Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Elaïna
Empereur

Re: Jour de carence : quelques questions pratiques

par Elaïna le Ven 4 Aoû 2017 - 15:09
Bigbang, tu racontes n'importe quoi : les jours enfant malade ne sont pas extensibles, ils sont même très limités (avec mes 2 enfants, je peux t'assurer qu'on fait gaffe et heureusement que mon mari peut poser des jours en plus en cas de longue maladie)
archeboc
Sage

Re: Jour de carence : quelques questions pratiques

par archeboc le Ven 4 Aoû 2017 - 15:55
@ProvençalLeGaulois a écrit:Ben disons que quand, en moins de trois pages, vous avez déjà 3 intervenants différents qui expliquent qu'ils prendront des arrêts plus longs que nécessaire parce qu'ils ont des médecins compréhensifs, c'est un peu donner le bâton pour se faire battre...
Le jour de carence est une hérésie parce que non seulement ceux qui abusent (peu importe leur nombre) continueront d'abuser et ceux qui seront malades seront pénalisés.

Ce que j'ai lu, c'est que pour ne pas risquer de perdre une deuxième journée si ils font une rechute, les enseignants prendront un congé suffisamment long pour être sûr de revenir au travail parfaitement rétablis. Quand on a la grippe, on se requinque en une semaine, mais avec une deuxième semaine, cela garantit de ne pas y mettre une bronchite en sur-infection.

Il n'y a aucun abus là-dedans, au contraire, c'est comme cela que l'Etat voit les choses et les encourage, puisque justement, il n'envoie le plus souvent un remplaçant que pour les absences d'au moins deux semaines.

(je précise que je ne suis pas enseignant dans le secondaire : je ne prêche pas pour ma paroisse)
avatar
Elaïna
Empereur

Re: Jour de carence : quelques questions pratiques

par Elaïna le Ven 4 Aoû 2017 - 16:04
@archeboc a écrit:
@ProvençalLeGaulois a écrit:Ben disons que quand, en moins de trois pages, vous avez déjà 3 intervenants différents qui expliquent qu'ils prendront des arrêts plus longs que nécessaire parce qu'ils ont des médecins compréhensifs, c'est un peu donner le bâton pour se faire battre...
Le jour de carence est une hérésie parce que non seulement ceux qui abusent (peu importe leur nombre) continueront d'abuser et ceux qui seront malades seront pénalisés.

Ce que j'ai lu, c'est que pour ne pas risquer de perdre une deuxième journée si ils font une rechute, les enseignants prendront un congé suffisamment long pour être sûr de revenir au travail parfaitement rétablis. Quand on a la grippe, on se requinque en une semaine, mais avec une deuxième semaine, cela garantit de ne pas y mettre une bronchite en sur-infection.

Il n'y a aucun abus là-dedans, au contraire, c'est comme cela que l'Etat voit les choses et les encourage, puisque justement, il n'envoie le plus souvent un remplaçant que pour les absences d'au moins deux semaines.

Sauf que les maladies de l'hiver, ce n'est pas seulement la grippe-qui-vous-flanque-par-terre-pendant-deux-semaines ! En ce qui me concerne, je suis souvent atteinte par ce qu'on appelle banalement la crève : fièvre, douleurs musculaires dans tout le corps, fatigue intense et grosse migraine : si c'est une période où mon mari peut prendre le relai pour gérer les enfants, je vais au boulot quand même parce que c'est supportable et que dans mon bahut les élèves ne sont pas trop remuants, mais sinon je demande à mon médecin de me faire un arrêt
En général, en un jour ou deux de repos, c'est fini, je n'ai pas besoin d'une semaine, encore moins de deux


_________________
J'ai un nouveau clavier, mes messages ont donc des points maintenant !!!
avatar
ProvençalLeGaulois
Fidèle du forum

Re: Jour de carence : quelques questions pratiques

par ProvençalLeGaulois le Ven 4 Aoû 2017 - 16:12
@Elaïna a écrit:
@archeboc a écrit:
@ProvençalLeGaulois a écrit:Ben disons que quand, en moins de trois pages, vous avez déjà 3 intervenants différents qui expliquent qu'ils prendront des arrêts plus longs que nécessaire parce qu'ils ont des médecins compréhensifs, c'est un peu donner le bâton pour se faire battre...
Le jour de carence est une hérésie parce que non seulement ceux qui abusent (peu importe leur nombre) continueront d'abuser et ceux qui seront malades seront pénalisés.

Ce que j'ai lu, c'est que pour ne pas risquer de perdre une deuxième journée si ils font une rechute, les enseignants prendront un congé suffisamment long pour être sûr de revenir au travail parfaitement rétablis. Quand on a la grippe, on se requinque en une semaine, mais avec une deuxième semaine, cela garantit de ne pas y mettre une bronchite en sur-infection.

Il n'y a aucun abus là-dedans, au contraire, c'est comme cela que l'Etat voit les choses et les encourage, puisque justement, il n'envoie le plus souvent un remplaçant que pour les absences d'au moins deux semaines.

Sauf que les maladies de l'hiver, ce n'est pas seulement la grippe-qui-vous-flanque-par-terre-pendant-deux-semaines ! En ce qui me concerne, je suis souvent atteinte par ce qu'on appelle banalement la crève : fièvre, douleurs musculaires dans tout le corps, fatigue intense et grosse migraine : si c'est une période où mon mari peut prendre le relai pour gérer les enfants, je vais au boulot quand même parce que c'est supportable et que dans mon bahut les élèves ne sont pas trop remuants, mais sinon je demande à mon médecin de me faire un arrêt
En général, en un jour ou deux de repos, c'est fini, je n'ai pas besoin d'une semaine, encore moins de deux


Moi, ce n'est pas ce que j'ai lu :

@ddalcatel a écrit:
Pour revenir au jour de carence, ça sera maintenant minimum une semaine 10j de congé maladie. Mon médecin est très compréhensif...

@Bayonetta a écrit:Je suis d'accord avec ddacaltel.
À partir de la rentrée, je ne préparerai plus aucun cours. Je prendrai le manuel et le suivrai à la lettre. Je n'irai a aucune réunion sauf bien sûr celles qui sont obligatoires. Et si je tombe malade, ce ne sera pas 1 jour où 3 jours max mais une semaine d'arrêt, mon médecin me l'accordera.

Et comme le dit Elaina, en hiver, les gens ont plus souvent une "crève" de 2/3 jours que la vraie grippe, qui elle vous met chaos pour une bonne semaine, et avec laquelle il est impossible d'aller travailler, que vous soyez "derrière un PC" ou devant une classe.

_________________
N'empêche que je suis une légende.
Perceval
Peinard
Niveau 10

Re: Jour de carence : quelques questions pratiques

par Peinard le Ven 4 Aoû 2017 - 16:21
Ce sont les médecins qui prescrivent les arrêts de travail donc les discours qui consistent à dire que des collègues "abusent" n'ont pas lieu d'être.

En ce qui concerne le lien entre l'augmentation de la durée des arrêts maladies et les jours de carence, la DRESS avait publié une étude pour démontrer qu'il s'agissait bien d'une réalité statistique dans le privé.
D'ailleurs, c'est une des raisons, avec le présentéisme, qui fait que les 2/3 des salariés du privé bénéficient de la prise en charge des jours de carence.
archeboc
Sage

Re: Jour de carence : quelques questions pratiques

par archeboc le Ven 4 Aoû 2017 - 16:30
@Elaïna a écrit:Sauf que les maladies de l'hiver, ce n'est pas seulement la grippe-qui-vous-flanque-par-terre-pendant-deux-semaines ! En ce qui me concerne, je suis souvent atteinte par ce qu'on appelle banalement la crève : fièvre, douleurs musculaires dans tout le corps, fatigue intense et grosse migraine : si c'est une période où mon mari peut prendre le relai pour gérer les enfants, je vais au boulot quand même parce que c'est supportable et que dans mon bahut les élèves ne sont pas trop remuants, mais sinon je demande à mon médecin de me faire un arrêt
En général, en un jour ou deux de repos, c'est fini, je n'ai pas besoin d'une semaine, encore moins de deux

Et bien demande à ton médecin de faire l'expérience cette année, et de t'arrêter plus longtemps lorsque tu as la crève, pour vérifier que cette méthode te permettra d'avoir la crève moins souvent.
avatar
mamieprof
Neoprof expérimenté

Re: Jour de carence : quelques questions pratiques

par mamieprof le Ven 4 Aoû 2017 - 16:38
@Anton.O a écrit:
@Elyas a écrit:Le jour de carence est une mesure vexatoire à l'encontre de gens qui servent l'Etat, la République et leurs concitoyens.

Ridicule. Ce genre d'envoyées lyriques corporatistes ne sert ni l'État, ni la République, et surtout pas l'image des enseignants dans le public.

Les travailleurs du secteur privé (80 % des citoyens, je vous le rappelle) ont trois jours de carence. Le rétablissement du jour de carence des fonctionnaires obéit à un simple souci d'équité, la seule règle indiscutable aurait été trois jours pour tous. Alors, cher collègue, un peu de civisme ne ferait aucun mal ! Et pensez qu'une seul journée au lieu de trois prend en compte la spécificité du métier, l'exposition aux virus et autres bactéries (ce point est indiscutable) et l'importance de la continuité des cours.

Ça c'est la théorie.
J'ai travaillé plus de 15 ans en entreprises je n'ai pratiquement jamais été arrêtée en maladie mais ni moi ni mes collègues n'avions de jours de carence car la très bonne mutuelle / prévention de la boite nous couvrait totalement et on avait notre paye entière en cas de maladie. Idem pour mes parents et mes amis.
Ma meilleure amie vient de rester 8 jours à la maison suite à une énorme entorse (pied qui a triplé de volume...) et elle a touché 100 % de son salaire. Tout dépend de l'entreprise. Dans les grands groupes on est très bien couvert .
Ubu
Niveau 2

Re: Jour de carence : quelques questions pratiques

par Ubu le Ven 4 Aoû 2017 - 19:30
@mamieprof a écrit:

Ça c'est la théorie.
J'ai travaillé plus de 15 ans en entreprises je n'ai pratiquement jamais été arrêtée en maladie mais ni moi ni mes collègues n'avions de jours de carence car la très bonne mutuelle / prévention de la boite nous couvrait totalement et on avait notre paye entière en cas de maladie. Idem pour mes parents et mes amis.
Ma meilleure amie vient de rester 8 jours à la maison suite à une énorme entorse (pied qui a triplé de volume...) et elle a touché 100 % de son salaire. Tout dépend de l'entreprise. Dans les grands groupes on est très bien couvert .

C'est justement parce que c'est la théorie que c'est scandaleux ! Le paiement des jours pendant lesquels vous êtes malades est donc au bon vouloir de la direction de la boîte. J'ai travaillé dans une petite entreprise d'une dizaine de salariés (pourtant dans un secteur dans lequel on recrute à bac+5) et c'était l'inverse : le patron était bien content qu'il y ait ces jours de carence car cela lui permettait d'avoir ses salariés au boulot même grippés. Je trouve dingue cet argument du type "mais dans les faits 65% des salariés...". Déjà parce que 65% ça en laisse beaucoup sur le carreau, et probablement pas les mieux lotis au niveau salaire et conditions de travail, et aussi parce que quand bien même on arriverait à un chiffre de 99% dans les faits, c'est le principe du délai de carence qui est anormal. Si c'est "idem pour parents et amis", c'est peut-être parce que vous fréquentez des gens évoluant dans des secteurs un peu similaires (apparemment c'est dans le commerce et le BTP que les entreprises couvrent le moins).
avatar
henriette
Médiateur

Re: Jour de carence : quelques questions pratiques

par henriette le Ven 4 Aoû 2017 - 19:38
Ce sont les conventions collectives qui déterminent cela dans le privé.
Je suis désolée pour les 35% de salariés du privé qui sont moins bien lotis que les 65% - large majorité, donc - ne subissant pas cela.
Mais je ne vois pas pourquoi, ce faisant, 100% des fonctionnaires devraient être pénalisés. Il y a la quelque chose qui m'échappe.

_________________
"Il n'y a que ceux qui veulent tromper les peuples et gouverner à leur profit qui peuvent vouloir retenir les hommes dans l'ignorance."
Grrrrr5712
Niveau 4

Re: Jour de carence : quelques questions pratiques

par Grrrrr5712 le Ven 4 Aoû 2017 - 19:51
J'ai une question concernant les jours de carence et l'ALD (je n'étais pas malade pendant la 1ère mise en place du jour de carence) : est-on payé intégralement (comme dans le privé?) lors d'un arrêt lié à l'ALD?
Ubu
Niveau 2

Re: Jour de carence : quelques questions pratiques

par Ubu le Ven 4 Aoû 2017 - 19:57
Non, cette mesure est anormale en soi, pour tout le monde. Je veux juste dire que l'argument "mais dans le privé ils sont nombreux à être couverts" n'est pas valable pour contester la mesure. Il n'y a pas de raison que l'état de santé (c'est-à-dire in fine l'espérance de vie) de la coiffeuse, de la caissière ou du type qui fait du marteau piqueur toute la journée, ait moins de valeur que l'état de santé du directeur marketing ou du prof. Donc il faut contester la mesure sur le principe, sur le fait qu'un arrêt maladie n'est pas un congé sans solde mais bien un arrêt involontaire ordonné par un professionnel de santé, donc que le délai ne se justifie pour personne.
avatar
doubledecker
Expert spécialisé

Re: Jour de carence : quelques questions pratiques

par doubledecker le Ven 4 Aoû 2017 - 20:32
@Anton.O a écrit:
@Elyas a écrit:Le jour de carence est une mesure vexatoire à l'encontre de gens qui servent l'Etat, la République et leurs concitoyens.

Ridicule. Ce genre d'envoyées lyriques[/b] corporatistes ne sert ni l'État, ni la République, et surtout pas l'image des enseignants dans le public.

Les travailleurs du secteur privé (80 % des citoyens, je vous le rappelle) ont trois jours de carence. Le rétablissement du jour de carence des fonctionnaires obéit à un simple souci d'équité, la seule règle indiscutable aurait été trois jours pour tous. Alors, cher collègue, un peu de civisme ne ferait aucun mal ! Et pensez qu'une seul journée au lieu de trois prend en compte la spécificité du métier, l'exposition aux virus et autres bactéries (ce point est indiscutable) et l'importance de la continuité des cours.

c'est surtout l'utilisation de cette expression qui n'existe pas qui est ridicule!
sérieusement Anton.O si on parle équité alors il faudrait aussi parler convention collective qui je ne vous l'apprends pas n'existe pas dans la FP, parlons aussi comité d'entreprise ou assimilé qui n'existe pas à l'EN et qui nous fait perdre un certain nombre d'avantages.
Vous parlez aussi de l'importance de la continuité des cours. Bien sûr. Mais alors vous pensez qu'un prof qui va bosser en étant malade pour ne pas avoir à subir ce jour de carence ne risque pas de voir son état empirer, donc avoir un arrêt plus long donc une continuité bien mise à mal?
La seule règle indiscutable 3 jours pour tous? ah ouais, de mon point de vue ça aurait été aucun jour pour tous. Mais ça c'est parce que je vis dns un monde de bisounours où on ne se dit pas que derrière chaque travailleur il y a forcément un profiteur oisif.
Et quant au couplet sur le civisme franchement, comme disait Chirac...je vous laisse compléter la citation Rolling Eyes

_________________
If you're not failing every now and again it's a sign you're not doing anything very innovative (Woody Allen)


La boutique de LolaDragibus : des petites choses futiles et inutiles pour embellir la vie (p'tites bricoles en tissu, papier, crochet....) : venez y jeter un oeil 😊
stefmexico
Niveau 5

Re: Jour de carence : quelques questions pratiques

par stefmexico le Ven 4 Aoû 2017 - 20:51
@Grrrrr5712 a écrit:J'ai une question concernant les jours de carence et l'ALD (je n'étais pas malade pendant la 1ère mise en place du jour de carence) : est-on payé intégralement (comme dans le privé?) lors d'un arrêt lié à l'ALD?
Quand Sarkozy a rétabli le délai de carence, les personnes en ALD n'étaient pas concernées. Cette fois je ne sais pas si cela sera le cas.
avatar
almuixe
Niveau 10

Re: Jour de carence : quelques questions pratiques

par almuixe le Ven 4 Aoû 2017 - 21:37
Rassurez vous, contre les "profiteurs" l'assurance maladie a tout prévu : les médecin délivrant le moins d'arrêt de travail recevront une prime. Si votre médecin mégote sur le bien fondé de votre arrêt, vous saurez pourquoi.

http://www.sudouest.fr/2016/04/28/une-prime-pour-les-medecins-delivrant-moins-d-arret-de-travail-2344219-4696.php
stefmexico
Niveau 5

Re: Jour de carence : quelques questions pratiques

par stefmexico le Ven 4 Aoû 2017 - 22:10
Cependant les fonctionnaires ne perçoivent pas d'indemnités journalières. Nos salaires sont maintenus par les Rectorats.
ddalcatel
Niveau 8

Re: Jour de carence : quelques questions pratiques

par ddalcatel le Ven 4 Aoû 2017 - 23:20
Dans les cas pratiques, cette année j'ai été en arrêt deux semaines. En pleine forme, je pouvais faire cours mais j'étais très contagieux pour une maladie qui chez certains peut devenir "sérieuse". C'est mon médecin qui a absolument voulu m’arrêter. Pas moi. Alors la prochaine fois, sachant que je ne peux pas développer la forme grave de la maladie, je fais quoi ?
avatar
Sheldon
Niveau 9

Re: Jour de carence : quelques questions pratiques

par Sheldon le Ven 4 Aoû 2017 - 23:24
J'ai tellement envie de quitter l'EN !

Mais il faut bien reconnaitre que nous sommes pris en otage.
J'ai cherché assez sérieusement du travail en parallèle durant un an et franchement, je n'ai rien trouvé de satisfaisant.
Si je trouve qqchose qui paie autant et me laisse autant de temps libre, je quitte a la seconde ce travail, dépité par la médiocrité intellectuelle de la hiérarchie dans son ensemble.

Malgré la pénurie hallucinante de profs, la précarisation, la contractualisation, le mépris, etc... très peu sont prêts à quitter le navire.

_________________
" En tant que Physicien, j'ai une connaissance étendue de l'Univers et de tout ce qu'il contient." - Moi
avatar
elenajalan
Niveau 4

Re: Jour de carence : quelques questions pratiques

par elenajalan le Sam 5 Aoû 2017 - 0:33
Déjà que je déteste être malade et devoir appeler le CPE pour annoncer la nouvelle (on sait que ça râle forcément pour l'organisation de la journée) Pour le jour de carence, avec une angine (dans mon cas hélas répété) ça risque d'être très pénalisant.
Exemple : l'an dernier, malgré un traitement de soufre pdt 6 mois + homéopathie, j'ai fait 2 angines (l'année d'avant, 4 !) Fièvre à 39, douleur terrible, etc...Le doc m'ausculte, fait le test : angine non bactérienne (donc me donne, c'est normal, juste de quoi faire baisser la fièvre et la douleur) +2 jours d'arrêt après ce jour où j'ai dû galérer jusqu'au soir pour avoir un RV à 20 km car mon doc est seule pour toute la ville...Je précise qu'avait j'avais forcé en cours avec douleur à la gorge les jours d'avant car on ne s'écoute pas, et mes collègues non plus, on essaie de venir travailler quand même. Bingo ! du papier de verre dans la gorge après 6 h de cours. Suite à cet arrêt, je retourne au collège à+ 1h de route de voiture et 2-3 jours après, ça recommence. Grrrr ! Mais je me lève et y vais quand même. Au bout de 20 km, j'en peux plus, j'hésite, je m'arrête, j'appelle le doc. Fais demi-tour (sensation étrange et très désagréable, c'est la 1ère fois en 16 ans) Elle me prend tout de suite : angine bactérienne cette fois (antibios donc) Elle me remet 3 j d'arrêt et hallucine sur mon état et s'interroge sur mes conditions de travail. 32 élèves sans ventilation efficace en classe, ça aide pas. Parler tout le temps...non plus.
Je lui demande aussi comment font les médecins pour ne pas être contaminés en voyant autant de patients ? Elle me répond que nous, les profs, sommes dans une salle en incubation (mmm!) alors qu'eux ne voient leurs patients qu'un certain nombre de mn)
Bon, cette année, je perdrais 2 jours de carence dans ce cas.
Comment bosser quand on ne le peut pas physiquement, et qu'on ne peut pas se permettre de perdre sur son salaire ? That is the question ! :fifi2:
avatar
Maissa
Fidèle du forum

Re: Jour de carence : quelques questions pratiques

par Maissa le Sam 5 Aoû 2017 - 6:13
bigbang a écrit:J'ai tellement envie de quitter l'EN !

Mais il faut bien reconnaitre que nous sommes pris en otage.
J'ai cherché assez sérieusement du travail en parallèle durant un an et franchement, je n'ai rien trouvé de satisfaisant.
Si je trouve qqchose qui paie autant et me laisse autant de temps libre, je quitte a la seconde ce travail, dépité par la médiocrité intellectuelle de la hiérarchie dans son ensemble.

Malgré la pénurie hallucinante de profs, la précarisation, la contractualisation, le mépris, etc... très peu sont prêts à quitter le navire.


http://www.cafepedagogique.net/LEXPRESSO/Pages/2017/01/06012017Article636192838693534285.aspx

"Un millier de démissions en 2015
Selon le rapport Carle, on est passé de 1% de démissions chez les professeurs stagiaires en 2012 à 3.2% en 2015-2016 dans le premier degré. Une évolution comparable se dessine chez les stagiaires du second degré où on passe de 1.1% à 2.5%. Autrement dit, le taux de démission a triplé chez les futurs professeurs des écoles et doublé chez les futurs professeurs du secondaire.  
Chez les titulaires le taux est nettement plus faible mais il augmente aussi. On compte 299 démissions en 2012-2013 chez les professeurs des écoles et 539 en 2015-2016. Dans le second degré le nombre de démissions de titulaires passe de 416 à 641."

"Le nombre de démissions dépend d'abord des autorisations de l'administration. Or elle préfère garder les enseignants quitte à trouver des arrangements comme le congé. Autrement dit, sans ces efforts, le nombre réel serait plus fort encore."
avatar
Dame Tartine
Habitué du forum

Re: Jour de carence : quelques questions pratiques

par Dame Tartine le Sam 5 Aoû 2017 - 8:27
@doubledecker a écrit:
@Anton.O a écrit:
@Elyas a écrit:Le jour de carence est une mesure vexatoire à l'encontre de gens qui servent l'Etat, la République et leurs concitoyens.

Ridicule. Ce genre d'envoyées lyriques[/b] corporatistes ne sert ni l'État, ni la République, et surtout pas l'image des enseignants dans le public.

Les travailleurs du secteur privé (80 % des citoyens, je vous le rappelle) ont trois jours de carence. Le rétablissement du jour de carence des fonctionnaires obéit à un simple souci d'équité, la seule règle indiscutable aurait été trois jours pour tous. Alors, cher collègue, un peu de civisme ne ferait aucun mal ! Et pensez qu'une seul journée au lieu de trois prend en compte la spécificité du métier, l'exposition aux virus et autres bactéries (ce point est indiscutable) et l'importance de la continuité des cours.

c'est surtout l'utilisation de cette expression qui n'existe pas qui est ridicule!
sérieusement Anton.O si on parle équité alors il faudrait aussi parler convention collective qui je ne vous l'apprends pas n'existe pas dans la FP, parlons aussi comité d'entreprise ou assimilé qui n'existe pas à l'EN et qui nous fait perdre un certain nombre d'avantages.
Vous parlez aussi de l'importance de la continuité des cours. Bien sûr. Mais alors vous pensez qu'un prof qui va bosser en étant malade pour ne pas avoir à subir ce jour de carence ne risque pas de voir son état empirer, donc avoir un arrêt plus long donc une continuité bien mise à mal?
La seule règle indiscutable 3 jours pour tous? ah ouais, de mon point de vue ça aurait été aucun jour pour tous. Mais ça c'est parce que je vis dns un monde de bisounours où on ne se dit pas que derrière chaque travailleur il y a forcément un profiteur oisif.
Et quant au couplet sur le civisme franchement, comme disait Chirac...je vous laisse compléter la citation Rolling Eyes
+ 1. Nous n'avons pas non plus de médecine du travail digne de ce nom à l'EN alors que ça serait pleinement justifié en raison du risque pyscho-social très important dans notre profession sans compter l'exposition constante aux germes et miasmes en tous genres.

_________________
 J'peux pas, j'ai piscine ! 
avatar
lene75
Empereur

Re: Jour de carence : quelques questions pratiques

par lene75 le Sam 5 Aoû 2017 - 11:31
L'État est censé donner l'exemple. Il devrait être à la pointe du progrès social vis-à-vis de ses employés. On en est loin. D'ailleurs les gens ne s'y trompent pas en refusant de devenir prof malgré un taux de chômage élevé.

Le jour de carence est une mesure discriminatoire puisqu'il sanctionne en priorité lsd gens en mauvaise santé et les femmes, plus exposées en raison des grossesses, de la proximité des enfants et de l'inégalité répartition des tâches qui font qu'elles sont plus fatiguées et donc plus fragiles face aux virus. 2/3 des entreprises comprennent le jour de carence. Le signal que leur donne L'État, c'est que c'est le tiers sui ne compense pas qui a raison et que tout le monde devrait s'aligner là dessus. À moins qu'il ne s'agisse juste de dire une fois de plus que les fonctionnaires sont des profiteurs et qu'alors que les arrêts sont justifiés dans le privé ils ne le font pas dans le public, difficile à trente quand on sait qu'ils font plus nombreux dans le privé qu'à l'éducation nationale

_________________
Une classe, c'est comme une boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber...
avatar
mathmax
Neoprof expérimenté

Re: Jour de carence : quelques questions pratiques

par mathmax le Sam 5 Aoû 2017 - 11:41
Je reviens sur la question de départ : que se passe-t-il si on finit à l'infirmerie après avoir débuté notre journée ?
En ce qui concerne un arrangement pour rattraper les heures des jours où on a été malade, il faut calculer : 2 ou 3 heures de remplacement suffisent pour compenser une journée de retrait, donc inutile de tout rattraper si on a été absent sur une journée de 6 ou 7 heures !

_________________
« Les machines un jour pourront résoudre tous les problèmes, mais jamais aucune d'entre elles ne pourra en poser un !  »
    Albert Einstein
avatar
elenajalan
Niveau 4

Re: Jour de carence : quelques questions pratiques

par elenajalan le Sam 5 Aoû 2017 - 12:20
Et comment on fait quand il n'y a pas d'infirmerie dans le collège ? (dans les collèges privés que j'ai connus (4) ... quel que soit le nombre d'élèves des établts que j'ai "faits", de 80 à 800, pas de pièce ni de personnel dédié : les élèves malades sont renvoyés chez eux, on appelle les parents, et les autres que les parents ne peuvent venir chercher attendent dans la salle des surveillants...)
avatar
Maissa
Fidèle du forum

Re: Jour de carence : quelques questions pratiques

par Maissa le Sam 5 Aoû 2017 - 12:22
@mathmax a écrit:Je reviens sur la question de départ : que se passe-t-il si on finit à l'infirmerie après avoir débuté notre journée ?
En ce qui concerne un arrangement pour rattraper les heures des jours où on a été malade, il faut calculer : 2 ou 3 heures de remplacement suffisent pour compenser une journée de retrait, donc inutile de tout rattraper si on a été absent sur une journée de 6 ou 7 heures !

A mon humble avis, tout dépend du chef d'établissement. Certains n'exigeront pas un justificatif, d'autres le feront.
J'ai connu un principal qui demandait à son secrétaire de faire remonter toutes les absences, même lorsqu'un collègue, souffrant, demandait l'autorisation de rentrer chez lui.

Impossible de passer la journée, ou même la demi-journée à l'infirmerie, l'infirmière recevant les élèves : dans mon collège, soit elle appelle le SAMU, soit le professeur rentre chez lui.
avatar
sookie
Neoprof expérimenté

Re: Jour de carence : quelques questions pratiques

par sookie le Sam 5 Aoû 2017 - 12:37
Cela m'est arrivée deux fois de repartir chez moi.
Une fois, il y a très longtemps, je n'avais pas cours, c'était lors d'une journée banalisée, j'avais une très forte migraine, je crois que j'ai juste prévenu la sécrétaire pour lui dire que je repartais et la raison. Je n'étais pas allée chez le docteur, et on ne m'a rien retiré.
Puis une autre fois, je n'avais presque plus de voix, c'était un vendredi et il y avait encore le jour de carence, donc j'étais quand même allée travailler, mais à midi je ne pouvais quasiment plus parler, j'ai vu le chef et la PA qui m'ont dit de rentrer. Je leur ai dit que cela m'embêtait d'avoir un arrêt et un jour de carence (il me restait deux heures à faire) Ils ont été bienveillants, m'ont signé une autorisation d'absence et ne m'ont pas demandé de rattraper les deux heures.
Je pense que cela dépend beaucoup des chefs et de la fréquence à laquelle cela arrive, peut-etre qui si cela ce serait reproduit une autre fois, j'aurais du rattrapper mes heures.
avatar
Sibylle
Neoprof expérimenté

Re: Jour de carence : quelques questions pratiques

par Sibylle le Sam 5 Aoû 2017 - 13:13
@mathmax a écrit:Je reviens sur la question de départ : que se passe-t-il si on finit à l'infirmerie après avoir débuté notre journée ?
En ce qui concerne un arrangement pour rattraper les heures des jours où on a été malade, il faut calculer : 2 ou 3 heures de remplacement suffisent pour compenser une journée de retrait, donc inutile de tout rattraper si on a été absent sur une journée de 6 ou 7 heures !

D'où tiens-tu cette info ??
Contenu sponsorisé

Re: Jour de carence : quelques questions pratiques

par Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum