Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Pseudo
Demi-dieu

Re: Nos premiers romans, nos expériences de l'auto-édition

par Pseudo le Dim 10 Déc 2017 - 19:19
@Volubilys a écrit:Le pire, c'est que même écrire un mauvais roman n'est pas aisé. Razz

C'est très vrai ! 
avatar
lectiole
Habitué du forum

Re: Nos premiers romans, nos expériences de l'auto-édition

par lectiole le Dim 10 Déc 2017 - 19:23
La preuve, je papote, je papote... et je n'écris point.
Alors qu'ils sont au moins deux, voire trois, rien que sur ce forum à attendre la suite de mon second roman.

Il ne va pas s'écrire tout seul ! (Mais Madame déprime, a des maux de tête, geint, se plaint... et puis voilà ! Pas comme ça, ma vieille, que tu entreras au Panthéon !)


_________________
Vivre dans l'instant me semble une mort constante.
avatar
viga
Fidèle du forum

Re: Nos premiers romans, nos expériences de l'auto-édition

par viga le Dim 10 Déc 2017 - 20:06
@lectiole a écrit:
@viga a écrit:
@lectiole a écrit:Bonjour Viga.
Je demande à ma maison d'édition si c'est possible. Je n'avais pas prévu d'envois dédicacés pour ce livre vu qu'il est distribué/diffusé, et je ne sais pas si je peux le faire.
Ok! J'attends ta réponse. 

Bonjour Viga.
Je vais t'envoyer un mp, mais je t'enverrai l'album demain pour que tu le reçoives à temps.
Merci!
Je t'envoie le prénom pour la dédicace par mp?
avatar
lectiole
Habitué du forum

Re: Nos premiers romans, nos expériences de l'auto-édition

par lectiole le Dim 10 Déc 2017 - 20:31
MP enfin envoyé. Wink

J'attends ta réponse et j'essaie de te l'envoyer demain.

_________________
Vivre dans l'instant me semble une mort constante.
avatar
viga
Fidèle du forum

Re: Nos premiers romans, nos expériences de l'auto-édition

par viga le Dim 10 Déc 2017 - 21:37
@lectiole a écrit:MP enfin envoyé. Wink

J'attends ta réponse et j'essaie de te l'envoyer demain.
Réponse faite!
avatar
lectiole
Habitué du forum

Re: Nos premiers romans, nos expériences de l'auto-édition

par lectiole le Lun 11 Déc 2017 - 18:08
Album envoyé.
Je suis tellement absorbée par le requiem de mon roman que j'en ai presque oublié mon album.

Neutral

_________________
Vivre dans l'instant me semble une mort constante.
avatar
viga
Fidèle du forum

Re: Nos premiers romans, nos expériences de l'auto-édition

par viga le Lun 11 Déc 2017 - 23:14
@lectiole a écrit:Album envoyé.
Je suis tellement absorbée par le requiem de mon roman que j'en ai presque oublié mon album.

Neutral
Merci! Tu me diras pour les fdp.
avatar
Pseudo
Demi-dieu

Re: Nos premiers romans, nos expériences de l'auto-édition

par Pseudo le Mar 12 Déc 2017 - 9:02
Pour suivre notre débat sur ce qui se publierait ou pas aujourd'hui : Claude Simon n'a pas trouvé preneur, le lien ici.

_________________
"Il faut encore avoir du chaos en soi pour pouvoir enfanter une étoile qui danse" Nietzsche
avatar
DesolationRow
Vénérable

Re: Nos premiers romans, nos expériences de l'auto-édition

par DesolationRow le Mar 12 Déc 2017 - 9:23
Oups Razz
Bon, disons que C. Simon c'est un cas très particulier, mais même avec cette ligne de défense je sens ma position fragilisée Smile
avatar
lectiole
Habitué du forum

Re: Nos premiers romans, nos expériences de l'auto-édition

par lectiole le Mar 12 Déc 2017 - 9:30
Mais est-il important, pour un auteur, d'être publié par autrui à une époque où il est enfin possible de se publier soi-même ?



_________________
Vivre dans l'instant me semble une mort constante.
avatar
Pseudo
Demi-dieu

Re: Nos premiers romans, nos expériences de l'auto-édition

par Pseudo le Mar 12 Déc 2017 - 9:31
@DesolationRow a écrit:Oups Razz
Bon, disons que C. Simon c'est un cas très particulier, mais même avec cette ligne de défense je sens ma position fragilisée Smile

Oui, j'en suis désolée Smile

_________________
"Il faut encore avoir du chaos en soi pour pouvoir enfanter une étoile qui danse" Nietzsche
avatar
DesolationRow
Vénérable

Re: Nos premiers romans, nos expériences de l'auto-édition

par DesolationRow le Mar 12 Déc 2017 - 9:35
Ton désarroi est palpable Razz
avatar
Pseudo
Demi-dieu

Re: Nos premiers romans, nos expériences de l'auto-édition

par Pseudo le Mar 12 Déc 2017 - 9:37
@lectiole a écrit:Mais est-il important, pour un auteur, d'être publié par autrui à une époque où il est enfin possible de se publier soi-même ?


C'est une autre question et chacun y répond à sa façon. Personnellement je pense que l'édition traditionnelle est en train de se tirer une balle dans le pied, du moins en France je connais mal ailleurs, et que, effectivement, dans un proche avenir on se passera d'elle.

A titre d'exemple, j'ai été contactée par un éditeur pour une commande. On se met d'accord sur un projet mais lorsque je reçois le contrat les conditions sont bien différentes de celles dont on avait parlé et à vrai dire l'avance n'en était plus une ; en fait, si, moi j'avançais totalement mon travail. Je n'ai pas encore donné ma réponse mais je sais que je n'écrirais pas ce roman de commande (et donc qui ne m’intéresse pas plus que ça, d'un point de vue de l'écriture) à ces conditions. Cela a en revanche relancé mes projets de m'éditer autrement et par mes propres moyens, et surtout des textes qui me tiennent à cœur et qui me sont importants.

_________________
"Il faut encore avoir du chaos en soi pour pouvoir enfanter une étoile qui danse" Nietzsche
avatar
Pseudo
Demi-dieu

Re: Nos premiers romans, nos expériences de l'auto-édition

par Pseudo le Mar 12 Déc 2017 - 9:38
@DesolationRow a écrit:Ton désarroi est palpable Razz

Il est réel ! Je préférerais vraiment que les auteurs de qualité soient certains de pouvoir trouver une maison d'édition.


Dernière édition par Pseudo le Mar 12 Déc 2017 - 9:39, édité 1 fois

_________________
"Il faut encore avoir du chaos en soi pour pouvoir enfanter une étoile qui danse" Nietzsche
avatar
lectiole
Habitué du forum

Re: Nos premiers romans, nos expériences de l'auto-édition

par lectiole le Mar 12 Déc 2017 - 9:39
On a quand même commencé le topic avec :

@Pseudo a écrit:Oh cool ! Bravo pour ton premier roman ! C'est difficile (et donc courageux !) d'auto-éditer et surtout de faire la promo.

Or je n'avais pas le courage d'auto-éditer. J'étais éditée.

Par conséquent, Claude Simon ne ferait-il pas comme Cetro, Frédéric Soulier, Elen Brig Koridwen, Rebecca Greenberg et tant d'autres s'il vivait à notre époque ?

Ou alors il serait édité aux éditions du Puits de Roulle comme Robert Notenboom.

edit : tu as posté dans l'intervalle, Pseudo.
Justement, répondre à des appels à textes, comme je l'ai fait pour deux de mes trois nouvelles publiées ("Magdaleina" ayant été écrite pour le plaisir en 2014) m'a déjà fait dévier de ce que j'aurais écrit par moi-même (ou pour moi-même). C'est aussi une question qui se pose : écrire pour répondre à la demande, ou à la commande, n'est-ce pas perdre le plaisir d'écrire ?

Bon, après, pour mes albums jeunesse, la situation est tout autre : premier album publié par une petite maison d'édition, je n'avais presque  rien touché et j'en ai vendu une centaine.
Ensuite, j'ai eu trois albums distribués/diffusés dans les librairies. Belle aventure, j'ai gagné un peu d'argent (un 13e mois, somme toute), mais j'ai été triste quand ça s'est terminé pour deux d'entre eux, mais 1100 et 1300 exemplaires vendus, quand même.
J'ai eu un autre album édité par une petite maison d'édition qui s'est peu vendu et là ça s'est arrêté net à cause d'une brouille entre l'illustrateur et l'éditeur pendant l'hospitalisation de ma fille.
J'ai signé pour une histoire dans Tralalire. J'ai maintenant deux albums à paraître, avec diffusion/distribution, des salons. En tant qu'auteur jeunesse, j'en reste à l'édition traditionnelle avec envoi de manuscrits. En auto-edition, il faut aussi gérer le salaire de l'illustrateur et ses droits, ce qui me demanderait trop de temps. Puis il y a la qualité de l'impression, l'aspect cartonné ou broché de la couverture. En auto-edition, ça me semblerait compliqué.

Dans le même temps, de décembre 2013 à maintenant, 4 ans seulement, j'ai eu ma seconde fille, passé et eu l'agrégation, écrit 6 ou 7 nouvelles dont 4 ont été publiées sans que ça m'ait rien apporté sauf quelques chroniques positives. Il y a aussi eu mon recueil de poèmes, des concours de poésie gagnés (plutôt en 2013 / 2014).
"C'est pour ça qu'aujourd'hui, je suis fatiguée, c'est pour ça qu'aujourd'hui, je voudrais crier..."
Et donc mon premier roman, qui était édité mais qui ne va plus l'être le 31 décembre et mon second roman en cours.
Et là, l'auto-edition me tente parce que vu mon rythme d'écriture, je me sens bloquée. Envoyer son manuscrit, attendre, patienter... c'est comme si ça m'avait retardée. J'ai besoin d'écrire, j'aime écrire, donc écrire, publier dans la foulée, écrire, publier dans la foulée, me semble indiqué. Un besoin de liberté.

Dans le même temps :
https://www.lalibrairie.com/livres/le-petit-bonhomme-flocon_0-4813889_9791096476084.html

Mais inversement, Chicago Requiem n'a jamais été dans les librairies, sauf celles à côté de chez moi, d'où mon intérêt pour l'auto-édition aussi.
Au niveau de la SGDL, par exemple, on distingue compte d'éditeur, compte participatif, compte d'auteur, auto-édition, mais à l'intérieur du compte d'éditeur, il existe plusieurs cas de figure, d'où toutes mes réflexions actuelles.

_________________
Vivre dans l'instant me semble une mort constante.
avatar
viga
Fidèle du forum

Re: Nos premiers romans, nos expériences de l'auto-édition

par viga le Mer 13 Déc 2017 - 15:57
@lectiole a écrit:Album envoyé.
Je suis tellement absorbée par le requiem de mon roman que j'en ai presque oublié mon album.

Neutral
L'album était déjà ce matin dans ma boite aux lettres!
C'est nickel!
Merci.
pseudo-intello
Niveau 10

Re: Nos premiers romans, nos expériences de l'auto-édition

par pseudo-intello le Jeu 14 Déc 2017 - 9:31
Chicago requiem commandé hier soir sur Amazon.

Je ne sais pas encore si je le garde ou si je l'offre à Noël, mais il est commandé.
avatar
Volubilys
Sage

Re: Nos premiers romans, nos expériences de l'auto-édition

par Volubilys le Jeu 14 Déc 2017 - 11:52
@lectiole a écrit:On a quand même commencé le topic avec :

@Pseudo a écrit:Oh cool ! Bravo pour ton premier roman ! C'est difficile (et donc courageux !) d'auto-éditer et surtout de faire la promo.

Or je n'avais pas le courage d'auto-éditer. J'étais éditée.

Par conséquent, Claude Simon ne ferait-il pas comme Cetro, Frédéric Soulier, Elen Brig Koridwen, Rebecca Greenberg et tant d'autres s'il vivait à notre époque ?

Ou alors il serait édité aux éditions du Puits de Roulle comme Robert Notenboom.

edit : tu as posté dans l'intervalle, Pseudo.
Justement, répondre à des appels à textes, comme je l'ai fait pour deux de mes trois nouvelles publiées ("Magdaleina" ayant été écrite pour le plaisir en 2014) m'a déjà fait dévier de ce que j'aurais écrit par moi-même (ou pour moi-même). C'est aussi une question qui se pose : écrire pour répondre à la demande, ou à la commande, n'est-ce pas perdre le plaisir d'écrire ?

Bon, après, pour mes albums jeunesse, la situation est tout autre : premier album publié par une petite maison d'édition, je n'avais presque  rien touché et j'en ai vendu une centaine.
Ensuite, j'ai eu trois albums distribués/diffusés dans les librairies. Belle aventure, j'ai gagné un peu d'argent (un 13e mois, somme toute), mais j'ai été triste quand ça s'est terminé pour deux d'entre eux, mais 1100 et 1300 exemplaires vendus, quand même.
J'ai eu un autre album édité par une petite maison d'édition qui s'est peu vendu et là ça s'est arrêté net à cause d'une brouille entre l'illustrateur et l'éditeur pendant l'hospitalisation de ma fille.
J'ai signé pour une histoire dans Tralalire. J'ai maintenant deux albums à paraître, avec diffusion/distribution, des salons. En tant qu'auteur jeunesse, j'en reste à l'édition traditionnelle avec envoi de manuscrits. En auto-edition, il faut aussi gérer le salaire de l'illustrateur et ses droits, ce qui me demanderait trop de temps. Puis il y a la qualité de l'impression, l'aspect cartonné ou broché de la couverture. En auto-edition, ça me semblerait compliqué.

Dans le même temps, de décembre 2013 à maintenant, 4 ans seulement, j'ai eu ma seconde fille, passé et eu l'agrégation, écrit 6 ou 7 nouvelles dont 4 ont été publiées sans que ça m'ait rien apporté sauf quelques chroniques positives. Il y a aussi eu mon recueil de poèmes, des concours de poésie gagnés (plutôt en 2013 / 2014).
"C'est pour ça qu'aujourd'hui, je suis fatiguée, c'est pour ça qu'aujourd'hui, je voudrais crier..."
Et donc mon premier roman, qui était édité mais qui ne va plus l'être le 31 décembre et mon second roman en cours.
Et là, l'auto-edition me tente parce que vu mon rythme d'écriture, je me sens bloquée. Envoyer son manuscrit, attendre, patienter... c'est comme si ça m'avait retardée. J'ai besoin d'écrire, j'aime écrire, donc écrire, publier dans la foulée, écrire, publier dans la foulée, me semble indiqué. Un besoin de liberté.

Dans le même temps :
https://www.lalibrairie.com/livres/le-petit-bonhomme-flocon_0-4813889_9791096476084.html

Mais inversement, Chicago Requiem n'a jamais été dans les librairies, sauf celles à côté de chez moi, d'où mon intérêt pour l'auto-édition aussi.
Au niveau de la SGDL, par exemple, on distingue compte d'éditeur, compte participatif, compte d'auteur, auto-édition, mais à l'intérieur du compte d'éditeur, il existe plusieurs cas de figure, d'où toutes mes réflexions actuelles.
Joli parcours dans l'édition jeunesse!
Smile

Pour ce qui est du choix du mode de publication, personnellement j'ai tenté divers systèmes :
- les sites de publication d'auteurs amateur,s on met son texte en ligne gratuitement les lecteurs commentent, on lit et commente les textes des autres, c'est une communauté sympa en général.
- le pseudo éditeur à compte d'éditeur, avec un maison d'édition qui sous couvert d'un pseudo comité de lecture acceptait en fait tous les manuscrits mais fonctionnait sur un système d'impression à la demande (donc on ne voyait pas la couleur du livre en fait). Aucun travail sur les manuscrits, aucune promo, aucune distribution... bref limite de l'arnaque.
- l'autoédition pur et dur où j'ai tout fait (un boulot monstre)
- l'édition à compte d'éditeur chez un petit éditeur sérieux mais bon pas de promo, peu de diffusion/distribution. Cet éditeur vit surtout grâce aux salons et pour vendre il faudrait que je fasse beaucoup de salon, ce que je ne peux pas.

Pour mon prochain roman (le 24e quand même), je vais sans doute revenir à la publication gratuite en ligne, mais en liant ça à un compte tipeee où les lecteurs pourront donner ce que bon leur semble. De toute façon les livres sont tellement piratés (mon dernier livre a été piraté dès le jour de sa sortie) que bon la majorité des lecteurs n'achètent pas le livre de toute façon. J'en imprimerais sans doute quelques exemplaires papier juste pour le plaisir de l'objet et pour offrir.

_________________
Je vous prie de m'excuser si mes messages contiennent des coquilles, je remercie les personnes qui me les signaleront par mp pour que je puisse les corriger.
avatar
lectiole
Habitué du forum

Re: Nos premiers romans, nos expériences de l'auto-édition

par lectiole le Jeu 14 Déc 2017 - 13:55
Oui, je sais que c'est assez compliqué.
Chicago Requiem est (était ?) mon premier roman. J'ai vu la couleur du livre et il y a eu une vraie sélection par un comité de lecture (un des "sélectionneurs" en a d'ailleurs reparlé sur son blog au moment de la sortie). Après, j'ai attendu... 10 mois. Promo via les réseaux sociaux assurée par ma maison d'édition, ou sur les blogs partenaires. Ce que j'ai écrit sur Neoprofs a mis fin à mon contrat.
Les plateformes amateurs ne me tentent pas. Je ne suis pas assez régulière. Il faut d'ailleurs s'investir aussi en tant que lectrice, ce que je peux faire, mais pas sur la durée (et puis le risque est de ne plus lire en dehors de la plateforme). Le petit éditeur sérieux faisant des salons, ça pourrait être une possibilité pour Chicago Requiem : j'ai des propositions. Mais j'enseigne à temps plein et je suis maman de deux filles dont la plus jeune (2 ans 1/2) a une maladie orpheline. Le jeudi est d'ailleurs sa journée (les rdv médicaux).
Me reste l'auto-edition. Je sais qu'il sera piraté. Mais je pense qu'il sera acheté aussi. J'ai parfois eu des demandes de la version papier sur les réseaux sociaux de lecteurs inconnus ayant lu la version numérique et le voulant version papier avec dédicace pour eux ou pour un proche. L'auto-édition risque de me demander du boulot, mais je pense que ça sera le premier livre auto-édité qui m'en demandera le plus, Warren (en cours d'écriture). J'ai la première de couverture. Me reste beaucoup de travail. Mais... je voudrais tester. J'ai déjà au moins deux blogs partenaires pour les sp. Mais je sais qu'il m'en faudra plus. Je veux faire les choses bien.
Ça me permettra de voir si je peux ou non auto-éditer ou non Chicago Requiem (et les autres livres se rapportant à la saga des Henderson) par ce biais ou s'il me faut vraiment un éditeur.

Pseudo Intello, merci d'avoir recueilli un rescapé du pilon (grâce à toi). J'espère qu'il te plaira.

Viga, je t'envoie un mp dès que possible (là, je suis sur mon téléphone portable).

_________________
Vivre dans l'instant me semble une mort constante.
avatar
Pseudo
Demi-dieu

Re: Nos premiers romans, nos expériences de l'auto-édition

par Pseudo le Jeu 14 Déc 2017 - 14:12
@Volubilys a écrit:

Pour mon prochain roman (le 24e quand même), je vais sans doute revenir à la publication gratuite en ligne, mais en liant ça à un compte tipeee où les lecteurs pourront donner ce que bon leur semble. De toute façon les livres sont tellement piratés (mon dernier livre a été piraté dès le jour de sa sortie) que bon la majorité des lecteurs n'achètent pas le livre de toute façon. J'en imprimerais sans doute quelques exemplaires papier juste pour le plaisir de l'objet et pour offrir.

J'ai aussi pensé à mettre en ligne gratuitement avec un bouton "don". Après tout, vu ce que rapporte de toute façon l'écriture, que ce soit via un éditeur ou pas... Je suis en train de faire mon site d'auteur pour commencer cette aventure !

_________________
"Il faut encore avoir du chaos en soi pour pouvoir enfanter une étoile qui danse" Nietzsche
avatar
lectiole
Habitué du forum

Re: Nos premiers romans, nos expériences de l'auto-édition

par lectiole le Jeu 14 Déc 2017 - 14:23
Oui, c'est vrai que ça ne rapporte pas grand-chose.
Mais la gratuité entraîne le soupçon (C'est gratuit ? Donc ça ne vaut rien...) J'ai vu des revues gratuites qui publiaient mes poèmes (parmi beaucoup d'autres) disparaître. Certes, c'étaient des revues de poésie. Mais il y a aussi des nouvelles gratuites, voire des romans. Je ne suis pas sûre que la gratuité soit un concept vendeur. Smile (Mais j'aime le paradoxe de la formule.)
Et puis même si ça (me) rapporte peu, c'est toujours ça. De quoi payer les frais liés à la gestion du site, l'auto-édition du roman suivant, peut-être un graphiste réputé pour la couverture.

Le blog du membre du comité de lecture qui a relu mon livre à sa sortie est "Des encres sur le papier" : http://des-encres-sur-le-papier.weebly.com/carine-foulon.html


Mon dernier poème publié (un peu par hasard, un soir où je me plaignais sur Facebook (je crois) que la poésie ne vaille rien et qu'à part la poster sur Facebook, je ne voyais pas ce que je pouvais faire de mes poèmes... Neutral Un éditeur m'a contactée dans la foulée et j'ai retrouvé "Muse divagante" sur son site avec des petits tirets) :
http://www.acontrepiededitions.com/spip.php?article192

PS : je suis sur mon ordinateur, donc je peux mettre des liens et envoyer un mp à Viga. Chouette ! Wink

_________________
Vivre dans l'instant me semble une mort constante.
avatar
Volubilys
Sage

Re: Nos premiers romans, nos expériences de l'auto-édition

par Volubilys le Jeu 14 Déc 2017 - 15:01
Pour le piratage, quel que soit le mode de publication, via éditeur ou autoédition, les textes sont très vite piratés, rien ne les protège. (j'ai trouvé au moins 5 sites hébergeant ton roman et le mettant à disposition... )
L'autoédition pur et dur, c'est un boulot monstre que se soit le premier ou les suivants (on gagne juste en efficacité.) Par contre tu peux passer par un organisme tel de Lulu.com, il se charge d'une grosse part du boulot...
Pour les SP, tu peux aussi établir des partenariats via des sites tel de Livraddict ou Babelio, il y a aussi des sites d'actus culturelles tel que Place-to-be qui accepte les sp d'autoédité (du moins qui les acceptait).


Pour ce qui est du site pour récolter les dons, je n'ai même pas commencé à réfléchir à comment faire ça...

_________________
Je vous prie de m'excuser si mes messages contiennent des coquilles, je remercie les personnes qui me les signaleront par mp pour que je puisse les corriger.
pseudo-intello
Niveau 10

Re: Nos premiers romans, nos expériences de l'auto-édition

par pseudo-intello le Jeu 14 Déc 2017 - 15:04
@lectiole a écrit:Pseudo Intello, merci d'avoir recueilli un rescapé du pilon (grâce à toi). J'espère qu'il te plaira.

Sur la même page Internet, j'ai vu un gros éloge de ton bouquin et un gros cassage de "ta deuxième vie..."
J'ai pensé qu'un critique qui descendait le torchon guimauve avait sans doute du goût, et ça m'a donné envie de lire ton livre (ça, et la jolie couverture, parce que comme tout un chacun, j'ai mes faiblesses). Very Happy
avatar
lectiole
Habitué du forum

Re: Nos premiers romans, nos expériences de l'auto-édition

par lectiole le Jeu 14 Déc 2017 - 15:24
@Volubilys a écrit:Pour le piratage, quel que soit le mode de publication, via éditeur ou autoédition, les textes sont très vite piratés, rien ne les protège. (j'ai trouvé au moins 5 sites hébergeant ton roman et le mettant à disposition... )

Oui, et il n'est même pas en auto-édition.
Bon, après, ce n'est vrai que pour la version numérique.
Et ça ne permet jamais qu'à des personnes malhonnêtes de lire un roman qu'elles ne liraient pas autrement (le pire, c'est que j'en connais... Elles sont très fières de lire Musso ou Chattam gratuitement sur leur liseuse sans débourser un centime).

Logiquement, les textes devraient être protégés.
Mais aucun texte ne l'est (à moins d'éviter toute publication numérique...).

Ce qui m'ennuierait, c'est que Chicago Requiem soit encore disponible sur les sites des pirates après le 31 décembre.  Neutral (Parce que ça deviendrait le seul endroit où il serait encore disponible, ce qui me ferait regretter qu'il ait un jour été publié).

_________________
Vivre dans l'instant me semble une mort constante.
avatar
Volubilys
Sage

Re: Nos premiers romans, nos expériences de l'auto-édition

par Volubilys le Jeu 14 Déc 2017 - 15:31
Malheureusement, même en ne publiant qu'en version papier, on peut se faire pirater (il y a des gens qui ont du temps à perdre de numériser page par page un livre papier).
Et un livre piraté reste définitivement sur le web (tout ce que l'on met sur Internet reste sur Internet), même des années après l'arrêt de sa commercialisation.

_________________
Je vous prie de m'excuser si mes messages contiennent des coquilles, je remercie les personnes qui me les signaleront par mp pour que je puisse les corriger.
avatar
lectiole
Habitué du forum

Re: Nos premiers romans, nos expériences de l'auto-édition

par lectiole le Jeu 14 Déc 2017 - 15:42
Super.

"Que n'ai-je tant vécu que pour cette infamie ?"

Donc je résume : mon roman a été édité. Le contrat est rompu. Mais il va rester sur Internet.
Je pourrai le remettre rapidement sur Amazon, Kobo et cie, dès que j'aurai une nouvelle couverture, ou alors trouver un autre éditeur, mais quand même. VDM.

_________________
Vivre dans l'instant me semble une mort constante.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum