Définir le fantastique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Définir le fantastique

Message par Serge le Mer 9 Aoû 2017 - 17:19

Todorov a défini le fantastique comme hésitation entre explication rationnelle et explication surnaturelle d'un phénomène étrange et inquiétant. Mais cette définition semble de moins en moins celle retenue comme entrée dans les manuels.
On y trouve de plus en plus des textes où le phénomène étrange est totalement accepté (par exemple Frankenstein, Dr Jeckyll et Mister Hide) et non remis en question, ce que je classais souvent plutôt dans l'étrange, notamment.
Maintenez-vous cette distinction, certes un restrictive, du genre fantastique ?
Ou écartez-vous la définition de Todorv, et proposez-vous comme définition du fantastique l'irruption du surnaturel dans un univers réaliste, reposant sur une ambiance propice à la peur, sans qu'il y ait forcément de doute ?
C'est un genre assez délicat à définir, d'autant qu'il existe le "fantastique étrange" (le récit repose sur le doute, mais la fin lève le voile sur une cause naturelle qui explique tout) et le "fantastique merveilleux" (le récit repose sur le doute, mais la fin ne laisse planer plus aucun doute sur le côté surnaturel), balayant ainsi à la fin la définition de Todorov.

_________________

Pour faire découvrir la Cafet à nos élèves > ICI
avatar
Serge
Médiateur


Revenir en haut Aller en bas

Re: Définir le fantastique

Message par Iphigénie le Mer 9 Aoû 2017 - 17:28

Il me semble en effet que la définition de Todorov est aujourd'hui considérée comme trop restrictive: de fait elle ne marche vraiment qu'avec quelques nouvelles, surtout du XIXe...
Mais attendons d'autres avis! Wink
avatar
Iphigénie
Bon génie


Revenir en haut Aller en bas

Re: Définir le fantastique

Message par egomet le Mer 9 Aoû 2017 - 19:23

La classification de Todorov fonctionne d'une certaine manière. Mais elle n'est que cela, justement, une classification.
Est-ce qu'elle est utile? On peut en douter.
Manifestement elle n'est guère retenue en-dehors de la critique universitaire. Ni les auteurs, ni les éditeurs, ni le public ne s'y intéressent.
Par ailleurs, elle oblige à qualifier de merveilleux des textes sérieux et pas du tout enfantins. Mettre dans la même catégorie les contes de fées et GoT, c'est quand même un peu embêtant.

_________________
Primum non nocere.
Sapientia vero ubi invenitur et quis est locus intellegentiae? Non est in me, non est mecum.


Poésies, roman etc. http://egomet.sanqualis.com/
avatar
egomet
Sage


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum