Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Chocolat
Guide spirituel

Re: L'accompagnement personnalisé au collège, cauchemar pédagogique ?

par Chocolat le Lun 26 Sep 2016 - 19:22
@gnafron2004 a écrit:
@totoro a écrit:
Pas sûre que le chef trouve du monde pour refaire ça l'année prochaine........

Pas besoin, il peut l'imposer...

Donc le CA ne sert à rien ?
Chez nous, la direction a accepté nos propositions de répartition, que nous avions expliquées au préalable aux parents délégués.

Du coup, il n'y a pas de barrettes, ni de co-enseignement, ni trois profs de français par classe, ni des EDT de m**** pour les gamins ou pour les enseignants. Et l'AP est assurée par le prof de français, de maths, d'histoire, de langue etc. de chaque classe.
avatar
Luigi_B
Grand Maître

Re: L'accompagnement personnalisé au collège, cauchemar pédagogique ?

par Luigi_B le Lun 26 Sep 2016 - 23:31
@Volubilys a écrit:Euh, je suis sans doute très bête, je ne vois pas comment on fait pour faire des économies en ayant un prof par classe au lieu de plusieurs prof qui ont plusieurs classes : le coût d'une heure de classe reste le même.
Les disciplines sont des obstacles dans l'optimisation de la gestion des ressources humaines : c'est ce qui ressort du rapport de la Cour des comptes en 2013.

« La monovalence disciplinaire des enseignants du second degré oblige par ailleurs à une gestion complexe des disciplines. » (p. 46) ; « La monovalence des enseignants remplaçants rend difficile l’adéquation entre les besoins de remplacement et les remplaçants disponibles » (p. 47) ; «La notion de discipline qui est structurante dans le second degré peut entrer en contradiction directe avec la logique collective » (p. 54). « Pour y répondre, le ministère n’évoque que des expérimentations visant à favoriser la polyvalence dans les premières classes du collège. » (p. 45)

http://www.laviemoderne.net/grandes-autopsies/52-le-fabuleux-rapport-de-la-cour-des-comptes

_________________
Avenir latin grec - La Vie moderne : ce qui est moderne peut (aussi) être idiot. Suspect

"Les nouvelles technologies en guerre contre nos enfants"
avatar
laMiss
Expert spécialisé

Re: L'accompagnement personnalisé au collège, cauchemar pédagogique ?

par laMiss le Lun 26 Sep 2016 - 23:45
Je rebondis sur la dernière remarque de Luigi_B :
Comble de la c%nnerie : ces nouilles ne mettent pas en place de vraie bivalence, avec poste bivalent, j'entends. Par exemple un poste appelé "anglais/allemand" permettant de muter en anglais, en allemand ou en anglais/allemand.
Si tu es prof d'allemand et que tu "veux" (hum) te recycler en anglais comme c'est le cas actuellement pour certains collègues, tu es officiellement l'un ou l'autre, mais pas les deux, peu importe ce que tu enseignes en réalité.
Fin du HS désolée !

_________________
Bonne route !
avatar
Volubilys
Sage

Re: L'accompagnement personnalisé au collège, cauchemar pédagogique ?

par Volubilys le Mar 27 Sep 2016 - 6:42
@Luigi_B a écrit:
@Volubilys a écrit:Euh, je suis sans doute très bête, je ne vois pas comment on fait pour faire des économies en ayant un prof par classe au lieu de plusieurs prof qui ont plusieurs classes : le coût d'une heure de classe reste le même.
Les disciplines sont des obstacles dans l'optimisation de la gestion des ressources humaines : c'est ce qui ressort du rapport de la Cour des comptes en 2013.

« La monovalence disciplinaire des enseignants du second degré oblige par ailleurs à une gestion complexe des disciplines. » (p. 46) ; « La monovalence des enseignants remplaçants rend difficile l’adéquation entre les besoins de remplacement et les remplaçants disponibles » (p. 47) ; «La notion de discipline qui est structurante dans le second degré peut entrer en contradiction directe avec la logique collective » (p. 54). « Pour y répondre, le ministère n’évoque que des expérimentations visant à favoriser la polyvalence dans les premières classes du collège. » (p. 45)

http://www.laviemoderne.net/grandes-autopsies/52-le-fabuleux-rapport-de-la-cour-des-comptes

En gros, cela signifie qu'il y a des profs payés à ne rien faire car la gestion du personnel est nulle...

_________________
Je vous prie de m'excuser si mes messages contiennent des coquilles, je remercie les personnes qui me les signaleront par mp pour que je puisse les corriger.
avatar
gnafron2004
Sage

Re: L'accompagnement personnalisé au collège, cauchemar pédagogique ?

par gnafron2004 le Mar 27 Sep 2016 - 7:02
@Chocolat a écrit:
@gnafron2004 a écrit:
@totoro a écrit:
Pas sûre que le chef trouve du monde pour refaire ça l'année prochaine........

Pas besoin, il peut l'imposer...

Donc le CA ne sert à rien ?
Chez nous, la direction a accepté nos propositions de répartition, que nous avions expliquées au préalable aux parents délégués.

Du coup, il n'y a pas de barrettes, ni de co-enseignement, ni trois profs de français par classe, ni des EDT de m**** pour les gamins ou pour les enseignants. Et l'AP est assurée par le prof de français, de maths, d'histoire, de langue etc. de chaque classe.

Le CA vote la répartition des moyens (combien d'heures dans telle discipline), pas la répartition par matière (quel prof dans quelle classe)...
avatar
egomet
Grand sage

Re: L'accompagnement personnalisé au collège, cauchemar pédagogique ?

par egomet le Mar 27 Sep 2016 - 10:16
@Volubilys a écrit:
@Luigi_B a écrit:
@Volubilys a écrit:Euh, je suis sans doute très bête, je ne vois pas comment on fait pour faire des économies en ayant un prof par classe au lieu de plusieurs prof qui ont plusieurs classes : le coût d'une heure de classe reste le même.
Les disciplines sont des obstacles dans l'optimisation de la gestion des ressources humaines : c'est ce qui ressort du rapport de la Cour des comptes en 2013.

« La monovalence disciplinaire des enseignants du second degré oblige par ailleurs à une gestion complexe des disciplines. » (p. 46) ; « La monovalence des enseignants remplaçants rend difficile l’adéquation entre les besoins de remplacement et les remplaçants disponibles » (p. 47) ; «La notion de discipline qui est structurante dans le second degré peut entrer en contradiction directe avec la logique collective » (p. 54). « Pour y répondre, le ministère n’évoque que des expérimentations visant à favoriser la polyvalence dans les premières classes du collège. » (p. 45)

http://www.laviemoderne.net/grandes-autopsies/52-le-fabuleux-rapport-de-la-cour-des-comptes

En gros, cela signifie qu'il y a des profs payés à ne rien faire car la gestion du personnel est nulle...

Pas forcément si simple. Note que je n'ai pas trop de doutes sur la nullité de la gestion dans l'EN. Le fait que certains ne travaillent pas du tout est un scandale.
Mais il y a aussi des contraintes matérielles, qui peuvent amener à conserver un travailleur en sous-service. Il n'y a pas forcément assez de travail sur une zone géographique donnée pour occuper un temps plein. Pour autant, on ne veut pas forcément renoncer à la totalité de son travail. On a peut-être un très grand besoin de 12 heures d'allemand mais ça ne rimerait à rien de pousser jusqu'à 18 heures. Comme il y a une distance de déplacement maximale, il est peut-être impossible de compléter. Si par ailleurs on exige du travailleur une disponibilité totale (comme l'interdiction pour un fonctionnaire d'exercer un autre emploi), on est bien obligé de le payer sur ses heures non travaillées. Sinon il renoncera et changera de métier.
Même les entreprises privées peuvent avoir ce problème. La différence, c'est qu'elles n'ont pas d'argent à gaspiller. En général, elles trouvent des compléments de service ou organisent un temps partiel, selon les besoins. Une école privée hors contrat va par exemple proposer des surveillances. C'est une bonne méthode d'ajustement, si on laisse son orgueil de prof de côté.

On ne peut pas tout avoir: un statut de fonctionnaire hyperprotecteur (revenus garantis, sécurité de l'emploi), un statut exclusif de toute autre activité, un service strictement limité à la matière qu'on a choisie pendant ses études et ... un système où tous les collègues sont au taquet.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/
avatar
Rendash
Bon génie

Re: L'accompagnement personnalisé au collège, cauchemar pédagogique ?

par Rendash le Mar 27 Sep 2016 - 12:14
@egomet a écrit:un service strictement limité à la matière qu'on a choisie pendant ses études

Autre façon de dire "un service limité à la discipline qu'on est compétent pour enseigner" Razz

_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
egomet
Grand sage

Re: L'accompagnement personnalisé au collège, cauchemar pédagogique ?

par egomet le Mar 27 Sep 2016 - 12:57
@Rendash a écrit:
@egomet a écrit:un service strictement limité à la matière qu'on a choisie pendant ses études

Autre façon de dire "un service limité à la discipline qu'on est compétent pour enseigner"  Razz

Pas si évident.
Un professeur avec une vie culturelle intense, au bout de 15 ou 20 ans, peut fort bien être plus érudit dans un autre domaine que sa formation initiale. Maintenant, est-il absolument nécessaire qu'il ait un bout de papier officiel pour chaque sujet? Quoi qu'il en soit, si on souhaite qu'un professeur sorte de sa discipline de départ, on ne peut pas décemment le lui imposer. Il ne faudrait pas le mettre en difficulté en lui demandant l'impossible.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/
avatar
Rendash
Bon génie

Re: L'accompagnement personnalisé au collège, cauchemar pédagogique ?

par Rendash le Mar 27 Sep 2016 - 13:02
Je n'ai pas écrit "érudit", mais "compétent pour enseigner". Je touche ma bille en littérature française du XIXe siècle, mais je serais bien infichu de bâtir et d'assurer un cours de français.

Mais, évidemment, je suis entièrement d'accord avec ceci : "Quoi qu'il en soit, si on souhaite qu'un professeur sorte de sa discipline de départ, on ne peut pas décemment le lui imposer.". S'il s'agit d'un choix, qu'on fait parce qu'on se sent compétent (et non seulement érudit, donc Razz ), je te rejoins.

_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
egomet
Grand sage

Re: L'accompagnement personnalisé au collège, cauchemar pédagogique ?

par egomet le Mar 27 Sep 2016 - 13:54
@Rendash a écrit:Je n'ai pas écrit "érudit", mais "compétent pour enseigner". Je touche ma bille en littérature française du XIXe siècle, mais je serais bien infichu de bâtir et d'assurer un cours de français.


Si on te demandait de faire un cours sur la littérature française du XIXe siècle,  tu pourrais sans doute l'assumer.
Le problème,  c'est que les cours de français ne sont pas de simples cours de littérature.  Pour le coup, c'est un problème qu'on a aussi avec les professeurs de "lettres". Rolling Eyes


Dernière édition par egomet le Mar 27 Sep 2016 - 14:27, édité 1 fois

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/
avatar
Rendash
Bon génie

Re: L'accompagnement personnalisé au collège, cauchemar pédagogique ?

par Rendash le Mar 27 Sep 2016 - 14:25
@egomet a écrit:
@Rendash a écrit:Je n'ai pas écrit "érudit", mais "compétent pour enseigner". Je touche ma bille en littérature française du XIXe siècle, mais je serais bien infichu de bâtir et d'assurer un cours de français.


Si on te demandais de faire un cours sur la littérature française du XIXe siècle,  tu pourrais sans doute l'assumer.
Le problème,  c'est que les cours de français ne sont pas de simples cours de littérature.  Pour le coup, c'est un problème qu'on a aussi avec les professeurs de "lettres". Rolling Eyes

Voilà. C'est la partie de ta phrase que j'ai graissée qui me fait dire qu'être, sinon érudit, du moins assez au point sur un sujet, ne te rend pas compétent pour enseigner la discipline. Surtout le français, dont l'enseignement exige une systématisation et une progression très strictes, sauf pour les branquignoles de l'ESPE et leur "observation réfléchie de la langue" Rolling Eyes

_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
DesolationRow
Vénérable

Re: L'accompagnement personnalisé au collège, cauchemar pédagogique ?

par DesolationRow le Mar 27 Sep 2016 - 14:29
Qui a décrété qu'il était aisé de faire "un simple cours de littérature" ?
avatar
egomet
Grand sage

Re: L'accompagnement personnalisé au collège, cauchemar pédagogique ?

par egomet le Mar 27 Sep 2016 - 14:32
C'est sûr que l'enseignement de la langue a été proprement dévasté. On a des professeurs capables de faire des lectures analytiques très élégantes, mais pour la grammaire ou l'orthographe, il n'y a plus personne. Ça n'a pourtant rien de très compliqué. Avec un bon manuel et en étant consciencieux, beaucoup de gens pourraient faire des cours acceptables.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/
avatar
Rendash
Bon génie

Re: L'accompagnement personnalisé au collège, cauchemar pédagogique ?

par Rendash le Mar 27 Sep 2016 - 14:32
@DesolationRow a écrit:Qui a décrété qu'il était aisé de faire "un simple cours de littérature" ?

L'expression est sans doute maladroite, en effet. Mais la question n'est pas là : il s'agit de dire qu'un cours de littérature n'est pas la même chose qu'un cours de français, simplement. Ne voyons pas le mal partout Razz

_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
egomet
Grand sage

Re: L'accompagnement personnalisé au collège, cauchemar pédagogique ?

par egomet le Mar 27 Sep 2016 - 14:35
@DesolationRow a écrit:Qui a décrété qu'il était aisé de faire "un simple cours de littérature" ?

Je ne dis pas que c'est aisé. Je souligne le décalage qu'il y a entre l'enseignement du français, qui comprend de nombreux domaines (rédaction, grammaire, vocabulaire, orthographe), et ce que peut faire un bon connaisseur de la littérature. A cet égard un étudiant en lettres n'est pas nécessairement la recrue la plus pertinente.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/
avatar
DesolationRow
Vénérable

Re: L'accompagnement personnalisé au collège, cauchemar pédagogique ?

par DesolationRow le Mar 27 Sep 2016 - 14:40
@Rendash a écrit:
@DesolationRow a écrit:Qui a décrété qu'il était aisé de faire "un simple cours de littérature" ?

L'expression est sans doute maladroite, en effet. Mais la question n'est pas là : il s'agit de dire qu'un cours de littérature n'est pas la même chose qu'un cours de français, simplement. Ne voyons pas le mal partout Razz

Oui, bon, d'accord Wink
avatar
egomet
Grand sage

Re: L'accompagnement personnalisé au collège, cauchemar pédagogique ?

par egomet le Mar 27 Sep 2016 - 14:46
@DesolationRow a écrit:
@Rendash a écrit:
@DesolationRow a écrit:Qui a décrété qu'il était aisé de faire "un simple cours de littérature" ?

L'expression est sans doute maladroite, en effet. Mais la question n'est pas là : il s'agit de dire qu'un cours de littérature n'est pas la même chose qu'un cours de français, simplement. Ne voyons pas le mal partout Razz

Oui, bon, d'accord Wink

Plus provocante que maladroite, en fait. Wink
Par quelqu'un qui fait l'un et l'autre cours d'ailleurs.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/
bidouille01
Niveau 1

Re: L'accompagnement personnalisé au collège, cauchemar pédagogique ?

par bidouille01 le Mer 28 Sep 2016 - 14:37
Dans mon établissement pour tous les niveaux
Il a été rajouté 0,5 heures de plus par classe dans les EDT en math, francais.
Et 0,5 heures pour HG et anglais mais que 2 ou 3 niveaux sur 4
Le principe :
Sur 1 heure on coupe la classe en groupe et on alterne Semaine A et B. ce qui fait le cota pour les élèves.

Mais comme on a aussi des dédoublement en Sciences et Technologie, les élèves sont perdus et ne savent plus s'ils ont cours ou pas. Dans quel groupe ils sont, ect...
Surtout que tous les enseignants n'ont pas coupé la classe en 2 parties égales, car certains font des groupes de niveau.
Bref joli folklore...

C'est peut être fait exprès... on dira que cela fonctionne pas et on nous supprimera les 3 heures de marges pour faire ces fameux EPI et AP. Qui d'ailleurs ne sont prévus que pour une durée limitée, 2018 de mémoire et après ???

Pour finir mon chef à dit : "Pas d'AP ni d'EPI dans les bulletins"


avatar
Rendash
Bon génie

Re: L'accompagnement personnalisé au collège, cauchemar pédagogique ?

par Rendash le Mer 28 Sep 2016 - 18:40
@bidouille01 a écrit:

Pour finir mon chef à dit : "Pas d'AP ni d'EPI dans les bulletins"


Sur ce point il a raison : AP et EPI ne sont pas censés être fléchés dans les EdT, il n'y a pas de raison qu'ils le soient sur les bulletins non plus.

_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
laMiss
Expert spécialisé

Re: L'accompagnement personnalisé au collège, cauchemar pédagogique ?

par laMiss le Mer 28 Sep 2016 - 20:10
Sauf que les bulletins ont une case EPI et AP (verso). No
Et parcours.

_________________
Bonne route !
Jasmine Molina
Niveau 1

Re: L'accompagnement personnalisé au collège, cauchemar pédagogique ?

par Jasmine Molina le Mar 1 Nov 2016 - 13:26
Moi j'envisage de demander aux élèves de 3e d'expliquer le sens de l'expression " Aide Personnalisée", dans le contexte d'un cours donné à 27 élèves par un professeur...
Cela me semble être un bon entraînement, si ce n'est à la question lexicale du brevet, du moins à la manipulation argumentative...
En attendant, excusez moi du peu, je me contente d'essayer de construire une cohérence dans le déroulé des séquences, en sachant que je partage la classe avec une collègue....ce qui dans les faits donne 2 h de français par semaine, dont une d'AP ... Ben oui, c'est sûr, ça laisse le temps d'observer des pages de couverture mais pas d'ouvrir le livre...
avatar
dami1kd
Habitué du forum

Re: L'accompagnement personnalisé au collège, cauchemar pédagogique ?

par dami1kd le Mar 1 Nov 2016 - 13:50
@Jasmine Molina a écrit:Moi j'envisage de demander aux élèves de 3e d'expliquer le sens de l'expression " Aide Personnalisée", dans le contexte d'un cours donné à 27 élèves par un professeur...
Cela me semble être un bon entraînement, si ce n'est à la question lexicale du brevet, du moins à la manipulation argumentative...
En attendant, excusez moi du peu, je me contente d'essayer de construire une cohérence dans le déroulé des séquences, en sachant que je partage la classe avec une collègue....ce qui dans les faits donne  2 h de français par semaine, dont une d'AP ... Ben oui, c'est sûr, ça laisse le temps d'observer des pages de couverture mais pas d'ouvrir le livre...

Tant qu'à faire, choisissez plutôt "Accompagnement personnalisé" Wink
avatar
Gallia
Niveau 9

Re: L'accompagnement personnalisé au collège, cauchemar pédagogique ?

par Gallia le Jeu 8 Déc 2016 - 11:04
Bonjour, 

Après avoir eu le retour de formation où sont allés des collègues, il nous a été dit par nos IPR que nous devions inscrire à chaque fois qu'on fait de l'AP sur le CDT en prévision des doléances des parents pointilleux et qui vont s'amuser à compter les heures d'AP mais aussi des inspections : savoir quoi répondre si on ne voyait pas sur le cahier ce que nous avions fait INDIVIDUELLEMENT pour CHAQUE élève afin de l'aider à progresser.
Personnellement, je ne sais pas faire de l'AP avec une classe entière et je ne me vois pas faire des groupes de niveau au sein de la même salle (j'ai l'impression que ça stigmatise encore plus les élèves qui se sentent en difficulté), ni faire 30 exercices différents TOUT EN L'INTEGRANT aux chapitres SANS PRENDRE DE RETARD dans le programme. Bref, je suis larguée et me sens légèrement incompétente (c'est le cas de le dire).
Je voudrais donc savoir qui fait (ou arrive à faire) de l'AP cette année et selon quelles modalités : classe entière, 1/2 groupe, répartition des élèves par niveau, que faites-vous concrètement... ? 
Merci pour vos conseils.

_________________
On nous apprend à désapprendre.
avatar
amethyste
Grand sage

Re: L'accompagnement personnalisé au collège, cauchemar pédagogique ?

par amethyste le Jeu 8 Déc 2016 - 11:07
Je suis dans le même cas que toi, je ne sais pas faire de l'AP en classe entière.

_________________
- Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire.
- L'Etat est notre serviteur et nous n'avons pas à en être les esclaves.
Einstein
avatar
Marie-Henriette
Niveau 8

Re: L'accompagnement personnalisé au collège, cauchemar pédagogique ?

par Marie-Henriette le Jeu 8 Déc 2016 - 11:15
Idem: en 5ème, j'ai fait cours normalement, alors que j'étais censée faire une heure d'AP par semaine...
Je n'ai toujours pas compris ce que je devais faire au juste, et avec tous les programme qui changent, je n'ai ni le temps ni l'envie de me pencher dessus.
Pour l'instant, personne ne m'en a fait le reproche.
avatar
tiptop77
Oracle

Re: L'accompagnement personnalisé au collège, cauchemar pédagogique ?

par tiptop77 le Jeu 8 Déc 2016 - 11:16
@Rendash a écrit:
@bidouille01 a écrit:

Pour finir mon chef à dit : "Pas d'AP ni d'EPI dans les bulletins"


Sur ce point il a raison : AP et EPI ne sont pas censés être fléchés dans les EdT, il n'y a pas de raison qu'ils le soient sur les bulletins non plus.

Ils le sont dans mon établissement Rolling Eyes

_________________
May the force be with us!
Contenu sponsorisé

Re: L'accompagnement personnalisé au collège, cauchemar pédagogique ?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum