Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Page 3 sur 15 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par bruno09 le Ven 26 Aoû 2016 - 12:32

Je me souviens bien de l'apparition des TICE en milieu scolaire. Nous croyions tous (moi compris) que les élèves seraient plus attentifs. Ca ne marche pas. Nous ne pouvons pas lutter contre les vendeurs de contenu qui ont capté toute l'attention des jeunes et réduit très fortement toute capacité de concentration.

bruno09
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par Isis39 le Ven 26 Aoû 2016 - 12:32

@Nikestardreamer a écrit:Je parle bien du logiciel payant qui permet de faire des diaporama.

Bien d'autres logiciels et applis, souvent gratuites, permettent de faire des diaporamas.

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par Nikestardreamer le Ven 26 Aoû 2016 - 12:38

Je ne crois pas que les supports utilisés peuvent rendre les élèves plus attentifs. Pour être attentif, un jeune doit être curieux et intéressé. Sinon...

Nikestardreamer
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par Dr Raynal le Ven 26 Aoû 2016 - 13:44

J'utilise massivement des diaporamas depuis... bien avant pauvrepoint.
Avant même les videoprojecteurs (mes premiers étaient sur des TV cathodiques, écris très gros).
Les élèves ne sont ni plus, ni moins attentifs.
J'utilise de très nombreux documents, photos, videos, et une bonne partie des titres et du cours est projetée. Et cela n'a rien de "reposant".
Par contre, je fais toujours les schémas au tableau, car je pars du principe qu'il faut que l'élève puisse le refaire, donc qu'il voit "comment on fait" (par exemple, comment on fait un diagramme de géologie en perspective, une notion qui n'est apparemment plus enseignée en arts plastique en 4éme....).
Mais il est bien évident que selon les disciplines le ressenti sera différent, les pratiques aussi. A chacun sa façon de faire.
Mais pour l'enseignement des SVT - (STVTU selon la nouvelle terminologie, qui est en train de se transformer insidieusement en "sciences" tout court en sixième (pardon, fin de cycle 3), histoire de préparer notre disparition - il n'y a pas photo : le diaporama est un plus indéniable.

Dr Raynal
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par Balthazaard le Ven 26 Aoû 2016 - 14:29

@Simgajul a écrit:Quand on utilise un vidéoprojecteur / diaporama pour rédiger le cours plutôt que de l'écrire au tableau, on a tendance à penser son cours en dehors de la journée de classe. Le contenu sera plus lisible pour les élèves, ils feront surement moins de fautes en copiant, on aura surement moins d'élèves qui vont nous dire "c'est un p ou un q?". Donc on gagne en confort.
Cependant si chaque professeur fait cela, on se retrouve avec des élèves qui passent 6 heures par jour devant un tableau projeté...

Et imagine ce qui se passe chez eux si tous les profs passent à la classe inversée...

Balthazaard
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par Balthazaard le Ven 26 Aoû 2016 - 14:33

@isabe a écrit:
@frigo a écrit:
@isabe a écrit:
Je trouve tes propos très caricaturaux.
Il y a de très mauvais PowerPoint et de très mauvais cours papiers.
Il y a d'excellents profs qui refont d'excellents cours sans les changer.
Il y a des mauvais profs qui improvisent n'importe quoi.
Il n'y a certainement pas une bonne réponse unique.
Le problème des outils est leur utilisation, pas leur existence.
Ce qui est caricatural c'est aussi de considérer qu'il y a des excellents profs et des mauvais profs.
oui comme dans toutes les professions

Ce n'est pas ce que dit frigo, il critique la notion très subjective de "mauvais" et "excellent"...Pour ma part j'ai eu des profs qui avaient ma tournure d'esprit et que j’appréciais, sans jamais avoir eu l'idée de les qualifier d'excellents, d'autres avec qui le courant ne passait pas mais que je ne qualifierait pas de mauvais. En tant que prof, je retrouve cela avec mes collègues...mon pressenti n'est pas toujours celui des élèves, de l’administration ou des autres profs.

Balthazaard
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par the educator le Ven 26 Aoû 2016 - 17:42

@Luigi_B a écrit:Les mots sont piégés. Dire des objets numériques que ce sont des "outils", c'est déjà présumer qu'ils sont "utiles" (étymologie).

Les iPads n'ont jamais été conçus comme des outils scolaires, mais comme des produits de consommation. Pour mémoire, allez voir ce qu'on trouve dans un iPad distribué aux élèves : http://www.laviemoderne.net/mirabilia/124-environnement-personnel-d-apprentissage

Je suis partagé: tu sais ce que je pense des ipads, et combien je prefererais une vraie politique nationale de developpement et de dotation (même si ça sonne un peu soviet suprême) plutot que des appels d'offres "en aveugle" (vu que le décideur ne comprend pas). Néanmoins, mon parcours personnel m'a aussi appris qu'il y a une vraie dualité entre l'usage qu'induit l'objet et ce que l'on décide d'en faire réellement. Le basculement de l'un est l'autre est même essentiel à nos technosociétés, si l'on ne souhaite pas devenir ce qu'apple veut faire de nous. ça vaut pour powerpoint en fait (il y avait ce vieil article d'un général de l'armée US qui disait que powerpoint rendait stupide)

Je ne crois pas que les supports utilisés peuvent rendre les élèves plus attentifs. Pour être attentif, un jeune doit être curieux et intéressé. Sinon...
C'est à dire que le support n'a rien à voir, c'est ce que je me tue à répéter.

Evidemment, mais je parle plutôt de l'exposition des élèves à un écran lumineux. Quand je vais en formation et que je suis devant un videoprojecteur pendant 3/4 heures, j'ai mal aux yeux. Pour ma part j'essaye de ne pas allumer mon videoprojecteur plus de 15 minutes par cours.
Je ne crois pas que l'écran soit lumineux, en réalité, et on peut largement y contribuer en réglant le bazar, en faisant des documents moins contrasté, etc... ça s'apprend aussi. Par ailleurs 3h de lecture papier par jour te ruine les yeux également.

the educator
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par Dr Raynal le Ven 26 Aoû 2016 - 18:00

L'cran n'est lumineux que parce que, le plus souvent, ce n'est pas un écran mais le tableau blanc brillant. Un revêtement blanc mat sur ces tableaux serait un progrès.

Pour la lecture papier, elle ne "ruine" pas else yeux si l'éclairage est suffisant (ce n'est pas toujours le cas). C'est tout l'avantage des liseuses type kindle.

Dr Raynal
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par Kea le Ven 26 Aoû 2016 - 20:49

J'utilise souvent le vidéoprojecteur : pour exploiter des images en couleur, pour utiliser des vidéos, pour saisir les réponses des élèves et les réorganiser facilement, pour gagner du temps et en dégager à passer auprès des élèves, pour improviser en fonction des réactions des élèves...
Mais l'incitation à penser le moyen avant la fin me hérisse !

Je trouve que la projection sur un tableau blanc brillant est très inconfortable. D'ailleurs, mes élèves préfèrent quand l'écran (de type écran pour diapositives) est tiré devant le tableau.

Des élèves passent presque toutes leurs journées dans le noir (pour bien voir ce qui est vidéoprojeté, il faut tirer les rideaux) ou sous la lumière artificielle. Pas terrible pour les yeux, ni pour "l'horloge biologique" a priori.
Le bruit de fond du vidéoprojecteur est assez fatigant, aussi. Il m'arrive d'assister à des réunions animées entièrement avec un support au vidéoprojecteur, et quand j'en sors, j'ai mal au crâne.

Kea
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par Isis39 le Ven 26 Aoû 2016 - 21:42

Quand on achète un vidéoprojecteur, il faut choisir les plus silencieux. Cela existe.

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par pwofesseur le Ven 26 Aoû 2016 - 22:19

amusant : il est question de numérique et tout ou presque tourne autour de powerpoint et de vidéoprojecteur...

Un peu réducteur non ?

pwofesseur
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par Elyas le Ven 26 Aoû 2016 - 22:26

Pour moi, tice ne rime pas avec écran. Ceux qui se limitent à cela sont dans un combat où ils font la politique de la terre brûlée. La baladodiffusion est un vrai plus, par exemple. Et ce n'est pas un écran.

Elyas
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par the educator le Sam 27 Aoû 2016 - 8:22

La question d el'écran est quand même centrale, 99% de l'acces aux "ressources numériques" se fait via un écran. des écrans, en fait, de nature parfois très différente. Mais elle ne devrait pas appauvrir le débat autour des TIC.

the educator
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par Luigi_B le Mar 4 Oct 2016 - 18:26

Karine Mauvilly sera présente à ce colloque parisien samedi prochain (8 octobre 2016), auquel je participerai moi-même : http://www.neoprofs.org/t74388-colloque-parisien-enfants-adolescents-et-ecrans-ou-en-est-on-8-octobre-2016#3842810

_________________
www.laviemoderne.net : ce qui est moderne peut (aussi) être idiot. Suspect

Luigi_B
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Rien n'arrête le progrès

Message par Vania le Mer 5 Oct 2016 - 1:23

J'avoue que je n'ai fait que parcourir le fil - et j'y ai vu les mots, souvent répétés, de TICE, de power point, de video projecteurs et autres, révélateurs de collègues angoissés de bien/mieux faire.
Il y a quelques années années déjà, j'avais lu quelque part que l'avenir de l'humanité se partagerait en deux: entre ceux qui sauraient se servir d'un ordinateur, et ceux qui n'y auraient pas accès.
Apparemment, nous sommes dans la première catégorie.
Simultanément, tout se dématérialise: qui achète encore des DVD, des CD?  Tout est sur internet,
même nos manuels.
Alors, à quoi bon cette polémique sur les détails d'application?
Rien ne peut arrêter le progrès - pour notre bien ou pour notre mal, comme d'habitude.
Le fait est là.
Pour ma part, je compare l'arrivée d'internet à une révolution, équivalente, de celle de de Gutenberg, à son époque.

Vania
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par VinZT le Mer 5 Oct 2016 - 2:57

J'utilise le vidéoprojecteur (mais pas PowerPoint, j'ai ma fierté) tout le temps, mais pas n'importe comment (enfin j'espère).

Définition et théorèmes clairement affichés. Le reste n'est absolument pas figé. Un coup de "freeze" sur l'écran et je bricole vite fait une autre diapo, en zappe une autre, montre un schéma GeoGebra, un coup de tableur, un exercice du livre (quand les sombres bouses des éditeurs daignent fonctionner), etc.

LaTeX (et Beamer) permet en outre de faire d'une pierre deux coups: un diaporama et une version papier (mais en ne saisissant le contenu qu'une fois).

Ça me simplifie la vie (je vois la plupart du temps les élèves en face), mais je pourrais très bien m'en passer.

Le problème des PP (et de la plupart des documents, y compris officiels) est que trop souvent la diapo contient trop d'informations, et est réalisée en dépit du bon sens de l'usage typographique.

Je n'ai en revanche jamais été convaincu par les démonstrations de TBI qu'on m'a faites. J'ai notamment le souvenir d'un commercial d'une des principales sociétés vendant la chose, qui ramait comme un perdu pour faire fonctionner son bazar, et qui a réussi, après moult plantages, à superposer un petit bonhomme sur un pdf … ça peut amuser les maternelles cinq minutes …

_________________
« Il ne faut pas croire tout ce qu'on voit sur Internet » Victor Hugo.
« Le con ne perd jamais son temps. Il perd celui des autres. » Frédéric Dard
« Ne jamais faire le jour même ce que tu peux faire faire le lendemain par quelqu'un d'autre » Pierre Dac
« Je n'ai jamais lâché prise !» Claude François

VinZT
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par Luigi_B le Mer 5 Oct 2016 - 8:05

Il y a quelques années années déjà, j'avais lu quelque part que l'avenir de l'humanité se partagerait en deux: entre ceux qui sauraient se servir d'un ordinateur, et ceux qui n'y auraient pas accès.

Apparemment, nous sommes dans la première catégorie.
Eh bien cette prédiction n'était pas très perspicace : tout le monde "a accès" à un ordinateur (ou à une tablette ou à un smartphone) aujourd'hui ou presque. Quant à "savoir se servir d'un ordinateur", rien de plus simple : les tablettes sont conçues pour être simples d'utilisation. Même des enfants de deux ans peuvent s'en servir.



Bien sûr que nous les professeurs utilisons les objets numériques chez nous comme des outils, sans jamais avoir appris d'ailleurs. Et on peut en effet imaginer qu'un professeur puisse faire - plus ou moins ponctuellement - un usage profitable d'objets numériques en classe (même si - effet du modernisme scolaire - on voit trop souvent des usages aberrants donnés en exemples ici ou là). Mais il faut distinguer cet usage du professeur de l'usage par les élèves non seulement dans le cadre scolaire, mais également extra-scolaire.


Simultanément, tout se dématérialise: qui achète encore des DVD, des CD?  Tout est sur internet, même nos manuels.
Alors, à quoi bon cette polémique sur les détails d'application?
Rien ne peut arrêter le progrès - pour notre bien ou pour notre mal, comme d'habitude.
Le fait est là.
Il est question de l'environnement numérique des enfants et des adolescents, à l'école ou chez eux : sur ce point, les parents ne pourraient rien, par exemple ? Au contraire, on observe une fracture dans les comportements parentaux, entre ceux qui cèdent au tout écran (notamment mais pas seulement, dans les milieux les plus défavorisés) et ceux qui s'efforcent de mettre les enfants à distance raisonnable des écrans.

Le discours de l'impuissance ("Rien ne peut arrêter le progrès") encourage la démission parentale. Rien au contraire n'interdit aux parents d'agir comme des parents, comme font d'ailleurs les cadres de la Silicon Valley.


Pour ma part, je compare l'arrivée d'internet à une révolution, équivalente, de celle de de Gutenberg, à son époque.
Analogie devenue tarte à la crème et destinée à empêcher de penser : qui pourrait s'opposer au progrès de l'imprimerie ? Sauf que la Renaissance commence par la redécouverte de l'écrit et que les écrans, dans les faits, éloignent les élèves de la lecture profonde : le "progrès" est technique, certes, mais pour le reste...

_________________
www.laviemoderne.net : ce qui est moderne peut (aussi) être idiot. Suspect

Luigi_B
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par the educator le Mer 5 Oct 2016 - 9:28

Un colloque sur les écrans où tu fais figure de spécialiste, j'avoue que ça ne me donne pas envie. Sans rien retirer à ton boulot ailleurs.

Analogie devenue tarte à la crème et destinée à empêcher de penser : qui pourrait s'opposer au progrès de l'imprimerie ? Sauf que la Renaissance commence par la redécouverte de l'écrit et que les écrans, dans les faits, éloignent les élèves de la lecture profonde : le "progrès" est technique, certes, mais pour le reste...
C'est la vision des vieux de la vieille de l'école française (je pense à Tisseron, Virilio, Finkelkraut) qui ont en commun de ne pas chercher à penser la technique (et du coup d'abandonner le progrès technique à sa croissance chaotique).

Rien au contraire n'interdit aux parents d'agir comme des parents, comme font d'ailleurs les cadres de la Silicon Valley.
Et c'est toi qui parle de tarte à la crème haha. Imposture!

the educator
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par Iphigénie le Mer 5 Oct 2016 - 9:34

C'est la vision des vieux de la vieille de l'école française (je pense à Tisseron, Virilio, Finkelkraut) qui ont en commun de ne pas chercher à penser la technique (et du coup d'abandonner le progrès technique à sa croissance chaotique).
ouais, sauf que l'école ne pense pas la technique, elle la suit. Je te rappelle par exemple, en vieux de la vieille, que les téléviseurs à l'école n'ont été opérationnels que lorsqu'ils n'ont plus servi à rien, remplacés par les rétro-projecteurs. La technique comme panacée, c'est un leurre. Applique ton éloge des techniques à Monsanto, par exemple, et tu verras qu'il faut avoir du recul face à la technique: et c'est la même guerre en fait! Wink Refuser de laisser envahir l'école par les ordinateurs vaut bien la même énergie que pour les champs et les OGM: on crée des cerveaux OGM. Et nombre de nos élèves sont désormais pervertis en OGM ( organisme modifié par Microsoft): ils se lèvent, vont à l'école et dorment avec leur smartphone comme ligne d'horizon.

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par Luigi_B le Mer 5 Oct 2016 - 9:47

@the educator a écrit:Un colloque sur les écrans où tu fais figure de spécialiste, j'avoue que ça ne me donne pas envie. Sans rien retirer à ton boulot ailleurs.
C'est toi qui emploies le mot "spécialiste". Le colloque réunit des professionnels de l'éducation et de l'enfance. Bref, tout est bon pour ne pas réfléchir...


Rien au contraire n'interdit aux parents d'agir comme des parents, comme font d'ailleurs les cadres de la Silicon Valley.
Et c'est toi qui parle de tarte à la crème haha. Imposture!
Tu penses comme Stéphanie de Vanssay qu'Emmanuel Davidenkoff a largement démonté "ce mythe" ? Il est évidemment plus confortable, d'un point de vue intellectuel, de transformer en hoax ce qui vous contredit. Razz

Je note que tu ne réponds pas sur le fond : la question du rôle des parents, la lecture profonde etc.

_________________
www.laviemoderne.net : ce qui est moderne peut (aussi) être idiot. Suspect

Luigi_B
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par archeboc le Mer 5 Oct 2016 - 10:00


@the educator a écrit:Un colloque sur les écrans où tu fais figure de spécialiste, j'avoue que ça ne me donne pas envie. Sans rien retirer à ton boulot ailleurs.

Puisque tu ne veux rien retirer au boulot de luigi, vu ce qu'il amasse comme documentation, documentation qu'il maîtrise parfaitement, j'en conclus que ce n'est pas sa position de spécialiste que tu contestes ici.

C'est donc le contenu du message qui ne te plait pas. La stratégie de l'autruche me semble plus dangereuse que toute autre.


Analogie devenue tarte à la crème et destinée à empêcher de penser : qui pourrait s'opposer au progrès de l'imprimerie ? Sauf que la Renaissance commence par la redécouverte de l'écrit et que les écrans, dans les faits, éloignent les élèves de la lecture profonde : le "progrès" est technique, certes, mais pour le reste...
C'est la vision des vieux de la vieille de l'école française (je pense à Tisseron, Virilio, Finkelkraut) qui ont en commun de ne pas chercher à penser la technique (et du coup d'abandonner le progrès technique à sa croissance chaotique).

Ce n'est pas abandonner la compréhension de la technique que de voir dans le numérique une anti-imprimerie. Il y a des arguments pour appuyer cela, comme la baisse du QI des pays occidentaux (negative Flinn effect), ou justement la méfiance des élites du numérique envers les produits qu'ils vendent. A ce titre, le numérique ressemble plutôt au commerce de l'opium.

Rien au contraire n'interdit aux parents d'agir comme des parents, comme font d'ailleurs les cadres de la Silicon Valley.
Et c'est toi qui parle de tarte à la crème haha. Imposture!

Je suis d'accord, pour le coup, avec educator. Le discours moralisateur et culpabilisateur ne donne rien. Soyons plus réalistes, soyons plus cyniques, soyons plus positifs : avec les écrans, merci, merci, vous asservissez vos enfants. Merci, merci, dans le monde qui vient, les nôtres auront besoin d'esclaves.


_________________
« Champagne, au sortir d'un long dîner qui lui enfle l'estomac, et dans les douces fumées d'un vin d'Avenay ou de Sillery, signe un ordre qu'on lui présente, qui ôterait le pain à toute une province si l'on n'y remédiait. Il est excusable : quel moyen de comprendre, dans la première heure de la digestion, qu'on puisse quelque part mourir de faim ? » ---- La Bruyère

archeboc
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par bruno09 le Mer 5 Oct 2016 - 10:15

@VinZT a écrit:J'utilise le vidéoprojecteur (mais pas PowerPoint, j'ai ma fierté) tout le temps, mais pas n'importe comment (enfin j'espère).

Définition et théorèmes clairement affichés. Le reste n'est absolument pas figé. Un coup de "freeze" sur l'écran et je bricole vite fait une autre diapo, en zappe une autre, montre un schéma GeoGebra, un coup de tableur, un exercice du livre (quand les sombres bouses des éditeurs daignent fonctionner), etc.

LaTeX (et Beamer) permet en outre de faire d'une pierre deux coups: un diaporama et une version papier (mais en ne saisissant le contenu qu'une fois).

Ça me simplifie la vie (je vois la plupart du temps les élèves en face), mais je pourrais très bien m'en passer.

Le problème des PP (et de la plupart des documents, y compris officiels) est que trop souvent la diapo contient trop d'informations, et est réalisée en dépit du bon sens de l'usage typographique.

Je n'ai en revanche jamais été convaincu par les démonstrations de TBI qu'on m'a faites. J'ai notamment le souvenir d'un commercial d'une des principales sociétés vendant la chose, qui ramait comme un perdu pour faire fonctionner son bazar, et qui a réussi, après moult plantages, à superposer un petit bonhomme sur un pdf … ça peut amuser les maternelles cinq minutes …
Personnellement j'utilise Impress (Power Point ne marche pas sous Debian, Gniarf). J'y met en fait surtout des documents iconographiques. Quant au TBI, je considère en tant que contribuable que c'est un éléphant blanc et que quelqu'un de bien formé à l'usage du vidéoprojecteur s'en passe facilement. Enfin le TBI m'obligerais à être dos aux élèves alors que le videoproj permet justement de leur faire face (ou tout du moins de ne pas leur tourner le dos).

bruno09
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par Osmie le Mer 5 Oct 2016 - 10:23

J'utilise uniquement le vidéoprojecteur en classe, bien pratique pour projeter des reproductions de tableaux, des textes, montrer de scènes de théâtre, etc.
En tant que professeur de lettres, j'ai recours aux textes et aux dictionnaires avant tout ; le reste n'est pas nécessaire. Comme beaucoup d'entre nous, je suis confrontée aujourd'hui à une pauvreté du lexique telle chez les élèves qu'il leur devient vraiment difficile de comprendre des textes simples ; chercher un mot dans le dictionnaire n'est pas une habitude, mais un effort certain, et manifestement pénible. En revanche, tous ou presque ont leur téléphone, leur compte facebook, leur vie virtuelle. Le temps qu'ils passent devant les écrans est déjà énorme ; l'école n'a pas à en rajouter. J'écris cela, mais la salle informatique de mon établissement est déjà réservée jusqu'aux vacances de Noël.

Osmie
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par Isis39 le Mer 5 Oct 2016 - 10:30

Selon les matières, l'utilisation du numérique peut avoir un intérêt.
En géographie, les SIG et globes virtuels sont un vrai plus qui a révolutionné l'étude notamment des paysages et des espaces.

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par Isis39 le Mer 5 Oct 2016 - 10:31

@bruno09 a écrit:
@VinZT a écrit:J'utilise le vidéoprojecteur (mais pas PowerPoint, j'ai ma fierté) tout le temps, mais pas n'importe comment (enfin j'espère).

Définition et théorèmes clairement affichés. Le reste n'est absolument pas figé. Un coup de "freeze" sur l'écran et je bricole vite fait une autre diapo, en zappe une autre, montre un schéma GeoGebra, un coup de tableur, un exercice du livre (quand les sombres bouses des éditeurs daignent fonctionner), etc.

LaTeX (et Beamer) permet en outre de faire d'une pierre deux coups: un diaporama et une version papier (mais en ne saisissant le contenu qu'une fois).

Ça me simplifie la vie (je vois la plupart du temps les élèves en face), mais je pourrais très bien m'en passer.

Le problème des PP (et de la plupart des documents, y compris officiels) est que trop souvent la diapo contient trop d'informations, et est réalisée en dépit du bon sens de l'usage typographique.

Je n'ai en revanche jamais été convaincu par les démonstrations de TBI qu'on m'a faites. J'ai notamment le souvenir d'un commercial d'une des principales sociétés vendant la chose, qui ramait comme un perdu pour faire fonctionner son bazar, et qui a réussi, après moult plantages, à superposer un petit bonhomme sur un pdf … ça peut amuser les maternelles cinq minutes …
Personnellement j'utilise Impress (Power Point ne marche pas sous Debian, Gniarf). J'y met en fait surtout des documents iconographiques. Quant au TBI, je considère en tant que contribuable que c'est un éléphant blanc et que quelqu'un de bien formé à l'usage du vidéoprojecteur s'en passe facilement. Enfin le TBI m'obligerais à être dos aux élèves alors que le videoproj permet justement de leur faire face (ou tout du moins de ne pas leur tourner le dos).

En géographie, le TBI est un vrai plus pour faire de la carto et des croquis.

Isis39
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Désastre de l'école numérique (Philippe Bihouix & Karine Mauvilly)

Message par Iphigénie le Mer 5 Oct 2016 - 11:17

L'utilisation est forcément très différente selon les matières : il n'empêche qu'en lettres c'est surtout un vrai fléau , pour plein de raisons... Mais sans doute que l'enseignement de la littérature est lui-même très ringardisé dans cette avancée technologique...avec les conséquences que cela entraîne .

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 15 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9 ... 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum