Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
User17865
Niveau 1

Conseils orientation choix public/privé niveau math

par User17865 le Jeu 29 Juin 2017 - 0:10
Chers amis,

Inscrit sous un autre pseudo depuis plus de 2 ans (Kellogs), je poste sous un nouveau pseudo. Pour ceux qui me connaissent sur le forum, on a parlé de Lebossé, dont je suis fan.

Actuellement, je prends conseil auprès d'amis et de la famille, pour l'orientation de mes deux enfants. Comme j'ai toujours lu des avis intéressants dans la section mathématique, je vous demande conseil - mais sous anonymat, vous allez comprendre pourquoi !!!

J'ai travaillé 2 ans et demi dans l'Education nationale et à l'issue de cette année scolaire, je reprends mon ancien métier : sécurité informatique, cryptographie. Ma femme est enseignante en physique à l'Université.. Je constate comme beaucoup que le métier de professeur de mathématiques n'est plus conforme à ce que j'ai connu dans ma "jeunesse". Ce qui m'étonne le plus venant de l'industrie, c'est que le corps professoral est toujours d'excellent niveau, mais que c'est le niveau des élèves qui décroche. Un peu comme une excellente usine, mais qui aurait un problème d'approvisionnement (désolé, mais c'est mon avis). Ayant une vision extérieure (2 ans et demi c'est peu), j'ai l'impression que le responsable est la hiérarchie, au plus haut niveau de l'Etat, qui fait tout pour casser ce qui fonctionne : les bonnes classes (scindées en deux), les bons collèges (zonage), les méthodes d'évaluations (trop laxistes), les programmes (allégés sur l'essentiel et alourdis de bêtises), les bons élèves (découragés par l'ambiance en classe). Bref, un management catastrophique tourné vers la médiocrité. "les décrocheurs" ou comment réintégrer en classe des élèves qui n'ont rien à faire en voie générale, et qu'on nous impose dans nos classes.

David Pujadas réussit ? On le vire. C'est exactement ce qui est arrivé aux mathématiques en France. Nos méthodes pédagogiques étaient excellentes entre 1950 et 1990. Ils ont tout cassé. J'ai lu le sujet de maths de TS de 2017 et je suis bien content de quitter l'Education nationale. Si on continue comme cela durant 5 ans, bientôt on ne pourra même plus enseigner les sciences dans le supérieur (c'est l'avis de ma femme). On fait des mathématiques pour pouvoir lire la documentation scientifique : équations, courbes, etc ... Résoudre des problèmes de véranda mènera notre pays à la catastrophe. On sera alors au même niveau que la Somalie et on deviendra le premier pays du Tiers-Monde en Europe. Nos futurs ingénieurs auront bien une calculatrice en main, mais seront incapables de choisir les bonnes touches (c'est quoi Sinus?). Et ne pourra même plus faire voler nos avions ou faire rouler nos trains. Véridique : un ami agrégé a discuté avec un élève de Ts qui découvrait le signe ">=".

J'ai décidé de réagir et de quitter l'Education Nationale à la fin de cette année scolaire. Au même moment, je suis allé à une réunion organisée par le Proviseur de mon lycée de quartier. Je m'approche de lui et présente le profil de mon fils, entrant en seconde avec 19,5/20 de moyenne en maths, à qui nous n'avons jamais donné le moindre cours de math ou de physique : "Est-ce que vous ne poussez pas un peu trop votre enfant". Là mon sang n'a fait qu'un tour est j'ai mis en place une stratégie pour quitter le public et inscrire mes enfants dans le privé. Un proviseur, qui vous reproche l'excellence de vos enfants ... c'est LA goutte qui a fait déborder le vase.

J'ai deux enfants :
"A" qui est en cinquième et entre en quatrième. 18/20 de moyenne générale. Totalement autonome. S'intéresse à l'informatique et préparer les OIO en informatique, seul, sur le site france-ioi.org.
"T" qui est en troisième et entre en seconde. 16/20 de moyenne générale. Un fort goût pour les mathématiques. 19,5 de moyenne en maths sur quatre années au collège. Par exemple, il emprunte mes livres de math pour les lire. Apparemment, il a déjà fait le programme de seconde seul dans son coin. Il rend visite chaque mercredi à son grand-père, qui lui fait travailler d'anciens exercices de géométrie des années 1960. Il connaît aussi ses formules trigonométriques, genre cos(2a), cos^2(x), qu'on apprenait à mon époque en classe préparatoire. J'insiste : il est curieux et même son grand-père ne fait que répondre à ses questions.

Au vu de leurs dossiers, mes deux enfants ont été acceptés immédiatement dans le meilleur collège/lycée du Val d'Oise à 'E-L-B'. Certains élèves de cet établissement sont classés aux I-O-I de mathématiques. Je n'ai pas rencontré l'équipe de professeurs, mais très bonne réputation. Un ami professeur de mathématiques donne des cours de soutien à des élèves de ce lycée privé et devant le niveau, il a décidé d'y inscrire ses enfants (mais sur liste d'attente). L'établissement privé est très sélectif dans ses recrutements et tous nos amis sont sur liste d'attente ...

Par ailleurs, pour assurer le coup, j'ai également inscrit "T" en seconde section Abibac à "E-L-B" dans un lycée public. Ce lycée a les résultats suivants : 80% de réussite au Bac S, 50% d'accession de seconde vers terminale (incroyable !), 0% en prépa ingénieur, 0% en Khâgne (y compris la voie commerciale, et y compris encore les petites écoles de commerce). Bref, la catastrophe. Mais ... une excellente section Abibac, avec 100% de réussite au baccalauréat. Rencontré l'équipe de professeurs : excellente, qui nous a fait très bonne impression. En math, même vision : les élèves doivent connaître les bases en algèbre et analyse et travailler leurs automatismes. Retour aux fondamentaux. Donc pour simplifier, il y aurait 30 réels élèves dans cet établissement et les malheureux autres élèves vivent l'enfer dans des classes bruyantes, donc encouragés à la médiocrité.

Nous venons de recevoir l'affectation de "T", qui est affecté en section Abibac (public) et dans un excellent lycée (privé).

"T" aime toutes les matières et a des difficultés pour faire un choix. Ses camarades vont en Abibac. Après bac, il aimerait aller au lycée Hoche (comme sa mère) et faire une école d'ingénieur de renom. Donc il penche aussi pour un lycée privé, qui forme bien en mathématiques. Récemment, il m'a avoué que son professeur de collège lui donnait des exercices personnalités et qu'il travaillait seul dans son coin, en faisant 5 exercices par heure, alors que la classe n'en fait qu'un. Exemple : à quelques semaines du brevet, il y a eu des révisions sur les carrés/racines, du genre calculer 3^2 ou racine de 9, alors qu'il s'amuse à les factoriser et peut simplifier des expressions complexes. Il s'ennuie et j'ai peur que ce soit la même chose en Abibac, mais pire qu'il cesse d'aimer les mathématiques. Je me demande si je n'aurais pas mieux fait de déménager à Versailles et de les inscrire tous les deux à Hoche, mais c'est déjà trop tard pour y penser.

Avec ma femme de nationalité canadienne, on a même pensé quitter la France, vu qu'on ne peut même plus scolariser nos enfants dans des conditions "normales".

Le départ de mes deux enfants du collège a un peu secoué les professeurs, qui font un lobbying discret mais efficace pour que "A" reste au collège et "T" aille dans le public en section Abibac. Comme nous pratiquons l'éducation silencieuse, nous n'avons pas émis de recommandation, mais "T" me dit qu'il a du mal à choisir.

Dois-je encourager "T" à aller dans le privé, comme je le crois ? Face à l'effondrement du niveau en mathématiques, "T" pourra-t-il toujours prétendre à une école de niveau "A", de type Arts-et-Métiers ou Supélec, s'il reste dans le public en section Abibac ?

Ma femme et moi avons fait toute notre scolarité dans le pubic et c'est vraiment un crève-coeur de changer de crémerie.

Désolé de poser des questions aussi précises, mais j'ai besoin de vos conseils, car j'accorde beaucoup d'importance à vos avis. D'ici quelques jours, n'hésitez pas à vérouiller mon post ou à le supprimer, je veux juste avoir le temps de lire vos avis.
Ramanujan974
Niveau 10

Re: Conseils orientation choix public/privé niveau math

par Ramanujan974 le Jeu 29 Juin 2017 - 4:35
KornFlakes a écrit:80% de réussite au Bac S, 50% d'accession de seconde vers terminale (incroyable !), 0% en prépa ingénieur, 0% en Khâgne (y compris la voie commerciale, et y compris encore les petites écoles de commerce). Bref, la catastrophe. Mais ... une excellente section Abibac, avec 100% de réussite au baccalauréat.

Petite remarque sur ce chiffre, qui ne veut absolument rien dire et qui pourtant compte pour le fameux "classement des lycées". Si, en fin de 2de, l'élève demande une filière qui n'est pas dans le lycée, ça fera baisser le chiffre, puisqu'il ne sera pas en Term dans le même lycée ! Même s'il réussit sa scolarité. C'est souvent le cas pour les filières techno qui ne sont pas toutes représentées dans tous les lycées.
Quant aux 80 % de réussite au bac S, c'est vraiment faible !

Concernant le choix principal à faire, je ne pense pas que cela ait une grande influence sur les résultats, surtout si ton fils travaille avec son grand-père les notions des classes supérieures. Il faut surtout voir l'ambiance dans l'établissement, et je pense que le lycée privé est a priori plus calme et plus propice au travail.
Il faut aussi voir l'influence que cela aura sur l'admission en classe prépa. Si tu vas au lycée privé, tu pourras sûrement l'inscrire en prépa à Sainte Geneviève. Vu le niveau qu'a l'air d'avoir ton fils, il ne devrait pas y avoir de problème pour la suite !
User17865
Niveau 1

Re: Conseils orientation choix public/privé niveau math

par User17865 le Jeu 29 Juin 2017 - 18:05
Le problème s'est résolu de la manière suivante, assez inattendue :

"T" a passé son brevet aujourd'hui. Il a terminé l'épreuve de maths avec 30 minutes d'avance, a rédigé 3 copies doubles et me dit avoir 20/20. Je l'avais fait bûcher sur Bondichéry, la seule fois de notre relation où je l'ai fait travailler (à sa demande) : il a eu 19,5/20 alors que je n'ai jamais mis plus de 15,5 à un brevet. Ses copains sont sortis de l'épreuve du DNB 2017 en se plaignant de la difficulté.

Résultat : "T" m'a dit que s'il allait en Abibac, il serait avec les mêmes élèves et devrait de nouveau étudier les mathématiques seul.

Donc direction ... un des meilleurs lycées de France. Hourrraaaa !!!!  yesyes

Et en plus, je n'ai pas eu à lui forcer la main.

L'éduction silencieuse, quel bonheur


Dernière édition par KornFlakes le Jeu 29 Juin 2017 - 18:21, édité 2 fois
User17865
Niveau 1

Re: Conseils orientation choix public/privé niveau math

par User17865 le Jeu 29 Juin 2017 - 18:17
Merci de déplacer ce sujet en dehors du forum math, et de le vérouiller.
User25965
Niveau 6

Re: Conseils orientation choix public/privé niveau math

par User25965 le Jeu 29 Juin 2017 - 23:34
@User17865 a écrit:Merci de déplacer ce sujet en dehors du forum math, et de le vérouiller.

Je suis l'auteur de ce post et comme le problème est réglé, j'aimerais carrément qu'on supprime le post.
avatar
Ilona
Niveau 9

Re: Conseils orientation choix public/privé niveau math

par Ilona le Ven 30 Juin 2017 - 0:19
Je vous lis et je suis triste pour mon pays, tout ce que vous dites sur la décadence du système éducatif français est irréfragable.
Ayant moi-même passé un bac en 1989, je ne peux que constater le gouffre qui nous sépare actuellement des terminales S d'aujourd'hui (et pourtant en 1989, nous étions déjà bien moins brillants que nos prédécesseurs).
Continuez à prendre grand soin de vos enfants, ils iront loin, je pense !
Contenu sponsorisé

Re: Conseils orientation choix public/privé niveau math

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum