ZupdeCo veut supprimer les devoirs à la maison

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: ZupdeCo veut supprimer les devoirs à la maison

Message par Reine Margot le Mar 4 Oct 2016 - 7:15

@Sullien a écrit:
@Reine Margot a écrit:
@Stéphane60150 a écrit:J'vais peut-être dire une bêtise, mais si une association qui s'occupe de l'aide aux devoirs, demande la suppression de ces même devoirs, n'y aurait-il pas une histoire de branche sur laquelle on est assis, et de scie ? Ou de balle qu'on se tirerait dans le pied ? Very Happy

Non, en fait l'idée est que l'école ne donne plus rien le soir afin que ces officines puissent officier sur ce temps-là avec les élèves (enfin ceux qui ont les moyens).
C'est de Zupdeco qu'on parle, pas d'Acadomia. Oui, il y a une histoire de branche sur laquelle on est assis : Zupdeco aspire à sa propre disparition, qui consacrera la fin d'un problème qu'en attendant, elle s'efforce, comme tant d'autres, de traiter. Comme toute association solidaire.
D'ailleurs il faudrait éditer le premier message : il s'agit de tutorat de manière générale; d'autre part, ils interviennent au sein des établissements scolaires.

Alors je ne vois pas comment une association solidaire peut ignorer l'importance du travail à la maison notamment pour les plus défavorisés.

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: ZupdeCo veut supprimer les devoirs à la maison

Message par Sullien le Mar 4 Oct 2016 - 8:55

@Reine Margot a écrit:
@Sullien a écrit:
@Reine Margot a écrit:
@Stéphane60150 a écrit:J'vais peut-être dire une bêtise, mais si une association qui s'occupe de l'aide aux devoirs, demande la suppression de ces même devoirs, n'y aurait-il pas une histoire de branche sur laquelle on est assis, et de scie ? Ou de balle qu'on se tirerait dans le pied ? Very Happy

Non, en fait l'idée est que l'école ne donne plus rien le soir afin que ces officines puissent officier sur ce temps-là avec les élèves (enfin ceux qui ont les moyens).
C'est de Zupdeco qu'on parle, pas d'Acadomia. Oui, il y a une histoire de branche sur laquelle on est assis : Zupdeco aspire à sa propre disparition, qui consacrera la fin d'un problème qu'en attendant, elle s'efforce, comme tant d'autres, de traiter. Comme toute association solidaire.
D'ailleurs il faudrait éditer le premier message : il s'agit de tutorat de manière générale; d'autre part, ils interviennent au sein des établissements scolaires.

Alors je ne vois pas comment une association solidaire peut ignorer l'importance du travail à la maison notamment pour les plus défavorisés.
Le problème n'est pas le travail à la maison, mais le fait que la maison n'est pas toujours un lieu propice au travail (et je ne parle pas du tout de distraction, entendons-nous) : l'idée, c'est qu'un temps d'étude au sein du collège soit consacré à ce travail personnel, à la fin des cours.

Sullien
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: ZupdeCo veut supprimer les devoirs à la maison

Message par Ali Devine le Mar 4 Oct 2016 - 11:15

@neomath a écrit:
@Honchamp a écrit:
@V.Marchais a écrit:Je ne parle pas de supprimer les devoirs, juste de prévoir une structure pour permettre aux enfants qui en ont besoin de les faire avec un véritable étayage, comme celui que les enfants de milieux favorisés trouvent chez eux le plus souvent.

Naïvement, j'avais pensé que ce serait cela la réforme des rythmes du primaire : faire les devoirs dans une heure dédiée le soir.
Quand j'étais gamine, cela s'appelait "l'étude". "Aller à l'étude". Presque tout le monde y restait. C'était l'instit qui faisait "l'étude", mais c'était clairement dissocié de la journée de classe. Récréation entre les 2.

Je ne sais pas quand cela a disparu....
Moi aussi je me souviens de l'étude du soir. Mais c'était il y a longtemps.. J'aimerai aussi savoir quand et comment elle a disparu.

Je me suis un peu penché sur la question naguère et voilà ce que disent mes notes pour le cours élémentaire.

-Réforme Billères de 1956 : dans les 30 heures du temps scolaire hebdomadaire, les textes prévoient explicitement cinq heures d’étude. Dans ces conditions, l’interdiction des devoirs à la maison se comprend fort bien.

-Réforme Faure-Guichard de 1969 : la durée de l’étude n’est plus précisée mais celle-ci doit être faite sur les heures dédiées au français et au calcul, soit 15 heures hebdomadaires (la semaine de classe étant elle-même passée à 27 heures). Il y a donc nettement moins de temps pour les devoirs en classe, mais l’enseignant qui s’organise bien peut encore en faire faire à ses élèves.

-Réforme Haby de 1978, puis réforme Chevènement de 1985 : il n’est pour ce que j’ai pu lire plus question de l’étude ou des devoirs en classe dans les textes officiels. Français, maths, sciences et histoire-géo (les matières pouvant fournir des exercices écrits) comptent pour 19 heures par semaine en CE2, et même moins puisque le temps des récréations doit en être défalqué. La relative faiblesse de cette dotation rend sans aucun doute difficile l’organisation d’un véritable temps d’étude. Mais les devoirs écrits à la maison restent interdits, comme le confirment des circulaires de 86 et 90.

-Réforme Bayrou de 1995 : retour de l’étude surveillée à raison de deux heures par semaine.

-Réforme Lang de 2002 : les devoirs en classe ne figurent plus dans les emplois du temps. L’étude n’est pas proscrite pour autant : dans le BO, on invite les enseignants à en faire en tant que nécessaire, à s’adapter à la réalité de leur classe. Mais dans le même temps, on constate qu’une nouvelle matière obligatoire (l’indispensable « langue étrangère ou régionale ») fait son apparition, avec une dotation horaire proche de celle qui était auparavant réservée à l’étude –au moins une heure par semaine, au plus deux. On n’est pas vraiment surpris par ce tour de passe-passe car les instructions officielles ne jurent que par l’autonomie, la transversalité des enseignements et l’interdisciplinaire. Les élèves font de l’anglais, de l’informatique, et même des débats citoyens dans une matière qui ne s’appelle plus l’éducation civique mais le « vivre ensemble ». Les devoirs écrits à la maison restent en revanche interdits (même si les textes reconnaissent de mauvaise grâce qu’on peut demander aux élèves d’apprendre leurs leçons). C’est moderne de chez moderne.

-Réforme Darcos de 2008 : la semaine de travail scolaire passe à 24 heures, l’ensemble français – maths – sciences – histoire-géo n’occupant que 17 heures (dont, rappelons-le, il faut déduire le temps des récréations). Peut-être conscient que l’étude devient dans ces conditions quasi-impossible à mettre en œuvre, le ministre cherche à relancer l’accompagnement éducatif ; mais il s’agit là de temps parascolaire voire post-scolaire. Un rapport équilibré de l’IGEN constate en 2008 que les devoirs à la maison, théoriquement interdits, constituent une pratique généralisée, et admet qu’ils peuvent être utiles à certaines conditions. Mais le décret de 56 n’est pas levé pour autant, peut-être en partie pour éviter d’avoir à affronter l’hostilité de la FCPE, pour qui la question des devoirs est un grand cheval de bataille.  

En résumé l’interdiction des devoirs à la maison se justifie si on a dégagé le temps nécessaire pour les faire en classe, sous la direction de l’enseignant. A l’heure actuelle ce n’est plus le cas. La question se pose quasiment dans les mêmes termes au collège, à plus forte raison à un moment où les dispositifs du type « aide aux devoirs » disparaissent du fait de la réforme Vallaud-Belkacem.

_________________
Mon site

Ali Devine
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: ZupdeCo veut supprimer les devoirs à la maison

Message par gnafron2004 le Mar 4 Oct 2016 - 12:01

Merci pour ce retour historique, c'est très intéressant!

gnafron2004
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: ZupdeCo veut supprimer les devoirs à la maison

Message par Reine Margot le Mar 4 Oct 2016 - 12:26

@Sullien a écrit:
@Reine Margot a écrit:
@Sullien a écrit:
@Reine Margot a écrit:

Non, en fait l'idée est que l'école ne donne plus rien le soir afin que ces officines puissent officier sur ce temps-là avec les élèves (enfin ceux qui ont les moyens).
C'est de Zupdeco qu'on parle, pas d'Acadomia. Oui, il y a une histoire de branche sur laquelle on est assis : Zupdeco aspire à sa propre disparition, qui consacrera la fin d'un problème qu'en attendant, elle s'efforce, comme tant d'autres, de traiter. Comme toute association solidaire.
D'ailleurs il faudrait éditer le premier message : il s'agit de tutorat de manière générale; d'autre part, ils interviennent au sein des établissements scolaires.

Alors je ne vois pas comment une association solidaire peut ignorer l'importance du travail à la maison notamment pour les plus défavorisés.
Le problème n'est pas le travail à la maison, mais le fait que la maison n'est pas toujours un lieu propice au travail (et je ne parle pas du tout de distraction, entendons-nous) : l'idée, c'est qu'un temps d'étude au sein du collège soit consacré à ce travail personnel, à la fin des cours.

Oui, mais il faut aussi donner des exercices d'application pour ancrer les connaissances. Je suis d'accord, l'environnement à la maison est un facteur crucial, et l'école devrait offrir cet environnement de travail à ceux qui n'en ont pas.

_________________
1 enseignant molesté, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
2 enseignants molestés, c’est un fait divers, pas un phénomène de société.
150 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
151 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
………………………………
[la progression arithmétique se poursuit en série]
…………………………………..
156 879 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société.
156 880 enseignants molestés, ce sont des faits divers, pas des phénomènes de société. »

Reine Margot
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: ZupdeCo veut supprimer les devoirs à la maison

Message par pistor le Mar 4 Oct 2016 - 17:13

@Ali Devine a écrit:
@neomath a écrit:
@Honchamp a écrit:
@V.Marchais a écrit:Je ne parle pas de supprimer les devoirs, juste de prévoir une structure pour permettre aux enfants qui en ont besoin de les faire avec un véritable étayage, comme celui que les enfants de milieux favorisés trouvent chez eux le plus souvent.

Naïvement, j'avais pensé que ce serait cela la réforme des rythmes du primaire : faire les devoirs dans une heure dédiée le soir.
Quand j'étais gamine, cela s'appelait "l'étude". "Aller à l'étude". Presque tout le monde y restait. C'était l'instit qui faisait "l'étude", mais c'était clairement dissocié de la journée de classe. Récréation entre les 2.

Je ne sais pas quand cela a disparu....
Moi aussi je me souviens de l'étude du soir. Mais c'était il y a longtemps.. J'aimerai aussi savoir quand et comment elle a disparu.

Je me suis un peu penché sur la question naguère et voilà ce que disent mes notes pour le cours élémentaire.

-Réforme Billères de 1956 : dans les 30 heures du temps scolaire hebdomadaire, les textes prévoient explicitement cinq heures d’étude. Dans ces conditions, l’interdiction des devoirs à la maison se comprend fort bien.

-Réforme Faure-Guichard de 1969 : la durée de l’étude n’est plus précisée mais celle-ci doit être faite sur les heures dédiées au français et au calcul, soit 15 heures hebdomadaires (la semaine de classe étant elle-même passée à 27 heures). Il y a donc nettement moins de temps pour les devoirs en classe, mais l’enseignant qui s’organise bien peut encore en faire faire à ses élèves.

-Réforme Haby de 1978, puis réforme Chevènement de 1985 : il n’est pour ce que j’ai pu lire plus question de l’étude ou des devoirs en classe dans les textes officiels. Français, maths, sciences et histoire-géo (les matières pouvant fournir des exercices écrits) comptent pour 19 heures par semaine en CE2, et même moins puisque le temps des récréations doit en être défalqué. La relative faiblesse de cette dotation rend sans aucun doute difficile l’organisation d’un véritable temps d’étude. Mais les devoirs écrits à la maison restent interdits, comme le confirment des circulaires de 86 et 90.

-Réforme Bayrou de 1995 : retour de l’étude surveillée à raison de deux heures par semaine.

-Réforme Lang de 2002 : les devoirs en classe ne figurent plus dans les emplois du temps. L’étude n’est pas proscrite pour autant : dans le BO, on invite les enseignants à en faire en tant que nécessaire, à s’adapter à la réalité de leur classe. Mais dans le même temps, on constate qu’une nouvelle matière obligatoire (l’indispensable « langue étrangère ou régionale ») fait son apparition, avec une dotation horaire proche de celle qui était auparavant réservée à l’étude –au moins une heure par semaine, au plus deux. On n’est pas vraiment surpris par ce tour de passe-passe car les instructions officielles ne jurent que par l’autonomie, la transversalité des enseignements et l’interdisciplinaire. Les élèves font de l’anglais, de l’informatique, et même des débats citoyens dans une matière qui ne s’appelle plus l’éducation civique mais le « vivre ensemble ». Les devoirs écrits à la maison restent en revanche interdits (même si les textes reconnaissent de mauvaise grâce qu’on peut demander aux élèves d’apprendre leurs leçons). C’est moderne de chez moderne.

-Réforme Darcos de 2008 : la semaine de travail scolaire passe à 24 heures, l’ensemble français – maths – sciences – histoire-géo n’occupant que 17 heures (dont, rappelons-le, il faut déduire le temps des récréations). Peut-être conscient que l’étude devient dans ces conditions quasi-impossible à mettre en œuvre, le ministre cherche à relancer l’accompagnement éducatif ; mais il s’agit là de temps parascolaire voire post-scolaire. Un rapport équilibré de l’IGEN constate en 2008 que les devoirs à la maison, théoriquement interdits, constituent une pratique généralisée, et admet qu’ils peuvent être utiles à certaines conditions. Mais le décret de 56 n’est pas levé pour autant, peut-être en partie pour éviter d’avoir à affronter l’hostilité de la FCPE, pour qui la question des devoirs est un grand cheval de bataille.  

En résumé l’interdiction des devoirs à la maison se justifie si on a dégagé le temps nécessaire pour les faire en classe, sous la direction de l’enseignant. A l’heure actuelle ce n’est plus le cas. La question se pose quasiment dans les mêmes termes au collège, à plus forte raison à un moment où les dispositifs du type « aide aux devoirs » disparaissent du fait de la réforme Vallaud-Belkacem.

Très éclairant,merci. Cela fait penser à ce qu'écrirait un journaliste ayant travaillé.

pistor
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: ZupdeCo veut supprimer les devoirs à la maison

Message par Maissa le Jeu 6 Oct 2016 - 16:25

"En résumé l’interdiction des devoirs à la maison se justifie si on a dégagé le temps nécessaire pour les faire en classe, sous la direction de l’enseignant. A l’heure actuelle ce n’est plus le cas. La question se pose quasiment dans les mêmes termes au collège, à plus forte raison à un moment où les dispositifs du type « aide aux devoirs » disparaissent du fait de la réforme Vallaud-Belkacem."

Pour Claire Krepper, secrétaire nationale du SE-Unsa, l'AP en 6e doit permettre aux élèves de faire leurs devoirs !

http://www.20minutes.fr/societe/1935275-20161003-education-faut-vraiment-supprimer-devoirs-maison-collegiens

Maissa
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: ZupdeCo veut supprimer les devoirs à la maison

Message par XIII le Jeu 6 Oct 2016 - 16:36

Le Se unsa est aussi peu crédible que Zupdeco. Ferait mieux de se taire.

Quant aux médias, zupdeco and cie ils confondent volontairement "devoirs" et "leçons"! Les leçons n'ont jamais été interdites, et il ne faut pas un doctorat en neuroscience pour connaitre le processus de mémorisation!

XIII
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum