décomposer un vers

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: décomposer un vers

Message par Thalia de G le Mar 7 Mar 2017 - 18:07

nlm76 a écrit:
Anaxagore a écrit:
nlm76 a écrit:Il faut effectivement comprendre (et entendre) le rythme = brève-longue/brève-brève-brève-longue. C'est davantage une question de durées que de silences. En tout cas pour le français du nord.
En français du sud, le problème pourrait se poser autrement (on pourrait faire une pause après l'e prétendument muet).

Écoute. C'est bien simple. Je n'ai jamais rien compris à ces histoires. Rien.

Avec mon accent, je ne sais pas ce que je devrais prononcer.

En fait cette affaire date du XVIe siècle. Comme les occitans se sont mis au français, ils se sont mis à la poésie française (en langue d'oïl) aussi, pour l'écrire aussi bien que pour la lire. De sorte qu'il a bien fallu s'arranger pour qu'un alexandrin écrit dans le sud fût aussi un alexandrin dans le nord, et vice-versa. Or dans le nord, on ne prononçait, pratiquement, déjà plus aucun -e-; dans le sud on les prononçait pratiquement tous.
Bon. Tout le monde était d'accord pour l'élision avant consonne. Donc on ne compte pas, puisqu'on ne prononce pas.
Ceux du nord, en diction tenue, prononçaient qqfois les -e- en finale de mot s'ils étaient suivis d'une consonne. Donc on a dit : on les compte et les prononce toujours. (Alors qu'on a des poèmes de Ronsard première manière où il en fait sauter.)
Les -e en fin de vers étaient prononcés par les sudistes, et les nordistes dans un contexte déclamatoire ou musical, mais sont placés après l'accent, qui restait en position 6 (du second hémistiche). Donc pas gênant. On prononce, mais on ne compte pas.
En revanche, les -e- en fin de mot après une voyelle ("vie") étaient prononcés par les sudistes, mais jamais par les nordistes. Ouille. Solution = soit on fait suivre ces mots d'un mot commençant par une voyelle, auquel cas ce -e- est élidé et ne compte pas. Soit... ben soit rien : on évite, parce que les uns auraient une syllabe de plus que les autres.

@PY : parisianiste ! Comme le dit Iphigénie, par ici on dit "y ne safte pas" (ils ne savent pas). Dans le sud, on prononce les -e- prétendument muets. La bonne articulation de la poésie n'est pas essentiellement parisienne. Elle s'efforce d'entrelacer le meilleur des différentes variantes régionales du français.
Cette affaire me parle, comme on dit. mes parents originaires du sud de l'Italie (les Pouilles) parlent encore entre eux avec un patois dans lequel les finales vocaliques du toscan se sont amuïes, ce qui est un phénomène plutôt naturel.

Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: décomposer un vers

Message par slynop le Mar 7 Mar 2017 - 20:41

Ce sont plutôt les vers qui permettent la décomposition.
avatar
slynop
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Re: décomposer un vers

Message par Thalia de G le Mar 7 Mar 2017 - 20:45

slynop a écrit:Ce sont plutôt les vers qui permettent la décomposition.
Razz Bien vu.

_________________
Le printemps a le parfum poignant de la nostalgie.
Et l'été un goût de cendres.
Amer automne.
avatar
Thalia de G
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: décomposer un vers

Message par ipomee le Mer 8 Mar 2017 - 9:21

Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine
Qui vous mangera de baisers,
Que j'ai gardé la forme et l'essence divine
De mes amours décomposés !

Baudelaire, A une charogne
avatar
ipomee
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: décomposer un vers

Message par slynop le Mer 8 Mar 2017 - 15:37

Que j'aurais aimé traiter le thème de la mort en poésie avec mes 4e plutôt que celui du sentiment amoureux !
avatar
slynop
Niveau 9


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum