Le privé en partie responsable de la ségrégation sociale au collège

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le privé en partie responsable de la ségrégation sociale au collège

Message par Verdurette le Lun 3 Oct 2016 - 5:38

Les collectivités territoriales peuvent (elles ne sont donc pas obligées de le faire) participer pour un montant inférieur à 10 % . Mon propos n'était donc pas tout à fait exact, mais il n'en reste pas moins que l'essentiel des frais de fonctionnement est assuré par les contributions des familles.

Je continue à ne pas comprendre pourquoi on éprouve une telle haine pour des gens qui font un sacrifice -toutes les familles du privé ne sont pas richissimes, loin s'en faut- pour assurer à ses enfants de bonnes conditions de travail ?  Et je le répète, il n'est pas question de dire que es enseignants seraient "meilleurs" dans le privé, juste que l'enseignement s'y fait dans de meilleures conditions.

Cette haine, cette rancœur ne sont pas très constructives. Pour ma part, je pense qu'il vaudrait mieux garder notre énergie  pour demander, exiger même  qu'on n'accepte plus des enquiquineurs patentés dans le public au seul motif qu'ils ont moins de 16 ans, et limiter l'ingérence des familles dans la vie scolaire.

C'est LA seule vraie force du privé : vos enfants et vous n'acceptez pas les règles, dehors. Et il est bien dommage que le public ne fasse pas de même ! La hiérarchie accepte tout  "pour ne pas faire de vagues", un jour il va bien falloir qu'on se révolte vraiment car eux ne vivent pas jour après jour, heure de cours après heure de cours, ce que vivent les enseignants. Et encore moins les gens du ministère, bien au calme sous leurs plafonds dorés.
Cela me semble plus urgent encore que les questions de la réforme.

Verdurette
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le privé en partie responsable de la ségrégation sociale au collège

Message par kioupsPBT le Lun 3 Oct 2016 - 7:29

Verdurette a écrit:
Pour les TAP (nouveaux rythmes scolaires), ce sont les mairies qui financent, donc il est normal que les établissements n'en "bénéficient" pas.  ( Mot que j'ai mis entre guillemets, car pour le bénéfice, on repassera ... )


Là encore, ça doit dépendre des communes. Actuellement, la mairie de mon patelin accorde une subvention pour tous les élèves du privé (comme ceux du public) même ceux hors commune (ce qu'elle n'est pas obligée de faire). Pour les TAP et la cantine, même tarif que pour le public. Mais c'est peut-être aussi parce qu'on est dans un coin où la différence entre privé et public n'est que philosophique (à quelques euros près).

kioupsPBT
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le privé en partie responsable de la ségrégation sociale au collège

Message par Zagara le Lun 3 Oct 2016 - 9:15

kioupsPBT a écrit:
Verdurette a écrit:
Pour les TAP (nouveaux rythmes scolaires), ce sont les mairies qui financent, donc il est normal que les établissements n'en "bénéficient" pas.  ( Mot que j'ai mis entre guillemets, car pour le bénéfice, on repassera ... )


Là encore, ça doit dépendre des communes. Actuellement, la mairie de mon patelin accorde une subvention pour tous les élèves du privé (comme ceux du public) même ceux hors commune (ce qu'elle n'est pas obligée de faire). Pour les TAP et la cantine, même tarif que pour le public. Mais c'est peut-être aussi parce qu'on est dans un coin où la différence entre privé et public n'est que philosophique (à quelques euros près).
à quelques plus-values près aussi Laughing
avatar
Zagara
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le privé en partie responsable de la ségrégation sociale au collège

Message par kioupsPBT le Lun 3 Oct 2016 - 9:22

Pour le privé ou le public ? Tous les établissements ne sont vraiment pas à la même enseigne...

kioupsPBT
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le privé en partie responsable de la ségrégation sociale au collège

Message par FiatLux le Lun 3 Oct 2016 - 10:03

Je rejoins Verdurette. Pour le reste, je suis professeur dans le privé et je suis d'accord sur le fait qu'il est en vogue pour des raisons qui ne devraient pas exister : sécurité, climat de travail, etc. Tout ce que cherchent les parents dans les établissements privés, et qui n'a pas trait à des raisons religieuses, devrait être dans le public, et c'est dommage.

Malgré ça, je suis toujours autant étonnée lorsque je communique avec des professeurs du public qui sont remplis de préjugés concernant le privé et qui décident que l'établissement privé qu'ils connaissent est représentatif de tous les établissements privés. Il y a autant de profils d'établissements privés qu'il y a de profils d'établissements publics et je trouve ça déplorable de lever le poing en hurlant que le privé fait de l'élitisme alors que ça ne concerne qu'une partie des établissements et que, n'en déplaise à certains, des établissements publics en font aussi.

J'ai fait plusieurs établissements privés jusqu'à présent, il n'y en avait pas deux du même profil. J'ai vu un établissement où des élèves se croient tout permis, avec un soutien sans faille des parents derrière. J'ai vu des conditions de travail déplorables, des professeurs en dépression qui abandonnent le métier, et j'en passe. J'ai vu un établissement très élitiste où un tri est effectivement effectué et un autre établissement de campagne qui favorise les familles en difficulté. J'ai même vu un établissement prendre en charge des enfants gratuitement et proposer une étude gratuite le soir parce que la famille n'avait pas les moyens de payer et que les parents travaillaient jusque tard.
Quant aux moyens financiers, je ne m'avance pas trop parce que je n'ai pas de connaissances juridiques exactes mais voici ce qu'on nous affirme : la loi Debré accorde notamment une aide aux établissements privés, mais minime. Cette aide n'a en tout cas pas l'air d'être la même que pour les établissements publics, parce que le petit établissement de campagne dans lequel je travaillais n'avait vraiment presque rien, le chef d'établissement faisait des comptes d'apothicaire chaque année avec l'argent versé par les parents, pour pouvoir renouveler le matériel et rénover l'établissement alors que le collège public d'à côté bénéficiait de davantage d'aides. A côté, le collège élitiste qui comptait de nombreuses familles aisées se posait bien moins de questions, davantage financé par les familles. Mon propos n'est pas de dire qu'il est anormal que les établissements privés soient moins aidés par l'Etat, mais d'expliquer qu'il ne faut pas croire que les établissements privés ont tous les avantages sans les inconvénients.
avatar
FiatLux
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le privé en partie responsable de la ségrégation sociale au collège

Message par Pierre-Henri le Lun 3 Oct 2016 - 10:56

Zagara a écrit:
à quelques plus-values près aussi Laughing

De quelles "plus-values" parlez-vous ? Les établissements privés sous contrat n'ont pas le droit de réaliser des bénéfices. Les comptes sont vérifiés à l'euro près.

Pierre-Henri
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le privé en partie responsable de la ségrégation sociale au collège

Message par kioupsPBT le Lun 3 Oct 2016 - 12:06

Mouais, entre APEL et OGEC, c'est pas toujours très clair...

kioupsPBT
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le privé en partie responsable de la ségrégation sociale au collège

Message par Riri51 le Lun 3 Oct 2016 - 12:48

FiatLux a écrit:
Quant aux moyens financiers, je ne m'avance pas trop parce que je n'ai pas de connaissances juridiques exactes mais voici ce qu'on nous affirme : la loi Debré accorde notamment une aide aux établissements privés, mais minime. Cette aide n'a en tout cas pas l'air d'être la même que pour les établissements publics, parce que le petit établissement de campagne dans lequel je travaillais n'avait vraiment presque rien, le chef d'établissement faisait des comptes d'apothicaire chaque année avec l'argent versé par les parents, pour pouvoir renouveler le matériel et rénover l'établissement alors que le collège public d'à côté bénéficiait de davantage d'aides. A côté, le collège élitiste qui comptait de nombreuses familles aisées se posait bien moins de questions, davantage financé par les familles. Mon propos n'est pas de dire qu'il est anormal que les établissements privés soient moins aidés par l'Etat, mais d'expliquer qu'il ne faut pas croire que les établissements privés ont tous les avantages sans les inconvénients.


Ce que dit la loi Debré intégrée depuis 2000 au code de l'éducation:

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=081F7C16EF1613C7B2C54210D5A89580.tpdjo14v_1?cidTexte=JORFTEXT000000693420&dateTexte=20000621

L'essentiel des dépenses d'un établissement privé sous contrat est donc financé par l'argent public.
Remarquez que ce sont en général les maires, desserrant facilement les cordons de la bourse pour le privé, qui refusent les menus de substitution dans les cantines scolaires au nom de la laïcité...

Riri51
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le privé en partie responsable de la ségrégation sociale au collège

Message par kioupsPBT le Lun 3 Oct 2016 - 13:09

Je lis que
Les dépenses de fonctionnement des classes sous contrat sont prises en charge dans les mêmes conditions que celles des classes correspondantes de l'enseignement public
.

Pas l'essentiel des dépenses. Le salaire des directeurs (en primaire) est pris en charge par l'OGEC, comme celui des ATSEM. Et les travaux sont en grande partie l'oeuvre des parents...

kioupsPBT
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le privé en partie responsable de la ségrégation sociale au collège

Message par Riri51 le Lun 3 Oct 2016 - 13:35

kioupsPBT a écrit:Je lis que
Les dépenses de fonctionnement des classes sous contrat sont prises en charge dans les mêmes conditions que celles des classes correspondantes de l'enseignement public
.

Pas l'essentiel des dépenses. Le salaire des directeurs (en primaire) est pris en charge par l'OGEC, comme celui des ATSEM. Et les travaux sont en grande partie l'oeuvre des parents...

Bon... Le forfait mensuel moyen payé par les parents est de 100€, soit 1000€ pour l'année en voyant large.
Sachant que le coût annuel moyen d'une scolarité  est de 7000€, je vous laisse tirer la conclusion, sachant qu'il n'y a pas de financement privé.

Riri51
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le privé en partie responsable de la ségrégation sociale au collège

Message par kioupsPBT le Lun 3 Oct 2016 - 14:12

Forfait moyen. Tous les établissements privés ne sont pas à 1000 € l'année. Certains beaucoup plus. D'autres beaucoup moins...

kioupsPBT
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le privé en partie responsable de la ségrégation sociale au collège

Message par Riri51 le Lun 3 Oct 2016 - 14:20

kioupsPBT a écrit:Forfait moyen. Tous les établissements privés ne sont pas à 1000 € l'année. Certains beaucoup plus. D'autres beaucoup moins...

Conclusion consensuelle : en moyenne, l'essentiel des dépenses d'un établissement privé sous contrat est donc financé par l'argent public.

Riri51
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le privé en partie responsable de la ségrégation sociale au collège

Message par kioupsPBT le Lun 3 Oct 2016 - 14:52

Bah, évidemment, les profs du privé sous contrat sont payés par l'état. C'est le principe du privé sous contrat...

kioupsPBT
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le privé en partie responsable de la ségrégation sociale au collège

Message par klaus2 le Lun 3 Oct 2016 - 15:06

J'en ai connu aussi quelques-uns, il y a de tout. La moitié adaptait les tarifs aux revenus des parents. Pas de pression religieuse. Pour les profs, il valait mieux ne pas parler de syndicats, et ne pas demander trop de photocopies ; et souvent avoir des notes d'élèves tous les 15 jours.

_________________
Unendlich ist der Raum, unbegreiflich die Wesen
Die zu uns kommen, still, mit sanftem Flügelschlag
Und göttlichen Balsam, wunderbar für die Seelen,
Auf die Wunde legen, die jedem schmerzen mag
.(Eichendorff)
avatar
klaus2
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le privé en partie responsable de la ségrégation sociale au collège

Message par Dhaiphi le Lun 3 Oct 2016 - 17:19

ne pas demander trop de photocopies
Le public manque de moyens (état, mairie...) et le privé, engagé dans une logique de marché, doit s'en priver. Razz pale

_________________
De toutes les écoles que j’ai fréquentées, c’est l’école buissonnière qui m’a paru la meilleure.  
[Anatole France]
J'aime les regretteurs d'hier qui voudraient changer le sens des rivières et retrouver dans la lumière la beauté d'Ava Gardner.
[Alain Souchon]
avatar
Dhaiphi
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le privé en partie responsable de la ségrégation sociale au collège

Message par Ma'am le Lun 3 Oct 2016 - 21:45

Verdurette a écrit:Les collectivités territoriales peuvent (elles ne sont donc pas obligées de le faire) participer pour un montant inférieur à 10 % . Mon propos n'était donc pas tout à fait exact, mais il n'en reste pas moins que l'essentiel des frais de fonctionnement est assuré par les contributions des familles.

Je continue à ne pas comprendre pourquoi on éprouve une telle haine pour des gens qui font un sacrifice -toutes les familles du privé ne sont pas richissimes, loin s'en faut- pour assurer à ses enfants de bonnes conditions de travail ?  Et je le répète, il n'est pas question de dire que es enseignants seraient "meilleurs" dans le privé, juste que l'enseignement s'y fait dans de meilleures conditions.

Cette haine, cette rancœur ne sont pas très constructives. Pour ma part, je pense qu'il vaudrait mieux garder notre énergie  pour demander, exiger même  qu'on n'accepte plus des enquiquineurs patentés dans le public au seul motif qu'ils ont moins de 16 ans, et limiter l'ingérence des familles dans la vie scolaire.

C'est LA seule vraie force du privé : vos enfants et vous n'acceptez pas les règles, dehors. Et il est bien dommage que le public ne fasse pas de même ! La hiérarchie accepte tout  "pour ne pas faire de vagues", un jour il va bien falloir qu'on se révolte vraiment car eux ne vivent pas jour après jour, heure de cours après heure de cours, ce que vivent les enseignants. Et encore moins les gens du ministère, bien au calme sous leurs plafonds dorés.
Cela me semble plus urgent encore que les questions de la réforme.

D'accord Verdurette et tu as raison, c'est la force du privé, mais comment le mettre en pratique dans le public ? Comment concilier cette exigence avec le principe de la scolarité obligatoire ?
C'est une vraie question, je ne cautionne pas du tout la présence d'enquiquineurs dans les établissements ni la tendance à éviter les exclusions parce que si on en vire un, on va devoir en récupérer un autre viré d'ailleurs et au moins "nos" pénibles, on les connaît...
avatar
Ma'am
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le privé en partie responsable de la ségrégation sociale au collège

Message par Dhaiphi le Lun 3 Oct 2016 - 22:22

Ma'am a écrit: Comment concilier cette exigence avec le principe de la scolarité obligatoire ?
Laïque, c'est bien. Gratuite, c'est super. Maintenant, obligatoire ça se discute, il ne faut pas vouloir le bonheur des gens contre leur volonté ! professeur

_________________
De toutes les écoles que j’ai fréquentées, c’est l’école buissonnière qui m’a paru la meilleure.  
[Anatole France]
J'aime les regretteurs d'hier qui voudraient changer le sens des rivières et retrouver dans la lumière la beauté d'Ava Gardner.
[Alain Souchon]
avatar
Dhaiphi
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le privé en partie responsable de la ségrégation sociale au collège

Message par Awott le Lun 3 Oct 2016 - 22:39

Dhaiphi a écrit:
Ma'am a écrit: Comment concilier cette exigence avec le principe de la scolarité obligatoire ?
Laïque, c'est bien. Gratuite, c'est super. Maintenant, obligatoire ça se discute, il ne faut pas vouloir le bonheur des gens contre leur volonté ! professeur

C'est vrai, laissons rentrer chez eux les jeunes turbulents. Le désœuvrement dès 13-14 ans. L'école ira sans doute mieux ...

furieux furieux furieux

Et s'ils continuent à faire des conneries on pourra toujours ouvrir des centres de redressements, des maisons de corrections et des prisons.
avatar
Awott
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le privé en partie responsable de la ségrégation sociale au collège

Message par Dhaiphi le Lun 3 Oct 2016 - 23:34

Awott a écrit:C'est vrai, laissons rentrer chez eux les jeunes turbulents. L'école ira sans doute mieux ...
Je ne sais ce que recouvre le terme "école" pour vous mais s'il s'agit de leurs contemporains et de leurs professeurs, j'en suis persuadé. bounce

_________________
De toutes les écoles que j’ai fréquentées, c’est l’école buissonnière qui m’a paru la meilleure.  
[Anatole France]
J'aime les regretteurs d'hier qui voudraient changer le sens des rivières et retrouver dans la lumière la beauté d'Ava Gardner.
[Alain Souchon]
avatar
Dhaiphi
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le privé en partie responsable de la ségrégation sociale au collège

Message par Verdurette le Mar 4 Oct 2016 - 5:18

Ma'am a écrit:D'accord Verdurette et tu as raison, c'est la force du privé, mais comment le mettre en pratique dans le public ? Comment concilier cette exigence avec le principe de la scolarité obligatoire ?
C'est une vraie question, je ne cautionne pas du tout la présence d'enquiquineurs dans les établissements ni la tendance à éviter les exclusions parce que si on en vire un, on va devoir en récupérer un autre viré d'ailleurs et au moins "nos" pénibles, on les connaît...

C'est une vraie question, je le reconnais ... et je suis allergique au yaka fokon, mais j'ai quand même une petite idée sur la question , et cette idée est en amont de vos classes, elle se situe en élémentaire. (où je suis, donc je prêche une fois de plus pour ma paroisse).

- supprimer l'impunité dès la maternelle, qui ne fait que croître et embellir depuis des années. Ce qui ne veut pas dire dresser les gamins à coups de règle, mais cesser de confondre épanouissement et "je fais ce que je veux", cadre et traumatisme à vie. Ce qui n'est pas la responsabilité des PE d'ailleurs, mais plutôt celle des parents qui interviennent à outrance dès qu'on ose cadrer monchérimoncoeur, et de plus crient au racisme si monchérimoncoeur n'est pas blanc bon teint.

- supprimer l'ingérence ridiculement excessive  des familles dans l'école et y préférer un travail plus actif et beaucoup plus précoce AVEC elles dès qu'il y a problème. Vous récupérez des élèves en très grande difficulté , croyez bien que nous PE en sommes conscients (on vous l'écrit dans les PPRE passerelles...), généralement cela fait cinq ou six ans voire plus qu'on les traîne avec des lacunes, des problèmes de tous ordres, que la famille refuse de voir ou de soigner ....en ce cas elle récupère le gamin et arrête de faire subir cela à toute la classe. Imagineriez vous un seul instant  un enfant atteint d'une maladie sérieuse dont on accepterait que la famille ne le fasse pas traiter ?  Il n'y a guère que les enseignants qu'on ne reconnait pas comme "professionnels qui savent mieux" dans leur domaine, je ne dis pas cela de façon prétentieuse, mais quand je vais au garage je considère que le garagiste sait mieux que moi, quand je vais chez le médecin, celui-ci sait mieux que moi aussi, dans l'avion le pilote a le dernier mot, et je me me permets pas d'aller lui dire qu'il devrait voler plus bas  ou moins vite. 
Chacun son métier et les vaches seront bien gardées.(proverbe charolais  Wink )

- Enfin accepter de reconnaitre que certains n'ont pas leur place dans un cursus scolaire long, et que même l'horizon collège est trop long pour eux. Et construire une vraie belle alternative et pas que des classes poubelles où tout e monde souffre, élèves et profs. Le problème de l'EN à la française est qu'il n'y a qu'une seule voie pendant trop longtemps. Un gamin qui est , à 13/14 ans, en échec depuis presque  dix ans , comment voulez-vous qu'il ne fasse pas ch.. le monde à longueur de temps ? Comme dit plus haut, on ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif, et surtout, on a généralement raté, à ce stade, une belle occasion de construire quelque chose de positif qui lui convienne. L'orientation arrive trop tard, et l'institution fait tout pour qu'elle soit vécue comme un échec et une humiliation de plus.

Verdurette
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le privé en partie responsable de la ségrégation sociale au collège

Message par Elaïna le Mar 4 Oct 2016 - 8:33

Dhaiphi a écrit:
Ma'am a écrit: Comment concilier cette exigence avec le principe de la scolarité obligatoire ?
Laïque, c'est bien. Gratuite, c'est super. Maintenant, obligatoire ça se discute, il ne faut pas vouloir le bonheur des gens contre leur volonté ! professeur

L'instruction est obligatoire. Pas la scolarisation.
J'ai appliqué ce principe assez vite en cours : tu viens pour mettre le dawa ou pour discuter avec tes copines, tu te barres de là vite fait. Et si c'est ce que l'élève cherche, eh bien, tant pis pour lui, qu'il reste dans son ignorance. En général je tends la main pendant tout le premier trimestre (en recadrant ou en punissant), à partir de noël, je vire. Tu veux pas bosser, tu dégages. Et les parents n'ont qu'à assumer.
Après j'avais de la chance d'être dans un lycée pas embêtant avec les exclusions de cours.
avatar
Elaïna
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le privé en partie responsable de la ségrégation sociale au collège

Message par Ma'am le Mar 4 Oct 2016 - 9:01

Verdurette a écrit:C'est une vraie question, je le reconnais ... et je suis allergique au yaka fokon, mais j'ai quand même une petite idée sur la question , et cette idée est en amont de vos classes, elle se situe en élémentaire. (où je suis, donc je prêche une fois de plus pour ma paroisse).

- supprimer l'impunité dès la maternelle, qui ne fait que croître et embellir depuis des années. Ce qui ne veut pas dire dresser les gamins à coups de règle, mais cesser de confondre épanouissement et "je fais ce que je veux", cadre et traumatisme à vie. Ce qui n'est pas la responsabilité des PE d'ailleurs, mais plutôt celle des parents qui interviennent à outrance dès qu'on ose cadrer monchérimoncoeur, et de plus crient au racisme si monchérimoncoeur n'est pas blanc bon teint.

- supprimer l'ingérence ridiculement excessive  des familles dans l'école et y préférer un travail plus actif et beaucoup plus précoce AVEC elles dès qu'il y a problème. Vous récupérez des élèves en très grande difficulté , croyez bien que nous PE en sommes conscients (on vous l'écrit dans les PPRE passerelles...), généralement cela fait cinq ou six ans voire plus qu'on les traîne avec des lacunes, des problèmes de tous ordres, que la famille refuse de voir ou de soigner ....en ce cas elle récupère le gamin et arrête de faire subir cela à toute la classe. Imagineriez vous un seul instant  un enfant atteint d'une maladie sérieuse dont on accepterait que la famille ne le fasse pas traiter ?  Il n'y a guère que les enseignants qu'on ne reconnait pas comme "professionnels qui savent mieux" dans leur domaine, je ne dis pas cela de façon prétentieuse, mais quand je vais au garage je considère que le garagiste sait mieux que moi, quand je vais chez le médecin, celui-ci sait mieux que moi aussi, dans l'avion le pilote a le dernier mot, et je me me permets pas d'aller lui dire qu'il devrait voler plus bas  ou moins vite. 
Chacun son métier et les vaches seront bien gardées.(proverbe charolais  Wink )

- Enfin accepter de reconnaitre que certains n'ont pas leur place dans un cursus scolaire long, et que même l'horizon collège est trop long pour eux. Et construire une vraie belle alternative et pas que des classes poubelles où tout e monde souffre, élèves et profs. Le problème de l'EN à la française est qu'il n'y a qu'une seule voie pendant trop longtemps. Un gamin qui est , à 13/14 ans, en échec depuis presque  dix ans , comment voulez-vous qu'il ne fasse pas ch.. le monde à longueur de temps ? Comme dit plus haut, on ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif, et surtout, on a généralement raté, à ce stade, une belle occasion de construire quelque chose de positif qui lui convienne. L'orientation arrive trop tard, et l'institution fait tout pour qu'elle soit vécue comme un échec et une humiliation de plus.

Comme tu as raison ! J'ai reçu la mère d'un élève de 4e qui me fait bien suer, qui m'a dit que son fils n'attendait que de pouvoir partir du collège pour aller en CFA. Depuis tout petit, il veut devenir conducteur de chantier et il s'en tamponne des cours en général et de l'anglais en particulier. Il attend que ça passe. Après, on a de quoi le tenir parce qu'il ne faudrait pas qu'il ait un dossier trop catastrophique au niveau des commentaires pour entrer en CFA... Twisted Evil

Sinon, pour le reste, je suis d'accord avec tout ce que tu as dit. On a laissé trop de place aux parents à l'école. La suppression du redoublement n'arrange pas les choses non plus. A force de faire passer des gosses qui n'ont pas le niveau de suivre, on ne peut plus faire le programme.
avatar
Ma'am
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le privé en partie responsable de la ségrégation sociale au collège

Message par Dhaiphi le Mar 4 Oct 2016 - 9:25

Elaïna a écrit:L'instruction est obligatoire. Pas la scolarisation.
Je te remercie de l'avoir précisé.
à partir de noël, je vire. Tu veux pas bosser, tu dégages. Et les parents n'ont qu'à assumer.
Ça laisse rêveur... topela

_________________
De toutes les écoles que j’ai fréquentées, c’est l’école buissonnière qui m’a paru la meilleure.  
[Anatole France]
J'aime les regretteurs d'hier qui voudraient changer le sens des rivières et retrouver dans la lumière la beauté d'Ava Gardner.
[Alain Souchon]
avatar
Dhaiphi
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le privé en partie responsable de la ségrégation sociale au collège

Message par lene75 le Mar 4 Oct 2016 - 10:45

Pierre-Henri a écrit:Une anecdote. Dans mon établissement précédent (collège privé de banlieue), nous gardions des places ouvertes pour accueillir, courant septembre, les élèves qui étaient harcelés dans le public. Ces familles, au départ, n'avaient pas fait le choix du privé. Elles n'étaient pas plus riches que les autres. Elles avaient fait le choix du public. Mais quand votre enfant revient chaque soir en disant "maman, je me suis encore fait tabasser", quel choix ont-elles ?

veneration

Et le public en profite bien. Je trouve juste hallucinant d'entendre pendant des mois de la part d'une équipe de direction de collège qui ne fait rien pour faire cesser un harcèlement flagrant avec harceleur identifié : "Le collège privé qui a accepté de prendre votre fils à la prochaine rentrée ne pourrait pas le prendre en cours d'année ? Plus tôt il partira mieux ce sera pour tout le monde."

isabe a écrit:On dit souvent que le privé est l'envers du public.
Quand le public est fort dans une ville, le privé offre une solution pour les élèves en difficulté.
Quand le public est faible, le privé est une alternative aux bons élèves.

Bien sûr, certaines familles feront toujours le choix du privé pour des raisons religieuses ou communautaires. Mais si notre enseignement public tenait mieux la route, il y aurait moins d'élèves inscrits dans le privé.

topela

Pierre-Henri a écrit:
Cleroli a écrit: Ainsi, si le privé peut imposer des heures de surveillance en dehors des heures de cours pour y organiser, notamment, des évaluations et libérer davantage de temps pour les cours, c'est juste impossible dans le public.

Pourquoi est-ce impossible ? Y'a-t-il une raison légale qui l'interdirait ? Et qu'on n'utilise pas l'argent comme argument. Cela coûterait une fraction de ce que coûtent les gadgets pédagogiques divers et variés sous lesquels on noie les élèves.

Ah bon ? Pourtant on le fait dans mon lycée public. Le samedi matin. Ce n'est pas imposé mais il y a des profs volontaires bien que ce soit en partie bénévole (ce que je trouve scandaleux, d'ailleurs, au regard de tous les gadgets financés, mais ça c'est une autre histoire).

Il faut quand même être aveugle pour ne pas comprendre que les gens ne paient pas un service qu'ils pourraient avoir gratuitement et ne font pas des trajets parfois démesurés alors qu'ils ont un bahut public juste à côté de chez eux juste pour le plaisir. D'ailleurs les AR entre privé et public ou les familles qui ont un enfant dans le privé et un autre dans le public sont nombreuses, preuve que les gens ne mettent leurs enfants dans le privé ni par conviction ni par souci d'entre soi. Cela dit, la demande est devenue tellement forte à certains endroits qu'il est de plus en plus difficile de faire ces AR et que de plus en plus de parents font le choix de mettre leurs enfants dans le privé dès les petites classes uniquement pour s'y assurer une place en 6e.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
avatar
lene75
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le privé en partie responsable de la ségrégation sociale au collège

Message par Cleroli le Mar 4 Oct 2016 - 10:55

lene75 a écrit:
Pierre-Henri a écrit:]
Cleroli a écrit:  Ainsi, si le privé peut imposer des heures de surveillance en dehors des heures de cours pour y organiser, notamment, des évaluations et libérer davantage de temps pour les cours, c'est juste impossible dans le public.

Pourquoi est-ce impossible ? Y'a-t-il une raison légale qui l'interdirait ? Et qu'on n'utilise pas l'argent comme argument. Cela coûterait une fraction de ce que coûtent les gadgets pédagogiques divers et variés sous lesquels on noie les élèves.

Ah bon ? Pourtant on le fait dans mon lycée public. Le samedi matin. Ce n'est pas imposé mais il y a des profs volontaires bien que ce soit en partie bénévole (ce que je trouve scandaleux, d'ailleurs, au regard de tous les gadgets financés, mais ça c'est une autre histoire).

Il faut quand même être aveugle pour ne pas comprendre que les gens ne paient pas un service qu'ils pourraient avoir gratuitement et ne font pas des trajets parfois démesurés alors qu'ils ont un bahut public juste à côté de chez eux juste pour le plaisir. D'ailleurs les AR entre privé et public ou les familles qui ont un enfant dans le privé et un autre dans le public sont nombreuses, preuve que les gens ne mettent leurs enfants dans le privé ni par conviction ni par souci d'entre soi. Cela dit, la demande est devenue tellement forte à certains endroits qu'il est de plus en plus difficile de faire ces AR et que de plus en plus de parents font le choix de mettre leurs enfants dans le privé dès les petites classes uniquement pour s'y assurer une place en 6e.

Tu as de la chance si ton lycée l'accepte car ce n'est pas possible dans le mien (lycée fermé le samedi matin -et refus de l'ouvrir par la direction alors que ça donnerait plus de souplesse- et mercredi après-midi réservé aux options et à la prépa Sc Po). Il m'arrive de prendre bénévolement certains élèves sur le créneau midi-deux mais c'est mon choix et je reconnais que je refuserais de le faire systématiquement pour une classe entière afin de libérer du temps de cours (je n'ai qu'à regarder ma fiche de paie pour m'en convaincre).
De plus, on aurait droit à des plaintes d'élèves et de parents, sans compter les répercutions sur les transports scolaires (beaucoup de mes élèves viennent de loin -nous avons un internat).

Je ne suis pas d'accord sur le fait que les parents ne paient pas un service qu'il pourraient avoir gratuitement ailleurs : je pense au contraire que c'est parce qu'ils paient qu'ils acceptent des modalités d'organisation différentes de celles qu'ils refuseraient dans un cadre gratuit. Quant à la recherche de l'entre soi (à tort ou à raison, l'entre soi n'étant pas garanti), c'est à mon avis une raison non négligeable de l'essor du privé.

Cleroli
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le privé en partie responsable de la ségrégation sociale au collège

Message par lene75 le Mar 4 Oct 2016 - 11:47

Cleroli a écrit:Quant à la recherche de l'entre soi (à tort ou à raison, l'entre soi n'étant pas garanti), c'est à mon avis une raison non négligeable de l'essor du privé.

Pour connaître beaucoup de gens qui ont au moins l'un de leurs enfants dans le privé, je n'ai jamais entendu cet argument. Enfin tout dépend ce qu'on appelle "entre-soi" : si refuser que son enfant soit dans une classe où on ne peut pas travailler tellement c'est la bazar, dans une cour où il risque de devoir faire face à la violence, c'est refuser la "mixité sociale", alors oui, les gens recherchent l'entre-soi, mais si par entre-soi on veut dire se retrouver dans des classes sociales homogènes, alors non, pas du tout, les gens se contrefichent bien de savoir si la mère du voisin est ingénieure, caissière, femme de ménage ou au chômage, ce qu'ils veulent, c'est être entre gens qui respectent l'école et qui cherchent à ce que leurs enfants puissent travailler dans de bonnes conditions. C'est une forme d'entre-soi, certes, mais pas au sens où on l'entend habituellement.

C'est drôle d'ailleurs, ma CDE s'étonne que nous ayions autant de garçons et le privé d'à-côté autant de filles. Elle ne doit pas beaucoup discuter avec les parents pour ne pas comprendre ça.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
avatar
lene75
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum