Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
XIII
Fidèle du forum

Re: [le point] Chroniques d'une surveillante de collège #12 : la claque

par XIII le Ven 23 Déc 2016 - 15:31
Encore des arguments pour scolariser ses mômes dans le privé...Continuons avec la bienveillance envers de futurs délinquants!



Chamil
Niveau 9

Re: [le point] Chroniques d'une surveillante de collège #12 : la claque

par Chamil le Sam 24 Déc 2016 - 16:58
@KrilinXV3 a écrit:

Un vrai souci dans l'EN: le recours à un personnel non-qualifié. La disparition du statut MI-SE a fait beaucoup de mal, il est temps de s'en rendre compte.
]

La qualification joue-t-elle sur les violences scolaires? Jamais les personnels éducatifs n'ont été globalement aussi diplômés et dans le second degré ils sont bien plus formés qu'il y a trente ans dans les CPR.

Le pourrissement d'une partie des établissements secondaires (10% d'établissements concentre la moitié des violences recensées par l'enquête annuelle SIVIS) est une réalité statistique, et peut-on dire, vécue.
avatar
KrilinXV3
Neoprof expérimenté

Re: [le point] Chroniques d'une surveillante de collège #12 : la claque

par KrilinXV3 le Sam 24 Déc 2016 - 18:46
@Chamil a écrit:
@KrilinXV3 a écrit:

Un vrai souci dans l'EN: le recours à un personnel non-qualifié. La disparition du statut MI-SE a fait beaucoup de mal, il est temps de s'en rendre compte.
]

La qualification joue-t-elle sur les violences scolaires? Jamais les personnels éducatifs n'ont été globalement aussi diplômés et dans le second degré ils sont bien plus formés qu'il y a trente ans dans les CPR.

Le pourrissement d'une partie des établissements secondaires (10% d'établissements concentre la moitié des violences recensées par l'enquête annuelle SIVIS) est une réalité statistique, et peut-on dire, vécue.

Le problème va au-delà de la question des violences scolaires, de toute façon.

Du temps du statut MI-SE, les AE étaient obligatoirement des étudiants, il me semble. Et souvent des étudiants qui se destinaient à l'enseignement. Et les salles de permanence, potentiellement des lieux de travail et d'accompagnement.
Aujourd'hui, nos collègues témoignent de l'existence de plus en plus fréquente de permanences récréatives. Mes élèves, eux, n'ont jamais connu que ça (avec un léger mieux depuis quelques mois).

"Qualifié" ne veut pas forcément dire diplômé (les collègues issus de la mastérisation sont pour l'instant loin d'avoir révolutionné le métier, je vous l'accorde).

Cela peut vouloir dire aussi que la personne est prête à assumer la responsabilité, et l'éthique professionnelle qui vont avec le statut. Cela veut aussi dire qu'on n'est pas obligé d'engager des gens qui viennent travailler dans l'EN parce que la grande surface d'à côté n'embauche plus et que celle du patelin voisin est jugée trop éloignée.

Pour ce qui est des enseignants, je pense que si l'éducation est nationale, c'est pour garantir le service dans les zones marginales. Un grand lycée de centre-ville n'aura aucun mal à recruter des contractuels de qualité, comme il en existe beaucoup. Dans mon établissement (au hasard), c'est plus délicat. Beaucoup refusent (et ils ont bien le droit, peut-être le seul qui leur reste). Quelques débutants (il faut bien débuter) acceptent. Certains s'en sortent très bien. La majorité d'entre eux, pas vraiment. Et une bonne partie d'entre eux s'en vont. Parfois au bout d'une seule heure de cours. C'est arrivée au moins une fois par an depuis 8 ans.

Avec le contexte (proche de celui décrit dans l'article), voilà le sens de mon intervention initiale.

_________________
Asinus asinum fricat
Saska
Niveau 9

Re: [le point] Chroniques d'une surveillante de collège #12 : la claque

par Saska le Sam 24 Déc 2016 - 19:44
Comme d'habitude, dans ce genre d'articles, on n'a qu'un point de vue...
Certes, dans mon bahut, un gamin qui insulte un AED, c'est direct chez le principal et c'est une journée dehors avec convoc des parents.
Mais quand je lis que la dame en cause dans les faits, en CUI visiblement, a quelques difficultés avec ses collègues, ne respecte pas forcément son poste (je lis qu'elle va aider les collègues alors que ça ne fait pas partie de ses missions), je me dis que la CPE doit quelquefois en avoir un peu ras le bol...et avoir une sorte de préjugé négatif quand il y a un souci avec un élève.
Est-ce cela qui explique sa réaction inadaptée ? Est-ce le fait qu'elle sait ne pas être suivi par son CE si elle demande une sanction ? (rappelons que c'est une prérogative du chef, l'exclusion de l'établissement...) Est-ce juste que ce jour là, il y avait eu accumulation d'incidents de toutes sortes ?
Je ne sais pas, mais quand je lis un article comme celui ci, je me garde toujours de juger...
avatar
Balthamos
Grand sage

Re: [le point] Chroniques d'une surveillante de collège #12 : la claque

par Balthamos le Sam 24 Déc 2016 - 20:18
Rappelons tout de même que ce n'est pas un article de journal comme les autres mais une chronique.

Par définition, c'est un point de vue.
Saska
Niveau 9

Re: [le point] Chroniques d'une surveillante de collège #12 : la claque

par Saska le Sam 24 Déc 2016 - 20:20
@Balthamos a écrit:Rappelons tout de même que ce n'est pas un article de journal comme les autres mais une chronique.

Par définition, c'est un point de vue.
Oui, je connais le principe de ce blog - et mon quotidien m'apprend suffisamment la diversité des points de vue sur un même événement...
Contenu sponsorisé

Re: [le point] Chroniques d'une surveillante de collège #12 : la claque

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum