Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Osmie
Sage

Re: le SNES a donc voté l'accord sur le PPCR

par Osmie le Dim 1 Jan 2017 - 14:43
@Delim a écrit:Je m'immisce dans la discussion. J'ai appelé le Snes national au début du mois de décembre pour leur poser la question des professeurs actuellement au grand choix et qui devaient passer à l'échelon supérieur au 1er septembre 2017. La personne avec qui j'ai parlé au téléphone a été incapable de me répondre -à part faire l'éloge de ce dispositif- m'indiquant simplement que le Snes a mis en ligne un outil de calcul de la progression de carrière. J'ai consulté cet outil, et je constate que les professeurs au grand choix qui devaient changer d'échelon au 1er septembre 2017 vont devoir travailler plusieurs mois supplémentaires pour atteindre le niveau supérieur. C'est donc une réforme du nivellement par le bas qui a été votée. Merci le Snes...

Merci aux collègues non syndiqués. Merci aux collègues non militants. Merci aux collègues qui n'organisent jamais une heure syndicale, ou n'y participent jamais. Merci aux collègues qui ne font jamais grève parce que les grèves, ça ne sert à rien. Merci aux 98,5% des collègues qui ne sont pas venus le samedi 10 octobre à Paris pour manifester contre la réforme du collège. Merci aux collègues qui profitent de l'action syndicale mais sont toujours prêts à reprocher tout aux syndicats, sans jamais envisager d'agir eux-mêmes. Merci.
fleurs2 fleurs2 fleurs2

Les syndicats manquent de bras. Pour ma part, j'ai en vraiment marre que des collègues considèrent un syndicat comme un distributeur de services. Que les gens viennent y travailler, y militer sur leur temps libre, et on en reparle. Et s'ils ne le font pas, alors qu'ils se taisent à jamais.
Bouboule
Esprit éclairé

Re: le SNES a donc voté l'accord sur le PPCR

par Bouboule le Dim 1 Jan 2017 - 15:38
@Osmie a écrit:
@Delim a écrit:Je m'immisce dans la discussion. J'ai appelé le Snes national au début du mois de décembre pour leur poser la question des professeurs actuellement au grand choix et qui devaient passer à l'échelon supérieur au 1er septembre 2017. La personne avec qui j'ai parlé au téléphone a été incapable de me répondre -à part faire l'éloge de ce dispositif- m'indiquant simplement que le Snes a mis en ligne un outil de calcul de la progression de carrière. J'ai consulté cet outil, et je constate que les professeurs au grand choix qui devaient changer d'échelon au 1er septembre 2017 vont devoir travailler plusieurs mois supplémentaires pour atteindre le niveau supérieur. C'est donc une réforme du nivellement par le bas qui a été votée. Merci le Snes...

Merci aux collègues non syndiqués. Merci aux collègues non militants. Merci aux collègues qui n'organisent jamais une heure syndicale, ou n'y participent jamais. Merci aux collègues qui ne font jamais grève parce que les grèves, ça ne sert à rien. Merci aux 98,5% des collègues qui ne sont pas venus le samedi 10 octobre à Paris pour manifester contre la réforme du collège. Merci aux collègues qui profitent de l'action syndicale mais sont toujours prêts à reprocher tout aux syndicats, sans jamais envisager d'agir eux-mêmes. Merci.
fleurs2 fleurs2 fleurs2

Les syndicats manquent de bras. Pour ma part, j'ai en vraiment marre que des collègues considèrent un syndicat comme un distributeur de services. Que les gens viennent y travailler, y militer sur leur temps libre, et on en reparle. Et s'ils ne le font pas, alors qu'ils se taisent à jamais.

C'est pas faux Osmie mais de la réforme du collège au PPCR, il y a (me semble-t-il) quelques différences, notamment lorsqu'on décide d'entrée d'accompagner la proposition du gouvernement (cf mon post un peu plus haut).
C'est donc comme en politique, les adhérents qui trouvent que la position de principe qui consiste à "déshabiller Pierre pour habiller Paul" (politique initiée par Claude Allègre en 1998, bien assimilée désormais) est inacceptable doivent voter avec leurs pieds. Les autres peuvent quand même commenter et donner leur avis, non ?

surfaquitaine
Niveau 2

Re: le SNES a donc voté l'accord sur le PPCR

par surfaquitaine le Dim 1 Jan 2017 - 16:09
@Tangleding a écrit:
Les nouveaux décrets statutaires ont permis des avancées minimes mais des avancées quand même. Si nous avions choisi le statu quo, les collègues en service partagé n'auraient aucune décharge et en plus nous risquerions de perdre les garanties de ce statu quo demain avec un Fillon (ou un Valls...)

J'aimerais comprendre en quoi les nouveaux décrets statutaires de 2014 peuvent empêcher Fillon ou un autre de porter atteinte aux garanties dont vous parlez ?
À chaque élection, nous attendons le sempiternel refrain sur l'augmentation de l'obligation de service des enseignants. Ce décret nous protège-t-il réellement ? Ces obligations de service peuvent-elles être modifiées ?
avatar
Lefteris
Empereur

Re: le SNES a donc voté l'accord sur le PPCR

par Lefteris le Dim 1 Jan 2017 - 16:16
@Bouboule a écrit:
C'est pas faux Osmie mais de la réforme du collège au PPCR, il y a (me semble-t-il) quelques différences, notamment lorsqu'on décide d'entrée d'accompagner la proposition du gouvernement (cf mon post un peu plus haut).
C'est donc comme en politique, les adhérents qui trouvent que la position de principe qui consiste à "déshabiller Pierre pour habiller Paul" (politique initiée par Claude Allègre en 1998, bien assimilée désormais) est inacceptable doivent voter avec leurs pieds. Les autres peuvent quand même commenter et donner leur avis, non ?
C'est toujours un sujet très délicat. Il est évident qu'on ne peut adhérer à n'importe quoi , surtout si l'on est en désaccord total avec une ligne  de conduite. Mais moins moins on adhère  (au sens large, on peut très bien avoir simplement une carte, comme beaucoup, et se désintéresser de ce qui se passe) plus on laisse les organes de direction décider, et moins ces derniers se renouvellent. Et l'on se retrouve dans des situations où les appareils décident et représentent surtout eux-mêmes, donc la base se désintéresse encore plus, et ainsi de suite. Un vrai cercle vicieux.

Quant à la réforme du collège et au PPCR, il n'y a pas  tant  de différence que ça. Tout ça relève de diktats économiques , la feuille de route étant rédigée par l'OCDE et déclinée par les dirigeants.  Pour faire avaler des réformes, il faut fragiliser le statuts des enseignants, le transformer , "redéfinir le métier" en langue de bois managériale. Or, le PPCR introduit un outil managérial permettant de faire coller très exactement l'évaluation des enseignants aux exigences des réformes. Tout ce qui est périphérique au métier y est surdimensionné et prend même la place essentielle.
Ce sont exactement les exigences de l'OCDE, qui le rappelle en 2015 au sujet de la réforme du collège. Il faut contraindre les enseignants, même si évidemment c'est dit de manière contournée , édulcorée, et avec l'apparence de l'intérêt public : les faire travailler plus, les former  d'office, accroître le pouvoir hiérarchique local, diriger leur pédagogie. Voir notamment les pages 15-18

http://www.oecd.org/fr/france/vers-un-systeme-d-education-plus-inclusif-en-france.pdf


Dernière édition par Lefteris le Dim 1 Jan 2017 - 19:02, édité 1 fois

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble".
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, par la stratégie du puzzle).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
Olympias
Prophète

Re: le SNES a donc voté l'accord sur le PPCR

par Olympias le Dim 1 Jan 2017 - 16:53
Merci lefteris. Il y a des gens conscients de ce qui est à l'œuvre.
avatar
Balthazaard
Esprit éclairé

Re: le SNES a donc voté l'accord sur le PPCR

par Balthazaard le Dim 1 Jan 2017 - 18:51
Moi j'en ai aussi un peu marre de cette rengaine contre les non-syndiqués, beaucoup l'ont été et ne le sont plus par dégout. Les faire passer pour des non-concernés ou des gens qui se moquent de tout est un non sens. je constate chez moi une forte adhésion au syndicat majoritaire qui s'apparente à un troupeau et qui se contente de relayer la propagande officielle. Personne n'est au courant du contenu du ppcr (en plus c'est réellement compliqué) et très très vaguement de ce qu'impliquent les nouveaux status; j'ai pu constater qu'un membre siégeant au conseil d'administration ignorait même le sens du sigle imp  (si...si). Cette masse fonctionne par on-dits et ne prend même pas la peine de lire la feuille syndicale. Quand le chef dit "on y va" une partie "y va" quand le chef bouge mollement (réforme du collège) la grande majorité ignore la chose. Et quand un non syndiqué (au courant, moi par ex...) demande des précisions ou se plaint de contradictions, on rejoue l'air des "courants" , de la base et de  la direction, de la complexité des débats...etc...etc.

Bien plus grave pour moi est le changement de vision de l'action syndicale, personne ne peut nier que deux syndicats importants (j'exclue les "jaunes" dont c'est depuis toujours une ligne revendiquée) considèrent qu'on peut accepter des accords où une partie de la profession est perdante  (ppcr et pondération).
Pour moi c'est très grave et cimente à jamais la défiance envers ce type de syndicalisme..

Petit exemple, je suis agrégé (statut en danger) si demain un gouvernement propose tout le monde à 17h salaire inchangé, personne ne peut nier que c'est un progrès pour une grande majorité, que fera le syndicat auquel je cotise, et peut être perd de l'argent en suivant les mots d'ordre? Si on part du principe qu'un accord de redistribution où certains perdent au profit de la majorité est (inacceptable sur le fond ) mais acceptable et soutenable en fait, tout peut arriver.

On peut toujours dire (et je l'ai assez entendu) essaie de voir ce qui arrivera sans syndicats!  Cette réponse en me satisfait pas, je n'ai pas de boule de cristal.


Dernière édition par Balthazaard le Dim 1 Jan 2017 - 20:39, édité 1 fois
avatar
mathmax
Neoprof expérimenté

Re: le SNES a donc voté l'accord sur le PPCR

par mathmax le Dim 1 Jan 2017 - 18:55
+1, ce que tu dis est très juste.

_________________
« Les machines un jour pourront résoudre tous les problèmes, mais jamais aucune d'entre elles ne pourra en poser un !  »
    Albert Einstein
avatar
Osmie
Sage

Re: le SNES a donc voté l'accord sur le PPCR

par Osmie le Dim 1 Jan 2017 - 19:24
@Bouboule a écrit:
@Osmie a écrit:
@Delim a écrit:Je m'immisce dans la discussion. J'ai appelé le Snes national au début du mois de décembre pour leur poser la question des professeurs actuellement au grand choix et qui devaient passer à l'échelon supérieur au 1er septembre 2017. La personne avec qui j'ai parlé au téléphone a été incapable de me répondre -à part faire l'éloge de ce dispositif- m'indiquant simplement que le Snes a mis en ligne un outil de calcul de la progression de carrière. J'ai consulté cet outil, et je constate que les professeurs au grand choix qui devaient changer d'échelon au 1er septembre 2017 vont devoir travailler plusieurs mois supplémentaires pour atteindre le niveau supérieur. C'est donc une réforme du nivellement par le bas qui a été votée. Merci le Snes...

Merci aux collègues non syndiqués. Merci aux collègues non militants. Merci aux collègues qui n'organisent jamais une heure syndicale, ou n'y participent jamais. Merci aux collègues qui ne font jamais grève parce que les grèves, ça ne sert à rien. Merci aux 98,5% des collègues qui ne sont pas venus le samedi 10 octobre à Paris pour manifester contre la réforme du collège. Merci aux collègues qui profitent de l'action syndicale mais sont toujours prêts à reprocher tout aux syndicats, sans jamais envisager d'agir eux-mêmes. Merci.
fleurs2 fleurs2 fleurs2

Les syndicats manquent de bras. Pour ma part, j'ai en vraiment marre que des collègues considèrent un syndicat comme un distributeur de services. Que les gens viennent y travailler, y militer sur leur temps libre, et on en reparle. Et s'ils ne le font pas, alors qu'ils se taisent à jamais.

C'est pas faux Osmie mais de la réforme du collège au PPCR, il y a (me semble-t-il) quelques différences
, notamment lorsqu'on décide d'entrée d'accompagner la proposition du gouvernement (cf mon post un peu plus haut).
C'est donc comme en politique, les adhérents qui trouvent que la position de principe qui consiste à "déshabiller Pierre pour habiller Paul" (politique initiée par Claude Allègre en 1998, bien assimilée désormais) est inacceptable doivent voter avec leurs pieds. Les autres peuvent quand même commenter et donner leur avis, non ?


Bien sûr ; ce que je pointe, c'est l'absence d'investissement de nombreux collègues dans la défense de l'EN et de la profession, absence qui facilite toutes les dégradations que nous nous prenons dans les dents. Chacun peut commenter, mais chacun devrait agir à son niveau aussi.
Bouboule
Esprit éclairé

Re: le SNES a donc voté l'accord sur le PPCR

par Bouboule le Dim 1 Jan 2017 - 19:50
@Lefteris a écrit:
@Bouboule a écrit:
C'est pas faux Osmie mais de la réforme du collège au PPCR, il y a (me semble-t-il) quelques différences, notamment lorsqu'on décide d'entrée d'accompagner la proposition du gouvernement (cf mon post un peu plus haut).
C'est donc comme en politique, les adhérents qui trouvent que la position de principe qui consiste à "déshabiller Pierre pour habiller Paul" (politique initiée par Claude Allègre en 1998, bien assimilée désormais) est inacceptable doivent voter avec leurs pieds. Les autres peuvent quand même commenter et donner leur avis, non ?
C'est toujours un sujet très délicat. Il est évident qu'on ne peut adhérer à n'importe quoi , surtout si l'on est en désaccord total avec une ligne  de conduite. Mais moins moins on adhère  (au sens large, on peut très bien avoir simplement une carte, comme beaucoup, et se désintéresser de ce qui se passe) plus on laisse les organes de direction décider, et moins ces derniers se renouvellent. Et l'on se retrouve dans des situations où les appareils décident et représentent surtout eux-mêmes, donc la base se désintéresse encore plus, et ainsi de suite. Un vrai cercle vicieux.

Quant à la réforme du collège et au PPCR, il n'y a pas  tant  de différence que ça. Tout ça relève de diktats économiques , la feuille de route étant rédigée par l'OCDE et déclinée par les dirigeants.  Pour faire avaler des réformes, il faut fragiliser le statuts des enseignants, le transformer , "redéfinir le métier" en langue de bois managériale. Or, le PPCR introduit un outil managérial permettant de faire coller très exactement l'évaluation des enseignants aux exigences des réformes. Tout ce qui est périphérique au métier y est surdimensionné et prend même la place essentielle.
Ce sont exactement les exigences de l'OCDE, qui le rappelle en 2015 au sujet de la réforme du collège. Il faut contraindre les enseignants, même si évidemment c'est dit de manière contournée , édulcorée, et avec l'apparence de l'intérêt public : les faire travailler plus, les former  d'office, accroître le pouvoir hiérarchique local, diriger leur pédagogie. Voir notamment les pages 15-18

http://www.oecd.org/fr/france/vers-un-systeme-d-education-plus-inclusif-en-france.pdf

Lefteris, je parlais des différences de comportement des représentants SNES.
Pour la réforme du collège, ils ont été nettement contre.
Pour le PPCR, ils ont marché avec le gouvernement, d'accord sur le principe d'une nouvelle répartition et ont négocié sur des appoints, ce que j'appelle "accompagner d'entrée le gouvernement".
Pour la réforme du collège, je suis d'accord sur le principe d'action (après on peut critiquer les modalités d'action).
Sur le PPCR (et le décret Peillon-Hamon), c'est pour moi inacceptable (et pourtant je ne souffre ni de l'un, ni de l'autre).
avatar
Tangleding
Érudit

Re: le SNES a donc voté l'accord sur le PPCR

par Tangleding le Dim 1 Jan 2017 - 20:57
@surfaquitaine a écrit:
@Tangleding a écrit:
Les nouveaux décrets statutaires ont permis des avancées minimes mais des avancées quand même. Si nous avions choisi le statu quo, les collègues en service partagé n'auraient aucune décharge et en plus nous risquerions de perdre les garanties de ce statu quo demain avec un Fillon (ou un Valls...)

J'aimerais comprendre en quoi les nouveaux décrets statutaires de 2014 peuvent empêcher Fillon ou un autre de porter atteinte aux garanties dont vous parlez ?
À chaque élection, nous attendons le sempiternel refrain sur l'augmentation de l'obligation de service des enseignants. Ce décret nous protège-t-il réellement ? Ces obligations de service peuvent-elles être modifiées ?
C'est très simple, Surfaquitaine : avant la profession pouvait s'appuyer sur les garanties des décrets de 50 pour refuser ce qui n'entrait pas dans ses ORS.

Simplement depuis une bonne dizaine d'années on entend monter que "le métier a changé" (ce qui est faux et stupide), que "le monde a changé" (c'est vrai mais pas forcément autant qu'on ne ne pense), et que les ORS des enseignants sont toujours en 201x régies par des décrets datant de 1950 (ce n'était pas totalement exact en réalité).

Chacun comprend bien que ce sophisme, répété en boucle par les médias (à la main des intérêts libéraux), était extrêmement efficace dans l'opinion. C'était un maître atout dans la main de ceux qui souhaitaient (et souhaitent toujours) alourdir nos ORS et notre temps de travail.

Depuis août 2014 cet argument massue est caduque et inexploitable car de nouveaux décrets statutaires ont consolidé les garanties du décret de 50, en ajoutant quelques petites avancées (mais du fait de coefficients de pondérations insuffisant, quelques uns peuvent y perdre même si beaucoup y gagnent y compris en lycée dans la mesure où toutes les heures sont concernées, par exemple).

Ce n'est pas tant que les décrets de 2014 soient en soi plus protecteurs, mais étant plus récents (et même tout "neufs"), il sera plus difficile pour Fillon ou tout autre de les remettre en cause pour alourdir notre temps de travail.

Plus difficile si la profession se mobilise en cas d'attaque, of course. Et comme le souligne Osmie (salut !) la mobilisation de la profession au sein de l'outil syndical est grandement utile. Et comme je l'ai assez répété il importe qu'aucune orga ne creuse la tombe de la profession en répandant des contrevérités sur nos décrets statutaires.

Maintenant sans changer nos "nouveaux statuts" (si horrifiques dixit FO), un gouvernement intelligent a bien des leviers pour alourdir notre temps de travail et c'était aussi le cas avec les anciens décrets statutaires.

On voit d'ailleurs que la droite qui s'assume de droite (par opposition à la droite qui se prétend de gauche) cherche de nouveaux axes ces derniers temps (voir le rapport Longuet, par exemple), précisément parce que le coup des décrets de 1950 est largement éventé.


Dernière édition par Tangleding le Dim 1 Jan 2017 - 21:20, édité 1 fois

_________________
Le projet de réforme du collège décodé :
www.reformeducollege.fr
-------
Nous non plus, nous n'oublions pas la réforme du collège, M. Hollande... (CLIC)
-------
"Never complain, just fight."
avatar
Lefteris
Empereur

Re: le SNES a donc voté l'accord sur le PPCR

par Lefteris le Dim 1 Jan 2017 - 21:19
@Bouboule a écrit:
Lefteris, je parlais des différences de comportement des représentants SNES.
Pour la réforme du collège, ils ont été nettement contre.
Pour le PPCR, ils ont marché avec le gouvernement, d'accord sur le principe d'une nouvelle répartition et ont négocié sur des appoints, ce que j'appelle "accompagner d'entrée le gouvernement".
Pour la réforme du collège, je suis d'accord sur le principe d'action (après on peut critiquer les modalités d'action).
Sur le PPCR (et le décret Peillon-Hamon), c'est pour moi inacceptable (et pourtant je ne souffre ni de l'un, ni de l'autre).
Ah OK ! Mais ça ne change rien à la double incohérence que je pointe, ça la souligne même. D'une part, le système managérial a été rejeté quand c'était Chatel, et d'un seul coup il redevient acceptable. D'autre part, on ne peut séparer les réformes assassines et le bâton qui va servir à les imposer.

Je ne vois pas en effet comment on va désormais pouvoir se dépêtrer de l'évaluation.

Sans même parler, pour le volet financier,  du ralentissement global des carrières, du très faible gain même pour ceux qui gagnent , de la perte pour beaucoup, de l'opacité des avancements et de l'inconnue sur les pourcentages,   des agrégés une nouvelle fois sur la touche, etc.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble".
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, par la stratégie du puzzle).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
Tangleding
Érudit

Re: le SNES a donc voté l'accord sur le PPCR

par Tangleding le Dim 1 Jan 2017 - 21:30
Se dépêtrer de 3 évaluations dans la carrière, ça ne te paraît pas surmontable ? Au moins aussi facilement que se dépêtrer de plus de 40 évaluations comme c'était jusqu'à présent le cas ?

_________________
Le projet de réforme du collège décodé :
www.reformeducollege.fr
-------
Nous non plus, nous n'oublions pas la réforme du collège, M. Hollande... (CLIC)
-------
"Never complain, just fight."
avatar
Lefteris
Empereur

Re: le SNES a donc voté l'accord sur le PPCR

par Lefteris le Dim 1 Jan 2017 - 21:34
@Osmie a écrit:

Bien sûr ; ce que je pointe, c'est l'absence d'investissement de nombreux collègues dans la défense de l'EN et de la profession, absence qui facilite toutes les dégradations que nous nous prenons dans les dents. Chacun peut commenter, mais chacun devrait agir à son niveau aussi.
Le problème, c'est que c'est contagieux : face à cette attitude, et à la haute idée que j'ai de la profession , je suis démangé par l'idée de tout arrêter , y compris de perdre du temps à me documenter. Organiser ma vie pour tenir le mieux possible au jour le jour, me persuader que finalement je n'en ai rien à f.., ne plus y penser, attendre que ça se passe en attendant soit de me reconvertir (ce à quoi je crois de moins en moins), soit de me barrer... Je n'y arrive pas encore, à ce degré d'écoeurement.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble".
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, par la stratégie du puzzle).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
Lefteris
Empereur

Re: le SNES a donc voté l'accord sur le PPCR

par Lefteris le Dim 1 Jan 2017 - 21:38
@Tangleding a écrit:Se dépêtrer de 3 évaluations dans la carrière, ça ne te paraît pas surmontable ? Au moins aussi facilement que se dépêtrer de plus de 40 évaluations comme c'était jusqu'à présent le cas ?
Ce n'est pas le nombre d'évaluations, mais leur nature, et l'instrumentalisation qui va en être faite. Je m'en dépêtrerai à titre personnel , vu que je ne serai sans doute plus jamais évalué, mais le principe de ces "items", leur contenu ...

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble".
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, par la stratégie du puzzle).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
Tangleding
Érudit

Re: le SNES a donc voté l'accord sur le PPCR

par Tangleding le Dim 1 Jan 2017 - 21:52
D'accord avec toi quant au contenu.

Maintenant il faut ouvrir les yeux, avec l'ancienne évaluation, les CE pouvaient avec un peu d'intelligence mettre ce qu'ils voulaient comme contenu dans leur évaluation. Et ne se gênaient pas pour le faire.

Et nombre de collègues n'ont jamais contesté, même lorsque c'était très contestable.

S'agissant des évaluations par l'IPR il n'y avait aucune voie de recours jusqu'alors.

Il y a les symboles et il y a les mesures concrètes.

En allant jusqu'à l'extrémité du raisonnement, tu peux appeler "compétences" les cases de l'ancien système. Et ne pas appeler "compétences" les cases du nouveau système.

Et je ne me fais aucune illusion sur les intentions managériales de l'administration. Je les combattrai, nous les combattrons, avec le nouveau système demain comme nous le faisions hier avec l'ancien.

Encore une fois ce que je juge absolument inacceptable dans le projet de grille ce n'est pas qu'il y ait le mot "compétences" mais que le poids du CE soit susceptible de s'accroître et même de dépasser celui de l'IPR du fait de la répartition des items réservés à l'un ou l'autre et de celle des items partagés.

De ce que j'ai pu constater ce n'est d'ailleurs pas la critique la plus répandue au sein du SNES, car j'ai parfois l'impression que nous mettons l'idéologie dans l'analyse des moyens plutôt que dans la seule identification et poursuite de nos fins.

Il n'en reste pas moins que nombre d'items sont inacceptables.

_________________
Le projet de réforme du collège décodé :
www.reformeducollege.fr
-------
Nous non plus, nous n'oublions pas la réforme du collège, M. Hollande... (CLIC)
-------
"Never complain, just fight."
avatar
Lefteris
Empereur

Re: le SNES a donc voté l'accord sur le PPCR

par Lefteris le Dim 1 Jan 2017 - 22:09
@Tangleding a écrit:D'accord avec toi quant au contenu.

Maintenant il faut ouvrir les yeux, avec l'ancienne évaluation, les CE pouvaient avec un peu d'intelligence mettre ce qu'ils voulaient comme contenu dans leur évaluation. Et ne se gênaient pas pour le faire.

Et nombre de collègues n'ont jamais contesté, même lorsque c'était très contestable.

S'agissant des évaluations par l'IPR il n'y avait aucune voie de recours jusqu'alors.

Il y a les symboles et il y a les mesures concrètes.

En allant jusqu'à l'extrémité du raisonnement, tu peux appeler "compétences" les cases de l'ancien système. Et ne pas appeler "compétences" les cases du nouveau système.

Et je ne me fais aucune illusion sur les intentions managériales de l'administration. Je les combattrai, nous les combattrons, avec le nouveau système demain comme nous le faisions hier avec l'ancien.

Encore une fois ce que je juge absolument inacceptable dans le projet de grille ce n'est pas qu'il y ait le mot "compétences" mais que le poids du CE soit susceptible de s'accroître et même de dépasser celui de l'IPR du fait de la répartition des items réservés à l'un ou l'autre et de celle des items partagés.

De ce que j'ai pu constater ce n'est d'ailleurs pas la critique la plus répandue au sein du SNES, car j'ai parfois l'impression que nous mettons l'idéologie dans l'analyse des moyens plutôt que dans la seule identification de nos fins.
C'est surtout que les contenus des compétences sont tout sauf en rapport avec le métier d'enseignant, même dans la partie IPR. Une seule "compétence" est en rapport  avec la discipline. C'est la porte ouverte pour faire faire tout et n'importe quoi aux enseignants, comme le veut l'OCDE et sa production indirecte, la réforme du collège.
Je ne loue pas  l'ancien système (le grotesque "rayonnement")  , mais au moins la notation du CDE  restait dans son rôle d'administratif, ne comptait finalement guère, était strictement encadrée.  
Reste le problème de l'inspection, qui peut en effet mal tourner avec certains mal embouchés et devenir une loterie. Mais elle était contestable, quoi qu'on dise. Un mien proche parent et plusieurs collègues ont écrit à l'IG pour dénoncer l'attitude d'un inspecteur qui avait saqué toute l'équipe. Ils ont tous été ré-inspectés (et relevés).  
D'ailleurs, je pense que tout acte administratif étant susceptible de recours, il doit être possible de contester  sur des points où l'apport de la preuve est possible, comme les inexactitudes de fait. C'est plutôt la coutume qui faisait que peu de gens contestaient, ainsi que le peu de connaissances des enseignants en matière de juridisme administratif.
Mais au moins, il y avait des barèmes nationaux, assortis de garde-fous. Il aurait été plus juste d'améliorer le système que de le détruire au profit d'une autre "philosophie" du métier.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble".
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, par la stratégie du puzzle).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
Tangleding
Érudit

Re: le SNES a donc voté l'accord sur le PPCR

par Tangleding le Dim 1 Jan 2017 - 22:14
Je n'ai pas été assez précis, je rappelais qu'il n'y a pas de recours paritaire suite à une inspection.

Je suis d'accord avec toi sur le fait que le contenu de cette grille est inepte. Outre le problème des ratios.

_________________
Le projet de réforme du collège décodé :
www.reformeducollege.fr
-------
Nous non plus, nous n'oublions pas la réforme du collège, M. Hollande... (CLIC)
-------
"Never complain, just fight."
avatar
Lefteris
Empereur

Re: le SNES a donc voté l'accord sur le PPCR

par Lefteris le Dim 1 Jan 2017 - 22:16
@Tangleding a écrit:Je n'ai pas été assez précis, je rappelais qu'il n'y a pas de recours paritaire suite à une inspection.

Je suis d'accord avec toi sur le fait que le contenu de cette grille est inepte. Outre le problème des ratios.
Et encore, passons sur la classe normale. Mais le hic de la HC , et pire encore de la bouteille à l'encre du 3e grade (qui aurait été une vraie revalo s'il avait été ajouté à la HC actuelle), c'est vraiment inquiétant.


Dernière édition par Lefteris le Dim 1 Jan 2017 - 22:27, édité 1 fois

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble".
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, par la stratégie du puzzle).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
mathmax
Neoprof expérimenté

Re: le SNES a donc voté l'accord sur le PPCR

par mathmax le Dim 1 Jan 2017 - 22:19
@Tangleding a écrit:
@surfaquitaine a écrit:
@Tangleding a écrit:
Les nouveaux décrets statutaires ont permis des avancées minimes mais des avancées quand même. Si nous avions choisi le statu quo, les collègues en service partagé n'auraient aucune décharge et en plus nous risquerions de perdre les garanties de ce statu quo demain avec un Fillon (ou un Valls...)

J'aimerais comprendre en quoi les nouveaux décrets statutaires de 2014 peuvent empêcher Fillon ou un autre de porter atteinte aux garanties dont vous parlez ?
À chaque élection, nous attendons le sempiternel refrain sur l'augmentation de l'obligation de service des enseignants. Ce décret nous protège-t-il réellement ? Ces obligations de service peuvent-elles être modifiées ?

J'aimerais pouvoir partager cette belle confiance : notre temps de travail étant désormais inscrit
dans le cadre de la réglementation applicable à l'ensemble des fonctionnaires
, je vois mal comment une augmentation du temps de travail de la fonction publique pourrait nous épargner. De plus, je ne crois pas qu'un Fillon ou un Valls par exemple se trouve le moins du monde impressionné par le caractère récent de ces statuts. Quant à l'opinion publique, je crois qu'elle se moque bien de la date des statuts (sinon elle n'aurait pas manqué de constater que nous n'avons pas bénéficié de réduction du temps de travail lors du passage aux 35 heures ...) mais a certainement entendu la communication du gouvernement sur l'effort fait en notre faveur grâce au PPCR.

_________________
« Les machines un jour pourront résoudre tous les problèmes, mais jamais aucune d'entre elles ne pourra en poser un !  »
    Albert Einstein
avatar
Lefteris
Empereur

Re: le SNES a donc voté l'accord sur le PPCR

par Lefteris le Dim 1 Jan 2017 - 22:32
@mathmax a écrit:

J'aimerais pouvoir partager cette belle confiance : notre temps de travail étant désormais inscrit
dans le cadre de la réglementation applicable à l'ensemble des fonctionnaires
, je vois mal comment une augmentation du temps de travail de la fonction publique pourrait nous épargner. De plus, je ne crois pas qu'un Fillon ou un Valls par exemple se trouve le moins du monde impressionné par le caractère récent de ces statuts. Quant à l'opinion publique, je crois qu'elle se moque bien de la date des statuts (sinon elle n'aurait pas manqué de constater que nous n'avons pas bénéficié de réduction du temps de travail lors du passage aux 35 heures ...) mais a certainement entendu la communication du gouvernement sur l'effort fait en notre faveur grâce au PPCR.
On est passé de la notion de "travail invisible" à "travail inexistant", grâce à un travail de dénigrement et de déni organisé sans relâche par le ministère lui-même. Donc l'idée qu'il faut remplir ce vide a fait son chemin, sans compter l'idéologie du contrôle, de la soumission , qui amène à préférer des enseignants faisant de la présence à des enseignants préparant des vrais cours.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble".
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, par la stratégie du puzzle).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
Tangleding
Érudit

Re: le SNES a donc voté l'accord sur le PPCR

par Tangleding le Dim 1 Jan 2017 - 22:34
@Lefteris :

Ce nouveau grade pose de gros problèmes. J'entends que cela ouvre dans des conditions assez restrictives, une perspective de carrière pour les collègues à la HC...

Je dois avouer que ces sujets assez techniques ne sont pas ceux sur lesquels je suis le plus à l'aise. J'attends pas mal d'une formation syndicale à venir bientôt sur le sujet.

@Mathmax :
J'ai surtout confiance en la lutte collective et en l'engagement individuel dans cette lutte collective.

Je t'ai donné mon analyse personnelle de l'intérêt stratégique de la réécriture récente de nos décrets. Ce n'est pas la position explicite du SNES (même si il me semble avoir parfois perçu cet argument en interne ici ou là, mais plutôt à demi-mots).

Une chose est certaine, on entendait sans cesse cet "argument" dans la bouche de nos politiques et dans les colonnes de nos chers médias. Et désormais c'est un argument que nous n'entendons plus, et contre lequel nous n'avons plus à dépenser notre énergie, une énergie d'autant plus précieuse que la lutte est inégale, d'une part du fait de nos divisions, et d'autre part par manque de conscience politique d'une part importante de nos collègues.

_________________
Le projet de réforme du collège décodé :
www.reformeducollege.fr
-------
Nous non plus, nous n'oublions pas la réforme du collège, M. Hollande... (CLIC)
-------
"Never complain, just fight."
avatar
marc027
Niveau 7

Re: le SNES a donc voté l'accord sur le PPCR

par marc027 le Dim 1 Jan 2017 - 23:39
@Balthazaard a écrit:Moi j'en ai aussi un peu marre de cette rengaine contre les non-syndiqués, beaucoup l'ont été et ne le sont plus par dégout. Les faire passer pour des non-concernés ou des gens qui se moquent de tout est un non sens. je constate chez moi une forte adhésion au syndicat majoritaire qui s'apparente à un troupeau et qui se contente de relayer la propagande officielle. Personne n'est au courant du contenu du ppcr (en plus c'est réellement compliqué) et très très vaguement de ce qu'impliquent les nouveaux status; j'ai pu constater qu'un membre siégeant au conseil d'administration ignorait même le sens du sigle imp  (si...si). Cette masse fonctionne par on-dits et ne prend même pas la peine de lire la feuille syndicale. Quand le chef dit "on y va" une partie "y va" quand le chef bouge mollement (réforme du collège) la grande majorité ignore la chose. Et quand un non syndiqué (au courant, moi par ex...) demande des précisions ou se plaint de contradictions, on rejoue l'air des "courants" , de la base et de  la direction, de la complexité des débats...etc...etc.

Bien plus grave pour moi est le changement de vision de l'action syndicale, personne ne peut nier que deux syndicats importants (j'exclue les "jaunes" dont c'est depuis toujours une ligne revendiquée) considèrent qu'on peut accepter des accords où une partie de la profession est perdante  (ppcr et pondération).
Pour moi c'est très grave et cimente à jamais la défiance envers ce type de syndicalisme..

Petit exemple, je suis agrégé (statut en danger) si demain un gouvernement propose tout le monde à 17h salaire inchangé, personne ne peut nier que c'est un progrès pour une grande majorité, que fera le syndicat auquel je cotise, et peut être perd de l'argent en suivant les mots d'ordre? Si on part du principe qu'un accord de redistribution où certains perdent au profit de la majorité est (inacceptable sur le fond ) mais acceptable et soutenable en fait, tout peut arriver.

On peut toujours dire (et je l'ai assez entendu) essaie de voir ce qui arrivera sans syndicats!  Cette réponse en me satisfait pas, je n'ai pas de boule de cristal.

+2 Je partage parfaitement ton avis !
XIII
Fidèle du forum

Re: le SNES a donc voté l'accord sur le PPCR

par XIII le Lun 2 Jan 2017 - 10:53
@Balthazaard a écrit:Moi j'en ai aussi un peu marre de cette rengaine contre les non-syndiqués, beaucoup l'ont été et ne le sont plus par dégout. Les faire passer pour des non-concernés ou des gens qui se moquent de tout est un non sens. je constate chez moi une forte adhésion au syndicat majoritaire qui s'apparente à un troupeau et qui se contente de relayer la propagande officielle. Personne n'est au courant du contenu du ppcr (en plus c'est réellement compliqué) et très très vaguement de ce qu'impliquent les nouveaux status; j'ai pu constater qu'un membre siégeant au conseil d'administration ignorait même le sens du sigle imp  (si...si). Cette masse fonctionne par on-dits et ne prend même pas la peine de lire la feuille syndicale. Quand le chef dit "on y va" une partie "y va" quand le chef bouge mollement (réforme du collège) la grande majorité ignore la chose. Et quand un non syndiqué (au courant, moi par ex...) demande des précisions ou se plaint de contradictions, on rejoue l'air des "courants" , de la base et de  la direction, de la complexité des débats...etc...etc.

Bien plus grave pour moi est le changement de vision de l'action syndicale, personne ne peut nier que deux syndicats importants (j'exclue les "jaunes" dont c'est depuis toujours une ligne revendiquée) considèrent qu'on peut accepter des accords où une partie de la profession est perdante  (ppcr et pondération).
Pour moi c'est très grave et cimente à jamais la défiance envers ce type de syndicalisme..

Petit exemple, je suis agrégé (statut en danger) si demain un gouvernement propose tout le monde à 17h salaire inchangé, personne ne peut nier que c'est un progrès pour une grande majorité, que fera le syndicat auquel je cotise, et peut être perd de l'argent en suivant les mots d'ordre? Si on part du principe qu'un accord de redistribution où certains perdent au profit de la majorité est (inacceptable sur le fond ) mais acceptable et soutenable en fait, tout peut arriver.

On peut toujours dire (et je l'ai assez entendu) essaie de voir ce qui arrivera sans syndicats!  Cette réponse en me satisfait pas, je n'ai pas de boule de cristal.

Le syndicalisme souffre du même mal que la politique! Trop de collègues déchargés avec des temps complets viennent nous expliquer que c'est mieux maintenant après toutes ces belles réformes! Il faut limiter les mandats dans le temps et interdire les décharges au delà de 25%. Il faut aussi interdire le reclassement de certains (souvent de la cfdt ou de l'unsa) dans les arcanes du pouvoir.
Ensuite la collusion de certains syndicats (unsa, cfdt et même FSU..) dits "syndicats de service ou jaunes" avec le pouvoir est inadmissible,intolérable et participe à leur manque de crédibilité. Des syndicats délivrent même des formations pédagogiques en lieu et place de l'Institution! Une sorte de produit d'appel! Il me semble que le rôle d'un vrai syndicat est de défendre les intérêts des salariés et les revendications qui doivent remonter de la base!
Enfin dans les dernières réformes qui nous concernent ( Refondation, PPCR et plus largement Loi Travail, Loi Macron...) on a pu se rendre compte des forces en présence et du rôle que jouent certains pour accompagner et crédibiliser ces régressions...

Bouboule
Esprit éclairé

Re: le SNES a donc voté l'accord sur le PPCR

par Bouboule le Lun 2 Jan 2017 - 11:06
@XIII a écrit:
@Balthazaard a écrit:Moi j'en ai aussi un peu marre de cette rengaine contre les non-syndiqués, beaucoup l'ont été et ne le sont plus par dégout. Les faire passer pour des non-concernés ou des gens qui se moquent de tout est un non sens. je constate chez moi une forte adhésion au syndicat majoritaire qui s'apparente à un troupeau et qui se contente de relayer la propagande officielle. Personne n'est au courant du contenu du ppcr (en plus c'est réellement compliqué) et très très vaguement de ce qu'impliquent les nouveaux status; j'ai pu constater qu'un membre siégeant au conseil d'administration ignorait même le sens du sigle imp  (si...si). Cette masse fonctionne par on-dits et ne prend même pas la peine de lire la feuille syndicale. Quand le chef dit "on y va" une partie "y va" quand le chef bouge mollement (réforme du collège) la grande majorité ignore la chose. Et quand un non syndiqué (au courant, moi par ex...) demande des précisions ou se plaint de contradictions, on rejoue l'air des "courants" , de la base et de  la direction, de la complexité des débats...etc...etc.

Bien plus grave pour moi est le changement de vision de l'action syndicale, personne ne peut nier que deux syndicats importants (j'exclue les "jaunes" dont c'est depuis toujours une ligne revendiquée) considèrent qu'on peut accepter des accords où une partie de la profession est perdante  (ppcr et pondération).
Pour moi c'est très grave et cimente à jamais la défiance envers ce type de syndicalisme..

Petit exemple, je suis agrégé (statut en danger) si demain un gouvernement propose tout le monde à 17h salaire inchangé, personne ne peut nier que c'est un progrès pour une grande majorité, que fera le syndicat auquel je cotise, et peut être perd de l'argent en suivant les mots d'ordre? Si on part du principe qu'un accord de redistribution où certains perdent au profit de la majorité est (inacceptable sur le fond ) mais acceptable et soutenable en fait, tout peut arriver.

On peut toujours dire (et je l'ai assez entendu) essaie de voir ce qui arrivera sans syndicats!  Cette réponse en me satisfait pas, je n'ai pas de boule de cristal.

Le syndicalisme souffre du même mal que la politique! Trop de collègues déchargés avec des temps complets viennent nous expliquer que c'est mieux maintenant après toutes ces belles réformes! Il faut limiter les mandats dans le temps et interdire les décharges au delà de 25%. Il faut aussi interdire le reclassement de certains (souvent de la cfdt ou de l'unsa) dans les arcanes du pouvoir.
Ensuite la collusion de certains syndicats (unsa, cfdt et même FSU..) dits "syndicats de service ou jaunes" avec le pouvoir est inadmissible,intolérable et participe à leur manque de crédibilité. Des syndicats délivrent même des formations pédagogiques en lieu et place de l'Institution! Une sorte de produit d'appel! Il me semble que le rôle d'un vrai syndicat est de défendre les intérêts des salariés et les revendications qui doivent remonter de la base!
Enfin dans les dernières réformes qui nous concernent ( Refondation, PPCR et plus largement Loi Travail, Loi Macron...) on a pu se rendre compte des forces en présence et du rôle que jouent certains pour accompagner et crédibiliser ces régressions...


Je crois qu'à force de caricaturer tu fais plus de mal à ton prétendu camp que de bien (c'est peut-être ton but d'ailleurs). Mettre la FSU dans le même sac que l'UNSA, franchement...
Chamil
Niveau 9

Re: le SNES a donc voté l'accord sur le PPCR

par Chamil le Lun 2 Jan 2017 - 11:08
@Tangleding a écrit:

@Chamil : Le SG encarté au PS, j'entends ça depuis que je milite et j'entendais ça du temps où mes parents étaient eux-mêmes enseignants. Il y a quelques années, y compris dans les cercles militants, il était de bon ton de dauber sur le camarade Daniel Robin. Etc. Etc.

La vérité c'est que comme tout militant j'ai eu l'occasion de titiller ces SG à l'occasion de stages, et j'ai toujours eu des réponses argumentées en termes stratégiques pour la profession.

De plus les décisions du SNES ne sont pas celles des SG. Il y a des instances (les CAA, la CAN...) et l'exécutif lui-même est constitué par le BN (bureau national) et non par les seuls SG.

Il y a des rapports de force, entre les différents courants mais aussi à l'intérieur des courants. Mais ca reste un peu plus complexe que telle ou telle SG a dit à l'oreille de la ministre qu'elle peut y aller pour la réforme du collège.

Et puis dire que le SNES essaie de ne pas nuire au gvt ou au PS, quand on voit les branlées que s'est pris le PS depuis l'élection de Hollande, arrêtons un peu rêvasser.

Pour ma part ce que je vois c'est que la profession ne se remue pas assez pour qu'un réel rapport de force nous permette de gagner. Et la ligne du SNES ne me semble pas moins efficace que celle du SNALC ou de FO. Ou que celle de la CGT contre la loi travail.

Sauf sur le plan électoral et de la syndicalisation, là à mon avis on peut sans doute se demander si la stratégie du SNES est pertinente.

Mais c'est un autre sujet.

Je ne défends aucun syndicat du second degré en particulier, ne relevant pas de ce champ de syndicalisation. Il ne s'agit donc pas de défendre une boutique contre une autre en la matière. Je constate simplement qu'une partie de la direction du SNES (comme du SNUIPP par ailleurs) a clairement accompagné une partie des "réformes" du gouvernement socialiste, qu'elle aurait violemment refusées dusse la droite être au pouvoir. Et que les cadres du ministère ne se cachent même pas d'avoir bénéficié de la passivité bienveillante d'une partie de la direction du SNES lors de la contestation de la réforme Belkacem. L'ouverture des archives éventuelles ou des témoignages ultérieurs seront bien entendu les seuls à le prouver.

En ce qui me concerne, le soutien du SNESup au droit opposable à l'inscription après une licence, folie juridique et conceptuelle, aura été suffisant.

http://www.snesup.fr/communique-snesup-sur-la-selection-en-master
XIII
Fidèle du forum

Re: le SNES a donc voté l'accord sur le PPCR

par XIII le Lun 2 Jan 2017 - 11:14
@Bouboule a écrit:
@XIII a écrit:
@Balthazaard a écrit:Moi j'en ai aussi un peu marre de cette rengaine contre les non-syndiqués, beaucoup l'ont été et ne le sont plus par dégout. Les faire passer pour des non-concernés ou des gens qui se moquent de tout est un non sens. je constate chez moi une forte adhésion au syndicat majoritaire qui s'apparente à un troupeau et qui se contente de relayer la propagande officielle. Personne n'est au courant du contenu du ppcr (en plus c'est réellement compliqué) et très très vaguement de ce qu'impliquent les nouveaux status; j'ai pu constater qu'un membre siégeant au conseil d'administration ignorait même le sens du sigle imp  (si...si). Cette masse fonctionne par on-dits et ne prend même pas la peine de lire la feuille syndicale. Quand le chef dit "on y va" une partie "y va" quand le chef bouge mollement (réforme du collège) la grande majorité ignore la chose. Et quand un non syndiqué (au courant, moi par ex...) demande des précisions ou se plaint de contradictions, on rejoue l'air des "courants" , de la base et de  la direction, de la complexité des débats...etc...etc.

Bien plus grave pour moi est le changement de vision de l'action syndicale, personne ne peut nier que deux syndicats importants (j'exclue les "jaunes" dont c'est depuis toujours une ligne revendiquée) considèrent qu'on peut accepter des accords où une partie de la profession est perdante  (ppcr et pondération).
Pour moi c'est très grave et cimente à jamais la défiance envers ce type de syndicalisme..

Petit exemple, je suis agrégé (statut en danger) si demain un gouvernement propose tout le monde à 17h salaire inchangé, personne ne peut nier que c'est un progrès pour une grande majorité, que fera le syndicat auquel je cotise, et peut être perd de l'argent en suivant les mots d'ordre? Si on part du principe qu'un accord de redistribution où certains perdent au profit de la majorité est (inacceptable sur le fond ) mais acceptable et soutenable en fait, tout peut arriver.

On peut toujours dire (et je l'ai assez entendu) essaie de voir ce qui arrivera sans syndicats!  Cette réponse en me satisfait pas, je n'ai pas de boule de cristal.

Le syndicalisme souffre du même mal que la politique! Trop de collègues déchargés avec des temps complets viennent nous expliquer que c'est mieux maintenant après toutes ces belles réformes! Il faut limiter les mandats dans le temps et interdire les décharges au delà de 25%. Il faut aussi interdire le reclassement de certains (souvent de la cfdt ou de l'unsa) dans les arcanes du pouvoir.
Ensuite la collusion de certains syndicats (unsa, cfdt et même FSU..) dits "syndicats de service ou jaunes" avec le pouvoir est inadmissible,intolérable et participe à leur manque de crédibilité. Des syndicats délivrent même des formations pédagogiques en lieu et place de l'Institution! Une sorte de produit d'appel! Il me semble que le rôle d'un vrai syndicat est de défendre les intérêts des salariés et les revendications qui doivent remonter de la base!
Enfin dans les dernières réformes qui nous concernent ( Refondation, PPCR et plus largement Loi Travail, Loi Macron...) on a pu se rendre compte des forces en présence et du rôle que jouent certains pour accompagner et crédibiliser ces régressions...


Je crois qu'à force de caricaturer tu fais plus de mal à ton prétendu camp que de bien (c'est peut-être ton but d'ailleurs). Mettre la FSU dans le même sac que l'UNSA, franchement...

La FSU a voté la Loi de Refondation (nouveaux rythmes dans le primaire public, inclusion scolaire qui détruit l'enseignement spécialisé, magnifique réforme du collège et j'en passe...).
Contenu sponsorisé

Re: le SNES a donc voté l'accord sur le PPCR

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum