Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Pénélope59
Niveau 5

les mouvements littéraires à l'EAF

par Pénélope59 le Jeu 11 Mai 2017 - 22:02
Bonsoir,
comment faites-vous pour que vos élèves retiennent et comprennent VRAIMENT les différents mouvements littéraires, Doit-on tout leur donner ou faut-il en privilégier certains?
merci de vos lumières!
avatar
ysabel
Devin

Re: les mouvements littéraires à l'EAF

par ysabel le Jeu 11 Mai 2017 - 22:28
Je vois les mouvements littéraires des 4 OI que j'étudie dans l'année de 1e - quand mvt il y a - ; en seconde ils ont tous vu certains puisque "pas le  choix".
Bon, à l'écrit, nul besoin de connaître les  mouvements littéraires.

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
avatar
NLM76
Esprit éclairé

Re: les mouvements littéraires à l'EAF

par NLM76 le Jeu 25 Mai 2017 - 7:36
Encore une preuve que cette histoire de mouvements littéraires est une ânerie. Il vaut mieux utiliser le peu de temps dont nous disposons à autre chose !

_________________
Sites du grip et des gripiens :
http://instruire.fr
http://slecc.fr/GRIP.htm
http://doublecasquette3.eklablog.com/
http://pedagoj.eklablog.com/
www.lettresclassiques.fr
avatar
roxanne
Devin

Re: les mouvements littéraires à l'EAF

par roxanne le Jeu 25 Mai 2017 - 8:45
Enfin, lire Zola sans parler du naturalisme, ça me parait difficile quand même...
Ce qui est vrai, c'est que du coup, les élèves ont tendance à scléroser les auteurs dans un mouvement ce qui parfois donne des choses curieuses notamment pour les auteurs du XX°.
avatar
trompettemarine
Grand sage

Re: les mouvements littéraires à l'EAF

par trompettemarine le Jeu 25 Mai 2017 - 10:34
@nlm76 a écrit:Encore une preuve que cette histoire de mouvements littéraires est une ânerie. Il vaut mieux utiliser le peu de temps dont nous disposons à autre chose !

Chaque année dans les copies, tous les auteurs du XXe appartiennent au mouvement surréaliste.
Pour le XIXe, Hugo est tantôt le "chef de file" des romantiques, mais aussi celui des réalistes, moins souvent des symbolistes... quand il n'est n'est pas un classique du XVIIe, bien sûr !
avatar
Iphigénie
Enchanteur

Re: les mouvements littéraires à l'EAF

par Iphigénie le Jeu 25 Mai 2017 - 10:44
Le fait que partout en France on ait les mêmes âneries, quel que soit l'enseignement reçu, m'interroge: nos élèves sont devenus incapables de faire des nuances: ils veulent des cases, du prêt-à-penser, de la simplification à l'extrême.
ça en dit long , je trouve, sur le fait qu'en français, la technicité rendue nécessaire par les méthodes imposées et particulièrement au collège (dont le lycée n'est que la conséquence obligée) - du type lecture analytique (et non commentaire ou lecture expliquée du texte) - est catastrophique: on apprend à fabriquer des tableaux (repérage, effet, procédés) et cela a pris le pas sur la sensibilité et la réflexion. 
Spoiler:
Tous les ans j'ai appris en corrigeant nombre de figures de style absconses que j'avais ignorées jusqu'alors, dans des textes dont le sens général échappait totalement...
avatar
thierry75
Niveau 8

Re: les mouvements littéraires à l'EAF

par thierry75 le Jeu 25 Mai 2017 - 18:01
Ils aiment les mots techniques : cette année ils en ont pincé pour les zeugmas, les aposiopèses et les antépiphores.
Quant aux mouvements littéraires, c'est un problème : la notion en elle-même est discutable, les étudier amène souvent à des raccourcis, des confusions etc. Néanmoins je passe du temps à les étudier, parfois parce que le programme nous y "oblige".

_________________
All animals are equal, but some are more equal than others.
avatar
Iphigénie
Enchanteur

Re: les mouvements littéraires à l'EAF

par Iphigénie le Jeu 25 Mai 2017 - 18:24
Peut-être bien que pour comprendre un mouvement, il faut en étudier plusieurs auteurs... Tel que le programme est conçu, les auteurs deviennent bien souvent l'illustration unique et d'un genre et d' un courant...Et ils ont bien du mal à comprendre qu'un Hugo a traversé tous les genres et courants d'un siècle pour finalement être essentiellement hugolien...
Tiens c'est quoi l'antépiphore? je connaissais la métaphore et le pifomètre: c'est entre les deux? 
c'est marrant, dans wikipédia, l'étymologie est sinon fausse, du moins incomplète! (ce qui se conçoit bien... etc, etc)

'antépiphore (substantif féminin), du grec ante ("avant) et phorê ("porter ensuite"), est une figure de style qui consiste en une répétition d'un même groupe de mots (ou d'un même vers) au début et à la fin d'un paragraphe (ou d'une strophe).
User17706
Enchanteur

Re: les mouvements littéraires à l'EAF

par User17706 le Jeu 25 Mai 2017 - 18:39
Corrige donc ! Razz

_________________
'Tis a blushing, shamefaced spirit that mutinies in a man’s bosom. It fills a man full of obstacles. It made me once restore a purse of gold that by chance I found. It beggars any man that keeps it. It is turned out of towns and cities for a dangerous thing, and every man that means to live well endeavors to trust to himself and live without it.
____________

When everybody is swept away unthinkingly by what everybody else does and believes in, those who think are drawn out of hiding because their refusal to join is conspicuous and thereby becomes a kind of action.
avatar
NLM76
Esprit éclairé

Re: les mouvements littéraires à l'EAF

par NLM76 le Jeu 25 Mai 2017 - 18:45
@roxanne a écrit:Enfin, lire Zola sans parler du naturalisme, ça me parait difficile quand même...
Ce qui est vrai, c'est que du coup, les élèves ont tendance à scléroser les  auteurs dans un mouvement ce qui parfois donne des choses curieuses notamment pour les auteurs du XX°.
Oui, on en parle en général. Cela dit, je pense que ce n'est pas nécessaire, et je suis tout à fait capable de parler de Zola sans parler de naturalisme. D'ailleurs j'ai tendance à considérer que ce qu'il écrit est beaucoup plus intéressant que ce qu'il prétend écrire.

J'insiste : là n'est pas la priorité, loin de là, même pour Zola. Dans un roman de Zola, il y au moins 1000 mots qu'il est plus important d'apprendre pour nos élèves que "naturalisme".

_________________
Sites du grip et des gripiens :
http://instruire.fr
http://slecc.fr/GRIP.htm
http://doublecasquette3.eklablog.com/
http://pedagoj.eklablog.com/
www.lettresclassiques.fr
avatar
trompettemarine
Grand sage

Re: les mouvements littéraires à l'EAF

par trompettemarine le Jeu 25 Mai 2017 - 19:38
@thierry75 a écrit:Ils aiment les mots techniques : cette année ils en ont pincé pour les zeugmas, les aposiopèses et les antépiphores.
Quant aux mouvements littéraires, c'est un problème  :  la notion en elle-même est discutable, les étudier amène souvent à des raccourcis, des confusions etc. Néanmoins je passe du temps à les étudier, parfois parce que le programme nous y "oblige".

Oui, en ce moment la mode est à l'aposiopèse, pas seulement chez les élèves. cafe

Sinon, cela fait trois semaines qu'un élève ne vient plus dans mes cours, parce qu'il révise "le français" (certainement avec un autre professeur plus utile que moi dans ce domaine, et avec des manuels de type "annabac" où fleurit ce terrible jargon.)
avatar
ysabel
Devin

Re: les mouvements littéraires à l'EAF

par ysabel le Jeu 25 Mai 2017 - 20:14
@nlm76 a écrit:
@roxanne a écrit:Enfin, lire Zola sans parler du naturalisme, ça me parait difficile quand même...
Ce qui est vrai, c'est que du coup, les élèves ont tendance à scléroser les  auteurs dans un mouvement ce qui parfois donne des choses curieuses notamment pour les auteurs du XX°.
Oui, on en parle en général. Cela dit, je pense que ce n'est pas nécessaire, et je suis tout à fait capable de parler de Zola sans parler de naturalisme. D'ailleurs j'ai tendance à considérer que ce qu'il écrit est beaucoup plus intéressant que ce qu'il prétend écrire.

J'insiste : là n'est pas la priorité, loin de là, même pour Zola. Dans un roman de Zola, il y au moins 1000 mots qu'il est plus important d'apprendre pour nos élèves que "naturalisme".

Je suis bien d'accord avec toi...

_________________
« vous qui entrez, laissez toute espérance ». Dante

« Il vaut mieux n’avoir rien promis que promettre sans accomplir » (L’Ecclésiaste)
lit et rature
Niveau 6

Re: les mouvements littéraires à l'EAF

par lit et rature le Ven 26 Mai 2017 - 19:44
Quand les élèves travaillent un texte en lecture analytique , je leur demande systématiquement de faire une recherche sur l'auteur et sur le mouvement littéraire dans lequel s'inscrivent ses oeuvres.

avatar
NLM76
Esprit éclairé

Re: les mouvements littéraires à l'EAF

par NLM76 le Ven 26 Mai 2017 - 19:48
@lit et rature a écrit:Quand les élèves travaillent un texte en lecture analytique , je leur demande systématiquement de faire une recherche sur l'auteur et sur le mouvement littéraire dans lequel s'inscrivent ses oeuvres.

Pas moi. En revanche, je leur demande systématiquement de tenir un carnet de vocabulaire — du vrai vocabulaire littéraire, celui que les écrivains utilisent dans leurs poèmes, romans... — dans leur carnet de lecture.

_________________
Sites du grip et des gripiens :
http://instruire.fr
http://slecc.fr/GRIP.htm
http://doublecasquette3.eklablog.com/
http://pedagoj.eklablog.com/
www.lettresclassiques.fr
avatar
DesolationRow
Vénérable

Re: les mouvements littéraires à l'EAF

par DesolationRow le Ven 26 Mai 2017 - 19:53
J'ai quand même l'impression que, neuf fois sur dix, une explication sur Zola qui évite de parler de naturalisme évitera dans le même mouvement de raconter n'importe quoi.
avatar
NLM76
Esprit éclairé

Re: les mouvements littéraires à l'EAF

par NLM76 le Ven 26 Mai 2017 - 20:26
Ah. Viens faire passer le bac. Tu verras, que neuf fois sur dix, les introductions disent "naturalisme" et neuf sur dix d'entre elles disent n'importe quoi.

_________________
Sites du grip et des gripiens :
http://instruire.fr
http://slecc.fr/GRIP.htm
http://doublecasquette3.eklablog.com/
http://pedagoj.eklablog.com/
www.lettresclassiques.fr
avatar
DesolationRow
Vénérable

Re: les mouvements littéraires à l'EAF

par DesolationRow le Ven 26 Mai 2017 - 20:48
C'est à peu près ce que j'ai dit, non ? Wink
avatar
Rendash
Bon génie

Re: les mouvements littéraires à l'EAF

par Rendash le Ven 26 Mai 2017 - 20:52
@DesolationRow a écrit:J'ai quand même l'impression que, neuf fois sur dix, une explication sur Zola qui évite de parler de naturalisme évitera dans le même mouvement de raconter n'importe quoi.

@nlm76 a écrit:Ah. Viens faire passer le bac. Tu verras, que neuf fois sur dix, les introductions disent "naturalisme" et neuf sur dix d'entre elles disent n'importe quoi.


Ben, c'est ce que DR dit, précisément...

edit : ...il confirme.

_________________



"Ce serait un bien bel homme s’il n’était pas laid ; il est grand, bâti en Hercule, mais a un teint africain ; des yeux vifs, pleins d’esprit à la vérité, mais qui annoncent toujours la susceptibilité, l’inquiétude ou la rancune, lui donnent un peu l’air féroce, plus facile à être mis en colère qu’en gaieté. Il rit peu, mais il fait rire. [...] Il est sensible et reconnaissant ; mais pour peu qu’on lui déplaise, il est méchant, hargneux et détestable."
avatar
NLM76
Esprit éclairé

Re: les mouvements littéraires à l'EAF

par NLM76 le Sam 27 Mai 2017 - 8:19
Eh bien il va falloir que j'apprenne à lire !

_________________
Sites du grip et des gripiens :
http://instruire.fr
http://slecc.fr/GRIP.htm
http://doublecasquette3.eklablog.com/
http://pedagoj.eklablog.com/
www.lettresclassiques.fr
avatar
Iphigénie
Enchanteur

Re: les mouvements littéraires à l'EAF

par Iphigénie le Sam 27 Mai 2017 - 11:37
@nlm76 a écrit:
@lit et rature a écrit:Quand les élèves travaillent un texte en lecture analytique , je leur demande systématiquement de faire une recherche sur l'auteur et sur le mouvement littéraire dans lequel s'inscrivent ses oeuvres.

Pas moi. En revanche, je leur demande systématiquement de tenir un carnet de vocabulaire — du vrai vocabulaire littéraire, celui que les écrivains utilisent dans leurs poèmes, romans... — dans leur carnet de lecture.
Les deux ne sont pas incompatibles: une familiarisation avec les contextes est, me semble-t--Il, une bonne chose au contraire! Je ne sais pas s'il faut connaître le mot naturalisme pour lire Zola mais le lire sans connaître les travaux d'Haussmann ou la condition ouvrière contemporaine, ou l'industrialisation ou les poussées anarchistes ou ou ou...., c'est quand même aussi dénaturer Zola, quelle que soit la qualité  de l'étude de son écriture: c'est aussi, me semble-t-il,  un " testament trahi"....
HS: Punaise, les tablettes et leur écriture intuitive,  :diablecontent:
avatar
Ponocrates
Habitué du forum

Re: les mouvements littéraires à l'EAF

par Ponocrates le Sam 27 Mai 2017 - 13:49
@Iphigénie a écrit:Le fait que partout en France on ait les mêmes âneries, quel que soit l'enseignement reçu, m'interroge: nos élèves sont devenus incapables de faire des nuances: ils veulent des cases, du prêt-à-penser, de la simplification à l'extrême.
Au siècle dernier j'ai été "tutrice", à la fac - comprendre une étudiante en maîtrise chargée de donner des méthodes et d'aider des premières années de DEUG, sans jamais empiéter sur le contenu des TD et CM. Et j'ai, dès cette première expérience d'"enseignement", rencontré ce profil, avide de trouver des trucs, des recettes à appliquer sans trop se casser la tête. Je reconnais qu'à l'époque on donnait moins de méthode qu'aujourd'hui, mais les lycéens étaient quand même mieux formés - comprendre "avaient davantage d'heures". Ce qui est à l'oeuvre dans ce genre de réflexe, c'est le désir de réussir, sans la volonté réelle de s'impliquer dans son apprentissage et de se transformer en apprenant. Mais s'économiser est humain...
@Iphigénie a écrit:
ça en dit long , je trouve, sur le fait qu'en français, la technicité rendue nécessaire par les méthodes imposées et particulièrement au collège (dont le lycée n'est que la conséquence obligée) - du type lecture analytique (et non commentaire ou lecture expliquée du texte) - est catastrophique: on apprend à fabriquer des tableaux (repérage, effet, procédés) et cela a pris le pas sur la sensibilité et la réflexion. 
Spoiler:
Tous les ans j'ai appris en corrigeant nombre de figures de style absconses que j'avais ignorées jusqu'alors, dans des textes dont le sens général échappait totalement...
Je comprends l'accusation de "jargon". Mais il me semble qu'il y a plusieurs problèmes.
D'une part, en français, nous devons souvent lutter contre ce préjugé que notre matière est impressionniste, qu'un texte peut tout dire et son contraire. En donnant un vocabulaire descriptif précis des moyens employés en littérature - que les auteurs qui les aient employés les connaissent ou non d'ailleurs- on rend sensible le "travail" de l'écriture - et on peut également faire comprendre qu'écrire n'est pas juste jeter des mots sur le papier, mais suppose la maîtrise et l'organisation des "outils" à disposition - tout en sachant que parfois on n'écrit pas ce que l'on avait prévu ou affiché et, en effet, Zola en est un bon exemple.Le "jargon" donne alors une légitimité à l'étude des textes.
Par ailleurs, je suis parfaitement d'accord avec le fait que la description seule est inutile : j'explique souvent que décrire les éléments constituant un moteur ne suffit pas à le faire fonctionner. Sans une interprétation des phénomènes du texte, il n'y a pas d'explication. Notre objectif est bien sûr de leur aider à comprendre le texte, sens littéral et littéraire en le déployant.  Il n'empêche, savoir décrire, citer est une école de la rigueur, qui manque souvent à ceux qui "sentent" les textes. Et il me semble bon de leur permettre de transformer leurs "'intuitions", leur compréhension en analyse véritable - on parle bien de "sciences humaines" après tout.
Enfin, certains élèves sont face à un texte littéraire comme un aveugle face à un tableau ou un sourd à un concert: ce qu'ils en perçoivent est insuffisant pour produire du sens ou au moins les sens communs possibles du texte - manque de vocabulaire, de lecture, de culture, de motivation, d'implication, de travail...Dans un monde idéal - et avec davantage d'heures que nous n'en avons nous pourrions tous les amener à comprendre, si ce n'est apprécier. Dans le monde réel, je me dis que savoir au moins décrire les éléments est une étape. Elle est insuffisante dans l'absolu, mais très suffisante pour pointer leur manque de travail. Parce que là, au moins, il n'y aucune excuse possible: une définition cela s'apprend et cela s'applique - en mathématiques, en physique etc. Qu'ils aient du mal à interpréter, je peux le comprendre -mais pas à l'oral du bac, puisque le texte a été vu et que par conséquent des interprétations ont été données par l'enseignant. Si, pour ce jour-là, ils n'ont retenu que la partie technique du cours, tant pis pour eux.

_________________
"If you think education is too expensive, try ignorance ! "/ "As-tu donc oublié que ton libérateur,
C'est le livre ? Le livre est là sur la hauteur;
Il luit; parce qu'il brille et qu'il les illumine,
Il détruit l'échafaud, la guerre, la famine
Il parle, plus d'esclave et plus de paria"
avatar
DesolationRow
Vénérable

Re: les mouvements littéraires à l'EAF

par DesolationRow le Sam 27 Mai 2017 - 14:05
@Iphigénie a écrit:
@nlm76 a écrit:
@lit et rature a écrit:Quand les élèves travaillent un texte en lecture analytique , je leur demande systématiquement de faire une recherche sur l'auteur et sur le mouvement littéraire dans lequel s'inscrivent ses oeuvres.

Pas moi. En revanche, je leur demande systématiquement de tenir un carnet de vocabulaire — du vrai vocabulaire littéraire, celui que les écrivains utilisent dans leurs poèmes, romans... — dans leur carnet de lecture.
Les deux ne sont pas incompatibles: une familiarisation avec les contextes est, me semble-t--Il, une bonne chose au contraire! Je ne sais pas s'il faut connaître le mot naturalisme pour lire Zola mais le lire sans connaître les travaux d'Haussmann ou la condition ouvrière contemporaine, ou l'industrialisation ou les poussées anarchistes ou ou ou...., c'est quand même aussi dénaturer Zola, quelle que soit la qualité  de l'étude de son écriture: c'est aussi, me semble-t-il,  un " testament trahi"....
HS: Punaise, les tablettes et leur écriture intuitive,  :diablecontent:

Il me semble qu'il y a deux idées différentes dans ce que j'ai surligné en gras. Je pense qu'il est difficile de comprendre l'oeuvre de Zola sans connaissance du contexte historique, social. Il me semble en revanche qu'on peut très bien se dispenser de ce qu'on lit généralement sur la naturalisme, qui est souvent aussi naïf qu'inutile.
avatar
Iphigénie
Enchanteur

Re: les mouvements littéraires à l'EAF

par Iphigénie le Sam 27 Mai 2017 - 14:13
@ Ponocrates:
Bien sûr. 
Mais pour la faire très courte et caricaturalement, autrefois on "psychologisait " les textes( voir les questions sur Lagarde et Michard ), le structuralisme aidant on n'a voulu voir que les mots et les tropes et ....la sagesse est entre les deux, probablement  et en nuances selon qu'on est en 6e ou en M2.... Wink
Après il reste la question de voir si commenter un texte est un exercice scolaire réalisable par tous, je commence à en douter....
avatar
Iphigénie
Enchanteur

Re: les mouvements littéraires à l'EAF

par Iphigénie le Sam 27 Mai 2017 - 14:15
@DesolationRow a écrit:
@Iphigénie a écrit:
@nlm76 a écrit:
@lit et rature a écrit:Quand les élèves travaillent un texte en lecture analytique , je leur demande systématiquement de faire une recherche sur l'auteur et sur le mouvement littéraire dans lequel s'inscrivent ses oeuvres.

Pas moi. En revanche, je leur demande systématiquement de tenir un carnet de vocabulaire — du vrai vocabulaire littéraire, celui que les écrivains utilisent dans leurs poèmes, romans... — dans leur carnet de lecture.
Les deux ne sont pas incompatibles: une familiarisation avec les contextes est, me semble-t--Il, une bonne chose au contraire! Je ne sais pas s'il faut connaître le mot naturalisme pour lire Zola mais le lire sans connaître les travaux d'Haussmann ou la condition ouvrière contemporaine, ou l'industrialisation ou les poussées anarchistes ou ou ou...., c'est quand même aussi dénaturer Zola, quelle que soit la qualité  de l'étude de son écriture: c'est aussi, me semble-t-il,  un " testament trahi"....
HS: Punaise, les tablettes et leur écriture intuitive,  :diablecontent:
4
Il me semble qu'il y a deux idées différentes dans ce que j'ai surligné en gras. Je pense qu'il est difficile de comprendre l'oeuvre de Zola sans connaissance du contexte historique, social. Il me semble en revanche qu'on peut très bien se dispenser de ce qu'on lit généralement sur la naturalisme, qui est souvent aussi naïf qu'inutile.
C'est possible,
Mais qu'entendez vous tant qui vous mettent dans ces états? J'avoue que ce n'est pas mon souvenir du pire du pire.....
avatar
DesolationRow
Vénérable

Re: les mouvements littéraires à l'EAF

par DesolationRow le Sam 27 Mai 2017 - 14:26
Je ne peux pas me prononcer pour l'oral du bac Smile et ma remarque ne se limite pas à Zola et au naturalisme. Je trouve, pour corriger des examens et des concours, que les étudiants qui s'en sortent le mieux sont ceux qui expliquent le texte, sans vouloir à tout prix le rattacher, de manière plus ou moins artificielle, à un mouvement littéraire. Il est rare, d'après mon expérience limitée, qu'il soit nécessaire pour expliquer correctement un texte, de faire référence à un courant littéraire précis. Evidemment, lorsque cela est fait habilement et à bon escient, je ne m'en plains pas Wink

Bon, il est aussi possible que j'écrive cela parce que je sors d'un paquet de copies qui précisément a posé ce type de problème.
Contenu sponsorisé

Re: les mouvements littéraires à l'EAF

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum