Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
sinan
Niveau 6

Le Don Juan de Baudelaire

par sinan le Sam 26 Nov 2016 - 11:08
Bonjour à tous,
J'ai donné à mes élèves un corpus de réécriture autour de Don Juan : le dénouement de Tirso, celui de Molière, celui de Lenau (où Don Juan se suicide) et le poème de Baudelaire, issu des Fleurs du Mal.
Les élèves devaient faire le commentaire du poème de Baudelaire.
Don Juan y apparaît mélancolique, dans les deux derniers vers : "Mais le calme héros, courbé sur sa rapière/ Regardait le sillage et ne daignait rien voir."
Pensez-vous qu'il est pertinent de parler, dans ce texte, de Don Juan comme d'un symbole du spleen, ou est-ce forcer le texte ? et faudrait-il mieux parler de mélancolie et de dandysme (comme c'est écrit dans mon édition) ?

Merci de votre aide
avatar
288
Niveau 10

Re: Le Don Juan de Baudelaire

par 288 le Sam 26 Nov 2016 - 11:20
Je ne sais pas si l'épithète "calme" autorise à parler de mélancolie ici. Je pencherais volontiers pour une figuration de l'aveuglement et du mépris de Dom Juan, qui l'ont conduit à sa perte et qui perdurent par-delà la mort. Il demeure souverain, le verbe daigner est à interroger à mon avis, en dépit de la punition qu'il vient de recevoir et de ses victimes qui forment la longue haie d'honneur de son entrée aux Enfers.
Après, je ne sais pas dans quelle mesure Baudelaire était attaché à la figure de Dom Juan.
avatar
sinan
Niveau 6

Re: Le Don Juan de Baudelaire

par sinan le Sam 26 Nov 2016 - 11:56
Merci de votre réponse.
Je suis absolument d'accord avec votre analyse quant au dédain du personnage, qui n'accorde aucune importance à ses victimes.
Néanmoins, il me semble que la mélancolie ici est présente dans l'attitude "courbé", ainsi que dans une certaine rêverie "regardait le sillage".
avatar
Puck
Grand sage

Re: Le Don Juan de Baudelaire

par Puck le Sam 26 Nov 2016 - 12:04
Je verrais "calme" comme l'acceptation tranquille de son châtiment. DJ a accepté l'invitation, il savait qu'il allait à la mort. Il va jusqu'au bout de ses actes, de ses décisions. Il est "calme" car il ne regrette rien. Il avait déjà accepté sa mort au moment de l'invitation donc sur la barque de Charon, il n'est pas surpris de se retrouver là et il va au-devant de son jugement avec la même force de caractère, le même dédain.
Un vrai libertin qui garde toute sa morgue, plutôt qu'un dandy.

_________________
"Ce que nous avons fait, aucune bête au monde ne l'aurait fait. 
Mais nous nous en sommes sortis. Et nous voici confrontés à l'ingratitude de la nation. Pourtant, c'était pas ma guerre. C'était pas ma guerre, oh non !"
Cripure
Contenu sponsorisé

Re: Le Don Juan de Baudelaire

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum