Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
jésus
Habitué du forum

Re: Rapport du Sénat : Hausse inquiétante des démissions de professeurs, notamment de stagiaires.

par jésus le Sam 10 Déc 2016 - 12:00
Certes, les comportements anti-écolo existent en réaction du discours écolo bien-pensant et dominant.
Après ces comportements sont intergénérationnels, je pense. Le vieux qui a connu l'abondance et le jeune qui " réagit" au discours dominant.

Il voit dans ces discours "bien-pensant" juste des bâtons dans les roues à la croissance, à son développement personnel. C'est l'idée de fond. Trop de barrière idéologiques nuit à des perspectives de bonheurs personnels.

De plus, clairement l'exemple de la circulation alternée montre les limites du modèle écologiste. Pour retrouver la qualité de l'air, il faut que l'économie s'arrête. Les livreurs ne peuvent pas rouler, les gens ne peuvent pas circuler.
Les "bobos" veulent la peau de ce qui reste d'économie dans les milieux ruraux en voulant la peau de l'élevage, jugé inhumain et rétrograde. Bref, l'écologie sauce " 2016" apparaît hors-sol. Et le pire, moi qui est au fait de ces questions, que l'écologie est portée de manière bas-de-gamme, sans recul idéologique ni critique, ni vision , et ce que je viens de citer , ce sont des effets de mode, de com, pas de l'écologie de fond comme je l'entends. A l'inverse, quelqu'un de plus intéressant comme Rabhi se retrouve en position de gourou qui radote ( lisez ces livres et je les ai presque tous lu, ils disent à chaque fois la même chose). L'écologie "responsable" est sous-représentée et en voie de disparition. ( Je ne parle pas de la fausse écologie de gouvernement sauce Duflot, Placé, de rugy et consorts).

Pour moi, clairement, il s'agit d'une réaction normale, face à un modèle de société qui a éprouvé ses limites.


Dernière édition par jésus le Sam 10 Déc 2016 - 12:39, édité 2 fois
avatar
Zagara
Vénérable

Re: Rapport du Sénat : Hausse inquiétante des démissions de professeurs, notamment de stagiaires.

par Zagara le Sam 10 Déc 2016 - 12:33
@Jésus a écrit:discours écolo bien-pensant et dominant.
Je ne te suis vraiment pas sur ces termes.

1. le discours écologiste n'est pas "bien pensant" (je n'aime pas ce mot qui a clairement été préempté par les déclinistes et l'extrême droite). Il est pensant tout court. C'est à dire que, vue les données scientifiques actuelles, soit on s'adapte soit on s'effondre. Ça n'a donc rien de moralisateur en soi, c'est une donnée du temps. Le problème vient de la réception de cette donnée chez ceux qui ont pollué et gaspillé toute leur vie. Eux le ressentent comme offensant car ils ont l'impression que c'est un jugement sur leurs pratiques. Alors que ce n'est pas un jugement moral, c'est une simple réalité scientifique : la civilisation productiviste et carbonnée détruit le seul biome vivable pour l'humanité.  Mais eux ils le ressentent au fond du coeur et cela produit une réaction complètement irrationnelle de rejet en disant "tout ça c'est de la bien pensance je fais c'que j'veux nah :V".

2. le discours écologique est tout sauf "dominant". Il n'arrive pas à percer les cercles du pouvoir. Pour LR et PS, c'est une thématique parmi d'autres permettant d'obtenir des voix chez les jeunes (qui sont les plus sensibilisés puisque c'est de leur avenir qu'il s'agit). Aucun candidat de la primaire PS ne veut fermer les centrales nucléaires, ils croient même encore que c'est une "énergie propre !!" (extraction et transport de l'uranium bonjour ? Irradiations bonjour ?). La COP21 était un show ridicule, avec un accord non contraignant a minima ; c'était juste une tribune pour que Hollande se fasse mousser et un stand d'expo pour les multinationales qui prétendaient proposer des solutions par la "croissance verte" (oxymore). Les USA s'enferment dans le déni, pas étonnant : ils ont une culture du gáchis et du consumérisme portés à leur paroxysme, difficile pour eux de penser la finitude des ressources et les effondrements naturels.

Bref le "bien pensant" n'est qu'une perspective produite par des gens qui se sentent agressés dans leur mode de vie sale par les données scientifiques et le "dominant" n'est pas juste. Si les humains étaient rationnels, on aurait commencé la transition il y a 20 ans. Mais les sensibilités des gaspilleurs + l'incapacité de la génération de l'abondance à penser autre chose que la croissance + le fait que nos dirigeants soient déphasés avec leur temps + les intérêts des multinationales qui combattent la sciences font qu'on ne fera pas la transition, ou beaucoup trop tard, et qu'on a déjà les 2 pieds dans l'effondrement global.
jésus
Habitué du forum

Re: Rapport du Sénat : Hausse inquiétante des démissions de professeurs, notamment de stagiaires.

par jésus le Sam 10 Déc 2016 - 12:46
Oui, cf ce que je viens d'écrire dans le message édité plus haut.
Je suis d'accord avec une nécessaire transition énergétique. Les problèmes environnementaux ne sont pas une vue de l'esprit.
Mais, les thèmes écologistes sont mal défendus par des personnes qui transforme cela en croisade personnelle et morale " manger de la viande, c'est mal, devenez végétarien ou sinon vous êtes un ***"
"Tu est tout seul dans ta voiture, et donc tu es un pollueur" Il y a un problème de message, de fond... Et ce qui reste d'une écologie réduite à de la mode et à de la com, ce sont des exigences intrusives et contre-productives car elles suscitent des réactions de rejet. Que ce soit le pauvre, le bourgeois, personne n'a envie dans ce cadre de changer quoique ce soit. Le pauvre, lui ne le peut pas. ( Comment s'achète-t-il une voiture électrique, un vélo électrique, comment refait-il l'isolation de sa maison, comment change-t-il ses appareils électriques?)
jésus
Habitué du forum

Re: Rapport du Sénat : Hausse inquiétante des démissions de professeurs, notamment de stagiaires.

par jésus le Sam 10 Déc 2016 - 12:57
Désolé! Mais, je pense que tout est lié.
Je partais du constat qu'une sorte de révolution conservatrice et réactionnaire se mettait en place, à l'étranger et en France. Et c'était une réaction face à des thématiques qui doivent être abordées dans le cadre d'une vision progressistes de la société mais qui se sont transformés en police de la pensée, en communication, en marqueur sociaux et qui ont été de facto vidée de leur sens.
L'éducation en fait partie. On a fait de la com, on a répondu aux effets de mode en prétendant "moderniser" et " réformer" On passe à côté du sujet.
avatar
Zagara
Vénérable

Re: Rapport du Sénat : Hausse inquiétante des démissions de professeurs, notamment de stagiaires.

par Zagara le Sam 10 Déc 2016 - 13:06
On est assez d'accord, je trouve idiots ceux qui flétrissent autrui sur leur mode de consommation, surtout que le vrai enjeu écologique est à l'échelle macro et pas micro. Les 2 vrais enjeux sont que les Etats modifient leur mix énergétique et que les multinationales arrêtent l'extractivisme, la DIT à outrance et l'obsolescence programmée. Bref des enjeux très difficiles à mettre en oeuvre car les résistances des dirigeants et des patrons sont énormes, la capacité d'inertie de grosses structures aussi.

Du coup, c'est idiot de taper sur le citoyen qui mange de la vache de réforme, alors que le problème c'est l'usine à lait qui réforme ses prim'holsteins vieilles de seulement quelques années car leur débit de lait est passé de 9k litres à 7k litres. Donc,dans la question de la viande, le problème est bien plus le procès de production productiviste qui rend disponible cette mauvaise viande que le consommateur qui choisit la réforme parce qu'elle est moins chère que le label rouge. Un exemple parmi d'autres de comment pousser l'écologie de manière intelligente, c'est à dire sans agresser les individus mais en s'attaquant aux structures.
avatar
Jenny
Modérateur

Re: Rapport du Sénat : Hausse inquiétante des démissions de professeurs, notamment de stagiaires.

par Jenny le Sam 10 Déc 2016 - 13:09
Merci de revenir au sujet initial.
avatar
Tamerlan
Modérateur

Re: Rapport du Sénat : Hausse inquiétante des démissions de professeurs, notamment de stagiaires.

par Tamerlan le Sam 10 Déc 2016 - 13:12
Oui, ou alors il faut établir plus directement le rapport entre la capacité de production d'un stagiaire et celle d'une prim'Holstein ! Razz

_________________
“Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière.”
avatar
Jenny
Modérateur

Re: Rapport du Sénat : Hausse inquiétante des démissions de professeurs, notamment de stagiaires.

par Jenny le Sam 10 Déc 2016 - 13:16
@Tamerlan a écrit:Oui, ou alors il faut établir plus directement le rapport entre la capacité de production d'un stagiaire et celle d'une prim'Holstein ! Razz

Laughing
avatar
Zagara
Vénérable

Re: Rapport du Sénat : Hausse inquiétante des démissions de professeurs, notamment de stagiaires.

par Zagara le Sam 10 Déc 2016 - 13:19
L'ESPE n'est jamais qu'une ferme des 1000 stagiaires dont on trait l'espérance. Twisted Evil
avatar
Lefteris
Empereur

Re: Rapport du Sénat : Hausse inquiétante des démissions de professeurs, notamment de stagiaires.

par Lefteris le Sam 10 Déc 2016 - 14:42
@Zagara a écrit:L'ESPE n'est jamais qu'une ferme des 1000 stagiaires dont on trait l'espérance. Twisted Evil
Ah ! que la métaphore est mise avec esprit Laughing
Je m'en forme immédiatement une image mentale.
Formateur en action :

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble"
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013).
"Ce troisième grade [celui du PPCR] , c’est un peu l’agrégation pour tous: elle (sic)  donne la possibilité d’atteindre un niveau de rémunération proche de celui d’un agrégé en fin de carrière, soit 4.500 euros nets par mois" Frédéric Sève,SGEN-CFDT (penseur   très moderne,à l'école de la précédente).
« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
Graisse-Boulons
Niveau 7

Re: Rapport du Sénat : Hausse inquiétante des démissions de professeurs, notamment de stagiaires.

par Graisse-Boulons le Ven 16 Déc 2016 - 22:45
@Tamerlan a écrit:
@Bouboule a écrit:
@Tamerlan a écrit:
@Zagara a écrit:J'ai plus travaillé pendant l'année de stage que pour obtenir l'agrégation. Ce n'est pas une blague et je trouve ça idiot.
- S'adapter à un nouveau métier en étant mis immédiatement face à des classes, préparer les cours
- Se faire prendre 2 jours par semaines par l'ESPE + préparer des trucs pour eux
- Faire un mémoire qui a demandé des passages en archives, des lectures et, de manière générale, beaucoup de temps
- Faire toutes les heures non payées liées à l'enseignement et fonctions annexes (rdv/soirées parents, conseils, correction de copies, ateliers/coordination entre enseignants, etc)
- Être traité comme des enfants par les formateurs et les inspecteurs alors qu'on est bac+5+concours et donc des professionnels reconnus
-> tout ça pour un salaire de misère, pas étonnant que ça défecte à tout va.

Zagara, je suis bien d'accord avec le fait que la charge de travail des stagiaires est trop lourde. Néanmoins je ne suis pas d'accord avec les deux dernières phrases:
- les heures non devant élèves dont tu parles sont payées (ce qui ne veut pas dire qu'on ne devrait pas nous payer plus...)
- un stagiaire sortant de concours n'est pas un professionnel reconnu. Il l'est après la réussite de son année de stage. Avant il est compétent dans sa discipline ce qui est indispensable mais pas la même chose.

Donc avant quand il y avait (au moins) moitié moins de réunions, c'était des heures payées non effectuées, c'est ça ?

C'est tout le problème d'un travail où l'horaire est fixé globalement (les 1607 h) mais dont seulement une partie, celle de présence devant élèves est précisément mesurée. C'est plus simple pour un salarié qui est à la pointeuse. Il faudrait pouvoir tenir le compte horaire de son travail et refuser ce qui fait déborder ou équilibrer (plus de réunions donc moins de corrections) si cela excède...

Ce qu'il nous faut, ce sont les "fameuses" 35 heures sur place. Mais là je vais en faire hurler dessus par certains...c'est pourtant la seule solution pour que l'on cesse de nous fissurer les gnoquis (j'ai bon là pour la charte ?) avec nos prétendues "que 18 heures"...moi, perso, je dis "chiche", c'est ou qu'on signe ? Mais attention : après ça, la limite horaire aura été posée clairement.
avatar
Tamerlan
Modérateur

Re: Rapport du Sénat : Hausse inquiétante des démissions de professeurs, notamment de stagiaires.

par Tamerlan le Ven 16 Déc 2016 - 22:50
Oui, a priori les gnoquis il me semble que cela passe. Mais il ne faut pas les laisser trop longtemps dans l'eau chaude :gouteur:

_________________
“Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière.”
avatar
Balthazaard
Expert spécialisé

Re: Rapport du Sénat : Hausse inquiétante des démissions de professeurs, notamment de stagiaires.

par Balthazaard le Ven 16 Déc 2016 - 22:59
@Graisse-Boulons a écrit:
@Tamerlan a écrit:
@Bouboule a écrit:
@Tamerlan a écrit:

Zagara, je suis bien d'accord avec le fait que la charge de travail des stagiaires est trop lourde. Néanmoins je ne suis pas d'accord avec les deux dernières phrases:
- les heures non devant élèves dont tu parles sont payées (ce qui ne veut pas dire qu'on ne devrait pas nous payer plus...)
- un stagiaire sortant de concours n'est pas un professionnel reconnu. Il l'est après la réussite de son année de stage. Avant il est compétent dans sa discipline ce qui est indispensable mais pas la même chose.

Donc avant quand il y avait (au moins) moitié moins de réunions, c'était des heures payées non effectuées, c'est ça ?

C'est tout le problème d'un travail où l'horaire est fixé globalement (les 1607 h) mais dont seulement une partie, celle de présence devant élèves est précisément mesurée. C'est plus simple pour un salarié qui est à la pointeuse. Il faudrait pouvoir tenir le compte horaire de son travail et refuser ce qui fait déborder ou équilibrer (plus de réunions donc moins de corrections) si cela excède...

Ce qu'il nous faut, ce sont les "fameuses" 35 heures sur place. Mais là je vais en faire hurler dessus par certains...c'est pourtant la seule solution pour que l'on cesse de nous fissurer les gnoquis (j'ai bon là pour la charte ?) avec nos prétendues "que 18 heures"...moi, perso, je dis "chiche", c'est ou qu'on signe ? Mais attention : après ça, la limite horaire aura été posée clairement.

Oui et si tes 35h n'ont pas suffi à faire tout ton boulot, tu as un huissier derrière toi qui a vérifié que tu n'as pas levé le nez de tes cours et tes copies pour éviter le licenciement pour insuffisance professionnelle je suppose.
avatar
Balthazaard
Expert spécialisé

Re: Rapport du Sénat : Hausse inquiétante des démissions de professeurs, notamment de stagiaires.

par Balthazaard le Ven 16 Déc 2016 - 23:05
@Zagara a écrit:
@Jésus a écrit:discours écolo bien-pensant et dominant.
Je ne te suis vraiment pas sur ces termes.

1. le discours écologiste n'est pas "bien pensant" (je n'aime pas ce mot qui a clairement été préempté par les déclinistes et l'extrême droite). Il est pensant tout court. C'est à dire que, vue les données scientifiques actuelles, soit on s'adapte soit on s'effondre. Ça n'a donc rien de moralisateur en soi, c'est une donnée du temps. Le problème vient de la réception de cette donnée chez ceux qui ont pollué et gaspillé toute leur vie. Eux le ressentent comme offensant car ils ont l'impression que c'est un jugement sur leurs pratiques. Alors que ce n'est pas un jugement moral, c'est une simple réalité scientifique : la civilisation productiviste et carbonnée détruit le seul biome vivable pour l'humanité.  Mais eux ils le ressentent au fond du coeur et cela produit une réaction complètement irrationnelle de rejet en disant "tout ça c'est de la bien pensance je fais c'que j'veux nah :V".

2. le discours écologique est tout sauf "dominant". Il n'arrive pas à percer les cercles du pouvoir. Pour LR et PS, c'est une thématique parmi d'autres permettant d'obtenir des voix chez les jeunes (qui sont les plus sensibilisés puisque c'est de leur avenir qu'il s'agit). Aucun candidat de la primaire PS ne veut fermer les centrales nucléaires, ils croient même encore que c'est une "énergie propre !!" (extraction et transport de l'uranium bonjour ? Irradiations bonjour ?). La COP21 était un show ridicule, avec un accord non contraignant a minima ; c'était juste une tribune pour que Hollande se fasse mousser et un stand d'expo pour les multinationales qui prétendaient proposer des solutions par la "croissance verte" (oxymore). Les USA s'enferment dans le déni, pas étonnant : ils ont une culture du gáchis et du consumérisme portés à leur paroxysme, difficile pour eux de penser la finitude des ressources et les effondrements naturels.

Bref le "bien pensant" n'est qu'une perspective produite par des gens qui se sentent agressés dans leur mode de vie sale par les données scientifiques et le "dominant" n'est pas juste. Si les humains étaient rationnels, on aurait commencé la transition il y a 20 ans. Mais les sensibilités des gaspilleurs + l'incapacité de la génération de l'abondance à penser autre chose que la croissance + le fait que nos dirigeants soient déphasés avec leur temps + les intérêts des multinationales qui combattent la sciences font qu'on ne fera pas la transition, ou beaucoup trop tard, et qu'on a déjà les 2 pieds dans l'effondrement global.

Il y a des écologistes pro nucléaires, pas en Allemagne ou en France (où notre écologie est un démarquage de ce qui se fait en Outre Rhin) En grande Bretagne James Lovelock, par exemple,  qui peut en remontrer à beaucoup sur le plan scientifique et sur celui de l'activisme, même si ses positions ne sont pas dans l'orthodoxie bien pensante dont parle Jésus.

https://en.wikipedia.org/wiki/James_Lovelock
avatar
Nemuyoake
Niveau 9

Re: Rapport du Sénat : Hausse inquiétante des démissions de professeurs, notamment de stagiaires.

par Nemuyoake le Ven 16 Déc 2016 - 23:09
@Balthazaard a écrit:
@Graisse-Boulons a écrit:
@Tamerlan a écrit:
@Bouboule a écrit:

Donc avant quand il y avait (au moins) moitié moins de réunions, c'était des heures payées non effectuées, c'est ça ?

C'est tout le problème d'un travail où l'horaire est fixé globalement (les 1607 h) mais dont seulement une partie, celle de présence devant élèves est précisément mesurée. C'est plus simple pour un salarié qui est à la pointeuse. Il faudrait pouvoir tenir le compte horaire de son travail et refuser ce qui fait déborder ou équilibrer (plus de réunions donc moins de corrections) si cela excède...

Ce qu'il nous faut, ce sont les "fameuses" 35 heures sur place. Mais là je vais en faire hurler dessus par certains...c'est pourtant la seule solution pour que l'on cesse de nous fissurer les gnoquis (j'ai bon là pour la charte ?) avec nos prétendues "que 18 heures"...moi, perso, je dis "chiche", c'est ou qu'on signe ? Mais attention : après ça, la limite horaire aura été posée clairement.

Oui et si tes 35h n'ont pas suffi à faire tout ton boulot, tu as un huissier derrière toi qui a vérifié que tu n'as pas levé le nez de tes cours et tes copies pour éviter le licenciement pour insuffisance professionnelle je suppose.

Ils en sont bien capables tellement ils sont mesquins.

_________________
Si vous êtes intéressés par le métier d'enseignant au Japon...
https://nemuyoake.wordpress.com/
User17706
Enchanteur

Re: Rapport du Sénat : Hausse inquiétante des démissions de professeurs, notamment de stagiaires.

par User17706 le Sam 17 Déc 2016 - 2:58
@Tamerlan a écrit:Oui, ou alors il faut établir plus directement le rapport entre la capacité de production d'un stagiaire et celle d'une prim'Holstein ! Razz
Elle est nettement moindre. J'ai mesuré: je produis environ 9 litres de cours par an.

_________________
'Tis a blushing, shamefaced spirit that mutinies in a man’s bosom. It fills a man full of obstacles. It made me once restore a purse of gold that by chance I found. It beggars any man that keeps it. It is turned out of towns and cities for a dangerous thing, and every man that means to live well endeavors to trust to himself and live without it.
____________

When everybody is swept away unthinkingly by what everybody else does and believes in, those who think are drawn out of hiding because their refusal to join is conspicuous and thereby becomes a kind of action.
Luz
Niveau 7

Re: Rapport du Sénat : Hausse inquiétante des démissions de professeurs, notamment de stagiaires.

par Luz le Sam 17 Déc 2016 - 8:13
@Nemuyoake a écrit:
@Balthazaard a écrit:
@Graisse-Boulons a écrit:
@Tamerlan a écrit:

C'est tout le problème d'un travail où l'horaire est fixé globalement (les 1607 h) mais dont seulement une partie, celle de présence devant élèves est précisément mesurée. C'est plus simple pour un salarié qui est à la pointeuse. Il faudrait pouvoir tenir le compte horaire de son travail et refuser ce qui fait déborder ou équilibrer (plus de réunions donc moins de corrections) si cela excède...

Ce qu'il nous faut, ce sont les "fameuses" 35 heures sur place. Mais là je vais en faire hurler dessus par certains...c'est pourtant la seule solution pour que l'on cesse de nous fissurer les gnoquis (j'ai bon là pour la charte ?) avec nos prétendues "que 18 heures"...moi, perso, je dis "chiche", c'est ou qu'on signe ? Mais attention : après ça, la limite horaire aura été posée clairement.

Oui et si tes 35h n'ont pas suffi à faire tout ton boulot, tu as un huissier derrière toi qui a vérifié que tu n'as pas levé le nez de tes cours et tes copies pour éviter le licenciement pour insuffisance professionnelle je suppose.

Ils en sont bien capables tellement ils sont mesquins.

Voilà ce qu'il faut !! Bosser uniquement au bahut, avec de bonnes conditions de travail, et avoir des sacrés arguments pour éviter toutes les réunions inutiles Very Happy
Une collègue m'a sorti la semaine dernière que comme je ne souhaitais pas bosser le soir ni le week-end alors je ne bossais que 18h :abb:
Luz
Niveau 7

Re: Rapport du Sénat : Hausse inquiétante des démissions de professeurs, notamment de stagiaires.

par Luz le Sam 17 Déc 2016 - 8:14
J'ajouterais qu'il faudrait fermer l'accès aux logiciels de notes en dehors des heures d'ouverture du collège. Et ouvrir le collège pendant les vacances pour pouvoir y bosser. Et avoir enfin des semaines normales, faciles à équilibrer entre la vie pro et la vie privée.
évolutions
Niveau 6

Re: Rapport du Sénat : Hausse inquiétante des démissions de professeurs, notamment de stagiaires.

par évolutions le Sam 17 Déc 2016 - 8:38
@Graisse-Boulons a écrit:
@Tamerlan a écrit:
@Bouboule a écrit:
@Tamerlan a écrit:

Zagara, je suis bien d'accord avec le fait que la charge de travail des stagiaires est trop lourde. Néanmoins je ne suis pas d'accord avec les deux dernières phrases:
- les heures non devant élèves dont tu parles sont payées (ce qui ne veut pas dire qu'on ne devrait pas nous payer plus...)
- un stagiaire sortant de concours n'est pas un professionnel reconnu. Il l'est après la réussite de son année de stage. Avant il est compétent dans sa discipline ce qui est indispensable mais pas la même chose.

Donc avant quand il y avait (au moins) moitié moins de réunions, c'était des heures payées non effectuées, c'est ça ?

C'est tout le problème d'un travail où l'horaire est fixé globalement (les 1607 h) mais dont seulement une partie, celle de présence devant élèves est précisément mesurée. C'est plus simple pour un salarié qui est à la pointeuse. Il faudrait pouvoir tenir le compte horaire de son travail et refuser ce qui fait déborder ou équilibrer (plus de réunions donc moins de corrections) si cela excède...

Ce qu'il nous faut, ce sont les "fameuses" 35 heures sur place. Mais là je vais en faire hurler dessus par certains...c'est pourtant la seule solution pour que l'on cesse de nous fissurer les gnoquis (j'ai bon là pour la charte ?) avec nos prétendues "que 18 heures"...moi, perso, je dis "chiche", c'est ou qu'on signe ? Mais attention : après ça, la limite horaire aura été posée clairement.

que l'on cesse de nous fissurer les gnoquis :aaq:


Ce qu'il nous faut, ce sont les "fameuses" 35 heures sur place.
avec nos prétendues "que 18 heures"...moi, perso, je dis "chiche", c'est ou qu'on signe ? Mais attention : après ça, la limite horaire aura été posée clairement.

Je ne cesse de le répéter à mes collègues et nous sommes en primaire. Même 39 heures et même 40 heures ou un peu plus, ce n'est pas un problème et avec une pointeuse et puis un bon retour au "avant l'heure, c'est pas l'heure, après l'heure, c'est plus l'heure !" Je suis certain que nous y gagnerions en qualité de vie. Je crois aussi que c'est le ministère et ses cerbères qui feraient la tronche car ils ne pourraient plus nous réduire en quasi-esclavage comme c'est la tendance en ce moment.
XIII
Fidèle du forum

Re: Rapport du Sénat : Hausse inquiétante des démissions de professeurs, notamment de stagiaires.

par XIII le Sam 17 Déc 2016 - 8:44
Et puis 5 semaines de vacances par an sans la possibilité de choisir sa période..."chiche".

Avec ce genre d'argument on continuera à se faire manger tout cru!
avatar
Schéhérazade
Niveau 10

Re: Rapport du Sénat : Hausse inquiétante des démissions de professeurs, notamment de stagiaires.

par Schéhérazade le Sam 17 Déc 2016 - 8:55
@évolutions a écrit:
@Graisse-Boulons a écrit:
@Tamerlan a écrit:
@Bouboule a écrit:

Donc avant quand il y avait (au moins) moitié moins de réunions, c'était des heures payées non effectuées, c'est ça ?

C'est tout le problème d'un travail où l'horaire est fixé globalement (les 1607 h) mais dont seulement une partie, celle de présence devant élèves est précisément mesurée. C'est plus simple pour un salarié qui est à la pointeuse. Il faudrait pouvoir tenir le compte horaire de son travail et refuser ce qui fait déborder ou équilibrer (plus de réunions donc moins de corrections) si cela excède...

Ce qu'il nous faut, ce sont les "fameuses" 35 heures sur place. Mais là je vais en faire hurler dessus par certains...c'est pourtant la seule solution pour que l'on cesse de nous fissurer les gnoquis (j'ai bon là pour la charte ?) avec nos prétendues "que 18 heures"...moi, perso, je dis "chiche", c'est ou qu'on signe ? Mais attention : après ça, la limite horaire aura été posée clairement.

que l'on cesse de nous fissurer les gnoquis :aaq:


Ce qu'il nous faut, ce sont les "fameuses" 35 heures sur place.
avec nos prétendues "que 18 heures"...moi, perso, je dis "chiche", c'est ou qu'on signe ? Mais attention : après ça, la limite horaire aura été posée clairement.

Je ne cesse de le répéter à mes collègues et nous sommes en primaire. Même 39 heures et même 40 heures ou un peu plus, ce n'est pas un problème et avec une pointeuse et puis un bon retour au "avant l'heure, c'est pas l'heure, après l'heure, c'est plus l'heure !" Je suis certain que nous y gagnerions en qualité de vie. Je crois aussi que c'est le ministère et ses cerbères qui feraient la tronche car ils ne pourraient plus nous réduire en quasi-esclavage comme c'est la tendance en ce moment.

Totalement illusoire: le rapport de force est en notre défaveur, et l'opinion publique est délétère. Nous serions sommés d'abattre 60h de travail en 40h, et si nous n'y parvenions pas, nous serions incriminés pour inefficacité et insuffisance professionnelle. Les nouveaux managers ont partout compris que la pointeuse, qu'ils prenaient pour un outil de contrôle, est inefficace, précisément parce qu'elle établit clairement une distinction entre vie privée et vie professionnelle, qu'elle matérialise une limite. Le management moderne vise à effacer cette limite et à faire intérioriser la contrainte par l'employé (en novlangue, on parle d'autonomie): on lui confie des tâches trop lourdes, trop longues et on le rémunère à la tâche, plutôt qu'au temps de travail. S'il est submergé, le salarié est incriminé pour inefficacité et se sent coupable et incompétent. Et comme l'individualisation de l'évaluation instaure la guerre de tous contre tous, brise les solidarités, chacun se sent seul à être submergé.

Bien sûr, vous me direz, reste le cadre des 1607 h. Mais parce que les gestionnaires estimaient que la part de temps de travail non contrôlable était évalué à notre profit, ils comptent bien l'évaluer à notre détriment. Je ne vois pas en quoi nous infliger 3000h de travail en nous racontant que si nous sommes compétents, nous les ferons en 1607h, peut les gêner. Je ne sais même pas s'ils auront le bon sens d'arrêter la casse quand la pénurie de professeurs sera absolument criante: les USA et le RU persévèrent bien dans la voie qui les conduit à une telle situation.


Dernière édition par Schéhérazade le Sam 17 Déc 2016 - 8:57, édité 1 fois
avatar
VicomteDeValmont
Esprit éclairé

Re: Rapport du Sénat : Hausse inquiétante des démissions de professeurs, notamment de stagiaires.

par VicomteDeValmont le Sam 17 Déc 2016 - 8:56
Pourquoi sans choisir sa période? Au contraire... Smile

_________________
Cette insigne faveur que votre coeur réclame
Nuit à ma renommée et répugne à mon âme.
XIII
Fidèle du forum

Re: Rapport du Sénat : Hausse inquiétante des démissions de professeurs, notamment de stagiaires.

par XIII le Sam 17 Déc 2016 - 9:01
@VicomteDeValmont a écrit:Pourquoi sans choisir sa période? Au contraire... Smile
Parce que tu penses que les incompétents qui nous gouvernement t'accorderont des vacances en septembre ou en janvier? Laughing
évolutions
Niveau 6

Re: Rapport du Sénat : Hausse inquiétante des démissions de professeurs, notamment de stagiaires.

par évolutions le Sam 17 Déc 2016 - 9:13
@XIII a écrit:Et puis 5 semaines de vacances par an sans la possibilité de choisir sa période..."chiche".

Avec ce genre d'argument on continuera à se faire manger tout cru!

Pas forcément car si tout est une question de volume horaire, il est évident que 35 heures sont largement insuffisantes dans une semaine ordinaire. Si l'on arrive à un total d'environ 45 heures par semaine, ce qui n'est pas irréaliste, alors les 1607 heures d'obligation de service des fonctionnaires sont atteintes et même dépassées : 45 x 36 = 1620. Il nous reste alors 16 semaines pour mettre les doigts de nos pieds en éventail. C'est pas beau la vie ?
XIII
Fidèle du forum

Re: Rapport du Sénat : Hausse inquiétante des démissions de professeurs, notamment de stagiaires.

par XIII le Sam 17 Déc 2016 - 9:20
Mais tu crois quoi? Ils te mettront aux 35 heures par semaine devant les élèves (39 H si c'est Fillon ou Valls) et tu continueras avec ton travail invisible (réunions, corrections, préparations...).
Chaque profession à ses avantages et ses inconvénients, cette course à l'échalote nous mènera où?

Avec ce genre d'argument je pense que la "hausse inquiétante des démissions" n'est qu'un début!
avatar
Celadon
Demi-dieu

Re: Rapport du Sénat : Hausse inquiétante des démissions de professeurs, notamment de stagiaires.

par Celadon le Sam 17 Déc 2016 - 9:20
Par expérience des fameuses 108 h en primaire, une fois dépassées, et on tenait les comptes, hein, eh bien on continuait.
Alors courage.
Contenu sponsorisé

Re: Rapport du Sénat : Hausse inquiétante des démissions de professeurs, notamment de stagiaires.

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum