Débat de la primaire : fonctionnaires, au secours, la droite revient !

Page 9 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Débat de la primaire : fonctionnaires, au secours, la droite revient !

Message par VinZT le Mer 19 Oct 2016 - 16:55

Tais-toi, affreux gauchiste !
Mamie Zinzin a fait énormément de bien à la France !

VinZT
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Débat de la primaire : fonctionnaires, au secours, la droite revient !

Message par Celadon le Mer 19 Oct 2016 - 17:04

@Zagara a écrit:L'impôt sur le revenu n'est plus progressif ; l'enjeu ce n'est pas "d'augmenter les impôts" mais de les mieux répartir pour améliorer leur rendement et la justice fiscale. Il a été calculé par des économistes qu'on pouvait obtenir la même somme en baissant les impôts de 94% de Français, à condition de passer de 5 à 10 ou 15 tranches (spoiler : les 6% dont l'impôt ne baisse pas sont des gros riches qui ne paient que très peu par rapport à leurs moyens actuellement, grâce aux niches). L'impôt se doit d'être progressif, de nos jours seules les classes moyennes et semi-aisées paient et les paliers entre les quelques tranches qui se battent en duel sont très violents.

De plus c'est factuellement faux de dire que la France est le pays qui taxe le plus. Laughing Mais la question est surtout : qui paye et combien ? Actuellement les riches ne paient quasiment plus (Bettencourt, première fortune de France, a 0 euro d'ISF. Et quand le Canard l'a révélé, Bercy a attaqué en justice.... le Canard !).
Tout à fait. Les pays nordiques nous battent, mais sûrement pas pour fermer des hôpitaux, des maternités, des bureaux de poste, mettre des tgv sur des lignes ter, et surcharger les classes primaires à 30 élèves quand le Danemark pour ne prendre que son exemple plafonne à moins de 20 !

Celadon
Oracle


Revenir en haut Aller en bas

Re: Débat de la primaire : fonctionnaires, au secours, la droite revient !

Message par Jacq le Mer 19 Oct 2016 - 18:32

@bob_m a écrit:
@Reine Margot a écrit:Je pense plutôt à des carrières comme dans la territoriale, avec un concours qui ne donne que le droit de postuler à des postes, et l'obligation de changer après tant de temps, la mobilité permanente...

Il n'y a pas d'obligation formelle de mobilité dans la territoriale. Ce qui explique que, même au niveau cadre, on trouve des personnes enkystés sur le même poste depuis 20 ans.

Selon moi, la fonction publique n'a pas d'avenir et ne se justifie que dans un petit nombre de cas. Les compétences requises sur la majorité de la filière administrative (et même technique dans la plupart des cas) dans la FPT et la FPE ne sont pas différentes de celles requises dans le privé. Au contraire, favoriser les passerelles entre l'un et l'autre permettrait de partager d'enrichir les cultures professionnelles respectives et de combattre les préjugés (notamment à l'égard des fonctionnaires).

L'enseignement est un métier, on peut l'encadrer de manière statutaire, mais il ne me paraît pas aberrant de favoriser les passerelles entre ce métier et d'autres. Qu'une (forte ?) minorité d'enseignants se soient frottés, un jour ou l'autre, à autre chose qu'à l'univers scolaire/universitaire me paraîtrait assez sain. De la même manière, qu'un enseignant en bout de course à l'EN puisse valoriser ses compétences dans d'autres univers professionnels renforcerait l'attractivité du métier.


Sauf qu'il n'est pas spécialement question de "faire des passerelles" mais de virer d'une manière ou d'une autre, ou de ne plus employer sans se soucier du devenir. Tu vas entrer dans le faux débat du régalien pas régalien, où le régalien a assez peu d'importance et qui sert à la droite d'alibi pour se débarrasser de qui ils veulent ou ne veulent pas. Pour ma part nous sommes tout aussi régaliens que les autres et, surtout, l'éducation ne pas dépendre des pouvoirs locaux ou personnels, ce que souhaitent nos édiles de droite.

Jacq
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Débat de la primaire : fonctionnaires, au secours, la droite revient !

Message par bob_m le Mer 19 Oct 2016 - 18:35

@Zagara a écrit:De plus c'est factuellement faux de dire que la France est le pays qui taxe le plus. Laughing

On est pourtant au niveau des pays nordiques, parmi les trois ou quatre pays dont les prélèvements obligatoires sont les plus élevés au sein de l'OCDE. Pas sûr que le niveau de service rendu soit le même que dans ces pays-là. Pas certain non plus que la culture de l'évaluation du service public soit aussi développée chez nous.

Bien entendu, si l'on inclut quelques uns des pays les moins développés, on doit reculer de quelques places mais la comparaison n'est pas très pertinente.

bob_m
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: Débat de la primaire : fonctionnaires, au secours, la droite revient !

Message par Zagara le Mer 19 Oct 2016 - 19:14

tu gobes le Figaro et son marronnier annuel "la France championne des taxes :V", issu de chiffres choisis pour supporter leur thèse. C'est complètement faux, il suffit d'aller voir les tableaux produits par l'OCDE.

Prenons, au hasard, parmi tant d'autres, celui-ci :


10e dans l'OCDE c'est pas la fin des haricots.

Je me répète, la question n'est pas le taux de taxation globale, mais sa répartition. Ce qui fait qu'on a le sentiment que le fisc nous prend un bras, c'est le fait que nous faisons tous, en tant qu'enseignants, partie de la classe moyenne/semi-aisée (au dessus du médian à 1500 euros nets/mois). Et c'est exactement la classe sociale qui prend cher (je donne au fisc 1/12 de l'ensemble de mes revenus, ouille). Or la répartition de l'impôt en France fait une sorte de Gaussienne : 45% des Français ne paient rien car ils sont jugés trop pauvres pour payer (on pourrait leur faire payer 1 euro symbolique d'impôt sur le revenu, histoire de montrer qu'ils participent) mais surtout les plus riches ne paient quasiment rien grâce à d'habiles jeux de niches et d'évasion fiscale (étrangement tout ce qu'ils aiment faire est déductible d'impôt : les oeuvres d'art, les cours particuliers, les emplois à domicile, les dons à des fondations...).

Zagara
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Débat de la primaire : fonctionnaires, au secours, la droite revient !

Message par bob_m le Mer 19 Oct 2016 - 19:56

@Zagara a écrit:tu gobes le Figaro et son marronnier annuel "la France championne des taxes :V", issu de chiffres choisis pour supporter leur thèse. C'est complètement faux, il suffit d'aller voir les tableaux produits par l'OCDE.

Prenons, au hasard, parmi tant d'autres, celui-ci :


10e dans l'OCDE c'est pas la fin des haricots.

Je me répète, la question n'est pas le taux de taxation globale, mais sa répartition. Ce qui fait qu'on a le sentiment que le fisc nous prend un bras, c'est le fait que nous faisons tous, en tant qu'enseignants, partie de la classe moyenne/semi-aisée (au dessus du médian à 1500 euros nets/mois). Et c'est exactement la classe sociale qui prend cher (je donne au fisc 1/12 de l'ensemble de mes revenus, ouille). Or la répartition de l'impôt en France fait une sorte de Gaussienne : 45% des Français ne paient rien car ils sont jugés trop pauvres pour payer (on pourrait leur faire payer 1 euro symbolique d'impôt sur le revenu, histoire de montrer qu'ils participent) mais surtout les plus riches ne paient quasiment rien grâce à d'habiles jeux de niches et d'évasion fiscale (étrangement tout ce qu'ils aiment faire est déductible d'impôt : les oeuvres d'art, les cours particuliers, les emplois à domicile, les dons à des fondations...).

Ton tableau n'est représentatif que de l'imposition sur les salaires, ce qui représente en réalité une faible partie des recettes fiscales (l'ensemble des impôts et taxes, directs ou indirects, locales ou nationales) et une encore plus faible partie des prélèvements obligatoire qui englobent aussi les cotisations sociales. Le fait de trouver le Royaume-Uni devant la France devrait te mettre la puce à l'oreille sur la grosseur de la ficelle que tu utilises. A la limite, une critique pourrait être faite sur la notion de prélèvements obligatoires dans la mesure où certaines dépenses sociales, obligatoires chez nous, ne sont pas socialisés dans certains pays comparables alors qu'elles relèvent de secteurs vitaux (santé).

Sur les niches fiscales, j'ai répondu par ailleurs. Certaines sont utiles puisqu'elles constituent un effet de levier sur des financements de l'Etat ou permettent de faire rentrer dans le circuit légal des revenus qui ne seraient sinon pas déclarés (emplois à domicile notamment), certaines ont une efficacité douteuse, d'autres (les oeuvres d'art) relèvent clairement du clientélisme. L'évasion, contrairement à l'optimisation, relève clairement de la fraude.

bob_m
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: Débat de la primaire : fonctionnaires, au secours, la droite revient !

Message par jésus le Mer 19 Oct 2016 - 22:20

@Jacq a écrit:
@bob_m a écrit:
@Reine Margot a écrit:Je pense plutôt à des carrières comme dans la territoriale, avec un concours qui ne donne que le droit de postuler à des postes, et l'obligation de changer après tant de temps, la mobilité permanente...

Il n'y a pas d'obligation formelle de mobilité dans la territoriale. Ce qui explique que, même au niveau cadre, on trouve des personnes enkystés sur le même poste depuis 20 ans.

Selon moi, la fonction publique n'a pas d'avenir et ne se justifie que dans un petit nombre de cas. Les compétences requises sur la majorité de la filière administrative (et même technique dans la plupart des cas) dans la FPT et la FPE ne sont pas différentes de celles requises dans le privé. Au contraire, favoriser les passerelles entre l'un et l'autre permettrait de partager d'enrichir les cultures professionnelles respectives et de combattre les préjugés (notamment à l'égard des fonctionnaires).

L'enseignement est un métier, on peut l'encadrer de manière statutaire, mais il ne me paraît pas aberrant de favoriser les passerelles entre ce métier et d'autres. Qu'une (forte ?) minorité d'enseignants se soient frottés, un jour ou l'autre, à autre chose qu'à l'univers scolaire/universitaire me paraîtrait assez sain. De la même manière, qu'un enseignant en bout de course à l'EN puisse valoriser ses compétences dans d'autres univers professionnels renforcerait l'attractivité du métier.


Sauf qu'il n'est pas spécialement question de "faire des passerelles" mais de virer d'une manière ou d'une autre, ou de ne plus employer sans se soucier du devenir. Tu vas entrer dans le faux débat du régalien pas régalien, où le régalien a assez peu d'importance et qui sert à la droite d'alibi pour se débarrasser de qui ils veulent ou ne veulent pas.  Pour ma part nous sommes tout aussi régaliens que les autres et, surtout, l'éducation ne pas dépendre des pouvoirs locaux ou personnels, ce que souhaitent nos édiles de droite.

Exact, il faut licencier! Il n'y a que ça qui procure un véritable plaisir, une reconversion, un truc de gauchiste.

jésus
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Page 9 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum