Exclusion de cours: rapport immédiat obligatoire ?

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Exclusion de cours: rapport immédiat obligatoire ?

Message par Lefteris le Sam 10 Déc 2016 - 15:32

@scot69 a écrit:Loi du 05.07.1890 : «… L’exclusion de cours ne peut ainsi être motivée qu’en cas de mise en danger d’autrui ou de l’élève mis en cause lui-même. »


Ca a été amendé depuis ...

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exclusion de cours: rapport immédiat obligatoire ?

Message par scot69 le Sam 10 Déc 2016 - 15:34

oui je me doute bien, mais il trouvera bien toutes les raisons pour justifier son incompétence.

scot69
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exclusion de cours: rapport immédiat obligatoire ?

Message par nightowl le Sam 10 Déc 2016 - 15:34

On en vient à un problème criant : Nombre de collègues sont incultes à propos du droit, qu'ils considèrent dans les faits comme de l'incantatoire

nightowl
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exclusion de cours: rapport immédiat obligatoire ?

Message par Thalia de G le Sam 10 Déc 2016 - 16:01

@nightowl a écrit:On en vient à un problème criant : Nombre de collègues sont incultes à propos du droit, qu'ils considèrent dans les faits comme de l'incantatoire
On peut en convenir en effet et j'ai mis du temps à m'informer alors même que j'étais syndiquée.
Et c'est ce que j'ai du mal à comprendre, à admettre : des formations espe chronophages, parfois vides de sens. Et rien sur la législation qui nous protège ?

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exclusion de cours: rapport immédiat obligatoire ?

Message par nightowl le Sam 10 Déc 2016 - 16:08

@Thalia de G a écrit:
@nightowl a écrit:On en vient à un problème criant : Nombre de collègues sont incultes à propos du droit, qu'ils considèrent dans les faits comme de l'incantatoire
On peut en convenir en effet et j'ai mis du temps à m'informer alors même que j'étais syndiquée.
Et c'est ce que j'ai du mal à comprendre, à admettre : des formations espe chronophages, parfois vides de sens. Et rien sur la législation qui nous protège ?
  • Désolé si j'ai été abrupt : Ce n'était pas une critique mais un constat qui me désole  bounce

  • Tu préfères certains donneurs de formations devant les élèves ? Moi pas. Disons que j'aime les mettre en boîte quand ils oublient leurs places. Pour la législation, cela arrange la hiérarchie je pense.  veneration

nightowl
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exclusion de cours: rapport immédiat obligatoire ?

Message par Thalia de G le Sam 10 Déc 2016 - 16:11

@nightowl a écrit:
@Thalia de G a écrit:
@nightowl a écrit:On en vient à un problème criant : Nombre de collègues sont incultes à propos du droit, qu'ils considèrent dans les faits comme de l'incantatoire
On peut en convenir en effet et j'ai mis du temps à m'informer alors même que j'étais syndiquée.
Et c'est ce que j'ai du mal à comprendre, à admettre : des formations espe chronophages, parfois vides de sens. Et rien sur la législation qui nous protège ?

  • Désolé si j'ai été abrupt : Ce n'était pas une critique mais un constat qui me désole  bounce

  • Tu préfères certains donneurs de formations devant les élèves ? Moi pas. Disons que j'aime les mettre en boîte quand ils oublient leurs places. Pour la législation, cela arrange la hiérarchie je pense.  veneration

Je ne l'ai pas mal pris, au contraire.

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exclusion de cours: rapport immédiat obligatoire ?

Message par nightowl le Sam 10 Déc 2016 - 16:17

@Thalia de G a écrit:
@nightowl a écrit:
@Thalia de G a écrit:
@nightowl a écrit:On en vient à un problème criant : Nombre de collègues sont incultes à propos du droit, qu'ils considèrent dans les faits comme de l'incantatoire
On peut en convenir en effet et j'ai mis du temps à m'informer alors même que j'étais syndiquée.
Et c'est ce que j'ai du mal à comprendre, à admettre : des formations espe chronophages, parfois vides de sens. Et rien sur la législation qui nous protège ?

  • Désolé si j'ai été abrupt : Ce n'était pas une critique mais un constat qui me désole  bounce


  • Tu préfères certains donneurs de formations devant les élèves ? Moi pas. Disons que j'aime les mettre en boîte quand ils oublient leurs places. Pour la législation, cela arrange la hiérarchie je pense.  veneration

Je ne l'ai pas mal pris, au contraire.
Very Happy

nightowl
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exclusion de cours: rapport immédiat obligatoire ?

Message par V.Marchais le Sam 10 Déc 2016 - 16:35

@scot69 a écrit:Loi du 05.07.1890 : «… L’exclusion de cours ne peut ainsi être motivée qu’en cas de mise en danger d’autrui ou de l’élève mis en cause lui-même. »





Ton chef est au courant que les classes doivent être mixtes, maintenant ?

_________________
visitez le site http://www.reformeducollege.fr/

V.Marchais
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exclusion de cours: rapport immédiat obligatoire ?

Message par MissWest-Indies le Dim 11 Déc 2016 - 16:55

@Lefteris a écrit:
@scot69 a écrit:Loi du 05.07.1890 : «… L’exclusion de cours ne peut ainsi être motivée qu’en cas de mise en danger d’autrui ou de l’élève mis en cause lui-même. »


Ca a été amendé depuis ...

Ah bon? Car vendredi,je voulais  exclure un élève  pour perturbations  et une surveillante me dit qu'elle me le ramènerait car le principal avait  dit  à la vie scolaire que désormais,il ne faudra exclure un élève que s'il y a bagarres ou danger,que c'est dans les textes.

MissWest-Indies
Niveau 3


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exclusion de cours: rapport immédiat obligatoire ?

Message par nightowl le Dim 11 Déc 2016 - 17:01

@MissWest-Indies a écrit:
@Lefteris a écrit:
@scot69 a écrit:Loi du 05.07.1890 : «… L’exclusion de cours ne peut ainsi être motivée qu’en cas de mise en danger d’autrui ou de l’élève mis en cause lui-même. »


Ca a été amendé depuis ...

Ah bon? Car vendredi,je voulais  exclure un élève  pour perturbations  et une surveillante me dit qu'elle me le ramènerait car le principal avait  dit  à la vie scolaire que désormais,il ne faudra exclure un élève que s'il y a bagarres ou danger,que c'est dans les textes.

Demandez un ordre écrit remis contre signature, au moins par courriel en copie à tout le collège.
Mettez les pieds dans le plat.

nightowl
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exclusion de cours: rapport immédiat obligatoire ?

Message par mafalda16 le Dim 11 Déc 2016 - 17:07

@MissWest-Indies a écrit:
@Lefteris a écrit:
@scot69 a écrit:Loi du 05.07.1890 : «… L’exclusion de cours ne peut ainsi être motivée qu’en cas de mise en danger d’autrui ou de l’élève mis en cause lui-même. »


Ca a été amendé depuis ...

Ah bon? Car vendredi,je voulais  exclure un élève  pour perturbations  et une surveillante me dit qu'elle me le ramènerait car le principal avait  dit  à la vie scolaire que désormais,il ne faudra exclure un élève que s'il y a bagarres ou danger,que c'est dans les textes.


M'enfin, ne vous laissez pas faire ! Remuez votre salle des profs et opposez-vous ! chevalier

mafalda16
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exclusion de cours: rapport immédiat obligatoire ?

Message par Lefteris le Dim 11 Déc 2016 - 17:14

@MissWest-Indies a écrit:
@Lefteris a écrit:
@scot69 a écrit:Loi du 05.07.1890 : «… L’exclusion de cours ne peut ainsi être motivée qu’en cas de mise en danger d’autrui ou de l’élève mis en cause lui-même. »


Ca a été amendé depuis ...

Ah bon? Car vendredi,je voulais  exclure un élève  pour perturbations  et une surveillante me dit qu'elle me le ramènerait car le principal avait  dit  à la vie scolaire que désormais,il ne faudra exclure un élève que s'il y a bagarres ou danger,que c'est dans les textes.
N'importe quoi ... Un élève qui empêche le cours de se dérouler peut être exclu.

L'article L 912-1 du Code de l'éducation prévoit que les enseignants sont responsables de l'ensemble des activités scolaires des élèves et, à ce titre, une décision d'exclusion de cours peut être prise en fonction de l'intérêt général et pour assurer la continuité des activités de la classe.

Justifiée par un comportement inadapté au bon déroulement d'un cours, l'exclusion ponctuelle doit demeurer exceptionnelle et donner lieu systématiquement à une information écrite au conseiller principal d'éducation ainsi qu'au chef d'établissement.
...


http://cache.media.eduscol.education.fr/file/Sanctions_disciplinaires/84/6/03-l-exclusion_197846.pdf


Dernière édition par Thalia de G le Dim 11 Déc 2016 - 17:17, édité 1 fois (Raison : Suppression des sauts de ligne intempestifs.)

_________________
Oὔτε ἄρχειν οὔτε ἄρχεσθαι ἐθέλω (Héraclite) "Je ne veux ni commander ni être commandé".

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exclusion de cours: rapport immédiat obligatoire ?

Message par Thalia de G le Dim 11 Déc 2016 - 17:21

Ne serait-il pas possible que lorsque que vous citez un texte vous le mettiez en forme pour éviter des sauts de lignes ?
Voir infra

Dernière édition par Thalia de G le Dim 11 Déc 2016, 17:17, édité 1 fois (Raison : Suppression des sauts de ligne intempestifs.)

Modération fatiguée.

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exclusion de cours: rapport immédiat obligatoire ?

Message par Lefteris le Dim 11 Déc 2016 - 17:26

@Thalia de G a écrit:Ne serait-il pas possible que lorsque que vous citez un texte vous le mettiez en forme pour éviter des sauts de lignes ?
Voir infra

Dernière édition par Thalia de G le Dim 11 Déc 2016, 17:17, édité 1 fois (Raison : Suppression des sauts de ligne intempestifs.)

Modération fatiguée.
Mea maxima culpa... Embarassed

_________________
Oὔτε ἄρχειν οὔτε ἄρχεσθαι ἐθέλω (Héraclite) "Je ne veux ni commander ni être commandé".

Lefteris
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exclusion de cours: rapport immédiat obligatoire ?

Message par the educator le Dim 11 Déc 2016 - 20:18

ALors attention quand même à ne pas faire n'importe quoi. D'abord il y a les textes: le dernier qui précise les motifs, c'est celui de l'été 2011:
"'exclusion ponctuelle d'un cours ne peut être prononcée que dans des cas exceptionnels. Elle s'accompagne nécessairement d'une prise en charge de l'élève dans le cadre d'un dispositif prévu à cet effet et connu de tous les enseignants et personnels d'éducation. Toute punition doit faire l'objet d'une information écrite du conseiller principal d'éducation et du chef d'établissement."
celui de 2014 est plus flou sur le motif :
"Des dispositions devront donc être prises, au sein de chaque établissement, afin d'éviter que les faits les moins graves commis par des élèves perturbateurs pendant les heures de cours, ne fassent systématiquement l'objet d'un traitement par le service de la vie scolaire de l'établissement. Si, dans des cas très exceptionnels, l'enseignant décide d'exclure un élève de cours, cette punition s'accompagne nécessairement d'une prise en charge de l'élève dans le cadre d'un dispositif prévu à cet effet et connu de tous les enseignants et personnels d'éducation. L'enseignant demandera notamment à l'élève de lui remettre un travail en lien avec la matière enseignée."

Le "texte" cité plus haut, c'est tiré d'eduscol, ça n'a aucune valeur légale ou réglementaire. Et l'article 912-1, c'est vraiment du tout terrain...
A vrai dire, je ne sais pas si l'article de 1890 a été ou non modifié, mais en l'état, je ne connais pas dde texte qui permettent de se dispenser de quelques précautions.

Sur la responsabilité: la responsabilité, ça se transmet. Normalement, il doit y avoir un protocole de prise en charge, qui comprend donc selon les textes la note au cpe/chef, les devoirs, mais aussi la prise en charge. Parce qu'envoyer l'exclu accompagné d'un autre élève dans les couloirs, comment dire...
La responsabilité se transmet, c'est à dire qu'en gros il faut repérer clairement a quel moment l'élève est sous la responsabilité de l'enseignement, et celui ou il passe sous celle du cpe/de la vie scolaire. C'est là que ça coince. Moi, une exclusion de cours, ça a un cout en fonctionnement et en personnels. Il ne suffit pas que l'enseignement claque des doigts pour que la machine se mette en marche et qu'on passe d'un régime de fonctionnement à un régime exceptionnel.

Au final, c'est assez malheureux pour l'aed de demander de remplir le papier, mais puisque la loi est claire, elle ne fait que son boulot, tel qu'il lui a été demandé par le cpe. idem pour le cpe. Alors le courrier au recteur et au syndicat, a part faire rire tout le monde...

Je dis ça tout en ayant un fonctionnement différent: je considère qu'en effet le temps de l'exclusion est un temps d'urgence, que l'enseignement a le reste de sa classe a reprendre en main. Un adulte prend systématiquement en charge l'exclu ( pas le délégué ou machin truc, parce que s'il se met a courir et saute du 3e....), sans rien demander et on prend nous même en charge le gamin. C'est un protocole a propos duquel tout le monde est informé en début d'année. Si les exclusions me paraissent abusives, ou si les rapports n'arrivent pas, je vais voir le chef en faisant le point sur ce que ça me coute et en mettant les textes en face. C'est à lui de rappeler à l'enseignant ce qu'est le cadre d'exercice, et à trancher entre les deux lectures du texte.

Mais bon, en l'état, la lettre en double au recteur, ça m'a fait juste bien rire.

the educator
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exclusion de cours: rapport immédiat obligatoire ?

Message par scot69 le Dim 11 Déc 2016 - 21:05

Les élèves qui empêchent la classe de travailler doivent être exclu de cours: on ne va pas gaspiller de l'énergie et faire perdre du temps à la classe pour des gamins mal élevés et incapables de respecter l'adulte face à eux.

J'ai connu un établissement où nous avions pour CONSIGNE d'exclure tous les élèves qui n'avaient pas leur matériel, qui n'avaient pas fait leur travail, qui dérangeaient le cours... les élèves exclus restaient en retenue de 17 à 18. Au début, on en virait 5 6 par cours, mais dès début octobre, nous n'avions quasiment plus aucun soucis (et je précise que c'était dans un LP assez difficile)

scot69
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exclusion de cours: rapport immédiat obligatoire ?

Message par demain est un autre jour le Dim 11 Déc 2016 - 21:15

Bonsoir à tous

Pour compléter l’article de  THE EDUCATOR : l’article L912-1 ne concerne pas l’exclusion d’un élève de la classe.


Chapitre II : Dispositions propres aux personnels enseignants.

Article L912-1 En savoir plus sur cet article...
Modifié par LOI n°2013-595 du 8 juillet 2013 - art. 72

Les enseignants sont responsables de l'ensemble des activités scolaires des élèves. Ils travaillent au sein d'équipes pédagogiques ; celles-ci sont constituées des enseignants ayant en charge les mêmes classes ou groupes d'élèves ou exerçant dans le même champ disciplinaire et des personnels spécialisés, notamment les psychologues scolaires dans les écoles. Les personnels d'éducation y sont associés. Le travail transversal et pluridisciplinaire ainsi que l'innovation pédagogique sont encouragés
Les enseignants apportent une aide au travail personnel des élèves et en assurent le suivi. Ils procèdent à leur évaluation. Ils les conseillent dans le choix de leur projet d'orientation en collaboration avec les personnels d'éducation et d'orientation qui veillent à favoriser la mixité entre les femmes et les hommes dans l'accès aux filières de formation. Ils participent aux actions de formation continue des adultes et aux formations par apprentissage.

Les enseignants tiennent informés les parents d'élèves et les aident à suivre la scolarité de leurs enfants.

Ils contribuent à la continuité de l'enseignement sous l'autorité du chef d'établissement en assurant des enseignements complémentaires.

Leur formation les prépare à l'ensemble de ces missions.


Article L912-1-1 En savoir plus sur cet article...
Créé par Loi n°2005-380 du 23 avril 2005 - art. 48 JORF 24 avril 2005


La liberté pédagogique de l'enseignant s'exerce dans le respect des programmes et des instructions du ministre chargé de l'éducation nationale et dans le cadre du projet d'école ou d'établissement avec le conseil et sous le contrôle des membres des corps d'inspection.

Le conseil pédagogique prévu à l'article L. 421-5 ne peut porter atteinte à cette liberté.
NOTA :
La loi 2005-380 a transféré les dispositions édictées par l'article L. 421-5 du code de l'éducation sous l'article L. 401-1 du même code.


Article L912-1-2 En savoir plus sur cet article...
Modifié par LOI n°2013-595 du 8 juillet 2013 - art. 73


Chaque enseignant est encouragé à se former régulièrement. Une offre de formation continue adaptée aux besoins des personnels d'enseignement est proposée, notamment par le biais des écoles supérieures du professorat et de l'éducation. Lorsqu'elle correspond à un projet personnel concourant à l'amélioration des enseignements et approuvé par le recteur, la formation continue des enseignants s'accomplit en priorité en dehors des obligations de service d'enseignement et peut donner lieu à une indemnisation.


Article L912-1-3 En savoir plus sur cet article...
Créé par Loi n°2005-380 du 23 avril 2005 - art. 48 JORF 24 avril 2005


La formation continue des enseignants est prise en compte dans la gestion de leur carrière.

demain est un autre jour
Niveau 4


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exclusion de cours: rapport immédiat obligatoire ?

Message par archeboc le Dim 11 Déc 2016 - 21:32

@the educator a écrit:Le "texte" cité plus haut, c'est tiré d'eduscol, ça n'a aucune valeur légale ou réglementaire. Et l'article 912-1, c'est vraiment du tout terrain...

Le texte en question, publié sur un site officiel, et vu le degré d'imprécision des autres textes, suffira à couvrir le personnel en cas de pépin, et aidera dans un premier temps à intimider la hiérarchie pusillanime.

@the educator a écrit:Sur la responsabilité: la responsabilité, ça se transmet. Normalement, il doit y avoir un protocole de prise en charge, qui comprend donc selon les textes la note au cpe/chef, les devoirs, mais aussi la prise en charge. Parce qu'envoyer l'exclu accompagné d'un autre élève dans les couloirs, comment dire...

Je ne comprends pas : à partir du moment où l'enseignant est responsable du groupe classe, et qu'un élève s'est mis à part de ce groupe, comment peut-il être encore sous la responsabilité de l'enseignant ? Tous les élèves de votre établissement sont-ils à chaque instant sous la responsabilité d'un adulte ? Comment faites-vous la surveillance des sanitaires ?

Sur ce chapitre que vous savez être un point de désaccord, vous abusez des points de suspension : Une pensée plus sûre d'elle devrait être plus précise.

La responsabilité se transmet, c'est à dire qu'en gros il faut repérer clairement a quel moment l'élève est sous la responsabilité de l'enseignement, et celui ou il passe sous celle du cpe/de la vie scolaire. C'est là que ça coince. Moi, une exclusion de cours, ça a un cout en fonctionnement et en personnels. Il ne suffit pas que l'enseignement claque des doigts pour que la machine se mette en marche et qu'on passe d'un régime de fonctionnement à un régime exceptionnel.

Il n'y a pas une salle de permanence, disponible, comme son nom l'indique, en permanence ? Je ne vois pas ce qu'il y a d'exceptionnel à ce qu'elle serve à ce pour quoi elle a été prévue : accueillir, sous la responsabilité d'un adulte, les élèves qui ne peuvent pas être en cours.

Au final, c'est assez malheureux pour l'aed de demander de remplir le papier, mais puisque la loi est claire, elle ne fait que son boulot, tel qu'il lui a été demandé par le cpe. idem pour le cpe. Alors le courrier au recteur et au syndicat, a part faire rire tout le monde...

L'aed, dans le cas cité ici, n'est pas venu seulement avec un papier. il avait aussi avec lui l'élève fautif. Si un jour je me trouve dans cette situation, je lui laisse la classe et je vais voir son chef. Je prends le risque.

Je dis ça tout en ayant un fonctionnement différent: je considère qu'en effet le temps de l'exclusion est un temps d'urgence, que l'enseignement a le reste de sa classe a reprendre en main. Un adulte prend systématiquement en charge l'exclu ( pas le délégué ou machin truc, parce que s'il se met a courir et saute du 3e....), sans rien demander et on prend nous même en charge le gamin. C'est un protocole a propos duquel tout le monde est informé en début d'année.

Comme quoi votre CDE a mis en place quelque chose conforme aux textes, à leur esprit comme à leur lettre.

Au passage, on note le retour des points de suspension : je ne comprends pas comment vous faites pour qu'il y ait un adulte qui prend l'élève fautif en charge au moment où l'enseignant le met dehors.

Si les exclusions me paraissent abusives, ou si les rapports n'arrivent pas, je vais voir le chef en faisant le point sur ce que ça me coute et en mettant les textes en face. C'est à lui de rappeler à l'enseignant ce qu'est le cadre d'exercice, et à trancher entre les deux lectures du texte.

+1. Fonctionnement normal.

Mais bon, en l'état, la lettre en double au recteur, ça m'a fait juste bien rire.

Rire d'enseignants qui se sentent lâchés par l'institution, c'est moyen.

_________________
« Champagne, au sortir d'un long dîner qui lui enfle l'estomac, et dans les douces fumées d'un vin d'Avenay ou de Sillery, signe un ordre qu'on lui présente, qui ôterait le pain à toute une province si l'on n'y remédiait. Il est excusable : quel moyen de comprendre, dans la première heure de la digestion, qu'on puisse quelque part mourir de faim ? » ---- La Bruyère

archeboc
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exclusion de cours: rapport immédiat obligatoire ?

Message par nightowl le Dim 11 Déc 2016 - 21:37

@the educator a écrit:ALors attention quand même à ne pas faire n'importe quoi. D'abord il y a les textes: le dernier qui précise les motifs, c'est celui de l'été 2011:
"'exclusion ponctuelle d'un cours ne peut être prononcée que dans des cas exceptionnels. Elle s'accompagne nécessairement d'une prise en charge de l'élève dans le cadre d'un dispositif prévu à cet effet et connu de tous les enseignants et personnels d'éducation. Toute punition doit faire l'objet d'une information écrite du conseiller principal d'éducation et du chef d'établissement."
celui de 2014 est plus flou sur le motif :
"Des dispositions devront donc être prises, au sein de chaque établissement, afin d'éviter que les faits les moins graves commis par des élèves perturbateurs pendant les heures de cours, ne fassent systématiquement l'objet d'un traitement par le service de la vie scolaire de l'établissement. Si, dans des cas très exceptionnels, l'enseignant décide d'exclure un élève de cours, cette punition s'accompagne nécessairement d'une prise en charge de l'élève dans le cadre d'un dispositif prévu à cet effet et connu de tous les enseignants et personnels d'éducation. L'enseignant demandera notamment à l'élève de lui remettre un travail en lien avec la matière enseignée."

Le "texte" cité plus haut, c'est tiré d'eduscol, ça n'a aucune valeur légale ou réglementaire. Et l'article 912-1, c'est vraiment du tout terrain...
A vrai dire, je ne sais pas si l'article de 1890 a été ou non modifié, mais en l'état, je ne connais pas dde texte qui permettent de se dispenser de quelques précautions.

Sur la responsabilité: la responsabilité, ça se transmet. Normalement, il doit y avoir un protocole de prise en charge, qui comprend donc selon les textes la note au cpe/chef, les devoirs, mais aussi la prise en charge. Parce qu'envoyer l'exclu accompagné d'un autre élève dans les couloirs, comment dire...
La responsabilité se transmet, c'est à dire qu'en gros il faut repérer clairement a quel moment l'élève est sous la responsabilité de l'enseignement, et celui ou il passe sous celle du cpe/de la vie scolaire. C'est là que ça coince. Moi, une exclusion de cours, ça a un cout en fonctionnement et en personnels. Il ne suffit pas que l'enseignement claque des doigts pour que la machine se mette en marche et qu'on passe d'un régime de fonctionnement à un régime exceptionnel.

Au final, c'est assez malheureux pour l'aed de demander de remplir le papier, mais puisque la loi est claire, elle ne fait que son boulot, tel qu'il lui a été demandé par le cpe. idem pour le cpe. Alors le courrier au recteur et au syndicat, a part faire rire tout le monde...

Je dis ça tout en ayant un fonctionnement différent: je considère qu'en effet le temps de l'exclusion est un temps d'urgence, que l'enseignement a le reste de sa classe a reprendre en main. Un adulte prend systématiquement en charge l'exclu ( pas le délégué ou machin truc, parce que s'il se met a courir et saute du 3e....), sans rien demander et on prend nous même en charge le gamin. C'est un protocole a propos duquel tout le monde est informé en début d'année. Si les exclusions me paraissent abusives, ou si les rapports n'arrivent pas, je vais voir le chef en faisant le point sur ce que ça me coute et en mettant les textes en face. C'est à lui de rappeler à l'enseignant ce qu'est le cadre d'exercice, et à trancher entre les deux lectures du texte.

Mais bon, en l'état, la lettre en double au recteur, ça m'a fait juste bien rire.

Bonjour,

Il est aussi facile pour certains chefs et chefs de service de dire "C'est interdit (...)" à la cantonade. Il y a évidemment des collègues qui abusent (gamins dans les couloirs sans surveillance, etc...)
Sauf que c'est un raccourci que personne ne mettra par écrit : Le jour où un problème surgit et qu'un document dit que tu dois garder l'élève en cours "Sauf bagarre", cela peut être drôle au niveau des responsabilités.
Donc ce document calmera certains chefs qui veulent une mer d'huile Rolling Eyes

Personnellement, les rares fois où j'exclus (3 4 fois dans l'année), c'est que l'élève me paraît dangereux (menaces et/ou coups) ou que réellement sa présence est nuisible (loghorée pendant un devoir).
Exception : Quand je sens que c'est moi qui vais déborder vu comment il me tape sur les nerfs. furieux

Ce que je n'accepterai pas, c'est qu'on remette en cause mon autorité devant mes élèves, qui plus est dans une situation d'urgence...

nightowl
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exclusion de cours: rapport immédiat obligatoire ?

Message par the educator le Lun 12 Déc 2016 - 7:38

Alors dans l'ordre:
@Archeboc a écrit:Je ne comprends pas : à partir du moment où l'enseignant est responsable du groupe classe, et qu'un élève s'est mis à part de ce groupe, comment peut-il être encore sous la responsabilité de l'enseignant ? Tous les élèves de votre établissement sont-ils à chaque instant sous la responsabilité d'un adulte ? Comment faites-vous la surveillance des sanitaires ?
Ils sont clairement sous la responsabilité d'un adulte. Responsabilité ne veut pas dire présence, mais une partie non négligeable de mon boulot consiste justement à organiser le fonctionnement pour que cette responsabilité ne soit pas entamée. Si un élève s'évanouit dans les toilettes, il est clairement sous la responsabilité de l'établissement et il faudra montrer que l'organisation était conforme à ce moment là et qu'elle n'a pas pu prévenir de l'accident. A vrai dire nous CPE avons même la responsabilité des élèves absents puisque nous devons avertir (pouvoir montrer que nous avons averti) la famille dans les meilleurs délais.
Pour la prise en charge par un adulte, il y a plusieurs solutions, d'abord le téléphone (dans les salles ou le mobile), l'élève qui va chercher un adulte, les surveillants "de couloir", on fait avec la logistique dont on dispose, mais mettre dehors, avec un autre élève, un enfant dont on vient justement d'établir qu'il est en crise et incapable de respecter les règles, sans avertir qui que ce soit, c'est engager sa responsabilité d'enseignant. Je déconseille systématiquement à mes collègues de le faire, sauf urgence vitale (dans le même ordre d'idée, quitter la classe sur le champs pour aller s'expliquer avec le chef est d'un infantilisme étonnant: d'une part en abandonnant les élèves dont on a la responsabilité, d'autre part en considérant que le chef n'a pas autre chose à faire à l'instant T que de prendre tes doléances, surtout pour une question qui peut attendre la fin de la demi journée. Et ce même en admettant que ce n'est pas malin et peut être contre productif de faire cette remarque pour l'aed.

@archeboc a écrit:Il n'y a pas une salle de permanence, disponible, comme son nom l'indique, en permanence ? Je ne vois pas ce qu'il y a d'exceptionnel à ce qu'elle serve à ce pour quoi elle a été prévue : accueillir, sous la responsabilité d'un adulte, les élèves qui ne peuvent pas être en cours.
La salle de permanence, chez moi, a vocation à faire bosser les élèves dans des conditions correctes. Le fait que machin soit infect avec tes élèves en cours ne lui donne pas le droit de pourrir ceux de la perm. Ne serait ce qu'en arrivant au beau milieu de l'heure. Je rappelle aussi que la salle de perm, elle, ne peut pas exclure aussi facilement que vous, et qu'il faut "gérer" l'élève dans ces conditions.
Du coup, j'essaie autant que possible d'isoler les exclus (et si possible les retenus), ça me consomme un adulte, qui n'est pas celui qui reste dans les couloirs ou au telephone au cas ou il y aurait une seconde exclusion. Dans ces moments là, s'il se passe vraiment quelque chose, on est sur le fil. Je respecte le choix d'exclure mais il faut se rendre compte que ce n'est pas anodin en terme de fonctionnement derrière, et que c'est la vie scolaire qui l'assume.

@Archeboc a écrit:Le texte en question, publié sur un site officiel, et vu le degré d'imprécision des autres textes, suffira à couvrir le personnel en cas de pépin, et aidera dans un premier temps à intimider la hiérarchie pusillanime.
Si ta hiérarchie est incompétente, peut être. ça ne couvre rien du tout, il faut arrêter de jouer les apprentis sorciers, il y a la loi, les circulaires, et éventuellement les déclinaisons réglementaires locales. Le reste, le jour ou tu verras ta responsabilité mise en cause, tu pourras t'assoir dessus.

the educator
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exclusion de cours: rapport immédiat obligatoire ?

Message par Iphigénie le Lun 12 Déc 2016 - 7:50

@the educator a écrit:Alors dans l'ordre:
@Archeboc a écrit:Je ne comprends pas : à partir du moment où l'enseignant est responsable du groupe classe, et qu'un élève s'est mis à part de ce groupe, comment peut-il être encore sous la responsabilité de l'enseignant ? Tous les élèves de votre établissement sont-ils à chaque instant sous la responsabilité d'un adulte ? Comment faites-vous la surveillance des sanitaires ?
Ils sont clairement sous la responsabilité d'un adulte. Responsabilité ne veut pas dire présence, mais une partie non négligeable de mon boulot consiste justement à organiser le fonctionnement pour que cette responsabilité ne soit pas entamée. Si un élève s'évanouit dans les toilettes, il est clairement sous la responsabilité de l'établissement et il faudra montrer que l'organisation était conforme à ce moment là et qu'elle n'a pas pu prévenir de l'accident. A vrai dire nous CPE avons même la responsabilité des élèves absents puisque nous devons avertir (pouvoir montrer que nous avons averti) la famille dans les meilleurs délais.
Pour la prise en charge par un adulte, il y a plusieurs solutions, d'abord le téléphone (dans les salles ou le mobile), l'élève qui va chercher un adulte, les surveillants "de couloir", on fait avec la logistique dont on dispose, mais mettre dehors, avec un autre élève, un enfant dont on vient justement d'établir qu'il est en crise et incapable de respecter les règles, sans avertir qui que ce soit, c'est engager sa responsabilité d'enseignant. Je déconseille systématiquement à mes collègues de le faire, sauf urgence vitale (dans le même ordre d'idée, quitter la classe sur le champs pour aller s'expliquer avec le chef est d'un infantilisme étonnant: d'une part en abandonnant les élèves dont on a la responsabilité, d'autre part en considérant que le chef n'a pas autre chose à faire à l'instant T que de prendre tes doléances, surtout pour une question qui peut attendre la fin de la demi journée. Et ce même en admettant que ce n'est pas malin et peut être contre productif de faire cette remarque pour l'aed.

@archeboc a écrit:Il n'y a pas une salle de permanence, disponible, comme son nom l'indique, en permanence ? Je ne vois pas ce qu'il y a d'exceptionnel à ce qu'elle serve à ce pour quoi elle a été prévue : accueillir, sous la responsabilité d'un adulte, les élèves qui ne peuvent pas être en cours.
La salle de permanence, chez moi, a vocation à faire bosser les élèves dans des conditions correctes. Le fait que machin soit infect avec tes élèves en cours ne lui donne pas le droit de pourrir ceux de la perm. Ne serait ce qu'en arrivant au beau milieu de l'heure. Je rappelle aussi que la salle de perm, elle, ne peut pas exclure aussi facilement que vous, et qu'il faut "gérer" l'élève dans ces conditions.
Du coup, j'essaie autant que possible d'isoler les exclus (et si possible les retenus), ça me consomme un adulte, qui n'est pas celui qui reste dans les couloirs ou au telephone au cas ou il y aurait une seconde exclusion. Dans ces moments là, s'il se passe vraiment quelque chose, on est sur le fil. Je respecte le choix d'exclure mais il faut se rendre compte que ce n'est pas anodin en terme de fonctionnement derrière, et que c'est la vie scolaire qui l'assume.

@Archeboc a écrit:Le texte en question, publié sur un site officiel, et vu le degré d'imprécision des autres textes, suffira à couvrir le personnel en cas de pépin, et aidera dans un premier temps à intimider la hiérarchie pusillanime.
Si ta hiérarchie est incompétente, peut être. ça ne couvre rien du tout, il faut arrêter de jouer les apprentis sorciers, il y a la loi, les circulaires, et éventuellement les déclinaisons réglementaires locales. Le reste, le jour ou tu verras ta responsabilité mise en cause, tu pourras t'assoir dessus.

Ce que dit The educator est vrai. IL reste le problème d'accueillir en cours des élèves qui n'en ont rien à f. On peut se renvoyer la balle longtemps sans rien régler... Cela dit par expérience, les problèmes sont mieux gérés lorsque l'administration est à la hauteur (même lorsqu'il y a des enseignants qui abusent...) c'est-à-dire lorsqu'elle fait tout pour maintenir l'autorité du professeur et non la démolir devant les élèves: les problèmes se règlent entre les adultes, jamais devant les élèves: on ne renvoie pas un élève que le prof exclut- éventuellement on parle au prof après s'il a abusé. Et en aparté. Pour le bien de tous. Si on joue avec le feu et les uns contre les autres, on arrive à la situation explosive de certains établissements.

Iphigénie
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exclusion de cours: rapport immédiat obligatoire ?

Message par mafalda16 le Lun 12 Déc 2016 - 8:04

Tout à fait d'accord avec Iphigénie. Et je crois que The educator ne dit pas le contraire sur ce point.

mafalda16
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exclusion de cours: rapport immédiat obligatoire ?

Message par Beniamino Massimo le Lun 12 Déc 2016 - 8:39

@mafalda16 a écrit:Tout à fait d'accord avec Iphigénie. Et je crois que The educator ne dit pas le contraire sur ce point.
Encore heureux qu'il ne dit pas le contraire...

@the educator a écrit:Et ce même en admettant que ce n'est pas malin et peut être contre productif de faire cette remarque pour l'aed
Ce n'est pas que ce n'est « pas malin », c'est que c'est le plus grave dans l'histoire. Que le motif d'exclusion soit valable ou que la procédure ait scrupuleusement été respectée sont des questions qu'on peut légitimement se poser après coup entre adultes ; agir comme cela devant les élèves est d'une bêtise sans nom. Ne pas laisser voir les failles, c'est le b.a.-ba des métiers de l'éducation.

D'accord sur le reste, évidemment.

_________________
Et de ce peu de jours si longtemps attendus,
Ah ! malheureux ! Combien j'en ai déjà perdus !

Beniamino Massimo
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exclusion de cours: rapport immédiat obligatoire ?

Message par the educator le Lun 12 Déc 2016 - 10:41

Spoiler:

Ne pas laisser voir les failles, c'est le b.a.-ba des métiers de l'éducation.
A titre strictement personnel, je n'en suis pas sur. Même si ici il ne fait aucun doute que la situation est contre productive, en refusant de laisser les enfants se positionner face aux failles, on crée des adultes qui ont beaucoup de mal a se comporter correctement quand le gendarme a le dos tourné.
l'école est un lieu de contrôle et de surveillance, je l'ai dit plus haut, et c'est une partie de mon travail, mais à titre personnel, je ne suis pas certain du tout que ce soit un modèle qui amène à la responsabilité.

the educator
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exclusion de cours: rapport immédiat obligatoire ?

Message par archeboc le Lun 12 Déc 2016 - 12:23

@mafalda16 a écrit:Tout à fait d'accord avec Iphigénie. Et je crois que The educator ne dit pas le contraire sur ce point.
The educator dit qu'il ne renvoie pas à un enseignant un élève exclu. Louons-le pour cela, même si ce n'est finalement que normal. Il défend par ailleurs son collègue qui refuse de prendre en charge l'élève qu'on lui envoie. C'est évidemment cela que je critique.

@the educator a écrit:Pour la prise en charge par un adulte, il y a plusieurs solutions, d'abord le téléphone (dans les salles ou le mobile),
Je n'ai jamais vu un téléphone dans une salle de classe de collège. L'EN ne fournit pas de mobile à ses agents de terrain, et en interdit l'usage dans les salles de classe.

@the educator a écrit:l'élève qui va chercher un adulte, les surveillants "de couloir", on fait avec la logistique dont on dispose,
Et le perturbateur reste encore cinq longues minutes dans la classe. Comment cramer encore cinq minutes de cours pour rien. Vous êtes décidément très prodigue de l'argent de nos impôts et de l'avenir des enfants qu'on vous confie.

@the educator a écrit:(dans le même ordre d'idée, quitter la classe sur le champs pour aller s'expliquer avec le chef est d'un infantilisme étonnant: d'une part en abandonnant les élèves dont on a la responsabilité,
Ils ne sont pas abandonnés, il y a un AED. Si le cours ne peut pas avoir lieu, il est indifférent que les élèves soient sous la responsabilité d'un AED ou d'un enseignant.


@the educator a écrit:d'autre part en considérant que le chef n'a pas autre chose à faire à l'instant T que de prendre tes doléances,
Il a quelque chose de plus urgent à faire que l'enseignant, qui doit faire cours à 30 élèves ? On m'aurait menti sur les missions des CDE ?

Que l'on discute, une fois que le rideau est tombé, de l'endroit où l'on met le curseur, et qu'à ce moment-là on fasse à tel ou tel des reproches, c'est normal. Mais au moment où le rideau se lève, où l'enseignant est face aux élèves, tout doit tourner autour de cela. C'est la mission de l'école. Un ADE qui débarque avec un élève exclu, c'est comme un machiniste qui débarquerait sur scène pendant le spectacle pour reprocher à un acteur de ne pas avoir éteint la lumière dans sa loge.


Il n'y a pas une salle de permanence, disponible, comme son nom l'indique, en permanence ? Je ne vois pas ce qu'il y a d'exceptionnel à ce qu'elle serve à ce pour quoi elle a été prévue : accueillir, sous la responsabilité d'un adulte, les élèves qui ne peuvent pas être en cours.
La salle de permanence, chez moi, a vocation à faire bosser les élèves dans des conditions correctes. Le fait que machin soit infect avec tes élèves en cours ne lui donne pas le droit de pourrir ceux de la perm.
Le travail en cours est plus important que celui en perm. Pour commencer par le détail le plus trivial, il coûte plus cher à l'Etat, et de beaucoup. Donc, si si, le fait que machin perturbe un cours justifie qu'il aille perturber en permanence, et je ne comprends même pas qu'il y ait besoin de le dire.


Du coup, j'essaie autant que possible d'isoler les exclus (et si possible les retenus), ça me consomme un adulte, qui n'est pas celui qui reste dans les couloirs ou au telephone au cas ou il y aurait une seconde exclusion. Dans ces moments là, s'il se passe vraiment quelque chose, on est sur le fil. Je respecte le choix d'exclure mais il faut se rendre compte que ce n'est pas anodin en terme de fonctionnement derrière, et que c'est la vie scolaire qui l'assume.
Il faut en être conscient, mais cela fait partie de sa mission.


@the educator a écrit:
@Archeboc a écrit:Le texte en question, publié sur un site officiel, et vu le degré d'imprécision des autres textes, suffira à couvrir le personnel en cas de pépin, et aidera dans un premier temps à intimider la hiérarchie pusillanime.
Si ta hiérarchie est incompétente, peut être. ça ne couvre rien du tout, il faut arrêter de jouer les apprentis sorciers, il y a la loi, les circulaires, et éventuellement les déclinaisons réglementaires locales. Le reste, le jour ou tu verras ta responsabilité mise en cause, tu pourras t'assoir dessus.
je crois que c'est bien ce que j'ai dit : 1- je prends un risque, et 2- avant d'avoir à prendre ce risque, je peux faire reculer ma hiérarchie.

_________________
« Champagne, au sortir d'un long dîner qui lui enfle l'estomac, et dans les douces fumées d'un vin d'Avenay ou de Sillery, signe un ordre qu'on lui présente, qui ôterait le pain à toute une province si l'on n'y remédiait. Il est excusable : quel moyen de comprendre, dans la première heure de la digestion, qu'on puisse quelque part mourir de faim ? » ---- La Bruyère

archeboc
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Exclusion de cours: rapport immédiat obligatoire ?

Message par the educator le Lun 12 Déc 2016 - 13:56

@Archeboc a écrit:Il faut en être conscient, mais cela fait partie de sa mission.
Eh bien en fait, non, justement, et c'est là que le bât blesse. On n'est pas dans les missions statutaires, et la prise en charge est organisée (comme pour les retenues), localement. D'ailleurs le régime des punitions est strictement règlementaire, pas légal (contrairement aux sanctions).

Pour le reste je ne prends même pas la peine de répondre, il me semble avoir détaillé à la fois le cadre juridique et la réalité de la pratique.

the educator
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum