Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
lene75
Empereur

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par lene75 le Sam 6 Mai 2017 - 19:26
@capucine42 a écrit:J' ai beaucoup de plaisir à enseigner, surtout au lycée, surtout en première. Je me suis d' ailleurs habituée à ne quasiment plus faire de discipline.

T'as du bol, ça change la vie... j'hésite à rejoindre le privé pour ça, par chez moi il y a des lycées qui sont bien (autant dire qu'ils nous piquent tous les élèves corrects), une ancienne collègue TZR de Lettres dans mon lycée qui a rejoint le privé pas loin de chez moi m'a même dit ne pas avoir du tout de discipline à faire en STMG !!!! Mais je me sens coincée à cause des mes impératifs d'emploi du temps... je ne pense pas pouvoir demander autant d'aménagements dans un nouvel établissement, encore moins en passant du public au privé (si tant est qu'on m'accorde le détachement, d'ailleurs...).

PS : agrégée au 6e échelon, j'ai le même salaire, mais je suis à 80%.
avatar
titeprof
Expert

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par titeprof le Dim 7 Mai 2017 - 9:26
Ouh là ! effectivement à ce point,  ça doit être horrible d'aller travailler. Pourquoi ne demandes-tu pas ta mutation,  titeprof ?

Parce que je n'ai pas de voiture, et pas les moyens d'en acheter une, et donc cela me mettrait dans une merde noire pour amener ma fille à l'école le matin. C'est le gros avantage de ce poste (le seul?) : sa localisation, à 10-13 min à pied de chez moi et à 8 min à pied de l'école de ma fille. C'est un luxe dont je ne peux me passer pour le moment. On verra ça quand ma petite sera au collège, en attendant je sers les dents.

Je suis sidérée Titeprof et j' ai du mal à cadrer ta description avec l' établissement de centre-ville devant lequel on passe tous les jours.
Et oui, ça ne m'étonne guère : on souffre d'une réputation totalement imméritée depuis une bonne dizaine d'années, et deux collègues, arrivés tout frais de la REP pas loin, demandent leur mut cette année pour y retourner ! On voit ça tous les ans : des collègues arrivent heureux en se disant avoir piocher la lune, collège de centre ville tout ça, et puis...17 conseils de disc plus tard...une petite agression de bienvenue...un petit coucou des flics qui savent venir chez nous les yeux fermés...et pouf ! ils ne rêvent que de repartir. ça commence à se savoir un peu note bien : on a pour la première fois une flopée de demande de dérog pour éviter notre collège. Les anciens commencent aussi à craquer. On prend l'eau. On attend le très gros accident pour qu'enfin quelque chose change.

_________________
[center]Je suis comme le ciel, rien ne s'accroche à moi (mantra)
avatar
capucine42
Expert spécialisé

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par capucine42 le Dim 7 Mai 2017 - 11:18
Après en toute honnêteté je sais que cet établissement n'est pas le mieux côté des établissements publics du centre ville, je ne suis pas étonnée par les tentatives de dérogations pour l'autre qui est je crois, excellent. Mais je ne savais pas qu'on pouvait vivre des trucs pareils chez vous, en plein centre. J'ai fait passer les oraux du bac de français dans le lycée qui correspond à ton collège et j'ai trouvé les élèves faibles et les descriptifs très prétentieux. Cependant les élèves étaient relativement bien élevés.
Et du coup, tu vas pouvoir mettre ta fille dans un bon collège?

_________________
Age des enfants
avatar
titeprof
Expert

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par titeprof le Dim 7 Mai 2017 - 13:13
Et bien sans aucune hésitation, je vais la mettre dans le privé.
Le "collège d'en face" est effectivement excellent (normal vu leur secteur de recrutement), mais refuse toutes les dérogations, donc je n'ai aucun choix. Pour le lycée, dis toi que la majorité de nos élèves n'y vont pas ^^ On a le plus fort taux d'orientation en CAP/Lycée pro/apprentissage de toute la ville. Donc ce que tu as vu lors des oraux, c'était notre "élite"...ça vend du rêve hein? Neutral

_________________
[center]Je suis comme le ciel, rien ne s'accroche à moi (mantra)
MissWest-Indies
Niveau 6

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par MissWest-Indies le Dim 7 Mai 2017 - 13:26
@lene75 a écrit:
Edit : ah, un truc, pour toutes les catégories de classes sauf la dernière : je m'investis beaucoup moins qu'avant dans la préparation de mes cours, comme ça, s'ils me foutent un cours en l'air, j'en suis beaucoup moins affectée. Tant pis pour eux, ils ne m'ont pas saccagé des heures de boulot.

+1000. C'est comme cela je procède cette année .
avatar
Marcelle Duchamp
Fidèle du forum

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par Marcelle Duchamp le Dim 7 Mai 2017 - 15:28
Question sûrement un peu con mais concrètement moi, depuis 9 ans que j'enseigne j'ai l'impression d'avoir tjs connu des gamins qui répondent, qui ne font pas leurs devoirs, viennent en touriste etc... La situation s'est dégradée à quel moment?
avatar
gnafron2004
Sage

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par gnafron2004 le Dim 7 Mai 2017 - 15:50
Depuis que le mot "bienveillance" a été détourné de son sens premier, je dirais...
Agrippina furiosa
Habitué du forum

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par Agrippina furiosa le Dim 7 Mai 2017 - 15:53
Je vote aussi pour cette datation qui me paraît tout à fait pertinente ! alatienne
avatar
skindiver
Érudit

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par skindiver le Dim 7 Mai 2017 - 15:54
Je prends du plaisir depuis que j'ai arrêté de me mettre la pression.
Si mes élèves ne travaillent pas? Ce n'est pas mon problème. S'ils ratent leur bac parce qu'ils n'ont pas bossé? ce n'est plus mon problème non plus.
J'ai des élèves avec qui je m'entends très bien j'ai cette chance là, mais je me mettais avant une pression énorme qui rendait le quotidien parfois difficile. Depuis que j'ai compris que ça ne changerait rien....
Je prends beaucoup de temps pour moi, je sors énormément (voir trop), je profite vraiment de mes vacances. Je travaille en revanche très sérieusement mes cours, mais je refuse que mon boulot gène ma vie privée.
Et franchement depuis que je me suis mis ça dans le crâne, je profite vraiment de mon métier.
avatar
Ilona
Niveau 8

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par Ilona le Dim 7 Mai 2017 - 16:10
La dégradation a probablement commencé lorsque le taux de réussite au baccalauréat est devenu un objectif politique, là a débuté le découplage entre la réussite aux examens et le niveau réel des élèves, ainsi que la prise de conscience par ces derniers qu'il n'était plus nécessaire de faire des efforts pour "réussir".
Au nom de l'égalité, ils ont tout saccagé !
Le couronnement de ce délire étant le passage automatique en classe supérieure qui aura "définitivement" tué la notion d'effort.
Tout cela sera fatal à la France , elle est du reste déjà plus que mal en point.
Qui voudra investir dans ce pays avec des gens incapables de se comporter correctement et à l’orgueil mal placé , ne sachant ni écrire correctement ni comprendre un texte un peu élaboré , et doté d'un bagage culturel réduit à une peau de chagrin.
avatar
Balthazaard
Expert spécialisé

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par Balthazaard le Dim 7 Mai 2017 - 16:19
@Marcelle Duchamp a écrit:Question sûrement un peu con mais concrètement moi, depuis 9 ans que j'enseigne j'ai l'impression d'avoir tjs connu des gamins qui répondent, qui ne font pas leurs devoirs, viennent en touriste etc... La situation s'est dégradée à quel moment?
Une époque que seuls les vieux ont connu, celle de la loi Jospin, n'oublions pas que les iufm datent de cette période. L' épisode Allègre a indubitablement enfoncé un clou.
avatar
Elyas
Guide spirituel

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par Elyas le Dim 7 Mai 2017 - 16:19
J'enseigne depuis 17 ans maintenant. J'ai toujours eu du plaisir à enseigner, voire de plus en plus. J'ai enseigné en REP, en zone rurale et actuellement dans un collège de centre-ville au public mixte. Partout, les élèves m'ont toujours respecté, de façon parfois surprenante d'ailleurs, et j'ai toujours pu leur faire réaliser les travaux que je voulais. Certains sont plus difficiles que d'autres mais, avec l'expérience, des lectures et un brin de fantaisie, j'ai trouvé des leviers pour parvenir à faire progresser tout le monde. J'aime vraiment ce travail, parvenir à enseigner la différence entre une seigneurie banale et une seigneurie foncière à des élèves de 5e, à les lancer chercher les éléments biographiques d'Aliénor d'Aquitaine ou de Bertrand du Guesclin, à leur faire conceptualiser la naissance du monothéisme juif, à leur faire analyser des documents anciens et à les leur faire comprendre. C'est vraiment un métier sensationnel que de leur ouvrir une fenêtre sur le temps passé et de leur ouvrir le chemin sur le monde actuel.

Sur la question de la discipline, je punis très peu. J'en ai peu besoin, même quand j'étais en REP. J'ai tendance à faire confiance à mes élèves, à tel point que je ne ferme jamais ma porte de salle de classe. J'ai la faiblesse de croire, et l'expérience semble le confirmer, que c'est réciproque.

Après, j'ai bien conscience que je vis ce métier avec un truc apparemment rejeté par beaucoup, la vocation. Pour moi, ce n'est pas seulement un métier, c'est ce pour quoi j'étais fait. Malgré toutes les propositions qui s'ouvrent à moi, je me vois mal quitter les classes. En fait, c'est même pire, je me vois même mal quitter le collège.

En revanche, je comprends très bien pourquoi de nombreux collègues aiment de moins en moins ce métier. J'ai bien conscience de ne pas représenter une majorité. Néanmoins, c'est un métier magnifique et je le vis pleinement en ne lâchant rien sur le travail des élèves et sur le niveau.
avatar
Balthazaard
Expert spécialisé

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par Balthazaard le Dim 7 Mai 2017 - 16:21
@skindiver a écrit:Je prends du plaisir depuis que j'ai arrêté de me mettre la pression.
Si mes élèves ne travaillent pas? Ce n'est pas mon problème. S'ils ratent leur bac parce qu'ils n'ont pas bossé? ce n'est plus mon problème non plus.
J'ai des élèves avec qui je m'entends très bien j'ai cette chance là, mais je me mettais avant une pression énorme qui rendait le quotidien parfois difficile. Depuis que j'ai compris que ça ne changerait rien....
Je prends beaucoup de temps pour moi, je sors énormément (voir trop), je profite vraiment de mes vacances. Je travaille en revanche très sérieusement mes cours, mais je refuse que mon boulot gène ma vie privée.
Et franchement depuis que je me suis mis ça dans le crâne, je profite vraiment de mon métier.

J'adhère complétement à ton attitude.
je crois que c'est ce qui différencie les gens désabusés mais qui croient à leur métier du br.... pur et dur.
avatar
Babelle
Habitué du forum

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par Babelle le Dim 7 Mai 2017 - 16:25
@skindiver a écrit:Je prends du plaisir depuis que j'ai arrêté de me mettre la pression.
Si mes élèves ne travaillent pas? Ce n'est pas mon problème. S'ils ratent leur bac parce qu'ils n'ont pas bossé? ce n'est plus mon problème non plus.
J'ai des élèves avec qui je m'entends très bien j'ai cette chance là, mais je me mettais avant une pression énorme qui rendait le quotidien parfois difficile. Depuis que j'ai compris que ça ne changerait rien....
Je prends beaucoup de temps pour moi, je sors énormément (voir trop), je profite vraiment de mes vacances. Je travaille en revanche très sérieusement mes cours, mais je refuse que mon boulot gène ma vie privée.
Et franchement depuis que je me suis mis ça dans le crâne, je profite vraiment de mon métier.

Je me retrouve tout à fait dans ce que tu écris. Cette année, je reprends goût à enseigner, à préparer de nouvelles activités mais sans me prendre la tête et en profitant au max de mes vacances et de mon temps libre.
avatar
Verdurette
Modérateur

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par Verdurette le Dim 7 Mai 2017 - 16:26
J'ai plus de 20 ans d'ancienneté comme PE, essentiellement dans des écoles de quartiers défavorisés. Avec une des mes amies et collègues, nous datons le fait d'avoir régulièrement des élèves et surtout des parents insupportables et agressifs de l'année 2010. Et nous en avons de plus en plus dès le CP.

L'école inclusive a été dévoyée, je n'ai jamais eu dans ma classe le moindre enfant en fauteuil, déficient auditif ou visuel, en revanche, j'ai régulièrement des élèves avec de lourds problèmes de comportement.

Quant au pouvoir acquis par les parents dans les décisions (ou non-décisions) concernant la scolarité de leurs enfants, il est proprement hallucinant, et inversement proportionnel à l'estime et au respect de notre professionnalisme.
avatar
Lefteris
Empereur

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par Lefteris le Dim 7 Mai 2017 - 16:38
@Balthazaard a écrit:
@Marcelle Duchamp a écrit:Question sûrement un peu con mais concrètement moi, depuis 9 ans que j'enseigne j'ai l'impression d'avoir tjs connu des gamins qui répondent, qui ne font pas leurs devoirs, viennent en touriste etc... La situation s'est dégradée à quel moment?
Une époque que seuls les vieux ont connu, celle de la loi Jospin, n'oublions pas que les iufm datent de cette période. L' épisode Allègre a indubitablement enfoncé un clou.
J'ai suivi ça, mais de l'extérieur. Je ne pensais pas être enseignant un jour, et j'avais la faiblesse de croire que l'épisode de l'infâme verrat était une parenthèse. Depuis, j'ai compris  en m cultivant sur l'histoire des coups portés contre l'école  qu'il n'était qu'un des avatars d'une offensive plus ancienne (c'est pour ça que le fil Duwoye me parle) , elle même corrélée au système managérial mis en place contre la fonction  publique. Je discenre maintenant très bien le puzzle.

@Balthazaard a écrit:

J'adhère complétement à ton attitude.
je crois que c'est ce qui différencie les gens désabusés mais qui croient à leur métier du br.... pur et dur.
Voilà : les contenus, les pisseurs de circulaires et de réformes  ne peuvent rien contre. En lettres, ils tentent de nous infliger leur relativisme, leur sociétalisme : on parle comme on le sent,  tous les textes se valent autour d'un sujet   imposé par les lubies du moment ( Mânes de Condorcet, ne vous retournez pas...) Donc les savoir demeurent, et si un jour on sort du pédagogisme, il faudra de nouveau des transmetteurs. Quoi qu'on dise, dans la réalité, ce n'est pas l"élève consommateur qui serait au centre du système, ais bel et bien les savoir, qui sont la meilleure éducation possible, et la plus neutre.
Ceci dit (pour ne parler que pro domo )en attendant, la perte de 20% des horaires en français, la quasi disparition du latin et celle, totale, du grec, ne vont pas favoriser une société ne serait-ce qu'un peu lettrée.

_________________
"La réforme [...] c'est un ensemble de décrets qui s'emboîtent les uns dans les autres, qui ne prennent leur sens que quand on les voit tous ensemble"
(F. Robine , penseure moderne,  dans son cours sur sa réforme, expliquant comment le piège s'est progressivement mis en place depuis 2013).

"Ce troisième grade [celui du PPCR] , c’est un peu l’agrégation pour tous: elle (sic)  donne la possibilité d’atteindre un niveau de rémunération proche de celui d’un agrégé en fin de carrière, soit 4.500 euros nets par mois" Frédéric Sève,SGEN-CFDT (penseur   très moderne,à l'école de la précédente).

« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à leur raison seule, le genre humain restera partagé en deux classes : celles des hommes qui raisonnent et celles des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves ».Condorcet (autre penseur, mais ancien et périmé)
avatar
Philomène87
Neoprof expérimenté

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par Philomène87 le Sam 13 Mai 2017 - 21:50
@Petit pois a écrit:Merci pour vos témoignages !
En ce moment, je suis démoralisée ... J'ai l'impression de m'épuiser, d'en faire beaucoup trop pour un résultat minable ...
Mes Cinquièmes me désespèrent. Je refais mes cours, prépare des fiches, des TP, varie les cours, etc ... J'y consacre un temps fou au détriment de mon repos. Rien n'y fait ... J'ai un retard monumental dans ma progression. Ils se moquent éperdument du travail, ne font aucun effort, sont capables d'écrire des horreurs ... Ce matin, j'ai piqué une colère "froide" après une évaluation où ils ont fait n'importe quoi. Cela semble les avoir touchés ... On verra mardi. Je n'ai pas de problèmes de discipline. Ils seraient même attachants si j'étais psychologue !... Tous les profs font le même constat et beaucoup ont abandonné tout espoir d'en faire quelque chose ... Je n'arrive malheureusement plus à prendre du recul et laisser moi aussi tomber en faisant le minimum.
Juste envie de ne plus les voir et de partir loin ... :triste3: :triste3:

J'ai exactement le même profil dans une classe de 6e. Ils sont très gentils et attachants mais le travail n'est pas sérieux. Ils ne sont pas du tout autonomes, posent des questions du style "on écrit où quand on n'a plus de place ?", même à cette période de l'année. De même, aucun problème de discipline dans cette classe, juste un gros problème de travail à la maison (pas en classe, cela dit) ; du coup la moyenne de classe est catastrophique.
Dans une de mes 3e (où je suis PP), c'est l'inverse : du travail, mais dans le bruit. En plus, ils répondent, ricanent, et sortent des "pfffffffffffff". Je ne réagis même plus tellement j'en ai marre. Je ne réagis plus non plus aux chewing-gum, ça déconcentre la classe et ça les fait rire. Je ne peux plus les encadrer. A chaque fois de les prendre en cours je stresse énormément. J'attends les prochains jours fériés, et même les grandes vacances... En me disant que les 3e de l'an prochain seront bien (nos 4e actuels sont géniaux).
avatar
Elaïna
Guide spirituel

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par Elaïna le Dim 14 Mai 2017 - 10:27
@lene75 a écrit:Je réponds sans avoir encore tout lu.

Ça dépend beaucoup des classes. En T1, j'étais dans un lycée top de chez top : élèves toujours de bonne humeur, sympathiques, dynamiques, ouverts, intéressés, bosseurs, de bon niveau et qui posaient beaucoup de questions. C'était très agréable et stimulant intellectuellement. J'ai bossé comme une damnée, fait des tonnes de lectures pour eux, et j'en garde un super souvenir tout en sachant que plus jamais je n'aurai de tels élèves. Le we je n'attendais qu'une chose : retourner les voir pour m'éclater avec eux.

Bref, maintenant je suis dans un lycée quelconque de RP et ça dépend beaucoup des classes :
- faire cours dans certaines classes est un vrai calvaire. "Faire cours" est un bien grand mot, d'ailleurs, je devrais dire "tenter de maintenir l'ordre". Dans ce cas-là, je n'ai qu'une envie : prendre mes jambes à mon cou, et les heures me paraissent bien longues.
- d'autres classes sont moins pénibles mais je m'y emm* royalement : celles dans lesquelles les élèves montrent ostensiblement que le cours les fait ch*, n'en foutent pas une et ne posent pas de gros problèmes de discipline mais suffisamment pour qu'on ne puisse pas y faire un cours palpitant : vous savez, ces classes bavardes avec 4 ou 5 petits rigolos qui cherchent à faire les malins et le gros de la troupe qui ne se tait que quand on pousse une gueulante.
- d'autres classes me laissent indifférente, il faut y faire modérément la police et les élèves ne se foulent pas trop mais sont suffisamment polis ou scolaires pour avoir vaguement l'air de s'intéresser à ce qui se dit. Leur faire cours peut être sympa par moments.
- et enfin, il y a les classes dans lesquelles je prends vraiment du plaisir, même si pas autant qu'en T1. Ce ne sont pas forcément des classes idéales, mais le point commun, c'est que les gamins y sont sympas, qu'il ne faut pas y faire trop la police et qu'on peut faire du second degré. Après, suivant les cas, ça peut être des gamins faibles mais qui s'accrochent. Des gamins pas très bosseurs mais qui s'intéressent en cours. Ou, le top du top, des gamins qui réfléchissent et qui permettent de faire des cours intellectuellement stimulants. Avec des élèves comme ça, faire un peu de police ne me dérange pas si ça reste bon enfant : quelques bavardages qui cessent quand on le demande ou quand on déplace les bavards (lesquels bavards n'engagent pas un bras de fer avec le prof quand on leur demande de se déplacer...) ou même des gosses qui peuvent tenter des bêtises mais qui ne sont pas insensibles aux engueulades et aux sanctions.
L'idéal est d'avoir au moins une classe comme ça chaque année, malheureusement ce n'est pas toujours le cas...

Edit : ah, un truc, pour toutes les catégories de classes sauf la dernière : je m'investis beaucoup moins qu'avant dans la préparation de mes cours, comme ça, s'ils me foutent un cours en l'air, j'en suis beaucoup moins affectée. Tant pis pour eux, ils ne m'ont pas saccagé des heures de boulot.

Je pourrais dire la même chose sauf que je n'ai jamais connu de classe comme celle de ta T1
Ce type d'élève, je le vois lorsque je vais faire des colles les mercredis et vendredis dans mon ancienne prépa
Des élèves passionnés, bosseurs, dynamiques, gentils et bons camarades (vraiment ! aucune mauvaise ambiance dans cette classe, et on parle de l'un des lycées les plus réputés de France), qui percutent le second degré, ne sont pas là pour contester mais pour discuter et progresser, bref du bonheur

Ces colles sont ma bouffée de travail heureux
archeboc
Esprit éclairé

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par archeboc le Dim 14 Mai 2017 - 13:07
@Elaïna a écrit:
Des élèves passionnés, bosseurs, dynamiques, gentils et bons camarades (vraiment ! aucune mauvaise ambiance dans cette classe, et on parle de l'un des lycées les plus réputés de France), qui percutent le second degré, ne sont pas là pour contester mais pour discuter et progresser, bref du bonheur

Je sens ce que je mets en italique comme introduisant une nuance de concessive entre les deux expressions mise en gras. Au contraire, je ne vois pas comment un lycée pourrait conserver son excellente réputation si l'ambiance y est mauvaise entre les élèves.

_________________
Pour des raisons de commodité nous utilisons dans nos analyses un classement des élèves en « bons », « moyens » et « faibles » qui n'est valable qu'à l'intérieur de chaque classe ou dans des classes de même type. En fait, les élèves que nous appelons « bons » sont plutôt des élèves moyens, les « moyens » des élèves plutôt faibles et les « faibles » des élèves en grande difficulté.
van Zanten Agnès. Le quartier ou l'école ? Déviance et sociabilité adolescente dans un collège de banlieue . In: Déviance et société. 2000 - Vol. 24 - N°4. Les désordres urbains : regards sociologiques. pp. 377-401. note 3


avatar
Elaïna
Guide spirituel

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par Elaïna le Dim 14 Mai 2017 - 13:45
Archeboc, c'est pour préciser que contrairement à ce qu'on lit souvent, ce n'est pas parce qu'on est en prépa que l'ambiance est pourrie
On lit d'ailleurs très souvent qu'en prépa les profs sont des tortionnaires sadiques, que la concurrence est pénible, que les élèves se tirent dans les pattes etc
Pour moi ce fut mes plus belles années de scolarité entre 3 et 20 ans ^^

_________________
J'ai un nouveau clavier, mes messages ont donc des points maintenant !!!
archeboc
Esprit éclairé

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par archeboc le Dim 14 Mai 2017 - 15:31
@Elaïna a écrit:Archeboc, c'est pour préciser que contrairement à ce qu'on lit souvent, ce n'est pas parce qu'on est en prépa que l'ambiance est pourrie
On lit d'ailleurs très souvent qu'en prépa les profs sont des tortionnaires sadiques, que la concurrence est pénible, que les élèves se tirent dans les pattes etc
Pour moi ce fut mes plus belles années de scolarité entre 3 et 20 ans ^^

Je ne dirais pas que ce furent les plus belles années, parce qu'il y en a eu d'autres très belles avant, mais ce furent les plus denses. L'esprit de compétition n'était pas la guerre de tous contre tous, il n'y avait pas de tortionnaires sadiques, et l'ambiance de travail était remarquable.

Mais il me semble que cette mauvaise image de la prépa comme période de concurrence et de solitude n'existe plus aujourd'hui. Les élèves lui reprochent seulement de demander beaucoup de travail, et c'est pour cette seule raison qu'ils la fuient : ils n'ont nul besoin de lui prêter des défauts imaginaires.

_________________
Pour des raisons de commodité nous utilisons dans nos analyses un classement des élèves en « bons », « moyens » et « faibles » qui n'est valable qu'à l'intérieur de chaque classe ou dans des classes de même type. En fait, les élèves que nous appelons « bons » sont plutôt des élèves moyens, les « moyens » des élèves plutôt faibles et les « faibles » des élèves en grande difficulté.
van Zanten Agnès. Le quartier ou l'école ? Déviance et sociabilité adolescente dans un collège de banlieue . In: Déviance et société. 2000 - Vol. 24 - N°4. Les désordres urbains : regards sociologiques. pp. 377-401. note 3


avatar
Elaïna
Guide spirituel

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par Elaïna le Dim 14 Mai 2017 - 16:04
@lene75 a écrit:
@capucine42 a écrit:J' ai beaucoup de plaisir à enseigner, surtout au lycée, surtout en première. Je me suis d' ailleurs habituée à ne quasiment plus faire de discipline.

T'as du bol, ça change la vie... j'hésite à rejoindre le privé pour ça, par chez moi il y a des lycées qui sont bien (autant dire qu'ils nous piquent tous les élèves corrects), une ancienne collègue TZR de Lettres dans mon lycée qui a rejoint le privé pas loin de chez moi m'a même dit ne pas avoir du tout de discipline à faire en STMG !!!! Mais je me sens coincée à cause des mes impératifs d'emploi du temps... je ne pense pas pouvoir demander autant d'aménagements dans un nouvel établissement, encore moins en passant du public au privé (si tant est qu'on m'accorde le détachement, d'ailleurs...).

PS : agrégée au 6e échelon, j'ai le même salaire, mais je suis à 80%.

Lene, même chose ici pour le privé, qui draine les meilleurs
Je suis dans un établissement qu'on m'a présenté comme "élitiste" et au bout de neuf mois d'enseignement, je ne vois pas de grosse différence avec mon bahut pourri de l'an passé
Nous sommes plusieurs collègues à avoir eu le même ascenseur émotionnel : joie d'apprendre la mutation là-bas, puis déception devant le niveau
Bon, je suis à 20 minutes porte à porte en voiture contre 40 minutes avant, mes collègues sont sympas et le cadre est très beau, les élèves ont eu peu plus de background culturel (on leur montre un tableau style l'annonciation de Léonard, ils devinent le sujet, alors que dans mon ancien bahut non), et au lieu d'en avoir 20 sur 35 en très grande difficulté, j'en ai 5 ou 6 sur 30
Je n'ai pas à me plaindre par rapport à ce que vivent certains collègues confrontés à la violence des parents, des élèves, etc
De là à dire que j'ai plaisir à enseigner, non
Je dois me forcer à être en classe le dragon que je ne suis pas
Plusieurs collègues m'ont dit que les élèves étaient terrorisés, à cause des mauvaises notes, des interros surprise etc (faut dire, ça craint, j'exige qu'on connaisse par coeur des définitions et des dates !)
J'essaie d'être "main de fer dans un gant de velours", et encore je me sens trop peu exigeante, l'an prochain ça sera main de fer dans un gant de fer histoire d'obtenir quelque chose de plus, sans grande illusion malheureusement !
avatar
Yazilikaya
Neoprof expérimenté

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par Yazilikaya le Dim 14 Mai 2017 - 16:19
J'ai plaisir à concevoir un cours, à paufiner les traces écrites, à me documenter.
Mais je ne supporte plus du tout le fait de toujours faire de la discipline. Or, c'est une part de plus en plus importante du métier.
J'abhorre également l'inflation administrative et le consumérisme de certains parents.
MissWest-Indies
Niveau 6

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par MissWest-Indies le Sam 20 Mai 2017 - 20:40
@Yazilikaya a écrit:
Mais je ne supporte plus du tout le fait de toujours faire de la discipline. Or, c'est une part de plus en plus importante du métier.

Ce qui n'est pas normal!
Que les parents assument l'éducation de leurs gosses. Nous ne sommes ni Supernanny , ni Pascal le grand frère.
Si l'État et les CDE ne nous donnent pas les moyens de nous faire respecter, les démissions augmenteront de plus en plus!
avatar
thierry75
Niveau 7

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par thierry75 le Dim 21 Mai 2017 - 14:25
J'aimerais n'avoir à faire aucune discipline, mais vraiment aucune. (Comme lorsque j'enseignais le FLE à l' Institut franco-japonais de Tokyo.) Le fait de ne (presque) jamais élever la voix est important, et on peut mettre une pression terrible sans élever la voix.

_________________
All animals are equal, but some are more equal than others.
En Bretagne, il ne pleut que sur les cons.
Bela Lugosi
Je viens de m'inscrire !

Re: Prenez-vous du plaisir à exercer votre métier ?

par Bela Lugosi le Dim 21 Mai 2017 - 17:18
Jusqu'à présent, oui je prenais du plaisir. Mais récemment j'ai eu des élèves en troisième qui ont contesté mon système de notation, qui m'ont expliqué qu'ils en savaient autant que moi et que je n'avais aucune autorité qu'elle soit intellectuelle ou autre (ce qui est un comble car je suis hyper sûre de moi et de mes connaissances, pas le genre à baisser la tête et à dire des trucs approximatifs) . Depuis, je suis un peu dégoûtée par ce métier même si ces élèves vont prendre cher en termes de sanction de la part du principal.
Je songe même à m'inscrire en fac de droit à côté du boulot pour assurer mes arrières d'ici 3 ou 4 ans... et m'ouvrir les portes d'autres concours.

Ah et sinon, on m'a donné un conseil suite à cet événement : "Faire des cours sans contenu". alatienne (ce qui est le rêve de mes troisièmes)
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum