L'éducation : première convention présidentielle de Marine Le Pen.

Page 13 sur 15 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: L'éducation : première convention présidentielle de Marine Le Pen.

Message par Balthazaard le Mer 28 Sep - 15:20

@bob_m a écrit:
@Zagara a écrit:Reste que cette école devait fermer, qu'on est le seul pays à avoir une institution faite pour fabriquer des gestionnaires-administrateurs-de-ministères et qu'au final, mêmes s'ils sont tous très subtils et sophistiqués, ils restent incroyablement grégaires et identiques. Or, quel intérêt pour une nation démocratique d'avoir une caste d'experts très bons en rhétorique et notes de synthèses ? Ne parasitent-ils pas la décision démocratique en pensant être plus intelligents que ceux qui sont issus du suffrage et en tenant les places au delà des alternances ? Quelle valeur ajoutée par rapport à de bons universitaires ? Et surtout, pourquoi cet esprit de caste, ces salaires ridiculement élevés, ce pouvoir outrageant qui n'est ancré dans aucune légitimité démocratique ? Moi ça me fait vomir.

Les hauts-fonctionnaires sont des administrateurs. Il me semble que tu confonds le pouvoir politique et le pouvoir administratif. Le pouvoir politique dispose de l'administration. Et heureusement qu'il y a des spécialistes de la gestion administrative à tous les niveaux, c'est encore ce qui permet à la France de tourner mieux que disons le Mali ou le Vénézuela. Au demeurant, les hauts fonctionnaires formés par l'ENA ne me semblent globalement pas pire que les hauts fonctionnaires à formation pédagogole du MEN.

Le problème n'est pas l'existence de l'ENA mais son mode de sélection biaisée qui fait que la quasi-totalité des élèves externes (ceux qui sont, mathématiquement du fait de leur âge, promise aux plus longues et belles carrières) sont issus de deux prép'ENA, elles-mêmes alimentées par une petite élite d'écoles parisiennes. De fait, les profils sont souvent similaires et les logiques corporatistes prennent même leur origine en amont de l'ENA. Cela favorise, bien sûr, ce que tu dénonces en creux, à savoir la porosité entre les pouvoirs administratif, économique et politique.

Intellectuellement, les concours de la haute fonction publique sont bien entendu stimulants, à moins de considérer que les politiques publiques n'ont aucun intérêt. Le droit et les finances publics, puisque tu les évoques, sont des constructions historiques et techniques complexes qui s'incarnent tous les jours dans des réalités. Leurs sous-disciplines (droit constitutionnel, analyse financière etc) sont d'excellentes clés pour la connaissance du monde et des institutions. Tout est, bien entendu, affaire de goût mais prétendre tout d'un bloc le contraire est absurde.

Et comment!

Balthazaard
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation : première convention présidentielle de Marine Le Pen.

Message par Balthazaard le Mer 28 Sep - 15:23

J'ai l'impression de retrouver contre l'ENA le même genre de haine-défouloir-ignorance que celui qu'une grande partie de la population a vis à vis de l'éducation nationale.

Méconnaissance, globalisation, discours convenu,avis péremptoires....

Nous méritons la manière dont nous sommes traités finallement

Balthazaard
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation : première convention présidentielle de Marine Le Pen.

Message par bob_m le Mer 28 Sep - 15:28

@Ingeborg B. a écrit:La récupération du gaullisme par Philippot est purement rhétorique.

Le parcours de Philippot, passé par tous les mouvements souverainistes avant d'arriver au FN, laisse penser le contraire. Il y a une réelle scission idéologique au sein du FN entre sa ligne (dont sont issues toutes les nouvelles têtes d'affiche du parti) et celle des fondateurs du parti, qu'ils fussent issus de Vichy, de l'OAS ou de tout autre combat qui sont, pour cette nouvelle génération d'arrière-garde. C'est d'ailleurs précisément cet héritage pesant qui empêche le FN de se normaliser totalement. Avec le temps, et si les partis de gouvernement sont incapable d'apporter quelque solution au déclin du pays, cela s'effacera, en même temps que les barres des 40 et 50%.

bob_m
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation : première convention présidentielle de Marine Le Pen.

Message par Balthazaard le Mer 28 Sep - 15:29

@bob_m a écrit:
@Zagara a écrit:Reste que cette école devait fermer, qu'on est le seul pays à avoir une institution faite pour fabriquer des gestionnaires-administrateurs-de-ministères et qu'au final, mêmes s'ils sont tous très subtils et sophistiqués, ils restent incroyablement grégaires et identiques. Or, quel intérêt pour une nation démocratique d'avoir une caste d'experts très bons en rhétorique et notes de synthèses ? Ne parasitent-ils pas la décision démocratique en pensant être plus intelligents que ceux qui sont issus du suffrage et en tenant les places au delà des alternances ? Quelle valeur ajoutée par rapport à de bons universitaires ? Et surtout, pourquoi cet esprit de caste, ces salaires ridiculement élevés, ce pouvoir outrageant qui n'est ancré dans aucune légitimité démocratique ? Moi ça me fait vomir.

Les hauts-fonctionnaires sont des administrateurs. Il me semble que tu confonds le pouvoir politique et le pouvoir administratif. Le pouvoir politique dispose de l'administration. Et heureusement qu'il y a des spécialistes de la gestion administrative à tous les niveaux, c'est encore ce qui permet à la France de tourner mieux que disons le Mali ou le Vénézuela. Au demeurant, les hauts fonctionnaires formés par l'ENA ne me semblent globalement pas pire que les hauts fonctionnaires à formation pédagogole du MEN.

Le problème n'est pas l'existence de l'ENA mais son mode de sélection biaisée qui fait que la quasi-totalité des élèves externes (ceux qui sont, mathématiquement du fait de leur âge, promise aux plus longues et belles carrières) sont issus de deux prép'ENA, elles-mêmes alimentées par une petite élite d'écoles parisiennes. De fait, les profils sont souvent similaires et les logiques corporatistes prennent même leur origine en amont de l'ENA. Cela favorise, bien sûr, ce que tu dénonces en creux, à savoir la porosité entre les pouvoirs administratif, économique et politique.

Intellectuellement, les concours de la haute fonction publique sont bien entendu stimulants, à moins de considérer que les politiques publiques n'ont aucun intérêt. Le droit et les finances publics, puisque tu les évoques, sont des constructions historiques et techniques complexes qui s'incarnent tous les jours dans des réalités. Leurs sous-disciplines (droit constitutionnel, analyse financière etc) sont d'excellentes clés pour la connaissance du monde et des institutions. Tout est, bien entendu, affaire de goût mais prétendre tout d'un bloc le contraire est absurde.

Pour ceux qui connaissent l'histoire de l'école, il y a eu une petite révolte (c'était la promo de Juppé) où une assoc d'élèves brillants s'était engagée à refuser les postes des grands corps. Juppé avait refusé d'adhérer à la charte et le moment venu, nombres avaient renié leurs engagements, le major (je crois) avait fait scandale en demandant le corps préfectoral!!! il y a a fait toute sa carrière, interviewé beaucoup plus tard il a dit avoir regretté son choix.
On voit cela (romancé) dans le téléfilm "l'école du pouvoir"

Balthazaard
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation : première convention présidentielle de Marine Le Pen.

Message par Zagara le Mer 28 Sep - 15:31

Je ne confonds pas pouvoirs administratif et politique : quand un personnel administratif de haut rang est là depuis 10 ans alors que les politiques tiennent en moyenne 2 ans dans un ministère, il est certain que le pouvoir administratif l'emporte à long terme sur le pouvoir politique, capture une partie de ses capacités et pilote en réalité une grande partie de la politique du pays. S'ajoute à cela que nombre de politiques sont passés par l'ENA et la fonction publique, ce qui renforce ce phénomène de choix politique inexistant du fait de personnels non-élus stables qui empiètent sur les décisions démocratiques. L'inflation d'experts et leur pouvoir sur les institutions sont des dangers pour le choix démocratique.

Ensuite je n'ai jamais affirmé que ces disciplines ne seraient pas stimulantes pour certains, j'ai dit qu'elles ne m'intéressaient pas, ce qui est tout de même une différence de taille, non ? Par contre j'ai bien dit que les épreuves de l'ENA sont avant tout des épreuves de technique et de rhétorique, pas de réflexion. On en pense ce qu'on en veut.

Et je reste sur l'avis que, oui, l'ENA devrait fermer et produit des clones en série. Avis irréconciliable avec celui de ceux qui apprécient cette institution, y sont passés ou veulent y passer. Mais c'est aussi ça le débat démocratique : accepter l'opinion d'autrui sans lui dire qu'elle est "absurde" ou que c'est de la "haine". Je n'ai pas de haine contre l'ENA, je la trouve simplement inutile et délétère pour la vie démocratique.

Zagara
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation : première convention présidentielle de Marine Le Pen.

Message par bob_m le Mer 28 Sep - 15:33

@Balthazaard a écrit:J'ai l'impression de retrouver contre l'ENA le même genre de haine-défouloir-ignorance que celui qu'une grande partie de la population a vis à vis de l'éducation nationale.

Méconnaissance, globalisation, discours convenu,avis péremptoires....

Nous méritons la manière dont nous sommes traités finallement

Il y a beaucoup de critiques à formuler contre l'ENA, la haute administration etc., j'en ai rapidement parlé plus haut. Comme il y a beaucoup de critiques à formuler contre l'Education nationale et même contre ceux qui ont tranquillement accompagné sa déliquescence pour des raisons politico-idéologiques, jusqu'à se réveiller il y a cinq dix ans. Globalement, la machine administrative française est d'une inertie qui n'est plus adaptée à l'évolution des mentalités, de l'économie, de la société.

Mais la critique est toujours plus constructive lorsqu'elle n'est pas fondée sur de la jalousie, le ressentiment ou l'ignorance (voleurs, feignants, fachos/gauchos).

bob_m
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation : première convention présidentielle de Marine Le Pen.

Message par Balthazaard le Mer 28 Sep - 15:34

@Zagara a écrit:Je ne confonds pas pouvoirs administratif et politique : quand un personnel administratif de haut rang est là depuis 10 ans alors que les politiques tiennent en moyenne 2 ans dans un ministère, il est certain que le pouvoir administratif l'emporte à long terme sur le pouvoir politique, capture une partie de ses capacités et pilote en réalité une grande partie de la politique du pays. S'ajoute à cela que nombre de politiques sont passés par l'ENA et la fonction publique, ce qui renforce ce phénomène de choix politique inexistant du fait de personnels non-élus stables qui empiètent sur les décisions politiques.

Ensuite je n'ai jamais affirmé que ces disciplines ne seraient pas stimulantes pour certains, j'ai dit qu'elles ne m'intéressaient pas, ce qui est tout de même une différence de taille, non ? Par contre j'ai bien dit que les épreuves de l'ENA sont avant tout des épreuves de technique et de rhétorique, pas de réflexion. On en pense ce qu'on en veut.

Et je reste sur l'avis que, oui, l'ENA devrait fermer et produit des clones en série. Avis irréconciliable avec celui de ceux qui apprécient cette institution, y sont passés ou veulent y passer. Mais c'est aussi ça le débat démocratique : accepter l'opinion d'autrui sans lui dire qu'elle est "absurde" ou que c'est de la "haine". Je n'ai pas de haine contre l'ENA, je la trouve simplement inutile et délétère pour la vie démocratique.

Vraiment pas! Et à quel titre pense tu cela?
Quand tu as une note de synthèse à faire sur un dossier qui doit faire une centaine de page d'origine diverses, dont certaines sont à éliminer (piège), si tu renvoie cela à de la technique pure et a une absence de réflexion et d'intelligence alors d'accord....on achète "réussir les concours de la fonction publique", un bon surligneur et on applique la technique...et ça roule!!!!
Quand à la dissert...bien sur, on affirme sans connaitre, sans réfléchir, on fait de belles phrases....et ça passe!!!
C'est quand même bine gonflé tout cela...mais c'est dans l'air du temps.


Dernière édition par Balthazaard le Mer 28 Sep - 15:42, édité 1 fois

Balthazaard
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation : première convention présidentielle de Marine Le Pen.

Message par Ingeborg B. le Mer 28 Sep - 15:36

@bob_m a écrit:
@Ingeborg B. a écrit:La récupération du gaullisme par Philippot est purement rhétorique.

Le parcours de Philippot, passé par tous les mouvements souverainistes avant d'arriver au FN, laisse penser le contraire. Il y a une réelle scission idéologique au sein du FN entre sa ligne (dont sont issues toutes les nouvelles têtes d'affiche du parti) et celle des fondateurs du parti, qu'ils fussent issus de Vichy, de l'OAS ou de tout autre combat qui sont, pour cette nouvelle génération d'arrière-garde. C'est d'ailleurs précisément cet héritage pesant qui empêche le FN de se normaliser totalement. Avec le temps, et si les partis de gouvernement sont incapable d'apporter quelque solution au déclin du pays, cela s'effacera, en même temps que les barres des 40 et 50%.
Non, c'est la façade. Il suffit de consulter le CV de David Rachline. Tout cela est une stratégie de com. Marine Le Pen pratique un discours ambivalent, les périphrases et les sous-entendus. De même, Marion Maréchal reprend exactement certaines idées du grand-père. De nombreux articles démontrent aussi que le discours est adapté dans certaines régions mais il demeure le même dans le Sud-Est. Un exemple flagrant : le délire sur le "grand remplacement"

Ingeborg B.
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation : première convention présidentielle de Marine Le Pen.

Message par Zagara le Mer 28 Sep - 15:38

Les épreuves, les rapports de jury, et même ton témoignage qui montrent bien que le concours privilégie les beaux parleurs et les techniciens. Mais ce n'est pas en soi déshonorable : tout concours se doit de discriminer sur des connaissances et est biaisé par la prestance orale. Sauf que, entre deux très bons, l'ENA a l'air de particulièrement sanctionner les audacieux et préférer récupérer des types plats et uniformes.

Zagara
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation : première convention présidentielle de Marine Le Pen.

Message par Ascagne le Mer 28 Sep - 15:39

@Balthazaard : Certes ; cela ne me surprend pas, et ce n'est pas parce que l'on est d'une catégorie qui subit elle-même ce genre de choses qu'on est immunisé contre le fait de critiquer d'une manière similaire une autre catégorie et d'autres corps.
@Zagara a écrit:Par contre j'ai bien dit que les épreuves de l'ENA sont avant tout des épreuves de technique et de rhétorique, pas de réflexion. On en pense ce qu'on en veut.
Certains ont dit les mêmes choses de certains aspects de l'agrégation. Tout dépend, d'ailleurs, du point de référence pour soutenir cette catégorie de remarques.
Je suis assez d'accord avec ton propos sur les doctorants puis docteurs, étant moi-même "demi-ATER" et agrégé, au début de ma quatrième année de doctorat (et avec une rémunération qui a baissé par rapport au contrat doctoral). Ensuite, comme l'écrit Balthazaard, ce n'est pas non plus qu'une question de prestige : il faut qu'il y ait davantage pour donner un sens à cette voie d'accès par le doctorat, je suppose. En tout cas, il me semble qu'en général, en matière de prospective et de stratégie, l'État doit prendre davantage en compte les docteurs et les universitaires. Mais parfois, je trouve qu'on tombe de haut : si je pense par exemple à la décision finale de Hollande/Valls/leurs conseillers directs (en l'absence, je crois, de la ministre concernée) à propos du redécoupage des régions, il me semble qu'on était très loin d'une prise en compte des travaux des spécialistes sur ce sujet (et ce d'autant plus qu'il y avait derrière de curieuses considérations électorales).

@bob_m a écrit:Avec le temps, et si les partis de gouvernement sont incapable d'apporter quelque solution au déclin du pays, cela s'effacera
Je doute fort que cela puisse "s'effacer", à moins que ne constitue à la droite du FN un autre parti d'importance qui correspondrait à cette tendance-là (ce que voulait faire Jean-Marie le Pen, durant une période de la dispute inter-générationnelle et familiale, si je me souviens bien), et qu'on assiste à telle ou telle recomposition (avec, par exemple, la droite dure de LR qui rejoindrait un FN refondé).


Dernière édition par Ascagne le Mer 28 Sep - 15:43, édité 2 fois

Ascagne
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation : première convention présidentielle de Marine Le Pen.

Message par bob_m le Mer 28 Sep - 15:42

@Zagara a écrit:Par contre j'ai bien dit que les épreuves de l'ENA sont avant tout des épreuves de technique et de rhétorique, pas de réflexion. On en pense ce qu'on en veut.

Je ne comprends pas en quoi les dissertations de culture g, de droit public ou d'économie sont des épreuves "techniques" au concours externe. Une note de synthèse se rapproche sans doute davantage d'une épreuve technique en ce sens qu'elle se rapproche davantage (même si on reste loin des conditions réelles) de productions professionnelles.

Je ne veux pas polémiquer inutilement mais je pense que les prérequis des candidats, le niveau d'exigence, la somme de travail et les performances à produire le jour J, me semblent davantage à même d'aiguiser les capacités réflexives des candidats et lauréats que le CAPES.

bob_m
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation : première convention présidentielle de Marine Le Pen.

Message par Balthazaard le Mer 28 Sep - 15:44

Je peux te dire qu'il y a un monde entre les deux!

Balthazaard
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation : première convention présidentielle de Marine Le Pen.

Message par bob_m le Mer 28 Sep - 15:52

@Ingeborg B. a écrit:Un exemple flagrant : le délire sur le "grand remplacement"

Le discours semble pourtant particulièrement porter dans les communes ou départements où les "de souche" sont effectivement minoritaires. Même sur le plan national, l'évolution de la population est particulièrement marquante sur les cinquante dernières années. Bien évidemment que le FN joue avec la peur de l'islamisation du pays qui n'arrivera pas dans un futur proche. Cela fonctionne car des réalités locales, moins rares que ce que le discours officiel a fait croire pendant très longtemps, existent. Il me semble plus fructueux, pour les tenants du maintien de la politique migratoire ou ceux qui veulent que les "minorités" soient mieux intégrées, de démontrer les apports positifs de telles mutations plutôt que de contribuer à l'hystérisation du débat. En l'occurrence, et après trente ans de discours antiraciste, Obertone et Zemmour sont en tête des ventes, Marine Le Pen à 30%.

bob_m
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation : première convention présidentielle de Marine Le Pen.

Message par Balthazaard le Mer 28 Sep - 16:01

@Zagara a écrit:Les épreuves, les rapports de jury, et même ton témoignage qui montrent bien que le concours privilégie les beaux parleurs et les techniciens. Mais ce n'est pas en soi déshonorable : tout concours se doit de discriminer sur des connaissances et est biaisé par la prestance orale. Sauf que, entre deux très bons, l'ENA a l'air de particulièrement sanctionner les audacieux et préférer récupérer des types plats et uniformes.

Alors tu m'as mal lu...ou je n'ai pas été clair. je t'ai dit qu'un type est passé avec moi, il était incollable sur le plan technique, mais un froid technicien au delà des débats de société, il s'est fait sabrer (façon de parler).
Pour les rapports, on a pas du lire les mêmes.

Le jury (je suis allé deux fois à l'oral) pour ce que j'ai vu s'adapte à toi, si tu joues le role technique à fond, tu auras du technique...si tu joues le rôle de la connaissance plus vaste que profonde tu auras cela mais dans les deux cas, il faudra assurer car tu auras des experts de chaque attitude dans le jury, sans compter sur la question qui t'enverra dans le bord que tu auras voulu éviter.Et ne crois pas que l'on ne s'en sort que par des pirouettes. Sans compter que dans les deux cas, on ne m'a jamais rien demandé hors de ce dont j'avais parlé (genre la question vous gène? c'est vous qui avez fait allusion à cela..)

par ex

Dans ma présentation j'ai dit que j'avais enseigné outremer. J'ai eu des questions sur le fonctionnement administratif des dom-tom, les revendications indépendantistes. Je ne trouve pas cela idiot, si je n'avais pu dire que...ben, il y a longtemps (10 ans)  j'ai été à la plage quoi! Pas question de tricher ou de bachoter ça. Si tu as passé ton temps à draguer la locale ou à faire de la plongée, tu ne sais pas trop quoi dire d'original face à un monsieur vraisemblablement issu du corps diplo et qui a l'air de savoir parfaitement de quoi il parle. je ne trouve pas cela nul du tout, tu as vécu hors métropole, tu veux intégrer la haute administration, si tu ne peux que dire que tout cela ne t'a jamais intéressé, il est normal que le jury en tire conséquence.

Balthazaard
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation : première convention présidentielle de Marine Le Pen.

Message par Daphné le Mer 28 Sep - 16:38

@musa a écrit:
@DesolationRow a écrit:Vous illustrez très nettement ce que je pense de ce concours. On cherche des gens qui ne pensent pas trop, qui ont le sens de la répartie et de l'assurance. Des gens de vingt-cinq ans qui peuvent défendre n'importe quel point de vue, avec de l'esprit, et à qui l'on enseigne qu'une conviction, c'est très embarrassant et qu'on peut très bien faire sans.

Des crétins, quoi.

Ah ben voilà suffisait de s'entendre sur la définition de crétin! professeur

J'aurais bien aimé avoir dans mes classes autant de crétins que ceux qui passent l'oral de l'ENA...... Rolling Eyes

Daphné
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation : première convention présidentielle de Marine Le Pen.

Message par fifi51 le Mer 28 Sep - 16:48

@bob_m a écrit:
@Ingeborg B. a écrit:Un exemple flagrant : le délire sur le "grand remplacement"

Le discours semble pourtant particulièrement porter dans les communes ou départements où les "de souche" sont effectivement minoritaires. Même sur le plan national, l'évolution de la population est particulièrement marquante sur les cinquante dernières années. Bien évidemment que le FN joue avec la peur de l'islamisation du pays qui n'arrivera pas dans un futur proche. Cela fonctionne car des réalités locales, moins rares que ce que le discours officiel a fait croire pendant très longtemps, existent. Il me semble plus fructueux, pour les tenants du maintien de la politique migratoire ou ceux qui veulent que les "minorités" soient mieux intégrées, de démontrer les apports positifs de telles mutations plutôt que de contribuer à l'hystérisation du débat. En l'occurrence, et après trente ans de discours antiraciste, Obertone et Zemmour sont en tête des ventes, Marine Le Pen à 30%.

Pour être exact,
Il y a environ 800 000 naissances par an, parmi lesquelles 28% sont le fait de 1 ou 2 parents nés à l'étranger.
Le solde migratoire net pour les immigrés d'environ 150 000/160 000 personnes (200~250 mille entrées et 30~90 mille sorties). Le flux pour les personnes nées en France est d'environ (-60~-120 mille).


fifi51
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation : première convention présidentielle de Marine Le Pen.

Message par COCOaine le Mer 28 Sep - 19:01

@VicomteDeValmont a écrit: Entre les propos de Marine et ce qui se dit en interne (oui j'ai des grandes oreilles), c'est pas la même ambiance.

Pense tout de même à bien nettoyer tes grandes oreilles Smile

Je suis en interne depuis quelques années, je côtoie la base et les responsables régionaux, pourtant je n'ai jamais entendu de paroles choquantes...

Par contre ici même je lis des propos "prêtés" aux frontistes vraiment nauséabond (comment peut-on lire le mot "bougnoule" sur ce forum No )...

La modération devrait agir et vite...

_________________
Contre cette infamie qu'est le gel du point d'indice!!!

COCOaine
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation : première convention présidentielle de Marine Le Pen.

Message par Rendash le Mer 28 Sep - 19:11

@COCOaine a écrit:
@VicomteDeValmont a écrit: Entre les propos de Marine et ce qui se dit en interne (oui j'ai des grandes oreilles), c'est pas la même ambiance.

Pense tout de même à bien nettoyer tes grandes oreilles Smile

Je suis en interne depuis quelques années, je côtoie la base et les responsables régionaux, pourtant je n'ai jamais entendu de paroles choquantes...

Par contre ici même je lis des propos "prêtés" aux frontistes vraiment nauséabond (comment peut-on lire le mot "bougnoule" sur ce forum No )...


Pas prêtés, cités. Que tu l'admettes ou non, que tu en aies personnellement fait l'expérience ou non, il y a un paquet de sales types qui votent FN. Il y a un paquet de sales types qui votent pour d'autres partis, mais le FN en concentre une bonne part Laughing

_________________

Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation : première convention présidentielle de Marine Le Pen.

Message par PauvreYorick le Mer 28 Sep - 19:13

C'est du discours indirect libre, ça me semble évident...

bob_m, par pure curiosité et puisque vous n'avez pas de fil de présentation, quelle est votre discipline («prépa concours» étant quelque peu sibyllin)?

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.

PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation : première convention présidentielle de Marine Le Pen.

Message par COCOaine le Mer 28 Sep - 19:51

@Rendash a écrit:
@COCOaine a écrit:
@VicomteDeValmont a écrit: Entre les propos de Marine et ce qui se dit en interne (oui j'ai des grandes oreilles), c'est pas la même ambiance.

Pense tout de même à bien nettoyer tes grandes oreilles Smile

Je suis en interne depuis quelques années, je côtoie la base et les responsables régionaux, pourtant je n'ai jamais entendu de paroles choquantes...

Par contre ici même je lis des propos "prêtés" aux frontistes vraiment nauséabond (comment peut-on lire le mot "bougnoule" sur ce forum No )...


Pas prêtés, cités. Que tu l'admettes ou non, que tu en aies personnellement fait l'expérience ou non, il y a un paquet de sales types qui votent FN. Il y a un paquet de sales types qui votent pour d'autres partis, mais le FN en concentre une bonne part Laughing

Il y en a forcément... Tout comme il y en a beaucoup chez les "antifa"

_________________
Contre cette infamie qu'est le gel du point d'indice!!!

COCOaine
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation : première convention présidentielle de Marine Le Pen.

Message par Moonchild le Mer 28 Sep - 19:53

@Ingeborg B. a écrit:
@bob_m a écrit:
@Ingeborg B. a écrit:La récupération du gaullisme par Philippot est purement rhétorique.

Le parcours de Philippot, passé par tous les mouvements souverainistes avant d'arriver au FN, laisse penser le contraire. Il y a une réelle scission idéologique au sein du FN entre sa ligne (dont sont issues toutes les nouvelles têtes d'affiche du parti) et celle des fondateurs du parti, qu'ils fussent issus de Vichy, de l'OAS ou de tout autre combat qui sont, pour cette nouvelle génération d'arrière-garde. C'est d'ailleurs précisément cet héritage pesant qui empêche le FN de se normaliser totalement. Avec le temps, et si les partis de gouvernement sont incapable d'apporter quelque solution au déclin du pays, cela s'effacera, en même temps que les barres des 40 et 50%.
Non, c'est la façade. Il suffit de consulter le CV de David Rachline. Tout cela est une stratégie de com. Marine Le Pen pratique un discours ambivalent, les périphrases et les sous-entendus. De même, Marion Maréchal reprend exactement certaines idées du grand-père. De nombreux articles démontrent aussi que le discours est adapté dans certaines régions mais il demeure le même dans le Sud-Est. Un exemple flagrant : le délire sur le "grand remplacement"
Là c'est une vision du FN comme d'un bloc parfaitement monolithique qui opérerait en interne une répartition ciblée des discours à tenir par chacun de ses cadres devant chaque segment de leur électorat ; même si ce parti a progressé en terme de communication, un tel complot serait beaucoup trop bien orchestré pour être réaliste. Il ne faut sous-estimer les clivages et tensions qui traversent le FN : il y a un conflit larvé entre les deux lignes représentées par Marine Le Pen/Philippot et par Marion Maréchal et ce qui est une façade c'est surtout l'unité de ce parti.

Moonchild
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation : première convention présidentielle de Marine Le Pen.

Message par Rendash le Mer 28 Sep - 19:59

@COCOaine a écrit:
@Rendash a écrit:
@COCOaine a écrit:
@VicomteDeValmont a écrit: Entre les propos de Marine et ce qui se dit en interne (oui j'ai des grandes oreilles), c'est pas la même ambiance.

Pense tout de même à bien nettoyer tes grandes oreilles Smile

Je suis en interne depuis quelques années, je côtoie la base et les responsables régionaux, pourtant je n'ai jamais entendu de paroles choquantes...

Par contre ici même je lis des propos "prêtés" aux frontistes vraiment nauséabond (comment peut-on lire le mot "bougnoule" sur ce forum No )...


Pas prêtés, cités. Que tu l'admettes ou non, que tu en aies personnellement fait l'expérience ou non, il y a un paquet de sales types qui votent FN. Il y a un paquet de sales types qui votent pour d'autres partis, mais le FN en concentre une bonne part Laughing

Il y en a forcément... Tout comme il y en a beaucoup chez les "antifa"

Oui, enfin, si la ligne de défense c'est de se comparer aux antifas... Laughing

La peste et le choléra, quoi.

Brune, la peste professeur

_________________

Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation : première convention présidentielle de Marine Le Pen.

Message par Jacq le Mer 28 Sep - 20:02

Ah, les élections approchent, les trolls téléguidés vont se multiplier plus encore sur le forum, comme à chaque fois....

Jacq
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation : première convention présidentielle de Marine Le Pen.

Message par Rendash le Mer 28 Sep - 20:05

@Jacq a écrit:Ah, les élections approchent, les trolls téléguidés vont se multiplier plus encore sur le forum, comme à chaque fois....  

Non, là, COCOaine, c'est un vrai de vrai Razz

Pas un troll, donc. Mais bon, le type qui répond "on ne peut plus rigoler, pff" quand on lui reproche une vanne sexiste, ça donne tout de suite plus de respectabilité au parti qu'il défend Rolling Eyes

_________________

Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éducation : première convention présidentielle de Marine Le Pen.

Message par COCOaine le Mer 28 Sep - 20:54

Effectivement, je suis un vrai de vrai... Smile

Et oui, j'ai un humour très large... Dommage si tout le monde ne le partage pas Sad

Sinon je ne compte pas faire de prosélytisme...

_________________
Contre cette infamie qu'est le gel du point d'indice!!!

COCOaine
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Page 13 sur 15 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum