[3ème] Avis : exos sur les figures de l'analogie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[3ème] Avis : exos sur les figures de l'analogie

Message par miss terious le Dim 9 Aoû 2009 - 18:37

Je vous propose la série d'exos que je compte donnée à mes 3è ap. une séance sur les figures de l'analogie (comparaison, métaphore et personnification). Une partie sera faite en classe, une autre à la maison.
La consigne est, pour chaque texte, de repérer, nommer et analyser les figures de l'analogie.
Pouvez-vous notamment confirmer mes corrections, SVP.
Premier extrait :
Les lecteurs ont peut-être, dès sa première apparition, conservé quelque souvenir de cette Thénardier grande, blonde, rouge, grasse, charnue, carrée, énorme et agile ; elle tenait, nous l’avons dit, de la race de ces sauvagesses colosses qui se cambrent dans les foires avec des pavés pendus à leur chevelure. Elle faisait tout dans le logis, les lits, les chambres, la lessive, la cuisine, la pluie, le beau temps, le diable. Elle avait pour tout domestique Cosette ; une souris au service d’un éléphant. Tout tremblait au son de sa voix, les vitres, les meubles et les gens. Son large visage, criblé de taches de rousseur, avait l’aspect d’une écumoire. Elle avait de la barbe. Elle jurait splendidement ; elle se vantait de casser une noix d’un coup de poing. Sans les romans qu’elle avait lus, et qui, par moments, faisaient bizarrement reparaître la mijaurée sous l’ogresse, jamais l’idée ne fût venue à personne de dire d’elle : c’est une femme. Cette Thénardier était comme le produit de la greffe d’une donzelle sur une poissarde. […]. Au repos, il lui sortait de la bouche une dent.
Première correction :


La phrase Elle tenait de la race de ces sauvagesses colosses qui se cambrent dans les foires avec des pavés pendus à leur chevelure. assimile la Thénardier à un personnage de foire grâce au groupe verbal « tenir de » ; il s’agit d’une comparaison.

La phrase Elle avait pour tout domestique Cosette ; une souris au service d’un éléphant. comporte deux métaphores qui assimilent Cosette à une souris et la Thénardier à un éléphant.

La phrase Son large visage, criblé de taches de rousseur, avait l’aspect d’une écumoire. assimile la figure de la Thénardier à un ustensile de cuisine grâce au groupe verbal « avoir l’aspect de » ; il s’agit d’une comparaison.

La phrase Sans les romans qu’elle avait lus, et qui, par moments, faisaient bizarrement reparaître la mijaurée sous l’ogresse propose une métaphore qui assimile la Thénardier à une « ogresse ».

La phrase Cette Thénardier était comme le produit de la greffe d’une donzelle sur une poissarde. assimile le personnage à un mélange entre « donzelle » et « poissarde » grâce au groupe verbal « était comme ».



Dernière édition par eaudere le Mer 12 Aoû 2009 - 17:33, édité 1 fois

_________________
"Ni ange, ni démon, juste sans nom." (Barbey d'AUREVILLY, in. Une histoire sans nom)
"Bien des choses ne sont impossibles que parce qu'on s'est accoutumé à les regarder comme telles." DUCLOS

miss terious
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: [3ème] Avis : exos sur les figures de l'analogie

Message par miss terious le Dim 9 Aoû 2009 - 18:39

Deuxième extrait :

À l’intérieur, sous le flamboiement des becs de gaz, qui, brûlant dans le crépuscule, avaient éclairé les secousses suprêmes de la vente, c’était comme un champ de bataille encore chaud du massacre des tissus. Les vendeurs, harassés de fatigue, campaient parmi la débâcle de leurs casiers et de leurs comptoirs, que paraissait avoir saccagés le souffle furieux d’un ouragan. On longeait avec peine les galeries du rez-de-chaussée, obstruées par la débandade des chaises ; il fallait enjamber, à la ganterie, une barricade de cartons, entassés autour de Mignot […]. Mêmes ravages en haut, dans les rayons de l’entresol : les fourrures jonchaient les parquets, les confections s’amoncelaient comme des capotes de soldats mis hors combat.

Deuxième correction :

Le narrateur ouvre le paragraphe par une comparaison qui assimile le magasin après la vente à un champ de bataille après un assaut. Puis, il file la métaphore. Les termes renvoyant au comparé sont : tissu, vendeurs, casiers, comptoirs, galeries, chaises, ganterie, cartons, rayons de l’entresol, fourrures, parquets, confections. Ceux renvoyant au comparant sont : massacre, campaient, débâcle, saccagés, débandade, barricade, ravages, capotes de soldats mis hors combat.

_________________
"Ni ange, ni démon, juste sans nom." (Barbey d'AUREVILLY, in. Une histoire sans nom)
"Bien des choses ne sont impossibles que parce qu'on s'est accoutumé à les regarder comme telles." DUCLOS

miss terious
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: [3ème] Avis : exos sur les figures de l'analogie

Message par miss terious le Dim 9 Aoû 2009 - 18:40

Extrait 3 :

Parés de la dépouille des ours, des veaux marins, des aurochs et des sangliers, les Francs se montraient de loin comme un troupeau de bêtes féroces. Une tunique courte et serrée laissait voir toute la hauteur de leur taille, et ne leur cachait pas le genou. Les yeux de ces barbares ont la couleur d’une mer orageuse, leur chevelure blonde, ramenée en avant sur leur poitrine, et teintée d’une liqueur rouge, est semblable à du sang et à du feu. La plupart ne laissent croître leur barbe qu’au-dessus de la bouche, afin de donner à leur lèvre plus de ressemblance avec le mufle des dogues et des loups.

Correction 3

La proposition les Francs se montraient de loin comme un troupeau de bêtes féroces. assimile les combattants à des animaux cruels à l’aide de la conjonction de subordination « comme » ; il s’agit d’une comparaison.

La phrase Les yeux de ces barbares ont la couleur d’une mer orageuse compare la couleur des yeux des combattants à la couleur de la mer à l’aide du groupe verbal « avoir la couleur de » ; c’est une comparaison.

La phrase leur chevelure blonde […] est semblable à du sang et à du feu. assimile les cheveux des guerriers « à du sang et à du feu » à l’aide du groupe verbal « est semblable à » ; il y a encore une fois comparaison.

La proposition afin de donner à leur lèvre plus de ressemblance avec le mufle des dogues et des loups rapproche les « lèvres » des Francs au « mufle » d’animaux sauvages à l’aide du groupe verbal « donner plus de ressemblance à » ; c’est une nouvelle fois une comparaison.

_________________
"Ni ange, ni démon, juste sans nom." (Barbey d'AUREVILLY, in. Une histoire sans nom)
"Bien des choses ne sont impossibles que parce qu'on s'est accoutumé à les regarder comme telles." DUCLOS

miss terious
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: [3ème] Avis : exos sur les figures de l'analogie

Message par miss terious le Dim 9 Aoû 2009 - 18:42

Extrait 4 :
L’orage se déchaînait sur Storrvan. De lourds nuages gris aux bords déchiquetés accouraient de l’ouest avec vitesse, frôlant la tour qu’ils enveloppaient par moments des écharpes vertigineuses d’une brume blanchâtre. Mais le vent surtout, le vent remplissait l’espace du déchaînement de son poids épouvantable. La nuit était presque entièrement tombée. Les passées de l’ouragan comme dans une chevelure fragile, ouvraient de rapides et fugitives tranchées dans la masse des arbres gris qu’elles écartaient comme des herbes, et l’on voyait alors l’espace d’une seconde un sol nu, des rocs noirs, les fissures étroites des ravins. L’ouragan tordait follement cette crinière grise ! Il en venait un bruissement immense ; les troncs, tout à l’heure couchés sous un moutonnement de verdure, étaient dénudés par les secousses du vent ; on voyait leurs membres fragiles et gris tendus par l’effort comme un lacis de cordages. Et ils succombaient, ils succombaient, – un craquement sec préludait à la chute, et puis mille craquements s’entendaient d’un coup, une cascade de sons retentissants que couvrait le hurlement de la tempête et les géants s’engloutissaient.
Correction 4
Dans le texte, le narrateur multiplie les personnifications : les lourds nuages gris « accourent », « frôlent » et ont « des écharpes » ; le vent déchaîne son poids ; l’ouragan tord les arbres ; les troncs sont couchés et dénudés ; ils ont des membres ; ils succomb[ent] ; la tempête hurle.
Dans la phrase Les passées de l’ouragan comme dans une chevelure fragile, ouvraient de rapides et fugitives tranchées dans la masse des arbres gris qu’elles écartaient comme des herbes le narrateur compare les arbres gris à une chevelure fragile et à des herbes à l’aide de la conjonction de subordination « comme ».
La phrase L’ouragan tordait follement cette crinière grise, comporte une métaphore qui assimile les arbres à une crinière.
Dans la phrase on voyait leurs membres fragiles et gris tendus par l’effort comme un lacis de cordages, le narrateur assimile les branches des arbres – membres fragiles – à des cordages à l’aide de la conjonction de subordination « comme ».
Le groupe nominal une cascade de sons retentissants est une métaphore qui assimile les mille craquements à une cascade.
La proposition les géants s’engloutissaient comporte une métaphore qui assimile les arbres à des géants.


Dernière édition par eaudere le Dim 9 Aoû 2009 - 18:52, édité 1 fois

_________________
"Ni ange, ni démon, juste sans nom." (Barbey d'AUREVILLY, in. Une histoire sans nom)
"Bien des choses ne sont impossibles que parce qu'on s'est accoutumé à les regarder comme telles." DUCLOS

miss terious
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: [3ème] Avis : exos sur les figures de l'analogie

Message par miss terious le Dim 9 Aoû 2009 - 18:44

Extrait 5 :
Une forme grisâtre oscille dans l’eau, c’est gros comme le bras et long d’une demi-aune environ ; c’est comme un chiffon ; cette forme ressemble à un parapluie fermé qui n’aurait pas de manche. Cette loque avance vers vous peu à peu. Soudain, elle s’ouvre, huit rayons s’écartent brusquement autour d’une face qui a deux yeux ; ces rayons vivent ; il y a du flamboiement dans leur ondoiement ; c’est une sorte de roue ; déployée, elle a quatre ou cinq pieds de diamètre.

Correction 5 :

Dans cet extrait, le narrateur évoque une pieuvre sans jamais nommer l’animal, en le désignant à l’aide de comparaisons : gros comme le bras, comme un chiffon, cette forme ressemble à un parapluie fermé qui n’aurait pas de manche, c’est une sorte de roue et de métaphores : cette loque, huit rayons / ces rayons.

_________________
"Ni ange, ni démon, juste sans nom." (Barbey d'AUREVILLY, in. Une histoire sans nom)
"Bien des choses ne sont impossibles que parce qu'on s'est accoutumé à les regarder comme telles." DUCLOS

miss terious
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: [3ème] Avis : exos sur les figures de l'analogie

Message par miss terious le Dim 9 Aoû 2009 - 18:45

Merci d'avance pour vos avis et remarques !

_________________
"Ni ange, ni démon, juste sans nom." (Barbey d'AUREVILLY, in. Une histoire sans nom)
"Bien des choses ne sont impossibles que parce qu'on s'est accoutumé à les regarder comme telles." DUCLOS

miss terious
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: [3ème] Avis : exos sur les figures de l'analogie

Message par Lonie le Dim 9 Aoû 2009 - 19:25

J'ai lu en diagonale tes corrections... tout cela me semble très bien !!! beau boulot d'analyse...

Pour l'extrait 4 : "une cascade de sons"... peut-on y ajouter l'idée d'hyperbole à celle de comparaison ????

_________________
"Si j'avais su, j'aurais pas venu"

Lonie
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: [3ème] Avis : exos sur les figures de l'analogie

Message par Lonie le Dim 9 Aoû 2009 - 19:28

Oupssss... Embarassed je viens de relire ta consigne (tes exercices portent sur comparaison, métaphore et personnification)... Je retire ce que j'ai dis ci-dessus.

_________________
"Si j'avais su, j'aurais pas venu"

Lonie
Neoprof expérimenté


Revenir en haut Aller en bas

Re: [3ème] Avis : exos sur les figures de l'analogie

Message par cristal le Mer 12 Aoû 2009 - 14:34

Je trouve que c'est mieux que de proposer des phrases isolées (c'est pourtant ce que je fais!). Ta méthode permettra ainsi aux élèves de comprendre l'intérêt de ces figures de style.

cristal
Esprit éclairé


Revenir en haut Aller en bas

Re: [3ème] Avis : exos sur les figures de l'analogie

Message par miss terious le Mer 12 Aoû 2009 - 17:34


_________________
"Ni ange, ni démon, juste sans nom." (Barbey d'AUREVILLY, in. Une histoire sans nom)
"Bien des choses ne sont impossibles que parce qu'on s'est accoutumé à les regarder comme telles." DUCLOS

miss terious
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: [3ème] Avis : exos sur les figures de l'analogie

Message par romarin le Mer 12 Aoû 2009 - 18:24

Super ces exercices . je n'ai pas reconnu tous les textes: peux-tu nous donner les références?
Est-ce qu 'il ne serait pas possible des les donner dès la 4° ( du moins en partie?)

romarin
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Re: [3ème] Avis : exos sur les figures de l'analogie

Message par miss terious le Mer 12 Aoû 2009 - 18:30

Voici les références :
- extrait 1 : Victor Hugo, Les Misérables (1862).
- extrait 2 : Emile Zola, Au Bonheur des Dames (1883).
- extrait 3 : François-René de Chateaubriand, Les Martyrs (1809)
- extrait 4 : Julien Gracq, Au Château d'Argol (1938)
- extrait 5 : Victor Hugo, Les Travailleurs de la mer (1866)
Je pense en effet que ces exos pourraient convenir à de bons 4è.

_________________
"Ni ange, ni démon, juste sans nom." (Barbey d'AUREVILLY, in. Une histoire sans nom)
"Bien des choses ne sont impossibles que parce qu'on s'est accoutumé à les regarder comme telles." DUCLOS

miss terious
Modérateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: [3ème] Avis : exos sur les figures de l'analogie

Message par romarin le Jeu 13 Aoû 2009 - 10:15

Merci beaucoup ! J'adapterai si nécessaire.

romarin
Niveau 6


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum