Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Badiste75
Niveau 10

Comment réussir à faire travailler les élèves à la maison - lycée ? Astuces

par Badiste75 le Jeu 11 Mai 2017 - 15:26
Bonjour à tous.

Tout est dans le titre.

Nous sommes nombreux à constater que nos élèves travaillent de moins en moins chez eux (voire pas du tout ou presque jamais pour certains). Phénomène pas nouveau mais qui s'accentue selon moi, ça vient même à gagner les classes de S qui étaient pendant un certain temps relativement préservées. Vu la faiblesse des élèves qui nous arrivent du collège actuellement, vu que le passage au lycée est de plus en plus automatique et vu que le passage en S est de plus en plus facile à obtenir, je pense qu'il va falloir envisager un certain nombre de mesures. Hormis quelques établissement encore privilégiés où on peut sélectionner ses élèves, le mal semble se généraliser. Je précise que j'interviens dans le public dans le 93 (et c'est loin d'être le pire lycée du département, département qui reste quand même très compliqué pour de multiples raisons).

On sait tous que les élèves qui travaillent, même faibles au départ, progressent et ceux qui ne foutent rien, même pas mauvais au départ, ne progressent pas autant qu'ils le pourraient. On met souvent les difficultés actuelles de nos élèves sur le dos des programmes, c'est sans doute vrai en partie, mais je pense que le problème majeur est l'absence (ou l'insuffisance) de travail des élèves depuis très souvent plusieurs années. On tente à grands coups de pédagogies nouvelles de combler tout ceci (ilôts bonifiés, classe inversée, progressions spiralées...), mais même si ceci porte en partie ses fruits, ça ne résout pas le problème de fond : les exercices doivent être faits à la maison, le cours nouveau appris pour la séance suivante et les exercices d'entrainement faits en classe retravaillés pour pouvoir passer à des exercices plus exigents à la séance suivante.

Je vous expose ma façon de faire, ce qui marche selon moi, et ce qui ne marche pas non plus. J'essaye de partir de ce qui marche pour tenter de l'améliorer et de trouver des parades à ce qui ne marche pas (tout ceci me demande déjà beaucoup de travail mais je suis prêt à en faire encore davantage si ça peut me permettre de voir du résultat et que les élèves travaillent plus sérieusement en classe, ce qui n'est pas le cas dans ma TS de cette année où je n'ai pas de spé maths).

Je fais en Terminale S un contrôle d'une heure pratiquement toutes les semaines (je suis déjà au vingtième de l'année) sur le chapitre en cours (ma progression est très spiralée, j'en ai 24) où j'interroge en général sur les bases (et parfois un peu plus) du chapitre en cours. Evidemment, dans certaines questions, on réinvestit. Bien souvent, la calculatrice est interdite (pour entretenir le calcul mental et pour préparer aux concours sans calculatrice), sauf quand elle est indispensable. Une fois par trimestre, devoir commun de synthèse avec les autres TS (3h au premier trimestre, 4h les deux suivants) : exercices donnés au bac et/ou dans le même esprit (au premier trimestre car le programme n'est pas encore assez avancé). Nous n'avons pas au lycée de plage de devoir pour ce type de devoirs et le proviseur s'y refuse. J'aimerais en faire davantage pendant l'année mais le temps ne me le permet hélas pas.

Pour préparer les élèves, je fonctionne de la façon suivante :
- quelques activités introductives du cours (quand ça s'y prête, notamment en probabilités)
- cours polycopiés déjà remplis, commentés au vidéoprojecteur (démo incluses, exigibles ou pas (je les fais toutes), je n'ai pas le temps de les faire chercher). Ce cours est assez dialogué car pour leur expliquer je n'hésite pas à poser des questions sur les acquis antérieurs et bien souvent ils sont quasiment inexistants (ou très lointains). Exemple : en TS, aucun, sur 32, n'a été capable de me dire que lorsque deux vecteurs sont orthogonaux, le PS est égal à 0 lorsque j'ai présenté le cours sur le PS de TS (donc dans l'espace). Je ne fais pas écrire le cours parce que les élèves sont tellement faibles et ne travaillent tellement pas chez eux que j'essaye de maximiser le temps de présence en classe à faire des exercices. J'en profite aussi pour parler des erreurs à éviter (ln(ab) n'est pas égal à ln(a) * ln(b), ln "sans rien derrière" n'a aucun sens...), qu'ils arrivent quand même à faire mais je pense qu'en en parlant je limite le nombre d'erreurs
- exercices d'application directe de la notion qui vient d'être vue (avec toujours du réinvestissement de l'année en cours et des années précédentes).
- exercices de synthèse esprit bac (ex : suites et proba, suites et fonctions, suites et complexes).
Les exercices faits en classe sont à finir à la maison (ou d'autres sont proposés). Généralement, d'une séance sur l'autre, j'essaye de ne pas dépasser la demi-heure de boulot.
- un DM presque chaque semaine (en réalité autant de DM que de contrôles, là aussi je suis à plus de 20 déjà) : exercices plutôt de fin de chapitre et/ou d'approfondissement et/ou type bac. Ces DM sont sensés permettre de faire la synthèse du chapitre, préparer à l'IE hebdomadaire et aux devoirs de synthèse : 2h de boulot en général, brouillon (pour ceux qui en font un!) et propre inclus.
- un DM bilan sur plusieurs thèmes avant le devoir de synthèse (4h de boulot environ)

Je suis franc avec les élèves : je leur dis dès le départ que je ne vérifierai pas les exercices (dans l'espoir de les responsabiliser) donnés d'une séance à une autre et que les DM sont facultatifs mais que par contre s'ils ne bossent pas, ils en paieront les conséquences aux évaluations régulières de toute façon. Je compte ces DM en bonus : je note sur 10 (ou sur 20 pour les bilans), je divise par 10 et ajoute ceci aux évaluations. En général, c'est très bien accueilli par les élèves : les fumistes ne sont pas emmerdés et les bosseurs voient leur travail modestement récompensé (mais récompensé quand même).
En début d'année, je tourne à 2/3 des DM rendus (malheureusement certains sont pompés sur Internet ou sur un autre élève, et ce dès le départ (preuve qu'ils fonctionnaient déjà comme ça avec certains collègues les années précédentes!)) Je ne m'emmerde pas, je donne des ex du livre mais les élèves se procurent le corrigé du livre du prof. Comme je les ai aussi, la comparaison est vite faite (c'est génial quand il y a des erreurs dans le corrigé, ça me permet de les démasquer). Une fois les quelques truands démasqués, en général ils ne me rendent plus rien (ils essayaient juste de gratter un peu de bonus) mais ne contestent pas trop puisque la sanction est raisonnable : tu as juste perdu ton temps à recopier, tu n'as pas de bonus.
Au premier trimestre, je tourne à la moitié des copies en général. Le problème c'est que plus l'année avance, moins j'en récupère : ils raisonnent à l'envers : au lieu d'en faire plus pour combler les lacunes, ils en font encore moins. Je mets en ligne mes corrigés sur un blog et ils sont sensés retravailler IE, DM et DS bilan par eux-même (ce qui n'est fait bien entendu que par les quelques bons élèves, soucieux de comprendre leurs erreurs et les corriger).
Quant aux exercices à faire pour la séance suivante, je n'en parle même pas : en début d'année, les trois quarts essayent et au fur et à mesure, on arrive au fur et à mesure à 5 élèves qui font leurs exercices pour la séance suivante (oui en TS!) A titre personnel, j'ai toujours fait tout mon travail dans toutes les matières de la 6ème à la Terminale et évidemment tout ceci me semble hallucinant. Je m'excite tout seul en classe, espérant que les leçons de morale portent leurs fruits et qu'ils prennent conscience des enjeux (le coeff des maths est quand même sensé plaider en ma faveur!) mais rien n'y fait. Certains se remobilisent ponctuellement après une mauvaise note mais sur la durée non.

En Seconde, je procède un peu de la même manière (avec les exigences de la Seconde) : évaluations de 25 minutes régulières sans calculatrice, DM réguliers (déjà 18 donnés) et deux devoirs de synthèse par trimestre de deux heures (résolutions de problèmes) sur les deux-trois-quatre derniers chapitres. On fait aussi un devoir commun en fin d'année (à 5 de moyenne sur le lycée). Le constat est un peu le même qu'en TS. En Spé ES ça marche car les exigences sont moindre (je ne fais pas de cours et ne fais que des exercices, en dégageant le cours après un problème introductif). En BTS, je ne fais que des devoirs d'une heure avec calculatrice (BTS compta, les maths sont minoritaires, le niveau est désastreux), l'évaluation à l'examen se fait en CCF pour ceux qui connaissent. Là aussi le boulot n'est jamais fait et les résultats déplorables.

En clair, je pense que mon système pourrait marcher si, et seulement si, plus d'élèves s'impliquaient dans le travail personnel. Ce système a pour avantage de ne pas me mettre en conflit permanent avec la classe puisque je ne force personne finalement. Néanmoins, ce système a ses limites, moins en Seconde, mais surtout en S : à force de ne pas faire les exercices, certains élèves sont complètement largués, la moyenne au bac blanc est désastreuse (5!) On a des parents qui s'interrogent sur la moyenne au bac blanc et qui s'inquiètent de manière légitime (pas tous) sans se poser la question si leur enfant fait les exercices que je demande. Enfin à côté de ça, l'an dernier tout le monde a eu le bac dans ma classe de TS (malgré un magnifique 3,5 de moyenne au bac blanc (je n'avais que les Spé SVT)). Alors que faire pour que les élèves fassent leur exercice? Après tout, on a bien aujourd'hui le bac S en ayant un niveau calamiteux en maths.

Je ne crois absolument pas à la doxa actuelle qui encourage à ne pratiquement plus donner de travail personnel et de mettre les élèves en groupe pour qu'ils échangent : un exercice qui demanderait à être traité en une heure de manière classique (les élèves cherchent individuellement et le prof oriente et corrige au fur et à mesure) prend là deux heures. A ce rythme là, je ne fais plus aucun réinvestissement et je fais donc la moitié du programme ou à peine plus. Je ferai cela la dernière semaine quand je ferai des sujets de bac et que le programme sera fini (pour ceux qui viendront encore en cours, soit un quart de la classe!) Les élèves vont avoir tendance à parler de tout, sauf de l'exercice de maths. Perso, la pédagogie différenciée, je ne l'ai jamais pratiquée : à 32, je ne sais pas faire. Et en plus, je la trouve particulièrement propice à renforcer les inégalités et à les stigmatiser ("toi tu es mauvais, tu n'as qu'à faire ça") Pendant ce temps là il n'a pas vu ou essayé de faire ce qu'il serait sensé devoir faire et en plus on lui a bien fait comprendre qu'il était mauvais. Sans compter que je ne peux pas me dédoubler. Quant à proposer du travail personnel adapté aux plus faibles, je trouve ça utopique de croire que ça va être travaillé et réussi. Hors de question pour moi de différencier les évaluations en classe : c'est la porte ouverte à toutes les dérives et revendications. En plus, ces élèves seront bacheliers à la fin de l'année : le prof de fac ou de prépa ne va pas faire du pédagogisme, les programmes sont trop lourds pour ça! Alors oui, bien sûr, je peux faire semblant ponctuellement et mettre les élèves en groupe quand l'IPR vient : mais ça s'appelle l'hypocrisie généralisée.

Du coup, maintenant que la situation est exposée, ma question est la suivante : comment procédez vous pour que les élèves fassent leurs exercices? Ce sont des choses qui paraissent naturelles au collège mais qui le sont a priori moins en TS (j'ai toujours considéré ne pas avoir le temps en S de m'occuper de ça). Ceci était valable il y a un certain nombre d'années mais j'ai l'impression qu'on doit maintenant traiter les TS comme des collégiens. J'envisage l'an prochain de placer les élèves par ordre alphabétique (ce que je fais en Seconde et qui marche bien cette année). Pour les DM, j'envisage le même système en rajoutant un malus de -1 pour ceux qui ne rendent rien ou qui pompent sur la prochaine évaluation. Est-ce suffisamment sévère selon vous ou cela risque-t-il de ne pas décourager les fumistes à ne rien foutre?

Pour le travail d'une séance sur l'autre, faut-il sanctionner (car même une évaluation par semaine ne suffit pas : ils ne travaillent que la veille du contrôle et révisent à ce moment là : 6h de maths à réviser sans avoir rien foutu entre temps c'est déjà trop pour la plupart!) les exercices non faits? Si oui comment? En ramasser quelques uns en évitant les injustices ou les revendications? Mettre un système de croix? Quelle punition si le boulot n'est pas fait? Coller des IE surprises? (encore chronophage du coup!) Envoyer des élèves au tableau corriger les exercices? Les noter?

Bref, si vous avez un système qui fonctionne et qui a fait ses preuves, je prends volontiers. Merci de m'avoir lu, certains se reconnaitront peut-être sur certains aspects et peut-être que certaines idées pourraient faire avancer le schmilblick.
avatar
gauvain31
Monarque

Re: Comment réussir à faire travailler les élèves à la maison - lycée ? Astuces

par gauvain31 le Jeu 11 Mai 2017 - 15:35
Exercice non fait = zéro. Au bout du 2ème exercice non fait: heure de retenue. Au bout du 3ème exercice non fait, l'élève retourne en étude. Si je suis de bonne humeur et pas trop débordé je donne d'abord le double d'exercices à faire à la maison.
Cela marche relativement bien. Sauf pour des élèves en très fort décrochage scolaire
Badiste75
Niveau 10

Re: Comment réussir à faire travailler les élèves à la maison - lycée ? Astuces

par Badiste75 le Jeu 11 Mai 2017 - 15:40
Merci Gauvain pour ta réponse. Les moyennes sont déjà basses. Est-ce que rajouter des 0 va améliorer la situation? L'heure de retenue, c'est compliqué chez nous. Ce sont les profs qui gérent les collés, pas de retenue le mercredi après-midi par exemple. Il n'y a pas vraiment de salle d'étude. Au mieux ils vont au CDI, au pire, ils glandent.
avatar
gauvain31
Monarque

Re: Comment réussir à faire travailler les élèves à la maison - lycée ? Astuces

par gauvain31 le Jeu 11 Mai 2017 - 15:53
Ben on peut commencer par une heure de retenue (facile à organiser); l'élève devant te présenter le travail fait. Sinon , tu ne le prends pas en cours. Il faut aussi savoir pourquoi on vient

Quant aux moyennes basses, comment dire..... je m'en tape royalement; ils connaissent le tarif. Mais je ne donne qu'un seul zéro de façon à affecter significativement la moyenne sans non plus enfoncer l'élève, de façon à ce que les points perdus puissent être rattrapables. J'ai frappé assez fort en début de 1er trimestre. Il y a eu l'effet escompté au 2ème trimestre. Je fais en sorte de donner le travail longuement à l'avance 15 jours 3 semaines

Après si les parents ne sont pas contents... ben qu'ils viennent Very Happy et si le proviseur n'est pas content, c'est pareil, je lui dirai de revoir le système de colle et le système d'étude, car il y a des dysfonctionnements inquiétants dans ton lycée Badiste75
Badiste75
Niveau 10

Re: Comment réussir à faire travailler les élèves à la maison - lycée ? Astuces

par Badiste75 le Jeu 11 Mai 2017 - 16:02
Disons qu'avant la population du lycée était meilleure et les élèves plus sérieux. Il n'y avait pas d'après les collègues besoin de vérifier le travail, en tout cas en S. On a aussi de plus en plus d'élèves qui vont en S parce qu'ils ne savent pas quoi faire mais qui n'ont pas particulièrement des appétences avec les sciences. Le mercredi après midi est réservé à l'AS et il y a cours le samedi matin. Trop de colles en S, ca me paraît compliqué : déjà que leur EDT est presque plein (il y a bcp d'options, ce qui permet de conservée un peu d'attractivité et favorise de bons taux de réussite à l'examen mais pas grave aux maths), trouver en plus un Collegue qui est prêt à accueillir les élèves alors que les salles de cours sont presque pleines, je trouve ça compliqué, surtout si les collés sont nombreux. Tu vérifies toute la classe ou seulement une partie? N'oublie pas qu'en svt, tu as bcp d'heures en groupe, en maths on en a très peu, ça change tout!
avatar
neomath
Neoprof expérimenté

Re: Comment réussir à faire travailler les élèves à la maison - lycée ? Astuces

par neomath le Jeu 11 Mai 2017 - 16:07
Je me reconnait parfaitement dans votre situation et, hélas, je n'ai pas plus que vous trouvé la baguette magique.
En terminale je croit sincèrement que c'est foutu. Ils ont pour la plus part des lacunes abyssales, ils savent très bien qu'ils auront leur bac S même avec 5 en maths, alors ma seule exigence est qu'ils me foutent la paix.
En seconde, ce sont des collégiens avec un an de plus. Donc les méthodes du collège fonctionnent ... un peu. Je vérifie les exercices à faire à la maison sur 4 ou 5 cahiers au hasard et je mets une note sur 5 qui s'ajoute à celle des devoirs maisons. Mais l'effet est marginal.

_________________
You cannot reason people out of positions they didn’t reason themselves into.    J. Swift
Badiste75
Niveau 10

Re: Comment réussir à faire travailler les élèves à la maison - lycée ? Astuces

par Badiste75 le Jeu 11 Mai 2017 - 16:12
Merci neomath. Peut être que mettre une note sur 4-5 cahiers est pas mal. Ca permet de maintenir la pression sur tout le monde. Après le risque c'est que celui à qui on a ramassé le cahier se sait tranquille a priori pendant un moment. Le tout étant de ramasser plus souvent les glandus.
avatar
gauvain31
Monarque

Re: Comment réussir à faire travailler les élèves à la maison - lycée ? Astuces

par gauvain31 le Jeu 11 Mai 2017 - 16:33
@Badiste75 a écrit:Disons qu'avant la population du lycée était meilleure et les élèves plus sérieux. Il n'y avait pas d'après les collègues besoin de vérifier le travail, en tout cas en S. On a aussi de plus en plus d'élèves qui vont en S parce qu'ils ne savent pas quoi faire mais qui n'ont pas particulièrement des appétences avec les sciences. Le mercredi après midi est réservé à l'AS et il y a cours le samedi matin. Trop de colles en S, ca me paraît compliqué : déjà que leur EDT est presque plein (il y a bcp d'options, ce qui permet de conservée un peu d'attractivité et favorise de bons taux de réussite à l'examen mais pas grave aux maths), trouver en plus un Collegue qui est prêt à accueillir les élèves alors que les salles de cours sont presque pleines, je trouve ça compliqué, surtout si les collés sont nombreux. Tu vérifies toute la classe ou seulement une partie? N'oublie pas qu'en svt, tu as bcp d'heures en groupe, en maths on en a très peu, ça change tout!

J'ai les secondes en demi-groupe, mais quand je les avais en classe entière je vérifiais toute la classe oui. Et je l'ai eu fait il y a 3 ans avec une 1ère S en classe entière également : elle ne travaillait pas assez à mon goût (2 élèves ont été réorientés, et 3 autres n'ont pas eu leur bac l'année suivante).
Je donne aussi peu de devoirs à la maison, mais le peu que je demande, je tiens à ce que ce soit fait quitte à donner longuement à l'avance. Ça marche à peu près.
Badiste75
Niveau 10

Re: Comment réussir à faire travailler les élèves à la maison - lycée ? Astuces

par Badiste75 le Jeu 11 Mai 2017 - 16:46
En maths, les exercices sont pour la séance suivante qui peut tout à fait etre le lendemain : suite logique de ce qui a été fait au cours précédent. On ne peut pas laisser plus de temps. Du coup, ça m'emmerde de sanctionner, sauf que du coup ce n'est jamais fait! Pour les DM, je laisse une semaine car ça nécessite un minimum de temps et de recherche. Et là encore en général c'est fait, au mieux, la veille par la plupart.
avatar
zouzou42
Niveau 2

Re: Comment réussir à faire travailler les élèves à la maison - lycée ? Astuces

par zouzou42 le Jeu 11 Mai 2017 - 17:54
je ne peux pas répondre pour des lycéens, mais pour mes collégiens, je procède de la façon suivante :
* quand je donne les exercices, je désigne celui qui ira corriger au tableau (pour ne pas le prendre par surprise)
* l'heure d'après, pendant qu'il corrige, je vérifie tous les cahiers pour être sûre que le travail a été fait ; évidemment sanction si ce n'est pas le cas
* celui qui passe au tableau a une note sur 5
* je ne fais pratiquement plus de DM (marre de corriger 12 fois la même copie ou la copie du prof particulier).
Cela marche plutôt bien, les exercices sont faits en général parce qu'ils savent qu'ils ne peuvent pas passer à travers. J'ai l'impression en te lisant, Badiste75, que tu compenses le manque de travail de tes élèves par un surcroît de travail de ta part. Ton temps de correction doit être impressionnant, et je me demande s'ils méritent vraiment tous ces efforts...
Badiste75
Niveau 10

Re: Comment réussir à faire travailler les élèves à la maison - lycée ? Astuces

par Badiste75 le Jeu 11 Mai 2017 - 18:06
Je prends ça pour un compliment zouzou. En effet, c'est sans doute le cas. Après c'est l'énorme différence entre le collège et le lycée. Beaucoup plus de choses à faire passer. Et comme les calculs prennent du temps, c'est beaucoup plus long. Ensuite ma façon de faire est très efficace pour les bosseurs (qui eux font leur travail). Pour les autres, c'est sans doute pas assez efficace car puisqu'ils ne sont pas assez fliqués ils ne font rien (et leurs notes très moyennes ou catastrophiques ne les font pas réagir). J'ai des moyennes mauvaises aux devoirs communs (comme mes collègues remarque) mais j'ai souvent d'excellentes notes et à l'inverse beaucoup de notes cata. J'aimerais surtout que ce soit moins pire pour ces moitiés de classe qui ont des notes affligeantes et qui ne travaillent pas assez. Quand tu parles de sanction tu appliques laquelle? Et le fait de prévenir l'élève qui va passer, cela ne fait il pas se reposer les autres sur leurs lauriers?
avatar
Moonchild
Expert spécialisé

Re: Comment réussir à faire travailler les élèves à la maison - lycée ? Astuces

par Moonchild le Ven 12 Mai 2017 - 0:00
Tout d'abord, Badiste, tu as bien du courage de t'imposer un tel travail de correction pour compenser les efforts que tes élèves ne fournissent pas. Et puis je me demande comment tu fais pour boucler le programme en prenant une heure par semaine pour ces contrôles ; même sans faire autant d'évaluations en classe, et en distribuant moi aussi des polys de cours (à compléter), je le termine toujours in extremis.

Un de mes collègues, après avoir fait le constat à la fois du manque de travail de nos élèves mais aussi de leurs difficultés face aux exercices de base, a décidé de donner en terminale S de petites interrogations (une trentaine de minutes - cours et applications directes) plus ou moins toutes les semaines, en plus de contrôles plus globaux de temps à autre. Il semble assez satisfait de ce mode de fonctionnement, cependant il a pris encore plus de retard que moi dans sa progression et la moyenne de sa classe au Bac blanc se situe dans la même fourchette que les autres (à ce propos, nos résultats de Bac blanc sont mauvais mais moins que les vôtres, en revanche notre taux de réussite à l'examen l'an dernier était franchement plus faible ; je suppose que dans mon lycée nous nous sommes davantage rapprochés que par chez vous du niveau d'exigences des jurys). Il n'y a donc aucun miracle.

Je suis d'accord avec neomath (qu'il me le pardonne - je sais que ça lui fait toujours un choc quand ça arrive Wink ) lorsqu'il dit qu'en terminale c'est foutu. En fait, le problème est structurel et je suis persuadé que toutes les astuces que nous pouvons déployer n'auront au mieux qu'un effet à la marge ; je ne cherche donc même plus, au-delà du minimum syndical, à essayer de mettre au travail ceux qui ne le veulent ou ne le peuvent pas - car il y en a qui sont tout simplement incapables de travailler vraiment, soit parce qu'ils ne maîtrisent pas les bases (dans ce cas, certains renoncent dès la première difficulté tandis que ceux qui persistent moulinent dans le vide comme n'importe quel système d'exploitation Microsoft digne de ce nom), soit parce qu'en réalité il n'ont jamais appris à travailler (souvent parce qu'il n'en ont pas eu besoin) et qu'ils sont pile-poil dans le pire âge qui soit pour l'apprendre. On pourrait même aller jusqu'à dire que tes élèves ont raison de ne pas se fatiguer puisque les promotions précédentes laissent penser que, malgré leur faiblesse en maths, ils auront le Bac ; cela dit, le risque d'être recalé à l'examen, bien qu'il soit parfaitement avéré dans mon lycée, ne semble pas provoquer la moindre réaction d'une année sur l'autre à part pour certains redoublants qui ont fait l'expérience de l'échec.

C'est bien là que le problème est structurel : dans une institution où l'absence de travail n'est jamais réellement sanctionnée car elle n'a aucune conséquence sur le cursus d'élèves qui passent de classe en classe quels que soient les résultats de leurs évaluations et obtiennent finalement l'orientation demandée - y compris contre l'avis des professeurs qui est désormais à peine consultatif car il se doit d'être "bienveillant" -, les enfants et adolescents sont entretenus dans une certaine passivité ou au mieux dans une activité superficielle. J'en viens même à penser que les méthodes pour mettre les élèves au travail qui marchent au collège - et parfois encore un peu en seconde - ne marchent en fait qu'en surface : qu'on utilise la carotte ou le bâton ou bien les deux, dans le fond cela reste une forme de flicage auquel les plus jeunes élèves s'adaptent, parfois inconsciemment, pour y répondre au mieux c'est-à-dire produire un travail qui  satisfait au moins en apparence à la règle tout en optimisant leurs efforts ; les élèves plus âgés finissent par comprendre que c'est un jeu de dupe dont les règles peuvent être bafouées sans risque véritable. Je me demande s'il n'y a pas une sorte de fuite en avant : plus on essaie de mettre en place des dispositifs pour recadrer des élèves dans un système qui leur laisse toute latitude, plus les élèves se spécialiseront dans la réponse à ces dispositifs mais sans forcément réellement apprendre quoi que ce soit de solide.
Bien sûr, faire très régulièrement des interrogations de cours en terminale S obligera certains élèves à travailler au fur et à mesure alors qu'ils se seraient peut-être relâchés autrement, mais je me demande si de cette manière on ne les entretient pas dans une modalité d'apprentissage qui ne fonctionne que sur le court terme et ne leur permet pas d'appréhender des échéances plus lointaines ; à ce niveau, ça pourrait donner des élèves qui apprennent par coeur des démonstrations et des exercices-type pour la semaine suivante sans qu'il ne leur reste grand chose d'exploitable un ou deux mois plus tard pour le contrôle portant sur plusieurs chapitres.

Bref, ce long message se veut absolument anti-constructif et en substance il signifie : on n'y peut rien.
Badiste75
Niveau 10

Re: Comment réussir à faire travailler les élèves à la maison - lycée ? Astuces

par Badiste75 le Ven 12 Mai 2017 - 0:20
C'est exactement ça. Je demande notamment toutes les demo exigibles bac dans les évaluations. Effectivement, ils savent que ce sont des points qu'ils peuvent aller chercher (pour les plus compliquées du style l'espérance de la loi exponentielle je pose des questions intermédiaires). Et je partage ton point de vue que sur le long terme ils oublient tout. Quand j'ai fait le chapitre croissances comparées avec exp, ils savaient faire des choses. Cette semaine je le réinvestis dans un problème avec suites d'intégrales, il n'y a plus personne. Pour répondre à ta question, je finis in extremis aussi (il me reste aujourd'hui la fin de la loi normale, vecteur normal, eq de plan et échantillonnage. Mais je triche : l'heure d'AP est utilisée comme heure de cours classique (je ne fais pas cours mais donne des exos). Et je pense que je ne les laisse pas assez cherché en classe. En même temps, j'en suis bien conscient mais le problème c'est surtout que je manque de temps. Si je les laisse faire, le temps qu'ils regardent le bon endroit du cours, qu'ils réfléchissent, qu'ils essayent, l'heure est finie ou presque. Je ne sais pas s'il faut les prévenir des évaluations. Le positif en prévenant c'est qu'ils révisent pour certains (à la dernière minute mais quand même) mais ne foutent rien pour les autres heures de la semaine. Disons qu'en prévenant j'entretiens la paix sociale. Je suis d'accord qu'en TS c'est déjà bien tard pour remonter la pente mais le but est clairement de sauver les meubles. Et vu les Secondes, les premières S et ce que j'entends sur l'école primaire, ça va s'aggraver. Mais évidemment, pas d'allègement de programme tu penses bien! Il faut entretenir l'illusion pour les parents et mettre les profs en difficulté.
avatar
tilki
Niveau 1

Re: Comment réussir à faire travailler les élèves à la maison - lycée ? Astuces

par tilki le Sam 13 Mai 2017 - 10:43
Bonjour
Merci pour ce témoignage.
Le programme de terminal S est démentiel et c'était déjà vrai il y a 30 ans.
Petite question : qu'est ce qui se cache derrière cette formule apparamment facile : xx'+yy'=0 ?
avatar
Hélips
Modérateur

Re: Comment réussir à faire travailler les élèves à la maison - lycée ? Astuces

par Hélips le Sam 13 Mai 2017 - 10:45
edboulanger a écrit:Bonjour
Merci pour ce témoignage.
Le programme de terminal S est démentiel et c'était déjà vrai il y a 30 ans.
Petite question : qu'est ce qui se cache derrière cette formule apparamment facile : xx'+yy'=0 ?
Rien, tant qu'on n'a pas un peu défini qui sont x, x', y, y'.

_________________
Amis via FB ? oui oui avec plaisir, un petit MP avec les bonnes infos et je fais le nécessaire.
avatar
tilki
Niveau 1

Re: Comment réussir à faire travailler les élèves à la maison - lycée ? Astuces

par tilki le Sam 13 Mai 2017 - 11:00
Il faut aussi abandonner une rigueur excessive pour revenir à une validité intuitive locale.
avatar
Hélips
Modérateur

Re: Comment réussir à faire travailler les élèves à la maison - lycée ? Astuces

par Hélips le Sam 13 Mai 2017 - 11:05
Certes, mais ma capacité de validité intuitive locale ne va pas jusqu'à comprendre ta question. Que veux-tu ? Qu'on te dise que, oui ça va, on a reconnu le produit scalaire ? Qu'on se lance dans un rhalalalala-les-élèves-ne-reconnaissent-plus-rien ?

_________________
Amis via FB ? oui oui avec plaisir, un petit MP avec les bonnes infos et je fais le nécessaire.
avatar
tilki
Niveau 1

Re: Comment réussir à faire travailler les élèves à la maison - lycée ? Astuces

par tilki le Sam 13 Mai 2017 - 11:25
Derrière cette formule se cache cos(a-b)=cosacob + sinasinb et à démontrer géométriquement c'est un peu lourd. Voilà pourquoi cette formule n'accroche pas et pourtant elle est facile à apprendre.
Contenu sponsorisé

Re: Comment réussir à faire travailler les élèves à la maison - lycée ? Astuces

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum