Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Page 3 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par Esméralda le Mer 23 Nov 2016 - 19:14

Plume, j'ajouterai que j'hallucine toujours autant de voir comment CPE et chef ont l'air de vouloir t'apprendre comment faire ton boulot ! Ils n'ont pas à juger de la qualité de tes/nos cours, ce ne sont pas nos supérieurs hiérarchiques. Je ne comprends pas ces gens qui cherchent à enfoncer les autres et les jeunes profs qui débutent et doivent faire leurs armes, ont besoin de soutien et pour le coup de bienveillance, pas de leçon ...

Quel était ton sujet d'argu ?

Esméralda
Grand Maître


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par *Plume* le Mer 23 Nov 2016 - 19:28

Zeprof : Ah oui, bonne idée le travail d'application ! En ce moment je n'ai pas le temps mais je vais essayer de créer ça ce week-end, ça serait pas mal.

Esméralda : Merci d'halluciner avec moi sur leur attitude No Je t'assure, quand le CPE m'a dit (avec le regard approbateur de la principale) que c'était de ma faute si les élèves perturbaient le cours parce que je les "énervais" (citation réelle) avec mes cours mal fichus, j'ai failli m'étouffer d'indignation (ce que je n'ai pas fait car j'étais très impressionnée par la situation). Mais pourquoi au lieu de taper sur moi, ils ne tapent pas sur les élèves? Je serai sans nul doute plus "performante" si je n'avais pas à gérer non-stop 8 zozos !
Mon sujet était sur le devoir de mémoire, ne faut-il honorer que les soldats : cela permettait de revoir toute la séquence qui était sur les témoignages de guerre, ils ne manquaient donc ni d'exemples ni d'idées ! Mais ça, quand on n'a rien écouté de la séquence, c'est dur d'en faire le bilan...
avatar
*Plume*
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par Ismyrr le Mer 23 Nov 2016 - 20:58

*Plume* a écrit:
En fait, quand je vois la somme de choses que je dois faire et gérer (gestion de classe, préparer mes cours, réfléchir à comment m'améliorer, gérer la paperasse de suivi des élèves, corriger mes copies etc.), j'ai juste envie de jeter l'éponge No Pas de temps et tant de choses à faire No

Plume, je suis désolée de lire ce qui t'arrive.
Les propos de ces adultes sont méprisants, et intolérables. Hélas, des cons condescendants, tu en verras partout. Et souvent, le prof qui a un souci avec une classe se voit taxé de mauvais pédagogue, et on voit partout des CDE mettre en cause les méthodes, au lieu d'aider le collègue.

Je rebondis sur ta dernière phrase parce qu'elle sonne comme une évidence pour moi : ON NE PEUT PAS TOUT GERER EN DEBUTANT.
Même si j'ai travaillé en REP pendant 6 ans, je n'y étais que TZR de courte durée. Autant dire que j'en ai bavé dans 14 établissements sur 17 "visités"...
Je n'ai pas su tout gérer : j'ai beaucoup appris sur la partie "gestion de classe" pendant ces 6 ans, parce qu'il fallait que je m'en sorte, je ne voulais pas être engloutie. Mais je n'avais ni le temps ni l'énergie de gérer le côté pédagogique et de réfléchir à une quelconque logique ou progression.
Oui, devenir professeur, c'est long, et on est aussi très seul.
Aujourd'hui, 10ème rentrée, je doute toujours des méthodes, je ne suis pas sûre de ce que je fais en lecture analytique, principalement avec les 3e.
Ce que je remarque, après 10 ans, c'est que les 3e ont toujours l'air blasé. Ils affichent une certaine suffisance, ils "savent déjà", "mais pourquoi on fait ça ? ", pour les faire passer au tableau il faut crier "au feu", et encore.... jusqu'à ce qu'on ramasse leurs écrits, parce que là, le mythe du cours qui sert à rien tombe à l'eau : ils ne savent rien, mais ils ont 15 ans et l'ignorent.

Ce que je pourrais éventuellement te conseiller, comme les collègues, ce serait de ramasser davantage de petits travaux : courts exercices d'écriture, 1 ou 2 exercices de grammaire, la dernière question d'une lecture analytique faite à l'oral...  il faut que ce soit court et rapidement corrigeable, tu as une vie.
Ritualiser le début d'heure. Pour moi, chaque cours commence par la vérification des devoirs, je nomme 3/4  élèves qui m'apportent leur cahier.
Pendant ce temps, éval orale, notée sur 5 sur le cours de la veille. Un joker peut être nommé éventuellement en cas de difficultés (l'élève peut même nommer son propre joker).
J'ai aussi essayé la phrase du jour, ça leur plaisait bien. Chaque jour, une phrase. Au bout de 10 phrases, dictée du texte ainsi constitué. C'est chronophage, mais ça instaure un rituel quotidien, et cela met la dictée à leur portée (même s'ils ne font pas leur préparation à la maison ça les regarde !)

Deux choses qui ont bien marché avec ce type de classes lors d'une leçon de langue :
- leur donner la leçon, et ils préparent à la maison un quizz de 3 questions intelligentes sur le cours à poser à l'élève de leur choix. L'élève interrogé répond, puis c'est lui qui nomme quelqu'un d'autre.
- des exercices de grammaire dans un cahier de TD. Je ne sais pas pourquoi, ils adorent ça, quand je les déteste tant, ces cahiers. Mais si ça peut les faire bosser...
avatar
Ismyrr
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par PauvreYorick le Mer 23 Nov 2016 - 21:53

C'est triste à dire, mais il faudrait radicalement réformer ce type de CPE/CDE toxiques ou s'en défaire (autre(s) sens de "réformer"). Pour commencer. Tant qu'il y aura de tels obstacles à son fonctionnement, l'Education nationale ne pourra tout simplement pas exister au sens plein du terme.

_________________
τὸ λέγειν τοὺς λόγους τοὺς ἀπὸ τῆς ἐπιστήμης οὐδὲν σημεῖον·
avatar
PauvreYorick
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par Leodagan le Mer 23 Nov 2016 - 22:04

Anarore a écrit:La méthode des cercles/croix marche très bien. Je l'utilise quand il faut, ça les calme.

Nouvelle méthode d'un collègue : les pénibles, les glandeurs, les pas motivés, tu leur distribues un texte bien loooong, et ils doivent te le copier en entier pour le lendemain. Pas fait ? Tu doubles. Toujours pas ? ils viennent tout copier en heure de colle.

J'ai fait une variante : ma classe ne voulait pas participer. J'ai vidéo-projeter TOUT le cours, je leur ai dit "vous le faites, vous le faites pas, ça m'est égal ça fera partie du contrôle de toute façon". Je me suis assise, et j'ai corrigé des copies. Hé bien tout le monde a religieusement copié le cours durant 1heure non stop, et le lendemain j'avais toutes les bonnes volontés du monde pour participer Rolling Eyes
J'ai fait ce même cours avec une autre classe qui s'est très bien passé, je me suis donc "amusée" à leur raconter ce qu'il s'était passé avec l'autre classe. Stupeur et tremblements "ils ont ratés quelque chose madame, et c'est vrai que c'est pas drôle quand personne ne parle". Les classes discutent entre elles, donc je suis sûre que le message est aussi passé par les élèves.

Il faut quand même que tu penses à une chose : avec les autres classes ça se passe bien. Donc la prochaine fois que ta hiérarchie te dit que tu es nulle, demande leur pourquoi ta méthode fonctionne avec 3 classes sur 4, et que comme par hasard, la classe où on a eu la bonne idée de rassembler 5 cassos d'un coup, non ?
Parce qu'il y a ça aussi : la formation des classes. Normalement, des élèves comme ça, ils sont séparés. Qui a donc mal fait son boulot hum ?

Excellent !

*Plume* a écrit:Tu suggères de faire des leçons d'étude de la langue que je fais en 6ème aux 4èmes?

Oui, sous prétexte de révision... mais il est bien probable que tu rencontreras presque autant de lacunes chez les 4e que chez les 6e ! Essaie un peu une leçon sur les classes grammaticales...
avatar
Leodagan
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par Leodagan le Mer 23 Nov 2016 - 22:06

*Plume* a écrit:Zeprof : Ah oui, bonne idée le travail d'application ! En ce moment je n'ai pas le temps mais je vais essayer de créer ça ce week-end, ça serait pas mal.

Esméralda : Merci d'halluciner avec moi sur leur attitude No Je t'assure, quand le CPE m'a dit (avec le regard approbateur de la principale) que c'était de ma faute si les élèves perturbaient le cours parce que je les "énervais" (citation réelle) avec mes cours mal fichus, j'ai failli m'étouffer d'indignation (ce que je n'ai pas fait car j'étais très impressionnée par la situation). Mais pourquoi au lieu de taper sur moi, ils ne tapent pas sur les élèves? Je serai sans nul doute plus "performante" si je n'avais pas à gérer non-stop 8 zozos !
Mon sujet était sur le devoir de mémoire, ne faut-il honorer que les soldats : cela permettait de revoir toute la séquence qui était sur les témoignages de guerre, ils ne manquaient donc ni d'exemples ni d'idées ! Mais ça, quand on n'a rien écouté de la séquence, c'est dur d'en faire le bilan...

Comme je disais hier sur un autre fil et sur un autre sujet, il y a des coups de pied de biche sur toutes les parties atteignables de véhicules privés qui se perdent.
avatar
Leodagan
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par slynop le Mer 23 Nov 2016 - 22:27

J'ai testé un truc qui a relativement bien marché avec des 4e en ciblant 2 gros bavards, notamment : j'ai demandé à l'un d'eux, puis à l'autre, de venir à ma place pour lire un texte à la classe (n'importe quel texte, on s'en fout) et j'ai demandé dans le même temps à la classe de bavarder et de faire ce brouhaha qu'ils savent si bien faire. Résultat : mes deux casse-pieds n'ont jamais réussi à lire quoi que ce soit et ils ont dit que c'était irrespectueux, qu'ils avaient envie de frapper des élèves et que c'était vraiment énervant. Depuis, la classe est infiniment mieux. Les chieurs comme les autres, suiveurs ou non, même si des piqûres de rappel sont toujours nécessaires. Je vais d'ailleurs faire la même chose avec mon autre 4e avec laquelle je suis bientôt inspecté.
avatar
slynop
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par *Plume* le Jeu 24 Nov 2016 - 18:49

Merci encore pour vos réponses Smile

Ismyrr : Je me sens dépassée par les tâches à accomplir, et je sens bien qu'il y a une grosse attente derrière que ce soit de la part de la direction ou des collègues. On doit savoir tout gérer et s'en sortir seul. Je me demande s'ils se souviennent parfois de comment ils étaient lors de leur 2ème année d'enseignement. Un peu comme ces conducteurs aguerris qui s'agacent prodigieusement lorsqu'une auto école cale à un feu vert : et eux quand ils ont débuté?? Il faut des années pour être au point mais tout doit aller vite... Ben moi je n'y arrive pas.
Je vais suivre les conseils donnés ici et penser à ramasser des petits travaux en fin d'heure. Bon, le souci est toujours le même, je vais devoir préparer et je n'ai pas vraiment le temps en ce moment Laughing Mais je vais essayer ce week-end.

PauvreYorick : Il y a un problème de fond dans l'Ecole c'est certain. On se demande bien pourquoi quasiment plus personne ne veut devenir enseignant (on cherche des remplaçants à tout prix et personne !) et pourquoi quelques fois les jeunes arrivants (tels que moi) se sentent tant découragés qu'ils ont juste envie de tout laisser tomber Rolling Eyes

Leodagan : Merci de ton soutien (je n'irai pas jusqu'à fracasser les voitures mais quand je repense au "soutien" dont je bénéficie face aux élèves, j'ai envie de leur dire d'aller, eux, dans la classe à ma place, voir ces supers élèves "à caractère" réunis furieux Laughing )

Slynop : L'idée est intéressante ! Je la garde dans un coin de ma tête, on ne sait jamais Smile

***

Bon, sinon, petit retour sur aujourd'hui.
Avec les 3èmes j'ai fait une étude d'image et ça a plutôt bien marché (comprendre : je n'ai pas eu trop de bazar). Mais je dois passer derrière chacun pour lire avec lui les questions, parler avec lui pour lui faire trouver les réponses et ensuite lui dire de rédiger ce qu'il vient de me dire ! Je ne peux pas m'amuser à faire ça avec 21 élèves, si heu Surtout que dès qu'ils ont rédigé 1 réponse, ils attendent et ne font rien jusqu'à que je repasse... titanic


Par contre, ça a de nouveau dérapé en 4ème No Des bavardages à ne plus pouvoir s'en sortir !! J'ai fait 1/4 de ce que j'avais prévu. A un moment je me suis arrêtée, je n'ai plus rien dit. Et j'ai repris, sans lever la voix, faisant mon cours au milieu du brouhaha. Puis j'ai annoncé en fin d'heure le contrôle de demain sur ce qui a été fait pendant cette heure... Ils me détestent....

En y repensant, je trouve que j'ai un sale caractère : j'ai tendance à me montrer sèche, cassante et vexante (voire humiliante...) avec ceux qui gâchent mon cours. Je suis dans une telle colère que je réagis ainsi. Et forcément, ça ne leur plaît pas donc ils se font encore plus un plaisir de m'embêter. Et je n'ai pas envie d'exclure vu la TONNE de paperasses et démarches à faire Sad Sans compter la mauvaise impression que ça donne à la chef (Mme Plume, j'ai constaté qu'il y avait beaucoup de soucis dans vos classes, vous avez déjà exclu à plusieurs reprises, vos méthodes ne sont pas bonnes etc.)

Bref, bilan en demi-teinte....
avatar
*Plume*
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par Lorelei le Jeu 24 Nov 2016 - 22:31

Tous ces cours identiques... est-ce que tu ne t'ennuies pas aussi ?

Pour que les élèves prennent plaisir à lire, il est important que les lectures aient du sens pour eux. Autrement dit, en classe, je m'intéresse beaucoup à l’émotion, à la réception du texte et je tente toujours d'actualiser les textes pour que les élèves se sentent concernés.

Prenons un exemple : l'extrait de Gnathon à table (Rabelais). Au lieu de demander aux élèves d'étudier le personnage, je pose la question suivante : "Voudriez-vous être à table avec Gnathon ? Pourquoi ? "
Souvent les élèves expriment leur refus et leur dégout voire leur amusement. Et en leur demandant de se justifier, les élèves entre naturellement dans l'analyse de texte avec plaisir.

Les manuels proposent des questionnaires qui, selon moi, sont bien trop souvent déconnectés du sensible, ce qui n'aide pas au plaisir de la lecture.

Ausi, je cherche toujours à être séduite moi-même par mon cours et son déroulement. Si je me dis que l'heure va être longue, j'en conclus que mes élèves, eux, vont mourir d'ennui. J'aime sortir des conventions, accueillir mes élèves avec un air de flûte pour introduire la nouvelle séquence... susciter perpétuellement leur intérêt.

C'est une remise en question perpétuelle mais c'est aussi très enrichissant. Un jeu de rôle pour séduire, amuser, captiver.


Ne te décourage pas...
avatar
Lorelei
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par FiatLux le Ven 25 Nov 2016 - 7:01

D'abord, ton CPE ne devrait pas avoir le droit d'exercer. J'hallucine complètement quant à son attitude. Essaie de ne pas faire attention aux remarques blessantes et déplacées qu'il se permet de faire.

Concernant ton appel aux professeurs de français, je trouve également ta façon de procéder très répétitive, et j'avoue que je m'ennuierais beaucoup aussi, que ce soit en tant qu'élève ou en tant que professeur. Les conseils qui t'ont été donnés pour varier un minimum me semblent excellents, je n'ai pas grand chose à ajouter. Je vais plutôt t'apporter du concret par mp, sachant que moi aussi, je ne suis pas toujours convaincue par mes pratiques et que la remise en question est saine. Sans pour autant tomber dans l'excès inverse et devenir un animateur de centre aéré (il y a les EPI pour ça), on peut varier l'approche des séquences dans une matière qui est particulièrement pénible pour les élèves, voire les adultes ...
Le problème, c'est que si les élèves ont décidé de te pourrir, tu pourras faire tout ce que tu voudras, ça n'aura aucun effet et tu récolteras toujours de l'ingratitude.


Le hic, c'est qu'il ne s'agit pas non plus de te travestir. Il faut, avant tout, que tu prennes plaisir à enseigner et si changer ta manière de procéder ne te met pas à l'aise ou t'ennuie, je pense qu'il ne faut surtout pas le faire.
avatar
FiatLux
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par nlm76 le Ven 25 Nov 2016 - 7:38

Euh... pas vraiment d'accord avec les remarques qui invitent à changer de dispositif pédagogique. La routine a ses avantages pédagogiques, d'abord parce c'est rassurant, ensuite parce que cela rend autonome.
Cela dit, toute l'affaire alors est dans l'énergie qu'on déploie (pas trop non plus) pour faire passer le texte. Puisque l'approche pédagogique est routinière, toute l'intelligence du professeur et des élèves peut être tournée vers le texte.
avatar
nlm76
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par roxanne le Ven 25 Nov 2016 - 8:26

A propos du slam, une petite anecdote pour relativiser. J'ai eu il y a 5 ans une 3e à "projets" (en fait, on a regroupé tous les cas dans une même classe à 18 avec un "projet" qui a vite pris l'eau). Donc une bonne partie de pénibles dont quelques meneurs gratinés critiquant tout. J'ai essayé de mettre le paquet sur le brevet pour qu'ils aient au moins ça, les meneurs foutaient le bazar. Un jour, je décide donc de les mettre en groupes pour leur faire écrire une chanson engagée ( à la suite de l'étude laborieuse du Chant des Partisans), le prof de musique ayant accepté de les mettre en musique. Donc, Projet, valorisation, EPI avant l'heure, toussa. Ils s'y mettent et Grand Pénible voyant que ses sbires font moins le binz que d'habitude vocifère " Mais ça sert à rien ça, c'est pas du français ! On ferait mieux de préparer le brevet! " furieux et ça a tourné court. Donc, tu ferais du slam, ce serait pareil. Effectivement, pour ce genre de choses, il faut déjà que la classe tourne.
Sinon, ce qui avait mieux marché, c'était effectivement des fiches de grammaire (fichier Bordas) avec des exos à compléter, on n'avançait pas bien vite mais c'était concret. Pour les évaluations, je mettais deux questions dites de "cours" et je leur laissais leurs classeurs le dernier quart d'heure. Donc, ceux qui avaient quand même pris le cours et rangé leur classeur s'en sortaient, ça en a motivé quelques-autres derrière. Il ne faut pas perdre ceux qui veulent bosser. Ou écoute orale d'un texte (ils n'achetaient pas le livre) avec des petites questions à la fin. Quoiqu'on en dise, ils aiment bien les notes et l'occasion d'avoir une bonne note "facilement", ils la prennent. Beaucoup de choses au tableau ou video-projetées, ils entraient en cours, le travail était déjà affiché, je ne leur laissais pas le temps de s'installer dans les bavardages. Et l'année d'après, certains sont revenus au collège me remercier.
avatar
roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par nlm76 le Ven 25 Nov 2016 - 9:08

*Plume* a écrit:Mes études de texte sont toujours menées de la même façon : je distribue le texte, les élèves le lisent, notent leurs impressions dans leur cahier (ou parfois je les relève à l'oral). On parle du texte, on voit son intérêt, les raisons qui m'ont poussée à le choisir. Puis je distribue des questions sur cet extrait qu'on vient d'analyser. On corrige. Conclusion et on passe à une leçon d'étude de la langue.
Cela dit, quant à la routine, il n'est pas impossible de proposer des petites choses qui pourraient améliorer l'affaire, si elles vous convenaient.
D'abord, vous pourriez commencer, plutôt que par la distribution du texte, par sa lecture magistrale à voix haute et expressive. Vous pouvez aussi commencer par sa dictée (non pas une dictée notée, mais une dictée d'entraînement, proposition par proposition ou vers par vers, avec correction immédiate au tableau [vous dictez une proposition deux fois ; pendant la deuxième fois, vous écrivez au tableau, après avoir demandé aux élèves de ne lever les yeux qu'après avoir écrit] : c'est un moment très efficace d'apprentissage de l'orthographe et de travail de compréhension, répétable à l'envi).
D'autre part, le fait de noter les impressions dans un carnet peut être, dans de nombreuses classes, assez casse-gueule: leur impression, c'est qu'ils n'y comprennent rien et que ça les fait suer. Ils n'entrent pas dans la posture du lecteur. Au mieux, ils sont gentils, et ils disent "le texte parle de çi et de ça"... Ce qu'on continue à avoir au bac et en post-bac. L'étude préalable du vocabulaire du texte est souvent indispensable... et en plus extrêmement plaisante pour les élèves. Que le cours de français leur apprenne des nouveaux mots est pour eux tout ce qu'il y a de plus naturel. (Ah ! au fait: il me semble que cette étude doit prendre du temps pour qu'elle serve à quelque chose — selon les cas, étymologie, synonymes, antonymes, familles de mots... et surtout rédaction de phrases à l'imitation de l'auteur pour apprendre à se servir du mot).
Enfin, négliger de commencer par établir le plan du texte — ce qui constitue une sorte de paraphrase — me paraît une erreur importante, qui mène quasi inévitablement l'élève lambda à ce que j'appelle le gloubi-boulga de paraphrase : le texte parle de çi, de ça, de çi — avec des champs lexicaux à tire-larigot. Là encore, on peut être à la fois dans l'intelligence du texte et dans l'acquisition rigoureuse de méthode — à l'opposé des nombreuses méthodes d'analyse technicistes qui sont en fait des moyens d'échapper à la lecture et à la pensée.

Voilà quelques idées que les collègues qui enseignent encore au collège pourront sûrement préciser.

P.S. Au fait, votre CPE peut passer pour un incompétent qui n'a rien compris. Mais vous n'allez pas pouvoir vous en débarrasser; alors restez ferme et calme comme face à un élève contestataire, et, avec une certaine condescendance cordiale, expliquez-lui quelques rudiments de pédagogie. [«Oui, tu as tout à fait raison. Si ce n'est que...» et vous commencez à produire un long discours sûr de lui, dominateur et rassurant : c'est un grand angoissé qu'il faut calmer]. Si vous ne vous en sentez pas capable, ne perdez pas votre temps et évitez-le. En revanche, appuyez-vous sur vos collègues.
avatar
nlm76
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par Lorelei le Ven 25 Nov 2016 - 10:52

FiatLux a écrit:
Le problème, c'est que si les élèves ont décidé de te pourrir, tu pourras faire tout ce que tu voudras, ça n'aura aucun effet et tu récolteras toujours de l'ingratitude.

Je ne suis pas d'accord avec cela car affectée aux remplacements, il m'arrive souvent de devoir m'imposer auprès des élèves qui envisagent mes cours tout d'abord avec légèreté et non sérieux ; ce qui n'est pas toujours évident à gérer. Établir une relation de confiance avec les élèves, ça ne se fait pas tout seul et le professeur doit ruser pour mettre les élèves au travail.
avatar
Lorelei
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par nlm76 le Ven 25 Nov 2016 - 11:21

Lorelei a écrit:
FiatLux a écrit:
Le problème, c'est que si les élèves ont décidé de te pourrir, tu pourras faire tout ce que tu voudras, ça n'aura aucun effet et tu récolteras toujours de l'ingratitude.

Je ne suis pas d'accord avec cela car affectée aux remplacements, il m'arrive souvent de devoir m'imposer auprès des élèves qui envisagent mes cours tout d'abord avec légèreté et non sérieux ; ce qui n'est pas toujours évident à gérer. Établir une relation de confiance avec les élèves, ça ne se fait pas tout seul et le professeur doit ruser pour mettre les élèves au travail.
Pas faux. Si les élèves ont décidé "de te pourrir", nous, nous pouvons décider de pourrir leur pourrissement. Et nous avons d'innombrables armes pour ce faire. En tout cas, il ne s'agit pas de récolter de la gratitude.
avatar
nlm76
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par Saloum le Sam 26 Nov 2016 - 17:28

Pour revenir au questionnement initial de Plume, j'entends moi aussi de plus en plus ce discours chez les élèves : avec M. Machin, on s'amuse, avec M. Untel, les cours sont rigolos... et ça finit par me déstabiliser. Ces deux dernières années, j'ai vraiment essayé de varier mes cours, mes supports, les activités proposées, les entrées pour l'étude de texte. Résultat : il y a toujours des élèves qui s'ennuient dans mes cours et s'amusent avec messieurs Machin et Untel. Je crois avoir compris deux-trois choses :
- Je reste exigeante et attends de mes élèves que l'effort vienne d'eux.
- Je ne suis pas quelqu'un de drôle (bah oui, je n'ai pas la blague facile, je ne fais pas de facéties...), je ne l'ai jamais été, je n'y peux rien. Alors je fais mon cours sérieusement.
- Le français reste une matière très abstraite, difficilement transposable dans le quotidien de mes élèves (je dis cela par rapport à mon collègue de math qui propose à ses élèves des situations concrètes) et la langue de la littérature patrimoniale leur est, bien souvent, difficile d'accès. Alors oui, on peut multiplier les marchepieds, mais il faut qu'ils aient envie d'y monter.
avatar
Saloum
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par FiatLux le Sam 26 Nov 2016 - 17:58

nlm76, je ne parlais pas de discipline. Evidemment que le professeur a de nombreuses armes pour la faire régner. Je parlais du plaisir que peuvent avoir les élèves à assister au cours, puisque c'est ce qui questionne Plume. Je pense que même si Plume propose une analyse d'un épisode de Gossip Girl, si les élèves ont décidé de l'ennuyer, ou plutôt si les élèves ont décidé de s'ennuyer, elle aura bien du mal à leur faire ressentir du plaisir durant un cours aussi passionnant. Après, rien n'est impossible, mais ça peut être franchement long.

C'est quand même incroyable, je ne suis pas encore vieille, le collège/lycée ne me paraît pas si loin, mais je n'aurais jamais osé faire une telle remarque à un professeur.
avatar
FiatLux
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par *Plume* le Sam 26 Nov 2016 - 18:19

Lorelei : Mes cours sont tous sur le même schéma car là je sais que je suis à l'aise, je "maîtrise". Mais c'est vrai que je me dis parfois que ça doit être rébarbatif pour les élèves humhum Le souci c'est qu'avec mes 3 niveaux, je n'ai pas le temps de préparer, de chercher autant que je le voudrais, les supports qui pourraient accrocher, changer. Je me suis souvent submergée de boulot tant et si bien que je me demande régulièrement comment je fais pour tenir Shocked

Fiatlux : Merci pour ta réponse et ton MP c'est vraiment très gentil, encore merci Smile

Roxanne : Le pire c'est que ça m'est arrivé quand en début d'année j'ai voulu varier et ai proposé une bande-dessinée. "Mais c'est pour les bébés, ça sert à rien, gna gna gna etc."
Bah faudrait savoir ce qu'ils veulent heu Mais le cours où ils ont parlé du slam se passait vraiment mal, c'est pour ça que j'ai été touchée par cette remarque ...

nlm76 : Merci beaucoup pour vos conseils, je prends note ! Il va falloir que je me blinde davantage face aux remarques des élèves parce que ça me déstabilise trop facilement... Je fais toujours de mon mieux pour que mes cours soient intéressants, je prends beaucoup sur mon temps personnel et quand je récolte ce genre de remarques ça me touche et ça me fait vaciller : je doute et je me dis que ce que je fais est nul...

Saloum : Merci d'avoir partagé tes réflexions, je vois que malgré tes efforts tu n'es pas toujours récompensé par tes élèves vu qu'ils se permettent de t'adresser ce genre de remarques Neutral Il y a des fois où je ne sais plus comment m'y prendre...

Un gros merci général à celles et ceux qui prennent le temps de m'adresser un message fleurs


Pour parler de vendredi, j'ai revu ma classe de 3ème qui se plaignait de mes cours et qui me met régulièrement le bazar. Ça ne s'est pas mal passé, j'ai fait plusieurs activités dans l'heure, mais avec eux, je peux passer du meilleur au pire donc j'attends de voir...

Et la 4ème et moi ça ne passe plus. Les élèves se plaignent à leur PP que je suis gentille, que je n'ai pas d'autorité et qu'ils en ont marre que je laisse trop les relous faire. Ils disent que je suis injuste et qu'ils ne peuvent pas travailler car je ne sais pas gérer les élèves. Bref, c'est en train de déraper, j'ai intérêt à remettre les points sur les "i" au prochain cours No

Pour recentrer mon sujet de départ, suite à vos messages et à mes réflexions, je crois que le souci vient surtout du fait que je ne parviens pas à instaurer un climat de travail correct et serein. S'il n'y avait pas de bazar, les bons élèves pourraient travailler et les perturbateurs comprendraient peut-être mieux et s'intéresseraient plus ? Je dois donc savoir me montrer plus ferme je suppose.

_________________
"Humeur du moment" :


Ma motivation est sans limite. Quoi que...
avatar
*Plume*
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par zeprof le Sam 26 Nov 2016 - 19:00

il faut donc peut-être que tu "perdes" du temps sur la gestion de classe, quitte à avancer moins vite pendant quelques séances mais tu pourras ainsi asseoir ton autorité et un climat de travail et tu y gagneras en sérénité pour la suite.

courage et sois ferme ! fleurs (et n'oublie pas, c'est toi le chef en classe)

_________________
"La peur est le chemin vers le côté obscur: la peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine… mène à la souffrance."
avatar
zeprof
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par Anarore le Sam 26 Nov 2016 - 19:43

il faut effectivement être plus ferme. Tes élèves doivent comprendre trois choses :

- on peut travailler de façon ludique
- il y a une limite à ne pas franchir
- si la limite est franchie, c'est punition

Pour ça, pas de miracle : les tacler à l'oral, mettre en place le système des cercles/croix, avoir sous la main un texte à leur faire copier s'ils sont pénibles (euphémisme) quitte à ce qu'ils le copient à la vie scolaire.

_________________
"En dépit de tout ce qu'on peut vous raconter, les mots et les idées peuvent changer le monde." - Le Cercle des Poètes Disparus

"Un baiser, mais à tout prendre, qu'est-ce? Un serment fait d'un peu plus près, une promesse plus précise, un aveu qui se veut confirmer, un point rose qu'on met sur l'i du verbe aimer;
C'est un secret qui prend la bouche pour oreille, un instant d'infini qui fait un bruit d'abeille, une communion ayant un goût de fleur, une façon d'un peu se respirer le coeur, et d'un peu se goûter, au bord des lèvres, l'âme!" - Cyrano de Bergerac
avatar
Anarore
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par nlm76 le Dim 27 Nov 2016 - 5:25

FiatLux a écrit:nlm76, je ne parlais pas de discipline. Evidemment que le professeur a de nombreuses armes pour la faire régner. Je parlais du plaisir que peuvent avoir les élèves à assister au cours, puisque c'est ce qui questionne Plume. Je pense que même si Plume propose une analyse d'un épisode de Gossip Girl, si les élèves ont décidé de l'ennuyer, ou plutôt si les élèves ont décidé de s'ennuyer, elle aura bien du mal à leur faire ressentir du plaisir durant un cours aussi passionnant. Après, rien n'est impossible, mais ça peut être franchement long.

C'est quand même incroyable, je ne suis pas encore vieille, le collège/lycée ne me paraît pas si loin, mais je n'aurais jamais osé faire une telle remarque à un professeur.
D'accord... C'est tout à fait juste.
Au fond, cela me fait penser à l'un des mes leitmotive : "Tout exercice peut être idiot s'il est fait stupidement; tout exercice peut être intelligent et intéressant s'il est fait de façon intéressante."

Les collègues ont évoqué ce qui est nécessaire quant à la confrontation avec l'insolence insupportable des élèves. Mais je pense qu'il faut perdre le moins de temps possible avec cela. Outre les indispensables punitions quand c'est le cas, je pense qu'il faut considérer surtout certaines remarques comme nulles et non avenues. Le truc, c'est qu'en pédagogie, c'est 50-50. Le professeur fait le maximum pour que son cours soit intéressant (et ce maximum est en général assez extraordinaire, comme c'est le cas pour vous), mais c'est aux élèves de se l'accaparer tel qu'il est.
avatar
nlm76
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par Thalie le Dim 27 Nov 2016 - 9:36

Je pense qu'il faut que tu te blindes face aux remarques négatives de certains élèves. Ils font cela pour te déstabiliser et insistent car ils voient que cela marche. Si tu étais sûre de tes cours, ils ne tenteraient rien. Donc, pour l'instant, tu n'as pas le temps, tu ne changes rien et tu te concentres sur la gestion de classe. C'est toi la chef, tu fais ce que tu veux. Tu dois remettre les pendules à l'heure, tu connais les programmes, ils ont le brevet, tu sais ce que tu fais, renvoie-les aussi dans les cordes en leur disant que toi, tu ne les méprises pas au point de penser qu'ils n'ont pas droit à l'enseignement donné partout ailleurs en France. Bloque les agités avec les punitions proposées dans les posts. Ceux qui veulent travailler te remercieront. Les élèves adorent les cours hyper structurés et répétitifs cela les rassure (voir leur plaisir à travailler sur les cahiers de grammaire), ils contestent pour contester car ils ont compris à la fois le système (ennui au collège, EPI, Slam et autres balivernes à la noix) et ton manque de confiance, c'est tout.
avatar
Thalie
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par ysabel le Dim 27 Nov 2016 - 10:03

Thalie a écrit:Je pense qu'il faut que tu te blindes face aux remarques négatives de certains élèves. Ils font cela pour te déstabiliser et insistent car ils voient que cela marche. Si tu étais sûre de tes cours, ils ne tenteraient rien. Donc, pour l'instant, tu n'as pas le temps, tu ne changes rien et tu te concentres sur la gestion de classe. C'est toi la chef, tu fais ce que tu veux. Tu dois remettre les pendules à l'heure, tu connais les programmes, ils ont le brevet, tu sais ce que tu fais, renvoie-les aussi dans les cordes en leur disant que toi, tu ne les méprises pas au point de penser qu'ils n'ont pas droit à l'enseignement donné partout ailleurs en France. Bloque les agités avec les punitions proposées dans les posts. Ceux qui veulent travailler te remercieront. Les élèves adorent les cours hyper structurés et répétitifs cela les rassure (voir leur plaisir à travailler sur les cahiers de grammaire), ils contestent pour contester car ils ont compris à la fois le système (ennui au collège, EPI, Slam et autres balivernes à la noix) et ton manque de confiance, c'est tout.

Ce point fonctionne tjs très bien.
Quand j'ai des techno qui protestent parce qu'on fait des textes difficiles et que je fais les mêmes avec les S ; je leur demande toujours s'ils sont plus idiots, abrutis que les S.
C'est marrant, on ne me le dit pas 2 fois.

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
avatar
ysabel
Devin


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par *Plume* le Dim 27 Nov 2016 - 13:36

Encore merci Zeprof, Anarore, nlm76, Thalie et Ysabel pour vos messages !

Vous avez raison, je dois enfin me considérer comme le chef dans ma classe. J'y arrive bien en 6ème, on rigole parfois 2 minutes puis je décide que c'est terminé et on retourne au boulot. Il y en a un ou deux qui essayaient au début de continuer à rigoler mais quelques remarques voire une punition s'ils continuaient quand même et maintenant, je dis "on se remet au travail" et ils le font parce qu'ils savent que sinon...

Là je vais passer l'après-midi à essayer de blinder mes cours pour que j'en sois sûre et que je me sente en confiance. Parfois par manque de temps, il y en a certains qui sont un peu "bâclés" : parfois ça passe, mais parfois ça foire et comme je sais que ça a mal été fait, c'est là que je perds pied par rapport aux remarques désobligeantes des élèves.

En ce moment, j'ai parfois envie de tout laisser tomber tant j'ai l'impression qu'on me demande l'impossible. J'essaie de résister et de me raisonner mais j'ai l'impression de stagner (voire de régresser) et c'est assez décourageant.
Heureusement que le forum et quelques collègues sont là parce que sinon je déprimerais sévère je crois Razz
Je fais de mon mieux pour tout mais j'ai l'impression que ce n'est jamais assez et que ce n'est pas reconnu (ni par les élèves, ni par la direction et sûrement ni par les parents... J'la sens bien la réunion parents-profs  Rolling Eyes )

Allez, je me remotive et je vais travailler cafe lecteur
avatar
*Plume*
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par nlm76 le Dim 27 Nov 2016 - 14:49

*Plume* a écrit:
Heureusement que le forum et quelques collègues sont là parce que sinon je déprimerais sévère je crois Razz
Ne vous contentez pas du forum. Le plus important est de parler avec les collègues de votre collège.
avatar
nlm76
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Me suis-je trompée dans ma façon d'enseigner le français ?

Message par Naiad3 le Ven 31 Mar 2017 - 23:10

Je rebondis sur ce vieux sujet qui m'interpelle et peut peut-être aider...

Je trouve que ne faire que des questions est ennuyeux à force... non?
On peut faire des activités de groupes, des cartes mentales pour retenir, des tableaux, leur demander de faire le bilan, demander le lien avec une image choisie, leur demander de mettre en scène ce qu'ils ont compris, faire bosser une partie du texte pour un groupe et mettre en commun (les élèves se retrouvent donc à faire le cours, j'adore faire ça avec eux, c'est super pour l'autonomie, l'oral, l'initiation à la prise de notes en 3ème et tout mis ensemble l'analyse est très complète), faire une fiche avec 12 affirmations et voir avec le texte si elles sont vraies ou fausses.

C'est ça qui est génial. C'est de les faire aimer, s'intéresser, c'est de se creuser la tête ou lier exigences et plaisir.

Naiad3
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum