Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Page 1 sur 10 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Docteur OX le Sam 17 Déc 2016 - 21:49

http://www.marianne.net/ces-profs-qui-ont-choisi-descolariser-leurs-enfants-100248706.html

Chaque année, de plus en plus de parents décident de sortir leurs enfants de l'école et de se charger eux-mêmes de leur instruction. Parmi eux, beaucoup d'enseignants, rebutés par ce qu'ils ont vu de l'Education nationale. Et déterminés à expérimenter d'autres méthodes pédagogiques.

J'ai subi du harcèlement scolaire, des moqueries. J'ai été témoin de violences ordinaires et d'humiliations auxquelles je ne voulais pas exposer mes enfants.»

«Les élèves étaient très nombreux, se souvient-elle. Il y avait le fait d'être enfermée dans une salle, de passer le plus clair de mon temps à faire de la discipline... Et puis, surtout, de voir à quel point ils s'en foutaient.»

avatar
Docteur OX
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par AsarteLilith le Sam 17 Déc 2016 - 22:50

Intéressant, merci.

_________________
Chuis comme les plantes sans eau : sans grec ni latin, j'me dessèche.

ON DIT CHOCOLATINE, PHILISTINS !
avatar
AsarteLilith
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Hirondelle78 le Sam 17 Déc 2016 - 23:17

Bonjour,
Merci pour cet article. Après l'avoir lu, j'ai l'impression qu'il donne quand même une vision assez biaisée de la situation.
En effet, il n'est ici question que des enseignants qui descolarisent leurs enfants pour supprimer tout programme, toute évaluation et, d'une certaine manière, tout cadre un tant soit peu académique.
Or, nous n'avons pas tous, loin s'en faut, la même démarche. Je m'explique (ou, pour être honnête, je tente de me justifier).

On peut aussi se résoudre à ne pas (ou à ne plus) scolariser ses enfants parce que l'on estime, à tort ou à raison (mais de bonne foi), que l'institution scolaire ne fournit plus assez de cadres, de programmes, d'évaluations et de connaissances académiques.
Au primaire, par exemple, quand on voit que des enfants de CE1 sont dans le peloton de tête en déchiffrant péniblement un texte simple et en butant sur des additions, on peut se poser des questions.
La réforme du collège n'inspire guère confiance.
Quant au supérieur, vu le niveau catastrophique, on sait qu'une réforme du lycée a dû passer par là.

Bref, on peut être confronté, pour simplifier, à l'alternative suivante. Soit Choupinette ne va pas en classe, maman/papa/mamie/papi/un répétiteur va faire la classe (éventuellement avec l'appui d'un enseignement à distance de bon niveau) ; soit Choupinette va en classe toute la journée, n'acquiert pas le tiers du quart de ce que nous y apprenions, et acquiert lesdites connaissances le soir, le week-end et pendant les vacances.

L'avantage de la seconde solution est de socialiser l'enfant et de l'amener à s'intégrer dans le groupe classe. On peut aussi se dire qu'il est dans le système et donc que l'entrée en prépa, par exemple, sera plus simple que pour un candidat issu d'une IEF. Pendant quelques temps, il est gérable de faire acquérir les connaissances en dehors du temps scolaire, sans trop surmener Choupinette.

La première branche de l'alternative semble, de prime abord, faire peu de cas de la socialisation. Reste que l'on peut se demander si le rôle de l'école est de socialiser. À force d'assigner un nombre toujours croissant de missions à l'école, on en vient à la détourner de son vrai rôle - transmettre des connaissances.
Actuellement, si l'on veut monter un peu la barre avec un enfant qui suit bien et qui est en demande, on ne coupe pas à une sortie du système. À un moment ou à un autre, l'enfant ne pourra plus cumuler la journée en classe et les heures de travail prévues en famille pour éviter un dévissage.

À titre personnel, j'ai fait ce choix. Mes filles devraient être en MS. Nous faisons deux à trois dictées de texte par semaine, une heure de calcul par jour, une heure de lecture/grammaire par jour. Je vais bientôt introduire l'histoire et la géographie. Ai-je raison ou tort ? Je n'en sais rien. Ce que je sais, en revanche, c'est qu'elles ne se font pas prier pour prendre leur Manuel de Maths (Singapour, l'ancienne édition), et que je les entends s'exclamer "Faire du calcul, c'est trop chouette !", et c'est pareil en français.

Ce qui me fait mal, c'est qu'elles auraient peut-être pu être épanouies avec vous, profs de 1e et 2e degré, s'il n'y avait pas eu tant de réformes démagogiques.

Hirondelle78
Niveau 7


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Elaïna le Dim 18 Déc 2016 - 0:08

@Hirondelle78 a écrit:
À titre personnel, j'ai fait ce choix. Mes filles devraient être en MS. Nous faisons deux à trois dictées de texte par semaine, une heure de calcul par jour, une heure de lecture/grammaire par jour. Je vais bientôt introduire l'histoire et la géographie. Ai-je raison ou tort ? Je n'en sais rien. Ce que je sais, en revanche, c'est qu'elles ne se font pas prier pour prendre leur Manuel de Maths (Singapour, l'ancienne édition), et que je les entends s'exclamer "Faire du calcul, c'est trop chouette !", et c'est pareil en français.

Ce qui me fait mal, c'est qu'elles auraient peut-être pu être épanouies avec vous, profs de 1e et 2e degré, s'il n'y avait pas eu tant de réformes démagogiques.

en MS ? elles savent déjà lire, écrire, comprendre la grammaire ??????? abb abb Shocked Shocked Shocked Shocked
avatar
Elaïna
Monarque


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par gregwb le Dim 18 Déc 2016 - 8:25

J'ai donné pas mal de cours particuliers dans ma vie et je continue encore un peu et souvent j'ai eu en face de moi des élèves déscolarisés,souvent quand ils veulent passer le bac. Je dirais qu'ils doivent être une vingtaine, peut-être trente.

Les parents vous disent que c'est formidable, que leur enfant est épanoui, qu'il est un génie en piano ou peinture, qu'il connait tout sur la seconde guerre mondiale, qu'à 12 ans il lisait Kant, qu'il n'est pas coupé socialement des autres car il sort avec ses amis, il va au club d'échecs, au conservatoire, au cinéma. En plus, il a de la chance, il évite ces classes surchargés pleine de cas sociaux, avec des profs volontaires mais débordés soumis à une hiérarchie incompétente, écrasés par des programmes stupides, bordélisés par des voyous. (aucune exagération, que des phrases déjà entendues)
Et moi, naïvement, très souvent, je les crois, je suis admiratif de cet élève et je me pose la question pour mes enfants. Serait ce meilleur pour eux?

Et puis le temps passe, les cours se suivent et non, je ne veux pas que mes enfants deviennent comme lui.

En général, oui, c'est une personne brillante mais très souvent prétentieux vis à vis de son savoir. Tout connaitre sur la 2e guerre mondiale signifie avoir vu tous les documentaires de la série Apocalypse, avoir parlé 3 fois avec son grand oncle qui "a bouffé du boche en 40" et avoir lu 2-3 livres d'un journaliste qui voulait se faire un petit bonus financier. C'est bien, mieux que beaucoup de son âge, mais ce n'est pas tout. Pourtant il est persuadé que c'est tout. Et finalement tu pries pour qu'au bac il ne tombe pas sur quelque chose en rapport avec la seconde guerre mondiale. En revanche, il y a des sujets sur lesquels, il ne connait rien, mais absolument rien.

Il a des copains, oui. Mais la plupart sont des nuls qui ne connaissent rien. Il le sait, il est meilleur qu'eux car il est différent, il a su lire à 2 ans, il connait Kant depuis longtemps.

Il n'est pas capable d'affronter une situation d'échec sur le plan scolaire (voire certains sur le plan personnel). L'école, le collège, le lycée, c'est dur on se prend des coups, on apprend à les encaisser. Alors oui, il aurait pu apprendre à les encaisser dans son club, son école de musique etc.. sauf que ce ne sont pas des lieux de mixité sociale aussi important que l'école. Et de toute façon c'est comme pour l'école, quand ça devient trop dur, on arrête et on fait à la maison. J'espère pour lui qu'il ne connaîtra jamais d'échec professionnel.

Il n'est pas toujours très tolérant vis à vis des "cassos" (cas sociaux), ceux qui ont pourri l'école où il n'a pas pu aller, ceux qui sont de tels monstres qu'ils ont détruit tout envie à ses parents l'idée de les lui faire rencontrer. D'ailleurs si maman a sacrifié sa carrière pour qu'il puisse étudier à la maison, c'est que ça devait vraiment être des gens affreux... oui, c'est toujours maman qui doit rester à la maison.

Mais il est sympa, il peut avoir des sujets de discussion très intéressants, en plus il ne parle pas des mêmes choses que les gens de son âge. Et puis quelques uns ne sont pas comme ça et sont vraiment bien.

Ce n'est qu'une vision très partielle, liée à quelques rencontres que j'ai pu faire.

A chaque fois les intentions des parents sont bonnes, mais on est en plein dans des problématiques actuelles : protection à outrance de nos enfants (risque zéro pour eux), bienveillance extrême (pas de note, pas de conflits)

A cela j'ajouterai une réflexion plus globale. Ce sont en général de bons gamins qui feraient de très bon élèves en classe. En avoir un ou deux comme ça de plus par classe pourrait changer grandement le climat scolaire. Mais personne n'est prêt à entendre l'argument suivant : "Laisse ton enfant dans cette classe difficile, ça sera bénéfique pour les autres" (d'autant que scolairement ça ne changera rien et que les bénéfices humains pour lui ne seront pas visibles tout de suite). Mais je me fais la même réflexion quand je croise des élèves qui galèrent dans le lycée ou le collège privé élitiste de la région.

Je vais me prendre plein d'attaques de parents qui déscolarisent et qui vont me dire que leur enfant est ouvert d'esprit, épanoui, tolérant, qu'il a des amis etc...

gregwb
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par roxanne le Dim 18 Déc 2016 - 8:33

@Elaïna a écrit:
@Hirondelle78 a écrit:
À titre personnel, j'ai fait ce choix. Mes filles devraient être en MS. Nous faisons deux à trois dictées de texte par semaine, une heure de calcul par jour, une heure de lecture/grammaire par jour. Je vais bientôt introduire l'histoire et la géographie. Ai-je raison ou tort ? Je n'en sais rien. Ce que je sais, en revanche, c'est qu'elles ne se font pas prier pour prendre leur Manuel de Maths (Singapour, l'ancienne édition), et que je les entends s'exclamer "Faire du calcul, c'est trop chouette !", et c'est pareil en français.

Ce qui me fait mal, c'est qu'elles auraient peut-être pu être épanouies avec vous, profs de 1e et 2e degré, s'il n'y avait pas eu tant de réformes démagogiques.

en MS ? elles savent déjà lire, écrire, comprendre la grammaire ??????? abb abb Shocked Shocked Shocked Shocked
Quand je pense que moi je suis contente parce qu'il sait écrire son prénom!!! Very Happy
Bon, sérieusement, à quelle époque as-tu vu qu'en MS on faisait des dictées, du calcul et de la lecture et de la grammaire?? Il ne faudrait pas idéaliser un bon vieux temps qui n'a jamais existé non plus.
Et je reste toujours un peu dubitative sur ces enfants qui sont tellement demandeurs et ravis de travailler avec leurs parents quand je vois chez moi déjà et autour de moi comme c'est souvent difficile de faire travailler ses propres enfants.
avatar
roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Waterlily le Dim 18 Déc 2016 - 8:41

Après avoir lu l'article, certaines choses m'ont choquée même si j'essaie d'avoir l'esprit ouvert: les parents font "La classe" jusqu'à un âge assez avancé. Je veux bien pour des maternelles, mais des ados??? Ces gens là ont quand même la prétention de remplacer à la fois des profs de lettres, de maths....
Ensuite, notre système a ses défauts, certes, mais laisser les enfants évoluer uniquement à leur rythme ne me paraît pas être forcément une bonne préparation à l'âge adulte et ses contraintes ( comment feront ils quand ils auront un patron?). Une mère parle de son enfant qui n'a pas su lire avant 12 ans parce que ce n'était pas ce qui l'intéressait alors.... moi ça me fait dresser les cheveux sur la tête (peut être mon côté psychorigide, j'admets).
Enfin je trouve insupportable qu'on ne cesse de remettre en cause sans arrêt des progrès sociaux qui n'étaient même pas envisageables il y a quelques siècles. L'école n'est pas parfaite, alors on crache dessus (et La fuite dans le privé et la déscolarisation contribuent d'autant plus à couler l'école publique ). Certains pays adoreraient avoir ce que l'on a, arrêtons de dénigrer et cessons nos caprices d'enfants gâtés !
avatar
Waterlily
Niveau 5


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par skindiver le Dim 18 Déc 2016 - 9:03

Gregwb résume pas mal mon point de vue.

L'école, le collège et le lycée ne sont pas uniquement fait pour apprendre des connaissances.
On apprend des autres, on fait des rencontres, on se plante, on se relève, on expérimente, on se remet en question.
Et surtout on quitte son univers familial trop protecteur, on prend son indépendance, et on ne grille pas d'étapes.
Faire des dictées à un enfant de moyenne section je ne vois pas l’intérêt si ce n'est pour son propre égo de se dire que l'on a un enfant intellectuellement supérieur à la moyenne.

Le jour où cet enfant ira en prépa, à la fac ou autre va se retrouver complètement déconnecté des autres et je ne pense pas que ce soit bénéfique à long terme.

Ce point de vue n'est que le miens et est peut être inexact, mais je ne comprends vraiment pas la déscolarisation d'un enfant "normal" (même si je n'aime pas cette expression).
avatar
skindiver
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par roxanne le Dim 18 Déc 2016 - 9:07

Concernant la maternelle, je trouve que c'est une école qui fonctionne bien. Il y a de vrais apprentissages, mais en douceur, la rencontre avec les premiers copains, les règles de communauté. Mon fils y va en courant tous les jours et ce serait raiment dommage de le priver de ça.
avatar
roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Adso le Dim 18 Déc 2016 - 9:21

La mienne qui était normale, plutôt curieuse et gentille s'est fait frapper et harceler au primaire ce qui lui laisse jusqu'à aujourd'hui un goût amer de l'école...Et nous qui faisions confiance à un système scolaire si différent de celui que nous avons connu, nous culpabilisons tout de même un peu de lui avoir gâché la vie, si petite.
avatar
Adso
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par roxanne le Dim 18 Déc 2016 - 9:38

C'est un autre problème, réel d'ailleurs qui peut amener des parents à enlever leurs enfants de l'école même s'il y a des solutions, certaines écoles privées mieux tenues a priori. Mais c'est une démarche différente que celle-qui peut se comprendre aussi même si ça m'échappe un peu- qui consiste à ne pas mettre son enfant à l'école car le niveau est trop bas et d'enchaîner les dictées et les cours de grammaire à 4 ans..
avatar
roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Malaga le Dim 18 Déc 2016 - 9:41

@roxanne a écrit:Concernant la maternelle, je trouve que c'est une école qui fonctionne bien. Il y a de vrais apprentissages, mais en douceur, la rencontre avec les premiers copains, les règles de communauté. Mon fils y va en courant tous les jours et ce serait raiment dommage de le priver de ça.

Absolument d'accord. Mes deux enfants sont en maternelle, en petite section et en grande section. Ils apprennent des tas de choses, ils évoluent à une vitesse grand V et c'est grâce à leurs maîtres et maîtresses qui sont de vraies professionnels.
Ils rencontrent aussi d'autres enfants, et ils ne les auraient probablement jamais rencontré hors du cadre scolaire, soyons honnêtes.
Certes, ils ne savent ni lire ni écrire (même si mon grand commence doucement à déchiffrer les sons simples) mais ce n'est absolument pas l'essentiel à mes yeux.

_________________
     

J'utilise des satellites coûtant plusieurs millions de dollars pour chercher des boîtes Tupperware dans la forêt ; et toi, c'est quoi ton hobby ?
avatar
Malaga
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par the educator le Dim 18 Déc 2016 - 11:50

@skindiver a écrit:L'école, le collège et le lycée ne sont pas uniquement fait pour apprendre des connaissances.
On apprend des autres, on fait des rencontres, on se plante, on se relève, on expérimente, on se remet en question.
Je suis d'accord avec toi, mais cela soulève deux problèmes:
D'abord l'école est elle pensée pour être un lieu de socialisation/experience de l'autre, ou est ce un effet de bord?
Ensuite comment est on arrivé à un stade ou le seul lieu de socialisation/experience de l'autre des enfants (des adultes à venir) est l'école?

the educator
Fidèle du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Verdurette le Dim 18 Déc 2016 - 12:16

Je n'ai pas d'opinion bien tranchée sur le fait de scolariser ou non ses enfants, je n'ai pas vu le documentaire "être et devenir" mais j'ai écouté des interviews relatives à ce film, j'ai écouté aussi le gourou de l'Ecole Dynamique (démocratique et responable) Ramin Farhangi.*..  et là je pense qu'on arrive à du grand n'importe quoi , en tout cas c'est parfaitement inapplicable à grande échelle; tous les parents qui ont fait ce choix ont un bagage intellectuel variable, mais ils en ont un, ils ont aussi la possibilité matérielle de cesser de travailler, ils disent faire l'impasse sur certaines choses, je l'entends et je respecte les priorités qu'ils se choisissent, mais ils ne font pas l'impasse sur le minimum vital. Je ne vois pas comment certaines mamans seules qui partent à six heures chaque matin, en transports, vers des travaux ingrats, cesseront pour faire l'école à la maison.

Quant à l'école où l'enfant apprend tout seul, sans horaires, sans programme, c'est du pur délire rousseauiste. que ça marche par ci par là, pourquoi pas, mais la vie sociale sans contrainte n'existe pas, et c'est parfaitement inapplicable dans l'école de la république, cette école de la souffrance et de la soumission (je cite une des mères interviewées).

* Et puis, l'école démocratique à 5000 euros l'année, à Paris,  ça me fait doucement rigoler ...
Enfin non, d'ailleurs, ça ne me fait pas rigoler, du tout, pour moi c'est même une insulte à tous ceux qui souffrent à l'école et ne peuvent pas imaginer une seconde qu'il y ait une alternative.

Verdurette
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par roxanne le Dim 18 Déc 2016 - 13:13

Enfin, j'ai quand même l'impression qu'il y a un côté "apprenti sorcier" avec ses enfants parce qu'entre celui de 4 ans qui enchaine dictées, grammaire et maths (motricité fine? jeux de ballons? comptines? histoires? on ne sait pas) et celui de 12 ans qui ne sait pas lire, il y a un gouffre. Je ne sais même pas lequel me semble pire d'ailleurs. Mais, bon, je sais, ils sont "épanouis".
avatar
roxanne
Enchanteur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Verdurette le Dim 18 Déc 2016 - 13:31

Les trois dictées de texte à 4 ans, mais de qui se moque t-on ?
Au mieux c'est du bourrage de crâne, au pire du vol d'enfance;
Et quel intérêt ?

Verdurette
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par kiwi le Dim 18 Déc 2016 - 13:34

Y'a que moi que ça choque des parents profs qui s'extasient sur moncherimoncoeur qui sait lire à l'âge de 12ans? Suspect
avatar
kiwi
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Olympias le Dim 18 Déc 2016 - 13:37

@kiwi a écrit:Y'a que moi que ça choque des parents profs qui s'extasient sur moncherimoncoeur qui sait lire à l'âge de 12ans? Suspect
Euh...non !
avatar
Olympias
Devin


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Ancolie le Dim 18 Déc 2016 - 13:40

@Verdurette a écrit:Les trois dictées de texte à 4 ans, mais de qui se moque t-on ?
Au mieux c'est du bourrage de crâne, au pire du vol d'enfance;
Et quel intérêt ?

Vu le temps de travail par jour (2h si j'ai bien saisi) et même avec les trois dictées de texte par semaine (de quel texte s'agit-il?), l'enfance volée ce n'est pas plutôt les 8 heures par jour passées à l'école humhum
avatar
Ancolie
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Ponocrates le Dim 18 Déc 2016 - 13:54

@Verdurette a écrit:Les trois dictées de texte à 4 ans, mais de qui se moque t-on ?
Au mieux c'est du bourrage de crâne, au pire du vol d'enfance;
Et quel intérêt ?
Si l'enfant sait lire à 3 ans ?
Soyons clairs: je considère que globalement l'école apporte énormément, tant que les conditions nécessaires sont remplies - pas de caïd qui tabasse, pas de collègue insuffisamment formé (e) en langue ou en mathématiques- pour les enfants dont le profil n'a rien de particulier - ni en avance, ni en retard et surtout avec un développement homogène dans tous les domaines - affectif, moteur, intellectuel. Quand on a un enfant pour lequel il existe un décalage trop important et/ou que l'école du coin de la rue ne garantit pas les conditions nécessaires, je comprends parfaitement que l'on choisisse une autre voie.
Et pour les moralistes qui voudraient que l'on mette son enfant dans une classe parce que soi-disant il en relèverait le niveau, j'ai vu trop de bons élèves sacrifiés dans des classes où l'on passait trop de temps à devoir faire de la discipline, dans des établissements où la direction refusait d'épauler les enseignants et de protéger les faibles, pour savoir que c'est illusoire. Ce n'est pas l'absence de bons élèves qui torpille l'école: c'est le refus de l'institution de faire des enfants qui lui sont confiés des élèves tout court. J'estime avoir fait mon devoir pour la nation en travaillant en ZEP, REP+ et compagnie pour le salaire et la considération que vous connaissez, je m'y suis suffisamment investie. Mais demander en plus aux enseignants de rejouer à Abraham et Isaac sur la montagne, non merci. Je ne sais que trop qu'aucun agneau de passage ne sauvera nos enfants.


_________________
"If you think education is too expensive, try ignorance ! "
"As-tu donc oublié que ton libérateur,
C'est le livre ? Le livre est là sur la hauteur;
Il luit; parce qu'il brille et qu'il les illumine,
Il détruit l'échafaud, la guerre, la famine
Il parle, plus d'esclave et plus de paria"
avatar
Ponocrates
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Rabelais le Dim 18 Déc 2016 - 14:02

Voyez-vous, cela fait déjà des années que je m'interroge sur cette solution.
Mes enfants ne veulent pas, ils préfèrent aller à l'école.
Mais , très personnellement, quand je vois le temps perdu au collège,dans le ludique, le projet, au détriment des savoirs de base, l'absence totale de règles de vie sociale et souvent d'éducation la plus basique ( bonjour, bonsoir, on ne coupe pas la parole aux autres : niveau GS), je ne sais plus si les " socialiser" là a du sens.
Si vous ajoutez le harcèlement, les bagarres, les insultes fréquentes , je n'ai plus envie qu'ils mettent un pied au collège.

Mais c'est l'état du monde, et ne pas les y confronter, ne pas leur permettre d'apprendre les règles maintenant, risque de gêner leur intégration future dans ce monde.
Il faudra bien pourtant qu'ils travaillent, et ce qui se passe au collège n'est ni plus ni moins qu'un mini-monde.
Alors ils restent scolarisés...et j'essaie d'éviter les dégâts...jusqu'à quand, je ne sais pas.

_________________
Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est c., on est c.
avatar
Rabelais
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Carabas le Dim 18 Déc 2016 - 14:11

Les quelques élèves déscolarisés que j'ai pu avoir en cours particuliers étaient très clairement à la ramasse.
Une exception : un gamin qui faisait le tour du monde en bateau avec ses parents. Il entrait pour la 1ere fois dans un établissement scolaire en 4e. Il était excellent. Il avait suivi le CNED toute sa scolarité, et avait une culture très large qu'il devait à ses voyages.
Les autres, par contre, étaient faibles scolairement et presque asociaux. Étaient-ils ainsi parce qu'ils avaient quitté l'école, où n'étaient-ils pas adaptés à l'école, ce qui a favorisé la déscolarisation, je n'en sais rien. Dans les cas que je connais, les parents étaient spéciaux et, je pense sans vouloir faire de psy à 2 balles, qu'ils étaient en partie responsables du mal-être de leur enfant... Cela dit, ces parents n'étaient pas profs.

_________________
Les chances uniques sur un million se réalisent neuf fois sur dix.

Terry Pratchett

Rejeter le socialisme parce que tant de socialistes sont des gens lamentables équivaut à refuser de prendre le train sous prétexte que le contrôleur a une tête qui ne vous revient pas.

George Orwell
avatar
Carabas
Vénérable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Bouboule le Dim 18 Déc 2016 - 14:18

Quelques remarques à la volée :
- l'article ne fait pas envie (et je suis plutôt compréhensif sur la déscolarisation qui peut correspondre aux situations individuelles)
- ne tombez pas sur l'intervention d'hirondelle78 avant qu'elle ne précise certains points
- je suis estomaqué par la qualité de ce qui est fait (localement au moins) à la maternelle, qu'il s'agisse de la maîtresse qui fait beaucoup d'écrit, lettres, chiffres, ou de la maîtresse qui met l'accent sur le comportemental en groupe (de ma petite enfance, je croyais naïvement que je ne faisais que jouer)

et du coup une question qui vient de discussions récentes :
- à quel moment cela part-il en vrille quand je vois autant de témoignages qui montrent qu'assez naturellement les enfants déchiffrent et comptent correctement à la fin de la GS ?

Bouboule
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Ponocrates le Dim 18 Déc 2016 - 14:24

@Rabelais a écrit:
Mais c'est l'état du monde, et ne pas les y confronter, ne pas leur permettre d'apprendre les règles maintenant, risque  de gêner leur intégration future dans ce monde.
Il faudra bien pourtant qu'ils travaillent, et ce qui se passe au collège n'est ni plus ni moins qu'un mini-monde.
1) Il n'y a pas et il n'y aura pas davantage de "travail" pour tout le monde: ceux qui posent le plus de problème dans les établissements scolaires n'en verront probablement jamais la couleur.
2) Le monde du travail comporte de la violence et des tensions - nous sommes bien placés pour le savoir- pour autant je ne considère pas qu'un collège violent y prépare.
3) En tant qu'enseignante je connais les ravages de la surcharge cognitive: demander à un enfant/ado de gérer sa propre maturation - corps et esprit qui changent-, l'apprentissage de nouvelles connaissances et l'assimilation de méthodes de travail et ajouter à cela le développement de techniques de survie en milieu hostile, cela me parait trop.
Là encore, je ne parle que pour les établissements violents et les profils d'enfant non atypiques.
Sinon je plussoie sur les ravages que peut faire le manque de réel travail scolaire durant le temps qui lui est officiellement imparti: ce n'est pas que l'on ne forme plus alors les élèves, on les déforme et on les rend impropres à l'effort et à l'exigence.
Ceci étant chacun fait ce qu'il peut, en fonction de ce qu'il est, de ce qu'est son histoire ou sa famille, et je ne donnerai de leçons d'éducation ni à ceux qui scolarisent leurs enfants dans le public, ni à ceux qui le font dans le privé ou chez eux. Mais nos choix nous engagent et ne doivent pas être le fruit de l'intimidation des chantres moraux qui veulent nous faire culpabiliser et agissent toujours au mieux de leurs intérêts à eux.

_________________
"If you think education is too expensive, try ignorance ! "
"As-tu donc oublié que ton libérateur,
C'est le livre ? Le livre est là sur la hauteur;
Il luit; parce qu'il brille et qu'il les illumine,
Il détruit l'échafaud, la guerre, la famine
Il parle, plus d'esclave et plus de paria"
avatar
Ponocrates
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ces profs qui ont choisi de déscolariser leurs enfants

Message par Dimka le Dim 18 Déc 2016 - 14:36

Salut,
Je ne vois pas ce que les exemples personnels apportent, si ce n’est d’arriver à la conclusion que certains s’en sortent (grâce) à l’école, certains ne s’en sortent pas dans le cadre scolaire, certains s’en sortent en dehors de l’école, et d’autres non. Wahou, quelle conclusion…

Du coup, on ne sait même pas si ceux qui sont en échec s’en seraient mieux sortis s’ils avaient suivi l’autre voie. Quant aux généralisations… Rolling Eyes Moi, j’ai connu des gens qui avaient été scolarisés à l’école, franchement, niveau scolaire pas terrible, et super arrogants, super puérils, toujours en train de bavasser pour ne rien dire, et surtout, pas du tout socialisés, pas du tout capables de s’intégrer dans un groupe intergénérationnel. Clair que les gens scolarisés, ce sont des prétentieux imbuvables. Puis j’ai fait du soutien scolaire pour ces gens-là, franchement, ça ne donne pas envie d’avoir des gamins comme ça.

Par ailleurs, je ne comprends pas cette hargne à l’égard de la différence, et cette volonté de juger : genre, c’est pas grave, si dans une société, tout le monde n’a pas été forgé dans le même moule, et on n’est pas obligé de considérer d’emblée que tout témoignage de différence est une volonté de frime. Donc ouais, y a des gamins qui vont à l’école, d’autres qui n’y vont pas, c’est pas la peine de cracher sur les alternatives à son propre choix pour faire valoir ce dernier. Puis si une solution n’est pas accessible à tout le monde pour des raisons intellectuelles ou économiques…ben, c’est pas grave, tant qu’il existe des solutions pour tous. L’égalité ce n’est pas l’uniformité.

Puis s’il y a quelqu’un de bien placé pour juger le choix des parents, c’est l’enfant devenu adulte, pas les commères qui généralisent à partir de deux exemples et qui considèrent que de toute façon faire différemment de ce qu’ils font, eux, c’est prétentieux et mal.

Pour la socialisation… je ne vois pas ce que l’école apprend : dans la vraie vie, on ne passe jamais sa vie avec trente-cinq gus de son âge, dans une salle, à écouter un cours. L’école n’apprend qu’un type de socialisation, c’est la socialisation nécessaire à l’école, donc je suppose qu’on peut parfaitement s’en passer, à moins de vouloir choisir lycéen, comme métier.

Dernier truc : « comment feront-ils quand ils auront un patron ? ». C’est sympa d’admettre que le rôle de l’école est d’apprendre la discipline et la soumission dans le but de faire des individus au service de l’entreprise et du patronat. Neutral

(puis franchement… Comme si l’école actuelle avait un franc succès sur cet objectif… )

_________________
pingouin ← Ceci est un manchot (penguin en anglais), pas un pingouin. Les pingouins volent, sont présents en Bretagne et mangent donc du Kouign Aman. Les manchots ne volent pas, utilisent Linux et vivent dans l’hémisphère sud.

Contrairement à la chouette, le hibou a la classe, des aigrettes sur la tête et un x au pluriel.

J’aime les petits cœurs mignons et palpitants !
Big tiger is watching you!
avatar
Dimka
Doyen


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 10 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum