Comment l’Education nationale veut améliorer le remplacement des profs

Page 6 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Comment l’Education nationale veut améliorer le remplacement des profs

Message par Rendash le Ven 21 Oct 2016 - 16:47

@zouz a écrit:Vous êtes sûr que c'est uniquement pour cette raison qu'ils ne veulent pas passer le concours (contourner les règles de mutation ?). On peut aussi penser qu'ils s'y refusent parce qu'on a estimé qu'ils faisaient l'affaire sans, non ? Le coeur du problème est bien là.
Pardon de réclamer des droits et souhaiter dénoncer l'hypocrisie de l'Etat (et vous serez gentil de ne pas présenter des travailleurs précaires comme une menace pour le statut). Enfin, rien ne m'empêchera de penser que l'Etat est un bien mauvais employeur (Une pensée également aux ASH, aux AED et aux fonctionnaires de la catégorie C).
(P.S.: Sur certains points, ce n'est pas à vous que je répondais).

Ai-je dit "uniquement" ? Tu serais bien aimable de cesser de transformer mes propos ou d'extrapoler à partir de morceaux de phrases. Ceux qui s'y refuseraient "parce qu'on a estimé qu'ils faisaient l'affaire sans" (sans le concours, donc), ne peuvent pas ensuite se plaindre de ne pas avoir les mêmes droits que les titulaires : "on" estime qu'ils font l'affaire précisément parce qu'ils constituent une réserve de main-d'oeuvre jetable et peu onéreuse par rapport à des TZR. Donc refuser de passer le concours pour ce motif, très bien, mais ne pas se plaindre ensuite de ne pas avoir autant de droits que les titulaires. Je maintiens que "carrière" et "contractuel" sont deux mots incompatibles : un contrat, c'est temporaire, pour faire une carrière on doit passer le concours.

L'Etat est un mauvais employeur, c'est un fait. Le statut (ou plutôt l'absence de statut) des AED et des AVS est une honte, certes. Mais ça n'a rien d'un choix, contrairement aux contractuels qui font le choix de ne pas passer le concours ; ce n'est donc pas comparable.


Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment l’Education nationale veut améliorer le remplacement des profs

Message par zouz le Ven 21 Oct 2016 - 16:49

On ne sera pas d'accord là dessus, point.

zouz
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment l’Education nationale veut améliorer le remplacement des profs

Message par Rendash le Ven 21 Oct 2016 - 16:52

Certes, mais le fait est que tu n'as présenté aucun argument sur le fait qu'aucun contractuel n'est condamné à rester contractuel, ni aucune raison valable de ne pas passer le concours.

Evidemment, on peut passer dix fois le concours et échouer dix fois. Mais là, il y a des questions à se poser qui ne ressortissent pas vraiment au statut.

_________________

Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment l’Education nationale veut améliorer le remplacement des profs

Message par tannat le Ven 21 Oct 2016 - 17:26

@Rendash a écrit:
Mais ça n'a rien d'un choix, contrairement aux contractuels qui font le choix de ne pas passer le concours ; ce n'est donc pas comparable.
Euh, voyons, je ne connais pas la situation de tous les contractuels et je n'ai pas lu tous les commentaires (peut-être le devrais-je, d'ailleurs, avant de vous répondre...), mais enfin je connais des contractuels qui ne peuvent pas non plus passer le concours pour de multiples raisons.
Le concours est un investissement considérable :

  • le temps d'abord : entre les cours et la vie de famille certains n'ont pas vraiment le choix ;
  • l'aspect financier : pour certains c'est déjà un obstacle ;
  • l'aspect psychologique : la peur, l'échec, la remise en question ;
  • la distance qui sépare les attentes du concours et leur bagage (car certains n'ont pas suivi des études classiques dans la discipline, n'en doutons pas)...

Bref, il me semble (ne le prenez pas personnellement, s'il vous plaît), que souvent sur ce forum les gens sont très catégoriques, pour ne pas dire péremptoires (je dois me tromper, le malheur de l'écrit sans la prosodie, certainement). Il y en a sans doute qui correspondent aussi à ceux que vous décrivez ou envisagez mais il y a tant de situations différentes. Il y aura, sans doute, encore je ne sais quelle statistique sur le sujet mais comment dire mieux que Mark Twain "Il y a trois sortes de mensonges: les mensonges, les sacrés mensonges et les statistiques."

_________________
« Nous naissons tous fous. Quelques-uns le demeurent.  » Samuel Beckett
« C'est un malheur que les hommes ne puissent d'ordinaire posséder aucun talent sans avoir quelque envie d'abaisser les autres.» Vauvenargues

tannat
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment l’Education nationale veut améliorer le remplacement des profs

Message par kioupsPBT le Ven 21 Oct 2016 - 17:34

S'inscrire au concours, ça ne coûte rien : 5 minutes à tout casser... Après libre à chacun de le préparer, d'y aller ou pas...

kioupsPBT
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment l’Education nationale veut améliorer le remplacement des profs

Message par tannat le Ven 21 Oct 2016 - 17:35

@kioupsPBT a écrit:S'inscrire au concours, ça ne coûte rien : 5 minutes à tout casser... Après libre à chacun de le préparer, d'y aller ou pas...
Mais à quoi bon si l'on ne fait pas ce qui doit être fait ? Pour jouer sur les statistiques ?
C'est la suite qui coûte...

_________________
« Nous naissons tous fous. Quelques-uns le demeurent.  » Samuel Beckett
« C'est un malheur que les hommes ne puissent d'ordinaire posséder aucun talent sans avoir quelque envie d'abaisser les autres.» Vauvenargues

tannat
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment l’Education nationale veut améliorer le remplacement des profs

Message par kioupsPBT le Ven 21 Oct 2016 - 17:42

S'inscrire, c'est le premier pas. D'expérience personnelle, je sais que ça peut être déjà difficile mais, au final, ça vaut le coup.

kioupsPBT
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment l’Education nationale veut améliorer le remplacement des profs

Message par roxanne le Ven 21 Oct 2016 - 17:42

Sauf que tout de même, ce n'est un secret pour personne, pour être titulaire dans l'En, il faut passer par un concours. C'est comme ça, pour tout le monde. Quand j'ai commencé à enseigner comme vacataire puis contractuelle , je savais que je ne devais absolument pas m'installer là-dedans. J'ai continué à passer l'externe puis l'interne dès possible. Après, on peut choisir de ne pas passer les concours, mais il ne faut pas espérer une titularisation.

roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment l’Education nationale veut améliorer le remplacement des profs

Message par zouz le Ven 21 Oct 2016 - 17:43

Non, il y a eu par le passé des vagues de titularisation sans le concours.

zouz
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment l’Education nationale veut améliorer le remplacement des profs

Message par mafalda16 le Ven 21 Oct 2016 - 17:44

@kioupsPBT a écrit:S'inscrire, c'est le premier pas. D'expérience personnelle, je sais que ça peut être déjà difficile mais, au final, ça vaut le coup.

M'enfin quel recrutement pour un boulot à vie n'imposerait pas des efforts ?

mafalda16
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment l’Education nationale veut améliorer le remplacement des profs

Message par kioupsPBT le Ven 21 Oct 2016 - 17:47

@mafalda16 a écrit:
@kioupsPBT a écrit:S'inscrire, c'est le premier pas. D'expérience personnelle, je sais que ça peut être déjà difficile mais, au final, ça vaut le coup.

M'enfin quel recrutement pour un boulot à vie n'imposerait pas des efforts ?

Ah ben, je suis complètement d'accord !

kioupsPBT
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment l’Education nationale veut améliorer le remplacement des profs

Message par roxanne le Ven 21 Oct 2016 - 17:48

@zouz a écrit:Non, il y a eu par le passé des vagues de titularisation sans le concours.
C'était il y a longtemps, ç a ne s'est plus reproduit depuis.

roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment l’Education nationale veut améliorer le remplacement des profs

Message par mafalda16 le Ven 21 Oct 2016 - 17:49

Et quasiment aucune chance que cela se reproduise vu le mépris que les fonctionnaires inspirent aux politiques actuels. Evil or Very Mad

mafalda16
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment l’Education nationale veut améliorer le remplacement des profs

Message par tannat le Ven 21 Oct 2016 - 17:53

@roxanne a écrit:Sauf que tout de même, ce n'est un secret pour personne, pour être titulaire dans l'En, il faut passer par un concours. C'est comme ça, pour tout le monde. Quand j'ai commencé à enseigner comme vacataire puis contractuelle , je savais que je ne devais absolument pas m'installer là-dedans. J'ai continué à passer l'externe puis l'interne dès possible. Après, on peut choisir de ne pas passer les concours, mais il ne faut pas espérer une titularisation.
Et je n'ai pas dit le contraire.
Cependant, il me semble qu'il est un peu réducteur de prétendre que tous les contractuels font le choix délibéré de rester dans cette situation.

_________________
« Nous naissons tous fous. Quelques-uns le demeurent.  » Samuel Beckett
« C'est un malheur que les hommes ne puissent d'ordinaire posséder aucun talent sans avoir quelque envie d'abaisser les autres.» Vauvenargues

tannat
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment l’Education nationale veut améliorer le remplacement des profs

Message par kioupsPBT le Ven 21 Oct 2016 - 17:54

@roxanne a écrit:
@zouz a écrit:Non, il y a eu par le passé des vagues de titularisation sans le concours.
C'était il y a longtemps, ç a ne s'est plus reproduit depuis.

Ca existe toujours dans le privé, non ?

kioupsPBT
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment l’Education nationale veut améliorer le remplacement des profs

Message par PauvreYorick le Ven 21 Oct 2016 - 17:59

@zouz a écrit:Non, il y a eu par le passé des vagues de titularisation sans le concours.
Oui, mais ça s'est assez mal passé, parce que ça a créé des injustices de fait... j'y suis favorable dans certains cas pour remédier à l'hypocrisie de l'employeur (« on ne veut pas t'embaucher durablement, mais on t'embauchera tous les ans jusqu'à ta mort »), mais il faut bien reconnaître que ça n'est pas une mesure normale, et que seul le caractère anormal d'une situation donnée peut éventuellement le justifier.

_________________
DISCUSSION, n. A method of confirming others in their errors.


PauvreYorick
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment l’Education nationale veut améliorer le remplacement des profs

Message par gunépile le Ven 21 Oct 2016 - 18:04

Votre discussion, vue de l'extérieur, pourrait être intitulée:

Contractuels: une sous catégorie bestiale de professeurs.








gunépile
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment l’Education nationale veut améliorer le remplacement des profs

Message par Caro le Ven 21 Oct 2016 - 18:06

Je ne sais pas si cela existe en métropole mais, en outre-mer, dans le privé, on peut être titularisé sans passer le concours. Quand j'étais en Guyane et en Nouvelle-Calédonie, la plupart de mes collègues ont été titularisés au bout de plusieurs années d'enseignement avec un rapport d'inspection positif. Par contre, je ne sais pas si c'est toujours le cas...

Caro
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment l’Education nationale veut améliorer le remplacement des profs

Message par Rendash le Ven 21 Oct 2016 - 18:07

@zouz a écrit:Non, il y a eu par le passé des vagues de titularisation sans le concours.

Et c'était une erreur.
@tannat a écrit:
@roxanne a écrit:Sauf que tout de même, ce n'est un secret pour personne, pour être titulaire dans l'En, il faut passer par un concours. C'est comme ça, pour tout le monde. Quand j'ai commencé à enseigner comme vacataire puis contractuelle , je savais que je ne devais absolument pas m'installer là-dedans. J'ai continué à passer l'externe puis l'interne dès possible. Après, on peut choisir de ne pas passer les concours, mais il ne faut pas espérer une titularisation.
Et je n'ai pas dit le contraire.
Cependant, il me semble qu'il est un peu réducteur de prétendre que tous les contractuels font le choix délibéré de rester dans cette situation.

Le fait est que rester contractuel relève d'un choix. Passer le concours, c'est effectivement du travail, ça demande du temps et de l'énergie, ça n'est pas gratuit. Et donc ?
Les difficultés financières, psychologiques, le temps, les cours, la vie de famille éventuelle, tout ça, c'est valable pour tous les candidats, je ne vois pas bien pourquoi les contractuels devraient être mis à part. S'ils ne souhaitent pas rester contractuels, et avoir le statut des titulaires, évidemment.

Le problème, c'est que pour un nombre croissant de personnes, les contractuels sont l'avenir de la fonction publique. Bon courage quand il faudra trouver des enseignants pour la Seine Saint Denis, la Corrèze ou l'Ain, quand ils ne seront plus obligés statutairement d'y aller.


@gunépile a écrit:Votre discussion, vue de l'extérieur, pourrait être intitulée:

Contractuels: une sous catégorie bestiale de professeurs.


Certes non, les lecteurs extérieurs ne sont pas des crétins malhonnêtes capables de travestir ainsi la discussion en question.

_________________

Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment l’Education nationale veut améliorer le remplacement des profs

Message par roxanne le Ven 21 Oct 2016 - 18:14

@gunépile a écrit:Votre discussion, vue de l'extérieur, pourrait être intitulée:

Contractuels: une sous catégorie bestiale de professeurs.
N'importe quoi. On ,n'est pas obligés d'être victimes non plus. Et encore une fois, je parle de ce que je connais.

roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment l’Education nationale veut améliorer le remplacement des profs

Message par ProvençalLeGaulois le Ven 21 Oct 2016 - 18:15

@tannat a écrit:
@Rendash a écrit:
Mais ça n'a rien d'un choix, contrairement aux contractuels qui font le choix de ne pas passer le concours ; ce n'est donc pas comparable.
Euh, voyons, je ne connais pas la situation de tous les contractuels et je n'ai pas lu tous les commentaires (peut-être le devrais-je, d'ailleurs, avant de vous répondre...), mais enfin je connais des contractuels qui ne peuvent pas non plus passer le concours pour de multiples raisons.
Le concours est un investissement considérable :

  • le temps d'abord : entre les cours et la vie de famille certains n'ont pas vraiment le choix ;
  • l'aspect financier : pour certains c'est déjà un obstacle ;
  • l'aspect psychologique : la peur, l'échec, la remise en question ;
  • la distance qui sépare les attentes du concours et leur bagage (car certains n'ont pas suivi des études classiques dans la discipline, n'en doutons pas)...

Bref, il me semble (ne le prenez pas personnellement, s'il vous plaît), que souvent sur ce forum les gens sont très catégoriques, pour ne pas dire péremptoires (je dois me tromper, le malheur de l'écrit sans la prosodie, certainement). Il y en a sans doute qui correspondent aussi à ceux que vous décrivez ou envisagez mais il y a tant de situations différentes. Il y aura, sans doute, encore je ne sais quelle statistique sur le sujet mais comment dire mieux que Mark Twain "Il y a trois sortes de mensonges: les mensonges, les sacrés mensonges et les statistiques."

Peut-être suis-je trop catégorique mais je trouve que ce sont de fausses excuses.
- le temps : certains arrivent à cumuler vie de famille, cours à assurer et réussite à l'agrégation, donc ce n'est pas infaisable.
- l'aspect financier : s'inscrire aux concours coûte a minima 5€ (frais d'inscription), on peut y rajouter les frais d'achat des bouquins de préparation et les éventuels frais pour se rendre aux écrits puis aux oraux, mais on reste dans des sommes raisonnables dans l'optique d'un emploi à vie ensuite.
- l'aspect psychologique : se dire qu'on réussira jamais alors autant ne pas essayer, je ne trouve cela bien plus dévalorisant pour soi que d'essayer et de rater.
Bref, si on ne tente pas, on ne risque pas d'y arriver.

Et personne n'a dit que les contractuels faisaient tous le choix de ne pas passer le concours, il y a déjà tous ceux qui n'ont pas le diplôme nécessaire pour le passer en externe (M1 à ce jour il me semble) et qui n'ont pas encore l'ancienneté nécessaire pour passer l'interne mais là on est dans une discussion où l'on nous affirme que les contractuels devraient avoir le statut de fonctionnaire sans passer le concours juste parce qu'ils ont de l'ancienneté, et que de ne pas avoir ce statut est une injustice, et je suis désolée mais je ne vois pas en quoi.

_________________
N'empêche que je suis une légende.
Perceval

ProvençalLeGaulois
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment l’Education nationale veut améliorer le remplacement des profs

Message par jésus le Ven 21 Oct 2016 - 18:15

@tannat a écrit:
@Rendash a écrit:
Mais ça n'a rien d'un choix, contrairement aux contractuels qui font le choix de ne pas passer le concours ; ce n'est donc pas comparable.
Euh, voyons, je ne connais pas la situation de tous les contractuels et je n'ai pas lu tous les commentaires (peut-être le devrais-je, d'ailleurs, avant de vous répondre...), mais enfin je connais des contractuels qui ne peuvent pas non plus passer le concours pour de multiples raisons.
Le concours est un investissement considérable :

  • le temps d'abord : entre les cours et la vie de famille certains n'ont pas vraiment le choix ;
  • l'aspect financier : pour certains c'est déjà un obstacle ;
  • l'aspect psychologique : la peur, l'échec, la remise en question ;
  • la distance qui sépare les attentes du concours et leur bagage (car certains n'ont pas suivi des études classiques dans la discipline, n'en doutons pas)...

Bref, il me semble (ne le prenez pas personnellement, s'il vous plaît), que souvent sur ce forum les gens sont très catégoriques, pour ne pas dire péremptoires (je dois me tromper, le malheur de l'écrit sans la prosodie, certainement). Il y en a sans doute qui correspondent aussi à ceux que vous décrivez ou envisagez mais il y a tant de situations différentes. Il y aura, sans doute, encore je ne sais quelle statistique sur le sujet mais comment dire mieux que Mark Twain "Il y a trois sortes de mensonges: les mensonges, les sacrés mensonges et les statistiques."

Un post censé!

Précision pour le CAPES interne, pour ce que j'en connais et l'avoir passé dans deux académies différentes, il n'est pas nécessaire d'être en poste pour être validé. Une signature d'un CDE concernant une séquence qui a eu lieu durant un remplacement dans l'établissement suffit. Il faut avoir de l'ancienneté . Mais, moins on fait de remplacement plus la quotité de service à avoir sur les dernières années diminue. C'est à dire que si on vous appelle moins, comme il arrive à beaucoup en ce moment aux contractuels, il peut arriver qu'on ne soit plus éligible à l'interne. Bref, c'est l'interne, c'est bien quand on donne du travail aux contractuels et non en priorité aux TZR ( ce qui arrive dans de nombreuses académies).

Les places sont très limitées pour les formations au CAPES interne pour les contractuels. Et elles me semblent importantes, car être aidé par un ami, c'est bien, mais avoir une formation institutionnelle, c'est mieux. Au-delà de cette formation que je n'ai pas eue. Il n'y a aucune formation pour les contractuels, et cela reste impossible ou presque si on n'habite pas près d'une ville universitaire digne de ce nom ( ceux qui habitent près de Paris, avec le choix des universités sont avantagés).

Les freins sont bien plus matériels et financiers que psychologiques à mon sens. Une inscription à l'Université ou au CNED a un coût. Tout le monde ne vit dans une grande ville comme Paris avec la vie intellectuelle, les librairies, BU, colloques, amis universitaires qui vont avec. Je ne connais personne qui a reculé en disant que les concours étaient trop durs et se complaire dans la procrastination des concours.

jésus
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment l’Education nationale veut améliorer le remplacement des profs

Message par tannat le Ven 21 Oct 2016 - 18:17

@Rendash a écrit:
@tannat a écrit:
Et je n'ai pas dit le contraire.
Cependant, il me semble qu'il est un peu réducteur de prétendre que tous les contractuels font le choix délibéré de rester dans cette situation.

Le fait est que rester contractuel relève d'un choix. Passer le concours, c'est effectivement du travail, ça demande du temps et de l'énergie, ça n'est pas gratuit. Et donc ?
Les difficultés financières, psychologiques, le temps, les cours, la vie de famille éventuelle, tout ça, c'est valable pour tous les candidats, je ne vois pas bien pourquoi les contractuels devraient être mis à part. S'ils ne souhaitent pas rester contractuels, et avoir le statut des titulaires, évidemment.

Le problème, c'est que pour un nombre croissant de personnes, les contractuels sont l'avenir de la fonction publique. Bon courage quand il faudra trouver des enseignants pour la Seine Saint Denis, la Corrèze ou l'Ain, quand ils ne seront plus obligés statutairement d'y aller.
Ceci est un autre problème... mais c'est le nœud de l'intrigue.
Ce qui oppose les uns aux autres...
Ce qui irrite les impétrants et peine des contractuels.
Mais ce n'est pas ce qui retenait ceux dont j'exposais plus haut la situation.


@Rendash a écrit:
@gunépile a écrit:Votre discussion, vue de l'extérieur, pourrait être intitulée:

Contractuels: une sous catégorie bestiale de professeurs.


Certes non, les lecteurs extérieurs ne sont pas des crétins malhonnêtes capables de travestir ainsi la discussion en question.
Tout en finesse... Very Happy

_________________
« Nous naissons tous fous. Quelques-uns le demeurent.  » Samuel Beckett
« C'est un malheur que les hommes ne puissent d'ordinaire posséder aucun talent sans avoir quelque envie d'abaisser les autres.» Vauvenargues

tannat
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment l’Education nationale veut améliorer le remplacement des profs

Message par mafalda16 le Ven 21 Oct 2016 - 18:25

Bah c'est à dire que la finesse à un moment donné... On ne tourne en rond. Le renne est efficace!

mafalda16
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment l’Education nationale veut améliorer le remplacement des profs

Message par zouz le Ven 21 Oct 2016 - 18:33

@jésus a écrit:
@tannat a écrit:
@Rendash a écrit:
Mais ça n'a rien d'un choix, contrairement aux contractuels qui font le choix de ne pas passer le concours ; ce n'est donc pas comparable.
Euh, voyons, je ne connais pas la situation de tous les contractuels et je n'ai pas lu tous les commentaires (peut-être le devrais-je, d'ailleurs, avant de vous répondre...), mais enfin je connais des contractuels qui ne peuvent pas non plus passer le concours pour de multiples raisons.
Le concours est un investissement considérable :

  • le temps d'abord : entre les cours et la vie de famille certains n'ont pas vraiment le choix ;
  • l'aspect financier : pour certains c'est déjà un obstacle ;
  • l'aspect psychologique : la peur, l'échec, la remise en question ;
  • la distance qui sépare les attentes du concours et leur bagage (car certains n'ont pas suivi des études classiques dans la discipline, n'en doutons pas)...

Bref, il me semble (ne le prenez pas personnellement, s'il vous plaît), que souvent sur ce forum les gens sont très catégoriques, pour ne pas dire péremptoires (je dois me tromper, le malheur de l'écrit sans la prosodie, certainement). Il y en a sans doute qui correspondent aussi à ceux que vous décrivez ou envisagez mais il y a tant de situations différentes. Il y aura, sans doute, encore je ne sais quelle statistique sur le sujet mais comment dire mieux que Mark Twain "Il y a trois sortes de mensonges: les mensonges, les sacrés mensonges et les statistiques."

Un post censé!

Précision pour le CAPES interne, pour ce que j'en connais et l'avoir passé dans deux académies différentes, il n'est pas nécessaire d'être en poste pour être validé. Une signature d'un CDE concernant une séquence qui a eu lieu durant un remplacement dans l'établissement suffit. Il faut avoir de l'ancienneté . Mais, moins on fait de remplacement plus la quotité de service à avoir sur les dernières années diminue. C'est à dire que si on vous appelle moins, comme il arrive à beaucoup en ce moment aux contractuels, il peut arriver qu'on ne soit plus éligible à l'interne. Bref, c'est l'interne, c'est bien quand on donne du travail aux contractuels et non en priorité aux TZR ( ce qui arrive dans de nombreuses académies).

Les places sont très limitées pour les formations au CAPES interne pour les contractuels. Et elles me semblent importantes, car être aidé par un ami, c'est bien, mais avoir une formation institutionnelle, c'est mieux. Au-delà de cette formation que je n'ai pas eue. Il n'y a aucune formation pour les contractuels, et cela reste impossible ou presque si on n'habite pas près d'une ville universitaire digne de ce nom ( ceux qui habitent près de Paris, avec le choix des universités sont avantagés).

Les freins sont bien plus matériels et financiers que psychologiques à mon sens. Une inscription à l'Université ou au CNED a un coût. Tout le monde ne vit dans une grande ville comme Paris avec la vie intellectuelle, les librairies, BU, colloques, amis universitaires qui vont avec. Je ne connais personne qui a reculé en disant que les concours étaient trop durs et se complaire dans la procrastination des concours.

Voir ici pour les conditions d'inscription des non titulaires: http://www.education.gouv.fr/cid51629/conditions-inscription-concours-interne-conseiller-principal-education.html#Conditions_specifiques_au_concours_interne_de_recrutement_de_Cpe
Quelle doit être votre position administrative si vous êtes un agent non titulaire ?

Vous pouvez vous inscrire si :

vous êtes agent non titulaire et en activité ou bénéficiant d'un congé régulier (y compris le congé pour convenances personnelles) conformément aux dispositions réglementaires vous régissant, à la date de publication des résultats d'admissibilité,
vous êtes enseignant stagiaire en cours de stage ou bénéficiant d'un congé en application des dispositions du décret n° 94-874 du 7 octobre 1994 fixant les dispositions communes applicables aux stagiaires de l'État et de ses établissements publics,
vous bénéficiez d'un congé de grave maladie. Toutefois, vous ne pourrez pas être nommé fonctionnaire stagiaire et perdrez le bénéfice du concours si vous n’avez pas obtenu du comité médical compétent un avis favorable à votre réintégration au 1er septembre qui suit l'admission.



zouz
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment l’Education nationale veut améliorer le remplacement des profs

Message par kioupsPBT le Ven 21 Oct 2016 - 18:33

@Caro a écrit:Je ne sais pas si cela existe en métropole mais, en outre-mer, dans le privé, on peut être titularisé sans passer le concours. Quand j'étais en Guyane et en Nouvelle-Calédonie, la plupart de mes collègues ont été titularisés au bout de plusieurs années d'enseignement avec un rapport d'inspection positif. Par contre, je ne sais pas si c'est toujours le cas...

Je crois que c'est encore le cas dans mon coin.

kioupsPBT
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum