des idées entre hellénistes pour un défi impossible

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

des idées entre hellénistes pour un défi impossible

Message par Philippus magister le Mar 18 Avr 2017 - 20:16

Bonjour à tous,

Je vais devoir enseigner le grec l'an prochain à un petit groupe d'élèves de terminales qui, tout motivés qu'ils sont, ont néanmoins commencé le grec cette année en 1ere et n'ont eu que deux heures sur les trois statutaires (...); bref, je n'ai pas fait de miracles; Je me demande au jour d'aujourd'hui comment les mettre devant un texte du programme de terminale dont ils sont incapables de comprendre une ligne, n'ayant pas les bases suffisantes, loin s'en faut. Je ne me vois pas faire autre chose que leur faire apprendre par coeur une traduction à ressortir à l'examinateur. J'ai pensé aux juxta qui pourraient au moins les aider dans les constructions.
Est-ce que vous avez des conseils? J'ai vu des juxta ici ou là, mais cela ne recouvre pas vraiment le programme, ou alors, j'ai mal cherché. Est-ce que l'un d'entre vous a été confronté à cette situation pédagogique?
Merci
XAIPE!
PF
avatar
Philippus magister
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: des idées entre hellénistes pour un défi impossible

Message par Iphigénie le Mar 18 Avr 2017 - 21:09

Dans un tel cas de figure, qui apparaîtra sur la liste de bac (il faut y préciser les conditions de l'apprentissage), je n'essaierais même pas de faire le programme de terminale ou alors de très,  très loin ( par exemple,  en respectant très grosso  modo  les thèmes,  mais en choisissant des textes plus courts et adaptés à ce que les élèves peuvent traduire en ayant si peu de grec derrière eux.)
je ne vois pas l'intérêt de leur faire apprendre par coeur des juxta-lineaires.
Quant à  l'oeuvre imposée une lecture en français s'impose et si tu n'as pas les moyens de leur trouver un extrait faisable, tant pis: il va de soi qu'avec de telles conditions d'apprentissage aucun ne prend le grec comme spécialité,  j'espère!
avatar
Iphigénie
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: des idées entre hellénistes pour un défi impossible

Message par Philippus magister le Mar 18 Avr 2017 - 23:14

Merci de ton mot; il m'apaise un peu... Je n'ai aucune expérience de ce niveau et encore moins dans ces conditions, j'écoute avec intérêt tes conseils.
XAIPE
avatar
Philippus magister
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: des idées entre hellénistes pour un défi impossible

Message par Ponocrates le Mer 19 Avr 2017 - 9:20

@Iphigénie a écrit:
je ne vois pas l'intérêt de leur faire apprendre par coeur des juxta-lineaires.
Ben, pour certains cela a plutôt bien marché - à condition d'apprendre par coeur aussi la grammaire relative aux textes- jdçjndr

_________________
"If you think education is too expensive, try ignorance ! "
"As-tu donc oublié que ton libérateur,
C'est le livre ? Le livre est là sur la hauteur;
Il luit; parce qu'il brille et qu'il les illumine,
Il détruit l'échafaud, la guerre, la famine
Il parle, plus d'esclave et plus de paria"
avatar
Ponocrates
Niveau 10


Revenir en haut Aller en bas

Re: des idées entre hellénistes pour un défi impossible

Message par Eliza-Jane le Mer 19 Avr 2017 - 11:05

@Ponocrates a écrit:
@Iphigénie a écrit:
je ne vois pas l'intérêt de leur faire apprendre par coeur des juxta-lineaires.
Ben, pour certains cela a plutôt bien marché - à condition d'apprendre par coeur aussi la grammaire relative aux textes- jdçjndr

Personnellement je ne parle pas "d'apprendre par coeur" mais de "s'approprier" une traduction, quand on a compris la décomposition grammaticale donc.
Pour revenir à la question initiale, PM, n'oublie pas que les IO autorisent à présenter des textes en partie bilingues (un seul court passage sera donc réellement à retraduire par les élèves, déjà ciblé : c'est moins lourd pour eux à réviser et tu pourras vraiment décortiquer la langue), ce qui permet d'avoir quand même matière à commenter et de ne pas se priver de beaux textes, avec la possibilité de survoler la VO dans le commentaire...

_________________
Fais ce que dois, advienne que pourra.
avatar
Eliza-Jane
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: des idées entre hellénistes pour un défi impossible

Message par Iphigénie le Mer 19 Avr 2017 - 11:09

@Ponocrates a écrit:
@Iphigénie a écrit:
je ne vois pas l'intérêt de leur faire apprendre par coeur des juxta-lineaires.
Ben, pour certains cela a plutôt bien marché - à condition d'apprendre par coeur aussi la grammaire relative aux textes- jdçjndr
Oui, mais à condition de maîtriser un peu la langue: avec une seule année de grec à deux heures hebdomadaires, je maintiens que c'est vraiment sans intérêt et surtout impossible.
Autant leur faire faire un petit Lucien (Dialogue des morts) pour  la partie "philo", quelques phrases bien choisies de Lysias ou un peu d'Esope et tant pis pour le programme déjà ambitieux pour un bon élève ayant commencé réellement la langue en quatrième...L'épreuve est artificielle déjà dans des conditions normales mais apprendre une traduction avec le texte grec en seule phonétique, comment dire... woohoo
avatar
Iphigénie
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: des idées entre hellénistes pour un défi impossible

Message par Iphigénie le Mer 19 Avr 2017 - 11:14

@Eliza-Jane a écrit:
@Ponocrates a écrit:
@Iphigénie a écrit:
je ne vois pas l'intérêt de leur faire apprendre par coeur des juxta-lineaires.
Ben, pour certains cela a plutôt bien marché - à condition d'apprendre par coeur aussi la grammaire relative aux textes- jdçjndr

Personnellement je ne parle pas "d'apprendre par coeur" mais de "s'approprier" une traduction, quand on a compris la décomposition grammaticale donc.
Pour revenir à la question initiale, PM, n'oublie pas que les IO autorisent à présenter des textes en partie bilingues (un seul court passage sera donc réellement à retraduire par les élèves, déjà ciblé : c'est moins lourd pour eux à réviser et tu pourras vraiment décortiquer la langue), ce qui permet d'avoir quand même matière à commenter et de ne pas se priver de beaux textes, avec la possibilité de survoler la VO dans le commentaire...
je trouve plus formateur de faire des textes moins ambitieux que de faire des textes en traduction en n'en traduisant qu'une phrase...
En précisant sur la liste les conditions d'apprentissage (que d'ailleurs je ne m'explique pas, sauf peut-être si les élèves sont passés par la mirifique section d'exploration extra-terrestre des langues anciennes en seconde...) je ne vois pas qui reprocherait de ne pas avoir suivi le programme... Au point où on en est arrivé... En tout cas cela me choquerait moins, comme examinatrice que du par cœur plaqué sur du vide, même si on a un beau commentaire blablablablablabla  tout aussi par cœur...
avatar
Iphigénie
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: des idées entre hellénistes pour un défi impossible

Message par Philippus magister le Mer 19 Avr 2017 - 12:20

merci à tous d'avoir suivi le fil; vous avez une approche légèrement différente, mais ce que je retiens comme substrat commun est que nous sommes tous soumis à du bricolage. Il faut trouver un équilibre dans de telles conditions pédagogiques et "s'arranger" en quelque sorte. Avec son honnêteté intellectuelle en premier lieu (ne pas cacher aux élèves, tout en donnant du sens à l'apprentissage, qu'ils ne liront pas le grec en fin d'année) avec les contenus eux-mêmes (qu'enseigner? des points de grammaire émiettés, comme je vois dans les manuels? Des traductions apprises par coeur en juxta qui peuvent faire illusion le jour de l'oral? je crois qu'on ne peut pas s'affranchir d'une réflexion) et avec les io si loin du terrain. Je découvre une façon d'enseigner qui n'a rien à voir avec celle avec laquelle j'ai appris le grec. Certains d'entre vous semblent un peu partager ce ressenti, ça me réconforte.
XAIPE
philippe
avatar
Philippus magister
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: des idées entre hellénistes pour un défi impossible

Message par Philippus magister le Mer 19 Avr 2017 - 12:20

merci à tous d'avoir suivi le fil; vous avez une approche légèrement différente, mais ce que je retiens comme substrat commun est que nous sommes tous soumis à du bricolage. Il faut trouver un équilibre dans de telles conditions pédagogiques et "s'arranger" en quelque sorte. Avec son honnêteté intellectuelle en premier lieu (ne pas cacher aux élèves, tout en donnant du sens à l'apprentissage, qu'ils ne liront pas le grec en fin d'année) avec les contenus eux-mêmes (qu'enseigner? des points de grammaire émiettés, comme je vois dans les manuels? Des traductions apprises par coeur en juxta qui peuvent faire illusion le jour de l'oral? je crois qu'on ne peut pas s'affranchir d'une réflexion) et avec les io si loin du terrain. Je découvre une façon d'enseigner qui n'a rien à voir avec celle avec laquelle j'ai appris le grec. Certains d'entre vous semblent un peu partager ce ressenti, ça me réconforte.
XAIPE
philippe
avatar
Philippus magister
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum