Construction d'une progression : littérature et grammaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Construction d'une progression : littérature et grammaire

Message par Claire SJ le Mar 16 Mai 2017 - 10:19

Bonjour à tous,

J'écris sous cet onglet bien que je ne sois pas encore professeur (j'attends les résultats d'admissibilité) ; je suis donc en train de préparer l'oral et me pose un certain nombre de questions concrètes. Je précise que je prépare le CAPES en autodidacte.

Je suis en train de réfléchir à la manière de construire les progressions par niveau, en vue de l'oral mais aussi dans la perspective d'une potentielle admission qui me projette dans la prise en charge de plusieurs niveaux à la rentrée prochaine (je n'ose y croire, mais il faut bien travailler !).

Du point de vue de la littérature pédagogique je la trouve très scindée : c'est littérature ou grammaire. Or, j'envisage l'enseignement du français dans une approche avec moins de frontières. En effet, je pense que passer de l'un à l'autre et mettre l'un au service de l'autre au sein d'une même séance est plus dynamique et diminue le risque de « décrochage » en cours. Ai-je tort ?

Alors voici ma première question : lorsque vous construisez votre progression, c'est à dire la construction des séquences et des séances qui en découlent, différenciez-vous les séquences littérature (écriture, lecture et culture littéraire) et les séquences grammaire (étude de la langue) ? Ou bien incluez-vous des points de grammaire à l'intérieur de séquences qu'on pourrait appeler de « français » et qui recouvrirait les deux familles ? Dans le dernier cas, votre progression inclut donc les 4 volets : écriture, lecture, étude de la langue et culture littéraire ?

Ma seconde question est très pratique : en terme de volume, quelle place occupent respectivement littérature (écriture, lecture et culture littéraire) et grammaire (étude de la langue) ? Sur une séance de deux heures, combien de temps consacrez-vous à la grammaire ? Est-ce que vous prévoyez toujours un point de grammaire dans chaque séance ?
Au regard du programme, il m’apparaît que les deux « familles » occupent chacune une place importante et l'étude de la langue doit à mon sens être mise au cœur des apprentissages.

Je m'excuse d'avance si mon jargon est imprécis et mes connaissances didactiques faibles !

Merci d'avance !

Claire
avatar
Claire SJ
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Construction d'une progression : littérature et grammaire

Message par nlm76 le Mar 16 Mai 2017 - 11:13

C'est un débat très complexe. Ce qu'on vous demande lors de l'oral du CAPES, c'est de montrer que vous vous posez ces questions, que vous en entrevoyez les enjeuX. En gros : avantages et inconvénients des deux approches ; conclusion: il faut panacher les deux intelligemment, ce qui est possible si, justement, on entrevoit ces avantages et ces inconvénients.

_________________
Sites du grip et des gripiens :
http://instruire.fr
http://slecc.fr/GRIP.htm
http://doublecasquette3.eklablog.com/
http://pedagoj.eklablog.com/
www.lettresclassiques.fr
avatar
nlm76
Expert spécialisé


Revenir en haut Aller en bas

Re: Construction d'une progression : littérature et grammaire

Message par Lady_Sagan le Mar 16 Mai 2017 - 19:19

Il y a plusieurs manières de travailler ta séquence. Et pour l'oral, explique bien tes choix en indiquant les avantages et les limites.

Je construis mes séquences (classiques) avec des séances de littératures, d'écriture, d'oral (en théorie, parce que dans les faits réussir à tout faire à chaque fois relève de l'exploit je trouve) et de grammaire (orthographe, conjugaison, syntaxe, vocabulaire).

La grammaire est vue dans une progression sur l'année mais j'utilise la séance de grammaire de la séquence dans les écrits et si possible en lien avec des éléments des textes étudiés.

Il est aussi possible de faire des séances de grammaire détachée (particulièrement pour la remédiation).
Une séance de grammaire peut durer une heure ou deux ou trois selon le niveau et la difficulté.
Il n'est pas recommandé de faire de la pure grammaire en étude de texte, il faut laisser à l'élève la capacité de répondre à la compréhension en justifiant avec la stylistique (bon là on est dans l'idéal).

Tu peux avoir des mini séquences d'écriture, d'oral, pour un projet donc la préparation est différente.

L'étude de la langue est importante le problème c'est que les élèves (pas tous!) ne le comprennent pas et ça leur passe très au-dessus (en tout cas, dans mon établissement).

Niveau volume, je tente de faire des séquences de 10 séances grand maximum (une séance devant normalement correspondre à 1h en classe, et je dis bien normalement du moins dans la tête des formateurs et des inspecteurs, mais cette année ça ne m'est jamais arrivé). Je fais 3 ou 4 textes, un travail d'écriture ou d'oral, une à deux séances de langue, une séance bilan, et l'évaluation sommative (parfois j'arrive à proposer une évaluation formative). Il faut glisser des TICES dans l'ensemble...  

Ce que je fais est sûrement discutable et il y a d'autres possibilités. J'espère t'avoir aidée malgré tout.
avatar
Lady_Sagan
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Construction d'une progression : littérature et grammaire

Message par Amaliah le Mar 16 Mai 2017 - 19:32

@Claire SJ a écrit: Du point de vue de la littérature pédagogique je la trouve très scindée : c'est littérature ou grammaire. Or, j'envisage l'enseignement du français dans une approche avec moins de frontières. En effet, je pense que passer de l'un à l'autre et mettre l'un au service de l'autre au sein d'une même séance est plus dynamique et diminue le risque de « décrochage » en cours. Ai-je tort ?

Alors voici ma première question : lorsque vous construisez votre progression, c'est à dire la construction des séquences et des séances qui en découlent, différenciez-vous les séquences littérature (écriture, lecture et culture littéraire) et les séquences grammaire (étude de la langue) ? Ou bien incluez-vous des points de grammaire à l'intérieur de séquences qu'on pourrait appeler de « français » et qui recouvrirait les deux familles ? Dans le dernier cas, votre progression inclut donc les 4 volets : écriture, lecture, étude de la langue et culture littéraire ?

Ma seconde question est très pratique : en terme de volume, quelle place occupent respectivement littérature (écriture, lecture et culture littéraire) et grammaire (étude de la langue) ? Sur une séance de deux heures, combien de temps consacrez-vous à la grammaire ? Est-ce que vous prévoyez toujours un point de grammaire dans chaque séance ?
Au regard du programme, il m’apparaît que les deux « familles » occupent chacune une place importante et l'étude de la langue doit à mon sens être mise au cœur des apprentissages.

Je m'excuse d'avance si mon jargon est imprécis et mes connaissances didactiques faibles !

Merci d'avance !

Claire

A lire ce que tu mets en gras, j'ai l'impression que tu confonds séquence et séance en fait. scratch

Voilà comment je fais pour ma part :
Une progression en littérature d'un côté et une progression en langue de l'autre.
Mais quand tu vas te pencher sur une progression en langue, tu vas vite t'apercevoir que certains points se font forcément en début d'année et d'autres non. Je dirais donc pour nuancer qu'il y a des leçons de langue qui se font en fonction de la séquence. Par exemple, tu n'étudies pas le passé simple quand tu fais la poésie ou le théâtre. Maintenant, il faut avoir revu le COD pour étudier correctement l'accord du participe passé. Donc une progression en langue à part mais certains points peuvent être déplacés en fonction de ma progression en littérature.

J'essaie de passer la moitié de mes heures sur la littérature (lecture / écriture / voc) et l'autre moitié sur des points de langue.
Je n'ai jamais 2h d'affilée, mais j'essaierais de varier les activités sur 2h, quelles qu'elles soient.
Si je fais une séance de lecture, je ne prévois pas de séance de langue. Par contre je me sers de la langue pour expliquer le texte quand c'est possible. Mais chaque heure de cours a un but précis : étudier un texte ou travailler sur un point de langue. Passer de l'un à l'autre au cours d'une même séance (d'une heure donc), je ne vois pas comment c'est possible à moins d'un saupoudrage total. Le temps de lire un texte, de noter le vocabulaire important, de faire trois repérages et une petite synthèse écrite, l'heure est passée.

Tes questions me replongent dans mes débuts. Pas facile tout ça! Bon courage pour la suite! Smile
avatar
Amaliah
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Construction d'une progression : littérature et grammaire

Message par Rabelais le Mar 16 Mai 2017 - 21:26

Avant, je construisais mes séquences avec effectivement des points de grammaire liés, assez peu nombreux dans une séquence de douze séances ( mettons 4 de grammaire et 8 entre LA, écriture, évaluations ). Tout bien comme il fallait. Ce que tu devras dire.

Et puis, j'ai eu la même classe deux ans. Et j'ai vu les dégâts.
( je m'en doutais un peu, ça me semblait deja un peu étrange de mettre la grammaire au sein d'un questionnement ou problématique littéraire ).
J'ai réparé les dégâts.
La litterature reste à sa place, entière, ne sert ni d'exemple ni d'excuse à la grammaire .
Il y a donc deux progressions séparées avec des temps dédiés.
Les eleves s'y retrouvent mieux et ce n'est pas " artificiel", ce n'est pas non plus du saupoudrage de grammaire par ci par là.
Je consacre par semaine deux heures et demi à la grammaire et l'orthographe et deux heures à tout le reste.
Sans grammaire ni orthographe, ils ne sauront de toutes les façons ni ecrire, ni comprendre un texte ( si tu ne repères pas le sujet d'une phrase, la vie va devenir tres tres obscure).
Et encore, ce n'est pas assez, on a juste le temps de comprendre les phénomènes, les exercices sont insuffisants faute de temps.
L'an prochain je ferai 3 heures, une heure trente.

_________________
Le temps ne fait rien à l'affaire, quand on est c., on est c.
avatar
Rabelais
Grand sage


Revenir en haut Aller en bas

Re: Construction d'une progression : littérature et grammaire

Message par Claire SJ le Mer 17 Mai 2017 - 14:51

Merci à tous les quatre pour vos retours, cela m'éclaire bien !

Si j'ai bien compris, un séquence est une progression au sein de laquelle un thème d'enseignement est développé et se découpe en séances dans l'objectif de développer des compétences et acquérir des connaissances.

Du coup, effectivement, c'est plus clair : il faut construire des séquences de littérature et des séquences d'étude de la langue séparément et équilibrer les enseignements dans la semaine.

Je pensais qu'au collège les élèves avaient 2 x 2 heures (+1 h une semaine sur deux) de cours de français ; quand je vous lis, les 4 heures + 1 heure une semaine sur deux hebdomadaires sont séparées ?

Une autre question concernant le travail extrascolaire :
- consacrez-vous des temps de lecture cursive en classe ? Lisez-vous vous-même à haute voix ? Utilisez-vous des œuvres enregistrées ?
- demandez-vous des productions écrites à faire à la maison (recherches, travail sur la réception des lectures en cours, sujets d'invention...) ; comment gérez-vous l'utilisation (exagérée) d'Internet ? Ou ces temps sont organisés en classe pour que le travail soit vraiment personnel ?

Merci encore !
avatar
Claire SJ
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Construction d'une progression : littérature et grammaire

Message par Provence le Mer 17 Mai 2017 - 14:53

@Claire SJ a écrit:

Si j'ai bien compris, un séquence est une progression au sein de laquelle un thème d'enseignement est développé et se découpe en séances dans l'objectif de développer des compétences et acquérir des connaissances.
Rien n'oblige à travailler en séquences.

Je pensais qu'au collège les élèves avaient 2 x 2 heures (+1 h une semaine sur deux) de cours de français ; quand je vous lis, les 4 heures + 1 heure une semaine sur deux hebdomadaires sont séparées ?
Ça dépend de l'emploi du temps.

avatar
Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Construction d'une progression : littérature et grammaire

Message par Amaliah le Mer 17 Mai 2017 - 16:02

Je crois que ce mot "séquence" pose problème. Pendant des années on a dit de travailler en séquences décloisonnées, une séance mêlant un peu de lecture, un vague point de langue, un peu de ci, un peu ça, bref du saupoudrage. c'est en ce sens que Provence rejette la séquence, me semble-t-il.
Maintenant, concrètement, j'utilise le mot "séquence" par habitude comme je pourrais utiliser le mot "chapitre".
Je consacre la moitié de mon temps à la littérature et l'autre moitié à la langue selon une progression cohérente et raisonnée. Mais on ne peut pas parler de séquence de grammaire.

Dans mon collège, je n'ai que rarement eu 2h d'affilée avec mes classes.

Des temps de LC en classe? Pas le temps. Les textes que je lis (ou rarement fais écouter) sont les textes que l'on étudie. La LC, c'est à la maison.

Pour ma part, je donne pas mal de devoirs écrits. Souvent je corrige mais ne note pas (en 6e) avec une note chiffrée.
avatar
Amaliah
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Construction d'une progression : littérature et grammaire

Message par Lady_Sagan le Mer 17 Mai 2017 - 17:43

@Claire SJ a écrit:
Du coup, effectivement, c'est plus clair : il faut construire des séquences de littérature et des séquences d'étude de la langue séparément et équilibrer les enseignements dans la semaine.

Je pensais qu'au collège les élèves avaient 2 x 2 heures (+1 h une semaine sur deux) de cours de français ; quand je vous lis, les 4 heures + 1 heure une semaine sur deux hebdomadaires sont séparées ?

Une autre question concernant le travail extrascolaire :
- consacrez-vous des temps de lecture cursive en classe ? Lisez-vous vous-même à haute voix ? Utilisez-vous des œuvres enregistrées ?
- demandez-vous des productions écrites à faire à la maison (recherches, travail sur la réception des lectures en cours, sujets d'invention...) ; comment gérez-vous l'utilisation (exagérée) d'Internet ? Ou ces temps sont organisés en classe pour que le travail soit vraiment personnel ?

Merci encore !

Tu ne construis pas des séquences (ou chapitres) de littérature et des séquences d'étude de la langue. Tu construis une séquence dans laquelle tu as des séances (des cours) sur la littérature et d'autres sur la langue. Attention au vocabulaire.

Les horaires dépendent des choix d'établissement.
Cette année j'ai 4X1 heure et une heure en demi-groupe (donc un groupe une semaine, et l'autre la semaine suivante).

Pour la lecture cursive, les élèves la font chez eux mais je fais une vérification (travail d'écriture, de présentation orale...) sur une heure.
Parfois, tu peux voir avec le CDI, s'il n'y a pas une version audio de la lecture cursive pour les élèves avec des difficultés.

Pour le travail à la maison, mes élèves ne sont pas si doués que ça avec internet et leur compréhension souvent partielle de la langue ne leur permet pas un recul critique suffisant pour ne pas recopier des phrases dénouées de sens ou pour se dire qu'ils n'utilisent pas le type de vocabulaire du site (c'est vraiment triste à dire mais c'est la réalité, un de mes élèves l'a fait lundi pour un exposé). Ensuite, à toi de voir où tu poses des limites et comment tu sanctionnes etc.
Pour les 6e je peux demander de petits exercices d'écriture à la maison, pour des 3e une expression écrite complète. Tout dépend du temps que j'ai, de leur manière d'être en cours, de l'objectif.

Tes questions sont légitimes et normales mais en réalité, il n'y a pas vraiment de réponse avant de pratiquer et d'essayer.
avatar
Lady_Sagan
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Construction d'une progression : littérature et grammaire

Message par Provence le Mer 17 Mai 2017 - 18:14

@Amaliah a écrit:Je crois que ce mot "séquence" pose problème. Pendant des années on a dit de travailler en séquences décloisonnées, une séance mêlant un peu de lecture, un vague point de langue, un peu de ci, un peu ça, bref du saupoudrage. c'est en ce sens que Provence rejette la séquence, me semble-t-il.
Il te semble bien.  Very Happy


Des temps de LC en classe? Pas le temps. Les textes que je lis (ou rarement fais écouter) sont les textes que l'on étudie. La LC, c'est à la maison.
Oui, nous n'avons vraiment pas le temps, avec ces horaires minables, de faire correctement ce que nous pourrions/devrions faire. Il faut en tenir compte et opérer des choix, déterminer les priorités.


@Lady_Sagan a écrit:

Tu ne construis pas des séquences (ou chapitres) de littérature et des séquences d'étude de la langue. Tu construis une séquence dans laquelle tu as des séances (des cours) sur la littérature et d'autres sur la langue. Attention au vocabulaire.
Pas forcément. On peut tout à fait construire une progression de langue indépendante de la programmation en littérature.
avatar
Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Construction d'une progression : littérature et grammaire

Message par Lady_Sagan le Mer 17 Mai 2017 - 18:56

@Lady_Sagan a écrit:

Tu ne construis pas des séquences (ou chapitres) de littérature et des séquences d'étude de la langue. Tu construis une séquence dans laquelle tu as des séances (des cours) sur la littérature et d'autres sur la langue. Attention au vocabulaire.
Pas forcément. On peut tout à fait construire une progression de langue indépendante de la programmation en littérature.

Oui, je n'ai pas dit que littérature et langue devaient être en lien obligatoirement. Mais normalement tu ne fais pas une séquence complète d'étude de la langue. Dans un post précédent je précise qu'il est possible de faire des séances de langue détachée aussi.
Tu as ta progression de langue et celle de littérature mais dans ta séquence tu fais les deux (pas en même temps dans une même séance).
Est-ce que c'est plus clair? scratch
avatar
Lady_Sagan
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Construction d'une progression : littérature et grammaire

Message par Provence le Mer 17 Mai 2017 - 19:52

@Lady_Sagan a écrit:
@Lady_Sagan a écrit:

Tu ne construis pas des séquences (ou chapitres) de littérature et des séquences d'étude de la langue. Tu construis une séquence dans laquelle tu as des séances (des cours) sur la littérature et d'autres sur la langue. Attention au vocabulaire.
Pas forcément. On peut tout à fait construire une progression de langue indépendante de la programmation en littérature.

Oui, je n'ai pas dit que littérature et langue devaient être en lien obligatoirement. Mais normalement tu ne fais pas une séquence complète d'étude de la langue. Dans un post précédent je précise qu'il est possible de faire des séances de langue détachée aussi.
Tu as ta progression de langue et celle de littérature mais dans ta séquence tu fais les deux (pas en même temps dans une même séance).
Est-ce que c'est plus clair? scratch

C'est là que réside la différence. Faire aussi des séances de langue détachées, ce n'est pas mener une progression indépendante. La séquence n'est pas la seule approche pédagogique possible.

http://www.neoprofs.org/t34201-nouvelle-facon-de-travailler-en-outils-de-la-langue
avatar
Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Construction d'une progression : littérature et grammaire

Message par Amaliah le Mer 17 Mai 2017 - 20:59

Disons qu'en même temps que tu fais ta séquence de littérature, tu consacres la moitié des heures de ta semaine à la langue selon ta progression indépendante et cependant en harmonie si possible avec la littérature. Donc cela donne l'impression qu'au cours de ta séquence, tu fais les deux. C'est ce que je comprends de ce que tu dis, Lady_Sagan. C'est aussi ce que je fais.
avatar
Amaliah
Guide spirituel


Revenir en haut Aller en bas

Re: Construction d'une progression : littérature et grammaire

Message par Claire SJ le Dim 21 Mai 2017 - 10:32

Merci Provence pour le fil de discussion suggéré ! Très intéressant !
avatar
Claire SJ
Niveau 2


Revenir en haut Aller en bas

Re: Construction d'une progression : littérature et grammaire

Message par Provence le Dim 21 Mai 2017 - 11:23

De mémoire, tu as d'autres liens page 2 (suggérés par V. marchais). Very Happy
avatar
Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Construction d'une progression : littérature et grammaire

Message par Ishkar le Dim 21 Mai 2017 - 23:23

De mon côté, c'est le bordel, et je m'explique : sur le papier, l'idéal théorique à mes yeux, c'est de faire une jolie séquence avec un point d'étude de la langue en lien avec ce qui est fait. Le premier exemple qui me vient à l'idée pour le lycée, c'est le discours indirect libre que tu vas étudier à partir d'un texte que tu fais en analyse et qui en comporte beaucoup. Au collège, tu peux faire la même chose avec, mettons, un texte comprenant beaucoup de passé composé pour étudier le passé composé avec auxiliaire avoir et COD avant.

Après, dans la pratique... Certains élèves sont rassurés par la grammaire, la conjugaison et ne voient le français que par là. Je vois ça cette année avec des élèves en difficulté qui trouvent qu'ils progressent uniquement de la sorte et pas en étudiant des textes. Dans ce cas de figure, même si tu justifies l'étude de texte, tu vas tirer le meilleur de ces élèves en faisant de l'étude de la langue de façon totalement indépendante.

Tu peux aussi tenir compte de la période de l'année dans laquelle tu te situes : avec une classe compliquée / une semaine avant les vacances / sur une rentrée scolaire avec des jours fériés, faire de la grammaire, avec cours magistral à noter, exercices d'application, peut être plus simple à gérer et donc tout simplement plus efficace. Dans ce cas, si tu cherches à optimiser ton cours, il vaut mieux alterner des phases sans trop de grammaire et des phases où tu en fais bien plus, si c'est ce qui fonctionne avec ta classe.

Pour finir avec ma méthode, si au lycée je faisais vraiment de l'étude de la langue "intégrée" à mes séquences, je ne le fais pas vraiment au collège pour les raisons énoncées plus haut : ça raccroche certains élèves, et surtout, je pense qu'il y a encore une forte visibilité de ce qui reste à apprendre. C'est le point que j'ai oublié d'évoquer, mais je ne vais pas modifier tout mon texte pour autant : au collège, tu es plutôt dans une approche où les élèves voient facilement qu'ils ne connaissent pas les choses. Je prends un exemple tout bête, mais si tu fais le subjonctif, surtout à l'heure actuelle, ils sont souvent paumés et tu n'as pas besoin de "jouer" en commençant un texte et en leur faisant réaliser qu'ils doivent travailler ça. Et surtout, ça serait très artificiel de chercher un texte de littérature bien précis pour justifier l'étude de quelque-chose comme le subjonctif. Ca peut se faire, mais je ne vois pas bien ce que ça produira.
A l'inverse, niveau lycée, on n'est plus vraiment dans l'étude de la langue façon "Apprends à écrire" mais plutôt dans "Apprends à analyser". Et dans ce cas de figure, ça me semble beaucoup plus important, si ce n'est indispensable pour l'esprit de nos chers élèves, de lier une leçon à un texte, puisqu'ils se rappelleront de tout ça quand ils reprendront l'analyse de ce texte.

Ishkar
Niveau 1


Revenir en haut Aller en bas

Re: Construction d'une progression : littérature et grammaire

Message par Provence le Lun 22 Mai 2017 - 0:18

@Ishkar a écrit:De mon côté, c'est le bordel, et je m'explique : sur le papier, l'idéal théorique à mes yeux, c'est de faire une jolie séquence avec un point d'étude de la langue en lien avec ce qui est fait. Le premier exemple qui me vient à l'idée pour le lycée, c'est le discours indirect libre que tu vas étudier à partir d'un texte que tu fais en analyse et qui en comporte beaucoup. Au collège, tu peux faire la même chose avec, mettons, un texte comprenant beaucoup de passé composé pour étudier le passé composé avec auxiliaire avoir et COD avant.
C'était le modèle promu par les IUFM en mon jeune temps (et sans doute par les ESPE maintenant). Le problème, à mon sens, c'est que procéder ainsi ne permet pas de mener une progression en langue rigoureuse. Par exemple, en 6e, il est important, en début d'année, d'insister longuement sur la différence entre temps simple et temps composé. Si on ne prend pas le temps de travailler ce point en amont, il sera plus compliqué d'enseigner efficacement l'accord du participe passé (trop peu d'élèves de 6e sont capables de le repérer. Alors l'accorder...). Cela peut éventuellement fonctionner en lycée où on révise (théoriquement) et où on n'en est plus à l'ère de la construction. Mais il faut d'abord bâtir solidement les fondations. Cela me mène à un deuxième écueil: lorsqu'on associe un point de grammaire à un texte, un contexte particuliers, qu'en reste-t-il une fois qu'on a changé de séquence/chapitre? Je ne prétends pas que les élèves oublieront forcément, mais est-ce l'idéal pour les amener à une compréhension structurée et sensible de leur propre langue? Enfin, je vois le risque d'instrumentaliser les textes: à vouloir faire de la grammaire à partir des textes, parvient-on à étudier les textes pour ce qu'ils sont?

Après, dans la pratique... Certains élèves sont rassurés par la grammaire, la conjugaison et ne voient le français que par là. Je vois ça cette année avec des élèves en difficulté qui trouvent qu'ils progressent uniquement de la sorte et pas en étudiant des textes. Dans ce cas de figure, même si tu justifies l'étude de texte, tu vas tirer le meilleur de ces élèves en faisant de l'étude de la langue de façon totalement indépendante.
Je suis tout à fait d'accord avec ce que tu écris ici. Les élèves sont souvent rassurés par les cours de grammaire qui peuvent leur plaire davantage que les cours de littérature, d'ailleurs, contrairement à un préjugé communément répandu, et qui les aident à progresser en lecture et en écriture.


Tu peux aussi tenir compte de la période de l'année dans laquelle tu te situes : avec une classe compliquée / une semaine avant les vacances / sur une rentrée scolaire avec des jours fériés, faire de la grammaire, avec cours magistral à noter, exercices d'application, peut être plus simple à gérer et donc tout simplement plus efficace. Dans ce cas, si tu cherches à optimiser ton cours, il vaut mieux alterner des phases sans trop de grammaire et des phases où tu en fais bien plus, si c'est ce qui fonctionne avec ta classe.
Le vendredi, de quatre à cinq, je fais grammaire.  Very Happy  C'est une heure agréable.
Je préfère répartir les différents enseignements dans la semaine, pour ne rien sacrifier complètement et pour entretenir régulièrement ce qui a été vu. Brassons et brassons encore (il en ressortira peut-être de la bière...).  Razz  

Pour finir avec ma méthode, si au lycée je faisais vraiment de l'étude de la langue "intégrée" à mes séquences, je ne le fais pas vraiment au collège pour les raisons énoncées plus haut : ça raccroche certains élèves, et surtout, je pense qu'il y a encore une forte visibilité de ce qui reste à apprendre. C'est le point que j'ai oublié d'évoquer, mais je ne vais pas modifier tout mon texte pour autant : au collège, tu es plutôt dans une approche où les élèves voient facilement qu'ils ne connaissent pas les choses. Je prends un exemple tout bête, mais si tu fais le subjonctif, surtout à l'heure actuelle, ils sont souvent paumés et tu n'as pas besoin de "jouer" en commençant un texte et en leur faisant réaliser qu'ils doivent travailler ça. Et surtout, ça serait très artificiel de chercher un texte de littérature bien précis pour justifier l'étude de quelque-chose comme le subjonctif. Ca peut se faire, mais je ne vois pas bien ce que ça produira.
+1


A l'inverse, niveau lycée, on n'est plus vraiment dans l'étude de la langue façon "Apprends à écrire" mais plutôt dans "Apprends à analyser". Et dans ce cas de figure, ça me semble beaucoup plus important, si ce n'est indispensable pour l'esprit de nos chers élèves, de lier une leçon à un texte, puisqu'ils se rappelleront de tout ça quand ils reprendront l'analyse de ce texte.
Il faudrait idéalement que les élèves ne quittent pas le collège sans un bon bagage grammatical. humhum
avatar
Provence
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Construction d'une progression : littérature et grammaire

Message par corailc le Lun 22 Mai 2017 - 19:05

Je ne saurais que trop conseiller de travailler avec Terres des lettres. Je suis néo-tit et cette année je l'utilise pour la première fois et je vois vraiment la différence, tant en lecture-écriture qu'en langue, ou la progression est pensée de façon spiralaire.

_________________
In tenebris lumen rectis.
Terre des Lettres, manuel militant et intelligent. http://terredeslettres.nathan.fr/
avatar
corailc
Habitué du forum


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum