Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
toolaba
Niveau 1

De la réalité du TZR

par toolaba le Jeu 22 Juin 2017 - 16:47
Bonjour,
Mon objectif étant d'avoir à terme un poste à Nantes, et déménageant de toutes façons là bas dans un an avec ma petite famille, j'envisage de demander un poste de TZR sur la Loire Atlantique, histoire d'avoir au bout de 4 ans un petit pécule de points. J'envisage aussi d'avoir l'agreg de maths entre temps, mais bon...
Je précise que je viens tout juste de réussir le 3ème concours du Capes. Je débute donc dans la carrière, je suis un vieux débutant. J'aimerais savoir à quoi m'attendre, surtout si certains ont cette expérience sur un département et encore plus particulièrement si c'est le 44. Je crois qu'on nous demande d'émettre des vœux entre une mission longue (poste à l'année) ou des missions courtes. Qu'est-ce que cela implique ? Ces veux sont-ils souvent satisfaits ? Pourrais-je me retrouver à l'année très loin de Nantes (mais dans le 44) ? Des missions courtes, quels avantages et inconvénients ? Je me dis que des remplacements courts vont accélérer mon apprentissage mais j'ai aussi peur que ça n'accélère en même temps mon vieillissement...Est-ce raisonnable de demander un tel poste ? Stratégiquement pertinent ? Mène-t-on une vie de chien ?
Bref, j'en appelle à vos témoignages et vous en remercie par avance.
avatar
MelanieSLB
Doyen

Re: De la réalité du TZR

par MelanieSLB le Jeu 22 Juin 2017 - 16:54
Mais si tu viens de réussir le 3e concours, tu vas être stagiaire à la rentrée, non?
Donc tu ne seras pas TZR tout de suite. Et je ne connais pas les règles du 3e concours, mais as-tu la certitude de rester dans ton académie avec ce 3e concours, ou est-ce comme les autres concours, il faut faire des vœux académiques (qui peuvent être satisfaits... ou pas)?

_________________
La réforme du collège en clair : www.reformeducollege.fr .

Et pour ceux qui voudraient en comprendre quelques fondements idéologiques:
De l’école, Jean-Claude Milner, visionnaire en 1984 (ça ne s'invente pas!) de ce qui nous arrive: "On ne dira pas que les enseignants sont l'appendice inutile d'une institution dangereuse et presque criminelle; on dira seulement qu'ils doivent devenir Autres: animateurs, éducateurs, grands frères, nourrices, etc. La liste est variable. Que, par là, les enseignants cessent d’être ce qu'ils doivent être, c'est encore une fois sortir de la question. On ne dira pas que les enseignants n'ont pas à exister, mais qu'ils ont à exister Autrement. Que cette Autre existence consiste à renoncer à soi-même pour disparaître dans la nuit éducative et s'y frotter, tous corps et tous esprits confondus, avec les partenaires de l'acte éducatif - manutentionnaires, parents, élèves, etc. -, seul un méchant pourrait en prendre ombrage." (page 24)
toolaba
Niveau 1

Re: De la réalité du TZR

par toolaba le Jeu 22 Juin 2017 - 16:56
J'aurais du préciser que je serai effectivement stagiaire l'an prochain, à Paris, où j'habite actuellement. A priori je n'aurai pas de souci pour obtenir l'académie de Nantes lors du mouvement interacadémique de 2018. Au niveau de l'intraacadémique en revanche, tout se compliquera du fait de mon déficit de points.
avatar
Daphné
Dieu de l'Olympe

Re: De la réalité du TZR

par Daphné le Jeu 22 Juin 2017 - 17:01
Le DPT44 est le plus cher de l'académie en terme de points. Bien se renseigner avant donc.
avatar
MelanieSLB
Doyen

Re: De la réalité du TZR

par MelanieSLB le Jeu 22 Juin 2017 - 17:03
Tu es sûr?
Sur les 5 dernières années, le nombre de points nécessaire a évolué entre 51 et 171,2. Si ta femme ne travaille pas déjà sur Nantes, je ne crois pas que tu auras droit au rapprochement de conjoint, et donc, il n'est pas du tout dit que tu obtiennes cette académie. (A confirmer avec un pro comme Bientôtlesud ou Madame Prof ici sur néoprofs).

_________________
La réforme du collège en clair : www.reformeducollege.fr .

Et pour ceux qui voudraient en comprendre quelques fondements idéologiques:
De l’école, Jean-Claude Milner, visionnaire en 1984 (ça ne s'invente pas!) de ce qui nous arrive: "On ne dira pas que les enseignants sont l'appendice inutile d'une institution dangereuse et presque criminelle; on dira seulement qu'ils doivent devenir Autres: animateurs, éducateurs, grands frères, nourrices, etc. La liste est variable. Que, par là, les enseignants cessent d’être ce qu'ils doivent être, c'est encore une fois sortir de la question. On ne dira pas que les enseignants n'ont pas à exister, mais qu'ils ont à exister Autrement. Que cette Autre existence consiste à renoncer à soi-même pour disparaître dans la nuit éducative et s'y frotter, tous corps et tous esprits confondus, avec les partenaires de l'acte éducatif - manutentionnaires, parents, élèves, etc. -, seul un méchant pourrait en prendre ombrage." (page 24)
toolaba
Niveau 1

Re: De la réalité du TZR

par toolaba le Jeu 22 Juin 2017 - 17:52
J'en suis bien conscient, et j'ai fait mes calculs et comparaisons avec les barres des années précédentes. Toutefois ma question ne porte pas sur cet aspect là des choses (certes primordial) mais sur la réalité de la pratique du métier en tant que TZR.
avatar
Caspar
Bon génie

Re: De la réalité du TZR

par Caspar le Jeu 22 Juin 2017 - 18:00
@toolaba a écrit:J'en suis bien conscient, et j'ai fait mes calculs et comparaisons avec les barres des années précédentes. Toutefois ma question ne porte pas sur cet aspect là des choses (certes primordial) mais sur la réalité de la pratique du métier en tant que TZR.

C'est la même pratique que pour les collègues, sauf qu'on est de passage dans un établissement. J'ai été TZR pendant huit ans et toujours nommé sur des postes à l'année. Une fois en poste partagé, et une autre année: deux remplacements longs, six et quatre mois. j'ai aussi enseigné cinq ans, dont quatre consécutifs, dans le même établissement, à tel point que mes collègues croyaient que j'y étais en poste fixe. ce qui est inconfortable, c'est de ne jamais savoir ce qu'on va faire l'année suivante, de vivre dans l'incertitude, mais en début de carrière ça permet de découvrir différents établissements ou même d'enseigner dans un établissement très difficile à obtenir en poste fixe (grand lycée de centre-ville par exemple).
avatar
MelanieSLB
Doyen

Re: De la réalité du TZR

par MelanieSLB le Jeu 22 Juin 2017 - 18:04
Tu as l'air de t'être bien renseigné (c'est un changement appréciable!).

Je ne peux pas te parler de la vie de TZR dans le 44, juste de la vie de TZR.

Selon les académies, tu fais des vœux pour être TZR à l'année ou de courte et moyenne durée. Il n'y a presque plus de regard extérieur à l'administration pour l'affectation des TZR, donc il y a (souvent/toujours) des surprises.

Mon expérience de TZR, c'est que les collègues refilent souvent les classes difficiles ou les services pourris à ceux qui arrivent: c'est plus facile de laisser les trucs que personne ne veut à ceux qu'on ne connaît pas. L'administration a tendance à ignorer les droits des TZR, et tu as intérêt à bien connaître les textes et à aimer te battre.

Il y a quand même deux avantages: si tu tombes dans un endroit pourri, tu sais que tu le quitteras à court terme. Ça te donne aussi l'occasion de voir plein d'établissements pour savoir où demander une mutation.

_________________
La réforme du collège en clair : www.reformeducollege.fr .

Et pour ceux qui voudraient en comprendre quelques fondements idéologiques:
De l’école, Jean-Claude Milner, visionnaire en 1984 (ça ne s'invente pas!) de ce qui nous arrive: "On ne dira pas que les enseignants sont l'appendice inutile d'une institution dangereuse et presque criminelle; on dira seulement qu'ils doivent devenir Autres: animateurs, éducateurs, grands frères, nourrices, etc. La liste est variable. Que, par là, les enseignants cessent d’être ce qu'ils doivent être, c'est encore une fois sortir de la question. On ne dira pas que les enseignants n'ont pas à exister, mais qu'ils ont à exister Autrement. Que cette Autre existence consiste à renoncer à soi-même pour disparaître dans la nuit éducative et s'y frotter, tous corps et tous esprits confondus, avec les partenaires de l'acte éducatif - manutentionnaires, parents, élèves, etc. -, seul un méchant pourrait en prendre ombrage." (page 24)
avatar
Caspar
Bon génie

Re: De la réalité du TZR

par Caspar le Jeu 22 Juin 2017 - 18:23
@MelanieSLB a écrit:Tu as l'air de t'être bien renseigné (c'est un changement appréciable!).

Je ne peux pas te parler de la vie de TZR dans le 44, juste de la vie de TZR.

Selon les académies, tu fais des vœux pour être TZR à l'année ou de courte et moyenne durée. Il n'y a presque plus de regard extérieur à l'administration pour l'affectation des TZR, donc il y a (souvent/toujours) des surprises.

Mon expérience de TZR, c'est que les collègues refilent souvent les classes difficiles ou les services pourris à ceux qui arrivent: c'est plus facile de laisser les trucs que personne ne veut à ceux qu'on ne connaît pas. L'administration a tendance à ignorer les droits des TZR, et tu as intérêt à bien connaître les textes et à aimer te battre.

Il y a quand même deux avantages: si tu tombes dans un endroit pourri, tu sais que tu le quitteras à court terme. Ça te donne aussi l'occasion de voir plein d'établissements pour savoir où demander une mutation.

C'est très variable selon les établissements. Dans le mien, les services des BMP sont tout à fait corrects.

(Enfin, il faut déjà faire une année de stage, notre collègue a le temps de voir venir avant d'être ou pas TZR)
toolaba
Niveau 1

Re: De la réalité du TZR

par toolaba le Jeu 22 Juin 2017 - 19:22
Merci pour vos réponses. Vous étiez (êtes?) TZR sur quelle échelle (académie ? dépt ?). Au niveau de la mobilité géographique, y a-t-il une prise en compte du lieu d'habitation ? Vous êtes vous déjà retrouvés envoyés dans un établissement lointain ?
avatar
Will.T
Prophète

Re: De la réalité du TZR

par Will.T le Jeu 22 Juin 2017 - 19:25
Renseigne toi bien sur ce "pécule" de point que tu penses obtenir en étant TZR, dans certaines académies, c'est à peine une aumône...
avatar
Madame_Prof
Guide spirituel

Re: De la réalité du TZR

par Madame_Prof le Jeu 22 Juin 2017 - 19:26
Barre ZR Loire-Atlantique 2016 : 191 pts
2017 : 291 pts

Tu les as, donc ?

_________________
2017-2018 - Waouh, 10ème établissement, en POSTE FIXE Smile ! Et, militante plus que jamais I love you
2013-2017 - TZR en expérimentation au gré des établissements, et militante ! 
2012-2013 - Année de stage en collège
avatar
Nita
Empereur

Re: De la réalité du TZR

par Nita le Jeu 22 Juin 2017 - 19:31
Je repasse plus tard, pour parler TZRiat, mais je crois que tu t'illusionnes sur les probabilités que tu obtiennes la Loire-Atlantique.

_________________
A clean house is a sign of a broken computer.
Contenu sponsorisé

Re: De la réalité du TZR

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum