Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Page 8 sur 15 Précédent  1 ... 5 ... 7, 8, 9 ... 11 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par Dame Jouanne le Mer 30 Nov 2016 - 16:22

@trollbuster a écrit:
@Dame Jouanne a écrit:En début d'année, nous avions 3 versions différentes du même logiciel en salle de TP ( pratique avec des secondes!) : on le signale mais ce n'est pas nous qui avons accès à cela.
Je ne connais pas les logiciels de TP de 2nd mais sur le principe c'est une perte de temps et d'énergie que d'avoir plusieurs version en parallèle. Faut aimer se faire du mal.
J'ignore toujours pourquoi, à la rentrée, certains postes avaient telle version, d'autres une autre, et certains avaient des logiciels manquants!
Comme dit plus haut, la gestion informatique est souvent du grand n'importe quoi : on délègue à un professeur qu'on indemnise bien en dessous de son investissement réel, on paie une ou deux heures un professionnel qui ignore tout de nos contraintes et ne peut pas tout faire en si peu de temps,...
Et effectivement on compte énormément sur la gentillesse et le "bénévolat" des professeurs.,

Dame Jouanne
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par Moonchild le Mer 30 Nov 2016 - 20:58

@trollbuster a écrit:
Le jour de la rentrée j'ai mes listes sur ma tablette, pas besoin de papier ou d'ordi. Je peux circuler pendant l'appel, voir les uns et les autres. Les autres fois pas d'appel : comptage rapide, tout lemonde est là ok, Bidule est absent ? Il lui arrive quoi ? encore sa gastro. C'est du contact humain pas du numérique.
En cas de gastro, il est plutôt conseillé d'éviter le contact. professeur

Moonchild
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par mistinguette le Mer 30 Nov 2016 - 21:02


_________________
.'..Texte sur les l'oies' commentaires du prof hg que j’adorais sur ma copie de 6e : loi/ l'oie Vous en êtes une!. J'ai évolué depuis mais mon complexe orthographique m'accompagnera toujours. Il semble qu'aujourd’hui on parle de dyslexie pour l'étourdie éternelle que j'étais...alors si c'est la science des ânes, merci de pas charger la mule.

mistinguette
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par VinZT le Mer 30 Nov 2016 - 21:10

@Moonchild a écrit:
@trollbuster a écrit:
Le jour de la rentrée j'ai mes listes sur ma tablette, pas besoin de papier ou d'ordi. Je peux circuler pendant l'appel, voir les uns et les autres. Les autres fois pas d'appel : comptage rapide, tout lemonde est là ok, Bidule est absent ? Il lui arrive quoi ? encore sa gastro. C'est du contact humain pas du numérique.
En cas de gastro, il est plutôt conseillé d'éviter le contact. professeur

et encore moins de lui prêter ta tablette qui, si l'on en croit certaines études, serait bien plus sale que la cuvette des toilettes...

_________________
« Il ne faut pas croire tout ce qu'on voit sur Internet » Victor Hugo.
« Le con ne perd jamais son temps. Il perd celui des autres. » Frédéric Dard
« Ne jamais faire le jour même ce que tu peux faire faire le lendemain par quelqu'un d'autre » Pierre Dac
« Je n'ai jamais lâché prise !» Claude François

VinZT
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par gluche le Mer 30 Nov 2016 - 21:33

Mon message était léger, cela a pu échapper à certains...
Je revendique mon incompétence dans le domaine informatique qui ne m'intéresse pas, ce qui ne m'empêche ni de faire ce qui nous est désormais imposé ni de me débrouiller mieux que bien des élèves. Évidemment, ça m'oblige à faire cours avec mes élèves plutôt que twitter ou chatter... mais en fait je préfère!
Quant à l'argument "le monde est ainsi", je le trouve irrecevable: le monde est ce que nous en faisons et je préfère éviter autant que possible de participer à construire un monde que je ne veux pas être le mien.

gluche
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par trollbuster le Mer 30 Nov 2016 - 21:59

@gluche a écrit:Mon message était léger, cela a pu échapper à certains...
Je revendique mon incompétence dans le domaine informatique qui ne m'intéresse pas, ce qui ne m'empêche ni de faire ce qui nous est désormais imposé ni de me débrouiller mieux que bien des élèves. Évidemment,  ça m'oblige à faire cours avec mes élèves plutôt que twitter ou chatter... mais en fait je préfère!

Les analogies valent ce qu'elles peuvent mais essaye la suivante : que penserais-tu d'un enseignant disant «je revandike mon incompaitence en francait qui ne m'interresse pas, etc. »

@gluche a écrit:Quant à l'argument "le monde est ainsi", je le trouve irrecevable: le monde est ce que nous en faisons et je préfère éviter autant que possible de participer à construire un monde que je ne veux pas être le mien.
Bis : « l'imprimerie est une évolution inutile et je refuse de construire ce monde que je ne veux pas être le mien »

trollbuster
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par DesolationRow le Mer 30 Nov 2016 - 22:02

@trollbuster a écrit:
@gluche a écrit:Mon message était léger, cela a pu échapper à certains...
Je revendique mon incompétence dans le domaine informatique qui ne m'intéresse pas, ce qui ne m'empêche ni de faire ce qui nous est désormais imposé ni de me débrouiller mieux que bien des élèves. Évidemment,  ça m'oblige à faire cours avec mes élèves plutôt que twitter ou chatter... mais en fait je préfère!

Les analogies valent ce qu'elles peuvent mais essaye la suivante : que penserais-tu d'un enseignant disant «je revandike mon incompaitence en francait qui ne m'interresse pas, etc. »

L'analogie est absurde. Si gluche était professeur d'informatique, alors évidemment son incompétence assumée dans ce domaine serait ennuyeuse. Elle me paraît plutôt salvatrice, en l'état.

DesolationRow
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par VinZT le Mer 30 Nov 2016 - 22:17

@trollbuster a écrit:
@gluche a écrit:Mon message était léger, cela a pu échapper à certains...
Je revendique mon incompétence dans le domaine informatique qui ne m'intéresse pas, ce qui ne m'empêche ni de faire ce qui nous est désormais imposé ni de me débrouiller mieux que bien des élèves. Évidemment,  ça m'oblige à faire cours avec mes élèves plutôt que twitter ou chatter... mais en fait je préfère!

Les analogies valent ce qu'elles peuvent mais essaye la suivante : que penserais-tu d'un enseignant disant «je revandike mon incompaitence en francait qui ne m'interresse pas, etc. »

@gluche a écrit:Quant à l'argument "le monde est ainsi", je le trouve irrecevable: le monde est ce que nous en faisons et je préfère éviter autant que possible de participer à construire un monde que je ne veux pas être le mien.
Bis : « l'imprimerie est une évolution inutile et je refuse de construire ce monde que je ne veux pas être le mien »

Elle est professeur de lettres. On peut enseigner les lettres (et même les mathématiques, je sais, c'est inouï) sans jamais toucher un ordinateur.
Quant aux ENT, appels électroniques et autres dispositifs couteux et perfectibles, je veux bien qu'ils soient utiles (ce qui se discute largement, le côté flicage permanent étant assez incontournable) à deux conditions :
- qu'on nous forme sérieusement là dessus (et pas sur le mode du « construisez votre savoir»)
- que le matériel soit opérationnel, à jour, et ne nécessite pas de contorsion excessive pour être utilisé.
En tout état de cause, la maintenance dudit matériel n'est pas notre métier. Ni d'être imprimeur. Ni d'être moine copiste.
Que des collègues aiment ces outils, c'est leur droit le plus strict.
Que des collègues soient fatigués d'une mise en place laborieuse alors même que la finalité est douteuse, c'est aussi leur droit le plus strict.
Pour ma part, je suis dans les deux catégories. J'utilise avec bonheur ce matériel quand il marche. Quand il ne marche pas, je fais sans et ne vais pas me torturer la prostate pour le faire fonctionner, surtout pour pas un kopeck. 
Comme dit plus haut, si "on" décide que le numérique est la panacée (il y a largement de quoi débattre), "on" doit nous former, "on" doit nous installer du matos fiable, opérationnel, et, soyons fous, conforme à nos demandes.

_________________
« Il ne faut pas croire tout ce qu'on voit sur Internet » Victor Hugo.
« Le con ne perd jamais son temps. Il perd celui des autres. » Frédéric Dard
« Ne jamais faire le jour même ce que tu peux faire faire le lendemain par quelqu'un d'autre » Pierre Dac
« Je n'ai jamais lâché prise !» Claude François

VinZT
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par gluche le Mer 30 Nov 2016 - 22:34

Rien à ajouter: j'adhère entièrement aux messages de DesolationRow et VinZT.

gluche
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par DesolationRow le Mer 30 Nov 2016 - 22:37

Personnellement, j'éprouve la plus grande méfiance à l'égard des professeurs de LC qui savent allumer un ordinateur.

DesolationRow
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par trollbuster le Mer 30 Nov 2016 - 22:38

@VinZT a écrit:Elle est professeur de lettres. On peut enseigner les lettres (et même les mathématiques, je sais, c'est inouï) sans jamais toucher un ordinateur.

Je suis prof de techno et il m'arrive de faire des fautes d'orthographe et de grammaire. Énormément moins qu'il y a 20 ans et mes progrès viennent du fait que depuis que j'enseigne je fais des efforts pour les corriger. Je ne revendique pas ni me vante de mon inculture dans le domaine, j'essaye de la combler (même si je n'ai aucune idée de ce qu'est un épithète ou je ne sais quoi)

@VinZT a écrit:Quant aux ENT, appels électroniques et autres dispositifs couteux et perfectibles, je veux bien qu'ils soient utiles

Entendons nous bien, pour moi c'est de la merde.
C'est du numérique administratif et pas du numérique pédagogique. Le numérique que j'utilise ce sont les élèves qui l'utilisent pour travailler.

@VinZT a écrit:
- qu'on nous forme sérieusement là dessus (et pas sur le mode du « construisez votre savoir»)
- que le matériel soit opérationnel, à jour, et ne nécessite pas de contorsion excessive pour être utilisé.

Étrangement cette excuse est presque exclusivement reprise par ceux qui ne veulent pas faire l'effort d'utiliser le numérique. EDIT : mais je n'ai jamais pleurniché de ne pas avoir été formé pour essayer d'écrire un français présentable (et je vous garantie que j'écrivais plus mal qu'un élève de collège et que je me suis fais allumé sur ce point à l'oral)

@VinZT a écrit:si "on" décide que le numérique est la panacée (il y a largement de quoi débattre)
Il n'y a rien a débattre puisque ce n'est pas vrai, ou plutôt ça n'a pas de sens. Ce qui est efficace c'est que les élèves travaillent et le numérique est une manière de les faire travailler et donc d'être efficace.
Un exemple : une séance d'exercices, n'importe quelle matière. Corrigé au tableau : quelques élèves écoutent les autres dorment. Version numérique : il est possible de laisser les élèves avancer à leur rythme et d'avoir un corrigé quasi individuel en temps réel. Si c'est plus efficace, ce n'est pas le numérique qui est responsable, c'est juste le travail de l'élève.


Dernière édition par trollbuster le Mer 30 Nov 2016 - 22:53, édité 1 fois

trollbuster
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par DesolationRow le Mer 30 Nov 2016 - 22:41

La vie est injuste.
Je suis professeur de LC, je me tamponne éperdument du numérique, cela ne fera pas de moi un mauvais professeur.
Tu es professeur de techno. Si tu ne sais pas écrire une phrase en français correct*, cela fera de toi un mauvais professeur. 

*Ce qui n'est à l'évidence pas le cas.

DesolationRow
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par trollbuster le Mer 30 Nov 2016 - 22:47

@DesolationRow a écrit:Je suis professeur de LC, je me tamponne éperdument du numérique, cela ne fera pas de moi un mauvais professeur.
Je n'ai jamais dit qu'un enseignant qui n'utilisait pas le numérique était un mauvais enseignant. J'ai juste dit qu'un enseignant qui rejetait à priori le numérique avait une approche étrange du monde dans lequel on vit et que cette déconnexion ne faisait pas du bien à l'image de l'école.

trollbuster
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par PauvreYorick le Mer 30 Nov 2016 - 22:51

Incidemment, je suis en désaccord avec ça. (J'utilise des outils numériques en permanence, y compris, parfois, durant les cours.)

Je me demande même si ce n'est pas le contraire exact qui est vrai, en termes d'image.

Mais sinon, c'est vrai que l'analogie était boiteuse, puisqu'elle comparait une condition sine qua non avec une technique dont on peut dans certains domaines tout à fait se passer.

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par gluche le Mer 30 Nov 2016 - 22:54

Ne pas maîtriser la langue française est gênant pour enseigner n'importe quelle matière. Mon incompétence en informatique ne me gêne en rien pour enseigner (et quand, rarement, j'ai besoin d'apprendre qqch, je m'y mets, cest tout). Elle est choisie, je préfère d'autres méthodes.
Je ne partage pas ta double vision caricaturale d'une séance d'exercices. Comme si le numérique suffisait à mettre les élèves au travail... Personnellement, je n'ai jamais constaté que mettre les élèves devant un écran les amenait davantage à ouvrir un livre par exemple... au contraire!

gluche
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par trollbuster le Mer 30 Nov 2016 - 22:54

@PauvreYorick a écrit:Je me demande même si ce n'est pas le contraire exact qui est vrai, en termes d'image.
Tu peux préciser ?

trollbuster
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par fifi51 le Mer 30 Nov 2016 - 23:00

De mon expérience d'élève,
ceux qui travaillent travailleront, les autres (la plupart, dirais-je) utiliseront netsend, feront une belote en réseau etc...

fifi51
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par gluche le Mer 30 Nov 2016 - 23:00

Sans répondre pour DesolationRow, je suis moi aussi professeur de LC, je n'ai pas le goût des outils numériques, mais pour autant je ne rejette pas le numérique a priori. J'ai suivi des formations, testé, lu, réfléchi... et rejeté l'école numérique a posteriori.

gluche
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par trollbuster le Mer 30 Nov 2016 - 23:01

@fifi51 a écrit:les autres (la plupart, dirais-je) utiliseront netsend, feront une belote en réseau etc...
tu ne surveilles pas tes élèves ?

trollbuster
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par fifi51 le Mer 30 Nov 2016 - 23:03

Là, je te parle de mon expérience d'élève en école d'ingénieur.

fifi51
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par amour le Mer 30 Nov 2016 - 23:09

De ce que j'ai pu voir et entendre de la part de certains collègues qui enseignent la technologie, la présence des écrans sert à avoir la paix, la réflexion est tout à fait superficielle: les élèves savent faire de jolies "powerpoints" qu'ils ne comprennent en rien, mais l'enseignant a la paix, et puis les élèves sont calmes.
On peut faire des choses très intéressantes, mais on ne met pas les élèves au travail grâce à un écran. On peut au contraire à coup sûr se bercer d'illusions et croire qu'ils travaillent plus.
 Quant à l'argument "d'aller à son rythme" il est peu convaincant: il y a des choses qu'il faut apprendre à faire à son rythme, et d'autres qu'il faut faire en temps limité. C'est pourquoi se passer d'exercices faits à la maison est impossible, ou plutôt, ne pénalise que les plus faibles. Et le "à son rythme", hors matériel spécifique requis comme en TP de science, c'est chez soi: faire un exercice de mathématiques "à son rythme" en cours, ça, ca ne me donne pas une très bonne image de l'enseignant...

amour
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par PauvreYorick le Mer 30 Nov 2016 - 23:10

@trollbuster a écrit:
@PauvreYorick a écrit:Je me demande même si ce n'est pas le contraire exact qui est vrai, en termes d'image.
Tu peux préciser ?
Je crois que pas mal d'élèves sont sensibles à l'effet « gadget » et estiment d'autant plus leurs professeurs qu'ils n'y cèdent pas. En outre la déconnexion est hyper-supra-méga-hype. Être connecté et techno-à-tous-crins, c'est so 2014.

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par Leodagan le Mer 30 Nov 2016 - 23:13

@PauvreYorick a écrit:
@trollbuster a écrit:
@PauvreYorick a écrit:Je me demande même si ce n'est pas le contraire exact qui est vrai, en termes d'image.
Tu peux préciser ?
Je crois que pas mal d'élèves sont sensibles à l'effet « gadget » et estiment d'autant plus leurs professeurs qu'ils n'y cèdent pas. En outre la déconnexion est hyper-supra-méga-hype. Être connecté et techno-à-tous-crins, c'est so 2014.

Je peux témoigner à ce sujet: je suis un des seuls de mon bahut à ne pas avoir de TNI, ni même d'ordinateur, et pas un seul de mes élèves ne s'en est jamais plaint. A la limite, on me demande innocemment pourquoi je n'en ai pas, et ça en reste là.

Leodagan
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par Leodagan le Mer 30 Nov 2016 - 23:15

Ni d'être moine copiste.

Je revendique le droit à rester moine copiste.


Leodagan
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par amour le Mer 30 Nov 2016 - 23:36

@trollbuster a écrit:
@DesolationRow a écrit:Je suis professeur de LC, je me tamponne éperdument du numérique, cela ne fera pas de moi un mauvais professeur.
Je n'ai jamais dit qu'un enseignant qui n'utilisait pas le numérique était un mauvais enseignant. J'ai juste dit qu'un enseignant qui rejetait à priori le numérique avait une approche étrange du monde dans lequel on vit et que cette déconnexion ne faisait pas du bien à l'image de l'école.

Soyons sérieux. Je n'ai jamais rencontré un seul enseignant qui, ayant besoin du numérique, et le besoin que l'on en a dépend des matières enseignées et du goût de chacun, le rejette d'emblée.
Certains professeurs de langue ne travaillent quasiment qu'exclusivement à l'aide du numérique, une de mes amies en revanche, ne l'utilise jamais, elle ne consulte même pas sa boite mail quotidiennement, c'est cependant une excellente enseignante.
Si tu es enseignant de technologie, il est indispensable que tu t'intéresses aux (plus si) nouvelles technologies voire même que tu les maîtrises. On n'imagine pas un enseignant de langue délaisser la phonétique ou un enseignant de mathématiques trouver que les chiffres, ou les courbes, ne le concernent pas. Mais il faut arrêter de prendre les collègues pour des larbins: on sait bien que sans réelles formations, sans matériel fiable à chaque heure de cours, parfois sans matériel à disposition, en comptant sur les enseignants pour amener leurs tablettes, etc..et effectuer gracieusement la maintenance, on leur demande de doubler leu temps de travail. Excepté pour les enseignants de technologie, la technologie doit rester un outil, et un outil, normalement, ça facilite le travail du travailleur qui l'utilise. Là, en classe, on n'y est pas du tout. Alors que ceux qui prétendent nous donner des leçons là-dessus ou proposer des formations à leurs collègues par exemple soient efficaces, comme formateurs aussi, et fassent du numérique un véritable outil, après on en reparle, parce pour le moment, je crois que nous nous sommes tous formés à l'ENT, que nous y avons pour certains, même, développé des projets, que nous échangeons, obtenons nos documents et supports de manière numérique, que nous faisons des sujets d'examen avec le numérique, mais ce n'est pas encore un bon outil.


Dernière édition par amour le Jeu 1 Déc 2016 - 0:51, édité 1 fois

amour
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par gunépile le Jeu 1 Déc 2016 - 0:14

Point de vue extrême; On ne devrait être contraint de consulter la boîte mail qu'une fois par semaine maximum.

L'informatique n'a jamais été destinée à être un outil pour rendre des hommes plus efficaces, mais une prothèse pour en rendre dépendants des hommes plus handicapés.

La Société industrielle et son avenir (1995) par Theodore Kaczynski:

« La révolution industrielle et ses conséquences ont été un désastre pour la race humaine. Elle a accru la durée de vie dans les pays "avancés", mais a déstabilisé la société, a rendu la vie aliénante, a soumis les êtres humains à des humiliations, a permis l’extension de la souffrance mentale (et de la souffrance physique dans les pays du Tiers-Monde) et a infligé des dommages terribles à la biosphère. Le développement constant de la Technologie ne fera qu’aggraver la situation. Ce qu’auront à subir les hommes et la biosphère sera de pire en pire ; le chaos social et les souffrances mentales s’accroîtront, et il est possible qu’il en aille de même pour les souffrances physiques, y compris dans les pays "avancés". »

« Le système techno-industriel peut survivre ou s’effondrer. S’il survit, il PEUT éventuellement parvenir à assurer un faible niveau de souffrances mentales et physiques, mais seulement après être passé par une longue et douloureuse période d’ajustements, et après avoir réduit les êtres humains et toutes les créatures vivantes à de simples rouages, des produits calibrés de la machine sociale. En outre, si le système perdure, les conséquences sont inéluctables : il n’y a aucun moyen de réformer ou modifier le système de façon à l’empêcher de dépouiller les hommes de leur dignité et de leur autonomie. »

Science sans humanisme n'est que ruine de l'homme. Les luddites anglais et canuts "saboteurs", sabotaient avec leurs sabots les métiers à tisser mécaniques.

gunépile
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Page 8 sur 15 Précédent  1 ... 5 ... 7, 8, 9 ... 11 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum