Pourquoi l'absentéisme des enseignants n'est pas une fable (Le Figaro)

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Pourquoi l'absentéisme des enseignants n'est pas une fable (Le Figaro)

Message par Tivinou le Mer 4 Jan 2017 - 18:45

@Ramanujan974 a écrit:Pour chaque journaliste qui écrit une bouse sur le temps de travail des enseignants, il faudrait prendre tous les journaux de la semaine d'où provient l'article (je sais, ça ne fait pas envie de regarder 5 Figaro...), compter le nombre d'articles écrit par le scribouillard en question et extrapoler son temps de travail hebdomadaire.

Par exemple : il a écrit un article par jour, disons 2 ou 3h par article et hop : au maximum 15 h de travail hebdomadaire. On est loin de 35 h ! Quelle feignasse ! C'est une honte ! Pas étonnant que la presse a du mal à survivre, vu que ses employés ne foutent rien de la semaine !

Et s'il n'écrit qu'un jour sur deux...!
15 heures de travail hebdomadaire et 50% d'absentéisme... ils ont aussi des agrégés au Figaro!!! abi

Tivinou
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'absentéisme des enseignants n'est pas une fable (Le Figaro)

Message par Tangleding le Mer 4 Jan 2017 - 19:05

@Whypee a écrit:
En effet, aucun ! Comme d'habitude cafe

J'en ai ras le bol de ces articles dénigrant ma fonction   Et surtout la généralisation qui en est faite !

En 28 ans passés de carrière, j'ai eu 13 jours d'absences pour cause de grippes (x3) gentiment refilées par mes élèves. Et aucun article pour incriminer ces sauvageons qui nous contaminent...
Je rappelle que généralement les élèves ne décident pas eux-mêmes de venir à l'école et d'ailleurs en général si ça ne tenait qu'à eux ils ne se précipiteraient pas au collège quand ils ont la crève (certains seraient même prêts à rester chez eux même sans la crève, à ce qu'il se dit, certains le croient du moins...)

Le problème c'est que les parents emmènent leurs enfants au collège même quand ils sont malades parce que "il ne faut pas perdre une journée de cours".

Résultat les élèves viennent même quand visiblement ils sont malades et pas en état de suivre un cours, et contagieux. Ils contaminent leurs camarades et in fine des enseignants qui se retrouvent arrêtés par leur médecin surtout quand il sait qu'on est en contact avec des enfants.

Et au lieu qu'un élève perde une journée de cours c'est plusieurs classes qui perdent plusieurs heures de cours.

J'ai expliqué ça à une de mes classes, la différence entre santé individuelle et santé publique, etc. Ca a été répété à au moins un collègue qui n'a rien trouvé de mieux à leur dire que "M. Tangleding vous incite à ne pas aller en cours."

On vit dans une société débile à peu près livrée aux passions les plus primaires par des financiers à courte vue. Bienvenue.

_________________
Le projet de réforme du collège décodé :
www.reformeducollege.fr
-------
Nous non plus, nous n'oublions pas la réforme du collège, M. Hollande... (CLIC)
-------
"Never complain, just fight."
avatar
Tangleding
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'absentéisme des enseignants n'est pas une fable (Le Figaro)

Message par Balthamos le Mer 4 Jan 2017 - 19:09

@Tangleding a écrit:
@Whypee a écrit:
En effet, aucun ! Comme d'habitude cafe

J'en ai ras le bol de ces articles dénigrant ma fonction   Et surtout la généralisation qui en est faite !

En 28 ans passés de carrière, j'ai eu 13 jours d'absences pour cause de grippes (x3) gentiment refilées par mes élèves. Et aucun article pour incriminer ces sauvageons qui nous contaminent...
Je rappelle que généralement les élèves ne décident pas eux-mêmes de venir à l'école et d'ailleurs en général si ça ne tenait qu'à eux ils ne se précipiteraient pas au collège quand ils ont la crève.

Le problème c'est que les parents emmènent leurs enfants au collège même quand ils sont malades parce que "il ne faut pas perdre une journée de cours".

Résultat les élèves viennent même quand visiblement ils sont malades et pas en état de faire cours, et contagieux. Ils contaminent leurs camarades et in fine des enseignants qui se retrouvent arrêtés par leur médecin surtout quand il sait qu'on est en contact avec des enfants.

Et au lieu qu'un élève perde une journée de cours c'est plusieurs classes qui perdent plusieurs heures de cours.

J'ai expliqué ça à une de mes classes, la différence entre santé individuelle et santé publique, etc. Ca a été répété à au moins un collègue qui n'a rien trouvé de mieux à leur dire que "M. Tangleding vous incite à ne pas aller en cours."

On vit dans une société débile à peu près livrée aux passions les plus primaires par des financiers à courte vue. Bienvenue.

Non, ce n'est pas parce que ' "il ne faut pas perdre une journée de cours" mais surtout parce que "mince mais qu'est ce que je vais faire de mon fiston s'il ne va pas à la garderie école.

- Monsieur, je me sens mal j'ai vomi ce matin mais ma maman m'a dit de venir quand même au collège
- mais quelle bonne idée...comme ça je serai malade ce week end...
avatar
Balthamos
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'absentéisme des enseignants n'est pas une fable (Le Figaro)

Message par XIII le Mer 4 Jan 2017 - 19:16

Dans une société procédurière cette vilaine famille devra payer les jours de carences du professeur victime de malveillance...

XIII
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'absentéisme des enseignants n'est pas une fable (Le Figaro)

Message par Balthamos le Mer 4 Jan 2017 - 19:31

Est ce qu'une gastro est un accident du travail?
avatar
Balthamos
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'absentéisme des enseignants n'est pas une fable (Le Figaro)

Message par Chamil le Mer 4 Jan 2017 - 19:33

@Schéhérazade a écrit:http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2017/01/02/31001-20170102ARTFIG00167-pourquoi-l-absenteisme-des-enseignants-n-est-pas-une-fable.php

Personne ne semble avoir pris en considération le fait que l'éducation nationale se distingue des autres administrations par la faiblesse des obligations de présence de ses agents: 15 heures par semaine pour les agrégés, 18 pour les certifiés et 27 pour les professeurs des écoles. Ces obligations sont remplies en un minimum de jours, la côte de popularité d'un chef d'établissement dépendant largement de sa capacité de mettre en place les «meilleurs emplois du temps», c'est-à-dire de concentrer les heures de chacun sur quelques jours. Il n'est donc pas absurde de conjecturer que ces différents quotas sont respectivement réalisés en moyenne en 3, 4 et 4.5 jours sur 36 semaines (en négligeant le bonus des examens) et non sur 47 semaines de 5 jours comme les autres fonctionnaires. En exprimant l'absentéisme non plus en nombre de jours mais en nombre de jours par jour de présence, les enseignants ont un taux de sinistralité de 4.4% contre 3.3% pour le reste de la fonction publique d'Etat, soit un surplus de 33%.

Plus c'est grotesque, plus ça passe; âmes sensibles s'abstenir.

Un passage est particulièrement vomitif:
"Appartenant à une profession intellectuelle supérieure, ils jouissent aussi d'une espérance de vie exceptionnellement longue"

Après les privilégiés des vacances, les planqués de l'emploi à vie, les salauds des parents profs qui ont des enfants qui réussissent mieux à l'école (accusation Dubet/Diallo), les enseignants qui s'accrochent à la vie comme un ténia au système digestif.

Puisqu'on en est à ce niveau, ce "fonctionnaire" ignore-t-il le scandale (pour de vrai celui-ci) de larges pans de la santé des travailleurs de l'Education nationale, sous-traités à la MGEN?

http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=77757

Chamil
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'absentéisme des enseignants n'est pas une fable (Le Figaro)

Message par Chamil le Mer 4 Jan 2017 - 19:34

@Balthamos a écrit:Est ce qu'une gastro est un accident du travail?

Surtout quand elle est refilée par un élève? :-)

Chamil
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'absentéisme des enseignants n'est pas une fable (Le Figaro)

Message par Madame Mado le Mer 4 Jan 2017 - 20:55

@Leodagan a écrit:Comme la température, il doit s'agir d'un absentéisme "ressenti"...

Absolument ! Quand j'entends parler de l'absentéisme des profs autour de moi c'est toujours par quelqu'un qui a/a eu/a dans son entourage un môme dont un prof est absent.
C'est marrant mais dans d'autres secteurs (les impôts, la poste, les ministères, le sénat, les députés les secrétaires de mairies, les conseillers d'orientation, les CPE, les cuisiniers.... ben personne ne sait.
avatar
Madame Mado
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'absentéisme des enseignants n'est pas une fable (Le Figaro)

Message par Madame Mado le Mer 4 Jan 2017 - 20:57

@Chamil a écrit:
@Schéhérazade a écrit:http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2017/01/02/31001-20170102ARTFIG00167-pourquoi-l-absenteisme-des-enseignants-n-est-pas-une-fable.php

Personne ne semble avoir pris en considération le fait que l'éducation nationale se distingue des autres administrations par la faiblesse des obligations de présence de ses agents: 15 heures par semaine pour les agrégés, 18 pour les certifiés et 27 pour les professeurs des écoles. Ces obligations sont remplies en un minimum de jours, la côte de popularité d'un chef d'établissement dépendant largement de sa capacité de mettre en place les «meilleurs emplois du temps», c'est-à-dire de concentrer les heures de chacun sur quelques jours. Il n'est donc pas absurde de conjecturer que ces différents quotas sont respectivement réalisés en moyenne en 3, 4 et 4.5 jours sur 36 semaines (en négligeant le bonus des examens) et non sur 47 semaines de 5 jours comme les autres fonctionnaires. En exprimant l'absentéisme non plus en nombre de jours mais en nombre de jours par jour de présence, les enseignants ont un taux de sinistralité de 4.4% contre 3.3% pour le reste de la fonction publique d'Etat, soit un surplus de 33%.

Plus c'est grotesque, plus ça passe; âmes sensibles s'abstenir.

Un passage est particulièrement vomitif:
"Appartenant à une profession intellectuelle supérieure, ils jouissent aussi d'une espérance de vie exceptionnellement longue"


Après les privilégiés des vacances, les planqués de l'emploi à vie, les salauds des parents profs qui ont des enfants qui réussissent mieux à l'école (accusation Dubet/Diallo), les enseignants qui s'accrochent à la vie comme un ténia au système digestif.

Puisqu'on en est à ce niveau, ce "fonctionnaire" ignore-t-il le scandale (pour de vrai celui-ci) de larges pans de la santé des travailleurs de l'Education nationale, sous-traités à la MGEN?

http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=77757

Vomitif en effet.
avatar
Madame Mado
Niveau 8


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'absentéisme des enseignants n'est pas une fable (Le Figaro)

Message par PauvreYorick le Mer 4 Jan 2017 - 21:08

Il est pourtant simple d'y remédier au moins en partie, par une utilisation habile des cantines scolaires.

_________________
« Les bons gouvernements aiment la sainte indignation des gouvernés, pourvu qu'elle reste lyrique. » (M. Foucault)
avatar
PauvreYorick
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'absentéisme des enseignants n'est pas une fable (Le Figaro)

Message par maikreeeesse le Mer 4 Jan 2017 - 21:10

Merci PauvreYorick Very Happy
avatar
maikreeeesse
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'absentéisme des enseignants n'est pas une fable (Le Figaro)

Message par trompettemarine le Mer 4 Jan 2017 - 21:39

Que ce monsieur aille jusqu'au bout de son raisonnement...
Autant supprimer l'éducation nationale, il n'y aura plus de professeurs absents.

Quitte à écrire autant de c****, il faut aller jusqu'au bout.

Il manque quand même un paragraphe sur les femmes, parce que quand même, si la profession n'était pas féminisée à ce point, il y aurait moins de congés maternité, et l'Etat ne serait pas obligé de faire autant appel à de couteux remplaçants.

Cherchons encore d'autres arguments pour aider ce monsieur.

Ah oui ! sans compter qu'ils sont toujours en grève...

Oh ! Et toutes ces femmes d'entrepreneurs riches qui prennent un temps partiel pour s'occuper alors qu'elles pourraient tenir leur foyer et libérer des emplois.

J'arrête de chercher, cela fait tellement d'années qu'on nous ressort ces sempiternelles âneries !
avatar
trompettemarine
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'absentéisme des enseignants n'est pas une fable (Le Figaro)

Message par PauvreYorick le Mer 4 Jan 2017 - 21:47

Et puis ils loupent les rentrées pour cause de stage de poterie. (Allègre l'avait faite, celle-là.)

_________________
« Les bons gouvernements aiment la sainte indignation des gouvernés, pourvu qu'elle reste lyrique. » (M. Foucault)
avatar
PauvreYorick
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'absentéisme des enseignants n'est pas une fable (Le Figaro)

Message par Beniamino Massimo le Mer 4 Jan 2017 - 21:50

Non mais, les enfants, préservons notre santé pour éviter d'être en arrêt la semaine prochaine, oublions ce monsieur.

_________________
Et de ce peu de jours si longtemps attendus,
Ah ! malheureux ! Combien j'en ai déjà perdus !
avatar
Beniamino Massimo
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'absentéisme des enseignants n'est pas une fable (Le Figaro)

Message par trompettemarine le Mer 4 Jan 2017 - 21:55

@PauvreYorick a écrit:Et puis ils loupent les rentrées pour cause de stage de poterie. (Allègre l'avait faite, celle-là.)

Very Happy
avatar
trompettemarine
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'absentéisme des enseignants n'est pas une fable (Le Figaro)

Message par Zagara le Mer 4 Jan 2017 - 21:57

Ce n'est pas de l'absentéisme, c'est l'application de la loi. -_-
Comme dire "les salariés ne sont pas 7j/7 24h/24 au boulot, mais seulement 38h par semaine, donc ils ont 130h d'absentéisme par semaine". Ce n'est même plus idiot, c'est débile.
avatar
Zagara
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'absentéisme des enseignants n'est pas une fable (Le Figaro)

Message par PauvreYorick le Mer 4 Jan 2017 - 22:04

@trompettemarine a écrit:
@PauvreYorick a écrit:Et puis ils loupent les rentrées pour cause de stage de poterie. (Allègre l'avait faite, celle-là.)
Very Happy
J'ai vu les deux profs visés le jour de la rentrée en question, je peux garantir qu'ils étaient là, d'une part, et d'autre part que leurs mains n'étaient nullement argileuses.

_________________
« Les bons gouvernements aiment la sainte indignation des gouvernés, pourvu qu'elle reste lyrique. » (M. Foucault)
avatar
PauvreYorick
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'absentéisme des enseignants n'est pas une fable (Le Figaro)

Message par archeboc le Mer 4 Jan 2017 - 22:42

Bon, je vais ramer à contre-courant : la légitimité du calcul imaginé ici ne me semble pas aberrante. C'est le calcul lui-même qui me semble foireux. Il me semblait avoir lu ailleurs que si on prenait en compte la spécificité du service des enseignants, on obtenait des chiffres de congés maladie semblables à celui des autres fonctionnaires.

_________________
« Champagne, au sortir d'un long dîner qui lui enfle l'estomac, et dans les douces fumées d'un vin d'Avenay ou de Sillery, signe un ordre qu'on lui présente, qui ôterait le pain à toute une province si l'on n'y remédiait. Il est excusable : quel moyen de comprendre, dans la première heure de la digestion, qu'on puisse quelque part mourir de faim ? » ---- La Bruyère

archeboc
Érudit


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'absentéisme des enseignants n'est pas une fable (Le Figaro)

Message par PauvreYorick le Mer 4 Jan 2017 - 23:04

Ben on a le droit de calculer tout ce qu'on veut pourvu qu'on le fasse correctement. Le type peut même calculer le nombre de poils du derrière moyen d'un professeur, ça ne me gêne nullement, mais qu'il s'y mette avec sérieux, c'est tout ce qu'on lui demande Smile

_________________
« Les bons gouvernements aiment la sainte indignation des gouvernés, pourvu qu'elle reste lyrique. » (M. Foucault)
avatar
PauvreYorick
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'absentéisme des enseignants n'est pas une fable (Le Figaro)

Message par Dame Jouanne le Mer 4 Jan 2017 - 23:23

@archeboc a écrit:Bon, je vais ramer à contre-courant : la légitimité du calcul imaginé ici ne me semble pas aberrante. C'est le calcul lui-même qui me semble foireux. Il me semblait avoir lu ailleurs que si on prenait en compte la spécificité du service des enseignants, on obtenait des chiffres de congés maladie semblables à celui des autres fonctionnaires.
J'aimerai bien que quelqu'un m'explique comment il obtient "un taux de sinistralité de 4.4% " avec ce qu'il énonce au départ (ou alors c'est moi qui avec l'heure tardive ne sait plus calculer)
avatar
Dame Jouanne
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'absentéisme des enseignants n'est pas une fable (Le Figaro)

Message par Enaeco le Mer 4 Jan 2017 - 23:57

@Madame Mado a écrit:
@Leodagan a écrit:Comme la température, il doit s'agir d'un absentéisme "ressenti"...

Absolument ! Quand j'entends parler de l'absentéisme des profs autour de moi c'est toujours par quelqu'un qui a/a eu/a dans son entourage un môme dont un prof est absent.
C'est marrant mais dans d'autres secteurs (les impôts, la poste, les ministères, le sénat, les députés les secrétaires de mairies, les conseillers d'orientation, les CPE, les cuisiniers....  ben personne ne sait.

Les parents ont aussi beaucoup tendance à raisonner en terme de cours manqués par leurs gamins et donc regrouper sous "absentéisme" tous les motifs. Et c'est vrai que de ce point de vue, les absences chiffrent vite sur une année !

Personnellement, sur les dernières années, je n'ai jamais pris d'arrêt maladie mais j'ai loupé en moyenne 6 ou 7 journée de cours (journées de formation, concours, préparation et jury des ECE, jury des TPE).
Quand je regarde ma petite dizaine de classes, une seule n'a pas eu sur le premier trimestre de "problème de prof". J'entends par là absence de prof nommé, arrêts maladie fréquents sans remplacement, congés maternité.

Enaeco
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'absentéisme des enseignants n'est pas une fable (Le Figaro)

Message par Cath le Jeu 5 Jan 2017 - 9:33

Un emploi du temps sur 4 jours ? Le mien est sûr 4.5... Est ce que ça me donne droit à du rab d "absentéisme "?

Cath
Esprit sacré


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'absentéisme des enseignants n'est pas une fable (Le Figaro)

Message par jésus le Jeu 5 Jan 2017 - 9:48

Bon, C'est hallucinant.
Tout est lié. Si des élèves sont sans prof, c'est aussi parce qu'il y a de plus en plus de démissions, aussi parce que des postes sont non-pourvus aux concours. Quantité de stagiaires craquent et font des burn-out.

Aussi parce que les services de remplacements du rectorat font leur travail de manière étrange. ( cf le topic des remplaçants qui sont rayés des listes parce qu'ils refusent un poste qui ne correspond pas à leurs voeux. Des CDE ou des directeurs qui ne s'accordent pas pour rendre compatibles des heures de cours entre plusieurs établissements.) Des TZR qui restent sans affectation. Des remplaçants qui n'ont même pas les moyens de se rendre sur leur poste. Des enseignants sans permis envoyés à Perpète les Oies sans transport en commun. Et j'en passe.

Déjà ramener toutes les absences de prof à de véritables absences ne tient pas.

jésus
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'absentéisme des enseignants n'est pas une fable (Le Figaro)

Message par stench le Jeu 5 Jan 2017 - 9:49

@mistinguette a écrit:Et là toujours rien? On  laisse dire en commentant entre nous le manque de professionnalisme de laricla avec une visibilite Nulle? Un humoriste fait un sketch pas drôle sur les handicapé à, hop tribunal, et là? parceque ça commence à bien faire le prof Bashing.
Tiens, je vais rester couché. Je suis contrarié. Paraît que c'est pas un problème!

Entièrement de ton avis.

_________________
"Nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend." Yannis Youlountas

"Ils veulent dessiner l'apartheid, on dessinera le maquis."
avatar
stench
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'absentéisme des enseignants n'est pas une fable (Le Figaro)

Message par Danska le Jeu 5 Jan 2017 - 9:52

@Enaeco a écrit:
@Madame Mado a écrit:
@Leodagan a écrit:Comme la température, il doit s'agir d'un absentéisme "ressenti"...

Absolument ! Quand j'entends parler de l'absentéisme des profs autour de moi c'est toujours par quelqu'un qui a/a eu/a dans son entourage un môme dont un prof est absent.
C'est marrant mais dans d'autres secteurs (les impôts, la poste, les ministères, le sénat, les députés les secrétaires de mairies, les conseillers d'orientation, les CPE, les cuisiniers....  ben personne ne sait.

Les parents ont aussi beaucoup tendance à raisonner en terme de cours manqués par leurs gamins et donc regrouper sous "absentéisme" tous les motifs. Et c'est vrai que de ce point de vue, les absences chiffrent vite sur une année !

Personnellement, sur les dernières années, je n'ai jamais pris d'arrêt maladie mais j'ai loupé en moyenne 6 ou 7 journée de cours (journées de formation, concours, préparation et jury des ECE, jury des TPE).
Quand je regarde ma petite dizaine de classes, une seule n'a pas eu sur le premier trimestre de "problème de prof". J'entends par là absence de prof nommé, arrêts maladie fréquents sans remplacement, congés maternité.

A ce propos, est-ce que les absences pour formation, jury, etc., sont comptées comme de "vraies" absences ? Ou plus précisément, sous quel motif, ou de quelle façon, sont-elles enregistrées, d'un point de vue administratif et statistique ?
avatar
Danska
Expert


Revenir en haut Aller en bas

Re: Pourquoi l'absentéisme des enseignants n'est pas une fable (Le Figaro)

Message par Tivinou le Jeu 5 Jan 2017 - 15:31

1) Ceux qui ont fait ces calculs ont bien du tenir compte des vacaaaances dans leurs statistiques (ou alors ce sont des incompétents!). Donc l'article n'a en soi pas de sens.

2) Les absences pour formation ... sont comptabilisées autrement: toutes vos absences sont comptabilisées dans Iprof -je ne sais plus quel onglet-! Allez voir, vous retrouverez votre maladie de janvier 2001, celle de novembre 2005...
Et accessoirement ça vous permettra peut-être (je vous le souhaite!) de remarquer que vous êtes vraiment en retard questions jours d'arrêts: il est grand temps de prendre quelques semaines de maladie pour coller aux chiffres!!!
Et comme nous sommes en janvier: bonne année, bonne santé.

Tivinou
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum