C'est essentiel car cela aide à vivre et à être plus heureux.

Dans ce cas ça sert à quelque chose (améliorer son existence).
M'enfin je n'y crois pas. Je n'ai pas le sentiment d'être plus heureux que bien des gens que je connais et qui ne lisent guère. J'ai parfois même l'impression que ça me complique la vie (surtout en ce qui concerne mes relations avec les autres).

_________________
Les moyens sont le contraire des procédés; se borner à obtenir une perfection formelle déjà créée, c’est se donner pour but le jeu de moyens déjà établis et connus. Ce n’est ni un noble effort à tenter ni un but élevé à atteindre. (Reverdy, "Certains avantages d'être seul")
thrasybule
Oracle

Re: A quoi ça sert d'étudier la littérature ?

par thrasybule le Mar 26 Juil 2016 - 15:13
@Sylvain de Saint-Sylvain a écrit:
@maldoror1 a écrit:C'est essentiel car cela aide à vivre et à être plus heureux.

Dans ce cas ça sert à quelque chose (améliorer son existence).
M'enfin je n'y crois pas. Je n'ai pas le sentiment d'être plus heureux que bien des gens que je connais et qui ne lisent guère. J'ai parfois même l'impression que ça me complique la vie (surtout en ce qui concerne mes relations avec les autres).
+1

_________________
Mon blog cinéma: http://ombreserrantes.com/
avatar
Symphonie
Niveau 5

Re: A quoi ça sert d'étudier la littérature ?

par Symphonie le Mar 26 Juil 2016 - 15:16
@Sylvain de Saint-Sylvain a écrit:Je n'ai pas le sentiment d'être plus heureux que bien des gens que je connais et qui ne lisent guère. J'ai parfois même l'impression que ça me complique la vie (surtout en ce qui concerne mes relations avec les autres).

C'est ce qui nous rappelle que nous sommes de sombres martiens. Very Happy
Je n'ai pas le sentiment d'être plus heureuse non plus, mais j'ai le sentiment d'avoir un regard plus ouvert sur le monde.
avatar
touby
Esprit éclairé

Re: A quoi ça sert d'étudier la littérature ?

par touby le Mar 26 Juil 2016 - 15:24
ça me rappelle un autre texte (de Calvino ?) intitulé "pourquoi lire (ou étudier, je ne sais plus) les classiques ?"
Quelqu'un l'aurait-il ? (je sais que ma demande est floue, mais bon... Razz )
avatar
touby
Esprit éclairé

Re: A quoi ça sert d'étudier la littérature ?

par touby le Mar 26 Juil 2016 - 15:27
En fait, je l'ai retrouvé yesyes :

Pourquoi lire les classiques ?

Commençons par proposer une définition :
1) Les classiques sont ces livres dont on entend toujours dire : « Je suis en train de le relire… » et jamais : « Je suis en train de le lire… »
Cela du moins parmi ceux à qui l’on suppose de « vastes lectures » ; la règle ne vaut pas pour la jeunesse, âge auquel la relation avec le monde, et avec les classiques en tant que partie du monde, a précisément forme de première rencontre.
Le préfixe itératif devant le verbe « lire » peut renvoyer à une petite hypocrisie de la part de ceux qui rougiraient d’admettre qu’ils n’ont pas lu un livre fameux. Pour les rassurer, il suffira de faire observer que, si vastes que puissent être les « lectures de formation » d’un individu, il reste toujours un nombre immense d’œuvres fondamentales qu’on n’a pas lues.
Que celui qui a lu tout Hérodote et tout Thucydide lève la main ! Et Saint-Simon ! Et le cardinal de Retz ! Même les grands cycles romanesques du XIXe siècle sont plus nommés que lus. En France, on commence à lire Balzac à l’école et, à en juger par le nombre des éditions en circulation, on peut croire que les Français continuent de le lire plus tard. Mais, si l’on faisait en Italie un sondage, je crains que Balzac n’apparaisse que vers les derniers rangs. Les passionnés de Dickens en Italie ne représentent qu’un groupe restreint de personnes qui, lorsqu’elles se rencontrent, se mettent aussitôt à évoquer épisodes et personnages comme s’il s’agissait de gens de leur connaissance. Il y a quelques années, Michel Butor, enseignant en Amérique et las de s’entendre toujours interroger sur Emile Zola, qu’il n’avait jamais lu, se décida à lire tout le cycle des Rougon-Macquart. Il découvrit quelque chose de bien différent de ce qu’il croyait : une fabuleuse généalogie mythologique et cosmogonique, qu’il décrivit dans un très bel essai.
Tout cela pour dire que lire pour la première fois un grand livre à l’âge mûr est un plaisir extraordinaire : différent (mais ni supérieur ni inférieur pour autant) du plaisir qu’on aurait eu à le lire dans sa jeunesse. La jeunesse communique à la lecture, comme à toute autre expérience, une particulière saveur et une particulière importance ; tandis qu’à l’âge mûr on apprécie (ou l’on devrait apprécier) beaucoup plus de détails, on repère des niveaux, on distingue des sens.
Nous pouvons, à partir de là, tenter une autre définition :
2) Sont dits classiques les livres qui constituent une richesse pour qui les a lus et aimés ; mais la richesse n’est pas moindre pour qui se réserve le bonheur de les lire une première fois dans les conditions les plus favorables pour les goûter.
De fait, les lectures de jeunesse peuvent se révéler peu profitables par suite de l’impatience, de la distraction, de l’inexpérience des modes d’emploi, de l’inexpérience de la vie. Elles peuvent (éventuellement en même temps) être formatrices dans la mesure où elles donneront une forme à nos expériences futures, en leur fournissant des modèles, des termes de comparaison, des schémas de classification, des échelles de valeur, des paradigmes de beauté ; toutes choses qui continuent à opérer même lorsqu’il ne nous reste que peu de chose, ou même rien, du livre que nous avons lu dans notre jeunesse. En relisant ce livre à l’âge mûr, il nous arrive d’y retrouver ces constantes dont nous avions oublié l’origine, et qui font désormais partie de nos mécanismes intérieurs. L’œuvre littéraire possède cette force spécifique : se faire oublier en tant qu’œuvre tout en laissant sa semence.
La définition que nous poumons alors donner serait la suivante :
3) Les classiques sont des livres qui exercent une influence particulière aussi bien en s’imposant comme inoubliables qu’en se dissimulant dans les replis de la mémoire par assimilation à l’inconscient collectif ou individuel.
C’est pourquoi l’on devrait consacrer, à l’âge adulte, un temps à la redécouverte des plus importantes lectures de sa jeunesse. Car, si les livres ne changent pas (mais en réalité ils changent à la lumière d’une perspective historique différente), nous-même avons changé, et nos retrouvailles avec eux sont des événements nouveaux.
Que l’on emploie le verbe « lire » ou « relire » n’a dès lors plus aucune importance. Et, de fait, on pourrait dire :
4) Toute relecture d’un classique est une découverte, comme la première lecture.
5) Toute première lecture d’un classique est en réalité une relecture.
La définition n° 4 peut être considérée comme le corollaire de celle-ci :
6) Un classique est un livre qui n’a jamais fini de dire ce qu’il a à dire.
Tandis que la définition n° 5 appelle une formulation plus explicite, telle que :
7) Les classiques sont des livres qui, quand ils nous parviennent, portent en eux la trace des lectures qui ont précédé la nôtre et traînent derrière eux la trace qu’ils ont laissée dans la ou les cultures qu’ils ont traversées (ou, plus simplement, dans le langage et les mœurs).
Cette définition vaut aussi bien pour les classiques anciens que pour les modernes. Si je lis Y Odyssée, je lis le texte d’Homère, mais je ne puis oublier tout ce que les aventures d’Ulysse ont fini par signifier au cours des siècles, et je ne puis pas ne pas me demander si ces sens étaient implicites dans le texte ou si ce sont des dépôts, des déformations ou des extensions successives. En lisant Kafka, je ne puis faire autrement que de vérifier ou de repousser la légitimité de l’adjectif « kafkaïen » qu’on entend à tout instant employé à tort et à travers. Si je lis Pères et Fils de Tourgueniev ou Les Possédés de Dostoïevski, je ne puis que me rappeler comment ces personnages ont continué de se réincarner jusqu’à nos jours.
La lecture d’un classique doit toujours nous réserver quelque surprise par rapport à l’image que nous en avions. Aussi ne recommandera-t-on jamais assez de lire directement les textes originaux en écartant le plus possible les bibliographies critiques, les commentaires, les interprétations. L’Ecole et l’Université devraient servir à faire comprendre qu’aucun livre parlant d’un livre n’en dit davantage que le livre en question. Elles font tout cependant pour faire croire le contraire ; et l’on constate un renversement des valeurs tel que l’introduction, l’apparat critique, la bibliographie sont utilisés comme un rideau fumigène qui dissimule ce que le texte a à dire et qu’il ne peut dire qu’à condition qu’on le laisse parler sans un intermédiaire qui prétend en savoir plus que lui.
Nous pouvons en conclure que :
8) Un classique est une œuvre qui provoque sans cesse un nuage de discours critiques, dont elle se débarrasse continuellement.
Le classique ne nous enseigne pas nécessairement quelque chose de neuf ; parfois, nous y découvrons quelque chose que nous avions toujours su (ou cru savoir), sans savoir que c’était ce livre-là qui l’avait dit le premier (ou qu’il s’y attachait de façon particulière). Et cette surprise est, elle aussi, une surprise pleine de satisfaction, comme l’est toujours la découverte d’une origine, d’une relation, d’une appartenance.
De là, on pourrait faire dériver une définition comme :
9) Les classiques sont des livres que la lecture rend d’autant plus neufs, inattendus, inouïs, qu’on a cru les connaître par oui-dire.
Naturellement, cela ne se produit que lorsque le classique fonctionne comme tel, c’est-à-dire établit un rapport personnel avec celui qui le lit. Si l’étincelle ne jaillit pas, rien à faire : on ne lit pas les classiques par devoir ou par respect, mais seulement par amour. Du moins hors de l’école : celle-ci a pour rôle de faire connaître, tant bien que mal, un certain nombre de classiques, parmi lesquels (ou par rapport auxquels) chacun pourra reconnaître ensuite ses classiques. L’école est tenue de nous donner des instruments pour opérer un choix ; mais les choix qui comptent sont ceux qui se font après et en dehors d’elle.
C’est seulement au fil de lectures désintéressées que nous pouvons un jour tomber sur le livre qui deviendra notre livre. Je connais un excellent historien de l’art, homme de vaste culture, qui, parmi tous les livres, a pris pour objet de ses prédilections les plus profondes Monsieur Pickwick : à tout propos, il cite des fragments du livre de Dickens, et il associe tous les événements de la vie à des épisodes de cet ouvrage. Peu à peu, l’univers, la vraie philosophie, lui-même ont pris la forme de Monsieur Pickwick, par un phénomène d’identification absolue. On en arrive là à une idée des classiques très haute et très exigeante :
10) On appelle classique un livre qui, à l’instar des anciens talismans, se présente comme un équivalent de l’univers.
Définition qui nous conduit à l’idée du livre total, tel que le rêva Mallarmé.
Mais un classique peut tout autant susciter un rapport d’opposition, d’antithèse. Tout ce que fit et pensa Rousseau me tient à cœur, mais m’inspire un incoercible désir de le contredire, de le critiquer, de me disputer avec lui. Certes, cela s’explique par une opposition de tempérament ; mais, si les choses s’arrêtaient là, je n’aurais qu’à ne pas le lire. Or je ne puis faire moins que le considérer parmi mes auteurs. Je dirai donc :
11) Notre classique est celui qui ne peut pas nous être indifférent et qui nous sert à nous définir nous-même par rapport à lui, éventuellement en opposition à lui.
Je crois ne pas avoir à me justifier d’user le terme « classique » sans distinction d’antiquité, de style, d’autorité. Ce qui distingue le classique dans mon propos n’est peut-être qu’un effet de résonance, qui vaut aussi bien pour une œuvre ancienne que pour une œuvre moderne, si celle-ci a déjà sa place dans une continuité culturelle.
Nous pourrions donc dire :
12) Un classique est un livre qui vient avant d’autres classiques ; mais quiconque a commencé par lire les autres et lit ensuite celui-là reconnaît aussitôt la place de ce dernier dans la généalogie.
A ce point de mon propos, je ne peux pas écarter plus longtemps le problème fondamental : comment relier la lecture des classiques avec toutes les lectures de livres non classiques ? Problème directement rattaché à la question : « Pourquoi lire les classiques plutôt que de nous concentrer sur des lectures qui nous fassent mieux comprendre notre propre temps ? » Et à cette autre question : « Où trouver le temps et la liberté d’esprit pour lire des classiques, quand nous sommes submergés par l’avalanche de l’actualité ? »
Certes, on pourrait imaginer un individu heureux qui consacrerait son « temps de lecture » quotidien à lire exclusivement Lucrèce, Lucien, Montaigne, Erasme, Quevedo, Marlowe, Le Discours de la méthode, Wilhelm Meister, Cole-ridge, Ruskin, Proust et Valéry, avec quelques incursions du côté de Murasaki ou des sagas islandaises. Tout ceci sans avoir à faire de recension sur la dernière réédition, à accumuler les publications pour des concours universitaires, à rendre des travaux d’édition à brève échéance. Cet individu bienheureux, pour suivre sa diète sans contaminations, devrait s’abstenir de lire les journaux, ne jamais se laisser tenter par le dernier roman ou la dernière enquête sociologique. Mais il reste à voir si un semblable rigorisme serait justifié et profitable. L’actualité peut être banale et mortifiante ; mais il existe toujours un point où nous pouvons nous situer pour regarder en avant ou en arrière. Pour lire les classiques, on doit aussi établir d’« où » on les lit ; sinon, tant le lecteur que le livre se perdent dans un nuage atemporel. La lecture des classiques atteint donc son rendement maximum quand on la fait alterner, selon un savant dosage, avec les lectures d’actualité. Et pareil dosage ne présuppose pas nécessairement paix et équilibre intérieur ; il peut être aussi le fruit de la nervosité, de l’impatience, de l’insatisfaction trépignante.
L’idéal serait peut-être de percevoir l’actualité comme le bourdonnement de la rue - qui nous avertit, à travers la fenêtre, du trafic automobile et des changements météorologiques - tout en suivant le discours des classiques, qui résonne, clair et structuré, dans la pièce. Mais c’est déjà beaucoup si, pour la plupart, la présence des classiques résonne comme un écho lointain, hors de l’appartement envahi par l’actualité, par la télévision ouverte à plein volume.
Ajoutons donc :
13) Est classique ce qui tend à reléguer l’actualité au rang de rumeur de fond, sans pour autant prétendre éteindre cette rumeur.
14) Est classique ce qui persiste comme rumeur de fond, là même où l’actualité qui en est la plus éloignée règne en maître.
Reste que lire les classiques semble en contradiction et avec notre rythme de vie, qui ne connaît plus la lenteur du temps, les respirations de l’otium humaniste, et avec l’éclectisme de notre culture, qui serait bien incapable d’établir une définition du classicisme qui nous soit adaptée. Autant de conditions, en revanche, pleinement réalisées pour un Leopardi qui vivait dans le palais paternel, dans le culte de l’Antiquité grecque et latine, et profitait de l’énorme bibliothèque de son père, où l’on trouvait encore toute la littérature italienne, et la littérature française - à l’exclusion des romans et, en général, des nouveautés éditoriales destinées tout au plus aux loisirs de sa sœur (« ton Stendhal », écrivait-il à Paolina).
Même ses si vives curiosités scientifiques et historiques, Leopardi les satisfaisait dans des textes qui n’étaient pas très up to date : les mœurs des oiseaux chez Buffon, les momies de Frédéric Ruysch chez Fontenelle, le voyage de Christophe Colomb dans Robertson.
Aujourd’hui, une éducation classique comme celle du jeune Leopardi est impensable ; et surtout, la bibliothèque du comte Monaldo a explosé. Les vieux titres ont été décimés, et les nouveaux se sont multipliés, proliférant au gré de toutes les littératures et cultures modernes. Il ne nous reste plus qu’à nous inventer chacun la bibliothèque idéale de nos classiques ; et je dirais que cette bibliothèque devrait être composée pour moitié des livres que nous avons lus et qui ont compté pour nous, pour moitié des livres que nous nous proposons de lire et dont nous pensons qu’ils pourront compter. Avec une éta-gère vide pour les surprises, les découvertes occasionnelles.
Je m’aperçois que Leopardi est le seul nom de la littérature italienne que j’aie cité. Résultat de l’explosion de la bibliothèque. A ce point, je devrais récrire tout mon article pour faire apparaître bien clairement que les classiques nous servent à comprendre qui nous sommes et où nous en sommes arrivés ; fin pour laquelle il est indispensable de confronter les Italiens aux étrangers, et les étrangers aux Italiens : ce qui nous rend les uns comme les autres nécessaires.
A partir de quoi il me faudrait récrire une troisième fois cet article, pour qu’on ne croie pas, surtout, que les classiques doivent être lus parce qu’ils « servent ». La seule chose qu’on puisse affirmer, c’est que lire les classiques vaut mieux que de ne pas les lire.
Et, si quelqu’un objecte qu’il ne vaut pas la peine de se donner tant de mal, je citerai Cioran (qui n’est pas un classique, du moins jusqu’à présent, mais un penseur contemporain qu’on commence à peine à traduire en Italie) : « Alors qu’on préparait la ciguë, Socrate était en train d’apprendre un air de flûte. « A quoi cela servira-t-il ? lui demande-t-on. - A savoir cet air avant de mourir » [1]. »
Italo Calvino, Pourquoi lire les classiques ?, Trad. Michel Orcel et François Wahl, 1984.
avatar
Ignatius Reilly
Neoprof expérimenté

Re: A quoi ça sert d'étudier la littérature ?

par Ignatius Reilly le Mar 26 Juil 2016 - 19:43
@maldoror1 a écrit:
@thrasybule a écrit:
@maldoror1 a écrit:
@Sylvain de Saint-Sylvain a écrit:Merci Nitescence ! Smile



En quoi est-ce essentiel ?

C'est essentiel car cela aide à vivre et à être plus heureux.
Tu crois vraiment?

Je ne crois pas, je suis sûre. Je parle pour moi, bien entendu, mais je crois que le monde tournerait mieux si les gens lisaient davantage.

Pas sûr pour ma part. Si lire me donne un plaisir immédiat à l' image de la musique, mes lectures passées ne me rendent pas heureux pour autant. Simplement parce- que les livres que j'ai le plus aimés ne sont jamais des œuvres transpirant l'optimisme. Je me demande même si c'est compatible. Et la lecture a tendance à couper du monde.
avatar
Beniamino Massimo
Habitué du forum

Re: A quoi ça sert d'étudier la littérature ?

par Beniamino Massimo le Mer 27 Juil 2016 - 12:41
@touby a écrit:Pourquoi lire les classiques ?

[...] les lectures de jeunesse peuvent se révéler peu profitables par suite de l’impatience, de la distraction, de l’inexpérience des modes d’emploi, de l’inexpérience de la vie. [...]

L’Ecole et l’Université devraient servir à faire comprendre qu’aucun livre parlant d’un livre n’en dit davantage que le livre en question. Elles font tout cependant pour faire croire le contraire ; et l’on constate un renversement des valeurs tel que l’introduction, l’apparat critique, la bibliographie sont utilisés comme un rideau fumigène qui dissimule ce que le texte a à dire et qu’il ne peut dire qu’à condition qu’on le laisse parler sans un intermédiaire qui prétend en savoir plus que lui. [...]

Le classique ne nous enseigne pas nécessairement quelque chose de neuf ; parfois, nous y découvrons quelque chose que nous avions toujours su (ou cru savoir), sans savoir que c’était ce livre-là qui l’avait dit le premier (ou qu’il s’y attachait de façon particulière). [...]

La lecture des classiques atteint donc son rendement maximum quand on la fait alterner, selon un savant dosage, avec les lectures d’actualité. Et pareil dosage ne présuppose pas nécessairement paix et équilibre intérieur ; il peut être aussi le fruit de la nervosité, de l’impatience, de l’insatisfaction trépignante. [...]

Il ne nous reste plus qu’à nous inventer chacun la bibliothèque idéale de nos classiques ; et je dirais que cette bibliothèque devrait être composée pour moitié des livres que nous avons lus et qui ont compté pour nous, pour moitié des livres que nous nous proposons de lire et dont nous pensons qu’ils pourront compter. Avec une étagère vide pour les surprises, les découvertes occasionnelles. [...]

« Alors qu’on préparait la ciguë, Socrate était en train d’apprendre un air de flûte. « A quoi cela servira-t-il ? lui demande-t-on. - A savoir cet air avant de mourir »

Italo Calvino, Pourquoi lire les classiques ?, trad. Michel Orcel et François Wahl, 1984.

Je pensais aussi à Calvino, merci de l'avoir cité.

Je trouve les passages que j'ai gardés dans la citation particulièrement réconfortants, notamment celui en gras. Dans les « lectures d'actualité », il faut inclure les copies à corriger, les instructions officielles, la littérature syndicale, etc. Ce forum, je suppose. Et on pourrait étendre à toutes les choses de la vie qui prennent du temps sur la lecture. Les mots de Calvino aident à faire la poussière avec plus de philosophie, même si on finit toujours par se dire « Pourquoi faire ça alors que je pourrais être en train de lire (relire ?) Dostoïevski ou Euripide ? ».

_________________
Et de ce peu de jours si longtemps attendus,
Ah ! malheureux ! Combien j'en ai déjà perdus !
Contenu sponsorisé

Re: A quoi ça sert d'étudier la littérature ?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum