Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
leskhal
Niveau 9

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par leskhal le Mer 3 Mai 2017 - 20:18
Comme beaucoup, de rares instants de plaisir quand on arrive à faire passer une idée nouvelle, mais quel gâchis de temps et d'énergie pour une majorité d'élèves qui ne savent rien et se complaisent dans leurs lacunes !
On travaille pour une demi-douzaine sur 36, les autres sont des touristes bavards.
Et l'administration nous pourrit le boulot et nous infantilise.
Le plaisir est vraiment limité. Il faut une vie en dehors du bahut pour supporter l'éducation nationale en faillite, et l'argent qui tombe à la fin du mois.
avatar
doubledecker
Expert spécialisé

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par doubledecker le Mer 3 Mai 2017 - 20:26
Cette année j'ai vraiment l'impression de faire de la m*** : cours en 5 segpa avec regroupement de 2 classes =18 élèves, cours en 3e segpa avec 21 élèves. Personne n'y trouve son compte, ni les élèves à qui je ne peux plus accorder toute l'attention qu'il leur faudrait ni moi qui ait vraiment l'impression de faire du très mauvais boulot. Pas fière de moi quand je rentre le soir claquée parce que 21 élèves à besoins spécifiques dans la même classe avec aussi des problématiques de comportements difficiles eh ben ça en pompe de l'énergie.
Heureusement les 4e segpa sont séparés en 2 classes et sont une dizaine dans chaque classe.

_________________
If you're not failing every now and again it's a sign you're not doing anything very innovative (Woody Allen)


La boutique de LolaDragibus : des petites choses futiles et inutiles pour embellir la vie (p'tites bricoles en tissu, papier, crochet....) : venez y jeter un oeil 😊
avatar
Lefteris
Empereur

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par Lefteris le Jeu 4 Mai 2017 - 12:12
@leskhal a écrit:
Le plaisir est vraiment limité. Il faut une vie en dehors du bahut pour supporter l'éducation nationale en faillite, et l'argent qui tombe à la fin du mois.
Tu viens d'expliquer sans le vouloir pourquoi il n'y aura bientôt plus de candidats à la profession
"Il faut une vie en dehors" (ce que je dis d'ailleurs aussi sans cesse) : le métier devient juste un moyen de vie, purement alimentaire;
"l'argent qui tombe à la fin du mois" : précisément parce que c'est alimentaire et que dès 3 ans d'études on peut passer des tas de concours mieux payés dans la Fonction publique, on passera de plus en plus son chemin.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble".
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, par la stratégie du puzzle).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
User21929
Expert

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par User21929 le Jeu 4 Mai 2017 - 12:46
Le bac. pro. dont j'enseigne la matière professionnelle a changé à nouveau l'année dernière. En 1994, j'étais avec 12 élèves 16H par semaine. Aujourd'hui, je suis avec 20 élèves 7H45 par semaine...

Du plaisir ?
avatar
marjolie.june
Fidèle du forum

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par marjolie.june le Jeu 4 Mai 2017 - 13:03
Pour moi, cette année fut la pire sur le plan professionnel : je n'ai jamais été aussi démotivée, et je n'ai jamais autant eu l'impression de faire de la m*** toute l'année. Deux classes "poubelle" en 4e en français et la réduction des heures en langues anciennes y sont sans doute pour beaucoup.

@Lefteris a écrit:
@leskhal a écrit:
Le plaisir est vraiment limité. Il faut une vie en dehors du bahut pour supporter l'éducation nationale en faillite, et l'argent qui tombe à la fin du mois.
Tu viens d'expliquer  sans le vouloir pourquoi il n'y aura bientôt plus de candidats à la profession
"Il faut une vie en dehors" (ce que je dis d'ailleurs aussi sans cesse) : le métier devient juste un moyen de vie, purement alimentaire;
"l'argent qui tombe à la fin du mois" : précisément parce que c'est alimentaire et que dès 3 ans d'études on peut passer des tas de concours mieux payés dans la Fonction publique, on passera de plus en plus son chemin.

J'aimerais bien savoir lesquels. Je ne veux pas faire la maline, mais je suis prof agrégée au collège (pas par choix mais par obligation : je n'arrive pas à muter au lycée), PP, avec une HS, en REP, à l'échelon 6 : je gagne aux alentours de 2800€ par mois. On ne peut pas dire que je sois débordée par les préparations et les corrections, vu le niveau de mes élèves. Quel concours me permettrait de mieux gagner ma vie ? C'est une vraie question, parce que je suis tellement désabusée, parce que je suis prête à partir et à faire autre chose (à la condition de ne pas régresser en termes de salaire).
User21929
Expert

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par User21929 le Jeu 4 Mai 2017 - 13:43
Au bout de 28 ans de maison je suis en net à environ 2850 €, dans 5 ans j'atteindrai le maxi de ma grille soit environ 3100 € (d'après le PPCR). Je refuse tout supplément (HS, PP, etc.), et cela me convient (mais je ne dirais pas non à plus    ). Par contre comme je ne crois pas en la Classe Exceptionnelle, mes dernières années, 8,vont être encore moins plaisantes...
avatar
Lefteris
Empereur

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par Lefteris le Jeu 4 Mai 2017 - 14:35
@marjolie.june a écrit:

J'aimerais bien savoir lesquels. Je ne veux pas faire la maline, mais je suis prof agrégée au collège (pas par choix mais par obligation : je n'arrive pas à muter au lycée), PP, avec une HS, en REP, à l'échelon 6 : je gagne aux alentours de 2800€ par mois. On ne peut pas dire que je sois débordée par les préparations et les corrections, vu le niveau de mes élèves. Quel concours me permettrait de mieux gagner ma vie ? C'est une vraie question, parce que je suis tellement désabusée, parce que je suis prête à partir et à faire autre chose (à la condition de ne pas régresser en termes de salaire).
Pour un agrégé, catégorie A+ , un concours de catégorie A est à peu près équivalent avec les primes. Un peu supérieur surtout dans un  premier temps, car on se retrouve reclassé à indice égal + les indemnités, qui peuvent se monter à 30%, 40%  selon les ministères (Finances, Intérieur, Affaires étrangères et quelques autres ...) . J'étais catégorie A, j'ai dégringolé comme certifié d'environ 30-35% tout mis bout-à-bout, et maintenant que je suis agrégé HC  ( pas  tout à fait au bout, pas PP, pas d'HS) je gagne à peu près ce que je gagnais en grade de milieu de carrière il y a douze-quinze ans. Mes ex-collègues qui ont eu une carrière normale  dépassent aujourd'hui  les 4000 € nets (agrégé sans HS ni PP = 3700 €) .

Pour un agrégé, ça se discute encore, pour celui qui a un confort de travail . Mais les futurs barrages pour la HC , les coups qui vont être portés tôt ou tard au statut vont lever les hésitations (un des pires coups a été dans les années 90, quand la revalo a eu lieu pour tout le monde et que les seuls A+ restant sur le carreau ont été les agrégés, tout un symbole) , d'autant qu'il faut quand même longtemps pour être agrégé, sans être certain de réussir le concours.  Ne pas oublier  non plus que certains corps de catégorie A, certes inférieurs au recrutement,  ont des débouchés supérieurs à ceux de l'agrégation en cours de carrière ou en fin de carrière. Une de mes relations de sport a commencé inspecteur au MINEF, il a un emploi d'encadrement, il est au sommet de l'échelle B à 62 ans, et a eu accès à ce poste depuis presque une dizaine d'années.

Pour un certifié, il n'y a pas photo, n'importe quoi vaut mieux qu'enseignant, même certains concours de catégorie B.  Dans mes nombreuses pérégrinations, j'ai encore  eu connaissance d'un ex prof d'HG devenu gardien de la paix. Il gagne plus (le reclassement de A à B  l'a porté plus haut qu'un débutant, indiciairement, plus environ 30 % d'indemnités)  a autant de congés avec les récupératiosn, et s'estime moins emm..dé. Et en plus il pourra évoluer, devenir gradé dans le même corps, voire officier ou plus par concours interne.
Quand la qualité de travail sera totalement dégradée dans l'EN  (prisonniers de l'établissement,  augmentation du temps de travail, vacances réduites projets obligatoires, disciplines détruites...) il n'y aura même plus à se poser la question.


Whypee a écrit:Au bout de 28 ans de maison je suis en net à environ 2850 €, dans 5 ans j'atteindrai le maxi de ma grille soit environ 3100 € (d'après le PPCR). Je refuse tout supplément (HS, PP, etc.), et cela me convient (mais je ne dirais pas non à plus    ). Par contre comme je ne crois pas en la Classe Exceptionnelle, mes dernières années, 8,vont être encore moins plaisantes...
Exactement le  traitement mensuel (avec indemnités) d'une de  mes connaissances, contrôleur des douanes (cat B) mais à 30 ans avec  neuf-dix ans d'ancienneté.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble".
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, par la stratégie du puzzle).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
gnafron2004
Sage

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par gnafron2004 le Jeu 4 Mai 2017 - 16:06
C'est une question qui revient de plus en plus souvent sur le forum, c'est quand même symptomatique, je trouve. Mes parents étaient enseignants, et cela ne leur est jamais venu à l'idée de faire autre chose, et ils ne connaissent personne qui a démissionné. Ils sont partis à la retraite il y a 16 ans, après 37 ans et demi de bons et loyaux services, comme c'était prévu quand j'ai eu mon concours.
avatar
Lefteris
Empereur

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par Lefteris le Jeu 4 Mai 2017 - 16:21
@gnafron2004 a écrit:C'est une question qui revient de plus en plus souvent sur le forum, c'est quand même symptomatique, je trouve. Mes parents étaient enseignants, et cela ne leur est jamais venu à l'idée de faire autre chose, et ils ne connaissent personne qui a démissionné. Ils sont partis à la retraite il y a 16 ans, après 37 ans et demi de bons et loyaux services, comme c'était prévu quand j'ai eu mon concours.
Dans ma famille et mon entourage relationnel , il y a de moins en moins d'enseignants au fil des générations . Pour ma grand-mère, brillante élève de milieu très pauvre, devenir institutrice était une promotion sociale. Etre certifié était encore une promotion sociale pour la génération suivante. Pour ma génération, un pis-aller, pour celle qui me suit, un repoussoir, je le vois parmi mes neveux et nièces, ou enfants d'amis, donc beaucoup sont en début de vie d'adulte  : les brillants à l'école n'y pensent même pas , les moins bons disent "surtout pas !". Je connais deux filles d'amis qui partaient pour le devenir, très bonnes étudiantes,  et qui ont bifurqué en cours de route, avant qu'il ne soit trop tard. L'une d'elle a eu le nez creux, ou a consulté une bonne voyante  : elle était en LC, et c'était juste avant la réforme.


_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble".
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, par la stratégie du puzzle).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
User21929
Expert

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par User21929 le Jeu 4 Mai 2017 - 18:20
@gnafron2004 a écrit:C'est une question qui revient de plus en plus souvent sur le forum, c'est quand même symptomatique, je trouve. Mes parents étaient enseignants, et cela ne leur est jamais venu à l'idée de faire autre chose, et ils ne connaissent personne qui a démissionné. Ils sont partis à la retraite il y a 16 ans, après 37 ans et demi de bons et loyaux services, comme c'était prévu quand j'ai eu mon concours.

Et dire que je dois 5 ans de plus sans avoir eu mon mot à dire !!! Ca gâche encore plus le "plaisir".
avatar
Lefteris
Empereur

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par Lefteris le Jeu 4 Mai 2017 - 18:29
Whypee a écrit:
@gnafron2004 a écrit:C'est une question qui revient de plus en plus souvent sur le forum, c'est quand même symptomatique, je trouve. Mes parents étaient enseignants, et cela ne leur est jamais venu à l'idée de faire autre chose, et ils ne connaissent personne qui a démissionné. Ils sont partis à la retraite il y a 16 ans, après 37 ans et demi de bons et loyaux services, comme c'était prévu quand j'ai eu mon concours.

Et dire que je dois 5 ans de plus sans avoir eu mon mot à dire !!! Ca gâche encore plus le "plaisir".
Nous sommes nombreux comme ça...

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble".
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, par la stratégie du puzzle).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
chris69
Niveau 4

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par chris69 le Ven 5 Mai 2017 - 6:39
Je prends enfin un énorme plaisir à enseigner après 15 ans mais... je suis à l'étranger dans le réseau de l'AEFE depuis 1 an.
Cette année, j'ai des 5ème, 3ème, 2nde et 1ère avec une seule classe à plus de 20 élèves. Pas envie de revenir en France, de telles conditions changent la vie.
Je pars même chaque matin avec plaisir ;-)
avatar
lene75
Empereur

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par lene75 le Ven 5 Mai 2017 - 11:01
Je réponds sans avoir encore tout lu.

Ça dépend beaucoup des classes. En T1, j'étais dans un lycée top de chez top : élèves toujours de bonne humeur, sympathiques, dynamiques, ouverts, intéressés, bosseurs, de bon niveau et qui posaient beaucoup de questions. C'était très agréable et stimulant intellectuellement. J'ai bossé comme une damnée, fait des tonnes de lectures pour eux, et j'en garde un super souvenir tout en sachant que plus jamais je n'aurai de tels élèves. Le we je n'attendais qu'une chose : retourner les voir pour m'éclater avec eux.

Bref, maintenant je suis dans un lycée quelconque de RP et ça dépend beaucoup des classes :
- faire cours dans certaines classes est un vrai calvaire. "Faire cours" est un bien grand mot, d'ailleurs, je devrais dire "tenter de maintenir l'ordre". Dans ce cas-là, je n'ai qu'une envie : prendre mes jambes à mon cou, et les heures me paraissent bien longues.
- d'autres classes sont moins pénibles mais je m'y emm* royalement : celles dans lesquelles les élèves montrent ostensiblement que le cours les fait ch*, n'en foutent pas une et ne posent pas de gros problèmes de discipline mais suffisamment pour qu'on ne puisse pas y faire un cours palpitant : vous savez, ces classes bavardes avec 4 ou 5 petits rigolos qui cherchent à faire les malins et le gros de la troupe qui ne se tait que quand on pousse une gueulante.
- d'autres classes me laissent indifférente, il faut y faire modérément la police et les élèves ne se foulent pas trop mais sont suffisamment polis ou scolaires pour avoir vaguement l'air de s'intéresser à ce qui se dit. Leur faire cours peut être sympa par moments.
- et enfin, il y a les classes dans lesquelles je prends vraiment du plaisir, même si pas autant qu'en T1. Ce ne sont pas forcément des classes idéales, mais le point commun, c'est que les gamins y sont sympas, qu'il ne faut pas y faire trop la police et qu'on peut faire du second degré. Après, suivant les cas, ça peut être des gamins faibles mais qui s'accrochent. Des gamins pas très bosseurs mais qui s'intéressent en cours. Ou, le top du top, des gamins qui réfléchissent et qui permettent de faire des cours intellectuellement stimulants. Avec des élèves comme ça, faire un peu de police ne me dérange pas si ça reste bon enfant : quelques bavardages qui cessent quand on le demande ou quand on déplace les bavards (lesquels bavards n'engagent pas un bras de fer avec le prof quand on leur demande de se déplacer...) ou même des gosses qui peuvent tenter des bêtises mais qui ne sont pas insensibles aux engueulades et aux sanctions.
L'idéal est d'avoir au moins une classe comme ça chaque année, malheureusement ce n'est pas toujours le cas...

Edit : ah, un truc, pour toutes les catégories de classes sauf la dernière : je m'investis beaucoup moins qu'avant dans la préparation de mes cours, comme ça, s'ils me foutent un cours en l'air, j'en suis beaucoup moins affectée. Tant pis pour eux, ils ne m'ont pas saccagé des heures de boulot.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
avatar
Petit pois
Niveau 9

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par Petit pois le Ven 5 Mai 2017 - 11:48
Merci pour vos témoignages !
En ce moment, je suis démoralisée ... J'ai l'impression de m'épuiser, d'en faire beaucoup trop pour un résultat minable ...
Mes Cinquièmes me désespèrent. Je refais mes cours, prépare des fiches, des TP, varie les cours, etc ... J'y consacre un temps fou au détriment de mon repos. Rien n'y fait ... J'ai un retard monumental dans ma progression. Ils se moquent éperdument du travail, ne font aucun effort, sont capables d'écrire des horreurs ... Ce matin, j'ai piqué une colère "froide" après une évaluation où ils ont fait n'importe quoi. Cela semble les avoir touchés ... On verra mardi. Je n'ai pas de problèmes de discipline. Ils seraient même attachants si j'étais psychologue !... Tous les profs font le même constat et beaucoup ont abandonné tout espoir d'en faire quelque chose ... Je n'arrive malheureusement plus à prendre du recul et laisser moi aussi tomber en faisant le minimum.
Juste envie de ne plus les voir et de partir loin ... :triste3: :triste3:
avatar
Lefteris
Empereur

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par Lefteris le Ven 5 Mai 2017 - 12:15
@lene75 a écrit:J

Edit : ah, un truc, pour toutes les catégories de classes sauf la dernière : je m'investis beaucoup moins qu'avant dans la préparation de mes cours, comme ça, s'ils me foutent un cours en l'air, j'en suis beaucoup moins affectée. Tant pis pour eux, ils ne m'ont pas saccagé des heures de boulot.
Ce qui est  affligeant, dans ton témoignage, c'est qu'on a l'impression, si on ne sait pas que ce sont des terminales, que ce sont des collégiens. humhum
Les amusements, l'obligation de déplacer les bavards, les bras de fer éventuels dans ce cas.
Pour ce que j'ai laissé, je confirme : on ne voit aucune différence. Si l'on maîtrise son sujet, pas besoin de préparer à fond tel ou tel cours, pas besoin de formalisme style IUFM. Idem pour la progression :   préparer une trame, et adapter au fur et à mesure, on ne fait jamais ce qu'on a prévu. Ainsi on n'est pas déçu du gâchis , un peu comme quand on jette un repas auquel personne n'a touché. J'ai considérablement réduit mes préparations "directes". Quand je travaille sur un sujet, un oeuvre, je lis beaucoup à bâtons rompus , sans idée précise, je ratisse large. Par exemple sur une pièce de Molière, je vais reprendre d'autres textes, des préfaces, des articles, je me laisse entraîner au fil des lectures, mais je ne passe plus de temps sur chaque cours. Je choisis  dans le manuel (ou dans un autre) un texte qui me semble illustrer ce qu e j veux faire,  un questionnaire pertinent, et c'est parti. Et comme j'ai une vision large de la chose, je suis très à l'aise. Bien plus qu'à passer du temps à formaliser, minuter des séquences,faire des tableaux comme les débilités qu'on apprend aux stagiaires dans les ESPE ...
Du reste, les élèves savent très bien qu'ils sabotent du travail , des efforts, et le font parfois exprès. Une collègue m'a un jour rapporté une conversation édifiante d'élèves se lâchant devant elle (je débutais)  : "Il aime trop sa matière, on va tout faire pour lui casser son cours". J'ai face à moi des classes comportant un fort taux d'élèves difficiles (et ça empire), pour ne pas dire atroces, même si le politiquement correct sirupeux de l'EN . Ca va bien mieux quand je rentre, qu'ils ont été odieux, on réussi à faire perdre la moitié" du cours en refusant d'enlver les manteaux, de se déplacer, de se taire,  et que je me dis qu'ils n'ont pas saboté plusieurs heures de travail, donc de ma vie.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble".
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, par la stratégie du puzzle).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
dita
Habitué du forum

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par dita le Ven 5 Mai 2017 - 12:26
Oui, mais, Lefteris, vit-on lorsqu'on travaille ?
avatar
Lefteris
Empereur

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par Lefteris le Ven 5 Mai 2017 - 12:47
@dita a écrit:Oui, mais, Lefteris, vit-on lorsqu'on travaille ?
Physiologiquement, oui. Mais ce sont des sortes de parenthèses où l'on est "aliéné", au sens propre, et au sens marxiste.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble".
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, par la stratégie du puzzle).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
marjolie.june
Fidèle du forum

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par marjolie.june le Ven 5 Mai 2017 - 16:17
@Lefteris a écrit:
@lene75 a écrit:J

Edit : ah, un truc, pour toutes les catégories de classes sauf la dernière : je m'investis beaucoup moins qu'avant dans la préparation de mes cours, comme ça, s'ils me foutent un cours en l'air, j'en suis beaucoup moins affectée. Tant pis pour eux, ils ne m'ont pas saccagé des heures de boulot.
Ce qui est  affligeant, dans ton témoignage, c'est qu'on a l'impression, si on ne sait pas que ce sont des terminales, que ce sont des collégiens. humhum
Les amusements, l'obligation de déplacer les bavards, les bras de fer éventuels dans ce cas.
Pour ce que j'ai laissé, je confirme : on ne voit aucune différence. Si l'on maîtrise son sujet, pas besoin de préparer à fond tel ou tel cours, pas besoin de formalisme style IUFM. Idem pour la progression :   préparer une trame, et adapter au fur et à mesure, on ne fait jamais ce qu'on a prévu. Ainsi on n'est pas déçu du gâchis , un peu comme quand on jette un repas auquel personne n'a touché. J'ai considérablement réduit mes préparations "directes". Quand je travaille sur un sujet, un oeuvre, je lis beaucoup à bâtons rompus , sans idée précise, je ratisse large. Par exemple sur une pièce de Molière, je vais reprendre d'autres textes, des préfaces, des articles, je me laisse entraîner au fil des lectures, mais je ne passe plus de temps sur chaque cours. Je choisis  dans le manuel (ou dans un autre) un texte qui me semble illustrer ce qu e j veux faire,  un questionnaire pertinent, et c'est parti. Et comme j'ai une vision large de la chose, je suis très à l'aise. Bien plus qu'à passer du temps à formaliser, minuter des séquences,faire des tableaux comme les débilités qu'on apprend aux stagiaires dans les ESPE ...
Du reste, les élèves savent très bien qu'ils sabotent du travail , des efforts, et le font parfois exprès. Une collègue m'a un jour rapporté une conversation édifiante d'élèves se lâchant devant elle (je débutais)  : "Il aime trop sa matière, on va tout faire pour lui casser son cours". J'ai face à moi des classes comportant un fort taux d'élèves difficiles (et ça empire), pour ne pas dire atroces, même si le politiquement correct sirupeux de l'EN . Ca va bien mieux quand je rentre, qu'ils ont été odieux, on réussi à faire perdre la moitié" du cours  en refusant d'enlver les manteaux, de se déplacer, de se taire,  et que je me dis qu'ils n'ont pas saboté plusieurs heures de travail, donc de ma vie.

Idem, et j'avoue que je ne vois pas de grande différence avec l'époque où je passais un temps fou à minuter mes séances. Au contraire, cela apporte une certaine souplesse qui permet de mieux gérer une heure de cours.
avatar
Lefteris
Empereur

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par Lefteris le Ven 5 Mai 2017 - 19:45
@marjolie.june a écrit:
Idem, et j'avoue que je ne vois pas de grande différence avec l'époque où je passais un temps fou à minuter mes séances. Au contraire, cela apporte une certaine souplesse qui permet de mieux gérer une heure de cours.
Et ça stresse bien moins. On en revient toujours à la même chose : n'en déplaise aux esprits chagrins , plus on est à l'aide disciplinairement, moins on a besoin de préparer, plus on peut rebondir aisément. On le voit bien quand on travaille un auteur nouveau.  Ca demande un déploiement d'énergie important et pour certains c'est tout le temps. Je doute que le master MEEF les ait beaucoup aidés. Quand je prépare un cours sur la formation des mots, par exemple, je ne prépare pas un à un tous les exercices, je suis sûr de moi, et je vois au fur et à mesure , selon le rythme, ce que je fais ou non. Mais je vois des jeunes collègues qui sont obligés de tout préparer, mot par mot, parce qu'ils ne sont pas très à l'aise. Si en plus on leur impose un formalisme digne d'un carcan...


Dernière édition par Lefteris le Sam 6 Mai 2017 - 10:49, édité 1 fois (Raison : Ponctuation)

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble".
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013, par la stratégie du puzzle).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
titeprof
Expert

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par titeprof le Sam 6 Mai 2017 - 7:12
Au début de ma "carrière", il y a 11 ans, j'avais de vrais groupes de sciences à 20 élèves maxi. On manipulait, c'était vivant, et il n'y avait pas trop de discipline à faire : j'avais eu la chance de débuter dans un bon collège.
Aujourd'hui, je suis dans un collège de centre ville qui draine les quartiers de la gare, tous les hlm autour, les foyers d’accueil, etc... Comme nous sommes une "cité scolaire", groupé avec un lycée pas trop mal, nous ne bénéficions pas de la mention REP qui nous aurait largement été accordée si nous étions seul. Je n'ai plus de groupe (je n'appelle pas groupe un troupeau de 26-28 élèves), dans mes classes se côtoient allègrement toute la collection des dys la plupart du temps auto-diagnostiquée par papa-maman, des gamins qui ne parlent pas français, des gamins qui ne savent pas lire, des cas en puissance (certains cumulent déjà 5 exclusions de divers collèges, pour agressions/racket/menaces de mort sur enseignants...-ne rien barrer- notre record étant un gamin resté une seule semaine avant d'être re-viré), des gosses violents, des cas psychiatriques (mais plus de place en ITEP)... Je n'ai plus vraiment de plaisir à travailler la plupart du temps, tout simplement parce que je ne fais plus mon travail, mon vrai travail, dans nombre de ces classes. Je les empêche de casser/voler le dernier microscope qui tient encore la route ou de planter le scalpel dans la main du voisin pour rigoler. Je suis devenue lasse et résolument défaitiste. Je ne donne plus de devoirs à la maison car ils ne les font pas, je ne colle plus car ils ne viennent pas, je surnote allègrement car un rdv-tribunal avec des parents d'élèves l'an dernier m'a traumatisée et laissé dans la bouche un goût amer. Ils se foutent qu'on leur apprennent quelque chose, ils veulent juste des bonnes notes, ils "y ont droit". J'attends 17h. J'attends les vacances. J'attends le courage/l'opportunité de faire autre chose. Je n'y vais pas vraiment à reculons notez bien, j'y vais comme on va à l'usine, mécaniquement, et le soir je laisse mon sac dans le casier. Je ne travaille plus le soir ni le week-end. Personne ne voit la différence, je me demande pourquoi je n'ai pas commencé à lâcher prise plus tôt. Je regarde les 15 collègues qui demandent leur mut' cette année pour fuir ce collège avec un poil d'envie mêlé d'admiration : tout recommencer ailleurs quand on a passé des heures à chercher sur le net comment se reconvertir, c'est au delà de mes forces.


Dernière édition par titeprof le Sam 6 Mai 2017 - 7:16, édité 1 fois (Raison : orthographe)

_________________
[center]Je suis comme le ciel, rien ne s'accroche à moi (mantra)
avatar
simone43
Neoprof expérimenté

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par simone43 le Sam 6 Mai 2017 - 7:59
Ouh là ! effectivement à ce point,  ça doit être horrible d'aller travailler. Pourquoi ne demandes-tu pas ta mutation,  titeprof ?

_________________
"Mais ce qu'elle déplore
Surtout, ce qui la fait frémir jusqu'aux genoux,
C'est que demain, hélas ! il faudra vivre encore!
Demain. Après-demain et toujours ! comme nous !"
Baudelaire
avatar
gnafron2004
Sage

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par gnafron2004 le Sam 6 Mai 2017 - 8:01
Moi aussi je commencerais par ça (c'est ce que j'ai fait, d'ailleurs....) ça permet de redécouvrir le métier, qui change selon les lieux, le public, les collègues...
avatar
Marcelle Duchamp
Fidèle du forum

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par Marcelle Duchamp le Sam 6 Mai 2017 - 8:11
fleurs2 Titeprof

Dans l'ancien collège de ma soeur, l'année dernière près de 20 collègues ont muté (dont certains qui étaient là depuis près de 30 ans!) pour fuir une ambiance détestable.
Tu devrais aller voir ailleurs si l'herbe est plus verte, ce qui sera sûrement le cas!
avatar
lene75
Empereur

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par lene75 le Sam 6 Mai 2017 - 16:44
D'accord avec les autres, Titeprof !

Même si ça :

@titeprof a écrit:Je ne donne plus de devoirs à la maison car ils ne les font pas, je ne colle plus car ils ne viennent pas

me rappelle quelqu'un... Existe-t-il encore des endroits (dans le public, s'entend) où ça se passe autrement ?
Mais pour le reste, tu as vraiment de gros cas qu'il n'y a pas forcément, ou pas en si grand nombre, ailleurs.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
avatar
capucine42
Érudit

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par capucine42 le Sam 6 Mai 2017 - 17:10
Je suis sidérée Titeprof et j' ai du mal à cadrer ta description avec l' établissement de centre-ville devant lequel on passe tous les jours.
Je mettrais mon poste au mouvement sans hésitation à ta place, je pense qu' il vaut mieux travailler un peu plus loin de chez soi et être mieux. Beaucoup de gens sont terrorisés à l' idée de muter et les CDE le savent bien.

J' ai beaucoup de plaisir à enseigner, surtout au lycée, surtout en première. Je me suis d' ailleurs habituée à ne quasiment plus faire de discipline. Pourtant je tente le coup de muter à nouveau l' an prochain. Si ça marche ça sera la 7 ème fois, mais ensuite, sauf à aller vivre ailleurs, je ne pourrais plus espérer mieux. Je vais donc tenter de me fixer vraiment, ce qui m' est difficile.
En revanche, prof dans le privé échelon 7, mon salaire de 1860 euros est ridiculement bas. Mais ça ne constitue pas pour moi une raison assez forte pour me reconvertir.

_________________
Age des enfants
avatar
lene75
Empereur

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par lene75 le Sam 6 Mai 2017 - 17:26
@capucine42 a écrit:J' ai beaucoup de plaisir à enseigner, surtout au lycée, surtout en première. Je me suis d' ailleurs habituée à ne quasiment plus faire de discipline.

T'as du bol, ça change la vie... j'hésite à rejoindre le privé pour ça, par chez moi il y a des lycées qui sont bien (autant dire qu'ils nous piquent tous les élèves corrects), une ancienne collègue TZR de Lettres dans mon lycée qui a rejoint le privé pas loin de chez moi m'a même dit ne pas avoir du tout de discipline à faire en STMG !!!! Mais je me sens coincée à cause des mes impératifs d'emploi du temps... je ne pense pas pouvoir demander autant d'aménagements dans un nouvel établissement, encore moins en passant du public au privé (si tant est qu'on m'accorde le détachement, d'ailleurs...).

PS : agrégée au 6e échelon, j'ai le même salaire, mais je suis à 80%.

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
Contenu sponsorisé

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum