Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Page 2 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par Nicétas le Mar 8 Nov 2016 - 21:43

C'est malheureux, ce mépris des élèves dont certains font preuve... ça me rend malade de lire ou d'entendre qu'ils ne méritent que du ludique. On peut être ambitieux sans être déconnecté, non ? Tout du moins éviter le ludique ? C'est avec cet espoir-là que je rentrerai bientôt dans le métier en tout cas, mais qui ne me semble pas vain quand je vois le groupe d'élèves de ZEP que je suis (l'ENS développe de beaux programmes de tutorat ! Donc certes les élèves sont plus motivés, même s'ils ont de grosses lacunes, mais en tout cas ils aiment la répétition et la structure, ça les rassure). Ça m'attriste aussi, cette attitude de ton CPE... Je me demande si au fond ce n'est pas un peu son propre rapport à la culture qui transparaît...

Nicétas
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par Philomène87 le Mar 8 Nov 2016 - 21:47

@*Plume* a écrit:Amaliah : "On" = le CPE qui gère la classe de 3ème où je galère Neutral Il m'a attrapée une fois à la sortie d'un cours pour me dire que je n'avais pas le coup pour travailler en REP.
"Oui c'est ça, et toi retourne à tes absences et à tes retards ; les vaches seront bien gardées".

avatar
Philomène87
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par Leodagan le Mar 8 Nov 2016 - 21:48

Inutile de varier les supports: ce n'est pas une question de support.

C'est sans doute qu'ils veulent tester les limites de la tolérance à l'insolence, et dans ce cas il faut punir et persévérer (quitte à changer pour rectifier le tir si nécessaire). Si c'est une question d'état d'esprit de la classe, changer de support ne remédiera pas à grand chose.

Même les classes très faibles et agitées peuvent se faire au texte classique pur et dur, sans racolage ni renonciation aux vrais textes. Tout peut être accepté du moment qu'on ne fléchit pas et qu'on agrémente les temps morts avec des anecdotes, des exemples variés, une digression... Les CDE pourront dire ce qu'ils voudront, la contestation des cours n'émane pas forcément des élèves qui se sentent faibles, mais d'élèves moyens voire scolaires qui sont déçus ou frileux face au changement d'habitudes (et donc au risque de perdre des points).

Autres pistes: peut-être est-ce une question de rythme un peu trop lent ou de variété d'exercices à l'intérieur d'une séance ?


Justifier ses choix de textes devant une classe de collège peut très vite passer pour un manque de confiance en soi. Au détour d'une phrase ou pour renforcer une idée, pourquoi pas.

Personnellement, j'éviterais soigneusement de parler des avis extérieurs sur leur niveau ou sur le contenu des cours: c'est à double ou triple tranchant !
avatar
Leodagan
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par *Plume* le Mer 23 Nov 2016 - 11:58

Bonjour à tous,

Me revoilà, nouveaux soucis Sad .... Avant tout, merci à tous ceux qui, très gentiment, répondent à mon sujet, c'est un vrai réconfort pour moi de vous lire et ça m'aide à tenir le choc  topela

Je sors d'une heure avec une classe de 3ème où j'ai souhaité travailler avec eux le sujet d'argumentation du brevet. Tollé total !! J'avais prévu une réflexion ensemble autour du sujet, chercher ensemble les exemples, relire ce qu'on a fait dans le cahier (on l'a fait lundi), leur montrer un exemple de rédaction et les faire rédiger une sous-partie. Ils n'ont jamais voulu rédiger, faisaient semblant de travailler quand je passais puis mettaient le bazar quand j'allais aider quelqu'un d'autre. Je leur ai dit de faire leur travail sur feuille et je l'ai ramassé. Ils ont alors pleurniché que je ne voulais pas les aider (tiens, c'est noté et bizarrement maintenant ça les intéresse de comprendre... Rolling Eyes ) puis ont râlé que les autres classes écoutaient du slam et que nous on ne faisait que s'ennuyer et que c'était bien fait pour moi s'ils mettaient le bazar, mon cours est tellement chiant.
Bref, une horreur, je suis dépitée, démoralisée et démotivée No Sad

Auriez-vous des idées pour remobiliser cette classe, leur donner envie de travailler? Je pratique un enseignement carré, scolaire mais je sens bien que ça ne passera pas avec eux No Leur niveau est faible, je ne sais plus quoi faire Sad Je me sens impuissante et ne sait pas quoi faire pour changer...
titanic

Leodagan : J'ai toujours eu ce problème de rythme de mon cours (on me le reprochait déjà en stage) mais je ne parviens pas à le régler... Comment pourrais-je faire?
avatar
*Plume*
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par Nicétas le Mer 23 Nov 2016 - 12:35

Bonjour Plume,

Je compatis sincèrement.
Je trouve que c'est lamentable cette attitude...

"puis ont râlé que les autres classes écoutaient du slam et que nous on ne faisait que s'ennuyer et que c'était bien fait pour moi s'ils mettaient le bazar, mon cours est tellement chiant,"

Pour ça, par contre, je ne sais pas trop comment tu as réagi mais il ne faut surtout pas le laisser passer ! Plus facile à dire qu'à faire je sais, en plus j'ai une mini classe géniale donc je suis mal placé pour t'aider... Ces idiots ne se rendent pas compte de la chance qu'ils semblent avoir.

Je ne peux pas trop te donner de conseils, peut-être faire un gros recadrage et les faire écrire, écrire et ramasser systématiquement quelques travaux en fin d'heure ?

Je ne suis d'aucune aide, je sais mais je te soutiens à fond Smile
Nicéas
avatar
Nicétas
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par Hirondelle78 le Mer 23 Nov 2016 - 13:09

Bonjour,
Je suis navrée de ce qui vous arrive. Enseignant dans le supérieur, je suis consciente que mes conseils peuvent ne pas s'appliquer à des classes de collège, mais sait-on jamais ?
Primo, ils cherchent manifestement à mettre à bout la petite jeune. Ne voyez chez moi aucun mépris. Mais pour l'avoir beaucoup vécu en début de carrière, je sais que c'est très déstabilisant.
Deuxio, dans la salle de classe, il y a un patron et un seul. C'est vous. Point barre. Les tiers (CPE et consorts) n'ont rien à dire. Sachez que cette immixtion est fréquente. Il y a quelques temps, une secrétaire a cru malin de me reprocher mes méthodes. Je l'ai invitée à mener de front deux doctorats, comme je l'avais fait, et à revenir me voir quand son CV ressemblerait au mien. Les donneurs de leçons ont une fonction, se faire envoyer paître s'ils sortent de leur rôle.
Vos élèves osent vous parler comme ils le font parce qu'ils savent pertinemment que d'autres adultes les soutiennent dans l'établissement.
Ils sont en année d'examen ? Quand leur prochain brevet blanc aura-t-il lieu ? Les notes peuvent les faire réfléchir, non ?
Dernier point, en cas de chahut, j'utilise toujours la même technique. Je me tais puis "Prenez une feuille". Les interrogations surprises sont-elles prohibées ?

Surtout, tenez bon !

Bien à vous.

Hirondelle78
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par zeprof le Mer 23 Nov 2016 - 13:15

Je compatis sincèrement et je plussoie les autres, cette phrase sur le slam, ton cours soi disant chiant et le fait qu'ils fassent le bazar doit être sanctionnée !

par qui a-t-elle été prononcée ? j'imagine qu'il y avait un meneur ou deux ? punis-les et appelle les parents si c'est possible, c'est de l'insolence caractérisée. Ne te laisse pas démonter. TU es la prof, TU choisis ce que tu leur fais étudier, TU es le maitre dans la classe.

Courage.

_________________
"La peur est le chemin vers le côté obscur: la peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine… mène à la souffrance."
avatar
zeprof
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par Anarore le Mer 23 Nov 2016 - 13:52

Je suis désolée de lire ça Plume. Je comprends que ça te déprime, te panique et t'angoisse pour y retourner au prochain cours...

Même question que les autres : qui a dit cela, et qu'as-tu fait/répondu ?

Deuxième chose : enquête ! est-ce vrai qu'ils écoutent du slam en 3e ? Dans quel chapitre ? Quel but ? Tout le temps ou c'est arrivé une fois pour l'exemple et tes élèves essayent de te faire prendre des vessies pour des lanternes ?

Enfin, s'ils le prennent comme ça, je serais mauvaise à ta place
:
- le slam ne vous aidera pas au brevet
- le slam c'est quand on fera de la poésie mais vu comme vous êtes parti j'ai pas envie de vous faire plaisir
- le slam c'est pour quand vous aurez des bases d'analyse que vous n'avez toujours pas à Noël parce que vous êtes des fumistes, la preuve hop sujet de brevet sur le chapitre. Vous avez 2heures, j'applique le barème, venez pas pleurer sur votre incompétence. Vous refusez de bosser, je ne perdrais plus mon temps avec vous.

Tu vas voir que devant les cartons, ça va flipper sévère. Après il faut avoir du soutien dans ton collège, parce que si les parents se plaignent des notes il faut pouvoir expliquer que les élèves ne veulent pas travailler en n'apprenant pas leurs leçons, ou en écoutant pas, et que c'est généralisé à d'autres matières.

_________________
"En dépit de tout ce qu'on peut vous raconter, les mots et les idées peuvent changer le monde." - Le Cercle des Poètes Disparus

"Un baiser, mais à tout prendre, qu'est-ce? Un serment fait d'un peu plus près, une promesse plus précise, un aveu qui se veut confirmer, un point rose qu'on met sur l'i du verbe aimer;
C'est un secret qui prend la bouche pour oreille, un instant d'infini qui fait un bruit d'abeille, une communion ayant un goût de fleur, une façon d'un peu se respirer le coeur, et d'un peu se goûter, au bord des lèvres, l'âme!" - Cyrano de Bergerac
avatar
Anarore
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par *Plume* le Mer 23 Nov 2016 - 14:08

Merci à tous les 4 pour vos messages I love you

J'essaie de tenir bon mais quand je sors de cours tels que celui de ce matin, je suis en colère (contre les élèves ou moi, je n'arrive pas à le dire) et j'ai juste envie de tout plaquer.

Ah s'il n'y avait qu'un meneur ou deux dans cette classe ... Non, j'ai 5 élèves vraiment problématiques plus 3-4 suiveurs assidus. Ils parasitent sans cesse le cours, je passe mon temps à les reprendre, à faire la police ! Et les 12 élèves volontaires et bosseurs qui restent font ce qu'ils peuvent. Je les plains et c'est pour eux que je fais le maximum.

Cette phrase sur le slam et la nullité de mes cours a été prononcée par une élève. Suite à cette intervention, beaucoup d'élèves ont acquiescé d'un "Ouais" ou "C'est clair" ou autres choses dans ce genre. Je me suis mise en colère et leur ai dit que vu leur attitude je n'avais clairement pas envie de faire un effort pour leur faire plaisir. Je leur ai dit que les efforts ça marchait dans les 2 sens. Sourires goguenards et bazar qui reprend.

Et face à cela, je me dis "Mais ils ont tellement raison, mes cours sont nuls et inintéressants, je ne suis pas faite pour ce métier, etc."

Oui il y a bien du slam qui a été fait en 4ème, on entendait la musique dans le couloir, c'est pour cela qu'ils ont réagi.

J'ai bien évidemment parlé au CPE et au CDE de ces élèves et de leur attitude irrespectueuse. Réponse : ici nos élèves ont leur caractère, il faut que vous appreniez à faire avec, à vous adapter. Vous enseignez mal, vous ne savez pas intéresser vos élèves donc bien fait pour vous s'ils vous mettent le bazar. Sad Sad Sad
Bon après, certains élèves sont convoqués mais bon. C'est quand même moi la cause du problème selon eux.

_________________
"Humeur du moment" :


Ma motivation est sans limite. Quoi que...
avatar
*Plume*
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par nitescence le Mer 23 Nov 2016 - 14:34

As-tu essayé d'isoler les meneurs et les suiveurs de la façon suivante : tu mets devant les élèves qui veulent travailler et derrière les perturbateurs et tu les ignores ostensiblement en ne t'occupant que des élèves sérieux ?
Par ailleurs, as-tu téléphoné aux parents quand un élève dérange le cours ? Parfois ça marche bien...
Tu peux aussi les casser publiquement : ils ont horreur de ça et n'ont pas envie de risquer à nouveau de se faire mettre la honte devant tout le monde.

_________________
Mordre. Mordre d'abord. Mordre ensuite. Mordre en souriant et sourire en mordant. (avec l'aimable autorisation de Cripure, notre dieu à tous)
avatar
nitescence
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par *Plume* le Mer 23 Nov 2016 - 14:42

Nitescence : Merci pour ton message Smile
J'essaie dans mon plan de classe d'alterner les meneurs (seuls sur une table) et les élèves sérieux. Mais mes salles ne sont pas assez grandes...
En mettant tous les perturbateurs au fond je risque d'avoir le chaos total pale Et ça se balance des stylos, ça s'amuse à parler en même temps que moi, ça jette la trousse des copains à terre, ça se lève en passant devant moi pour aller à la poubelle. Ils ne me respectent pas UN instant  No
Oui j'ai déjà appelé les parents à plusieurs reprises. Pas de changement...
Je les "casse" régulièrement, ils ont la honte 5 minutes puis ça leur passe. Et ça repart au quart de tour.

Résultat, on (= CPE, CDE) me dit que si les élèves étaient occupés dans mon cours, ils n'auraient pas le temps de bavarder. Mais je fais tout pour les occuper, ils ne veulent pas travailler Sad

Aussi, question pratique : j'ai 2 séquences en 3ème, une avec livre+film, l'autre avec un GT+images.
Dois-je prendre la séquence avec le film pour cette classe et tenter de la remobiliser?
Ou alors, je garde cette séquence avec film pour mon autre 3ème plus travailleuse et méritante?
avatar
*Plume*
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par zeprof le Mer 23 Nov 2016 - 14:48

comme dit nitescence il faut isoler les meneurs.
ils ne se lèvent pas sans autorisation : ils le font ? punition.
ils balancent une trousse : ils la ramassent + punition
ils se jettent un stylo : idem.

colle ou punis selon ce qui se fait dans ton cours, cette élève qui t'a répondu.

les meneurs : tu leur cloues le bec dès la première tentative, tu n'es pas là pour perdre du temps à discuter avec eux sur la qualité de ton cours ou le contenu, tu es le chef, quand ils auront leur CAPES ils pourront en reparler, toi tu as l'expérience qui te permets de dire que ce que tu leur proposes est bon pour eux.
Tu n'es pas obligée de dire tout ça. Tu leur cloue le bec à ta façon, ne perds pas de temps à discuter c'est ce qu'ils attendent et tu notes la première remarque.
(d'expérience c'est ce que je fais : en général les caïds restent tranquilles et se taisent, si tu lis mon profil je suis PLP, on a le même type de public, les miens sont juste plus vieux en age, pas en attitude...)
à la 2e tentative, tu prends le carnet et tu notes une observation,
à la 3e, le pénible sort ! (enfin si tu es sure que la vie sco ne va pas te le ramener...) avec une punition bien pénible.
bon courage

_________________
"La peur est le chemin vers le côté obscur: la peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine… mène à la souffrance."
avatar
zeprof
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par nitescence le Mer 23 Nov 2016 - 14:53

Tu as discuté avec tes collègues de la classe ? Comment s'y prennent-ils ? Tu as essayé d'exclure les plus perturbateurs, de les coller, de leur donner des punitions ?
Il y a aussi un système qui marche parfois : tu dessines une cible avec trois cercles concentriques sur un coin du tableau et tu les préviens que si tu atteins le centre il y a un contrôle qui tombe. A chaque fois qu'il y a trop de bruit, tu mets une croix dans un cercle (ils ont donc le droit à 2 jockers, la troisième fois au contrôle). Naturellement, ils vont te tester et la première fois tu prépares à l'avance un contrôle. En général, au bout de deux ou trois essais, ils ont compris et ils se calment...

_________________
Mordre. Mordre d'abord. Mordre ensuite. Mordre en souriant et sourire en mordant. (avec l'aimable autorisation de Cripure, notre dieu à tous)
avatar
nitescence
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par KrilinXV3 le Mer 23 Nov 2016 - 14:56

@*Plume* a écrit:Bonsoir à tous,

Je viens vous demander conseil sur la façon de travailler le français au collège.

Je suis professeur de lettres en collège REP. Je travaille de la façon suivante : j'alterne entre une étude de texte et une leçon d'étude de la langue. Mes études de texte sont toujours menées de la même façon : je distribue le texte, les élèves le lisent, notent leurs impressions dans leur cahier (ou parfois je les relève à l'oral). On parle du texte, on voit son intérêt, les raisons qui m'ont poussée à le choisir. Puis je distribue des questions sur cet extrait qu'on vient d'analyser. On corrige. Conclusion et on passe à une leçon d'étude de la langue.
Je varie rarement les activités car j'ai peu d'idées ce qui m'a toujours chiffonnée mais bon, jusqu'alors je ne me posais pas trop de questions.

Le souci est que mes élèves s'ennuient en classe et s'en plaignent aux AE, voire à moi en me disant régulièrement "on s'ennuie ici".
On m'a dit qu'il ne faut pas que je cherche à leur apprendre des choses, que de toute façon ils comprennent à peine le français, qu'ils doivent tâtonner, expérimenter le français, être actifs, bref s'occuper au lieu de tout le temps lire-réfléchir-copier.

Du coup, je suis perdue  titanic
J'ai peur de faire une erreur en campant sur mes positions MAIS je ne suis pas sûre que si je change ce sera pour le mieux (je n'ai jamais été fan du pédagogique-ludique, je dis toujours que je suis professeur et pas animatrice de centre de vacances).
En même temps, si le ludique est la seule façon de réussir en REP, je m'y plierai mais ce n'est pas moi humhum

Voilà, j'aimerais vos avis sur ce que je fais, est-ce que je travaille mal avec mes classes?

Quand tu débutes, surtout en REP (comme moi en 2009), il faut se blinder contre l'avis des élèves. Peut-être qu'ils s'ennuient vraiment, mais dis-toi bien que si tu avais fait un choix plus original, ils auraient planté les séances en s'immisçant dans les brèches de l'inhabituel. Et là ils se seraient plaint de ton "manque d'autorité", de tes "bizarreries", du fait qu'ils ne "comprennent rien".

Pour ce que j'en connais, quand tu débutes en REP, et que tu es jeune (être une femme peut être parfois un facteur aggravant), tu as une cible dans le dos, tu es le prof à abattre (au sens qu'ils mettront tout en oeuvre pour t'empêcher d'être une prof, de faire cours), surtout avec les 4e et les 3e. Bien entendu, il y a des nuances et des exceptions. Il y a des gens qui ont ce "je ne sais quoi" de folie et de charisme qui fait qu'ils y arrivent tout de suite (ils ne sont pas si rares). Il y a ceux, malheureusement, qui n'arriveront jamais à s'imposer. Mais l'immense majorité (dont je fais partie) doit s'imposer petit à petit.

La ritualisation, la routinisation, ce n'est pas si mal, pour s'imposer en REP. C'est un cadre rassurant. Pour tous. J'ai mis 1 an à m'imposer. J'ai soufflé un peu, et consolidé/renforcé ma pratique et mon image auprès des élèves pendant les 3 années qui ont suivi (bon, j'ai aussi bouffé du nouveau programme de 2008 pendant ces années là Twisted Evil ). J'ai attendu ma 4e année pour aller à des stages, m'ouvrir à d'autres pratiques. Au début c'était dur d'oser, de casser la routine, mais aujourd'hui je m'éclate, mais je continue aussi à me remettre en cause.

DEVENIR enseignant prend du temps. C'est ce que l'IUFM/ESPE ne comprendra jamais. La pression que tu sembles te mettre pour être "innovante", "moderne", "dans l'air du temps" me rend encore plus haineux contre le système.

Fichons donc la paix aux stagiaires, néos et autres débutants, laissons-les tranquillement s'imposer, laissons-les DEVENIR enseignant, en les aidant à préparer leurs cours. Pour l'innovation, l'originalité, l'évolution de la recherche, laissons ça à la formation continue.

Voilà, ce n'était que mon avis. En résumé: change de méthode si tu veux changer (en ayant conscience que tout ce qui est nouveau est source de dissipation, au début - ce qui ne veut pas dire qu'il ne faut pas le faire), n'écoute pas les "on dit" et si les élèves pleurent, bois leurs larmes.

_________________
Asinus asinum fricat
avatar
KrilinXV3
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par Leodagan le Mer 23 Nov 2016 - 14:58


Voilà, ce n'était que mon avis. En résumé: change de méthode si tu veux changer (en ayant conscience que tout ce qui est nouveau est source de dissipation, au début - ce qui ne veut pas dire qu'il ne faut pas le faire), n'écoute pas les "on dit" et si les élèves pleurent, bois leurs larmes.

Voilà qui est bien dit.
avatar
Leodagan
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par KrilinXV3 le Mer 23 Nov 2016 - 15:05

@*Plume* a écrit:Bonjour à tous,

Me revoilà, nouveaux soucis Sad .... Avant tout, merci à tous ceux qui, très gentiment, répondent à mon sujet, c'est un vrai réconfort pour moi de vous lire et ça m'aide à tenir le choc  topela

Je sors d'une heure avec une classe de 3ème où j'ai souhaité travailler avec eux le sujet d'argumentation du brevet. Tollé total !! J'avais prévu une réflexion ensemble autour du sujet, chercher ensemble les exemples, relire ce qu'on a fait dans le cahier (on l'a fait lundi), leur montrer un exemple de rédaction et les faire rédiger une sous-partie. Ils n'ont jamais voulu rédiger, faisaient semblant de travailler quand je passais puis mettaient le bazar quand j'allais aider quelqu'un d'autre. Je leur ai dit de faire leur travail sur feuille et je l'ai ramassé. Ils ont alors pleurniché que je ne voulais pas les aider (tiens, c'est noté et bizarrement maintenant ça les intéresse de comprendre... Rolling Eyes ) puis ont râlé que les autres classes écoutaient du slam et que nous on ne faisait que s'ennuyer et que c'était bien fait pour moi s'ils mettaient le bazar, mon cours est tellement chiant.
Bref, une horreur, je suis dépitée, démoralisée et démotivée No Sad

Auriez-vous des idées pour remobiliser cette classe, leur donner envie de travailler? Je pratique un enseignement carré, scolaire mais je sens bien que ça ne passera pas avec eux No Leur niveau est faible, je ne sais plus quoi faire Sad  Je me sens impuissante et ne sait pas quoi faire pour changer...
titanic

Leodagan : J'ai toujours eu ce problème de rythme de mon cours (on me le reprochait déjà en stage) mais je ne parviens pas à le régler... Comment pourrais-je faire?
Pour ce que j'en sais, les élèves de REP marchent pas mal à la note. Utiliser le principe du bonus "conditionnel" dédramatise bien les choses. Donc, ne pas hésiter à ramasser et noter un grand nombre de travaux de rédaction.
Alors j'enseigne l'histoire, donc c'est assez différent (il y a une base documentaires à intégrer ou reformuler, souvent), mais pour débloquer ceux qui n'écrivent rien, avec un collègue, on donnait une "structure" basique construite sur des mots de liaison: Tout d'abord / Ensuite / Enfin. Et comme par magie, ils écrivaient (mal, mais ça c'est autre chose).

_________________
Asinus asinum fricat
avatar
KrilinXV3
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par elisa18 le Mer 23 Nov 2016 - 15:43

Comme certains collègues, je me demande si tu ne pourrais pas exclure qq élèves, mais il ne faut surtout pas que la vie sco te les ramène! Fais-tu des rapports d'incidents? Comment font les autres profs de la classe? Quand j'ai commencé en ZEP, je me suis fait b*rdéliser, comme la jeune collègue d'anglais: le prof de maths avait la paix, il était là depuis des années et n'hésitais pas à leur en flanquer une!
Tes élèves ont au contraire l'énorme chance que tu leur fasses faire de la littérature!

elisa18
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par Leodagan le Mer 23 Nov 2016 - 15:53

Pour ce que j'en sais, les élèves de REP marchent pas mal à la note.

Oui, il faut avoir des prétextes pour des notes, même petites: un morceau d'exercice au tableau, une note sur 2 ou sur 5, des "carottes" tout le temps... c'est un des avantages des logiciels comme pronote, on peut entrer n'importe quel barème.

C'est drôle, mais je ne connais pas un seul élève (sauf 1 ou 2 cas désespérés) qui aient refusé d'aller écrire une phrase d'exercice au tableau, quitte à commencer par faire écrire des réponses dictées.

Le ludique, le numérique, les supports... ne sont pas la question. On peut occuper les pires élèves avec un matériel très simple.
avatar
Leodagan
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par Nadejda le Mer 23 Nov 2016 - 15:58

@Leodagan a écrit:

Voilà, ce n'était que mon avis. En résumé: change de méthode si tu veux changer (en ayant conscience que tout ce qui est nouveau est source de dissipation, au début - ce qui ne veut pas dire qu'il ne faut pas le faire), n'écoute pas les "on dit" et si les élèves pleurent, bois leurs larmes.

Voilà qui est bien dit.

+1.
J'ai toujours du mal à comprendre qu'on pousse les stagiaires/néotits à innover, multiplier les travaux de groupe, tenter des cours casse-gueule durant lesquels les élèves "sont maîtres de leur savoir" (lol). Toutes ces méthodes ne trouveront un intérêt (s'il y en a un selon ce qu'on prépare) que si la gestion de classe de base est à peu peu maîtrisée. Et puis, contrairement à ce que disent ton CPE et ton CDE, Plume, les élèves de REP aiment beaucoup les cours cadrés, c'est-à-dire des cours où on leur transmet très explicitement des choses (ils adorent qu'on leur raconte des histoires en littérature, qu'on en lise), où on ne les prend pas pour des imbéciles incapables de comprendre des choses complexes ; ce sont aussi des cours où ils sont toujours au travail. Et c'est vrai qu'à part les perturbateurs ou les décrocheurs qui ne soucient pas de leurs résultats, les élèves sont très sensibles aux notes (pas forcément aux 18-19 mais au moins à la moyenne), aux "progrès constatés", j'en ai l'exemple tous les jours. Avec les classes qui ont besoin d'être un peu plus cadrées, je ramasse très souvent leurs travaux (rédactions, questions de compréhension...), quelques-uns "au hasard" ou toute la classe. Je ne note pas forcément de manière chiffrée (pas toujours envie de faire un barème ni de pénaliser ceux qui n'ont pas tout bien fait - après tout, ils s'entraînent), je mets un +, un - ou +- (si l'élève ne s'est pas trop foulé alors que je sais qu'il peut faire beaucoup mieux). A la fin du trimestre l'ensemble de ces travaux peut donner lieu à une note (de travail et d'investissement), ça marche bien. Fais aussi des interrogations orales en début de cours (de vocabulaire par exemple).
Après, il se peut que tu sois tombée sur une classe (à quelques élèves près) qui se fiche complètement des cours et des notes (j'en ai eu une comme ça l'an dernier, les moyennes dans toutes les matières étaient pitoyables). Dans ce cas, essaie de prendre du plaisir à faire cours aux autres classes. Courage !


Dernière édition par Nadejda le Mer 23 Nov 2016 - 16:02, édité 1 fois
avatar
Nadejda
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par *Plume* le Mer 23 Nov 2016 - 15:58

Merci encore pour vos messages, je me répète mais je suis bien contente de pouvoir vous lire, vous m'aidez Smile

Zeprof : A te lire, je pense qu'effectivement je ne punis pas assez ces mauvais comportement. Je leur fais une remarque orale puis passe à autre chose. Je vais m'y mettre plus sérieusement (avoir des fiches toutes prêtes tout ça...). Il va falloir que je tienne cet engagement dans la durée.

Nitescence : J'en ai parlé avec d'autres profs de la classe (qui la trouvent pénible aussi) mais je ne leur ai pas demandé leur "recette". J'ai un (très-très) mauvais souvenir de la dernière fois où j'ai parlé ouvertement de mes difficultés à d'autres personnes et j'ai beaucoup de mal à le faire depuis. Je retiens l'idée du "3 avertissements puis contrôle".

KrilinXV3: Merci pour ton retour d'expérience, c'est rassurant de lire que même si on galère au début on peut y arriver par la suite. Je suis assez clairement la cible de ces élèves à cause de ma jeunesse, de ma gentillesse et de mon manque d'autorité. J'ai la fâcheuse tendance de vite baisser les bras et je le paie malheureusement. Je tente de reprendre ce que j'ai perdu, il ne faut pas que je lâche maintenant.

Elisa18: Oui je peux exclure les élèves mais que de paperasses après ! Je dois passer appeler les parents, leur expliquer les raisons de l'exclusion, prendre rendez-vous avec eux. Dans le même temps, je dois rédiger un rapport d'incident détaillé expliquant les détails et conditions de l'exclusion. Et une fois tout cela fait (rdv fait avec les parents compris), alors là seulement l'élève aura sa sanction (une colle ou autre). Autant dire que c'est dissuasif, je n'ai pas envie de m'embêter avec tout cela (je crois que c'est le but recherché par l'administration, et c'est réussi...).

Leodagan : En effet, les élèves adorent aller au tableau (enfin, sauf les 3èmes - c'est trop la honte-). Quand je dis que rien ne semble les motiver humhum

Nadejda : La seule classe que j'apprécie sur mes 4 est ma 6ème. Ils sont gentils, volontaires, polis, respectueux et surtout curieux de tout ! Ma 4ème est trop bavarde et mon autre 3ème attend que ça se passe Sleep . Je n'ai pas beaucoup de sources de satisfaction humhum Je vais penser à ramasser plus régulièrement les travaux.

En fait, quand je vois la somme de choses que je dois faire et gérer (gestion de classe, préparer mes cours, réfléchir à comment m'améliorer, gérer la paperasse de suivi des élèves, corriger mes copies etc.), j'ai juste envie de jeter l'éponge No Pas de temps et tant de choses à faire No
avatar
*Plume*
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par Leodagan le Mer 23 Nov 2016 - 16:31

Quand je dis que rien ne semble les motiver

Tant pis ! dis-toi au moins qu'ils te permettent d'avancer. Tu peux insister sur l'importance de la note d'oral. Et moi qui suis ennemi du LPC, je dis sournoisement à des classes qui participent trop peu que je dois noter leur capacité à savoir parler en public. Parfois, ça marche.

Tu peux aussi sur un ton faussement tranquille lâcher de temps à autre que telle ou telle partie du cours sera déterminante pour leurs épreuves de l'EAF... et profiter ce cet instant pour élever le niveau. Beaucoup d'élèves de 3e ont une impression de redite, même s'ils un niveau très faible. Quand je constate cela, je fais un détour de quelques séances par un sujet vraiment difficile, et il arrive que le retour aux révisions de brevet les soulage tellement qu'ils se mettent plus volontiers au travail.

La seule classe que j'apprécie sur mes 4 est ma 6ème. Ils sont gentils, volontaires, polis, respectueux et surtout curieux de tout !

C'est souvent le cas des 6e, et heureusement: c'est une classe très importante qui permet d'avancer assez vite sans résistance, ou de bétonner ce qui est censé être compris en sortant du primaire. Ne pas hésiter à mettre les bouchées doubles. La plupart de ceux qui sont un peu faibles risquent de décrocher en milieu de 5°.

Autre suggestion: faire en 6e une "répétition" de ce que tu feras pendant un cours de 4e. Beaucoup de cours de grammaire s'y prêtent bien, et le fait de l'avoir travaillé dans le calme avec les 6e t'aidera à éliminer le superflu au moment de faire cours avec les 4e, et d'avoir plus d'énergie à consacrer aux questions de discipline.

(EDIT) D'après ce que tu dis, le problème majeur concerne les 4e. Essaie de faire en sorte que tout ton travail serein contribue à te faciliter la vie avec cette classe. La bonne expérience doit toujours être au service de la moins bonne !

Bon courage
avatar
Leodagan
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par zeprof le Mer 23 Nov 2016 - 18:24

de ce que j'en sais, les 4e sont souvent difficiles à gérer et ce sont souvent (même si évidemment on ne peut pas généraliser) des classes difficiles...

après attention, j'ai l'air un peu directive mais au début j'étais comme toi (j'enseigne depuis 15 ans maintenant), je faisais une remarque et je laissais couler mais j'ai des classes très rock'n roll, si je ne suis pas comme cela, je me fais bouffer.

je pratique aussi comme disait Nadejda, le petit travail écrit en fin d'heure qui reprend ce qu'on a vu pendant la séance... je ramasse de manière "aléatoire" 5 ou 6 copies à chaque fois... ça les oblige à bosser car ils ne savent pas qui va voir son devoir ramassé, et moi je ne m'épuise pas sur les copies... évidemment, avoir eu son devoir ramassé au cours précédent ne garantit pas d'être tranquille, surtout quand on fait partie des pénibles malmaisbien



_________________
"La peur est le chemin vers le côté obscur: la peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine… mène à la souffrance."
avatar
zeprof
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par *Plume* le Mer 23 Nov 2016 - 18:34

Merci Leodagan Smile
Tu suggères de faire des leçons d'étude de la langue que je fais en 6ème aux 4èmes?
Je commence à gérer les 4èmes et leurs bavardages, ils sont travailleurs et n'ont rien de "méchants".

Non, le pire est cette 3ème qui met tout en oeuvre pour m'empêcher de faire mon cours.
J'entame demain avec eux  une nouvelle séquence : je croise les doigts pour que ça passe bien. J'ai essayé de m'éloigner de ma séance d'aujourd'hui qui était trop élevée et ambitieuse pour leur niveau.
Je ne sais pas comment je vais leur faire travailler l'écrit d'argumentation... Par petites touches peut-être. Parce que ce matin, la marche était clairement trop haute pour eux...

Là je vais aller préparer quelques fiches de punition, histoire d'avoir de quoi leur répondre dès qu'ils recommenceront leur bazar.

Zeprof : Oui, le fait de ramasser de manière aléatoire est pas mal ! Le souci c'est que si je leur demande le bilan de ce qu'on a vu durant le cours j'ai peur que la réponse soit "rien" vu le temps que je perds à faire la police and cie. Et puis je n'ai pas la sensation de leur apprendre des choses vu qu'on lit un texte, qu'on reprend leurs impressions, qu'on fait quelques questions et qu'on conclue... J'ai l'impression de passer à côté d'un truc essentiel maintenant que j'y pense pale
avatar
*Plume*
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par Anarore le Mer 23 Nov 2016 - 18:48

La méthode des cercles/croix marche très bien. Je l'utilise quand il faut, ça les calme.

Nouvelle méthode d'un collègue : les pénibles, les glandeurs, les pas motivés, tu leur distribues un texte bien loooong, et ils doivent te le copier en entier pour le lendemain. Pas fait ? Tu doubles. Toujours pas ? ils viennent tout copier en heure de colle.

J'ai fait une variante : ma classe ne voulait pas participer. J'ai vidéo-projeter TOUT le cours, je leur ai dit "vous le faites, vous le faites pas, ça m'est égal ça fera partie du contrôle de toute façon". Je me suis assise, et j'ai corrigé des copies. Hé bien tout le monde a religieusement copié le cours durant 1heure non stop, et le lendemain j'avais toutes les bonnes volontés du monde pour participer Rolling Eyes
J'ai fait ce même cours avec une autre classe qui s'est très bien passé, je me suis donc "amusée" à leur raconter ce qu'il s'était passé avec l'autre classe. Stupeur et tremblements "ils ont ratés quelque chose madame, et c'est vrai que c'est pas drôle quand personne ne parle". Les classes discutent entre elles, donc je suis sûre que le message est aussi passé par les élèves.

Il faut quand même que tu penses à une chose : avec les autres classes ça se passe bien. Donc la prochaine fois que ta hiérarchie te dit que tu es nulle, demande leur pourquoi ta méthode fonctionne avec 3 classes sur 4, et que comme par hasard, la classe où on a eu la bonne idée de rassembler 5 cassos d'un coup, non ?
Parce qu'il y a ça aussi : la formation des classes. Normalement, des élèves comme ça, ils sont séparés. Qui a donc mal fait son boulot hum ?

_________________
"En dépit de tout ce qu'on peut vous raconter, les mots et les idées peuvent changer le monde." - Le Cercle des Poètes Disparus

"Un baiser, mais à tout prendre, qu'est-ce? Un serment fait d'un peu plus près, une promesse plus précise, un aveu qui se veut confirmer, un point rose qu'on met sur l'i du verbe aimer;
C'est un secret qui prend la bouche pour oreille, un instant d'infini qui fait un bruit d'abeille, une communion ayant un goût de fleur, une façon d'un peu se respirer le coeur, et d'un peu se goûter, au bord des lèvres, l'âme!" - Cyrano de Bergerac
avatar
Anarore
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par zeprof le Mer 23 Nov 2016 - 19:12

ah mais je ne leur demande pas un bilan : ils doivent faire un exercice d'application ou un travail écrit, en rapport avec ce que nous avons vu... ça demande un peu de préparation en amont mais ça fonctionne et surtout ça permet de valoriser ceux qui ont écouté tout en voyant qui n'a pas bossé Wink

_________________
"La peur est le chemin vers le côté obscur: la peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine… mène à la souffrance."
avatar
zeprof
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par Esméralda le Mer 23 Nov 2016 - 19:14

Plume, j'ajouterai que j'hallucine toujours autant de voir comment CPE et chef ont l'air de vouloir t'apprendre comment faire ton boulot ! Ils n'ont pas à juger de la qualité de tes/nos cours, ce ne sont pas nos supérieurs hiérarchiques. Je ne comprends pas ces gens qui cherchent à enfoncer les autres et les jeunes profs qui débutent et doivent faire leurs armes, ont besoin de soutien et pour le coup de bienveillance, pas de leçon ...

Quel était ton sujet d'argu ?
avatar
Esméralda
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum