Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
bernardo
Fidèle du forum

question d'interprétation sur l'Antigone de Sophocle et d'Anouilh

par bernardo le Lun 30 Jan 2017, 12:52
J'étudie avec une classe de 3e l'Antigone d'Anouilh, ce qui est l'occasion de comparer cette pièce avec celle de Sophocle.
A ce sujet, un collègue de lettres classiques me dit (voir aussi plus bas) qu'il n'est pas d'accord avec l'interprétation répandue de la pièce de Sophocle, selon laquelle celui-ci oppose dans sa pièce une Antigone qui meurt par respect des lois divines face au tyran Créon qui est dans l'hubris en prétendant lui imposer sa loi de mortel.
Mon collègue dit que c'est Antigone qui est dans l'hubris, que c'est une fanatique religieuse, montrée en tant que telle par Sophocle.
Il dit que dans d'autres pièces de Sophocle (Ajax) c'est le héros qui donne son titre à la pièce qui fait preuve d'hubris. Je n'ai pas lu Ajax, mais, pour Antigone, je me demande s'il a raison ou non.
S'il avait raison, ce serait intéressant parce que cela voudrait dire que l'Antigone d'Anouilh n'est pas aussi dénaturée qu'elle en a l'air par rapport à son modèle, Anouilh donnant le beau rôle à Créon et faisant passer Antigone pour une hystérique qui aurait peur de vivre.


Dernière édition par bernardo le Lun 30 Jan 2017, 22:47, édité 2 fois
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: question d'interprétation sur l'Antigone de Sophocle et d'Anouilh

par Iphigénie le Lun 30 Jan 2017, 13:41
Les deux sont dans l'hybris et c'est du désastre de la confrontation de ces deux hybris que naît le tragique mais aussi que ressort la nécessité d'une nouvelle donne.
Faire d'Antigone une fanatique religieuse est à mon sens excessif, et anachronique. Créon s'obstine et va au désastre. Antigone s'obstine et entraîne Hémon avec elle.
Sophocle peint à travers Antigone et Créon, la confrontation entre deux exigences: la justice divine et la justice humaine, naissante avec l'organisation de la Cité: les hommes sont alors entre les deux et les deux se contredisent.
Je ne pense pas que Sophocle réponde, il pose le problème; s'il y a une réponse c'est dans la condamnation de l'obstination de l'un comme de l'autre. Et la toute-puissance divine qui se joue des humains, des humains qui manquent de raison ("le manque de raison, le plus grave des malheurs des hommes")
avatar
bernardo
Fidèle du forum

Re: question d'interprétation sur l'Antigone de Sophocle et d'Anouilh

par bernardo le Lun 30 Jan 2017, 14:59
Merci, Iphigénie. Et que penses-tu de la problématique de l'Antigone d'Anouilh ?
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: question d'interprétation sur l'Antigone de Sophocle et d'Anouilh

par Iphigénie le Lun 30 Jan 2017, 16:20
Je crois que la fascination exercée par cette pièce, pour Sophocle comme Anouilh,  est due au fait qu'il est difficile, en réalité, de prendre vraiment parti entre Antigone et Créon: les deux ont des raisons honorables, l'un de respecter les dieux et le devoir familial, l'autre de vouloir faire respecter les lois de la Cité. Les deux sont excessifs et par leur excès inquiétants car ils conduisent aux franges de l'humain.
Pour Sophocle le spectacle conduit à l'effroi devant la puissance écrasante des Dieux contre les hommes, qui, quelles que soient leurs intentions, bonnes ou mauvaises, légitimes ou erronées, finissent dans le désastre.
Pour Anouilh, il me semble que c'est la dérisoire faiblesse humaine qui est le sujet de la pièce, sans la dimension religieuse, et avec l'échec de la dimension politique: seuls restent des individus .
Enfin c'est mon avis, l'intérêt de la pièce, comme je le dis en commençant étant qu'elle pose plus de questions qu'elle ne donne de réponse, me semble-t-il, et dans les deux versions.
Mais (edit) Sophocle athée: non! Antigone figure inquiétante par son hybris aussi: oui
Et comme pour tous les mythes ce sont les contextes qui réécrivent leur sens. On joue souvent Créon d'Anouilh en para-militaire, voire nazi du coup Antigone devient la résistante, le défenseur des valeurs humaines; aujourd'hui avec la question religieuse elle devient une figure plus troublante et inquiétante ...
Pouce
Niveau 9

Re: question d'interprétation sur l'Antigone de Sophocle et d'Anouilh

par Pouce le Lun 30 Jan 2017, 17:20
La pièce d'Anouilh doit aussi être reliée au thème de l'absurde. Finalement, Antigone finit par dire qu'elle meurt pour rien.
avatar
bernardo
Fidèle du forum

Re: question d'interprétation sur l'Antigone de Sophocle et d'Anouilh

par bernardo le Lun 30 Jan 2017, 17:32
Si elle meurt pour rien, c'est parce qu'Anouilh l'a privée méthodiquement des raisons (qui déjà étaient discutables chez Sophocle) qu'elle avait de mourir. D'abord parce qu'il n'y a plus de dieux : le personnage de Tirésias a disparu, les prêtres sont considérés comme des fonctionnaires qui expédient des rituels vides de sens. Ensuite parce qu'Anouilh place les deux frères sur le même plan, en fait des voyous qui insultent et frappent un Oedipe bourgeois qui pleure parce que ses fils l'humilient. La confrontation entre Créon et Antigone (quelques pages chez Sophocle) devient le tiers de la pièce chez Anouilh : chaque personnage joue le rôle de révélateur de la vérité de l'autre … pour Antigone, cela tient à peu de choses : elle est la fille d'Oedipe. Pour Créon, c'est un bourgeois bedonnant. Anouilh transforme tellement la pièce qu'on se demande pourquoi il fait mourir encore Antigone, Hémon, et Eurydice. Chez lui on dirait que le Destin c'est … que Sophocle a écrit la pièce avant lui et qu'il ne peut pas complètement la transformer. Et pourtant : ça plaît beaucoup aux élèves !
avatar
Puck
Grand sage

Re: question d'interprétation sur l'Antigone de Sophocle et d'Anouilh

par Puck le Lun 30 Jan 2017, 18:28
Je crois que l'Antigone d'Anouilh est bien définie par Créon : c'est "l'orgueil d'Oedipe". Ils foncent vers le mur, conscients qu'ils vont s'écrabouiller, mais ils y vont quand même. C'est un peu le propre de l'adolescence. C'est ce qui éveille cet écho en eux. L'Antigone de Sophocle était plus complexe pour un ado avec cette dimension religieuse : elle doit les rites funéraires à son frère, dont elle met la perte au dessus de celle d'un mari. Paradoxalement, l'actualité la rend soudainement très proche de certains élèves, comme Le Cid d'ailleurs.

_________________
"Ce que nous avons fait, aucune bête au monde ne l'aurait fait. 
Mais nous nous en sommes sortis. Et nous voici confrontés à l'ingratitude de la nation. Pourtant, c'était pas ma guerre. C'était pas ma guerre, oh non !"
Cripure
avatar
Puck
Grand sage

Re: question d'interprétation sur l'Antigone de Sophocle et d'Anouilh

par Puck le Lun 30 Jan 2017, 19:05
@Pouce a écrit:La pièce d'Anouilh doit aussi être reliée au thème de l'absurde. Finalement, Antigone finit par dire qu'elle meurt pour rien.
Je ne pense pas qu'elle meure pour rien. Elle va jusqu'au bout de son destin. On peut éventuellement se poser la question de sa liberté. Elle se moque de Créon qui voudrait régner sur des bêtes. Elle renverse la situation. Sachant qu'elle va mourir, elle ne craint plus dégun. Elle atteint la liberté totale et c'est vrai qu'elle va par cela pousser chacun dans sa logique, sa conception du pouvoir. Le message, auquel elle renonce si je me rappelle bien, dit : "Sans la petite Antigone, vous auriez été bien tranquilles." Elle est le révélateur chimique. Maintenant puisqu'elle va jusqu'au bout de son destin qui est de mourir, est-elle vraiment libre puisqu'elle doit mourir pour accomplir ce destin ?
Chez Sophocle, il me semble que Créon par sa vision intransigeante de la loyauté au pays en arrive au blasphème puisqu'il bafoue les lois divines. Et c'est parce qu'Antigone remet de l'ordre dans ce chaos que les vieillards du chœur lui promettent la gloire posthume. C'est ce qui pousse aussi Achille à rendre Hector à Priam. Il vient un moment où un Grec ne peut transiger certaines lois, ces lois non-écrites mais garantes de la société.


Dernière édition par Puck le Lun 30 Jan 2017, 20:16, édité 1 fois

_________________
"Ce que nous avons fait, aucune bête au monde ne l'aurait fait. 
Mais nous nous en sommes sortis. Et nous voici confrontés à l'ingratitude de la nation. Pourtant, c'était pas ma guerre. C'était pas ma guerre, oh non !"
Cripure
avatar
Anaxagore
Empereur

Re: question d'interprétation sur l'Antigone de Sophocle et d'Anouilh

par Anaxagore le Lun 30 Jan 2017, 19:37
Aristote, Rhétorique, I,13.

_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne

"On déclame contre les passions sans songer que c'est à leur flambeau que la philosophie allume le sien." Sade
avatar
bernardo
Fidèle du forum

Re: question d'interprétation sur l'Antigone de Sophocle et d'Anouilh

par bernardo le Lun 30 Jan 2017, 20:21
Anaxagore, est-ce que tu peux être plus explicite ?
avatar
Anaxagore
Empereur

Re: question d'interprétation sur l'Antigone de Sophocle et d'Anouilh

par Anaxagore le Lun 30 Jan 2017, 20:22
Il suffit d'aller voir. C'est en ligne. C'est pour illustrer le message de Puck.

_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne

"On déclame contre les passions sans songer que c'est à leur flambeau que la philosophie allume le sien." Sade
avatar
bernardo
Fidèle du forum

Re: question d'interprétation sur l'Antigone de Sophocle et d'Anouilh

par bernardo le Lun 30 Jan 2017, 20:36
"Si, maintenant, on objecte que l'homme pourrait faire beaucoup de mal en recourant injustement à la puissance de la parole, on peut en dire autant de tout ce qui est bon, la vertu exceptée, et principalement de tout ce qui est utile; comme; par exemple, la force, la santé, la richesse, le commandement militaire, car ce sont des moyens d'action dont l'application juste peut rendre de grands services et l'application injuste faire beaucoup de mal." ?

Je demande une explication pour faire le lien avec Antigone (je ne suis pas assez intelligent pour le faire seul) Smile
avatar
Anaxagore
Empereur

Re: question d'interprétation sur l'Antigone de Sophocle et d'Anouilh

par Anaxagore le Lun 30 Jan 2017, 20:42
Plus bas. Le 13e chapitre. cafe

_________________
"De même que notre esprit devient plus fort grâce à la communication avec les esprits vigoureux et raisonnables, de même on ne peut pas dire combien il s'abâtardit par le commerce continuel et la fréquentation que nous avons des esprits bas et maladifs." Montaigne

"On déclame contre les passions sans songer que c'est à leur flambeau que la philosophie allume le sien." Sade
avatar
Puck
Grand sage

Re: question d'interprétation sur l'Antigone de Sophocle et d'Anouilh

par Puck le Lun 30 Jan 2017, 20:48
II. Je veux parler de la loi particulière et de la loi commune. La loi particulière est celle que chaque collection d'hommes détermine par rapport à ses membres, et ces sortes de lois se divisent en loi non écrite et en loi écrite. La loi commune est celle qui existe conformément à la nature. En effet, il y a un juste et un injuste, communs de par la nature, que tout le monde reconnaît par une espèce de divination, lors même qu'il n'y a aucune communication, ni convention mutuelle. C'est ainsi que l'on voit l'Antigone de Sophocle déclarer qu'il est juste d'ensevelir Polynice, dont l'inhumation a été interdite, alléguant que cette inhumation est juste, comme étant conforme à la nature.
Ce devoir ne date pas d'aujourd'hui ni d'hier, mais il est en vigueur de toute éternité, et personne ne sait d'où il vient (103).

_________________
"Ce que nous avons fait, aucune bête au monde ne l'aurait fait. 
Mais nous nous en sommes sortis. Et nous voici confrontés à l'ingratitude de la nation. Pourtant, c'était pas ma guerre. C'était pas ma guerre, oh non !"
Cripure
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: question d'interprétation sur l'Antigone de Sophocle et d'Anouilh

par Iphigénie le Lun 30 Jan 2017, 21:20
Je ne crois pas du tout que le discours de PRIAM à Achille soit sur le même plan qu'Antigone: Homere parle d'humanité, Antigone de sacré.
Je ne crois pas non plus qu'Antigone chez Sophocle vienne "remettre de l'ordre dans le chaos": elle manifeste son attachement à un ordre divin qui nous dépasse et qui la dépasse, dont fait partie l'attachement au sang qui est le sien (et qui n'a rien à voir avec la morale mais tout avec la religion ( qui dans l'Antiquité n'a rien à voir avec la morale : ce serait meme plutôt Creon qui essaie d'établir un ordre moral humain: et il est terrassé par les dieux dont il n'a pas mesure la puissance,
avatar
bernardo
Fidèle du forum

Re: question d'interprétation sur l'Antigone de Sophocle et d'Anouilh

par bernardo le Lun 30 Jan 2017, 21:35
@Puck a écrit:II. Je veux parler de la loi particulière et de la loi commune. La loi particulière est celle que chaque collection d'hommes détermine par rapport à ses membres, et ces sortes de lois se divisent en loi non écrite et en loi écrite. La loi commune est celle qui existe conformément à la nature. En effet, il y a un juste et un injuste, communs de par la nature, que tout le monde reconnaît par une espèce de divination, lors même qu'il n'y a aucune communication, ni convention mutuelle. C'est ainsi que l'on voit l'Antigone de Sophocle déclarer qu'il est juste d'ensevelir Polynice, dont l'inhumation a été interdite, alléguant que cette inhumation est juste, comme étant conforme à la nature.
Ce devoir ne date pas d'aujourd'hui ni d'hier, mais il est en vigueur de toute éternité, et personne ne sait d'où il vient (103).

C'est ce qui me rend Antigone sympathique (chez Sophocle) : elle pense qu'il est juste d'enterrer les morts et elle le fait. Créon lui dit : tu es la seule à penser comme tu penses. Antigone lui répond : les autres pensent comme moi (cela confirme ce qui est en gras ci-dessus), mais ils se taisent parce qu'ils ont peur de toi, peur de mourir. Antigone n'a pas pas peur. Est-ce en cela qu'elle va trop loin ? Parce que ce n'est pas naturel de ne pas avoir peur de mourir ? Elle n'est pas spécialement orgueilleuse, pourtant. Chez elle, cela semble moins du courage qu'une préférence : "Celui qui vit, comme moi, parmi de nombreux malheurs, comment la mort ne lui serait-elle pas un gain ? Ainsi, pour moi, que j'obtienne du sort ce lot fatal ne me fait rien. Mais j'aurais mal si j'acceptais de voir sans sépulture le fils que ma mère a fait. Voilà ce qui me ferait mal. Mais pas la mort." (trad. de P. Brunet)
Antigone trouve que c'est un soulagement de mourir quand on a, comme elle, une vie de m*** Et, de plus, ça lui ferait trop mal de vivre en acceptant ce qui lui semble injuste. Je n'arrive pas à voir de l'orgueil là-dedans.

-> au sujet de sa vie de m*** : voir la première tirade d'Antigone (Prologue, trad. GF) : "Chère Ismène, ma soeur, toi qui partages mon sort, de tous les maux qu'Oedipe nous a laissés en héritage, m'en citeras-tu un seul dont Zeus veuille nous tenir quittes  avant la fin de nos jours ? Jusqu'ici, en fait de chagrins, de malédictions, d'affronts, de mépris, je ne vois pas que rien nous ait été épargné, à toi aussi bien qu'à moi. Et qu'est-ce que cette proclamation que le régent, dit-on, adresse au peuple ?"
Le décret de Créon semble la goutte d'eau qui fait déborder un vase déjà plein. Antigone est présentée comme une fille à plaindre, à qui rien n'est épargné.
avatar
Iphigénie
Bon génie

Re: question d'interprétation sur l'Antigone de Sophocle et d'Anouilh

par Iphigénie le Lun 30 Jan 2017, 22:11
Antigone préfère la mort à  la vie, contrairement à  Ismene : en cela elle sort de l'"humain" c'est , à  mon avis cela même, l'hybris : la démesure. Ce n'est pas exactement la même chose que l'orgueil.
avatar
bernardo
Fidèle du forum

Re: question d'interprétation sur l'Antigone de Sophocle et d'Anouilh

par bernardo le Lun 30 Jan 2017, 22:15
@Iphigénie a écrit:Antigone préfère la mort à  la vie, contrairement à  Ismene : en cela elle sort de l'"humain" c'est , à  mon avis cela même, l'hybris : la démesure. Ce n'est pas exactement la même chose que l'orgueil.

Elle ne choisit pas la mort. Elle dit seulement que si elle doit mourir ça ne lui pose pas de problème. Mais si elle pouvait enterrer son frère et vivre, elle le ferait.
User17706
Enchanteur

Re: question d'interprétation sur l'Antigone de Sophocle et d'Anouilh

par User17706 le Lun 30 Jan 2017, 22:25
Vous me donneriez presque envie de relire tout ça, mais j'ai pas Anouilh où je suis.

Pourquoi pas regarder celle de Cocteau, celle de Brecht, la nouvelle de Yourcenar ?

_________________
'Tis a blushing, shamefaced spirit that mutinies in a man’s bosom. It fills a man full of obstacles. It made me once restore a purse of gold that by chance I found. It beggars any man that keeps it. It is turned out of towns and cities for a dangerous thing, and every man that means to live well endeavors to trust to himself and live without it.
____________

When everybody is swept away unthinkingly by what everybody else does and believes in, those who think are drawn out of hiding because their refusal to join is conspicuous and thereby becomes a kind of action.
avatar
nlm76
Esprit éclairé

Re: question d'interprétation sur l'Antigone de Sophocle et d'Anouilh

par nlm76 le Lun 30 Jan 2017, 22:27
Pensez aussi qu'Antigone, au moment de mourir, regrette de ne pas avoir vécu. Ô numpheion, ô kataskaphês...
Rappelez-vous aussi "outoi sunekhthein alla sumphilein ephun". "Je n'étais pas faite pour haïr mais pour aimer".
Créon rejette d'une certaine façon les dieux, se comporte en athée et... il est condamné par la pièce, dans son hubris de tyran assoiffé de pouvoir.
En revanche, je verrais beaucoup mieux l'Horace de Corneille comme une dénonciation du fanatisme patriotique, et même son Polyeucte comme une dénonciation du fanatisme religieux... au risque de me faire vilipender.

_________________
Sites du grip et des gripiens :
http://instruire.fr
http://slecc.fr/GRIP.htm
http://doublecasquette3.eklablog.com/
http://pedagoj.eklablog.com/
www.lettresclassiques.fr
avatar
bernardo
Fidèle du forum

Re: question d'interprétation sur l'Antigone de Sophocle et d'Anouilh

par bernardo le Lun 30 Jan 2017, 22:36
Voici ce que m'écrit mon collègue (j'ai son autorisation de vous en faire part ici Smile ) : "Je pense qu’en effet Antigone est le personnage tragique de la pièce.  C’est elle qui est dans l’hubris. Le Coryphée le dit très clairement dans la pièce de Sophocle, au début du 4ème épisode ( v. 830 environ) : « Déesse elle était née et fille de déesse, nous sommes nés mortels et enfants de mortels ; quand tu ne seras plus, quelle gloire pour toi d’avoir connu le sort d’une divinité (…) ». C’est là l’expression classique de l’hubris dans l’antiquité : se prendre pour un dieu quand on est un homme. D’ailleurs, elle parle au nom de Dieu ; mais comment diable sait-elle ce que Dieu pense ?  Je la compare très clairement à une fanatique religieuse qui pourrait tuer au nom de sa foi. À ce propos, il est étrange qu’on en fasse une figure de la résistance au nazisme, surtout quand on sait l’admiration que lui portait Heidegger, admiration qu’il partageait avec celle pour le Führer ! mais laissons cela.
Quant à Créon, je pense qu’il n’est pas dans l’hubris.
- Il reste jusqu’à la fin un homme avec des sentiments humains. Il suffit pour s’en convaincre de lire la fin de la pièce et ses lamentations ( « égarement de ma sagesse » ; « ah ! fou que j’étais, c’est de ma faute ! »), etc.
- Il est souvent loué par le Coryphée pour sa sagesse ( v. 670). S’il agit comme il le fait, c’est pour préserver la cité de l’anarchie ( « l’anarchie est le pire des fléaux », etc.).
- Il croit aux dieux de sa cité ( « les dieux nous ont remis d’aplomb », etc.). Il croit même en Tisérias, même s’il se méfie de lui, puisqu’il écoute ses conseils, mais trop tard.
- Il s’accuse de son peu de sagesse dans cette affaire.
- Plus généralement, il n’a pas su concevoir un espace au-delà de l’espace politique. Antigone a trouvé un truc pour sacraliser la mort à laquelle elle aspire ( « Si je péris avant le temps, je regarde la mort comme un bienfait ». Créon est trop attaché aux lois et sacralise trop l’ordre ( politique), mais il est du côté de la vie.
C’est sans doute dans la bouche d’Hémon et de Tirésias que Sophocle a exprimé ses sentiments : « Un mort n’a pas besoin d’être tué deux fois ». C’est ce que Créon aurait dû comprendre face à l’intégrisme d’Antigone. Sophocle fait de Créon un homme qui n’a pas su faire face intelligemment à l’hubris d’Antigone."

_________________
Quand les blés sont sous la grêle
Fou qui fait le délicat

Spoiler:
:MissT:
avatar
JiPe38
Niveau 5

Re: question d'interprétation sur l'Antigone de Sophocle et d'Anouilh

par JiPe38 le Lun 30 Jan 2017, 23:05
J'ai été fasciné par la lecture de "Oedipe et Akhenaton" d'Immanuel Velikovsky. Son hypothèse est que l'Oedipe des grecs est le pharaon Akhenaton, un réformateur religieux, qu'on dit l'inventeur du monothéisme. D'autres auteurs identifient d'ailleurs Akhenaton à Moïse. Ce qui est certain est que le règne de Toutankhamon (fils d'Akhenaton) s'est terminé dans une période trouble, dont finalement un homme fort a émergé qui a repris le pouvoir. Il se pourrait que ce soit le général Horemheb,que les tragédies de Sophocle auraient donc pu identifier à Créon.

Antigone (peut être une soeur de Toutankhamon), était donc prise dans une partie politique complexe, avec d'une part une querelle dynastique dans une famille à l'arbre généalogique entremêlé par les relations incestueuses (père-fille, frère-soeur), et le contexte d'un retour à la "normale" du culte d'Amon après la parenthèse amarnienne. Elle était plus que la soeur qui veut rendre des funérailles dignes d'un membre de la famille royale à son frère exécuté, mais elle même dans la logique de la revendication d'un pouvoir dynastique. Il n'est donc pas surprenant qu'elle soit allée jusqu'au bout de son refus de se soumettre à Creon, qu'elle considérait non seulement comme le meurtrier de son frère mais comme un usurpateur.
avatar
trompettemarine
Grand sage

Re: question d'interprétation sur l'Antigone de Sophocle et d'Anouilh

par trompettemarine le Lun 30 Jan 2017, 23:27
Il ne faut pas oublier de penser le personnage d'Antigone en le replaçant au cœur du dispositif tragique de la cité grecque du Ve avant J.-C. et en gardant en tête la notion d'action (δρᾶμα).

Je n'ai pu m'empêcher de repenser à cette lecture de l'année dernière, du coup, je cède au plaisir du psittacisme :

Sur le théâtre antique :
Pierre Judet de La Combe, L'avenir des Anciens, p.137-138 a écrit: La tragédie est ainsi un laboratoire, un art expérimental, où parler, faire corps, penser, deviennent l'objet d'une expérience ouverte, tendue, jamais close. Le chœur offre aux spectateurs tout ce que la culture de leur temps, sous sa forme poétique la plus virtuose, peut dire comme vérité établie : mythes, rites, sagesse, science, philosophie, normes du droit, de la cité etc. Tout  cela est ébranlé par l'action en cours et par le fait que ces certitudes, celles de la tradition, sont mises en spectacle. Elle est arrachée à la parole des sages qui pensent faire la loi dans les consciences ou sur la place publique, pour devenir déchirement quand le chœur se rend compte que l'action, malgré tout ce qu'il sait dire pour essayer de la comprendre ou de la calmer, va tourner mal, du fait des dieux, que pourtant ce chœur ne cesse d'invoquer.
On a affaire à des spectacles qui ne closent rien, qui ne concluent pas et qui donnent à voir, sans synthèse finale, le jeu des forces contraires qui dominent les existences.

Sur Antigone :
Pierre Judet de La Combe, L'avenir des Anciens, p.133 a écrit:Antigone attire toujours, car elle passe (à tort, je crois) pour une figure pure de la révolte, de la liberté. (...) Sa grandeur, magistrale, tient plutôt à son entêtement halluciné, à son désir de suicide, d'incarner, toute seule, la tragédie, et au fait qu'elle n'existe que dans la lutte serrée, impitoyable, avec son adversaire, le pauvre Créon, condamné malgré lui à la catastrophe tragique, il est vrai bien méritée, alors qu'il avait tout fait pour chasser la tragédie de sa ville en de débarrassant des restes de la famille maudite (...) .

Le terme d'"intégrisme" me semble trop anachronique, même si les tensions entre la cité et les dieux qui étaient représentées dans les pièces antiques nous donnent cette sensation (mais qui n'est qu'une sensation) que ce qui s'était joué hier se rejoue aujourd'hui.

Un peu H.S. : Le théâtre de Sophocle entre résonance forte avec notre époque, mais cela n'empêche pas d'éviter tout parallélisme. Il faut même lutter contre ce dernier, après l'avoir repéré, pour mieux trouver le sens du texte ou du moins s'en approcher. La réécriture est alors possible, comme le montre le théâtre de Wajdi Mouawad.
avatar
Puck
Grand sage

Re: question d'interprétation sur l'Antigone de Sophocle et d'Anouilh

par Puck le Lun 30 Jan 2017, 23:35
L'Antigone de Bauchau est aussi un personnage très intéressant.

_________________
"Ce que nous avons fait, aucune bête au monde ne l'aurait fait. 
Mais nous nous en sommes sortis. Et nous voici confrontés à l'ingratitude de la nation. Pourtant, c'était pas ma guerre. C'était pas ma guerre, oh non !"
Cripure
User17706
Enchanteur

Re: question d'interprétation sur l'Antigone de Sophocle et d'Anouilh

par User17706 le Lun 30 Jan 2017, 23:45
Rhâââ, on n'a jamais assez de bouquins sur soi.

_________________
'Tis a blushing, shamefaced spirit that mutinies in a man’s bosom. It fills a man full of obstacles. It made me once restore a purse of gold that by chance I found. It beggars any man that keeps it. It is turned out of towns and cities for a dangerous thing, and every man that means to live well endeavors to trust to himself and live without it.
____________

When everybody is swept away unthinkingly by what everybody else does and believes in, those who think are drawn out of hiding because their refusal to join is conspicuous and thereby becomes a kind of action.
Contenu sponsorisé

Re: question d'interprétation sur l'Antigone de Sophocle et d'Anouilh

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum