Jean-Michel Blanquer, ministre de "l'Ecole de demain" ?

Page 16 sur 17 Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Jean-Michel Blanquer, ministre de "l'Ecole de demain" ?

Message par Fesseur Pro le Jeu 18 Mai 2017 - 23:13

@Lefteris a écrit:Hulot est le bel alibi marketing.
S'il est honnête comme beaucoup le pensent, il ne devrait pas faire de vieux os en tant que ministre.

Fesseur Pro
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Michel Blanquer, ministre de "l'Ecole de demain" ?

Message par Fesseur Pro le Jeu 18 Mai 2017 - 23:15

@Zagara a écrit:Ce n'est pas une "catastrophe" si on est du bon côté de la hache.
Ou si on est c.on comme un manche. professeur

_________________
Pourvu que ça dure... professeur
avatar
Fesseur Pro
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Michel Blanquer, ministre de "l'Ecole de demain" ?

Message par William Foster le Jeu 18 Mai 2017 - 23:18

@Fesseur Pro a écrit:
@Lefteris a écrit:Hulot est le bel alibi marketing.
S'il est honnête comme beaucoup le pensent, il ne devrait pas faire de vieux os en tant que ministre.
Mais le gars est intelligent. Jamais il ne se serait embarqué là-dedans sans assurance de contre-parties.
Moi je dis qu'il a dû obtenir un combo recyclage/accords sur le climat : le recyclage d'un porte-avions en climatiseur géant pour lutter contre le réchauffement climatique.

_________________
Tout le monde me dit que je ne peux pas faire l'unanimité.
"Il ne faut pas voir le mal partout où il est." Marie-Martine Schyns, ministre belge de l'enseignement obligatoire
avatar
William Foster
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Michel Blanquer, ministre de "l'Ecole de demain" ?

Message par Fesseur Pro le Jeu 18 Mai 2017 - 23:22

Ou équivalent.
Je pense que confronté à la réalité du pouvoir, il va vite déchanter, au mieux démissionner, au pire baisser son froc.
A suivre...

_________________
Pourvu que ça dure... professeur
avatar
Fesseur Pro
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Michel Blanquer, ministre de "l'Ecole de demain" ?

Message par gauvain31 le Jeu 18 Mai 2017 - 23:25

@Fesseur Pro a écrit:Ou équivalent.
Je pense que confronté à la réalité du pouvoir, il va vite déchanter, au mieux démissionner, au pire baisser son froc.
A suivre...

Je vois plus une démission qu'un baissage de froc, Hulot est comme Chevènement un homme de conviction et Macron le sait parfaitement. Donc oui il a dû avoir de sacrées garanties.
avatar
gauvain31
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Michel Blanquer, ministre de "l'Ecole de demain" ?

Message par Rendash le Jeu 18 Mai 2017 - 23:27

@gauvain31 a écrit:
@Fesseur Pro a écrit:Ou équivalent.
Je pense que confronté à la réalité du pouvoir, il va vite déchanter, au mieux démissionner, au pire baisser son froc.
A suivre...

Je vois plus une démission qu'un baissage de froc, Hulot est comme Chevènement un homme de conviction et Macron le sait parfaitement. Donc oui il a dû avoir de sacrées garanties.

Si elles sont du même tonneau que les garanties qui ont conduit 38% d'enseignants à voter pour lui, comme la présence de Bayrou, on n'a pas fini de se marrer.

_________________


yesyes  Heureusement, y'a Bayrou yesyes
avatar
Rendash
Empereur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Michel Blanquer, ministre de "l'Ecole de demain" ?

Message par freche le Ven 19 Mai 2017 - 0:03

@Lefteris a écrit:
@Agrippina furiosa a écrit:
@Rendash a écrit:
@Lefteris a écrit:Ou ceux qui disent, en parlant de la réforme de l'évaluation que "ce n'est pas ça le problème actuel", "c'est plutôt la disparition de nos matières",

ha, mais là tu parles de gens qui ont quand même de l'intérêt pour quelque chose, et notamment pour la discipline qu'ils enseignent ! C'est l'Eldorado Laughing
Que dire de ceux qui estiment qu'il faut "moderniser le système", "cesser de s'arc-bouter à une matière", les chantres d'une interdisciplinarité basée sur du vent et des "sciences" de l'éducation, qui estiment que dans "professeur d'histoire (ou de lettres, ou de mathématiques, ou de...), le deuxième nom est accessoire par rapport au premier, etc, etc.
Sur ce sujet (ou approchant, petite digression ... pas taper SVP !), ma collègue d'SVT a l'autre jour dit sans rire que pour l'évaluation du socle pour nos chers 3èmes, le machin concernant la maîtrise de la lecture et de l'écriture du français pouvait être validé par tout le monde, parce que "ben moi aussi, je fais du français, et je leur apprends même à rédiger de manière rigoureuse, tu sais, la démarche scientifique toussa toussa ...". J'ai donc sur le champ informé chefchef que je ne viendrais pas à ladite soirée de validation, n'ayant absolument aucune compétence pour juger de la validation des disciplines scientifiques ... et comme pour le français, ben ...  j'ai bon, là, non ?? abi
Ca montre bien l'idée globale que certains se font du français : une matière de communication de base, uniquement centrée sur la langue, et encore. Ca conforte les élèves qui dès la 6e pensent en savoir assez, parce qu'ils "parlent déjà", et que "ça sert à rien ces cours". De toute façon ils n'auront plus "jamais à écrire de leur vie, il y a les correcteurs sur les ordinateurs".

Chez nous, c'est l'inverse, des professeurs d'histoire et de français évaluent les compétences du domaine 4 (systèmes naturels et systèmes techniques) dans la rubrique "démarche d'investigation" et "prise d'informations"
avatar
freche
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Michel Blanquer, ministre de "l'Ecole de demain" ?

Message par archeboc le Ven 19 Mai 2017 - 0:43

@Zagara a écrit:Par "anti-pédago" ou "pédago" j'avais compris : "pour ou contre le mouvement idéologique précis implanté dans le MEN depuis 20 ans et ayant inspiré l'esprit des dernières réformes, incarnée par un personnage comme M. Meirieu par exemple".

Meirieu et son courant sont marginalisés. Ils ont des postes en ESPE, mais le relai politique, aujourd'hui, est tenu par les sociologues de l'éducation dont Dubet et Duru-Bellat sont les représentants les plus connus. Ils ne sont pas incompatibles avec une approche scientifique de l'éducation, à la Dehaene, mais pour l'instant cantonnée à l'apprentissage de la lecture et de l'écriture, sur la classe de CP, car cela ne vient pas perturber leur convictions égalitaristes.

@Zagara a écrit:Ils peuvent aussi reconduire cette répétition dans l'échec car :les médias s'en fichent de l'école (combien de vrais rubricards scolaires ? Combien de papiers sérieux sur le sujet ? Le chiffre est proche de zéro) ; ils ont supprimé tous les outils d'évaluation des réformes (quand ça s'est un peu vu à cause des baisses dans PISA et autres, seul moment où les médias s'intéressent à l'école, ils en ont restauré 1, mais m'est avis qu'il ne durera pas longtemps Laughing) ; les gens, en majorité, n'en ont rien à faire des profs, qu'ils considèrent comme des fainéants trop payés.
[...]
La liberté accordée à la techno-structure du MEN est fascinante. Je crois que c'est un effet induit par le désintérêt massif de toute la société française pour les questions scolaires. Rendez-vous compte qu'il a fallu attendre 2016 pour avoir des journées d'étude (annoncées comme régulières) sur les orientations pédagogiques françaises au Sénat, que ni l'Assemblée ni le Sénat ne possèdent de commission spécifique aux questions éducatives (elle sont diluées dans culture/jeunesse/temps libre/éducation), qu'il n'y a quasiment pas de rubriques dédiées à l'école dans les grands journaux, etc.

Il y a des journalistes éducations pointus en France. Aussi pointus en tout cas que leurs conditions d'exercice du métier leur permet de l'être. Ce qui est plus symptomatique, à mes yeux, c'est l'indifférence des politiques que tu signales ici. J'ai déjà signalé aussi l'indifférence de la revue Esprit, qui n'y a plus consacré un dossier depuis 1984.


@V.Marchais a écrit:Oui, c'est une variation sur "la faisabilité de l'ajustement", fameux rapport de l'OCDE. Certains nous accusaient de malhonnêteté en faisant le lien entre ce rapport et les réformes en cours. Maintenant, ils le voient peut-être mieux, le lien.

Le rapport disait : "les gouvernements peuvent être tenté de faire telle et telle chose, ce qui ruinerait l'éducation". On voit bien le lien avec les réformes en cours. La malhonnêteté, c'est de dire que dans le rapport on peut lire : "gouvernements, faites telle et telle chose pour ruiner l'éducation".


@gauvain31 a écrit:
@Fesseur Pro a écrit:Ou équivalent.
Je pense que confronté à la réalité du pouvoir, il va vite déchanter, au mieux démissionner, au pire baisser son froc.
A suivre...

Je vois plus une démission qu'un baissage de froc, Hulot est comme Chevènement un homme de conviction et Macron le sait parfaitement. Donc oui il a dû avoir de sacrées garanties.

Les promesses n'engagent que ceux qui y croient. Hulot n'aura pas un seul député à la chambre. Il cessera d'être utile. Selon les rapports de force à l'assemblée, Bayrou sera plus dangereux. Mais une partie de ses soutiens se laisseront acheter : ils ont trop attendu pour se contenter d'un seul mandat. Ce sont les membres de la société civile dont Macron doit se méfier. Ce sont ceux qui peuvent le plus facilement changer d'allégeance, et chez qui aussi on pourrait rencontrer quelques idéalistes.

Prenons même un Blanquer, et comparons le à NVB : la différence principale, c'est que la précédente ministre pouvait légitimement entretenir des espoirs de monter encore plus haut. Blanquer, lui, est au top. En ce sens, il est libre, et en particulier libre d'être totalement différent du Blanquer qui a fait carrière. Il ne faut pas désespérer de la volupté de l'honneur.

_________________
« [..] tout avait sombré dans un tel bourbier d'incompétences qu'au lieu de choisir celui qui était le plus digne d'être élu, on avait tendance à chercher celui qui était simplement le moins pire, le moins stupidement inepte, le moins dramatiquement incapable, et on votait pour lui. La médiocrité était devenu un mérite, et l'incompétence la règle. » ---- Silvana de Mari, auteur européen du XXIe siècle.
J'ai aimé : Corporate.

archeboc
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Michel Blanquer, ministre de "l'Ecole de demain" ?

Message par gauvain31 le Ven 19 Mai 2017 - 0:43

@Rendash a écrit:
@gauvain31 a écrit:
@Fesseur Pro a écrit:Ou équivalent.
Je pense que confronté à la réalité du pouvoir, il va vite déchanter, au mieux démissionner, au pire baisser son froc.
A suivre...

Je vois plus une démission qu'un baissage de froc, Hulot est comme Chevènement un homme de conviction et Macron le sait parfaitement. Donc oui il a dû avoir de sacrées garanties.

Si elles sont du même tonneau que les garanties qui ont conduit 38% d'enseignants à voter pour lui, comme la présence de Bayrou, on n'a pas fini de se marrer.

Ah ça, on aura la réponse dans quelques semaines Rendash. Hulot dans ce gouvernement ultra libéral m'intrigue. Il aurait été plus logique de le voir sous une présidence Mélenchon. Je me dis qu'il y a un loup quelque part. Hulot n'est pas pourtant du genre à se faire entuber; il a dû être énormément sollicité politiquement ces dernières années avant Macron : alors pourquoi choisir ce président là ?
avatar
gauvain31
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Michel Blanquer, ministre de "l'Ecole de demain" ?

Message par Gravity le Ven 19 Mai 2017 - 6:28

AArrff

Jean-Michel Blanquer, un juriste...

Celui qui a "instauré" :
- les formations hors temps de travail...
- la politique managériale et dévastatrice du secteur privé...
- la division et la mise en concurrence entre collègues...
- les jours de carences liés à l'assurance maladie...
- les pleins pouvoirs aux chefs d'établissements...
- les pleins pouvoirs aux parents d'élèves...
- l'infantilisation et la culpabilité des enseignants comme nerf de sa guerre...
- la mise en place de l'élève roi...
- l'ultra bienveillance envers les élèves, comme dogme prioritaire.
- bref, un de ceux qui ont foutu la merde dans le paquebot "éducation nationale" et qui ont contribué à rendre, au mieux, notre métier détestable, au pire, suicidaire...

Le pire, après cette série de mesures ultra critiquables, si seulement le niveau des élèves eusse crû..
Au lieu de cela, nous constatons tout les jours, que le niveau des élèves devient de plus en plus lamentable...

Qu'il dégage et vite...


Dernière édition par Gravity le Ven 19 Mai 2017 - 6:39, édité 1 fois
avatar
Gravity
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Michel Blanquer, ministre de "l'Ecole de demain" ?

Message par Paddy le Ven 19 Mai 2017 - 6:38

@gauvain31 a écrit:
@Rendash a écrit:
@gauvain31 a écrit:
@Fesseur Pro a écrit:Ou équivalent.
Je pense que confronté à la réalité du pouvoir, il va vite déchanter, au mieux démissionner, au pire baisser son froc.
A suivre...

Je vois plus une démission qu'un baissage de froc, Hulot est comme Chevènement un homme de conviction et Macron le sait parfaitement. Donc oui il a dû avoir de sacrées garanties.

Si elles sont du même tonneau que les garanties qui ont conduit 38% d'enseignants à voter pour lui, comme la présence de Bayrou, on n'a pas fini de se marrer.

Ah ça, on aura la réponse dans quelques semaines Rendash. Hulot dans ce gouvernement ultra libéral m'intrigue. Il aurait été plus logique de le voir sous une présidence Mélenchon. Je me dis qu'il y a un loup quelque part. Hulot n'est pas pourtant du genre à se faire entuber; il a dû être énormément sollicité politiquement ces dernières années avant Macron : alors pourquoi choisir ce président là ?

1 On nomme un médiateur pour Notre-Dame-des-Landes. 2 En Marche gagne les législatives grâce à la présence de Saint Nicolas au gouvernement 3 Le médiateur confirme le référendum. 4 Saint Nicolas, scandalisé, claque la porte du gouvernement. 5 Il reste encore 4 années 1/2 avant la rééléction de Sa Seignerie Emmanuel pour faire oublier ce triste épisode. 6 Fin d'une chronique annoncée.
avatar
Paddy
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Michel Blanquer, ministre de "l'Ecole de demain" ?

Message par Celadon le Ven 19 Mai 2017 - 7:32

ND des Landes n'aurait-il pas pu faire partie du panier de garanties, médiateur ou pas ?
avatar
Celadon
Demi-dieu


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Michel Blanquer, ministre de "l'Ecole de demain" ?

Message par almuixe le Ven 19 Mai 2017 - 8:19

Exactement, Macron peut lui avoir promis de repeindre la lune en vert. Il suffit qu' Hulot reste au gouvernement jusqu' aux législatives, c'est l'affaire de quelques semaines. Si tromperie il y a c' est trop court pour s' en rendre compte. L'homme est habile c' est certain.

almuixe
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Michel Blanquer, ministre de "l'Ecole de demain" ?

Message par roxanne le Ven 19 Mai 2017 - 8:22

Que de spéculations! Vous êtes très forts en politique fiction sauf que c'est rarement comme ça que les choses se passent. Macron n'a pas intérêt à se débarrasser de Hulot puisque çaz ferait le jeu de tous ceux qui le prédisent. Attendons de voir, on peut aussi espérer que ça réussisse. Je parle de l'écologie.
avatar
roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Michel Blanquer, ministre de "l'Ecole de demain" ?

Message par Zagara le Ven 19 Mai 2017 - 8:30

Hulot ne restera que si on lui accorde assez de marges de manœuvre pour faire des réformes écologiques positives.
Or Macron veut ouvrir des mines d'or à ciel ouvert en Guyane, relancer la recherche sur le gaz de schiste et les OGM, ne pas lâcher le nucléaire, etc.
Combien d'arbitrages défavorables acceptera Hulot avant de claquer la porte ? Ou le collier doré du maroquin l'emportera-t-il sur ses convictions ? A voir.
avatar
Zagara
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Michel Blanquer, ministre de "l'Ecole de demain" ?

Message par Thalia de G le Ven 19 Mai 2017 - 8:36

Merci d'éviter les digressions sur les autres ministres.

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie.
avatar
Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Michel Blanquer, ministre de "l'Ecole de demain" ?

Message par Paddy le Ven 19 Mai 2017 - 8:44

Oui c'est vrai. Tiens, y a le père Bigorgne qui a dit sur RTL que notre Bon Jean-Michel serait un très bon ministre de l'Éducation nationale. Étonné je suis.
avatar
Paddy
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Michel Blanquer, ministre de "l'Ecole de demain" ?

Message par johel le Ven 19 Mai 2017 - 8:45

Notre nouveau ministre était sur france inter ce matin.

Quelqu'un a-t-il écouté et entendu ce qu'il a dit notamment pour les mesures effectives dès la rentrée ??? Pas le temps là d'écouter le replay.

https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-d-ali-baddou/l-invite-d-ali-baddou-19-mai-2017

Extraits de son intervention sur le Parisien :
7h56. «L'Institution est la pour vous aider pas pour vous contrôler» lance le ministre aux professeurs. «Les rythmes scolaires c'est quelque chose qui se discute calmement. On doit respecter les maires, il faut voir ce qu'il y a de mieux pour les enfants», poursuit Jean-Michel Blanquer. «Travaillons ensemble, on va faire progresser l'école ensemble».

7h54. «Mes maîtres mots, pragmatisme et évaluation scientifique», annonce le ministre de l'Education. «Il faut des professeurs très bien formés. On va y arriver, par étape. Il faut créer des postes, on est en train de calculer combien», ajoute-t-il. «Mon but c'est que chaque élève qui sort du CP sache lire et écrire».

7h52. Quel projet pour le système d'éducation ? «Je veux le faire évoluer, je veux respecter les professeurs, je veux libérer les énergies», asure Jean-Michel Blanquer. «Il faut aimer son pays», élude le ministre sur la question du récit national. «Il faut un récit chronologique qui permet de se repérer» poursuit-il.

7h50. «Sortons des caricatures», déclare Jean-Michel Blanquer. «Je n'ai pas fait que gérer une école de management», se défend le ministre, ancien directeur de l'Essec. Il est accusé notamment par Jean-Luc Mélenchon de vouloir diriger son ministère «comme une école de commerce». Il rappelle que le leadeur de la France Insoumise s'est rendu dans cette école et y a été très applaudi.

7h48. Jean-Michel Blanquer est l'invité de France Inter. Agé de 52 ans, cet agrégé de droit public s'est illustré entre 2007 et 2009 en multipliant les innovations à la tête de l'académie de Créteil, tel que la cagnotte anti-décrocheu

johel
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Michel Blanquer, ministre de "l'Ecole de demain" ?

Message par Paddy le Ven 19 Mai 2017 - 8:53

Un vrai discours de candidate à Miss France. On ne peut qu'applaudir.
avatar
Paddy
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Michel Blanquer, ministre de "l'Ecole de demain" ?

Message par Zagara le Ven 19 Mai 2017 - 8:54

éléments_de_langage.fr
C'est beau comme du Macron. Il a même récupéré le "libérer les énergies". flower
avatar
Zagara
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Michel Blanquer, ministre de "l'Ecole de demain" ?

Message par Iphigénie le Ven 19 Mai 2017 - 9:04

@Zagara a écrit:éléments_de_langage.fr
C'est beau comme du Macron. Il a même récupéré le "libérer les énergies". flower
Je ne l'ai pas entendu, j'ai demandé à mon mari ce qu'il avait dit:
"Il n'a absolument rien dit, mais il va libérer vos énergies"
avatar
Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Michel Blanquer, ministre de "l'Ecole de demain" ?

Message par e-Wanderer le Ven 19 Mai 2017 - 9:18

Il faut être rudement fort en Yoga pour devenir ministre. Pouvez pas comprendre…
avatar
e-Wanderer
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Michel Blanquer, ministre de "l'Ecole de demain" ?

Message par Halybel le Ven 19 Mai 2017 - 9:27

@Rendash a écrit:
@Lefteris a écrit:
@Zagara a écrit:Ce n'est pas une "catastrophe" si on est du bon côté de la hache.

Je ne comprendrai jamais les gens qui "moralisent" les sujets politiques. L'autonomie des établissements, la salarialisation, l'évaluation permanente (joliment appelée "formation continue"), ce n'est "bien" ou "mal", ce n'est une "catastrophe" ou une "avancée", que selon d'où on se positionne et selon ses intérêts.

Ce que je trouve marrant par contre, c'est que souvent, ceux qui disent "roh tu es catastrophiste" sont du côté du tranchant. Moi je suis du côté du manche, donc je pourrais dire que tout cela est très bien.

D'ailleurs on remarquera que je n'ai jamais qualifié positivement ou négativement ces réformes, je n'ai fait que dérouler ce que je crois être leurs effets concrets. Ensuite, libre à chacun de considérer que c'est "bien" ou "mal". Après tout, les salariés du privé vivent ces conditions-là et il n'y a qu'entre 500 et 600 morts au travail par an, et le burn out (reconnu) ne touche qu'environ 5% de la masse salariale. Le tout, c'est de ne pas être dans les 5%... ou d'avoir assez peu d'empathie pour ne pas souffrir de voir ces 5% là (bon, là je perds... tanpis).
La catastrophe, c'est quand 90% des gens sont du côté du tranchant, et c'est ce qui va se passer. Ceux qui accusent de "catastrophisme" sont ceux qui sont déjà du côté du manche, ou qui espèrent l'être. La troisième catégorie représente les ravis , ceux qui ne voient jamais rien.
Un des éléments de langage managérial (que je n'ai pas entendu que dans l'E.N.) , quand les gens sont consternés  et le montrent, comme lors de la dernière réforme c'est  : "Il ne faut pas prendre les choses comme ça". Et ça ferme la discussion. A plus haut niveau, entendu jadis d'un directeur de cabinet par des collègues en délégation (quand je faisais bien plus de syndicalisme) "certes, c'est désavantageux , mais ils sont fonctionnaires et ont du boulot, alors...".  Donc, tout est botté en touche, il n'y a  jamais rien de grave.

Et quand tu essaies d'alerter un peu, tu es l'oiseau de mauvais augure, l'éternel râleur.
Florilège de la salle des profs de Collège 2 aujourd'hui :
" Vraiment ? Tu crois ? Hoo, ça n'arrivera pas, c'est pas possible".  aaq
" T'abuses un peu, quand même, c'est pas non plus comme si c'était Fillon" (ahem...  Rolling Eyes )
"Ben, c'est une bonne idée l'autonomie, on pourra s'adapter au public, comme ça"  
"C'est quoi le problème avec ce truc d'annulation, là ? Ha ? Annualisation ? hé bien ?"  abb
"Ha, mais tu fais flipper avec ton truc, là. Arrête, je vais pas en dormir après, ça me noue, on parle d'autre chose".  
" Rolling Eyes "  

Sauf que parmi vos arguments certes valables se trouvent aussi beaucoup de SF et de catastrophisme.
avatar
Halybel
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Michel Blanquer, ministre de "l'Ecole de demain" ?

Message par Paddy le Ven 19 Mai 2017 - 9:58

Entièrement d'accord. Puisqu'on vous dit que Sa Seigneurie Emmanuel va tous nous sauver ! Et ça c'est pas de la SF !
avatar
Paddy
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Michel Blanquer, ministre de "l'Ecole de demain" ?

Message par Archie Leach le Ven 19 Mai 2017 - 10:24

@Reine Margot a écrit:Oh ben chez les administratifs c'est pareil: tu leur dis suppression de 120000 postes de fonctionnaires:

- ah oui mais il y a des endroits où il y en a trop aussi
- ça ne se fera pas chez nous, ils viseront la territoriale où il y a trop de monde 


Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Rolling Eyes Comme si ... Comme si on allait viser la territoriale ...

Archie Leach
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: Jean-Michel Blanquer, ministre de "l'Ecole de demain" ?

Message par Whypee le Ven 19 Mai 2017 - 10:32

@Iphigénie a écrit:
@Zagara a écrit:éléments_de_langage.fr
C'est beau comme du Macron. Il a même récupéré le "libérer les énergies". flower
Je ne l'ai pas entendu, j'ai demandé à mon mari ce qu'il avait dit:
"Il n'a absolument rien dit, mais il va libérer vos énergies"
Excellent résumé de la part de monsieur aai

Il aime les élèves, il aime les enseignants, il aime la France. J'su tout' émotionné... mais pas dupe !

_________________
"Il y a deux types de personnes qui vous diront que vous ne pouvez pas faire une différence dans ce monde : ceux qui ont peur d’essayer et ceux qui ont peur que vous réussissiez."
____Ray Goforth____
avatar
Whypee
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Page 16 sur 17 Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum