Votre avis sur ma séance: la naissance de Chateaubriand?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis sur ma séance: la naissance de Chateaubriand?

Message par Amaliah le Jeu 23 Juil - 15:12

Bien sûr pour des 3° - OI par extraits.

Ecrire pour se mettre en scène.
Texte 1 : Une naissance extraordinaire (p. 12-13).

I. Un texte autobiographique.
A quoi voit-on qu’il s’agit d’un texte autobiographique ?
- Récit en prose de la naissance.
- Emploi de la première personne du singulier : auteur = narrateur = personnage principal.

Synthèse:
Ce texte correspond bien à la définition du genre autobiographique. Il s’agit d’un récit rétrospectif où l’auteur, le narrateur et le personnage principal se confondent en une seule et même personne.
Presque toutes les autobiographies suivent un ordre chronologique qui correspond au déroulement de la vie. C’est pourquoi bien des autobiographies commencent par le récit de la naissance.

II. La situation d’énonciation dans un texte autobiographique.
Le je renvoie-t-il toujours à la même personne ?
Différencier le je adulte et le je enfant.

Comment différencie-t-on les passages rapportant les moments du passé de ceux qui renvoient au moment de l’écriture ? Lieux et temps verbaux :
- La Vallée-aux-loups, 1811 = moment de l’écriture = de l’énonciation.
Système du présent : présent, imparfait, passé composé…
- Saint-Malo, 1768 = moment du souvenir.
Système du passé : PS, imparfait, PQP…

A quel temps sont les interventions du narrateur ? Les réflexions du narrateur adulte sont reconnaissables par l’emploi du présent d’énonciation et du passé composé. Lorsque le narrateur commente ses souvenirs, le pronom « Je » renvoie au narrateur adulte. Il livre alors ses réflexions d’adulte au présent et au passé composé qui renvoient au moment de l’écriture. Il s’agit de temps ancrés dans la situation d’énonciation.
Et les souvenirs ? Les souvenirs sont relatés au passé simple et à l’imparfait (sauf à la fin du premier paragraphe où l’on a un passage au présent de narration).
Lorsque le narrateur évoque ses souvenirs, le pronom « Je » renvoie au narrateur enfant. Les temps utilisés sont alors l’imparfait et le passé simple qui renvoient au moment de la narration et du souvenir passé. Il s’agit de temps coupés de la situation d’énonciation.

Synthèse:
Le narrateur devenu adulte rapporte ses souvenirs à la première personne. Il convient de bien identifier le pronom je : il peut renvoyer au je d’hier ou au je d’aujourd’hui.

Temps du souvenir Temps de l’écriture
Je enfant Je adulte = narrateur
Passé simple ou imparfait
= temps coupés de la
situation d’énonciation
(= tps du
récit)
Parfois présent de narration. Présent d’énonciation et passé composé
= temps ancrés dans la
situation d’énonciation
(= temps du discours)
Le va-et-vient entre ces deux systèmes temps est une des caractéristiques de l’écriture autobiographique.

Rappel : les valeurs du présent : habitude, vérité générale, énonciation, narration, futur ou passé proche.

III. Une naissance extraordinaire qui préfigure une destinée singulière.
En un mot, comment qualifier la naissance de Chateaubriand ? Extraordinaire.
A. En quoi la naissance de Chateaubriand est-elle extraordinaire ?
1. Lieu de la naissance : Rocher – lieu hostile.
Si la maison qui l’a vu naître est devenue ensuite une auberge, elle est située dans un endroit solitaire et effrayant, une « rue sombre et étroite » côté ville, et dominant « une partie déserte des murs de la ville » côté mer.
Elle est située « rue des Juifs », ce qui évoque (connotation) la solitude du ghetto dans lequel était maintenu ce peuple, mais aussi celle de son curieux destin de réprouvé pour avoir été déicide.
Fermée et isolée du côté de la ville, elle est ouverte sur la mer « qui s’étend à perte de vue », comme un appel vers l’infini. Silencieuse et endormie du côté de la ville, elle est agitée par la mer « se brisant sur des écueils » qui rappelle le destin tragique du marin dans le naufrage.

2. Moment de l’année Chateaubriand vient-il au monde : Automne – saison de la mélancolie qui préfigure métaphoriquement la vieillesse.

3. Phénomène météorologique : Cette tempête participe de cette ambiance sinistre.

4. Hésitation entre la vie et la mort :
Relevez le champ lexical de la vie et de la mort des lignes 1 à 12, puis relevez, lignes 33 à 52, une phrase où apparaît la même opposition. Antithèse « J’étais presque mort quand je vins au jour ». Mention du frère mort avant sa naissance.

5. Célébrité : marraine = comtesse.

Quelle impression laisse cette naissance ainsi racontée ? Cette naissance est envisagée comme un malheur. Naissance = prologue d’une existence vouée au malheur. Image romantique de la destinée.

Synthèse : Comment Chateaubriand met-il donc en scène sa naissance ?
Chateaubriand met en scène sa naissance en insistant sur le lieu précis de sa naissance (un rocher hostile), à une saison mélancolique et pendant une tempête. Chateaubriand nous décrit d’abord des lieux qu’il ancre d’abord dans la réalité pour mieux nous faire ensuite remarquer l’accumulation de signes extraordinaires.
Ainsi, par touches successives : la solitude, l’obscurité, et le fracas des vagues, Chateaubriand nous introduit dans l’univers de la mort, monde a priori antinomique de celui de la naissance.
Cette évocation funèbre est confirmée par l’antithèse « j’étais presque mort quand je vins au jour ». Il reçoit le prénom d’un frère « infortuné », trop tôt disparu. Ainsi Chateaubriand est un quasi miraculé.
Chateaubriand naît un soir de tempête, dans la fureur et le bruit, quand les « mugissements » couvrent les vagissements du nouveau-né, à l’époque de l’équinoxe, période où la nuit va prendre le pas sur le jour, image de la mort qui va l’emporter sur la vie.

B. En quoi cette naissance extraordinaire préfigure-t-elle le destin tourmenté de l’auteur ?
5. Relevez, dans la deuxième moitié du texte, tous les mots qui évoquent la tristesse. Qu’est-ce que ce texte vous apprend sur le caractère de l’auteur ? Ces détails extraordinaires et dramatiques ont marqué l’imagination de l’auteur au sceau de la « tristesse ».

Quel lien peut-on faire entre sa naissance et son caractère ? Chateaubriand voit dans cette naissance étonnante l’origine et l’explication de la personne qu’il est devenu aujourd’hui. Il s’agit d’une mise en perspective constitutive d’une destinée.

Faire réfléchir sur le travail de reconstruction de l’autobiographe qui ne peut se souvenir de ses jeunes années. C’est d’abord le fruit constant - « Il n’y a pas de jour » - d’un travail de reconstruction par l’imagination - « rêvant », « je ne revoie en pensée » - à partir d’un passé - « à ce que j’ai été » - rapporté, « souvent conté » dans ses « détails » révélateurs qui confinent à la légende.

Synthèse:
Chateaubriand a dépeint sa naissance comme un événement dramatique et extraordinaire, signe avant-coureur d’une existence vouée aux malheurs. Ces détails extraordinaires et dramatiques ont en effet marqué l’imagination de l’auteur au sceau de la « tristesse ». Cet extrait contribue à nous en définir les tourments du « mal du siècle ».
Ces éléments entourant sa naissance ne peuvent être des souvenirs à proprement parler car le nouveau-né ne peut s’en souvenir. C’est en fait le fruit constant d’un travail de reconstruction par l’imagination à partir d’un passé rapporté, « souvent conté » dans ses « détails » révélateurs qui confinent à la légende. C’est une relecture des années écoulées qui trouvent leur sens dans l’origine.
L’auteur choisit certains éléments hautement symboliques : le rocher et l’océan présent dans le fracas des « r », « jour où, rêvant [...] je ne revoie en pensée le rocher sur lequel je suis né », la chambre assimilée à une chambre de torture par l’alliance, « chambre où ma mère m’infligea la vie », la tempête et le prénom du frère « infortuné ». « le malheur » est mis en évidence par sa place à la fin d’une longue phrase. Cette longue période souligne ainsi le destin accablant de l’auteur.

Chateaubriand est donc le génial metteur en scène de sa propre vie : ce breton mélancolique, né sur un « rocher » choisira de dresser sa tombe sur le promontoire du « Grand Bé », à Saint-Malo. On a ici l’impression tenace de surprendre l’auteur dans son atelier en train de peindre son portrait pour laisser une image originale à la postérité.
Cette insatisfaction profonde, cette introspection douloureuse, cette fascination de l’échec font de l’auteur des Mémoires d’outre-tombe un précurseur du romantisme français.

Vocabulaire : équinoxe, écueil, aversion, infortuné.
Ecriture : Comparer le récit de Chateaubriand avec celui d'un biographe de l'auteur.

Amaliah
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre avis sur ma séance: la naissance de Chateaubriand?

Message par Golou le Jeu 23 Juil - 15:19

Caro11 a écrit:Bien sûr pour des 3° - OI par extraits.

Ecrire pour se mettre en scène.
Texte 1 : Une naissance extraordinaire (p. 12-13).

I. Un texte autobiographique.
A quoi voit-on qu’il s’agit d’un texte autobiographique ?
- Récit en prose de la naissance.
- Emploi de la première personne du singulier : auteur = narrateur = personnage principal.

Synthèse:
Ce texte correspond bien à la définition du genre autobiographique. Il s’agit d’un récit rétrospectif où l’auteur, le narrateur et le personnage principal se confondent en une seule et même personne.
Presque toutes les autobiographies suivent un ordre chronologique qui correspond au déroulement de la vie. C’est pourquoi bien des autobiographies commencent par le récit de la naissance.

II. La situation d’énonciation dans un texte autobiographique.
Le je renvoie-t-il toujours à la même personne ?
Différencier le je adulte et le je enfant.

Comment différencie-t-on les passages rapportant les moments du passé de ceux qui renvoient au moment de l’écriture ? Lieux et temps verbaux :
- La Vallée-aux-loups, 1811 = moment de l’écriture = de l’énonciation.
Système du présent : présent, imparfait, passé composé…
- Saint-Malo, 1768 = moment du souvenir.
Système du passé : PS, imparfait, PQP…

A quel temps sont les interventions du narrateur ? Les réflexions du narrateur adulte sont reconnaissables par l’emploi du présent d’énonciation et du passé composé. Lorsque le narrateur commente ses souvenirs, le pronom « Je » renvoie au narrateur adulte. Il livre alors ses réflexions d’adulte au présent et au passé composé qui renvoient au moment de l’écriture. Il s’agit de temps ancrés dans la situation d’énonciation.
Et les souvenirs ? Les souvenirs sont relatés au passé simple et à l’imparfait (sauf à la fin du premier paragraphe où l’on a un passage au présent de narration).
Lorsque le narrateur évoque ses souvenirs, le pronom « Je » renvoie au narrateur enfant. Les temps utilisés sont alors l’imparfait et le passé simple qui renvoient au moment de la narration et du souvenir passé. Il s’agit de temps coupés de la situation d’énonciation.

Synthèse:
Le narrateur devenu adulte rapporte ses souvenirs à la première personne. Il convient de bien identifier le pronom je : il peut renvoyer au je d’hier ou au je d’aujourd’hui.

Temps du souvenir Temps de l’écriture
Je enfant Je adulte = narrateur
Passé simple ou imparfait
= temps coupés de la
situation d’énonciation
(= tps du
récit)
Parfois présent de narration. Présent d’énonciation et passé composé
= temps ancrés dans la
situation d’énonciation
(= temps du discours)
Le va-et-vient entre ces deux systèmes temps est une des caractéristiques de l’écriture autobiographique.

Rappel : les valeurs du présent : habitude, vérité générale, énonciation, narration, futur ou passé proche.

III. Une naissance extraordinaire qui préfigure une destinée singulière.
En un mot, comment qualifier la naissance de Chateaubriand ? Extraordinaire.
A. En quoi la naissance de Chateaubriand est-elle extraordinaire ?
1. Lieu de la naissance : Rocher – lieu hostile.
Si la maison qui l’a vu naître est devenue ensuite une auberge, elle est située dans un endroit solitaire et effrayant, une « rue sombre et étroite » côté ville, et dominant « une partie déserte des murs de la ville » côté mer.
Elle est située « rue des Juifs », ce qui évoque (connotation) la solitude du ghetto dans lequel était maintenu ce peuple, mais aussi celle de son curieux destin de réprouvé pour avoir été déicide.
Fermée et isolée du côté de la ville, elle est ouverte sur la mer « qui s’étend à perte de vue », comme un appel vers l’infini. Silencieuse et endormie du côté de la ville, elle est agitée par la mer « se brisant sur des écueils » qui rappelle le destin tragique du marin dans le naufrage.

2. Moment de l’année Chateaubriand vient-il au monde : Automne – saison de la mélancolie qui préfigure métaphoriquement la vieillesse.

3. Phénomène météorologique : Cette tempête participe de cette ambiance sinistre.

4. Hésitation entre la vie et la mort :
Relevez le champ lexical de la vie et de la mort des lignes 1 à 12, puis relevez, lignes 33 à 52, une phrase où apparaît la même opposition. Antithèse « J’étais presque mort quand je vins au jour ». Mention du frère mort avant sa naissance.

5. Célébrité : marraine = comtesse.

Quelle impression laisse cette naissance ainsi racontée ? Cette naissance est envisagée comme un malheur. Naissance = prologue d’une existence vouée au malheur. Image romantique de la destinée.

Synthèse : Comment Chateaubriand met-il donc en scène sa naissance ?
Chateaubriand met en scène sa naissance en insistant sur le lieu précis de sa naissance (un rocher hostile), à une saison mélancolique et pendant une tempête. Chateaubriand nous décrit d’abord des lieux qu’il ancre d’abord dans la réalité pour mieux nous faire ensuite remarquer l’accumulation de signes extraordinaires.
Ainsi, par touches successives : la solitude, l’obscurité, et le fracas des vagues, Chateaubriand nous introduit dans l’univers de la mort, monde a priori antinomique de celui de la naissance.
Cette évocation funèbre est confirmée par l’antithèse « j’étais presque mort quand je vins au jour ». Il reçoit le prénom d’un frère « infortuné », trop tôt disparu. Ainsi Chateaubriand est un quasi miraculé.
Chateaubriand naît un soir de tempête, dans la fureur et le bruit, quand les « mugissements » couvrent les vagissements du nouveau-né, à l’époque de l’équinoxe, période où la nuit va prendre le pas sur le jour, image de la mort qui va l’emporter sur la vie.

B. En quoi cette naissance extraordinaire préfigure-t-elle le destin tourmenté de l’auteur ?
5. Relevez, dans la deuxième moitié du texte, tous les mots qui évoquent la tristesse. Qu’est-ce que ce texte vous apprend sur le caractère de l’auteur ? Ces détails extraordinaires et dramatiques ont marqué l’imagination de l’auteur au sceau de la « tristesse ».

Quel lien peut-on faire entre sa naissance et son caractère ? Chateaubriand voit dans cette naissance étonnante l’origine et l’explication de la personne qu’il est devenu aujourd’hui. Il s’agit d’une mise en perspective constitutive d’une destinée.

Faire réfléchir sur le travail de reconstruction de l’autobiographe qui ne peut se souvenir de ses jeunes années. C’est d’abord le fruit constant - « Il n’y a pas de jour » - d’un travail de reconstruction par l’imagination - « rêvant », « je ne revoie en pensée » - à partir d’un passé - « à ce que j’ai été » - rapporté, « souvent conté » dans ses « détails » révélateurs qui confinent à la légende.

Synthèse:
Chateaubriand a dépeint sa naissance comme un événement dramatique et extraordinaire, signe avant-coureur d’une existence vouée aux malheurs. Ces détails extraordinaires et dramatiques ont en effet marqué l’imagination de l’auteur au sceau de la « tristesse ». Cet extrait contribue à nous en définir les tourments du « mal du siècle ».
Ces éléments entourant sa naissance ne peuvent être des souvenirs à proprement parler car le nouveau-né ne peut s’en souvenir. C’est en fait le fruit constant d’un travail de reconstruction par l’imagination à partir d’un passé rapporté, « souvent conté » dans ses « détails » révélateurs qui confinent à la légende. C’est une relecture des années écoulées qui trouvent leur sens dans l’origine.
L’auteur choisit certains éléments hautement symboliques : le rocher et l’océan présent dans le fracas des « r », « jour où, rêvant [...] je ne revoie en pensée le rocher sur lequel je suis né », la chambre assimilée à une chambre de torture par l’alliance, « chambre où ma mère m’infligea la vie », la tempête et le prénom du frère « infortuné ». « le malheur » est mis en évidence par sa place à la fin d’une longue phrase. Cette longue période souligne ainsi le destin accablant de l’auteur.

Chateaubriand est donc le génial metteur en scène de sa propre vie : ce breton mélancolique, né sur un « rocher » choisira de dresser sa tombe sur le promontoire du « Grand Bé », à Saint-Malo. On a ici l’impression tenace de surprendre l’auteur dans son atelier en train de peindre son portrait pour laisser une image originale à la postérité.
Cette insatisfaction profonde, cette introspection douloureuse, cette fascination de l’échec font de l’auteur des Mémoires d’outre-tombe un précurseur du romantisme français.

Vocabulaire : équinoxe, écueil, aversion, infortuné.
Ecriture : Comparer le récit de Chateaubriand avec celui d'un biographe de l'auteur.


je trouve ça bien!

_________________
La curiosité est une belle qualité... n'est-ce pas?...

mon blog cuisine http://lecrocus.canalblog.com
le blog de ma fille http://laviedenora.canalblog.com

Golou
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre avis sur ma séance: la naissance de Chateaubriand?

Message par Amaliah le Jeu 23 Juil - 15:21

Merci Goloumine! Et tu as la palme du mérite d'avoir lu tout ça en pleine effervescence estivale... I love you

Ce que je me demande, c'est comment leur faire comprendre ce qu'est le romantisme rapidement... Mais peut-être vais-je me contenter de "mal du siècle" et ne pas parler de romantisme pour éviter de leur donner des choses trop simplifiées?

Amaliah
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre avis sur ma séance: la naissance de Chateaubriand?

Message par Golou le Jeu 23 Juil - 15:40

Caro11 a écrit:
Ce que je me demande, c'est comment leur faire comprendre ce qu'est le romantisme rapidement... Mais peut-être vais-je me contenter de "mal du siècle" et ne pas parler de romantisme pour éviter de leur donner des choses trop simplifiées?

ben je pense que tu l'amènes bien avec le dernier texte.

_________________
La curiosité est une belle qualité... n'est-ce pas?...

mon blog cuisine http://lecrocus.canalblog.com
le blog de ma fille http://laviedenora.canalblog.com

Golou
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre avis sur ma séance: la naissance de Chateaubriand?

Message par lulamae le Jeu 23 Juil - 16:59

Est-ce qu'ils connaîtront déjà le genre autobiographique ?
J'aime beaucoup ton III, mais je le trouve situé loin, car c'est précisément ce qui devrait appâter les élèves. Tu pourrais peut-être partir de sa biographie pour le leur faire établir ?

lulamae
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre avis sur ma séance: la naissance de Chateaubriand?

Message par Amaliah le Jeu 23 Juil - 17:45

C'est pour ma séquence autobiographie (cf. autre post dans le groupe travail), la première de l'année. Avant ce texte, on aura lu des pactes autobiographiques.

Tu as raison Ederlezi, il faut que je commence par le III, sinon ça risque d'être rébarbatif! Si je pars de leurs impressions de toute façon, soit ils me diront texte autobiographique, soit une naissance extraordinaire et selon j'embraye!

Merci aux courageuses que vous êtes!

Amaliah
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre avis sur ma séance: la naissance de Chateaubriand?

Message par lulamae le Jeu 23 Juil - 18:19

Caro11 a écrit:C'est pour ma séquence autobiographie (cf. autre post dans le groupe travail), la première de l'année. Avant ce texte, on aura lu des pactes autobiographiques.

Tu as raison Ederlezi, il faut que je commence par le III, sinon ça risque d'être rébarbatif! Si je pars de leurs impressions de toute façon, soit ils me diront texte autobiographique, soit une naissance extraordinaire et selon j'embraye!

Merci aux courageuses que vous êtes!

Pour le 1, je m'en doutais.

Pour le 2, les repérages d'indices passent souvent mieux après les "grandes idées" qui portent sur le sens même du texte. Comme tu le dis, ils le diront sûrement à l'oral, et ensuite tu peux organiser tes différentes parties au tableau.

lulamae
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre avis sur ma séance: la naissance de Chateaubriand?

Message par Rosy le Jeu 23 Juil - 22:26

Alors, j'ai lu ta séance cet ap-midi et au moment de te répondre ma fille s'est réveillée de la sieste...
Alors j'essaie de reprendre:
- pour leur faire comprendre le romantisme, pourquoi ne pas étudier un tableau ? (cf 1er post)
- sinon, j'allais te demander la même chose que ederlezi: avoir défini avec eux avant de faire cet extrait l'autobiog. et auras-tu vu aussi les valeurs des temps avant ou fais-tu la leçon à l'occasion de cette séance ?
- et enfin, j'aurais commencé par le I (pour réinvestir leur acquis), puis le III, et le II (pour finir avec des exos, si tu fais un cours dessus et aussi pcq c'est difficile pour eux de comprendre les deux temps; enfin les miens avaient du mal...)

Tu es aussi très courageuse de bosser en ce moment... Rassure-moi, tu vas faire une pause vacances ? Wink

_________________
www.reformeducollege.fr
Sauvons l'enseignement du français au collège : http://tinyurl.com/sauvonslefrancaisaucollege

Faites que le rêve dévore votre vie, afin que la vie ne dévore pas votre rêve.
Antoine de Saint-Exupéry.

Rosy
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre avis sur ma séance: la naissance de Chateaubriand?

Message par Amaliah le Jeu 23 Juil - 22:36

Oui, je sais, on n'est plus beaucoup à travailler encore... Je te rassue, on part presque trois semaines en vacances, c'est pour ça que j'en profite maintenant!

Merci pour tes suggestions!

Amaliah
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Votre avis sur ma séance: la naissance de Chateaubriand?

Message par melaniguiz le Ven 24 Juil - 10:02

Je trouve ça très bien. J'ai fait ce texte l'an dernier avec mes 3e, c'est un texte que j'aime beaucoup et j'ai abordé les mêmes points que toi. Si je me souviens bien, ça avait bien fonctionné.

melaniguiz
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum