Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Jeune Ergo
Je viens de m'inscrire !

La dyspraxie visuo-spatiale et la relation enseignant et ergothérapeute

par Jeune Ergo le Jeu 30 Mar 2017 - 11:33
Bonjour,
Je suis étudiante en troisième année d'ergothérapie à l'Institut de Formation en Ergothérapie de Montpellier. Pour obtenir notre Diplôme d’État, nous devons réaliser un mémoire de fin d'études; j'ai choisi comme sujet le travail entre l'ergothérapeute et l'enseignant autour d'un enfant ayant une dyspraxie visuo-spatiale afin de faciliter l'apprentissage de l'écriture en cycle 2 et 3 dans un milieu ordinaire. Je me permet donc de vous solliciter afin que vous puissiez répondre à un questionnaire (voir lien ci-dessous). A noter que vos réponses resteront anonymes.
En remerciant par avance de l'attention que vous portez à mon travail de recherche et en comptant sur votre réponse dans les plus bref délais.


http://www.askabox.fr/repondre.php?s=132060&d=SPfyzDzpMmPV

avatar
Rikki
Guide spirituel

Re: La dyspraxie visuo-spatiale et la relation enseignant et ergothérapeute

par Rikki le Jeu 30 Mar 2017 - 23:41
Je serais intéressée de savoir ce que l'ergothérapie peut proposer dans le cadre des dyspraxies visuo-spatiales (hors ordinateur, bien entendu).
N'ayant jamais vu de travail commun ergothérapeute / enseignant, je suis également intéressée par cette question.

_________________
mon site sur l'écriture : www.ecritureparis.fr
Jeune Ergo
Je viens de m'inscrire !

Re: La dyspraxie visuo-spatiale et la relation enseignant et ergothérapeute

par Jeune Ergo le Ven 31 Mar 2017 - 7:44
L'ergotherapeute propose différentes aides technique, travaille avec l'enfant sur le graphisme/ les stratégies compensatrices (pour la lecture, réaliser un exercice par étapes, géométrie...)/ l'installation en classe/ des techniques pour faciliter son quotidien ...
avatar
Rikki
Guide spirituel

Re: La dyspraxie visuo-spatiale et la relation enseignant et ergothérapeute

par Rikki le Ven 31 Mar 2017 - 11:50
Merci, mais j'aimerais en savoir plus. Quelles peuvent être les aides techniques ? Comment travaillez-vous le graphisme ?
Je n'ai pas non plus compris ce que vous appelez stratégies compensatrices, en matière d'écriture.

_________________
mon site sur l'écriture : www.ecritureparis.fr
avatar
Colombine
Esprit éclairé

Re: La dyspraxie visuo-spatiale et la relation enseignant et ergothérapeute

par Colombine le Ven 31 Mar 2017 - 12:01
Le sujet m'intéresse, puisqu'on vient de découvrir que mon fils de 4 ans avait des troubles de la praxie. C'est d'ailleurs ses difficultés en graphisme qui m'avaient amenée à consulter. Il a déjà mis en place des stratégies, visiblement, mais je ne sais pas lesquelles...

Jeune Ergo, je ne peux pas répondre à ton questionnaire, mais je vais suivre les commentaires.

Petite précision : j'ai déjà eu des élèves dyspraxiques au collège, mais je n'ai pas le souvenir qu'on m'ait annoncé le type de dyspraxie dont souffrait l'élève. Souvent, on nous livre le "package" dyspraxie, sans plus de précision...
chris69
Niveau 4

Re: La dyspraxie visuo-spatiale et la relation enseignant et ergothérapeute

par chris69 le Ven 31 Mar 2017 - 13:15
Bonjour,
Sujet super intéressant.
J'ai quelques documents dans lesquels des adaptations avec exemples concrets sont proposés.
https://drive.google.com/open?id=0B51vUSTcK7swcGNWVGtMclAyMkE
Jeune Ergo
Je viens de m'inscrire !

Re: La dyspraxie visuo-spatiale et la relation enseignant et ergothérapeute

par Jeune Ergo le Ven 31 Mar 2017 - 13:37
Il existe beaucoup d'aides techniques voilà des sites qui pourront peut-être répondre à vos questions:

http://www.dys-positif.fr/astuces-pour-dys/
https://www.dyspraxie.info/

Sinon pour les stratégies, il s'agit des techniques ou méthodes qu'emploient l'enfant afin de réaliser une tâche ou une activité.

Certains enfants dyspraxiques parviennent à écrire surtout s'ils ont suivi une rééducation en ergothérapie, pour d'autres, il faut avoir recours à l'écriture clavier. Mais, il faut toujours tenir compte que pour l'enfant dyspraxique le graphisme des lettres est une tâche laborieuse, coûteuse en énergie, qui absorbe toute son attention, ne lui laissant peu de disponibilité pour gérer simultanément d'autres informations (notion de double tâche).

Les objectifs de l'ergo sont:
- Etude du poste de travail.
- Proposer des repères visuels.
- Automatiser le temps de réflexion avant l’action.
- Entrainer la mise en place d’étapes pour réaliser une activité (objectif : utiliser ces stratégies en dehors des séances).
- Mettre en place des modes de fonctionnement (verbaliser, imaginer le geste…).
- Favoriser et valoriser la réussite et ainsi l’estime de soi.
- Entrainer l’écriture manuscrite et/ou l’utilisation de l’ordinateur.
- Entrainer la motricité fine.
- Entrainer les gestes de la vie quotidienne.

Voilà j'espère que ça vous aidera... Smile

Sinon faites partager à vos collègues, j'ai besoin de plus de résultats pour mon mémoire.
Merci Smile
avatar
Colombine
Esprit éclairé

Re: La dyspraxie visuo-spatiale et la relation enseignant et ergothérapeute

par Colombine le Ven 31 Mar 2017 - 13:46
Quelle différence entre l'ergothérapie et la psycho-motricité, dans la prise en charge de ce genre de troubles ?
avatar
Petit pois
Niveau 9

Re: La dyspraxie visuo-spatiale et la relation enseignant et ergothérapeute

par Petit pois le Ven 31 Mar 2017 - 14:01
Bonjour !
J'ai répondu au questionnaire et serais aussi intéressée d'en connaitre les suites. Je travaille en collège et ai de nombreux Dys dans mes classes.
Par contre, je ne vois jamais l'ergothérapeute qui les suis ... Nous avons une ESS pour chaque élève où nous rencontrons le médecin scolaire, les parents et la coordinatrice qui gère les demandes d'AVS, de matériel, MPDH, etc ....
avatar
Colombine
Esprit éclairé

Re: La dyspraxie visuo-spatiale et la relation enseignant et ergothérapeute

par Colombine le Ven 31 Mar 2017 - 14:15
Finalement, j'ai répondu au questionnaire ! Very Happy 

J'ai un élève très dyspraxique en 6ème. Chaque fois que je lui demande d'apporter son ordinateur quand nous faisons une rédaction, il refuse. Comment aider un élève qui ne veut pas utiliser les outils à sa disposition ? Je soupçonne fortement sa mère de l'empêcher de prendre son ordinateur, qu'elle estime trop lourd pour lui.

Je rencontre d'ailleurs un réel problème avec cette famille. Je demande à l'élève de faire les devoirs à l'ordinateur et, quand ce sera possible, de l'avoir en classe. On me répond qu'il n'est pas prêt, qu'il ne sait pas encore l'utiliser. Certes, mais comment saurait-il l'utiliser si à la maison il ne s'en sert pas ? Du coup, c'est sa mère qui écrit toutes les réponses pour lui. Je pense que les seuls moments où il accède à son ordinateur sont lors des séances d'ergothérapie. Est-ce suffisant ?
meevadeborah
Niveau 5

Re: La dyspraxie visuo-spatiale et la relation enseignant et ergothérapeute

par meevadeborah le Ven 31 Mar 2017 - 16:32
Moi, j'ai l'impression que le point de vue de l'enseignant n'est pas pris en compte par les ergothérapeute ou les orthophonistes.
Ils donnent parfois des recommandations qui ne sont pas applicables car ils ne semblent pas prendre en compte la différence entre une séance avec un enfant seul et une séance avec un groupe classe.
D'autres recommandations ne me semblent pas judicieuses, comme compléter un texte à trous (enfin ça dépend du but), mais certains mots sortis du contexte perdent leur sens. J'ai souvent l'impression qu'il vaudrait mieux que l'enfant s'applique à ne copier qu'une phrase sur les cinq qu'il y a plutôt qu'à compléter juste quelques mots de tout le texte.
D'autres recommandations me semblent inadaptées, comme le fait de demander que l'enfant n'écrive pas la leçon pour éviter la double tâche s'il doit écouter en même temps, parce que concrètement, quand je fais copier du cours, je ne demande pas aux élèves d'écouter (même aux autres) et quand je veux expliquer quelque chose, je dis "poser les stylos" pour tout le monde. Résultat : j'ai l'impression que les élèves qui n'écrivent rien se déconcentrent pendant le temps de copie, d'ailleurs pendant ce temps-là ils ne font rien et j'aimerais mieux là aussi qu'ils ne copient que le début du cours au lieu de ne rien faire.
Bref, j'ai l'impression qu'ils ne retiennent que le message "je ne peux pas écrire, je ne peux pas faire" et qu'ils n'essaient plus du tout.
Bien sûr je ne décris là que ce qui ne va pas. D'un autre sens, depuis que je m'intéresse aux divers troubles auxquels les enfants sont confrontés, par des livres ou par internet, j'ai appris beaucoup de choses, j'ai modifié mon point de vue sur certains points et j'ai sûrement gagné en compréhension.
Reste aussi le risque à mes yeux de mettre les enfants dans des cases et la frontière entre ces troubles et les difficultés plus classiques est trouble dans de très nombreux cas (mais là il ne s'agit plus du rapport aux spécialistes, plutôt aux parents).
Lenagcn
Niveau 10

Re: La dyspraxie visuo-spatiale et la relation enseignant et ergothérapeute

par Lenagcn le Ven 31 Mar 2017 - 19:28
De ce que j'ai compris!
Le psychomotricien travaille sur l'ensemble du corps, l'ergothérapeute sur ce qui se fait avec les mains (mais en fait, le reste du corps peut être impliqué!). Par ici, le psychomot' du CMPP est surtout psycho, et le corps n'intervient que pour réparer les plaies de l'âme dans les séances avec lui.

J'ai répondu au questionnaire.

Fiston n'est pas dyspraxique, mais dysgraphique "uniquement".

Il a appris à écrire à 9 ans avec l'ergo. Il était limite, mais "sauvable".
Il lui a fallu apprendre à poser son corps. Puis délier l'ensemble du bras, puis le poignet, puis les doigts; on faisait des activités en plus à la maison pour accompagner le mouvement (c'est clair qu'à force de "j'aime pas" et autres oppositions passives, on avait cessé).
Puis mémoriser le tracer des lettres (il n'avait pas mémorisé comment "faire un "a" !)

Actuellement:
-il écrit mal , sans majuscule, et les lettres muettes ... soupir
- il écrit sur papier "pour déficient visuel", du seyes noir 10x10, contre bleu 8x8 pour les feuilles usuelles; mon détaillant voit passer toutes les familles de dys- du coin!
- il écrit une partie des cours - les définitions - lorsque ses camarades écrivent tout, en SVT et physique-chimie; on tente qu'il écrive tout en HG cette année, mais bonjour la relecture à la maison; en LV ... agrh ! Les écrits sont courts, donc il écrit mais...  Je repasse derrière pour corriger.
- il désapprend réellement lorsqu'il copie "trop". Il se trouve qu'il est auditif, il répète le cours "de mémoire", en mettant plus d'informations que sur ses feuilles.
- il tape ses travaux à faire à la maison; pas x brouillons à la main qui le découragent ++++ (on a fait... on ne fait plus! ) , et des travaux propres pour l'enseignant
- Selon objectif(s) de l'enseignant, ses réponses peuvent se faire en mode télégraphique ou de façon rédigée; sa 1ère prof d'HG a un enfant dyspraxique, elle était très au clair avec cela et a manifestement briefé ses collègues.

Pour mes élèves, en CM:
- je repasse les colonnes pour les calculs posés, que l'élève les "voit" mieux et aligne correctement les chiffres
- je ne fais pas géométrie (temps partiel) , je botte en touche de ce côté là
- j'allège les exercices de grammaire, d'orthographe, les dictées (je cible l'orthographe grammaticale sauf consigne du rééducateur, car j'axe sur son aspect logique)
- je limite la copie des leçons (4 lignes de feuille grand format à la fois); j'exige le même niveau d'exactitude (nb d'erreurs de copie) pour développer cette exigence envers soi-même, car au collège, cet aspect là sera considéré comme acquis; je vérifie tout ce qui "revient à la maison", comme l'immense majorité de mes collègues de primaire.
- j'agrandis les supports (A4 -> A3)
-en rédaction, je laisse à charge de l'élève la correction de la langue, je me charge de toute l'orthographe. Je ne fais pas utiliser l'ordinateur parce que le travail serait encore plus lent; mais avec un élève rôdé, je le ferai (sans s!).
- je fais établir un PAP, qui rassure les parents et l'enfant
- en CM2, je briefe les parents en fin d'année, qu'ils aillent faire "le tour de popotes" dès la rentrée pour que ce qui est nécessaire soit fait (mon collège de secteur perd beaucoup des documents que nous lui transmettons...).
Je crois que c'est tout!
Ah si...
- j'axe sur la méthodologie de mémorisation dès qu'un schéma ou une carte est obligatoire; utile pour tous, indispensable pour les dys- !
elisa18
Niveau 10

Re: La dyspraxie visuo-spatiale et la relation enseignant et ergothérapeute

par elisa18 le Ven 31 Mar 2017 - 21:52
@meevadeborah a écrit:Moi, j'ai l'impression que le point de vue de l'enseignant n'est pas pris en compte par les ergothérapeute ou les orthophonistes.
Ils donnent parfois des recommandations qui ne sont pas applicables car ils ne semblent pas prendre en compte la différence entre une séance avec un enfant seul et une séance avec un groupe classe.
D'autres recommandations ne me semblent pas judicieuses, comme compléter un texte à trous (enfin ça dépend du but), mais certains mots sortis du contexte perdent leur sens. J'ai souvent l'impression qu'il vaudrait mieux que l'enfant s'applique à ne copier qu'une phrase sur les cinq qu'il y a plutôt qu'à compléter juste quelques mots de tout le texte.
D'autres recommandations me semblent inadaptées, comme le fait de demander que l'enfant n'écrive pas la leçon pour éviter la double tâche s'il doit écouter en même temps, parce que concrètement, quand je fais copier du cours, je ne demande pas aux élèves d'écouter (même aux autres) et quand je veux expliquer quelque chose, je dis "poser les stylos" pour tout le monde. Résultat : j'ai l'impression que les élèves qui n'écrivent rien se déconcentrent pendant le temps de copie, d'ailleurs pendant ce temps-là ils ne font rien et j'aimerais mieux là aussi qu'ils ne copient que le début du cours au lieu de ne rien faire.
Bref, j'ai l'impression qu'ils ne retiennent que le message "je ne peux pas écrire, je ne peux pas faire" et qu'ils n'essaient plus du tout.
Bien sûr je ne décris là que ce qui ne va pas. D'un autre sens, depuis que je m'intéresse aux divers troubles auxquels les enfants sont confrontés, par des livres ou par internet, j'ai appris beaucoup de choses, j'ai modifié mon point de vue sur certains points et j'ai sûrement gagné en compréhension.
Reste aussi le risque à mes yeux de mettre les enfants dans des cases et la frontière entre ces troubles et les difficultés plus classiques est trouble dans de très nombreux cas (mais là il ne s'agit plus du rapport aux spécialistes, plutôt aux parents).

je ne suis pas tout à fait d'accord: l'ergo propose aussi des préconisations très simples, comme le tiers-temps du fait de la lenteur d'écriture (ou la suppression d'un exercice), souvent rerises dans le PAP. Ce soir, je suis assez furieuse: mon fils a eu un devoir aujourd'hui (4°), il n'a pas eu le temps de faire les 2 dernières questions, il va être pénalisé pour cela, le prof n'a toujours pas tenu compte de son PAP!
Quant au texte à trous, sa prof de français l'utilise pour lui: ils en sont tous les deux très contents!
Et sinon pas d'ordi pour lui: refus de la MDPH. Il est à -1.8 en vitesse d'écriture, et on est dans le pathologique à partir de -2!
avatar
Dhaiphi
Sage

Re: La dyspraxie visuo-spatiale et la relation enseignant et ergothérapeute

par Dhaiphi le Sam 1 Avr 2017 - 10:08
@Colombine a écrit: Certes, mais comment saurait-il l'utiliser si à la maison il ne s'en sert pas ?
Je crains que l'on puisse étendre cette remarque à l'intelligence dont la nature a généreusement doté la plupart des élèves. pale

_________________
De toutes les écoles que j’ai fréquentées, c’est l’école buissonnière qui m’a paru la meilleure.  
[Anatole France]
J'aime les regretteurs d'hier qui voudraient changer le sens des rivières et retrouver dans la lumière la beauté d'Ava Gardner.
[Alain Souchon]
Lenagcn
Niveau 10

Re: La dyspraxie visuo-spatiale et la relation enseignant et ergothérapeute

par Lenagcn le Sam 1 Avr 2017 - 12:27
Colombine: clairement, non, ce n'est pas suffisant.
Il faut pratiquer en plus des séances d'ergo. , c'est en forgeant qu'on devient forgeron.

Il faut je crois 2 ans d'apprentissage pour que la frappe soit suffisamment performante pour être utilisée valablement en cours. Mais à la maison, on n'a pas cette contrainte.


Est-ce qu'il serait possible d'approcher l'ergo. qui accompagne cet élève, qu'elle fasse du rentre-dedans auprès de la mère et de l'enfant?

Fiston a eu des lignes pour sa prof de math (il l'avait cherchée, il l'avait trouvée). Tarif élevé, hors de question qu'il les écrive. Il les a tapées. Sous mes yeux, pas de copié-collé.
J'ai chronométré la 1ère, la 10ème, la 25ème, la 50ème.
Il avait diminué son temps de frappe de 3 fois.
Comme quoi!
avatar
Rikki
Guide spirituel

Re: La dyspraxie visuo-spatiale et la relation enseignant et ergothérapeute

par Rikki le Sam 1 Avr 2017 - 17:01
Je crois de moins en moins à la "dysgraphie pure". Pour moi, il y a forcément un problème sous-jacent ou un problème d'apprentissage.

Là, ça fait plusieurs années que je travaille là-dessus, j'ai vu plusieurs centaines de personnes, et les seuls vrais dysgraphiques que j'ai vus étaient soit aussi dyspraxiques, soit atteints d'un handicap autre, quel qu'il soit.

Pour l'usage de l'ordinateur, ce qui me pose le plus question, c'est que dans nombre de cas, le handicap qui est gênant pour apprendre à écrire à la main s'avère tout aussi gênant pour apprendre à manipuler un ordinateur ! Alors, bien sûr, ça dépend des cas. S'il s'agit juste de scanner les cours des copains, ça peut être jouable. Mais on voit alors souvent des élèves incapables de gérer les fichiers ainsi générés, donc il faut passer derrière pour les faire organiser ce qu'ils ont scanné.

Du coup, je continue à me poser des questions sur les aménagements.

Le tiers-temps, par exemple, ce n'est pas quelque chose de facile à mettre en place du tout. Et on voit des choses absurdes, comme des tiers-temps accordés à des élèves qui écrivent mal, mais trop vite. Du coup, on n'en voit pas bien la logique.

_________________
mon site sur l'écriture : www.ecritureparis.fr
avatar
Colombine
Esprit éclairé

Re: La dyspraxie visuo-spatiale et la relation enseignant et ergothérapeute

par Colombine le Sam 1 Avr 2017 - 17:45
Je m'interroge moi aussi sur l'ordinateur pour ces enfants, pour les mêmes raisons que toi : s'ils n'ont pas la coordination nécessaire pour écrire, comment l'auraient-ils pour taper sur des touches minuscules ?
avatar
Nasopi
Bon génie

Re: La dyspraxie visuo-spatiale et la relation enseignant et ergothérapeute

par Nasopi le Sam 1 Avr 2017 - 18:39
@Colombine a écrit:Je m'interroge moi aussi sur l'ordinateur pour ces enfants, pour les mêmes raisons que toi : s'ils n'ont pas la coordination nécessaire pour écrire, comment l'auraient-ils pour taper sur des touches minuscules ?

Je pense que c'est beaucoup plus difficile d'écrire que de taper sur les touches d'un clavier. Ma fille a beaucoup de mal à écrire à la main, mais elle tape à toute vitesse sur les touches de son ordinateur.

_________________
"Donne-moi la sérénité nécessaire pour accepter telles qu’elles sont les choses qu’on ne peut pas changer, donne-moi le courage de changer celles qui doivent l’être ; donne-moi la sagesse qui permet de discerner les unes et les autres." (Marc-Aurèle)
Lenagcn
Niveau 10

Re: La dyspraxie visuo-spatiale et la relation enseignant et ergothérapeute

par Lenagcn le Sam 1 Avr 2017 - 22:01
Rikki: mon fils n'est effectivement pas que dysgraphique Wink .
J'ai refusé le tiers temps pour lui lors du DNB. Il se "débarrasse" du boulot au plus vite, autant de pas faire suer tout un collège pour rien. Par contre, j'ai demandé des supports agrandis et une dictée adaptée, en accord avec sa PP.

Nasopi: ce phénomène m'épate toujours. Bravo à ta fille!
avatar
Rikki
Guide spirituel

Re: La dyspraxie visuo-spatiale et la relation enseignant et ergothérapeute

par Rikki le Sam 1 Avr 2017 - 23:17
Nasopi, effectivement, dans le cas d'enfants autistes, je pense que le fonctionnement est très différent.

J'ai eu quelques enfants autistes en rééducation - très peu. Ils automatisent souvent très bien les exercices mais ont du mal à en changer et à réinvestir dans leur écriture habituelle. Bien entendu, ce que je dis là est très schématique, car tous sont différents et on ne peut pas généraliser. Mais en tout cas, pour moi, c'est quand même très très différent des dyspraxiques.

Il est plus simple, pour un certain nombre de gens, d'effectuer un geste d'adressage, sur le clavier, qu'un geste plus précis de traçage de la lettre. Mais ça n'est pas le cas de tout le monde, d'une part, il y a d'autres choses à gérer sur l'ordinateur, d'autre part. De plus, je ne pense pas du tout que les processus cognitifs en jeu soient les mêmes.

_________________
mon site sur l'écriture : www.ecritureparis.fr
Lenagcn
Niveau 10

Re: La dyspraxie visuo-spatiale et la relation enseignant et ergothérapeute

par Lenagcn le Dim 2 Avr 2017 - 0:00
N'est-ce pas une raison pour laquelle, lorsque l'automatisation de l'écriture manuelle a échoué, cela vaut la peine d'investir dans la frappe à l'ordi? Mettre en route un processus compensatoire, en fait.


Les personnes atteintes d'autisme ont parmi les traits typiques du mal à décontextualiser Wink
Tu as mis le doigt dessus  .

En me repassant le film encore et encore, je crois que l'ergo de Fiston avait mis le doigt dessus, mais n'avait pas osé m'en parler; une phrase sibylline m'avait interloquée et longuement travaillée vers la fin de la ré(?)éducation. Ce n'est qu'après une descente aux enfers que Fiston a consulté au bon endroit (les psy du CMP du secteur, au revoir, et pas merci), et qu'au bout de 3 rdv, la psychiatre nous a tendu la plaquette d'une asso de parents d'enfants asperger. 2 ans après cette phrase sibylline.
avatar
Nasopi
Bon génie

Re: La dyspraxie visuo-spatiale et la relation enseignant et ergothérapeute

par Nasopi le Dim 2 Avr 2017 - 8:44
Disons que l'autisme entraîne aussi des problèmes importants de coordination motrice, ce qui est le cas de ma fille (à 16 ans elle ne sait pas faire ses boutons toute seule, elle ne sait pas faire ses lacets, ne sait pas faire de vélo, etc). De ce point de vue précis, ne peut-on pas comparer les dysgraphiques ou les dyspraxiques et les autistes ?

_________________
"Donne-moi la sérénité nécessaire pour accepter telles qu’elles sont les choses qu’on ne peut pas changer, donne-moi le courage de changer celles qui doivent l’être ; donne-moi la sagesse qui permet de discerner les unes et les autres." (Marc-Aurèle)
elisa18
Niveau 10

Re: La dyspraxie visuo-spatiale et la relation enseignant et ergothérapeute

par elisa18 le Dim 2 Avr 2017 - 10:16
@Colombine a écrit:Je m'interroge moi aussi sur l'ordinateur pour ces enfants, pour les mêmes raisons que toi : s'ils n'ont pas la coordination nécessaire pour écrire, comment l'auraient-ils pour taper sur des touches minuscules ?

L'ergothérapeute est là pour les aider à mettre en place des stratégies, il existe des barres d'outils spécifiques, avec des logiciels (gratuits!) spécifiques, un bureau organisé....
Vous pouvez aller regarder sur des sites comme dyspraxique mais fantastique (DMF), le cartable fantastique...) Ce sont souvent des outils mis au point par les parents et les ergo.
Lenagcn
Niveau 10

Re: La dyspraxie visuo-spatiale et la relation enseignant et ergothérapeute

par Lenagcn le Dim 2 Avr 2017 - 10:29
Un point tout bête: même si ça n'est pas facile de taper à l'ordi, le rendu est en propre.
Propre comme jamais l'enfant ne pourra rendre un écrit de sa propre main.
Propre sans avoir à faire 2 -3 brouillons différents pour améliorer son écrit.
Ce qui rend le rapport à l'écrit moins conflictuel. Vraiment un soulagement. Et du coup permet d'y (re)tourner.
avatar
lene75
Empereur

Re: La dyspraxie visuo-spatiale et la relation enseignant et ergothérapeute

par lene75 le Dim 2 Avr 2017 - 12:31
@Colombine a écrit:Je m'interroge moi aussi sur l'ordinateur pour ces enfants, pour les mêmes raisons que toi : s'ils n'ont pas la coordination nécessaire pour écrire, comment l'auraient-ils pour taper sur des touches minuscules ?

L'an dernier j'avais un élève dyspraxique en terminale (donc fin de parcours). Aucun souci pour taper à l'ordi (alors qu'il ne pouvait même pas signer les feuilles d'émargement : il faisait - diffiicilement - une croix), en revanche totalement incapable de gérer la logistique (organisation de ses fichiers, clé usb, rien que le fait de rendre le devoir au lieu de remballer son ordi à la fin du cours sans rien avoir rendu, etc.). Il fallait tout faire pour lui.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
Contenu sponsorisé

Re: La dyspraxie visuo-spatiale et la relation enseignant et ergothérapeute

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum