Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
archeboc
Esprit éclairé

Les établissements français en recul dans le classement QS des universités

par archeboc le Mar 6 Sep 2016 - 6:24
http://www.lemonde.fr/campus/article/2016/09/06/la-france-en-recul-dans-le-classement-mondial-qs-des-universites_4992965_4401467.html

Autre argument avancé : la mauvaise performance des universités hexagonales serait à mettre sur le compte du manque de financement. « Les classements cette année démontrent que le niveau d’investissement est déterminant pour les progressions tout comme pour les régressions. Les institutions dans les pays qui investissent fortement dans ce secteur progressent, que les fonds soient d’origine privée ou qu’ils proviennent du secteur public.Les pays d’Europe de l’Ouest qui annoncent ou effectuent des coupes budgétaires perdent des places face à leurs homologues aux Etats-Unis ou en Asie. »


Dernière édition par Gryphe le Mar 6 Sep 2016 - 20:30, édité 1 fois (Raison : Précision du titre)

_________________
Pour des raisons de commodité nous utilisons dans nos analyses un classement des élèves en « bons », « moyens » et « faibles » qui n'est valable qu'à l'intérieur de chaque classe ou dans des classes de même type. En fait, les élèves que nous appelons « bons » sont plutôt des élèves moyens, les « moyens » des élèves plutôt faibles et les « faibles » des élèves en grande difficulté.
van Zanten Agnès. Le quartier ou l'école ? Déviance et sociabilité adolescente dans un collège de banlieue . In: Déviance et société. 2000 - Vol. 24 - N°4. Les désordres urbains : regards sociologiques. pp. 377-401. note 3


avatar
Zagara
Vénérable

Re: Les établissements français en recul dans le classement QS des universités

par Zagara le Mar 6 Sep 2016 - 7:56
C'est ce genre d'études faites sur des paramètres ridicules de rentabilité qui poussent les universités à rentrer dans le marché des connaissances et de la recherche de court-terme. Ça mène à baisser les financements publics car "vous vous financez sur le marché", à précariser les matières non rentables (lire non sciences dures), à embaucher plus de vacataires pour être "flexibles", à monter les frais de scolarité, à remplir toujours plus de dossiers administratifs inutiles. Seul aspect positif : les échanges internationaux en hausse ; c'est toujours intéressant d'accueillir des chercheurs ou des étudiants venant d'un autre pays.

Il ne faut pas courir après la carotte quand c'est le loup qui la tient bounce
avatar
Sulfolobus
Érudit

Re: Les établissements français en recul dans le classement QS des universités

par Sulfolobus le Mar 6 Sep 2016 - 11:41
Je suis très sceptique sur cette remarque, ça ne colle pas vraiment avec ce qu'il se passe hors de France.
avatar
Zagara
Vénérable

Re: Les établissements français en recul dans le classement QS des universités

par Zagara le Mar 6 Sep 2016 - 11:52
Top 10 QS : 9 établissements anglais ou américains.

Royaume-Uni et Etats-Unis : justement les 2 pays où la libéralisation des universités a été mise en place le plus tôt et le plus systématiquement, avec des prêts étudiants affolants à la clef et des conditions d'enseignement pas meilleures.

De là à dire qu'il s'agit d'un classement des entreprises universités ayant le mieux appliqué la libéralisation et le "marché de la connaissance", je ne sais pas, mais j'y pense...
avatar
Sulfolobus
Érudit

Re: Les établissements français en recul dans le classement QS des universités

par Sulfolobus le Mar 6 Sep 2016 - 11:59
Oui sauf que les établissements qui sont là-dedans ont :
- vraiment des conditions d'enseignements (et d'études) exceptionnelles (et c'est vrai aussi d'autres établissements qui ne sont pas dans le top 10)
- pas forcément des spécialisations à la mode
- en tout cas pour mon domaine, des projets de recherche très ambitieux (et pas du tout court-termiste).

Par contre oui des prêts étudiants qui peuvent être affolants.
avatar
lene75
Empereur

Re: Les établissements français en recul dans le classement QS des universités

par lene75 le Mar 6 Sep 2016 - 13:20
Il y a des critères d'évaluation assez obscurs, qui ne correspondent pas à l'organisation française du supérieur. Je ne connais pas les détails, mais je sais qu'à Paris des formations inter-établissements qui n'ont que quelques étudiants (mais quand je dis "quelques", ça peut être 5) ont été ouvertes dans le seul but de gagner des places dans les classements. Ça coûte des sous sans rien apporter sur le plan scientifique juste pour être dans les rails.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
archeboc
Esprit éclairé

Re: Les établissements français en recul dans le classement QS des universités

par archeboc le Mar 6 Sep 2016 - 15:27

Aucune des objections que vous formulez contre ce classement n'est plus vraie aujourd'hui qu'hier.

Donc aucune de ces objections ne permets d'expliquer pourquoi la France voit son classement baisser.

_________________
Pour des raisons de commodité nous utilisons dans nos analyses un classement des élèves en « bons », « moyens » et « faibles » qui n'est valable qu'à l'intérieur de chaque classe ou dans des classes de même type. En fait, les élèves que nous appelons « bons » sont plutôt des élèves moyens, les « moyens » des élèves plutôt faibles et les « faibles » des élèves en grande difficulté.
van Zanten Agnès. Le quartier ou l'école ? Déviance et sociabilité adolescente dans un collège de banlieue . In: Déviance et société. 2000 - Vol. 24 - N°4. Les désordres urbains : regards sociologiques. pp. 377-401. note 3


Contenu sponsorisé

Re: Les établissements français en recul dans le classement QS des universités

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum