Harcèlement à l'école: un ouvrage pour aider les élèves en difficulté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Harcèlement à l'école: un ouvrage pour aider les élèves en difficulté

Message par Reine Margot le Ven 2 Sep 2016 - 9:14

Rue89 a écrit:Avant d’avoir des enfants, le documentaire « Récréations » de Claire Simon dans lequel on observe des enfants de maternelle à la récréation fait sourire. Une petite fille devient hystérique parce qu’elle a peur de sauter d’un mini-banc. Un autre se fait pousser, mille fois, derrière une grille (visiblement une prison). Le visionner, quelques années plus tard, avec des enfants scolarisés dans la pièce d’à côté est horrifiant.

Emmanuelle Piquet, 47 ans, fondatrice des centres Chagrin scolaire, s’apprête à aller à une conférence de pré-rentrée dans une école parisienne. Chopée à la gare de Lyon qui est comme sa seconde maison (le siège de sa boîte est à Mâcon), devant un verre de vin rouge, elle sourit gentiment à l’évocation de ce documentaire.

« Vous savez, la maternelle n’est pas le pire. A partir de 9 ans et jusqu’au lycée, la popularité est la seule chose qui compte.

J’ai fait cinq conférences de pré-rentrée avec des profs de collège, on est tous d’accord pour dire que les gamins sont chiants et moches et que l’environnement est hyper cruel. »

Dans l'article, conférence et livre "je me défends du harcèlement".

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Propos d’un retiré du front

Message par Survivant le Sam 3 Sep 2016 - 7:58

De toute façon il n’y a rien à faire. Je me rappelle avoir signalé au principal de mon collège d’alors que des enfants en rossaient un autre dans la cour. « Laissez les élèves régler leurs problèmes entre eux » m’a-t-il répondu d’un ton méprisant.

Survivant
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum