Lecture expressive et intelligente : l'importance de la grammaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lecture expressive et intelligente : l'importance de la grammaire

Message par Spinoza1670 le Sam 15 Oct - 19:54

texte en anglais:

The goal of part III, to establish more precisely the knowledge and skills that are required for proficient reading, is pursued through a review of research and theory on skillful readers. The forceful conclusion is that reading proficiency is strictly limited by the speed, accuracy, and effortlessness with which readers can respond to print as coherent orthographic, phonological, and semantic (meaning-bearing) patterns. In the course of proficient reading, the processes supporting orthographic, phonological, and semantic identification of words occur interactively and interdependently; without the complete and proper operation of all three, the reader is left with neither capacity nor support for comprehension.

The interactive and automatic manner in which skillful readers perceive and interpret words derives from a complex of associations among elementary perceptual units. As the associations bind frequently seen sequences of individual letters into coherent spelling patterns, they also connect them to pronunciations and meanings. Importantly the strength of the associative links between any two units or complexes of units depends directly on the frequency with which the reader attends and has attended to both in the course of perception. It follows from theory and with ample empirical support that the speed, accuracy, and effortlessness with which proficient readers move through print depend on the extent to which they have learned to process the sequences of individual letters in the words they read.

An ancillary issue that emerges in part III is that skillful readers' word recognition and comprehension processes depend on sophisticated syntactic abilities. The process through which they interpret the text is regulated by the grammatical structures and interrelationships of its phrases and clauses. Furthermore, analyses indicate that as proficient readers proceed through connected text, they identify the grammatical function of each word as it is encountered. The course through which such syntactic sensitivity develops is an area that has received too little attention from researchers.
Marilyn Jager Adams, Beginning to read: thinking and learning about print, 1990.

J'ai lu ce paragraphe hier, celui qui est en gras dans le spoiler, et je me suis dit qu'il fallait ouvrir un sujet pour discuter de cette question. Mais d'abord, voici ma traduction provisoire en attendant une traduction plus exacte et plus belle.

Marilyn J. Adams a écrit:Un des points secondaires qui ressort de la troisième partie [du livre] est que les processus de reconnaissance de mots et de compréhension des lecteurs avertis dépendent de capacités syntaxiques sophistiquées. Le processus à travers lequel ils interprètent le texte est régulé par les structures grammaticales et les interrelations de ses phrases et de ses propositions. De plus, des analyses indiquent qu'au fur et à mesure que les lecteurs efficaces avancent dans un texte cohérent, ils identifient la fonction grammaticale de chaque mot au moment même où ce mot est rencontré. La façon dont une telle sensibilité syntaxique se développe est un domaine qui a reçu trop peu d'attention de la part des chercheurs.  

Marilyn Jager Adams, Beginning to Read: Thinking and Learning about Print, 1990]

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lecture expressive et intelligente : l'importance de la grammaire

Message par Rabelais le Sam 15 Oct - 20:33

C'est tout à fait juste.
Automatiquement, les fonctions sont reconnues et utilisées pour assurer la lecture expressive, qui est de la compréhension de texte, où chaque élément a été identifié et mis en relation avec les autres pour assurer cette compréhension, qui se traduit alors par une juste lecture.
Si le livre existe en traduction, il m'intéresse fort.

_________________
Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est c., on est c.

Rabelais
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lecture expressive et intelligente : l'importance de la grammaire

Message par Spinoza1670 le Sam 15 Oct - 21:17

Non, je ne pense pas qu'il soit traduit. Je voudrais bien le faire mais je n'ai pas tout à fait le niveau, ni vraiment le temps.

Mais c'est vrai qu'il mériterait bien une traduction. C'est en gros LE livre anglo-saxon sur la lecture qui vient relayer celui de Jeanne S. Chall, Learning to Read: The Great Debate (1967).

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lecture expressive et intelligente : l'importance de la grammaire

Message par Thalie le Dim 16 Oct - 0:56

Je viens de tomber par hasard sur ce texte de Bentolila qui fait écho à ce dont tu parles :
Bentolila a écrit:Pour apprendre à lire, il faut absolument être capable d'identifier les indicateurs qui donnent aux mots de la phrase leurs fonctions et leur permettent de créer ensemble une réalité homogène. Lire une phrase, c'est identifier les mots et en même temps reconnaître leurs rôles grammaticaux respectifs. Sans reconnaissance de l'organisation grammaticale d'une phrase, il n'y a pas de construction du sens, il n'y a pas de lecture. Cette nécessité s'impose d'autant plus qu'arrivent, au cours préparatoire, des élèves dont la langue orale est très différente, notamment dans ses structures grammaticales, de celle qu'ils vont découvrir dans leur livre de lecture.

EDIT : Merci Spinoza, mauvaise manip !


Dernière édition par Thalia de G le Mar 18 Oct - 3:52, édité 2 fois (Raison : Suppression des retours à la ligne intempestifs + mise en forme de la citation)

Thalie
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lecture expressive et intelligente : l'importance de la grammaire

Message par Verdurette le Dim 16 Oct - 7:07

C'est à mon sens une des raisons pour lesquelles la lecture orale est primordiale dans les petites classes. Au CP/CE1/CE2, c'est seulement en oralisant, grâce à ses oreilles,  qu'on passe d'une suite de phonèmes à une suite de mots avec des relations entre eux, donc signifiante.  Et il faut le faire plusieurs fois, car leur vocabulaire est parfois si pauvre qu'on doit commencer par expliciter de nombreux mots "séparément". Ensuite on peut passer à ce que veulent dire la phrase, le paragraphe, le texte ...

(donc pour l'adressage direct de la lecture silencieuse au cerveau, on repassera ... même si l'IEN me tape sur les doigts pour paraphrase, je maintiens que c'est la bonne méthode).  )

Verdurette
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lecture expressive et intelligente : l'importance de la grammaire

Message par Spinoza1670 le Dim 16 Oct - 9:09

@Thalie a écrit:Je viens de tomber par hasard sur ce texte de Bentolila qui fait écho à ce dont tu parles :
Bentolila a écrit:Pour apprendre à lire, il faut absolument être capable d'identifier les indicateurs qui donnent aux mots de la phrase leurs fonctions et leur permettent de créer ensemble une réalité homogène. Lire une phrase, c'est identifier les mots et en même temps reconnaître leurs rôles grammaticaux respectifs. Sans reconnaissance de l'organisation grammaticale d'une phrase, il n'y a pas de construction du sens, il n'y a pas de lecture. Cette nécessité s'impose d'autant plus qu'arrivent, au cours préparatoire, des élèves dont la langue orale est très différente, notamment dans ses structures grammaticales, de celle qu'ils vont découvrir dans leur livre de lecture.
file:///C:/Users/nathalie/Google%20Drive/my_job/nouveaux_programmes_stages_janvier_2016/apprendre_a_lire_Bentolila.pdf
http://www.cndp.fr/bienlire/01-actualite/document/apprendre_a_lire_Bentolila.pdf

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lecture expressive et intelligente : l'importance de la grammaire

Message par Iphigénie le Dim 16 Oct - 9:16

C'est certain que pour faire de la grammaire il faut d'abord avoir la langue dans l'oreille: aujourd'hui les élèves de lycée n'entendent plus pour beaucoup pourquoi une phrase sans principale, par exemple, est incorrecte. C'est peut-être aussi inversement par l'oreille qu'ils commettent des fautes:ils sont tellement dans la langue à l'oral qu'ils ne voient plus la différence lorsqu'on écrit: ainsi pour les négations ou les interrogatives indirectes.
Dans les deux cas c'est une histoire d'oreille: sans doute que ce qu'il manque à beaucoup d'enfants c'est qu'on leur ait LU des histoires quand ils étaient petits.

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lecture expressive et intelligente : l'importance de la grammaire

Message par Pierre-Henri le Dim 16 Oct - 10:22

@Iphigénie a écrit:C'est certain que pour faire de la grammaire il faut d'abord avoir la langue dans l'oreille: aujourd'hui les élèves de lycée n'entendent plus pour beaucoup pourquoi une phrase sans principale, par exemple, est incorrecte.

Précisons : il faut avoir la langue écrite dans l'oreille -- même si cela ressemble à un paradoxe.

Les phrases sans principales sont nombreuses dans la langue parlée. La situation de communication remplit d'elle-même les trous. Un geste, une attitude, un ton de voix, le contexte permettent de comprendre malgré la pauvreté de l'expression. Il faut passer à l'écrit, avoir l'habitude de l'écrit, pour réaliser qu'il manque quelque chose. Le cas typique est celui des réponses qui commencent par "c'est", "car" ou "parce que" à l'écrit. Pourtant, on se tue à répéter aux collégiens qu'une réponse doit être autonome. Pour beaucoup, cela ne change rien : ils se contentent de retranscrire la langue parlée sur leur feuille.

(Au demeurant, soyons honnêtes : il suffit de lire ce forum, pourtant peuplé de professeurs, pour réaliser que l'oralisation de la langue écrite est un phénomène massif de société. Il serait injuste d'incriminer les seuls élèves).

Dans l'idéal, il faudrait multiplier les exercices à l'écrit, les rédactions, pour redonner aux élèves le sens de la langue écrite, et les amener à réaliser qu'on n'écrit pas comme on parle. Les enfants, d'ailleurs, même s'ils sont maladroits, ont souvent le goût du bien écrit.

Que font les programmes de collège ? Exactement l'inverse.

Pierre-Henri
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lecture expressive et intelligente : l'importance de la grammaire

Message par LouisBarthas le Dim 16 Oct - 10:35

@Pierre-Henri a écrit:(Au demeurant, soyons honnêtes : il suffit de lire ce forum, pourtant peuplé de professeurs, pour réaliser que l'oralisation de la langue écrite est un phénomène massif de société. Il serait injuste d'incriminer les seuls élèves).
Le constat est pire sur le forum EDP (enseignants du primaire). Certains messages sont incompréhensibles.

_________________
Le véritable ennemi, c'est l'esprit réduit à l'état de gramophone. - George Orwell
Mais leur plus grande félicité vient du continuel orgueil de leur savoir. Eux qui bourrent le cerveau des enfants de pures extravagances. - Erasme

Aller apprendre l'ignorance à l'école, c'est une histoire qui ne s'invente pas ! - Alexandre Vialatte
Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde ne se défasse. - Albert Camus

LouisBarthas
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lecture expressive et intelligente : l'importance de la grammaire

Message par DesolationRow le Dim 16 Oct - 10:38

Je ne suis pas convaincu que l'on puisse déduire quoi que ce soit de l'"oralisation" de la langue utilisée sur un forum de discussion.

DesolationRow
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lecture expressive et intelligente : l'importance de la grammaire

Message par Iphigénie le Dim 16 Oct - 11:46

Précisons : il faut avoir la langue écrite dans l'oreille -- même si cela ressemble à un paradoxe.
Ct pour cela que je dis que sans doute, ce qui manque à beaucoup d'enfants, c'est qu'on leur ait lu des histoires, dès leur plus jeune âge. Ceux qui ne baignent que dans le "jus" oral dans des milieux où la langue est approximative (et dans les milieux ruraux c'est aussi vrai que dans les milieux urbains de banlieue difficile) ne peuvent pas "savoir" intuitivement reconnaître ce qui est correct et ce qui ne l'est pas. Les faire lire eux-mêmes aussi c'est important ensuite, mais ça intervient relativement tard déjà, et je ne suis pas sûre que les professeurs des écoles puissent consacrer encore autant d'heures qu'il en faudrait pour faire lire tout le monde suffisamment longtemps en classe. Une grande partie des inégalités germent là, dans ce rapport à la langue écrite, je le crois: c'est comme un "rythme" qu'on leur met dans l'oreille, ou pas. Et pour le coup je ne crois pas que l'on lise avec la grammaire explicite, mais plutôt avec cette grammaire implicite de l'oreille, qui est très forte.
Anecdote
Spoiler:
J'ai eu en classe à mes tout débuts un élève déficient (sans qu'on m'en prévienne évidemment Rolling Eyes ) en 4e alors qu'il avait un développement mental beaucoup plus limité: une semaine après la rentrée, voyant qu'il ne faisait rien, je lui donne une punition comme on faisait à l'époque, conjugaison de "je dois travailler en classe" à tous les temps de l'indicatif .
Il m'a rendu la copie appliquée où ça donnait:(je résume)
futur: je dois travail en classerai, tu dois travail en classeras,etc/ imparfait: je dois travail en classais/ etc: je vous passe ma réaction Shocked mais cette anecdote montre à quel point la musique entre dans l'oreille malgré le cerveau et l'intelligence du verbe, malgré le raisonnement grammatical en somme.

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lecture expressive et intelligente : l'importance de la grammaire

Message par Spinoza1670 le Dim 16 Oct - 12:24

@Iphigénie a écrit:
Précisons : il faut avoir la langue écrite dans l'oreille -- même si cela ressemble à un paradoxe.
Ct pour cela que je dis que sans doute, ce qui manque à beaucoup d'enfants, c'est qu'on leur ait lu des histoires, dès leur plus jeune âge. Ceux qui ne baignent que dans le "jus" oral dans des milieux où la langue est approximative (et dans les milieux ruraux c'est aussi vrai que dans les milieux urbains de banlieue difficile) ne peuvent pas "savoir" intuitivement reconnaître ce qui est correct et ce qui ne l'est pas. Les faire lire eux-mêmes aussi c'est important ensuite, mais ça intervient relativement tard déjà, et je ne suis pas sûre que les professeurs des écoles puissent consacrer encore autant d'heures qu'il en faudrait pour faire lire tout le monde suffisamment longtemps en classe. Une grande partie des inégalités germent là, dans ce rapport à la langue écrite, je le crois: c'est comme un "rythme" qu'on leur met dans l'oreille, ou pas. Et pour le coup je ne crois pas que l'on lise avec la grammaire explicite, mais plutôt avec cette grammaire implicite de l'oreille, qui est très forte.
Anecdote
Spoiler:
J'ai eu en classe à mes tout débuts un élève déficient (sans qu'on m'en prévienne évidemment Rolling Eyes ) en 4e alors qu'il avait un développement mental beaucoup plus limité : une semaine après la rentrée, voyant qu'il ne faisait rien, je lui donne une punition comme on faisait à l'époque, conjugaison de "je dois travailler en classe" à tous les temps de l'indicatif.
Il m'a rendu la copie appliquée où ça donnait : (je résume)
futur: je dois travail en classerai, tu dois travail en classeras,etc/ imparfait: je dois travail en classais/ etc: je vous passe ma réaction Shocked  mais cette anecdote montre à quel point la musique entre dans l'oreille malgré le cerveau et l'intelligence du verbe, malgré le raisonnement grammatical en somme.

Alors, voilà, je n'ai pas précisé dans le titre ni dans le premier post, mais c'est vrai que pour moi la question vaut pour la grammaire implicite, mais aussi pour la grammaire explicite.
Dans quelle mesure l'enseignement d'une grammaire structurée permet d'aider à comprendre un texte ? Quel type de grammaire ? Comment l'enseigner ?
Comment séparer chez un lecteur expert ce qui relève de la grammaire implicite, liée au bain de langage dans lequel il a baigné, de ce qui relève de la grammaire apprise à l'école ?
La grammaire explicite (ou une certaine grammaire explicite) permet-elle d'améliorer la compréhension par rapport à ce qui se passe si on n'a que la grammaire naturelle ?

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lecture expressive et intelligente : l'importance de la grammaire

Message par Spinoza1670 le Dim 16 Oct - 20:46

à discuter éventuellement :

1) "Je ne conseille à personne d'étudier la conjugaison des verbes : c'est de l'usage qu'il faut les apprendre." (Condillac)

2) De quels verbes s'agit-il ?
J'ai              nous aimons
tu hais          vous aidez
il est            ils errent

3) Lien entre la grammaire et les perles de nos élèves ?
http://www.neoprofs.org/t98364-perles-de-nos-eleves

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lecture expressive et intelligente : l'importance de la grammaire

Message par Spinoza1670 le Lun 17 Oct - 23:03

@DesolationRow a écrit:De fait, je suis bien convaincu que vous faites tout ce que vous pouvez, et j'ai la plus grande admiration pour les professeurs de collège qui essaient d'endiguer le désastre.

Mais tous ces trucs qu'on invente, AP, différenciation, etc., ce ne sont que des rustines plus ou moins risibles selon les cas. L'institution exige des professeur une créativité infinie pour combler des trous qu'elle ne cesse de creuser. Un enfant qui entre en 6e sans savoir lire et écrire impeccablement, vous pouvez le faire écrire tant que vous voulez, différencier ou je ne sais quoi, il est foutu dans 99% des cas.

Tout ce qu'on lit au dessus, sur l'incapacité des enfants à abstraire, à distinguer causes et conséquences, à faire de la grammaire, etc., c'est précisément ça qui tue l'école. Ce sont les promoteurs de ces théories qui causent le désastre.

Quand j'étais en CM2, dans un quartier pas vraiment favorisé, notre institutrice nous faisait faire tous les jours de l'analyse logique bien hard. On encadrait les COD, on soulignait les verbes, on analysait les compléments circonstanciels. Tout ce que les inspecteurs jugent trop difficile pour les gosses d'aujourd'hui, sous prétexte que des neuro-psys imbéciles crachent leur venin. Personne n'aimait ça. On en bavait tous, surdoués ou pas surdoués, gamins avec des facilités ou non. Mais à la fin, on était tous capables de construire une phrase grammaticalement impeccable, d'analyser et de comprendre un texte. Le fils de prof et le fils d'ouvrier, et l'enfant du voyage.

Moyennant quoi, on était tous capables de profiter de l'enseignement au collège. Magistral ou pas magistral, dialogué ou pas dialogué, en groupe ou en îlots, quelles que soient les lubies de nos enseignants, parce qu'au fond tout ça c'est du bidouillage sans importance tant qu'un enfant sait lire et écrire le français.

A la place de ça, on apprend à lire aux enfants avec des méthodes ineptes, on proscrit un apprentissage systématique, bien rébarbatif, de la grammaire, on colle des tablettes entre les mains des élèves. Et on s'étonne du désastre avec lequel doivent composer les enseignants de collège.

Chaque fois que je dois expliquer à un de mes étudiants, qui sont quand même des types assez particuliers et brillants, ce qu'est un attribut du sujet ou un complément du COD, j'ai envie de briser les os de ceux qui expliquent qu'on peut remplacer le latin par je ne sais quel dispositif stupide qui n'apprendra jamais à un enfant comment construire une phrase dans sa propre langue.

source : http://www.neoprofs.org/t105676p200-mais-qui-sont-les-assassins-de-l-ecole-carole-barjon-journaliste-politique-de-l-obs#3831768

_________________
« Let not any one pacify his conscience by the delusion that he can do no harm if he takes no part, and forms no opinion. Bad men need nothing more to compass their ends, than that good men should look on and do nothing. » (John Stuart Mill)
Littérature au primaire - Rédaction au primaire - Manuels anciens - Dessin au primaireApprendre à lire et à écrire - Maths au primaire - école : références - Leçons de choses.

Spinoza1670
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lecture expressive et intelligente : l'importance de la grammaire

Message par PauvreYorick le Lun 17 Oct - 23:08

@DesolationRow a écrit:Je ne suis pas convaincu que l'on puisse déduire quoi que ce soit de l'"oralisation" de la langue utilisée sur un forum de discussion.
J'allais faire la remarque: beaucoup mettent un point d'honneur à ne surtout pas employer la langue écrite sur un forum, mais à plutôt y pratiquer une sorte d'oral écrit; j'y vois d'ailleurs une marque de bon goût.

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lecture expressive et intelligente : l'importance de la grammaire

Message par Nuits le Mar 18 Oct - 4:52

@Spinoza1670 a écrit:
@Iphigénie a écrit:
Précisons : il faut avoir la langue écrite dans l'oreille -- même si cela ressemble à un paradoxe.
Ct pour cela que je dis que sans doute, ce qui manque à beaucoup d'enfants, c'est qu'on leur ait lu des histoires, dès leur plus jeune âge. Ceux qui ne baignent que dans le "jus" oral dans des milieux où la langue est approximative (et dans les milieux ruraux c'est aussi vrai que dans les milieux urbains de banlieue difficile) ne peuvent pas "savoir" intuitivement reconnaître ce qui est correct et ce qui ne l'est pas. Les faire lire eux-mêmes aussi c'est important ensuite, mais ça intervient relativement tard déjà, et je ne suis pas sûre que les professeurs des écoles puissent consacrer encore autant d'heures qu'il en faudrait pour faire lire tout le monde suffisamment longtemps en classe. Une grande partie des inégalités germent là, dans ce rapport à la langue écrite, je le crois: c'est comme un "rythme" qu'on leur met dans l'oreille, ou pas. Et pour le coup je ne crois pas que l'on lise avec la grammaire explicite, mais plutôt avec cette grammaire implicite de l'oreille, qui est très forte.
Anecdote
Spoiler:
J'ai eu en classe à mes tout débuts un élève déficient (sans qu'on m'en prévienne évidemment Rolling Eyes ) en 4e alors qu'il avait un développement mental beaucoup plus limité : une semaine après la rentrée, voyant qu'il ne faisait rien, je lui donne une punition comme on faisait à l'époque, conjugaison de "je dois travailler en classe" à tous les temps de l'indicatif.
Il m'a rendu la copie appliquée où ça donnait : (je résume)
futur: je dois travail en classerai, tu dois travail en classeras,etc/ imparfait: je dois travail en classais/ etc: je vous passe ma réaction Shocked  mais cette anecdote montre à quel point la musique entre dans l'oreille malgré le cerveau et l'intelligence du verbe, malgré le raisonnement grammatical en somme.

Alors, voilà, je n'ai pas précisé dans le titre ni dans le premier post, mais c'est vrai que pour moi la question vaut pour la grammaire implicite, mais aussi pour la grammaire explicite.
Dans quelle mesure l'enseignement d'une grammaire structurée permet d'aider à comprendre un texte ? Quel type de grammaire ? Comment l'enseigner ?
Comment séparer chez un lecteur expert ce qui relève de la grammaire implicite, liée au bain de langage dans lequel il a baigné, de ce qui relève de la grammaire apprise à l'école ?
La grammaire explicite (ou une certaine grammaire explicite) permet-elle d'améliorer la compréhension par raapport à ce qui se passe si on n'a que la grammaire naturelle ?

Bonne question ! Je serais tentée de dire que plus le "bain de langage" naturel est pauvre ou défaillant, plus la grammaire explicite peut éventuellement permettre d'améliorer la compréhension. A condition peut-être de faire explicitement le lien entre l'analyse grammaticale et logique et la compréhension de texte (c'est, à mon sens, beaucoup plus efficace que le gloubiboulga en séquence).

Dans le même ordre d'idée, il y a selon moi un lien évident entre cette " intuition syntaxique " et la rapidité de copie d'un texte. J'ai dû attendre cette année, honte à moi, pour me rendre compte que les élèves les plus lents pour copier un texte, le sont par ce qu'ils n'ont aucune " intuition syntaxique " , en partie du moins. Ils recopient mot par mot parce qu'ils ne mémorisent pas, ils ne mémorisent pas parce qu'ils ne comprennent pas, ils ne comprennent pas parce qu'ils n'ont pas cette " intuition ".

Aussi, depuis cette année, avant de commencer la copie du texte, j'envoie un élève au tableau couper le texte en "morceaux" - correspondant à des groupes syntaxiques - et tout le monde doit ensuite s'efforcer de mémoriser et recopier le texte groupe par groupe. Depuis que je pratique cela, je fais faire de l'analyse grammaticale de manière presqu'indolore, et les élèves recopient un peu plus vite (sauf les dys sévères). L'autre avantage, c'est que les élèves voient une application concrète et utile de la grammaire (puisqu'aujourd'hui il faut être utile pour être légitime) et cette pratique met en place des réflexes réutilisables pour la compréhension de texte. Est-ce que quelqu'un d'autre pratique cela de manière systématique ? (je me rends compte que je finis un peu HS, désolée).

_________________
C'est dans l'intérêt de l'enfant. Very Happy

Nuits
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lecture expressive et intelligente : l'importance de la grammaire

Message par Hermione0908 le Mar 18 Oct - 5:03

Je trouve ta réflexion et ton idée très intéressantes Nuits, je pense que je vais mettre ça en pratique. La lenteur d'écriture en copie est une catastrophe, il faut pour certains 10 vraies minutes pour écrire 3 misérables phrases écrites au tableau. Ils écrivent mot par mot, sans rien comprendre. J'ai remarqué du coup que quand je dicte le cours, je gagne en efficacité et en temps.

J'ai fait un peu le même genre de constat que toi pas plus tard qu'hier.
J'ai demandé à une élève de me dicter le court extrait sur lequel nous travaillions en grammaire, pour que ça aille plus vite à écrire au tableau, plutôt que je regarde ma feuille à chaque fois. Ce fut un désastre. Je ne comprenais quasiment rien à la dictée, car elle ne coupait pas les groupes syntaxiques de manière cohérente.
Je me suis fait la même réflexion également lors de séances de lecture oralisée, lorsque je me suis aperçu que les élèves ne séquençaient pas les phrases de manière logique.

_________________
Pour accéder à la rubrique "privé accessible sur demande" (partie loisirs + questions professionnelles très personnelles) , il faut intégrer un des deux groupes "Loisirs" ci-dessous :
Pour les pseudos entre A et M: http://www.neoprofs.org/g15-groupe-loisirs
Pour les pseudos entre N et Z, ou qui commencent par autre chose qu'une lettre: http://www.neoprofs.org/g16-groupe-loisirs_

Hermione0908
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lecture expressive et intelligente : l'importance de la grammaire

Message par Thalia de G le Mar 18 Oct - 5:25

Et c'est pour cela que la lecture magistrale du texte est primordiale. Nous lisons de manière expressive un texte, même inconnu de nous parce que nous avons intuitivement une approche à la fois globale et analytique du texte.

Contre expérience récente : je lisais un livre à mon petit-fils, je n'ai pas vu une virgule et la phrase m'a paru bancale. J'ai dû la reprendre tout en me disant en mon for intérieur que je lisais aussi mal qu'un élève. Embarassed

Merci Nuits pour ton témoignage.

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Lecture expressive et intelligente : l'importance de la grammaire

Message par egomet le Mar 18 Oct - 9:30

@Spinoza1670 a écrit:à discuter éventuellement :

1) "Je ne conseille à personne d'étudier la conjugaison des verbes : c'est de l'usage qu'il faut les apprendre." (Condillac)

2) De quels verbes s'agit-il ?
J'ai              nous aimons
tu hais          vous aidez
il est            ils errent


On peut faire quelques constats.
Un enseignement médiocre de la conjugaison entraîne des confusions. Les plus mauvais élèves font à l'écrit des fautes qu'ils ne feraient pas à l'oral. Spontanément, ils utilisent le temps adéquat, mais le passage à l'écrit détruit cette intuition, particulièrement quand on vient de faire une leçon sur l'emploi des temps. Le problème est particulièrement grave en ce moment, parce que l'emploi des temps est une des toutes dernières questions de grammaire qui peuvent tomber au brevet, mais faute d'un enseignement systématique de la conjugaison, bien des élèves n'associent aucune forme à des expressions comme "passé simple", "présent de l'indicatif", "conditionnel présent", "plus-que-parfait". Les notions de "passé proche", de "présent de narration" ou de "futur dans le passé" sont particulièrement perturbantes pour des élèves qui ne savent même pas quels sont les temps en français. Pour bien faire, ils tentent des emplois improbables. Ils deviennent plus mauvais que s'ils n'avaient pas eu de cours du tout.
Pour autant, l'intuition trouve vite ses limites. L'orthographe ne vient pas de l'intuition, même en ayant beaucoup lu. Et dès qu'on est sur un verbe irrégulier, pour bien écrire, il faut être capable de chercher la forme dont on a besoin. Sans un minimum d'entraînement, il est impossible de faire une recherche dans le Bescherelle, par exemple. Quelle est la ligne qui m'intéresse? L'intuition fonctionne, mais limite l'élève au bagage linguistique qu'il utilise au quotidien.
Le manque de conscience grammaticale est un désastre quand on passe aux langues étrangères, particulièrement pour les conjugaisons, car les systèmes de temps varient très fortement d'une langue à l'autre et il est très rare de pouvoir traduire avec un simple calque.
Évidemment, sans enseignement explicite, les exemples que tu donnes en deuxième point peuvent entraîner des contresens.


_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/

egomet
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum