[Libération] Qui a le droit de parler au sein de l’Education nationale ?

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: [Libération] Qui a le droit de parler au sein de l’Education nationale ?

Message par Chamil le Mer 28 Sep - 8:49

@henriette a écrit:
Il savait qu’il prenait un risque en s’exprimant dans la presse. Il savait aussi que c’était un moyen de mettre les responsables politiques face à leurs contradictions, en montrant ce décalage insupportable entre discours et réalité. Christophe Barrand est proviseur du lycée Turgot, dans le IIIe arrondissement de Paris. En juin, il apprenait que 83 % des nouveaux élèves de seconde affectés dans son établissement étaient boursiers, tous issus de milieux défavorisés, donc. Pendant ce temps, dans d’autres lycées de la capitale, le nombre de boursiers est sous la barre des 10 %. Où est l’ambition de mixité sociale, pourtant défendue par la ministre de l’Education nationale et surtout inscrit dans la loi de refondation de l’école de 2013 ? C’était l’un des engagements de ce gouvernement de gauche et un enjeu central dans une société divisée. Cet été, Christophe Barrand s’est exprimé, dans Libération notamment. Il est très rare que des chefs d’établissement s’expriment franchement devant des journalistes. La plupart du temps, ils demandent l’anonymat ou tiennent un discours convenu, par peur des remontrances de leur hiérarchie.

La suite : http://www.liberation.fr/france/2016/09/26/qui-a-le-droit-de-parler-au-sein-de-l-education-nationale_1511332

Soit dit en passant, en France, il y a un autre devoir de réserve non existant hélas: le devoir de réserve en dehors de l'Education nationale pour tous celles et ceux qui parlent du système éducatif sans y être ou y travailler. Cela nous ferait le plus grand bien.

Chamil
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Libération] Qui a le droit de parler au sein de l’Education nationale ?

Message par Reine Margot le Mer 28 Sep - 8:55

@Solal des Solal a écrit:
@Zagara a écrit:https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F530

la Pravda a écrit:Cette obligation ne concerne pas le contenu des opinions (la liberté d'opinion est reconnue aux agents publics) mais leur mode d'expression.
Sauf que :
la Pravda a écrit:Le manquement au devoir de réserve est apprécié par l'autorité au cas par cas.
Du coup si ton chef dit que t'as failli, alors tu as failli, point barre. Super intelligent comme système araignée
@Reine Margot a écrit:Oui, voila, ce sont les joies des textes, qui expliquent parfois ce qu'on a le droit ou le devoir de faire, mais aussi que en fait, ben, ça dépend, ça dépasse. Et du coup on peut interpréter comme on veut. Enfin les chefs font ce qu'ils veulent.

Dans les faits, c'est un peu plus compliqué que cela, mais bon ... Par ailleurs la proclamation d'un principe général accompagné de l'idée d'une limite à ce principe, non seulement fait partie des principes généraux du droit, mais se retrouve, par exemple dans l'énoncé de l'article 11 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 : "La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre à l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi." L'autorité, y compris celle de la loi, même si, évidemment, elle n'est jamais neutre et impartiale à l'égard du contexte, n'est cependant pas l'arbitraire. Tout particulièrement dans la fonction publique (ceux qui ont travaillé, une fois dans leur vie, dans le secteur privé savent de quoi je parle).


Disons qu'on est par excellence dans le cas par cas où on peut ergoter...Sinon oui un proviseur a plus de responsabilités mais si son établissement est en danger ou subit une discrimination n'est-il pas tenu de défendre aussi ses élèves et ses enseignants?

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Libération] Qui a le droit de parler au sein de l’Education nationale ?

Message par Paraffin le Mer 28 Sep - 10:21

Je cite la suite de l'article de Libération:

A ce titre, non seulement ils ont la possibilité de parler mais le devoir de le faire si la situation se justifie», rappelle Antony Taillefait, professeur de droit à Angers, et auteur de plusieurs ouvrages sur la déontologie des fonctionnaires. Il y démontre combien la situation a évolué au cours des quinze dernières années, «dans toutes les administrations, l’obéissance s’est transformée en docilité.» Plus personne n’ose parler. La mixité sociale dans les établissements scolaires n’est-elle pas un enjeu d’intérêt général justifiant de s’exprimer ? Pendant ce temps, la ministre communique à tous crins. Et continue de dire que la mixité est l’un de ses combats.
-

1/ Voilà pourquoi on rencontre autant de couilles molles dans l'E.N..

2/ La ministre, toujours à l'Ouest, communique.

_________________
If you want to go nowhere, you're sure to get there.

Paraffin
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Libération] Qui a le droit de parler au sein de l’Education nationale ?

Message par Spinoza1670 le Mer 28 Sep - 16:09

@Paraffin a écrit:Je cite la suite de l'article de Libération:
A ce titre, non seulement ils ont la possibilité de parler mais le devoir de le faire si la situation se justifie», rappelle Antony Taillefait, professeur de droit à Angers, et auteur de plusieurs ouvrages sur la déontologie des fonctionnaires. Il y démontre combien la situation a évolué au cours des quinze dernières années, «dans toutes les administrations, l’obéissance s’est transformée en docilité.» Plus personne n’ose parler. La mixité sociale dans les établissements scolaires n’est-elle pas un enjeu d’intérêt général justifiant de s’exprimer ? Pendant ce temps, la ministre communique à tous crins. Et continue de dire que la mixité est l’un de ses combats.

1/ Voilà pourquoi on rencontre autant de couilles molles dans l'E.N..

2/ La ministre, toujours à l'Ouest, communique.
J'aime vraiment aussi ce qui vient juste avant :
Jusqu’où doivent-ils se taire ? « Les fonctionnaires ne doivent pas dénigrer leur hiérarchie mais ils sont aussi des serviteurs de la République, et donc de l’intérêt général. A ce titre, non seulement ils ont la possibilité de parler mais le devoir de le faire si la situation se justifie », rappelle Antony Taillefait...

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Libération] Qui a le droit de parler au sein de l’Education nationale ?

Message par Olympias le Mer 28 Sep - 16:13

@Chamil a écrit:
@henriette a écrit:
Il savait qu’il prenait un risque en s’exprimant dans la presse. Il savait aussi que c’était un moyen de mettre les responsables politiques face à leurs contradictions, en montrant ce décalage insupportable entre discours et réalité. Christophe Barrand est proviseur du lycée Turgot, dans le IIIe arrondissement de Paris. En juin, il apprenait que 83 % des nouveaux élèves de seconde affectés dans son établissement étaient boursiers, tous issus de milieux défavorisés, donc. Pendant ce temps, dans d’autres lycées de la capitale, le nombre de boursiers est sous la barre des 10 %. Où est l’ambition de mixité sociale, pourtant défendue par la ministre de l’Education nationale et surtout inscrit dans la loi de refondation de l’école de 2013 ? C’était l’un des engagements de ce gouvernement de gauche et un enjeu central dans une société divisée. Cet été, Christophe Barrand s’est exprimé, dans Libération notamment. Il est très rare que des chefs d’établissement s’expriment franchement devant des journalistes. La plupart du temps, ils demandent l’anonymat ou tiennent un discours convenu, par peur des remontrances de leur hiérarchie.

La suite : http://www.liberation.fr/france/2016/09/26/qui-a-le-droit-de-parler-au-sein-de-l-education-nationale_1511332

Soit dit en passant, en France, il y a un autre devoir de réserve non existant hélas: le devoir de réserve en dehors de l'Education nationale pour tous celles et ceux qui parlent du système éducatif sans y être ou y travailler. Cela nous ferait le plus grand bien.
Ah on peut toujours rêver ... Dubet bouche cousue comme Papageno ...et idem pour tous les glands qui parlent de l'enseignement de l'histoire furieux

Olympias
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum